L’Égypte 1870 : Vues photographiques ©Léon & Lévy

1062017

 

 

 

 

 

L'Égypte 1870 : Vues photographiques ©Léon & Lévy dans Photos 1494242658-sans-titre

Alexandrie. Aiguille de Cléopâtre

 

 

 

 

 

1494242837-la-place dans Photos

Alexandrie. Place des Conseils

 

 

 

 

 

1494242988-arbre

Héliopolis. Arbre de la Vierge

 

 

 

 

 

1494243177-ss

Héliopolis. Obélisque

 

 

 

 

 

1494243297-barrage

Vue générale du barrage du Nil

 

 

 

 

 

1494339194-mosquee

Vue générale

1494244058-mosquee

Intérieur de la mosquée

Caire. Mosquée d’Hassan

 

 

 

 

 

 

1494339403-sans-titre

Vue générale

 

1494244198-coupole

La Coupole

 

1494244360-minaret

Le Minarets

 

Caire. Mosquée d’El Barkouk

 

 

 

 

 

1494244483-fontaine

Caire. Fontaine des Ablutions

 

 

 

 

1494245051-vue-generale

1494244620-tombeau

1494244732-tombeau

1494244843-tombeaux

1494244955-tombeaux

1494245256-tombeaux

1494323226-tombeaux

1494323324-sans-titre

Caire. Tombeaux des Khalifes

 

 

 

 

 

1494245377-caire

Panorama du Caire

 

 

 

 

 

1494322989-citadelle

1494323105-sans-titre

La Citadelle du Caire

 

 

 

 

 

 

1494339701-fontaine

Caire. Fontaine de la mosquée de Touloun

 

 

 

 

 

1494339971-sans-titre

Caire. Détails de la mosquée de Touloun

 

 

 

 

 

1494340240-sans-titre1

Caire. Fontaine des Ablutions

 

 

 

 

 

1494340873-chobra

Caire. Avenue de Choubra

 

 

 

 

 

1494342248-palais

1494342452-sans-titre

Choubra. Palais de Mehmet Ali

 

 

 

1494343464-gizeh

1494356545-sans-titre1

1494500766-interieur

Caire. Palais d’El Ghezireh

 

 

 

 

 

1494500890-kiosque

Caire. Kiosque dans le parc de Ghezireh

 

 

 

 

 

1494501003-pyramide

Caire. Sphinx et pyramide de Chéops

 

 

 

 

 

1494501230-pyramides

Caire. Sphinx et pyramide de Chephren

 

 

 

 

 

1494501332-pyramide

Caire. Sycomores et pyramide de Chéops

 

 

 

 

1494501467-grand

Caire. Grand pyramide de Sakkarah

 

 

 

 

 

1494502549-vue

Caire. Vue de la route nouvelle

 

 

 

 

 

1494502657-ensemble

Caire. Ensemble des Pyramides

 

 

 

 

 

1494502776-statue

Statue colossale de Sésostris à Memphis

 

 

 

 

 

1494502875-siout

Siout

 

 

 

 

 

1494503026-temple

Ensemble du Temple d’Abydos

 

 

 

 

 

1494503114-temple1

Temple de Dendérah

 

 

 

 

 

1494503224-louqsor

Louqsor. Pylônes et Obélisque du Gd. Temple

 

 

 

 

 

1494503359-colosse

Louqsor. Colosses du Grand Temple

 

 

 

 

 

1494503441-vue-d-ensemble

Louqsor. Vue d’ensemble

 

 

 

 

 

1494503541-temple

Temple à Louqsor

 

 

 

 

 

1494503635-karnak

Karnak. Avenue des Béliers

 

 

 

 

 

1494503798-karnak

Karnak. Pylônes des anciens Temples

 

 

 

 

 

1494503891-le-lac

Le Lac à Karnak

 

 

 

 

 

1494504344-karnak

Ensemble de Karnak

 

 

 

 

 

1494504644-vue

Karnak. Vue prise de la Salle des Granits

 

 

 

 

 

1494504770-sans-titre

Karnak. Avenue centrale de la Salle hypostile

 

 

 

 

 

1494504866-obelisques

Karnak. Ensemble des Obélisques

 

 

 

 

 

1494505012-grande-salle

Karnak. Grande salle des colonnes

 

 

 

 

 

1494505068-abou

Temple et palais de Médinet Abou

 

 

 

 

 

1494505239-porte

Porte d’entrée du Temple de Médinet Abou

 

 

 

 

 

1494505249-temple

1494505352-temple1

Temple de Médinet Abou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 3ème partie)

30052017

 

 

 

 

 

 

A côté des Ben-Abd-El-Moumène, dont la puissance était particulièrement religieuse, brillaient plusieurs  familles de savants et de légistes en tête desquelles nous devons placer celle des Ben-Badis qui a donné des légistes à Constantine depuis plus de six siècles (*).

La fonction d’Imam de la mosquée de la Kasbah appartenait, presque exclusivement aux Ben Badis. Plusieurs ouvrages devenus classiques, les ont rendus célèbres. En 1552, un Hameïda ben Badis était encore cadi à Constantine. 
 

 

 
 

Famille Ben-El-Attar, dont un des membres, le cheikh Abou-Abd-Allah-Mohammed, était cadi de la djemâa.  C’était un homme fort instruit, élève du cheikh El-Ouezzan. Il mourut en 1536. 
 

 

Famille Ben-El-Kemmad. Le cheikh Mohammed ben El-Kemmad fut cadi de la djemâa; c’était, également un 
élève du cheikh El-Ouezzane. 

 

Famille Aourari

 

 

 

Citons encore : 

Sidi-Barkate ben Saïd-El-Magraoui (cadi de la Djemâa); 

Abou-l’Hassen-El-Merouani ; 

Si Ahmed ben Tefka ; 

Sidi-Mohammed ben Hassen. 

Ces derniers étaient des étrangers qui semblent avoir 
disparu sans laisser de traces. 

 

Il y a lieu de remarquer aussi qu’au XVIe siècle, Constantine maintint sa renommée comme centre d’érudition. Le cheikh El-Ouezzane domine cette école qui a laissé des traditions non encore effacées. 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Un Houssein ben Belkacem ben Badis y est mort en 1299 (de l’ère chrétienne), avec le titre de cadi. Encore L’un d’eux, El-Hassan, était cadi de la ville, lors du passage du souverain mérinide Abou-Eïnane, en 1357, et cette fonction paraît être devenue, en quelque sorte, un privilège de la dite famille.

  
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Djama-Sebâ-el-Rekoud: La mosquée des Sept Dormants de N’gaous

28052017

 

 

 

 

Djama-Sebâ-el-Rekoud: La mosquée des Sept Dormants de N'gaous  dans Croyances & Légendes 1494161077-72135106

mosquée de Sidi Kacem les années 70

 

 

 

 

 

La mosquée de  Sidi Kacem, beaucoup plus connue sous le nom de Djama-Sebâ-el-Rekoud, mosquée des sept dormants; elle est couverte en tuiles. Elle est divisée par trois rangées de colonnes, de cinq colonnes chaque et dont deux portent des inscriptions… Le tsabout ou châsse qui recouvre la cendre de Sidi Kacem, fondateur de la mosquée, est placé dans le fond à droite en entrant. Un linteau mobile également en bois, placé sur le cercueil, porte une légende en caractères barbaresques gravés en relief sur laquelle on lit que Sidi Kacem est mort au commencement de l’an 1033 de l’hégire (novembre 1623 de J.-C.)

 

La tradition raconte que Sidi Kacem, originaire de Hodna, était un homme pieux et très savant, ne s’occupant jamais des choses de ce monde : il s’en allait de tente en tente, stimulant le zèle des musulmans pour les œuvres pieuses. Quelques années avant sa visite à N’gaous, sept jeunes gens de la ville, jouissant d’une réputation parfaite, disparurent tout à coup, sans que l’on en eût la moindre nouvelle. Un jour Sidi Kacem arriva, et après s’être promené dans le village, alla chez un des principaux habitants et l’engagea à le suivre. Après avoir marché quelque temps, il lui montra un petit monticule formé par des décombres, en lui disant : Comment souffrez-vous que l’on jette des immondices en cet endroit ? Fouillez et vous verrez ce que celte terre recouvre.

 

 

 

 

 

P6130066 

 Source: le quotidien sgneurial

 

 

 

Aussitôt on se mit à déblayer le terrain où on trouva les sept jeunes gens (sebâ rekoud), dont la disparition avait causé tant d’étonnement, étendus la face au soleil et paraissant dormir d’un profond sommeil. Le miracle fit, comme on le pense bien, très grand bruit. Aussi, pour en perpétuer le souvenir, fut-il décidé que l’on bâtirait immédiatement une mosquée sur le lieu même, et qu’elle porterait le nom de Seba-er-Rekoud, des Sept-Dormants.

Il existe, en effet, dans la mosquée à gauche en entrant, une galerie en bois presque vermoulu, formant comme une sorte de chambre ou de carré réservé dans lequel on pénètre par deux ouvertures. Là sont déposés côte à côte sept tsabouts, cercueils ou châsses en bois, à peu près d’égale dimension, sans inscriptions ni légendes, que l’on m’a dit recouvrir les dépouilles mortelles des sept dormants.

Mais je n’ai point encore parlé de l’objet qui cause l’admiration des crédules musulmans, c’est-à-dire de la gigantesque guessâa (grand plat) dans lequel Sidi Kassem donnait à manger le kouskous aux cinq cents tolbas qui vinrent s’installer à la mosquée pour y écouter sa parole instinctive. Cette guessâa est tout simplement une énorme cuve en calcaire grisâtre de 1m,50 centimètres environ de diamètre extérieur, profonde de 25 centimètres, épaisse de 15 centimètres, comme on en rencontre souvent en Algérie, et dont le véritable emploi était de recevoir l’huile ou tout autre liquide d’un moulin romain.

 Après la prise de Constantine, El-Hadj-Ahmed bey, errant de tribu en tribu à la recherche de partisans, vint un instant s’établir à N’gaous. Pendant son séjour dans cette localité, il perdit sa mère, El-Hadja-Rekia, qui fut ensevelie dans la mosquée des Sept-Dormants. Le corps est déposé dans un angle du bâtiment, au fond, à gauche, entre les Sept-Dormants et le mur. Aucun tsabout, aucune pierre ne recouvre ce tombeau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 2ème partie)

26052017

 

 

Les Ben El Feggoun 

 

 

 

 

Les Ben El Feggoun établis à Constantine dès le XVe siècle. L’origine de cette famille est incertaine ; le nom patronymique paraît être dans la forme de ceux que portaient les Maures d’Espagne. Eux-mêmes prétendent appartenir à une vieille famille noble, d’origine arabe. 

Les Turcs, dans les premiers temps de leur établissement à Constantine, cherchèrent à s’appuyer sur les Ben El Feggoun pour contrebalancer l’influence de la vieille famille religieuse des Oulad Abdelmoumen, à la tête du parti national, qui leur était hostile. Les Ben El Feggoun retirèrent de cette amitié des Turcs une foule d’honneurs, d’avantages et de privilèges. 

 

 

- Abou Zakariya Yahiya ben Mohammed El Feggoun, était un savant très estimé de son temps. Il est l’auteur d’une glose marginale renommée sur la Moudaouana ouvrage de jurisprudence. Etant allé faire un voyage à Tunis, il se fixa dans cette ville « que l’on ne peut plus quitter lorsqu’on y est une fois entré », et 
devint imam de Djamâ-Ezzitouna. En 1535, lors du sac de Tunis par Charles-Quint, il fut tué dans la mosquée même, où il était occupé à lire les ouvrages du saint El-Boukhari. 

 

 

- Abou-Mohammed Abd-el-Kerim, est le véritable fondateur de la grandeur de la famille. Il étudia à Constantine sous les professeurs les plus renommés du temps, entre autres le cheik El-Ouezzân, et fut d’abord imam de la grande mosquée. En 1567, éclata, contre l’autorité turque, une révolte dont les Oulâd Abdelmoumen étaient les véritables instigateurs. Le cheikh Abdelkerim se hâta en conséquence de prendre fait et cause pour les Turcs. Ses compatriotes le députèrent à Alger à cette occasion, et il sut si bien gagner les bonnes grâces du pacha, que celui-ci lui conféra la dignité de Cheikh-el-Islam, retirée aux Abdelmoumen. 

 

 

Le Cheikh-el-Islam était un véritable chef de la religion, devant lequel s’inclinait le représentant du pouvoir temporel lui-même. Il était investi d’une foule de prérogatives et de privilèges, exemptions d’impôts, etc. Sa demeure offrait aux criminels un asile inviolable. Plus tard, à ces hautes fonctions, devenues héréditaires 
dans la famille, on joignit celles d’Émir Errekeb, celui qui en était investi avait le commandement suprême de 
l’immense caravane de pèlerins, qui tous les deux ans se rendait du Maghreb à la Mecque.

 

Les ben El Feggoun ont donné de nombreux cadis à la ville  de Constantine. Ils furent fréquemment appelés à Tunis même par les princes hafsides qui les nommèrent à de hauts emplois. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les éléments de la décoration dans l’architecture romano-africaine

24052017

 

 

 

 

Le Romain fut plus architecte qu’artiste et peut-être plus encore ingénieur qu’architecte. L’architecture romaine n’eut guère, une fois fixés ses thèmes principaux, ni la faculté, ni le goût du renouvellement. Elle piétina.

Son ordre favori, en Afrique, est le corinthien (surtout caractérisé par les feuilles d’acanthes des chapiteaux) ; parfois, le composite, qui diffère du corinthien par les volutes ioniques des angles et le coussinet circulaire. Le dorique et l’ionique sont rares. D’une manière générale, les canons classiques se sont ici quelque peu déformés ; certains chapiteaux corinthiens n’ont qu’une unique rangée d’acanthes, au lieu de deux (théâtre de Philippeville), ou ils se réduisent à deux moulures et à un gros bourrelet fleuri d’acanthes (Timgad). L’acanthe poursuivra, dans l’art de l’Algérie, sa destinée prodigieuse. Mais déjà, dès le me siècle, elle s’ossifie; son contour et ses reliefs s’amaigrissent. La sculpture ne se hasarde plus aux fortes saillies elle réduit au minimum la troisième dimension.

 

 

 

 

 

Les éléments de la décoration dans l’architecture romano-africaine  dans Art 1493832018-timgad

Chapiteau de pilier romain – Timgad

 

 

 

 

 

 

La mosaïque. - La mosaïque a connu, en Afrique du Nord, une belle floraison.

Art délicat, charmant : les Romains lui demandaient d’orner leurs palais. La Bataille d’Arbelles ou d’Issus, trouvée à Pompéi dans la maison du Faune, est justement célèbre. Le mosaïste, d’ailleurs, était un véritable artiste  » la mosaïque était pictura de musivo  ».
C’est en Afrique du Nord, que les spécimens les plus nombreux ont été découverts. Le Berbère latinisé veut donner à sa vie privée un cadre luxueux. Puis, le pavement en mosaïque permet le lavage à grande eau : ainsi on noie la poussière, on rafraîchit les salles que surchauffe le dur soleil numide. Enfin, le pays lui-même fournissait avec abondance la matière première :

marbres roses, orangés, verts, azurés, bruns, onyx blanc rosé que donnent encore les carrières d’Algérie.
 

Le dessin est quelquefois gauche, souvent incorrect. Mais la coloration reste harmonieuse et élégante; la palette est opulente, suffisamment nuancée; la conception a des paradoxes singuliers; elle se réalise en audaces de lumière et d’ombre que M. Marçais a rapprochées de la hardiesse de quelques maîtres modernes. Le seul défaut, à notre sens, est le dédain de la réalité précise et du détail. Alors que ses confrères romains ont souvent usé de moyens d’expression qui rendent les aspects mouvants de la vie, le mosaïste de ce pays n’a pas senti l’originalité de l’ambiance africaine. Il fait de l’art officiel. Il est un homme d’école, un bon élève, zélé, circonspect, rien de plus.

 

 

  

 

 

1493831752-archeologique-de-cherchell dans Art

Mosaïque romaine – vieille fontaine – Musée de Cherchell

 

 

 

 

 

Il s’évade rarement du conservatoire mythologique à la mode: tête d’Océan avec quatre néréides sur des dauphins – l’hiver .et une néréïde – un sanglier – encore une tête d’Océan et deux Néréides sur des hippocampes – un pugiliste tenant une palme – les trois Grâces – buste de Bacchus couronné de lierre, etc… L’inspiration manque de réalisme local, ou pour tout dire, de vision, d’équation personnelles. Quelquefois seulement, l’artiste s’est affranchi de l’imitation d’école un panneau découvert à Cherchell, et transporté à Alger, représente le cheval Mucosus, favori de la faction des Verts. Les  » Captifs  » de Tipaza révèlent, avec des creux d’ombre saisissante, l’âpreté de la physionomie berbère. Les mosaïques de l’Oued Atménia furent aussi, prises sur le vif, des images de l’existence rurale.

 

 

 

 

 

14-541535

Couvercle de sarcophage : adoration des rois mages à gauche et les hébreux dans la fournaise à droite - 4e siècleEmpire romain (période) – Bas-Empire romain (307-425 ap J.-C.)

 

 

 

 

 

 

  

 

La statuaire

Avouons-le: sauf de rares exceptions, sauf à Cherchell, la statuaire africaine resta de valeur moyenne. Bien qu’elle prodiguât ses sujets – statues de dieux dans les temples, d’empereurs sur les forums ou divers édifices, de magistrats municipaux ou de particuliers – elle ne paraît guère s’être élevée beaucoup au-dessus de la production courante de l’époque. Elle tomba même dans la création mercantile. M. Marçais a signalé des statues d’empereurs  » dont le torse et les membres étaient achevés d’avance et dont la tête était sculptée suivant les besoins du moment.  » Il y eut cependant de belles œuvres : une statue de dame romaine (Palais de la subdivision de Constantine), têtes d’Hadrien et d’Agrippine à Philippeville, épisodes de l’histoire de Pélops et d’Oenomaus, Castor et Pollux, sur deux sarcophages de Tipaza.

Mais c’est surtout Cherchell qui fut et resta longtemps la métropole de la statuaire.

Juba II, malgré quelques ridicules, garde dans l’histoire africaine une figure pittoresque. Descendant d’une vieille dynastie locale, élevé à Rome, il régna à Caesarea de 25 avant J.-C. jusqu’en 22 ou 23 de notre ère. Il fut un polygraphe en somme très distingué,  » un royal touche à tout « , dit M. Gsell, et, croyons-en Plutarque,  » le meilleur historien qu’il y ait eu parmi les rois « . Histoire naturelle, médecine, géographie, grammaire, peinture, poésie, rien n’échappa au zèle de cet effrayant compilateur. Certes, ses recherches furent confuses, plus appliquées que déliées. Elles aboutirent à une pesante érudition où l’ingénieuse mise en œuvre du savoir reste rudimentaire. Mais Juba II est intéressant par son philhellénisme. Ne raillons pas ce fort en thème grec : grâce à lui, l’Afrique s’est amollie aux souffles de l’Hellade.

 

 

 

 

13-553613

Fragment de statue : portrait de Juba II

 
 

 

 

 

Caesarea, à partir du règne de Juba II, devint une académie où fréquentèrent des artistes de tout le bassin méditerranéen, un foyer d’atticisme qui rayonna largement sur l’Afrique. Des sculpteurs habiles vinrent à Cherchell Ils assouplirent les marbres numides dans la noble eurythmie de l’art grec. Et quel éclectisme d’inspiration! Ce fut une technique variée, dédaigneuse de la formule unique. Caesarea eut des disciples de Phidias, de Praxitèle, de Polyclète, de l’école de Pergame, des mièvres Alexandrins. Manque d’originalité ? Soit. Le puriste, ici encore, ne trouve que de bons élèves, des  » accessits  » sans flamme personnelle. Mais leur ciseau a restitué, après les siècles, la facture éternelle des Maîtres. Ces artistes ingénieux de Caesarea surent, eux aussi, faire jaillir du marbre la vie étincelante des Formes.

Il serait fastidieux de dresser l’inventaire des richesses de Cherchell. Je citerai cependant: Apollon avec le serpent Python que le dieu vient de percer d’une flèche; – Athéna, d’un lent mouvement de draperie; – Déméter à la douceur sereine et grave; le Satyre et la panthère; – un majestueux Esculape ; Auguste avec sa cuirasse d’une minutie très fouillée; – un Neptune colossal, un admirable torse de Vénus, une matrone romaine tenant des épis et des pavots, une Livie calculatrice, une élégante canéphore, etc…

Dans l’art d’Afrique, Cherchell est une voix unique, L’une des plus pures. Peut-être la plus belle. Certainement la plus harmonieuse: elle a l’accent de la Grèce.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 1ère partie)

22052017

 

 

 Les Beni-Abd-El-Moumène

 

 

 

 

 

 

Dans le courant du XVe siècle, des marabouts venus de l’ouest, de Saguiet- El-Hamra, dans le pays de Darâa, région d’oasis situé au sud du Grand Atlas (Maroc), commencèrent à se répandre dans l’Afrique. Le rôle de ces religieux a été considérable; s’établissant d’abord d’une manière fort humble, au milieu des populations arabes ou berbères, ils n’ont pas tardé à former des centres autour desquels sont venues se grouper des fractions entières. Plus tard, ces agglomérations ont oublié leur vraie origine, pour prendre le nom du marabout venu dans le principe prêcher au milieu d’elles et répandre les notions de la religion, telle que l’école des docteurs almohades et les écoles des légistes, particulièrement du Maroc, l’avaient renouée, en la ramenant l’observation stricte de la Sonna et du Coran. 

 

 

 

 

 

Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 1ère partie)  dans Attributs d'Algérienneté 1493631231-bab-el-djabia

 Porte et quartier Bab El Djabia

 

 

 

 

 

 

Au milieu du XVe siècle, une famille de Saguiet-El- Hamra, établie d’abord à Biskra, était revêtue à Constantine de l’autorité religieuse. Il n’est pas douteux que les Ben-Abd-El-Moumène, tel est le nom de cette famille, qui a encore des représentants à Constantine, n’aient été amenés par les Oulad-Saoula. Acceptés par les Hafsides, ils avaient reçu le titre de Cheikh-El-Islam ou chef de la religion islamique, qui était devenu héréditaire dans la famille. Un des membres était, en outre, Emir-Er-Rekeb, ou conducteur de la caravane des pèlerins du Maghreb. Sid-Ahmed-Zerrouk, connu aussi sous le nom d’El-Faci-El-Berneci, qui a été au XVe siècle le grand apôtre du soufisme dans l’ouest, amenait la  caravane des pèlerins du Maghreb et descendait chez les Ben-Abd-El-Moumène. C’était une fonction importante que celle de conduire les pèlerins en Orient. Le moment fixé pour le départ était annoncé longtemps à l’avance dans chaque localité ; puis la caravane de l’ouest arrivait à Constantine, où se trouvaient déjà réunis les voyageurs de la région. Quand tout était prêt on partait, en grande pompe, au son des tambours, drapeaux déployés avec 
l’Emir-Er-Rekeb ou le Rokkas en tête. 

 

De grands privilèges étaient attachés à ces fonctions et l’on se rend facilement compte de l’influence qu’elles 
devaient donner à la famille qui en était titulaire, d’autant plus que le caractère religieux de sa charge la mettait au-dessus des luttes politiques, intestines et étrangères, dont l’empire hafside était sans cesse le théâtre. 

 

Comment expliquer autrement que dans une vieille et glorieuse cité berbère comme Constantine, avec l’esprit 
de particularisme caractérisant la race autochtone, ces « étrangers » eussent été supportés au détriment des 
anciennes familles locales et que leur influence y fut devenue si grande? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les périodes d’architecture précolombienne

20052017

 

 

 

 

Les peuples précolombiens savaient s’orienter par rapport au soleil et connaissaient les points cardinaux. Pour orienter leur urbanisme et leur architecture, ils faisaient appel à la géomancie.

L’architecture monumentale est plus tardive que l’apparition des lettres et des chiffres, et ne s’illustra que dans la période suivante.

 

 

 

L’architecture précolombienne est marquée par 4 périodes :

 

Préclassique : de la sédentarisation dès 1800 av. J.-C. jusqu’au début de l’ère chrétienne, avec découverte et culture du maïs.

Premiers temples en dur, le plus souvent ronds. Figurines anthropomorphes de terre cuite (représentant les dieux de la vie quotidienne). Apparition de la civilisation olmèque (Etat de Tabasco) figurine de jade, têtes colossales en basalte (thème de l’homme-jaguar, visage à grosse joues et boucle lippue).

 

 

Classique : (du IVe siècle apr. J.-C. au Xe siècle) architecture religieuse colossale (pyramides). Débuts de l’architecture civile. Masques mortuaires en pierre (Teotihuacan). Civilisation zapotèque : urnes funéraires en céramique surchargées (représentations humaines). Civilisation maya : stuc et surtout bijoux et masques en jade, statuettes en terre cuite peinte de l’île de Jaina (Etat de Campeche).

 

 

 

Postclassique ancien : (du Vie au XIVe siècle) civilisation toltèque à Tula. Fresque liées à la guerre, représentation de dieux guerriers. Céramique (peu recherchée). Palais à atlantes et colonnes.

 

 

 

Récente : Empire aztèque ; civilisation maya post classique au sud. L’architecture aztèque a été en grande partie détruite par les Espagnols. Sculpture sur pierre (représentations divines, objets liés au sacrifice humain). Civilisation mixtèque dans la vallée d’Oaxaca ; céramique, peinture (manuscrits), travail de l’or.   

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les trois sortes de noblesse chez les Arabes d’Algérie

18052017

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois sortes de noblesse chez les Arabes d’Algérie  dans Attributs d'Algérienneté 1493383476-1493383143-846-001-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe chez eux trois sortes de noblesse :

 

1° La noblesse d’origine.

 2° La noblesse temporelle ou militaire.

3° La noblesse religieuse.

 

 

 

 

Examinons en quelques lignes ces différents ordres :

 

1° On appelle noble d’origine (Chérif) tout musulman qui peut, au moyen de titres en règle, prouver qu’il descend de Fathma-Zohra, fille du prophète et de Sidi-Ali-Abi-Thaleb, cousin de ce dernier. On peut dire que c’est Mohammed lui-même qui a fondé cette sorte de noblesse, très-considérée chez les Arabes. Il prescrit, en effet, dans plusieurs passages du Koran, aux peuples qui ont embrassé sa foi, de témoigner les plus grands égards, aux hommes issus de son sang, en annonçant qu’ils seront les plus fermes soutiens et les purificateurs futurs de la loi musulmane. Les Arabes montrent, en général, une grande déférence pour les Cheurfa (pluriel de chérifs) et leur donnent le litre de Sidi (mon seigneur). Toutefois, comme leur nombre est très-considérable, au point de former des Farkas particuliers dans certaines tribus, les marques extérieures de respect qu’on leur témoigne, varient avec les lieux. Le Chérif est sujet aux lois, mais il a dans les pays musulmans le droit d’invoquer la juridiction de ses pairs. C’est ainsi qu’Abd-el-Kader s’était réserve le droit de les juger lui-même. Les Cheurfas jouissent de prérogatives plutôt morales que matérielles, et leur influence ne doit pas se mesurer sur les honneurs qu’on leur rend.

 

 

 

 

2° Les membres de la noblesse militaire, chez les Arabes, portent le nom de Djouads. Ce sont les descendants des familles anciennes et illustres dans le pays, ou bien encore les rejetons d’une tribu célèbre, les Koraïche, dont Mohammed et sa famille faisaient partie. Dans ce dernier cas, ils se désignent par le nom de Douaouda et représentent une noblesse supérieure aux Djouad ordinaires. La plus grande partie des Djouad tire son origine des Mehhal, conquérants venus de l’est à la suite des compagnons du Prophète. Quoi qu’il en soit, les Djouad constituent l’élément militaire dans la société arabe. Ce sont eux qui, accompagnés de leur clientèle, mènent les Arabes au combat. Par le fait, ces derniers sont presque leurs sujets. L’homme du peuple a beaucoup à souffrir des injustices et des spoliations des Djouad ; ceux-ci cherchent à faire oublier ces mauvais traitements et à maintenir leur influence, en accordant généreusement l’hospitalité et leur protection à ceux qui la réclament. Du reste, l’habitude qui fait endurer les plus grands maux, a fortement rivé la chaîne qui unit aux Djouad l’homme du peuple. Ces Cheikh, car c’est le nom que les Arabes leur doivent, quels que soient leur âge et leur position, réunissent deux traits saillants du caractère national : l’avidité du gain et un certain amour du faste, quoiqu’au premier abord ces deux penchants semblent opposés.

 

 

 

 

La noblesse religieuse mérite, plus encore que la noblesse militaire, d’être étudiée avec soin, car son influence sur les peuples est encore plus puissante, quoiqu’elle ne soit pas basée sur les mêmes fondements. Les membres de cette noblesse s’appellent marabouts. Le marabout est l’homme spécialement voué à l’observance des préceptes du Koran; c’est lui, qui, aux yeux des Arabes, conserve intacte la foi musulmane ; il est l’homme que les prières ont le plus rapproché de la divinité. Aussi ses paroles deviennent des oracles auxquels la superstition ordonne d’obéir et qui règlent à la fois les discussions privées et les questions d’un intérêt général. C’est ainsi que les marabouts ont souvent empêché l’effusion du sang en réconciliant des tribus ennemies ; c’est ainsi que leur protection (Aannaya) a souvent suffi  pour garantir de toute atteinte les voyageurs ou les caravanes. Bien des fois encore ils ont, le Koran en mains, prêché la guerre contre les infidèles. Ces exemples suffisent pour démontrer élue leur influence s’étend sur les questions religieuses et politiques ; elle est, d’ailleurs, d’autant mieux assurée, que l’exercice du culte, l’explication des livres saints, la consécration de toutes choses, mettent les marabouts en relation continuelle et intime avec les musulmans. Il faut remonter très-haut dans notre histoire pour retrouver le temps où nos évêques jouaient le rôle de marabouts, et où leur influence spirituelle et temporelle était assez grande pour allumer aussi une guerre sainte, en entraînant les croisés vers la Palestine.

 

 Un des caractères principaux de la noblesse religieuse est, qu’elle est héréditaire comme les précédentes. Les premiers marabouts étaient en général des hommes rigoureux observateurs du Koran, qui passaient pour avoir donné des preuves de leur nature supérieure en produisant des miracles. Tels sont Mouley-Thayeb, Mohammed-ben-Aaïssa, Hasnaouy, Abd-el-Kader mort à Baghdad, etc., etc., en l’honneur desquels ou retrouve en Algérie une foule de chapelles. C’est ordinairement autour de ces Zaouïas (chapelles), que les marabouts réunissent une sorte de Douar qui prend le nom de Zaouïa, précédé du mot Sidi. Une partie des terres voisines provenant en général des donations pieuses, est cultivée par les hommes de la Zaouïa et sert à les nourrir. De larges offrandes, des provisions de toute espèce, sont offertes aux marabouts et à ceux qui, vivant près de lui, étudient la loi; quelquefois même, par suite d’anciennes obligations que la religion prescrit d’observer, les voisins de la Zaouïa lui payent l’âachour ou la dîme; toutefois ce tribut n’a jamais eu de caractère obligatoire devant la justice. Les Zaouïa sont commandées par l’homme le plus influent de la famille des marabouts ; l’exercice de l’hospitalité envers tous les voyageurs et les étrangers musulmans, est un des premiers devoirs de sa position ; les criminels même doivent trouver un abri chez lui : c’est ainsi que quelques chapelles (que nous appelons vulgairement marabouts) sont un asile inviolable aux yeux des Arabes. Du reste, Ces congrégations religieuses sont tellement nombreuses dans quelques tribus, telles que les Hachem, par exemple, qu’elles y forment des divisions ou Farka particuliers. Les marabouts ne se livrent ordinairement à aucun travail manuel ; ils se vouent dans l’intérieur des Zaouïas à l’instruction d’un certain nombre d’hommes ou d’enfants, qui leur ont été confiés par les tribus. Ces disciples ou desservants de marabouts prennent le nom de Tolba (de Taleb, Lettré). Ces Tolba étudient la religion dans le Koran, et les diverses branches de connaissances exigées par leur état. Ils ont le droit de consacrer les mariages, de prononcer les divorces, etc., etc., et, à ce titre, ils jouissent d’une certaine considération. Toutefois il arrive rarement, qu’à l’extinction d’une famille de marabouts, un de ces Tolba monte d’un degré et devienne marabout à sa place dans la Zaouïa ; le plus souvent ils aspirent à devenir soit maîtres d’école dans les villes, soit assesseurs du Kady, soit même Kady ; d’autres fois encore ils ne suivent aucune de ces carrières, et vivent du produit des terres affectées à l’entretien du marabout de leur ordre.

 

 

 

 

On commettrait une grande erreur en tirant de ce qui précède, la conséquence que tous les Cheurfa, Djouad ou Marabout occupent une position élevée dans la société arabe ; on en voit, au contraire, journellement occupés à tous les métiers. Mais, si tous les membres de ces classes ne jouissent point d’une part égale de considération et d’influence, on peut affirmer au moins que la puissance et l’autorité ne se trouvent que chez elles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le rituel de puberté des jeunes filles chez les APACHES de l’Ouest

16052017

 

 

 

 

Les APACHES de l’Ouest  sont  ces groupes d’Indiens, comprenant les  bandes  de  Tonto, White Mountain, Cibecue et San Carlos, dont le territoire traditionnel faisait partie de l’actuel Etat d’Arizona. On kes distingue des Chiricahua (appartenant au groupe culturel des Geronimo) ainsi que des Apaches Mescalero et Jicarilla du Nouveau-Mexique. Les Apaches de l’Ouest vivent aujourd’hui dans la partie centre-est de l’Arizona, dans deux grandes réserves – Fort Apache et San Carlos – ainsi que dans la petit réserve de Tonto, située près de la ville de Payson.   

 Quelques Apaches vivent aussi à Camp Verde, dans une réserve qu’ils partagent avec les Yavapais. La population totale de la tribu s’élève à quelque 20 000 habitants.

Les Apaches de l’Ouest parlent l’athapascan du Sud, tout comme leurs voisins les Navaho.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rituel de puberté des jeunes filles chez les APACHES de l’Ouest  dans Coutumes & Traditions 1493304513-apache1

source: indianz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les animaux jouent un rôle marquant dans la cérémonie de puberté, tout particulièrement le cerf et l’aigle. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le costume porté par la jeune fille, soit une jupe et une cape, est confectionné en daim. Dès que les Apaches commencent à porter des vêtements de tissu, la jeune fille ne revêt plus qu’un poncho de daim par-dessus sa robe de tissu.

Une plume d’aigle orne la chevelure de la jeune pubère. L’initiée utilise une canne décorée de plumes d’aigle et, souvent, d’un loriot mort. Elle porte autour du cou une lanière de cuir à laquelle sont attachés, au moyen de tendons, un grattoir est une paille. Ces accessoires lui sont utiles puisque pendant les quatre jours que dure la cérémonie, la jeune fille n’est pas autorisée à se toucher ni à porter de contenant à ses lèvres.

La plume d’aigle dans les cheveux est pour assurer que la jeune fille vive en santé jusqu’à ce que ses cheveux deviennent aussi blancs qu’elle. La canne est aussi un symbole de longévité car elle pourra l’aider à marcher lorsqu’elle sera vieille. Quant au loriot mort, il permettra à la jeune fille de développer un bon tempérament, car les Apache prétendent que les loriots sont des oiseaux heureux.

 

 

 

 

Un autre élément important du rituel est cette grande peau de diam sur laquelle la jeune fille dans pendant la cérémonie pour s’assurer d’abondantes provisions de cerf tout au long de son existence. A une certaine étape du rituel, elle s’agenouille sur la peau de diam, dans la position où se trouvait la « Femme Changeante » au moment d’avoir ses premières menstruations. C’est également dans la position agenouillée que la « Femme Changeante » se fit féconder par le Soleil, après quoi elle donna naissance au héros « Tueur de Monstres », ainsi que par l’Eau, ce qui l’amena à donner le jour à « Né de l’Eau ». Finalement, la jeune fille s’allonge sur la peau de diam pour recevoir un message rituel de sa marraine de cérémonie, un acte qui lui donnera la force nécessaire pour marcher longtemps, transporter de lourds fardeaux et ne jamais ployer sous le poids des années.

 

Autrefois, la peau de diam était une façon courante de rémunérer le chaman qui dirigeait la cérémonie.

La robe de diam portée pour le rituel de puberté est décorée de breloques de métal. Des galons de broderies perlées sont souvent ajoutés comme garniture au bas de la jupe et du poncho. Certaines parties de l’ensemble du vêtement peuvent être colorés en jaune avec de l’ocre.

La peau doit traditionnellement provenir d’un cerf à queue noire ; on fixe la peau d’une patte au bas de la cape pour montrer qu’on a utilisé le bon type de cerf. Vers les années 1850, les boîtes de conserve ramenées des raids effectués au Mexique constituaient la principale source de fer-blanc. Lorsqu’une bande se cachait, on se passait des breloques pour ne pas alerter l’ennemi.

 

C’est la mère de la jeune fille qui fait les démarches pour acheter la peau nécessaire à la confection du vêtement. On donne souvent à la couturière des peaux supplémentaires en guise de paiement. Il faut trois peaux pour la cape et trois autres pour la jupe. La taille des franges demande énormément de temps. Une femme racontait dans les années 1930 qu’elle avait payé un garçon cinquante sous pour qu’il l’aide à tenir une peau durant une demi-journée, alors qu’elle y découpait les franges.

Après la cérémonie, la jeune fille peut continuer de porter sa robe aussi souvent qu’elle le désire jusqu’à son mariage ou sa première grossesse, après quoi elle s’habille plus modestement. Elle peut garder en sa possession la robe comme porte-bonheur, ou encore en faire profiter une jeune sœur ou une proche parente.

 

Il n’est pas rare de voir une famille louer d’une autre famille une robe, lorsqu’elle n’a pas les moyens de s’en faire une.

A plusieurs reprises au cours de la cérémonie, des groupes de danseurs masqués font leur apparition. Par groupes de cinq, ils personnifient Gan, les « Esprits des Montagnes », vivant en montagne dans des grottes. Ils viennent apprendre au groupe à suivre la Voie apache et peuvent être implorés pour apporter la guérison, la bonne fortune à la chasse (le cerf est l’animal d’élevage des esprits Gan) et la protection en général. Leur présence à la cérémonie contribue à l’efficacité du rituel.

Les danseurs Gan portent une coiffe de bois en forme d’éventail fixée à un capuchon. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les capuchons sont en daim ; on les remplace ensuite par des capuchons en tissu. Les coiffes, confectionnées à l’aide de tiges de sotol (une plante), sont blanchies à la chaux puis peintes de divers symboles. Parmi ces symboles, on retrouve le colibri, messager du peuple et du monde surnaturel, le soleil et la pluie, de même que, très souvent, le serpent associé à la foudre.

 

Certaines espèces de serpents, les unes vivant sur terre, les autres imaginaires, volent juste au-dessous du ciel avec le porc-épic, le lézard et la mouffette. Certaines de ces animaux amènent la foudre, dangereuse. Un grand serpent du monde terrestre échange avec un éclair au-dessus de lui, au sujet de certains événements survenus sur terre.

 

On attribue au serpent un très grand pouvoir et les chamans qui ont le Pouvoir du Serpent sont considérés comme étant les plus puissants.

 

Les danseurs entrent en scène vêtus d’une jupe courte, autrefois faite en peux de diam, mais aujourd’hui faite de tissu ou de cuir commercial. On retrouve sur leur torse divers motifs peints rattachés au thème de la foudre ; ils dansent en s’appuyant sur des bâtons de bois. Un des danseurs Gan est un clown. Il porte une coiffe en forme de croix et possède une corne de bœuf dont le bruit rappelle le vent.

 

Les avantages du rituel de puberté des jeunes filles s’étendent bien au-delà de l’individu. En effet, ce rituel donne aux clans l’occasion de se réunir et de consolider leurs liens. Comme la marraine de la jeune fille ne fait pas partie du même clan, le rituel permet également de tisser des liens avec des membres d’autres clans. De plus, l’identification à la « Femme changeante » vécue par la jeune fille pendant quatre jours, donne à cette dernière des pouvoirs de guérison et d’apport de bonne fortune qui profitent à la communauté dans son ensemble.

 

De nos jours, des rituels de puberté s’organisent toutes les fins de semaine dans plusieurs localités, d’avril à septembre.

Edgar Perry, directeur du centre culturel White Mountain, à Fort-Apache, se réjouit de constater à quel point ce rituel a conservé toute sa validité. « C’est notre tradition. Ma mère, âgée de 75 ans, a eu sa cérémonie, et sa mère avant elle. Nous savons qu’il est bon de bénir la jeune fille pubère et sa famille. C’est bon pour elle, et ça l’est pour nous. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diane Dittemore : conservatrice Arizona State Museum, Tucson     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Souq el-Djedid

14052017

 

 

 

 

Souq el-Djedid dans Attributs d'Algérienneté 1493128804-mosquee-es-seida-2-4-2015

 

 

 

 

 

 

Avant l’arrivée des Français, les enchères publiques algéroises se faisaient, certain jour de la semaine, au Souq-el-Djedid, rendez-vous des affaires et lieu de distraction pour les personnages importants de l’ancienne Régence.

Ce n’était pas un carrefour, mais un emplacement presque carré, avec deux portes que l’on refermait, à certaines heures, tous les soirs. Les habitants restaient ainsi séquestrés jusqu’au lendemain. Ce Souq était entouré d’échoppes de petits marchands. Les bijoutiers y vinrent s’installer après avoir quitté Souq-es-Siagha, sur la place du Gouvernement.

Le Souq-el-Djedid avait, au milieu, un figuier séculaire et gigantesque. Ce point très pittoresque de la ville d’Alger, où l’on vendait aux enchères des bijoux, des tapis, des armes et des vêtements, disparut sous le-gouvernement du duc de Rovigo. Les acheteurs se rangeaient sur deux files en diagonale. Les dellals se promenaient entre les deux rangs avec, sur le dos et à la main, les objets à réaliser. Ils criaient à haute voix les prix qu’ils en demandaient.

Longtemps encore, on vit aussi dans les rues le dellal ambulant, si bien décrit par Eugène Fromentin, cherchant à vendre les objets qui lui avaient été confiés. Ce commissaire-priseur ambulant, portant à lui seul les dépouilles de vingt ménages, s’arrêtait dans les carrefours pour vendre aux enchères publiques tout un assortiment de choses hétéroclites. Ses mains, pleines de bijoux, ressemblaient à des écrins par la profusion de pendants d’oreilles, d’anneaux de pieds, de bracelets étincelant à ses doigts maigres, recourbés comme des crochets. Perdu sous une montagne de bardes, n’ayant de libre que le visage, il se présentait devant les cafés, dans tous les carrefours de la Casbah, et, le vendredi, sur le petit marché de la rue Socgémah, criant avec véhémence le prix du premier objet mis à l’encan.

C’était alors le moyen le plus employé par la population locale pour se débarrasser promptement des objets qui avaient cessé de leur plaire, ou que la nécessité leur faisait réaliser.

Il y avait aussi des deIIalate, Les hommes, ne pouvant entrer dans les maisons, les femmes allaient vendre, dans les intérieurs et dans les cours, des foulas et des bijoux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45