LAMIAT-ALARAB Poème de Schanfari – لامية العرب – للشنفرى

9062017

 

 

 

 

 

Le poète Schanfari* était de la tribu d’Azd, et du nombre de ceux qui se distinguaient par leur légèreté à la course. Parmi les coureurs célèbres entre les Arabes, il y en avait qu’un cheval n’aurait pu atteindre : tels étaient Schanfari, Solaïc fils de Salaca, Omar fils de Barrak, Asir fils de Djaber, et Taabbata-scharran.

 

Schanfari avait juré de tuer cent hommes des Bénou-Salaman, et il en tua effectivement quatre-vingt-dix-neuf. Toutes les fois qu’il rencontrait un homme de cette tribu, il lui disait, à ton œil, puis il tirait sa flèche, et attrapait justement son œil. En conséquence ils lui tendirent des embûches, et réussirent à se rendre maîtres de sa personne.

 

Ce fut Asir ben-Djaber, l’un de ces fameux coureurs, qui se saisit de lui. Il ne cessa de le guetter jusqu’à ce que Schanfari étant descendu dans une gorge pour boire, il l’y surprit à la faveur de la nuit. Les Bénou-Salaman firent donc mourir Schanfari ; mais ensuite un d’entre eux passant auprès de son crâne, et lui ayant donné un
coup de pied, une esquille du crâne lui entra dans le pied, et lui fit une blessure dont il mourut. Ainsi fut complété le nombre de cent que Schanfari avait juré de faire périr.

 

 

 

 

 

 

 

**لامية العرب – للشنفرى

1- أَقِيمُـوا بَنِـي أُمِّـي صُـدُورَ  مَطِيِّـكُمْ         فَإنِّـي  إلى قَـوْمٍ سِـوَاكُمْ  لَأَمْيَـلُ

2- فَقَدْ  حُمَّتِ  الحَاجَاتُ  وَاللَّيْـلُ   مُقْمِـرٌ         وَشُـدَّتْ لِطِيّـاتٍ  مَطَايَـا  وَأرْحُلُ

3- وفي الأَرْضِ مَنْـأَى لِلْكَرِيـمِ  عَنِ  الأَذَى         وَفِيهَا  لِمَنْ  خَافَ  القِلَـى  مُتَعَـزَّلُ

4- لَعَمْـرُكَ مَا بِالأَرْضِ ضِيـقٌ على  امْرِىءٍ           سَرَى رَاغِبَـاً أَوْ رَاهِبَـاً وَهْوَ يَعْقِـلُ

5- وَلِي دُونَكُمْ  أَهْلُـون : سِيـدٌ  عَمَلَّـسٌ           وَأَرْقَطُ زُهْلُـولٌ  وَعَرْفَـاءُ  جَيْـأََلُ

6- هُـمُ الأَهْلُ  لا مُسْتَودَعُ  السِّـرِّ  ذَائِـعٌ           لَدَيْهِمْ وَلاَ  الجَانِي  بِمَا جَرَّ  يُخْـذَلُ

7- وَكُـلٌّ  أَبِـيٌّ   بَاسِـلٌ   غَيْـرَ  أنَّنِـي           إذا عَرَضَتْ أُولَى  الطَرَائِـدِ  أبْسَـلُ

8- وَإنْ مُـدَّتِ الأيْدِي إلى  الزَّادِ  لَمْ  أكُـنْ           بَأَعْجَلِهِـمْ إذْ  أَجْشَعُ  القَوْمِ  أَعْجَلُ

9- وَمَـا ذَاكَ  إلّا  بَسْطَـةٌ  عَـنْ   تَفَضُّـلٍ          عَلَيْهِـمْ وَكَانَ  الأَفْضَـلَ  المُتَفَضِّـلُ

10- وَإنّـي كَفَانِـي فَقْدَ  مَنْ  لَيْسَ   جَازِيَاً           بِحُسْنَـى  ولا  في  قُرْبِـهِ  مُتَعَلَّـلُ

11- ثَـلاَثَـةُ أصْحَـابٍ : فُـؤَادٌ  مُشَيَّـعٌ           وأبْيَضُ  إصْلِيتٌ  وَصَفْـرَاءُ  عَيْطَـلُ

12- هَتُـوفٌ مِنَ المُلْـسَِ  المُتُـونِ  تَزِينُـها           رَصَائِعُ قد نِيطَـتْ  إليها  وَمِحْمَـلُ

13- إذا زَلََّ عنها  السَّهْـمُ حَنَّـتْ  كأنَّـها           مُـرَزَّأةٌ  عَجْلَـى تُـرنُّ   وَتُعْـوِلُ

14- وَأغْدو  خَمِيـصَ  البَطْن لا  يَسْتَفِـزُّنيِ           إلى الزَادِ حِـرْصٌ أو فُـؤادٌ مُوَكَّـلُ

15- وَلَسْـتُ بِمِهْيَـافٍ  يُعَشِّـي  سَوَامَـه          مُجَدَّعَـةً   سُقْبَانُهـا  وَهْيَ   بُهَّـلُ

16- ولا  جُبَّـأٍِ  أكْهَـى مُـرِبٍّ   بعِرْسِـهِ           يُطَالِعُهـا في  شَأْنِـهِ كَيْفَ  يَفْعَـلُ

17- وَلاَ خَـرِقٍ هَيْـقٍ  كَـأَنَّ   فــؤادَهُ           يَظَـلُّ به المُكَّـاءُ  يَعْلُـو  وَيَسْفُـلُ

18- ولا  خَالِــفٍ  دارِيَّــةٍ  مُتَغَــزِّلٍ           يَـرُوحُ وَيغْـدُو داهنـاً  يَتَكَحَّـلُ

19- وَلَسْـتُ  بِعَـلٍّ  شَـرُّهُ  دُونَ  خَيْـرِهِ           ألَفَّ إذا ما رُعْتَـهُ اهْتَـاجَ  أعْـزَلُ

20- وَلَسْـتُ بِمِحْيَارِ  الظَّـلاَمِ  إذا  انْتَحَتْ          هُدَى الهَوْجَلِ العِسّيفِ  يَهْمَاءُ  هؤجَلُ

21- إذا  الأمْعَـزُ الصَّـوّانُ  لاقَـى مَنَاسِمِي          تَطَايَـرَ   منـه   قَـادِحٌ   وَمُفَلَّـلُ

22- أُديـمُ مِطَـالَ الجُـوعِ حتّـى أُمِيتَـهُ           وأضْرِبُ عَنْهُ الذِّكْرَ  صَفْحاً  فأُذْهَـلُ

23- وَأَسْتَـفُّ  تُرْبَ الأرْضِ كَيْلا يُرَى  لَـهُ           عَلَـيَّ مِنَ الطَّـوْلِ امْـرُؤٌ مُتَطَـوِّلُ

24- ولولا اجْتِنَابُ الذَأْمِ لم يُلْـفَ  مَشْـرَبٌ           يُعَـاشُ بـه  إلاّ  لَـدَيَّ  وَمَأْكَـلُ

25- وَلكِنّ  نَفْسَـاً  مُـرَّةً  لا تُقِيـمُ  بـي           علـى الـذامِ إلاَّ رَيْثَمـا  أَتَحَـوَّلُ

26- وَأَطْوِي على الخَمْصِ الحَوَايا كَما انْطَوَتْ          خُيُوطَـةُ  مـارِيٍّ  تُغَـارُ   وتُفْتَـلُ

27- وأَغْدُو على القُوتِ الزَهِيـدِ كما غَـدَا           أَزَلُّ  تَهَـادَاهُ   التنَائِـفَ   أطْحَـلُ

28- غَدَا طَاوِيـاً يُعَـارِضُ  الرِّيـحَ  هَافِيـاً          يَخُـوتُ  بأَذْنَابِ الشِّعَابِ ويُعْسِـلُ

29- فَلَما لَوَاهُ  القُـوتُ  مِنْ  حَيْـثُ  أَمَّـهُ          دَعَـا  فَأجَابَتْـهُ   نَظَائِـرُ   نُحَّـلُ

30- مُهَلَّلَـةٌ   شِيـبُ   الوُجُـوهِ  كأنَّـها           قِـدَاحٌ  بأيـدي  ياسِـرٍ  تَتَقَلْقَـلُ

31- أوِ الخَشْـرَمُ المَبْعُـوثُ حَثْحَثَ  دَبْـرَهُ           مَحَابِيـضُ أرْدَاهُـنَّ سَـامٍ مُعَسِّـلُ

32- مُهَرَّتَـةٌ   فُـوهٌ   كَـأَنَّ    شُدُوقَـها           شُقُوقُ العِصِـيِّ كَالِحَـاتٌ وَبُسَّـلُ

33- فَضَـجَّ وَضَجَّـتْ  بالبَـرَاحِ  كأنَّـها           وإيّـاهُ  نُوحٌ  فَوْقَ  عَلْيَـاءَ  ثُكَّـلُ

34- وأغْضَى وأغْضَتْ  وَاتَّسَى  واتَّسَتْ  بـه          مَرَامِيـلُ عَـزَّاها  وعَزَّتْـهُ  مُرْمِـلُ

35- شَكَا وَشَكَتْ ثُمَّ ارْعَوَى  بَعْدُ  وَارْعَوَتْ           وَلَلْصَبْرُ  إنْ  لَمْ  يَنْفَعِ  الشَّكْوُ  أجْمَلُ

36- وَفَـاءَ  وَفَـاءَتْ  بَـادِراتٍ   وَكُلُّـها           على نَكَـظٍ  مِمَّا  يُكَاتِـمُ مُجْمِـلُ

37- وَتَشْرَبُ  أسْآرِي  القَطَا  الكُـدْرُ  بَعْدَما          سَرَتْ قَرَبَـاً  أحْنَاؤهـا  تَتَصَلْصَـلُ

38- هَمَمْتُ وَهَمَّتْ  وَابْتَدَرْنَـا  وأسْدَلَـتْ           وشَمَّـرَ   مِنِّي   فَـارِطٌ   مُتَمَهِّـلُ

39- فَوَلَّيْـتُ  عَنْها  وَهْيَ  تَكْبُـو  لِعُقْـرِهِ           يُبَاشِـرُهُ  منها  ذُقُـونٌ   وَحَوْصَـلُ

40- كـأنَّ  وَغَـاها  حَجْرَتَيـْهِ   وَحَوْلَـهُ          أضَامِيـمُ مِنْ سَفْـرِ القَبَائِـلِ  نُـزَّلُ

41- تَوَافَيْـنَ  مِنْ  شَتَّـى  إِلَيـْهِ  فَضَمَّـهَا          كما ضَـمَّ أذْوَادَ الأصَارِيـمِ مَنْهَـلُ

42- فَغَـبَّ غِشَاشَـاً  ثُمَّ  مَـرَّتْ  كأنّـها          مَعَ  الصُّبْحِ رَكْبٌ  مِنْ  أُحَاظَةَ  مُجْفِلُ

43- وآلَفُ  وَجْـهَ  الأرْضِ  عِنْدَ  افْتَراشِـها          بأَهْـدَأَ   تُنْبِيـهِ  سَنَاسِـنُ   قُحَّـلُ

44- وَأعْدِلُ  مَنْحُوضـاً  كـأنَّ  فُصُوصَـهُ           كعَابٌ  دَحَاهَا لاعِـبٌ  فَهْيَ  مُثَّـلُ

45- فإنْ  تَبْتَئِـسْ  بالشَّنْفَـرَى أمُّ  قَسْطَـلٍ           لَمَا اغْتَبَطَتْ بالشَّنْفَرَى  قَبْلُ  أطْـوَلُ

46- طَرِيـدُ  جِنَايَـاتٍ  تَيَاسَـرْنَ  لَحْمَـهُ           عَقِيرَتُــهُ   لأِيِّـها   حُـمَّ    أَوَّلُ

47- تَنَـامُ إذا  مَا  نَـامَ  يَقْظَـى  عُيُونُـها          حِثَاثَـاً   إلى   مَكْرُوهِـهِ   تَتَغَلْغَـلُ

48- وإلْـفُ هُمُـومٍ مـا  تَـزَالُ  تَعُـودُهُ           عِيَاداً كَحُمَّـى الرِّبْـعِ أو  هِيَ أثْقَلُ

49- إذا  وَرَدَتْ   أصْدَرْتُـها   ثـمّ   إنّـها          تَثُـوبُ فَتَأتي  مِنْ تُحَيْتُ ومِنْ  عَـلُ

50- فإمّا  تَرَيْنِي  كابْنَـةِ  الرَّمْـلِ  ضَاحِيَـاً          على  رِقَّـةٍ  أحْفَـى   ولا   أَتَنَعَّـلُ

51- فإنّي  لَمَولَى  الصَّبْـرِ أجتـابُ   بَـزَّهُ           على مِثْلِ  قَلْبِ  السِّمْعِ  والحَزْمَ  أفْعَلُ

52- وأُعْـدِمُ   أَحْيَانـاً   وأَغْنَـى  وإنَّمـا           يَنَـالُ  الغِنَى ذو  البُعْـدَةِ  المُتَبَـذِّلُ

53- فلا  جَـزِعٌ  مِنْ   خَلَّـةٍ   مُتَكَشِّـفٌ           ولا  مَـرِحٌ  تَحْتَ  الغِنَى   أتَخَيَّـلُ

54- ولا تَزْدَهِي الأجْهـالُ حِلْمِي  ولا  أُرَى           سَؤُولاًَ  بأعْقَـاب  الأقَاويلِ  أُنْمِـلُ

55- وَلَيْلَةِ  نَحْـسٍ  يَصْطَلي  القَوْسَ  رَبُّـها           وَأقْطُعَـهُ  اللَّاتـي  بِـهَا    يَتَنَبَّـلُ

56- دَعَسْتُ على غَطْشٍ  وَبَغْشٍ  وَصُحْبَتـي          سُعَـارٌ  وإرْزِيـزٌ  وَوَجْـرٌ   وَأفَكَلُ

57- فأيَّمْـتُ  نِسْوَانَـاً  وأيْتَمْـتُ   إلْـدَةً          وَعُـدْتُ كما  أبْدَأْتُ واللَّيْلُ  ألْيَـلُ

58- وأصْبَـحَ عَنّـي بالغُمَيْصَـاءِ  جَالسـاً           فَرِيقَـانِ: مَسْـؤُولٌ وَآخَرُ  يَسْـألُ

59- فَقَالُـوا: لَقَدْ  هَـرَّتْ  بِلَيْـلٍ  كِلَابُنَـا          فَقُلْنَـا: أذِئْبٌ عَسَّ أمْ  عَسَّ  فُرْعُـلُ

60- فَلَمْ  يَـكُ  إلاَّ  نَبْـأةٌ  ثُـمَّ  هَوَّمَـتْ           فَقُلْنَا: قَطَـاةٌ رِيـعَ أمْ رِيعَ  أجْـدَلُ

61- فَإِنْ يَـكُ مِنْ جِـنٍّ  لأبْـرَحُ  طارِقـاً          وإنْ يَكُ إنْسَـاً ما كَها  الإنسُ  تَفْعَلُ

62- وَيومٍ  مِنَ  الشِّعْـرَى  يَـذُوبُ  لُعَابُـهُ          أفاعِيـهِ  فـي  رَمْضائِـهِ  تَتَمَلْمَـلُ

63- نَصَبْـتُ له وَجْهي  ولا  كِـنَّ  دُونَـهُ          ولا سِتْـرَ إلاَّ  الأتْحَمِـيُّ  المُرَعْبَـل

64- وَضَافٍ إذا  طَارَتْ  له  الرِّيحُ  طَيَّـرَتْ           لبائِـدَ  عن  أعْطَافِـهِ  ما   تُرَجَّـلُ

65- بَعِيـدٌ بِمَسِّ الدُّهْـنِ  والفَلْيِ  عَهْـدُهُ           لـه عَبَسٌ عافٍ مِنَ الغِسْل مُحْـوِلُ

66- وَخَرْقٍ كظَهْرِ  التُّـرْسِ  قَفْـرٍ  قَطَعْتُـهُ          بِعَامِلَتَيْـنِ ،  ظَهْـرُهُ  لَيْسَ  يُعْمَـلُ

67- فألْحَقْـتُ   أُوْلاَهُ   بأُخْـرَاهُ   مُوفِيَـاً          عَلَى  قُنَّـةٍ  أُقْعِـي  مِرَارَاً   وَأمْثُـلُ

68- تَرُودُ  الأرَاوِي  الصُّحْـمُ حَوْلي كأنّـها          عَـذَارَى  عَلَيْهِـنَّ  المُلاَءُ   المُذَيَّـلُ

69- ويَرْكُـدْنَ بالآصَـالِ  حَوْلِي  كأنّنـي           مِنَ العُصْمِ أدْفى  يَنْتَحي  الكِيحَ  أعْقَلُ

 

 

 

 

 

TRADUCTION

 

Enfant de ma mère, préparez-vous à partir, et hâtez le pas de vos montures : pour moi, je vais chercher une autre société que celle de votre famille.

 

Déjà toutes choses sont prêtes : l’astre des nuits brille de son éclat, les chameaux sont sanglés, la selle est placée sur leur dos : rien n’arrête plus votre départ.

 

II est sur la terre une retraite éloignée, où l’homme généreux peut être à l’abri des insultes; un asile solitaire prêt à recevoir quiconque veut se soustraire à la haine des siens.

 

Jamais, non, jamais il ne se trouvera à l’étroit sur la terre, l’homme prudent, et qui sait employer les heures de la nuit à courir après l’objet de ses désirs, ou à s’éloigner de ce qui cause sa frayeur.

 

D’autres compagnons me dédommageront de la perte de votre société, un loup endurci à la course, un léopard au poil ras, une hyène à l’épaisse crinière. En leur compagnie on ne craint point de voir trahir son secret: le malheureux qui a commis une faiblesse, n’appréhende point de se voir lâchement abandonné en punition de sa faute.

 

Tous ils repoussent les insultes, tous ils combattent avec bravoure; aucun d’eux cependant n’égale l’intrépidité avec laquelle je m’élance au premier aspect de l’ennemi.

 

Mais quand il s’agit d’étendre la main pour partager les aliments, alors que le plus lâche est le plus diligent, je ne les devance plus en vitesse.

 

C’est l’effet de ma générosité par laquelle je m’élève au-dessus d’eux celui qui cherche à se distinguer ainsi à droit au premier rang.

 

Je supporterai sans peine la perte de ces compagnons que les bienfaits même ne peuvent subjuguer, et dont le voisinage ne procure aucune agréable diversion.

 

Et je ne m’apercevrai pas de cette perte, pourvu que ces trois autres ne m’abandonnent point, un cœur intrépide, un glaive étincelant, un arc aussi long que robuste qui rende un son éclatant, du nombre de ces arcs polis et forts en même temps, dont le mérite soit relevé par la beauté des courroies et du baudrier auquel il est suspendu: qui gémit à l’instant où la flèche s’échappe, et semble imiter les cris et les hurlements d’une mère accablée d’infortune, à laquelle le sort a ravi ses enfants.

 

Je ne suis pas de ces gens incapables de supporter la soif, qui en menant leurs troupeaux à la pâture, éloignent les petits de leurs mères, pour épargner le lait, tandis que celles – ci paissent librement.

 

Je me suis pas non plus du nombre de ces hommes pusillanimes et poltrons, qui ne s’éloignent jamais de la compagnie de leurs femmes, et délibèrent avec elles sur toutes leurs démarches; de ces hommes qu’un rien étonne, aussi timides que l’autruche, dont le cœur palpitant semble un passereau qui s’élève et s’abaisse tour-à-tour à l’aide de ses ailes; rebut de leurs familles, lâches casaniers, qui passent tout leur temps à causer d’amourettes avec les femmes et que l’on voit à tous les moments du jour parfumés et fardés.

 

Je ne suis pas de ces hommes faibles et petits, dont les défauts ne sont rachetés par aucune vertu, incapables de tout, qui n’étant protégés par aucune arme, prennent l’épouvante à la moindre menace; de ces âmes sans énergie que les ténèbres saisissent d’effroi, quand leur robuste et agile monture entre dans une solitude affreuse qui n’est propre qu’à égarer le voyageur.

 

Quand mes pieds rencontrent une terre dure et semée de cailloux, ils en tirent des étincelles et les font voler en pièces. Je sais supporter la faim avec une constance généreuse, je fais semblant de ne pas la sentir, j’en détourne ma pensée et je l’oublie entièrement.

 

Je dévore la poussière de la terre sèche, et sans aucune humidité, de peur que la faim ne s’imagine avoir quelque avantage sur moi, et ne se vante de m’avoir vaincu.

 

Si la crainte d’essuyer quelque outrage ne m’avait fait embrasser cette vie pénible et errante, tout ce que l’on peut désirer pour apaiser la faim ou la soif, ne se trouverait que chez moi; mais mon âme généreuse, qui ne peut souffrir aucune insulte, se séparerait de moi, si je ne m’éloignais promptement.

 

Mes entrailles, tourmentées de la faim, se tortillent et se resserrent sur elles-mêmes, comme les fils torts par la main ferme et adroite d’une habile fileuse.

 

Je sors dès le matin, n’ayant pris qu’une légère nourriture , tel qu’un loup aux poils grisâtres, qu’une solitude a conduit à une autre solitude, et qui, pressé de la faim, se met en course dès la pointe du jour avec la rapidité du vent : dévoré par le besoin , il se jette dans le fond des vallées et précipite sa marche; fatigué de chercher en vain dans des lieux où il ne trouve aucune proie, il pousse des hurlements auxquels répondent bientôt ses semblables, des loups maigres comme lui, décharnés, dont le visage porte l’empreinte de la vieillesse ; on dirait, à la rapidité de leurs mouvements, que ce sont les flèches qu’agite dans ses mains un homme qui les mêle pour tirer au sort , ou que le chef d’un jeune essaim mis en liberté, hâte le vol de la troupe qui le suit, vers les bâtons qu’a placés, pour les recevoir, dans un endroit élevé, l’homme qui s’occupe à recueillir le produit du travail des abeilles.

 

Ces loups ouvrent une large gueule; leurs mâchoires écartées ressemblent aux deux parties d’une pièce de bois que l’on a fendue; ils ont un aspect affreux et terrible. Aux hurlements de ce loup, les autres répondent par des hurlements dont retentissent au loin les déserts; on les prendrait pour autant de mères éplorées, dont les cris déchirants se font entendre du sommet d’une colline élevée.

 

A ses cris succède le silence, et le silence succède à leurs cris; toujours constants à imiter son exemple, ils se consolent de la faim qui les dévore, par celle qu’endure celui-là, et leurs tourments servent aussi à soulager sa douleur.

 

Se plaint-il : ils font entendre leurs plaintes; s’il renonce à des plaintes superflues, les autres y renoncent aussi ; et certes, là où les plaintes ne servent de rien, la patience est de beaucoup préférable.

 

Il retourne sur ses pas, et les autres retournent pareillement sur leurs pas : ils précipitent leur course, et quoique pressés par la violence de la faim, ils cachent les maux qu’ils endurent sous une bonne contenance.

 

Les kata qui volent en troupe vers une citerne, en faisant retentir l’air du bruit de leurs ailes, ne boivent
que les restes des eaux que j’ai troublées.

 

Nous courions en même temps pour apaiser notre soif ; nous nous hâtions, à l’envi, d’atteindre cet objet de nos désirs : ils déploient toutes leurs forces, tandis que, sans me presser, je les devance lestement, et je semble être le chef de leur troupe.

 

Déjà je les ai quittés, et je me suis retiré, après avoir étanché ma soif : épuisés de fatigue, ils tombent avec précipitation sur les bords humides de la citerne, et plongent dans la fange le cou et le jabot.

 

Le bruit qu’ils font tout à l’entour de cette mare est comme celui d’une troupe de voyageurs
au moment où leur caravane s’arrête pour camper.

 

Ils accourent de toutes parts vers la citerne : elle réunit vers un centre commun leurs troupes éparses, de même que les troupeaux d’un campement d’Arabes se réunissent autour d’un abreuvoir.

 

Ils boivent avec précipitation, et, reprenant leur vol, ils partent aussitôt, semblables, au moment où les premiers rayons du jour éclairent leur retraite, à une caravane de la tribu d’Ohadha qui précipite son départ.

 

Lorsque je prends la terre pour mon lit, j’étends sur sa surface un dos bossu que soulèvent des vertèbres saillantes et desséchées, et un bras décharné, dont toutes les articulations semblent être autant de dés jetés par un joueur, qui se tiennent debout devant lui.

 

Si les destins malins de la guerre se plaignent, aujourd’hui que Schanfari échappe à leurs coups, assez longtemps ils ont joui de son malheur.

 

II a été en proie à toutes les injustices qui se sont partagé sa chair comme celle d’un chameau dont les portions sont tirées au sort; et toutes les fois que quelque malheur est survenu, il en a toujours été la première victime.

 

Si par hasard le sort malin semblait fermer ses yeux vigilants, dans son sommeil même ses yeux s’ouvraient, et s’empressaient de le frapper de quelque nouveau malheur.

 

Les soucis, ses compagnons assidus, n’ont cessé de se succéder avec autant et plus d’exactitude que le retour régulier des accès d’une fièvre quarte.

 

Lorsqu’ils approchaient, je les éloignais de moi; mais ils revenaient, et fondaient sur moi de toutes parts.

 

Si tu me vois, semblable à l’animal qui vit au milieu des sables, me montrer au grand jour, malgré ma délicatesse, les pieds nus et dépourvus de chaussure, sache que je suis un homme dévoué à la patience : elle est la cuirasse sous laquelle je couvre un cœur de lion, et la fermeté d’âme me tient lieu de sandales.

 

Tantôt je manque de tout, tantôt je suis dans l’abondance : car celui-là est véritablement riche qui ne craint point l’exil, et qui n’épargne point sa vie.

 

Le besoin et l’indigence ne m’arrachent aucun signe d’impatience, et les richesses ne me rendent point insolent.

 

Ma sagesse n’est point le jouet des passions insensées: on ne me voit point rechercher les bruits défavorables que sème la renommée, pour ternir, par des rapports malins, la réputation d’autrui.

 

Combien de fois, pendant une nuit rigoureuse où le chasseur brûlait, pour se chauffer, et son arc et ses flèches, son unique trésor, je n’ai pas craint de voyager malgré l’épaisseur des ténèbres et la pluie, n’ayant pour toute compagnie que la faim, le froid, la crainte et les alarmes!

 

J’ai rendu des femmes veuves et des enfants orphelins, et je suis revenu comme j’étais parti, tandis que la nuit conservait encore toute son obscurité.

 

Au matin qui la suivait, pendant que j’étais tranquillement assis à Gomaïsa, deux troupes causaient ensemble, à mon sujet : Nos chiens, disaient-ils, ont aboyé cette nuit; nous nous sommes demandés à nous-mêmes : ne serait-ce point un loup qui erre à la faveur des ténèbres, ou une jeune hyène !

 

Mais, après un instant de bruit, ils se sont rendormis, et alors nous nous sommes tranquillisés en disant : c’est sans doute un milan, ou peut-être un épervier, qui a eu une frayeur passagère .

 

Si c’est un génie malin qui a passé par ici, certes il nous a fait un grand mal par sa
visite nocturne ; si c’est un homme. .. ..; mais un homme ne peut pas faire tant de ravages.

 

Pendant les jours brûlants de la canicule, où les vapeurs formées par l’ardeur du soleil sont en fusion, où les reptiles ne pouvant supporter sa violence, s’agitent sur le sable brûlant, j’ai exposé hardiment mon
visage à tous ses feux, sans qu’aucun voile me couvrît, et n’ayant pour tout abri contre sa fureur, qu’une toile déchirée, et une longue chevelure, qui, agitée par le vent, se séparait en touffes épaisses, dans laquelle le peigne n’avait point passé, qui n’avait point été , depuis longtemps, ni parfumée, ni purgée de vermine, enduite d’une crasse épaisse, sur laquelle une année entière avait passé sans qu’elle eut été lavée et nettoyée.

 

Combien de fois n’ai-je pas traversé, à pied, des déserts immenses, aussi nus que le dos d’un bouclier, qui n’avaient point accoutumé de sentir le pied des voyageurs!

 

J’en ai parcouru toute l’étendue d’une extrémité jusqu’à l’autre, et je me suis traîné jusqu’au sommet d’une hauteur inaccessible, que j’ai gravie tantôt debout et tantôt assis, comme un chien.

 

Autour de moi rôdaient de noirs bouquetins que l’on eût pris, à leurs longs poils, pour de jeunes filles vêtues d’une robe traînante: ils s’arrêtaient autour de moi sur le soir, et semblaient me prendre pour
un grand chamois tacheté de blanc, aux jambes torses, qui gagnait le penchant de la colline.

 

 

 

 

 

 

 

 

: Le mot Schanfari signifie celui qui a de grosses lèvres.

** : Ce poème porte le nom de Lamia لامية parce que tous les vers se terminent par un lam (ل). C’est à l’imitation de ce poème célèbre que Tograï a intitulé le sien لامية العجم .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Chant populaire

30042017

 

 

 

 

 

Chant populaire dans Littérature 1492596015-899444s080820

 

 

 

 

 

 

 

Cette ancienne berceuse était chantée par les femmes de Guelma pour endormir leurs enfants.  

 

 

 

 

Mon fils dort dans le berceau

Et je le berce.

Quand il sera grand il lira sur la planche

Et le professeur l’instruira.

 

 

Mon chéri est parmi les garçonnets

Le plus agile d’entre eux.

Lorsque vient le coucher du soleil

Il part les laissant seuls.

 

 

O postillon ! Conduis bien,

Prends garde de faire tomber mon fils ;

Je te prie de veiller sur lui

Et te paierai de mes deniers.

 

 

Son père est satisfait

Quand il commence à lire

Et son frère le caresse

D’un coup amical sans lui faire mal.

 

 

Mon fils nage sur la mer

Comme un capitaine marin,

S’il voyage sur terre

Il monte la chamelle coureuse.

 

 

Mon fils est cavalier de goum

Monté sur une jument ;

Si le sommeil arrive

Il se repose un peu.

 

 

Mon fils est parti chasser.

Il me rapporta un porc-épic ;

Lorsqu’il voulut recommencer

Il rencontra les voleurs.

 

 

Mon fils est toujours propre

Il se lave au bain maure.

Lorsque vient l’époque de l’été

Il mange de la chair de colombe.

 

 

Les amis de mon fils sont raisonnables

Et il est le plus sérieux d’entre eux ;

Si la bataille se déclare

C’est lui qui est le premier !

 

 

Dès le matin de bonne heure

Il se lève et travaille ;

Lorsqu’arrive la fin de la matinée

La gazelle revient dans son parc.

 

 

O gens comment vais-je faire !

Mon fils m’a quitté,

Mon esprit s’égare

En songeant au peu de temps que je l’ai vu.

 

 

Mon fils est cadi,

Il tranche les différends,

Il juge par une décision sûre

Entre les partisans des délits.

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




‘Le Diseur’ dans la tradition littéraire populaire algérienne

21032017

 

 

 

 

La poésie, chez les Arabes de l’Algérie, est aussi à son déclin, quoique l’on puisse dire qu’elle leur soit restée familière et qu’ils aient l’imagination chaude et facile à l’exaltation.

L’Arabe sent les beautés de la nature, mais ses sensations et sa verve s’exercent plus particulièrement sur la beauté, les charmes de la femme, l’excellence des chevaux, la bonté et le luxe des armes, les faits de guerre, chasse, etc.

Cette poésie se manifeste par des Gais et Ghrazels, sortes de lais.

Quelques-uns s’écrivent, la plupart se chantent dans l’inspiration, se répètent de mémoire, et vont ainsi de tribu en tribu à travers l’Algérie, colportés par les Diseurs, derniers vestiges des anciens bardes et trouvères d’autrefois.

Ces diseurs se divisent en GoualsAïats et Meddah’s.

 

 

 

 

‘Le Diseur’ dans la tradition littéraire populaire algérienne  dans Littérature 1486030065-57

 

 

 

 

 

Les Gouals, ou poètes ambulants, doués du don de l’improvisation, vont de douar en douar, au foyer hospitalier des grands et des riches, chanter, en s’accompagnant de la flûte primitive et du tambourin, les exploits des guerriers en renom, les amours d’amants célèbres.

Ils fréquentent les marchés, les réunions, les noces et les fêtes.

Mais comme tout passe en ce monde, ils vont tous les jours s’éclipsant, et, moins heureux que leurs devanciers de l’ancienne Grèce ou des régions du Nord, les derniers diseurs arabes voient finir avec eux leurs chants et leur récits héroïques. — On’en excepte toutefois ceux qui ont été tirés de l’oubli par plusieurs ouvrages sur l’Algérie, entre autres par les livres du général Daumas.

Le Goual est généralement de mœurs pacifiques, il n’a point de costume particulier; il se reconnaît néanmoins à une physionomie rêveuse et souvent inspirée, à ses modestes instruments qu’il porte dans le capuchon de son bernous. — On le désigne aussi sous le nom de Sahab-elSenâ, ami du métier, de la gaie science.

 

 

 

 

 

L’Aïat* a plus d’analogie avec les bardes belliqueux de la vieille Irlande, qui savaient aussi bien manier la lourde épée que la lyre.

Les Aïats ont a peu près disparu à la fin du XIXe siècle, et c’est à peine si de loin en loin on en rencontrait encore quelques-uns dans les tribus guerrières du Sud.

L’Aïat, homme de cheval et de poudre, — comme il aime à s’en vanter, — possède une voix d’un timbre aigu, d’une immense portée.

Dans la mêlée des combats, il jette des appels, des excitations scandées et rythmées, qui exaltent jusqu’à la frénésie le courage des guerriers.

Véritables clairons humains, avec leurs voix de cuivre, — ces inspirés de la lutte ont souvent, comme les héros d’Ossian, déterminé la victoire par leurs chants énergiques.

Les cris, les appels des Aïats agissent sur les nerfs avec un effet semblable à celui que nous produit la charge battue par le tambour; ils donnent cette horripilation que l’on définit souvent en disant : avoir la chair de poule.

J’ai été soumis à l’action du chant des Aïats, et me suis rendu compte de sa stimulante énergie.

Les lambeaux de phrases ou de vers lancés par les Aïats dans les moments décisifs du combat sont des appels aux sentiments élevés, à la gloire des guerriers, à leurs anciens exploits. — Quelquefois même il est fait allusion à l’amour des plus braves pour des beautés en renom.

Après ces indiscrétions, que l’on peut appeler suprêmes, au moment du péril, — un guerrier doit vaincre ou être mis hors de combat; il n’oserait jamais se représenter vaincu devant la femme qu’il aime, lorsqu’elle a été invoquée en son honneur pour déterminer la victoire de son parti.

 

 

 

 

 

Les Meddah’s** chantent particulièrement la poésie religieuse, les prouesses des compagnons du Prophète. Les Mehds, d’où ils tirent leur nom, sont de petits poèmes sacrés en l’honneur de l’Islam et des hauts faits accomplis par ses Oualis et Moudjaheds***.

Les Meddahs se distinguent par un fanatisme outré.

Pénétrés et convaincus de la véracité des dires et gestes de leurs héros, de la supériorité de leur religion sur celle des infidèles, ils s’enivrent à leurs propres chants et entraînent leurs auditeurs par le récit extraordinaire des faits célèbres et par le mode sur lequel ils sont rythmés.

La cadence, monotone au début, violente et heurtée par progression, finit par opérer une sorte d’enivrement mystique, dont l’effet va toujours croissant, et entraîne jusqu’à l’extase les sectateurs du Prophète.

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* : De aïet (عيط), crier, appeler haut

** : Meddah, louangeur; — medh, louange.

*** : Oualis, saints; — Moudjaheds, combattants pour la foi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le « Dhik’r » est cause de tout bien – قصيدة الذكــر أسباب كل خير : Cheikh Ahmed al-Alawi

5022017

 

 

 

 

 

 

 

الذكــر أسباب كل خير

 

ما ذا فرطت في الاوقات الخالية **** ضاعت الايام كي ندير
نغنم وقتي اليوم نذكر بالنية **** نحظر بالقلب و الضمير

الذكر احسن من التجارة **** لو كان نقول واش فيه
افضل من الملك و الوزارة **** و الناس محرفة عليه
و الدنيا كلها اخسارة **** حاطت بالعدل و السفيه
 ربي من حرها يجير

 

 

نخشى نفسي تصير لها معطية **** نبقى في يدها اسي

بعدالتوفيق والاوصاف المرضية **** الذكر اسباب كل خير

يا رب عمت المصايب **** و الذكر اثقال في اللسون
والخلق سعات في الغرايب **** و الناس احوالها فتون
غاص المطلوب في المطالب **** و الصدق قليل ما يكون
الناس قلوبها ذكير

 

 

ما ينفع وعض في ارباب المعصية **** اعييت انا من النذير
اين اقوالي مع اقوال الانبياء **** الذكر اسباب كل خير

النايم في القريب يفطن **** و الميت ما لو احساس
كيفاش القول فيه يمكن **** راني نبني بلا اساس
الناس احوالها تجنن **** تسعى في المقت والفلاس
معلوم نهارها كبير

 

 

يوم الحساب اش هذ الدهية **** لوكان تشوف ما يصير
تسمع قولي تعواج عن المعصية **** الذكر اسباب كل خير

يا خوتي هيا انتوبو **** نذكرو ربنا جميع
في الاخرة ذاك ما انصيبو **** و الوقت عزيز لا يضيع
و الشاقي ربنا احسبو **** ما يسمع قول ما يطيع
يعصي ملاه بالكبير

 

 

الذكرة نافعة للمومن شافية **** تنهض بالقلب و الضمير
يخرج للعز بعد ذل المعصية **** الذكر اسباب كل خير

يا ربي وفق الجماعة **** لافعال الخير و الصلاح
و انسج المعصية بطاعة **** واجه العباد بالسماح
جميع الخلق للشفاعة **** نحتاجو كلنا قباح
بغيت انتوب يا قدير

 

 

كم من سية عصيت ظاهر وخفية **** و النا س تعدني بخير
لو لا فضلك عمني و ظهر فيا **** الذكر اسباب كل خير

صيرت كلامنا حقايق **** راهو منقول في الكتوب
يظهر منسوم للخلايق **** ياخذ بالروح و القلوب
صاحب الصدق ليه شايق **** يا ربي تستر العيوب
العلاوي يظن خير

 

 
ادركني يا لطيف عند المنية **** بجاه الصادق البشير
انا والحاظرين و اصحاب النية **** الذكر اسباب كل خير

 

 

 

 

 

 

 

Traduction

 

Le Dhikr est cause de tout bien
Traduit par Abdul-Jamil (Johan Cartigny)

 

 

 

***

Ah ! Combien ai-je été négligent et perdu de temps !
Et ces jours sont à jamais perdus et que faire maintenant ?
Des aujourd’hui, je dois mettre mon temps à profit
Et mentionner Dieu sincèrement
Et par mon cœur et par ma conscience être présent.

 

 

***

 Le Dhikr est mieux que la vente et l’achat.
Ah ! Si je vous disais ce qu’il vaut.
Il vaut mieux que la royauté‚ et le vizirat ;
Mais les gens (dans l’ignorance) le négligent.
Ce monde-ci tout entier est perte
N’a envahi (ensemble) et le juste et l’injuste.
Que Dieu nous préserve de son feu !

 

 

***

Je crains que mon Âme ne devienne pour ce (monde) monture,
Et qu’entre ses mains je ne reste captif:
Aprèsl’Assistance divine et les bonnes vertus
Le Dhikr est cause de tout bien!

 

 

***

Mon Dieu! partout les maux se sont répandus
Et le Dhikr est devenu si lourd pour les langues.
Les gens se sont donnes à d’étranges conduites,
Aussi, leurs états sont multiples et divers.
La Recherche est immergée dans les recherches,
Car la sincérité‚ est si rare.
Les gens ont le cœur dur.

 

 

***

Les bons conseils sont vains pour les maîtres du pêché
Et moi je suis las d’avertir.
Que valent mes paroles comparées a celles des prophètes ?
Le Dhikr est cause de tout bien.

 

 

***

Celui qui dort peut être réveillé
Mais celui qui est mort est insensible ;
A son propos, le discours n’a aucun sens ;
Je suis en train de bâtir sur du sable.
Le comportement des gens peut rendre insensé
Ils courent à la colère de Dieu ; ils courent à leur faillite.
Aussi leur jour sera-t-il un grand jour.

 

 

***

Le jour du jugement dernier, quelle tragédie !
Ah ! Si tu savais ce qui se passera.
Si je te le disais, tu fuirais le péché :
Le Dhikr est cause de tout bien!

 

 

***

Repentons-nous, mes frères !
Et ensemble, mentionnons Dieu !
Dans l’autre monde, c’est tout ce que nous trouverons,
Et le temps est si cher ; ne le gaspillons pas !
Le damne aura Dieu pour juge.
Refusant tout conseil, il ne veut obéir.
Il désobéira son Seigneur en commettant de grands péchés.

 

 

***

Le rappel est utile et bénéfique pour le croyant.
Il fortifie son cœur et sa conscience,
Ainsi il connaîtra l’honneur après avoir connu le péché humiliant.
Le Dhikr est cause de tout bien!

 

 

***

Mon Dieu! Assiste notre communauté
Et aides-la à pratiquer le bien et la vertu !
Abroge les mauvais actes par les bons !
Dispense à Tes serviteurs Ton pardon !
Pour nous et les créatures, Ton pardon Est nécessaire,
Car nous sommes tous méchants.
Je voudrais me repentir, Tout-Puissant !

 

 

***

Combien de mauvaises actions ai-je commises en public et en secret !
Et les gens croient que je vais bien!
Si Ta grâce ne m’avait envahi et ne s’était manifestée en moi…
Le Dhikr est cause de tout bien.
Tu as rendu mes paroles vérités ;

 

 

***

Et elles sont transcrites dans des livres.
Elles se manifestent aux gens comme un zéphyr ;
Elles subjuguent les Âmes et les cœurs.
L’homme sincère les désire ;
Oh! Mon Dieu, cache nos défauts.
Al-Alawî a de l’espoir.

 

 

***

Mon Dieu! Viens à notre secours au moment de la mort,
Par le véridique Annonciateur de la bonne nouvelle ;
Aux miens, a celui des gens présents et de tous les gens bien intentionnés.
Le Dhikr est cause de tout bien !

 

 

 

 

 

 

Version Samaà soufi  

 

  

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Prisonniers d’Agouni Ouadella ‘Imehbas n ugwni wadella’

23122016

 

 

 

 

Poème kabyle chanté par les prisonniers lors de la guerre de libération.

 

 

 

 

Prisonniers d’Agouni Ouadella ‘Imehbas n ugwni wadella’  dans Littérature 1480685233-prisonniers2

 

 

 

 

 

Je suis à Agouni Ouadella

Constamment assis sur la terrasse ;

La lampe au dessus de ma tête,

Le courant électrique siffle.

Courage, oh ! Frères !

Mourrons, plutôt qu’informer l’ennemi !

 

 

1480412339-sans-titre dans Littérature populaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis à Agouni Ouadella

Constamment au balcon ;

Mon gardien (prison), c’est MOHAMED

L’autre s’appelle Mico ;

Je t’implore, oh ! Gardien de la prison !

Libère-nous, c’est déjà la mi-journée ! 

 

1480412337-sans-titre0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis à Agouni Ouadella

Constamment à la fenêtre ;

Mon chef, s’appelle MOHAMED,

L’autre, c’est le « maigre » sergent.

Je t’implore, oh ! Gardien de prison !

Libère-moi, j’ai hâte de revoir le village !

 

1480412338-sans-titre2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Lundja (conte de grande kabyle)

9112016

 

 

 

 

 Lundja (conte de grande kabyle)  dans Littérature 1478440255-161025111025945763

 

 

 

 

Il était une fois un Roi qui avait un fils..un seul fils. Il l’enferma à clef dans une chambre et mit à sa disposition une gouvernante. Elle le servit..lui donna à manger et à boire. Il ne manqua de rien mais resta toujours dans sa chambre.

Les années passèrent et le voici devenu homme. Les voix des gens du dehors parvinrent jusqu’à lui. Il pensa :

-« Pourquoi suis-je toujours ici ?…moi aussi j’aimerais sortir…parler avec d’autres…me marier.»

 

Un jour, lorsque sa gouvernante lui apporta son repas, il trouva un os dans la viande. Avec celui-ci, il creusa un trou dans le mur et regarda. Il vit des hommes et des femmes, des filles et des garçons qui discutaient entre eux, riaient. Il pensa :

-« Eh oui ! moi je suis ici toujours triste, parce que la porte de cette chambre est fermée. J’aimerais tellement en sortir ! »

 

Lorsque la gouvernante revint, il demanda à voir sa mère. Celle-ci vint :

 Qu’est ce que tu veux ?… »

-« Maman, je veux sortir. Lorsque j’étais enfant, ça ne faisait rien que je sois toujours ici. Mais maintenant je suis un homme. Je veux sortir. »

 

Elle refusa. Lui, sortit quand même, descendit à la maison de ses parents et demanda un cheval. Il emporta deux bidons, partit à la fontaine chercher de l’eau. Là il rencontre une vieille femme. Il ne put remplir ses bidons car elle avait placé un tamis sur le robinet.

 Laissez-moi prendre de l’eau, le tamis m’en empêche. »

Elle refusa…Lui, insista. Elle le regarda en ricanant :

-« On dirait que tu vas te marier avec Lundja, la fille de la sorcière. »

…et enleva le tamis.

Il remplit les bidons pour sa mère et rentra chez lui…

…mais il était fiévreux. Sa mère s’inquiéta :

-« Qu’est ce que tu as mon fils ?..tu es malade ?..qu’as-tu vu ?..

-Maman, si tu veux que je guérisse, va me chercher la vieille femme, près de la fontaine, et tu me prépareras à manger. »

La mère s’en alla à la fontaine et revint avec la vieille femme :

-« La voici mon fils. Que veux-tu que je te prépare à manger ?

-Prépare-moi de la galette avec du bouillon. »

Lorsque le bouillon fut très chaud, le fils prit la main de la vieille femme, la trempa dedans :

-« Dis-moi où habite la sorcière, sinon je ne te lâche pas. »

-Elle habite par-là…non elle habite par ici…

-Ce n’est pas vrai. Donne-moi l’endroit exact. »

 

Finalement, elle eut tellement mal à la main, qu’elle lui dit la vérité. Il la lâcha. Il était guéri. Il monta sur son cheval et partit à la recherche de la maison de la sorcière. Il traversa de nombreux villages et pays sans rien trouver.

De temps en temps, il questionnait les gens qu’il rencontrait :

-« Savez-vous où habite la sorcière ?…Connaissez-vous la maison de la sorcière ?.. »

Il finit parla trouver.

-« Comment vais-je faire pour entrer », se demanda-t-il.. »

Il se cacha, attendit qu’elle sortit..et vint frapper à la porte. Lundja, sa fille, lui ouvrit. Elle était très belle.

 Que veux-tu ?.. »

-J’ai rêvé de toi. Je veux t’épouser.

-Je veux bien..mais ma mère a eu quatre-vingt-dix-neuf garçons. Elle les a mangés. Si elle te trouve ici elle risque de te manger toi aussi. Tu seras le centième !.. »

Il s’inquiéta :

-« Que puis-je faire ?.. »

Il discuta avec Lundja jusqu’au moment du retour de la sorcière.

-« Rentre dans la maison et cache toi dans le trou qui est ici. Je vais le fermer avec une gasâa que je vais clouer..mais si ma mère parle fort, s’énerve..attention, tu sors ! »

La sorcière arriva..renifla :

-« Hum ! ça sent quelque chose…quelqu’un est arrivé ici.. »

-Mais non, maman, pas du tout, il n’y a personne.

_Si, je sens que quelqu’un se cache.

-Mais non..mais non.. »

 

La sorcière ne dit plus rien, mangea avec sa fille. Le repas terminé, elle réclama du henné.

Sa fille lui apporta. Elle le mit dans une assiette et prononça une parole magique :

-« Toute la vaisselle arriva. La gasâa voulut venir mais les clous l’en empêchèrent. La sorcière s’en étonna :

 Que se passe-t-il ?..

-Ce n’est rien maman, la gasâa est fatiguée. Donne-moi un peu de henné, je vais lui en porter. »

Lundja lui en donna. La gasâa resta tranquille. La vaisselle regagna sa place..et ce fut l’heure d’aller dormir.

Lundja avait de très longs cheveux. Pour l’empêcher de bouger et de sortir, sa mère les mettait sous sa tête et dormait ainsi. Ce soir-là, Lundja refusa :

 Tu sais maman, j’ai mal à la tête. Laisse mes cheveux.

-Non, je veux dormir comme d’habitude. »

Lundja pleura :

-« S’il te plaît maman, je suis malade aujourd’hui. Je dors à côté de toi, mais laisse mes cheveux. »

Voyant sa fille pleurer, la sorcière accepta. Elle s’endormit..mais Lundja resta éveillée. -Lorsque sa mère dormait profondément, tous les crapauds, les serpents, les rats, les animaux qu’elle avait dans le ventre se mettaient à faire du bruit.- Cette nuit-là, dès qu’elle les entendit, elle se leva, appela le fils du Roi..et les voilà partis tous deux.

Mais le mortier de la maison s’en aperçut, réveilla la sorcière :

 Ta fille s’est enfuie avec un garçon. »

La sorcière se leva, s’en alla à leur recherche.

Sur la route, une fée appela Lundja.

-« Lundja, Lundja, attention…ta mère est derrière toi.

-Vite, dit Lundja à son fiancé, transformons-nous. Je deviens une mosquée et toi le ‘Taleb’. »

La sorcière arriva, se dirigea vers la mosquée :

-« Hé..Taleb..tu n’as pas vu un homme et une femme en fuite ?..

-Non, je n’ai rien vu. Je suis toujours dans la mosquée. Mais peut-être sont-ils passés par là ?..

La sorcière prit la route indiquée. La mosquée et le Taleb redevinrent Lundja et son fiancé. Ils recommencèrent à marcher. De nouveau la fée leur apparut :

_ « Lundja, Lundja..attention ta mère arrive.

-Vite, dit Lundja à son fiancé. Transformons-nous, toi en oiseau et moi en arbre. »

La sorcière passa sans les remarquer. Ils recommencèrent à marcher…marcher…et rencontrèrent une rivière :

-« Rivière, laisse-nous passer. »

Les eaux s’ouvrirent, laissèrent passer Lundja et son fiancé puis se refermèrent derrière eux.

Mais la sorcière arriva avec un chien :

-« Chien, bois de l’eau, bois de l’eau, bois toute l’eau de la rivière. »

Le chien but, but but..en creva..et il y avait toujours autant d’eau ! Ne pouvant traverser la rivière, elle appela sa fille :

-« Lundja..Lundja..attention ! Si tu trouves des vaches qui se bagarrent, ne les sépare pas. Fais de même pour tous les animaux. »

Lundja et son fiancé continuèrent leur route en suivant les conseils de la sorcière. Mais lorsqu’ils rencontrèrent des autruches, Lundja dit à son fiancé :

-« Attention, ne les sépare pas. »

Il lui répond :

-« Si, je vais les séparer..regarde, elles n’ont pas de plumes sur le cou, elles vont se blesser. »

L’autruche emporta le fiancé sous son aile, tourna, tourna dans le ciel :

-« Lundja, Lundja..pars et prends les devants. Tu trouveras une fontaine. Tu y resteras jusqu’à ce que la bonne du Roi vienne y puiser de l’eau avec son chien. Tu la tueras et tu te couvriras de sa peau. Tu prendras le bidon plein d’eau et tu suivras le chien. »

Lundja obéit, tua la bonne, se recouvrit de sa peau, suivit le chien et arriva dans la maison du Roi. Elle fit tout le travail de la bonne. Le Roi ne remarqua rien.

La troisième nuit, l’autruche portant le fiancé se posa sur le toit de la maison du Roi :

 Lundja..Lundja..où es-tu ?..qu’est ce que tu bois ?..qu’est-ce que tu manges ?..où est-ce que tu dors ?

-Je dors par terre. Je mange des graines… »  

Le lendemain, l’oiseau revint. Un voisin, ayant tout entendu, en parla au Roi. Le Roi appela Lundja..qu ‘il prenait toujours pour sa bonne :

-« Ce matin ne vas pas checher de l’eau. Mais viens ici. Raconte-moi ce qui se passe… »

Lundja ne répondit pas. Le Roi insista, la menaça. Elle lui dit :

-« Si tu veux savoir, cette nuit ne dors pas et écoute… »

Le Roi entendit l’oiseau parler et comprit qu’il portait son fils sous son aile :

-« Ma bonne, cette soirée tu vas tuer une génisse…et tu la laisseras sur place. Les oiseaux viendront pour la manger. Tu prendras un bâton et tu les frapperas…jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un, le plus grand, celui qui porte mon fils. Tu le frapperas sur l’aile –mon fils en tombera. »

Ainsi fut fait. Le fils du Roi était devenu comme un nouveau-né. Lundja prit son fiancé dans ses bras, l’emmena dans sa chambre, le soigna. Chaque fois qu’elle sortait de la chambre, elle revêtait la peau de la bonne, continuant ainsi à tromper le roi. Lorsque le fils du Roi fut guéri, il dit à son père :

-« Père je veux me marier avec la bonne.

-Jamais.. ce serait une honte ! Elle est laide…tous les gens vont se moquer de nous. »

Il insista :

_ «Ma vie est avec elle. Je veux l’épouser. Si tu veux, elle ira ce soir dans ta chambre. Tu lui diras d’enlever sa peau et tu verras. »

Le lendemain, le Roi la reçut. Il lui demanda d’enlever sa peau. Ebloui par sa grande beauté, le Roi voulut lui-même l’épouser…mais son fils refusa. Devant son obstination, le Roi finit par accepter. Et les préparatifs de la fête commencèrent.

Les gens du village ne connaissaient pas Lundja et se moquaient du fils du Roi –sa femme était si laide…Un jour, il dit à sa ma mère :

-« Maman roule du couscous et fais le sécher au soleil. Lorsque les gens se réuniront autour, lâche le taureau…et laisse-le piétiner le couscous. Je crierai –maman, attention le taureau ! – alors tu donneras un bâton à ma femme pour qu’elle le chasse. »

Ainsi fut fait. Lundja sortit…comme elle était. Les gens rassemblés furent tellement éblouis pas sa grande beauté, que le barbier s’en coupa les joues…le coiffeur, la tête..et le menuisier, les doigts !..

Lundja et le fils du Roi purent vivre heureux et en paix très longtemps.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Proverbes et devinettes en « Tazenatit »: Dialecte amazight des oasis du Gourara (Sahara algérien)

7102016

 

 

 

 

 

I Proverbes: 

 

 

 

 

1-      Mi tɣib tziri, ad jahren itran.

 

Quand disparaît la pleine lune, apparaissent les étoiles.

         

 

 

 

 

2-      Aqellal n tmuḥt wa iṣṣuŗi

 

Un joueur de tambourin du pays ne fait pas danser (les gens du ksar).

 

 

 

 

 

3-      Neɣl amman ɣa wexbu ad ifeɣ ma d-es illan

 

Verse de l’eau dans le trou tout ce qui s’y trouve en sortira

 

 

 

 

 

 

4-      Wa yiriw deggid ma yiffen yes

 

La nuit n’a rien enfanté de mieux que le sommeil

 

 

 

 

 

 

5-      Wa țissaɣ deggid ɛussaɣ bayzun s uneda d uṣṣuḍ

 

Je n’ai dormi de la nuit guettant le hibou avec gémissements et soupirs

 

 

 

 

 

 

6-      Wi ɣa nekkaz ad ikkaz tiɛẓa n tfuyt 

 

Qui veut semer le fasse dans un champ exposé au soleil *

 

 

 

 

 

 

7-      Wi ɣa nenqel ad inqel timliḥa d uḥaḍan

 

Qui veut planter plante timliha et ahaddan **

 

 

 

 

 

8-      Agrud n ul-inu xsaɣ-t ljemɛet tḥuz-iyi

 

J’aimerai rester avec cette compagnie qui m’est chère mais c’est le moment de la prière du vendredi

 

 

 

 

 

9-      Tiddeṭ muccumyet

         Wi ṭ-innan ad iḥir

         Wa i t wa nenni

         La ixadeɛ maziɣ-ns

         Wi gdden i Ṛebbi

         A ṭ-inni izma-yas

 

 

 

La vérité est dure

Qui la dit est angoissé

Qui ne la dit pas

Trahit son Dieu

Mais qui craint le seigneur

La dira sans hésitation

 

 

 

 

 

 

10-   Wi mezgat uɣil-ns

         Ad imud lbaṭel

         Wi mgezzel meskin

         leḥeq-ns ad iŗaḥ

 

 

Qui a le bras long

Fera du mal

Et le pauvre

Verra son droit bafoué

 

 

 

 

 

 

 

11-   Ẓŗiɣ ma illan g jujju

        Wa ṭ-jujjuɣ ula g anu

 

 

Sachant qu’épier les autres est mal

Je n’épie pas même les puits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* : puisque la récolte y sera meilleure.

** : il s’agit de deux variétés de dattes, particulièrement appréciées parce qu’elles sont les dernières à mûrir.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II Devinettes:

 

 

 

 

 

1-       Utfaɣ igga-nu

 

         Tlussi la tbed

 

        S ujenna n azba

 

 

 

 

 

 

Je suis entré dans mon jardin

 

Le fromage blanc est debout

 

Sur une palme

 

 

 

 

 

R : Ay d srendi / C’est l’oiseau blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2-       Alem u-Telmin

 

         Twayt-ns dadi

 

 

 

 

Le chameau est à Talmin

 

Et ses rênes sont ici

 

 

 

 

 

R : Ay d ifeli  /  C’est la foggara

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-       Yis-inu dadi

 

          iḥenḥinen-ns baŗŗa

 

 

 

 

Mon cheval est ici

 

Et ses hennissements dehors

 

 

 

 

 

R : Ay d ameqqus  /  C’est la fumée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4-       Nanna ṭiwi-d

 

         Yemma tḥaŗez

 

         Baba iɣeṭṭu

 

 

 

 

 

 

Ma sœur ramène

 

Ma mère garde

 

Mon père conserve

 

 

 

 

 

R : ay ṭiɣuni, tijjent d tabbut

 

C’est la séguia, le bassin et le bouchon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5-       Anu f anu

 

         Sag anu

 

         S umadun-ns

 

 

 

 

Puits après puits

 

Chaque puis

 

Avec son couvercle

 

 

 

 

 

R : ay d aɣanim   C’est la séguia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6-       Zenz miya

 

         ṭassi leḥmel

 

         bla ḥwiya

 

 

 

 

Vends cent

 

Et apporte les charges

 

Sans la selle

 

 

 

 

 

R : ay ṭazzayt /  C’est le palmier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7-       Tinelli tejbed alem

 

 

Une ficelle tire un chameau

 

 

 

 

 

R : Ay ṭunfist  /  C’est le conte   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le rassemblement d’Okad et les aventures de Soléyk (السليك بن السلكة)

17092016

 

 

 

 

Au sud-est de la Mecque, sur la grande route qui mène à Taïf et au Yémen, à une journée de marche de la capitale, se déroule une large étendue de terrain sablonneux, appelé la « plaine d’Okad ». Ici, depuis les jours les plus reculés de l’ère préhistorique jusqu’à l’avènement du prophète Mohamed et la fondation de l’islam, avait lieu, chaque année, un grand rassemblement, représentant la nationalité arabe tout entière ; il commençait le premier et se terminait le vingtième jour du mois qui précédait celui qui était fixé pour les cérémonies, alors païennes, du pèlerinage annuel d’Hedjaz.

Ce « rassemblement » d’Okad, c’est ainsi qu’on le nommait, tenait à la fois du concile amphictyonique de l’ancienne Grèce, des jeux d’Elis et de la foire moderne de Leipzig. De même qu’Elis, Okad était le théâtre des jeux internationaux, luttes de force et d’adresse, courses de chevaux, courses à pied et le reste.

Mais il était surtout le théâtre de ces fameuses luttes poétiques auxquelles nous devons les sept « Mu’allikat », productions les plus parfaites de la muse primitive d’Arabie.

En même temps, l’instinct commercial, inhérent à la race, cet instinct, qui subsiste encore en Syrie comme en Arabie, malgré l’extinction presque complète de tout autre énergie chez ces peuples, s’empara de l’occasion que ces jeux offraient et de la foule qu’ils attiraient pour y joindre les attraits d’une exposition annuelle de commerce; et, de tous les coins de la Péninsule, ainsi que des contrées voisines avec lesquelles les Arabes étaient en relation de marchandises, on voyait arriver en foule des objets que l’on mettait en vente ou sur lesquels on voulait appeler l’attention.

 

Mais ce « rassemblement », ou cette foire d’Okad, avait un autre caractère plus important encore, puisqu’il était à la fois politique et amphictyonique, ou parlementaire ; et tandis que la foule s’occupait les uns de transactions de commerce, les autres de paris (des paris aux courses de chevaux), les chefs de la confédération arabe tout entière, ou du moins de cette partie qui n’était pas soumise au sceptre himyaritique, se réunissaient pour discuter les questions d’intérêt national, la guerre, les alliances, les traités, pour mettre fin aux disputes, régler les droits sociaux des tribus en désaccord, abolir de vieilles lois, ou en établir de nouvelles, etc., etc.

Aristocratique , en ce qu’elle se composait de chefs et d’hommes influents ; démocratique, puisque tous ceux qui en faisaient partie étaient égaux entre eux, n’ayant ni distinction de caste ni prérogative qui les séparât du peuple qu’ils gouvernaient ; pouvant de temps à autre, et par le choix commun, élire pour monarque quelque chef prééminent en savoir, en valeur ou en influence, auquel, pour un temps déterminé, tous les autres consentaient à obéir ; c’était là une institution adaptée par excellence à la nature mobile, impatiente et pourtant réfléchie de l’Arabe. Si elle avait pu survivre à la crise islamite, elle aurait sans doute acquis cette stabilité et cette puissance exécutive qui, seules, lui manquaient, et qui en eût fait un véritable congrès arabe. Aussi, lorsque nous voyons combien une semblable institution avait de chances de l’emporter en résultats heureux sur l’autorité théo-monarchique que Mahomet et ses successeurs ont substituée à la confédération qui s’élaborait à la foire d’Okad, ne pouvons-nous que regretter qu’elle n’ait point été maintenue.

 

 

 

 

 

Une certaine année, au milieu de la foule innombrable de chefs, de commerçants, d’athlètes, de poètes, de jockeys et de flâneurs venus en ce lieu de toutes les provinces de l’Arabie, apparut soudain un inconnu maigre et noir couvert de poussière, la tête découverte, les pieds nus, n’ayant d’autre vêtement que l’écharpe qui ceignait ses reins décharnés, d’autre arme que la lance que brandissait sa main musculeuse. C’était Soléyk, qui, froid et impassible en présence de tous ces élégants Arabes, vrais types de la fashion de l’époque, traversait les groupes réunis sur le champ de course, et s’adressant à tous et à chacun, s’écriait à haute voix :

« A celui qui me dira les lieux que fréquente sa tribu, je dirai les lieux fréquentés par la mienne. »  

 

Phrase dont le sens technique renferme un défi illimité, et qui peut être rendue ainsi :

« Chacun ici a le droit de m’attaquer et j’ai le droit de l’attaquer à mon tour. »

 

Tout le monde le regardait avec étonnement, mais nul ne semblait disposé à répondre à ce défi extraordinaire, lorsqu’un jeune chef, nommé Keys, fils de Maksooh, Yéménite de la tribu de Murad, fit face au mulâtre et lui dit :

« Je te dirai les lieux que fréquente ma tribu, dis-moi les lieux que fréquente la tienne. »

 

La foule se groupa autour d’eux, et les deux adversaires s’engagèrent sur l’honneur à ne déguiser en rien la vérité l’un pour l’autre.

 

Keys dit alors :

« Place ton visage entre les points de l’horizon d’où soufflent le vent du sud et celui du sud-est; marche devant toi jusqu’à ce que tu ne voies plus l’ombre des arbres (voulant dire par là assez loin vers le sud pour que les rayons du soleil tombent d’aplomb sur la tête, ou à peu près), et tu arriveras à des lits de torrents ; traverse-les, et poursuis ton chemin pendant quatre jours encore, tu verras alors une plaine de sable ; prends le sentier qui la traverse par le milieu et il te mènera à ma tribu, qui est celle de Murad et de Kha’them ; à ton service. »

 

Soléyk à son tour répondit : « Marche sur la ligne qui se trouve entre le lever de Sohéyl (Canopus) et la gauche des Gémeaux, qui se dirige vers le firmament (indiquant sur le compas nord-est par est), et va droit devant toi ; ce chemin te mènera aux lieux que fréquente ma tribu, dont le nom est Béni-Sa’ad, de Zeyd-Menat. »

 

Là-dessus les adversaires se séparèrent, et Soléyk, ayant atteint son but, s’en alla brusquement comme il était venu. Mais Keys resta jusqu’à la fin de la foire. De retour à sa tribu, il raconta son étrange aventure avec le mulâtre inconnu.

 

Dès que son père, Maksooh, en eut entendu le récit, il s’écria :

« Peste soit de toi, Keys ! Sais-tu bien de qui vient le défi que tu as accepté ?

Comment le saurais-je, répondit Keys, c’était un misérable nègre, à pied et à demi nu; il avait plutôt la mine d’un vagabond qu’autre chose. Qui était-ce donc ?

 -Nul autre que Soléyk-Ebn-Solakah, de par le ciel ! Et tu peux te vanter de nous avoir préparé à tous de la bonne besogne », lui répondit son père.

 

 

 

 

Cependant Soléyk était retourné aux lieux qu’il fréquentait d’habitude, dans le Nedjid; et il avait réuni autour de lui plusieurs jeunes hommes de sa connaissance, appartenant aux deux familles de Béni-Sa’ad et de Béni’-Abd-Semeea ; rejetons toutes deux de la vieille souche des turbulents Tameem, ceux là mêmes qui forment aujourd’hui le noyau de la coalition wahabite.

Soléyk avait depuis longtemps pour habitude de faire de fortes provisions d’œufs d’autruche vides ; après les avoir remplis d’eau, et bouchés avec soin, il les enterrait dans le sable, l’un ici, l’autre là, dans les sentiers les moins fréquentés, qui, par le désert, conduisent vers l’Yémen; et quand, plus tard, il allait faire ses razzias en plein été, il pouvait, en dirigeant ses courses d’après ces réservoirs cachés, dont il avait seul le secret, traverser des contrées regardées généralement comme inabordables dans cette saison, parce que l’eau y manquait. A l’occasion dont il s’agit, il mena ses compagnons par l’un de ces sentiers déserts.

 

Ils le suivirent, se fiant à son expérience comme guide ; mais, arrivés très-avant dans le désert, ayant épuisé leur provision d’eau, et ne voyant aucun moyen de la renouveler, ils se tournèrent contre Soléyk et lui dirent :

 « Tu nous as amenés dans ce désert pour nous y faire mourir de soif. »

 

Soléyk se mit à rire, et leur répondit gaiement :

« Courage, enfants ; il y a de l’eau ici près. »

 Il arriva, par malheur, qu’un peu plus loin, là où il savait avoir caché jadis quelques-uns de ses réservoirs, Soléyk ne put retrouver les jalons qu’il y avait placés ; et, en grande détresse, il se mit à chercher, allant et venant de tous côtés, comme un homme qui aurait perdu la tête. Pendant ce temps, quelques uns de ses compagnons disaient aux autres :

 « Jusqu’où vous laisserez-vous donc conduire par ce nègre ? Par le ciel! Il sera la cause de notre mort à tous. »

Soléyk les entendait, mais il n’en fit point semblant, continuant à creuser çà et là en silence, jusqu’à ce qu’enfin il eût retrouvé les œufs d’autruche et que toute la bande se fût désaltérée.

Dès qu’il leur eut clairement démontré que leur outrageant soupçon était injuste, il se retira un peu à l’écart, délibérant en lui-même, se demandant s’il ne ferait pas bien de tomber sabre en main sur les mutins et de les tuer ; il se retint toutefois, et revenant auprès d’eux, il engagea simplement ceux qui avaient peur ou qui étaient mécontents à s’en retourner. Ils le firent sur l’heure. Un petit nombre d’entre eux lui resta fidèle, et parmi ceux-là, un jeune homme nommé Sard, qui pleura amèrement, néanmoins, lorsqu’il vit disparaître ses anciens compagnons.

Soléyk le réconforta en lui disant que nul n’a plus de chance que celui dont on désespère.

Ils se remirent bravement en chemin, et la petite troupe arriva enfin au territoire des Kha’them. Ils firent halte avant de franchir la frontière ; mais, pendant la nuit, le chameau de Sard se détacha, et son maître, après avoir cherché en vain à le rattraper pendant l’obscurité, fut aperçu dès le point du jour par quelques villageois, qui, le reconnaissant à son air pour un commerçant interlope du Nedjid, se jetèrent sur lui et l’emmenèrent captif. Le cri d’alarme fut poussé dans le camp, et le soleil eut à peine paru à l’horizon, que déjà une troupe de cavaliers kha’themites, ayant à leur tête Keys, le fils de Maksooh, venait au-devant de Soléyk.

Un combat très-vif s’engagea, et déjà les maraudeurs commençaient à reculer devant des forces supérieures, lorsque Soléyk, reconnaissant Keys, alla droit à lui et lui porta un coup qui le mit hors de combat. Cet événement (comme dans les combats des guerriers d’Homère) décida du sort de la journée ; les Kha’themites prirent la fuite, laissant Keys et quelques autres prisonniers au pouvoir des vainqueurs. Soléyk s’empara de tout le butin dont il put se charger sans danger, échangea Keys contre Sard, rendit la liberté aux autres prisonniers, et reprit la route du nord en si grande hâte, qu’il rejoignit les hommes qui l’avaient abandonné et qui n’avaient pas encore pu regagner leur demeure. Dès qu’ils furent arrivés dans le Nedjid, Soléyk partagea le butin entre le petit nombre de compagnons qui lui étaient restés fidèles jusqu’à la fin, refusant une part aux révoltés. Il célébra, en outre, toute l’expédition, depuis le commencement jusqu’à la fin, par un poème dont quelques passages ont été conservés dans les pages d’Abu Jaraj d’Ispahan.

Comme tant d’autres de ses pareils, Soléyk éprouva de grandes vicissitudes de fortune, mais la présence d’esprit, pour laquelle il fut non moins célèbre que pour sa valeur, le tira toujours heureusement d’affaire.

 

 

 

 

 

Une fois, réduit à la dernière gêne, il se trouvait, à l’entrée de la nuit, seul, sans souper et sans gîte, au milieu d’une plaine découverte dont la lune vint lentement éclairer comme en plein jour le sable et les rochers arides. Ne voulant point former un point trop visible d’un paysage dont il se trouvait le seul être animé ni attirer l’attention des passants que le hasard pouvait amener en ce lieu, Soléyk se drapa dans le sombre et grossier burnous qui forme à lui seul toute la toilette extérieure de l’Arabe pauvre, dont la longue chemise est l’unique vêtement de dessous, et, s’étendant par terre, il fut bientôt profondément endormi. Vers minuit, un homme passa par là et, remarquant le dormeur, s’arrêta ; puis, se jetant sur lui brusquement, il l’accabla de tout le poids de son corps, lui disant en même temps :

« Rends-toi, tu es mon prisonnier !»

 

Soléyk, dont les mains étaient embarrassées dans les plis de son burnous, leva la tête et regardant bien en face l’homme qui le tenait, lui dit tranquillement :

« La nuit est longue et la lune est dans son plein », locution proverbiale qui équivaut à : « Ne te presse pas. »

 

L’autre, irrité par ce calme, se mit à le frapper de son poing répétant toujours :

« Rends-toi, misérable ; tu es mon prisonnier ! »

Soléyk, fatigué enfin de ce jeu et ayant réussi à dégager un de ses bras des plis de son burnous, le glissa autour de la taille de son adversaire, et, l’attirant à lui, il le pressa d’une si effroyable étreinte, que l’agresseur se mit à hurler de douleur.

« Comment, tu cries quand tu as le dessus ? » dit Soléyk, mots qui sont passés en proverbe chez les Arabes, pour dire que « souvent le plus fort n’est pas celui qu’on pense ».

 

« Qui es-tu? ajouta-t-il, quand l’autre eut suffisamment senti l’étreinte de ses muscles d’acier.

 – Je suis un homme jadis riche et heureux, tombé aujourd’hui dans la misère la plus profonde, accablé de honte. J’ai abandonné ma tribu, jurant de n’y reparaître jamais, à moins d’avoir, d’une manière ou d’une autre, retrouvé ma fortune perdue.

 –C’est bon, dit Soléyk ; viens avec moi. »

Dès le point du jour, ils se remirent en route ensemble. Le hasard les fit rencontrer un troisième individu qui, ne se trouvant pas dans une meilleure passe, se joignit volontiers à eux. 

Soléyk se fit chef de bande, et tous trois ils se dirigèrent vers le « Jowf» ou gorge, non point le Jowf de l’Arabie du nord, sur les confins de la Syrie, mais cette grande oasis située au milieu des sables du « Dahna », au delà de l’ Yémen central, et qui, comme toutes celles des déserts des tropiques, se trouve dans une gorge profonde.

C’est, de l’avis des voyageurs arabes, une région d’une fertilité merveilleuse ; mais elle est fort peu visitée, à cause des plaines de sable qui lui font une large ceinture; je la crois complètement inconnue des Européens. Après de longues journées d’une marche pénible, Soléyk et ses compagnons arrivèrent à cette « terre promise » et, cachés derrière un rocher saillant, leurs regards purent plonger dans la verdoyante vallée où de nombreux troupeaux de chameaux et de moutons broutaient l’herbe, gardés par de paisibles bergers sans armes. La proie était en apparence facile.  

Mais les maraudeurs n’étant jamais venus en ce lieu, craignirent qu’il ne se trouvât dans le voisinage quelque village ou campement et que l’alarme pût être donnée assez tôt pour mettre obstacle à leur fuite avec le butin.

 

Après une courte délibération, Soléyk dit à ses compagnons :

« Je m’en vais descendre seul dans la vallée. Je ferai causer les bergers pendant que vous resterez ici en faisant bonne garde ; si j’apprends que les maîtres des troupeaux sont dans le voisinage, je viendrai tranquillement vous rejoindre ; s’ils sont à distance, je vous adresserai un signal, et vous viendrez aussitôt à mon aide.»

Ses hommes restèrent donc cachés là où ils se trouvaient, et Soléyk tourna la hauteur pour pénétrer dans la gorge d’un côté opposé.

Arrivé jusqu’aux bergers, nègres comme lui, il s’assit auprès d’eux d’un air calme et indifférent. La conversation s’engagea et, de demande en réponse, il parvint à découvrir qu’ils étaient les serviteurs de maîtres habitant un village fort éloigné des pâturages. Satisfait de ce renseignement, Soléyk s’étendit nonchalamment sur le gazon et leur offrit de chanter une chanson pour faire passer le temps. Les bergers furent enchantés de la proposition, et Soléyk, élevant la voix, afin que de leur cachette, ses amis pussent l’entendre, commença ainsi :

O vallée calme et solitaire ! Les bergers gardiens des troupeaux, Les jeunes filles qui viennent en recueillir le lait parfumé, troublent seuls le silence de tes rochers !

Accourez, amis, accourez ! Combien la vie de ces lieux est douce. Plus doux encore me sera-t-il d’errer avec vous, Parmi les verts pâturages, rafraîchis par la brise et la rosée du matin.

 

 

A cet appel, facile à comprendre, les bandits accoururent ; les bergers prirent la fuite; Soléyk et ses compagnons, avec un butin à les enrichir, étaient depuis longtemps hors d’atteinte lorsque les maîtres des troupeaux arrivèrent à la rescousse.

 Dans une autre occasion, Soléyk se trouva à deux doigts de sa perte.

 

Rôdant autour des pâturages de la tribu d’Awara, sur les confins du Nedjid, il fut aperçu et entouré de façon à lui rendre la résistance ou la fuite également impossibles.

Il alla droit au camp, pénétra au hasard sous une tente où une jeune fille, appelée Jakihah, se trouvait seule. Il la conjura de le protéger contre les gens de sa propre tribu. Sans hésiter, elle jeta sur lui le pan de son long vêtement (robe traînante que portent encore les femmes arabes de nos jours et dont la mode, d’après les traditions mahométanes, leur vient d’Agar, la mère d’Ismaël, chassée par Abraham).

Elle prit un sabre suspendu à la perche de la tente et attendit ; les hommes qui poursuivaient Soléyk arrivèrent bientôt en foule, furieux, injuriant la jeune fille, et, la voyant impassible, ils voulurent lui enlever son protégé.

Mais, arrachant son voile, le jetant à terre et appelant à haute voix ses frères, l’intrépide Jakihah resta devant eux le visage découvert et armée de son sabre.

 Ses frères accoururent à son appel, et, mettant de côté toute autre considération, ils prirent si vigoureusement son parti, que Soléyk put s’en aller en toute sécurité. Comme témoignage de reconnaissance, il adressa plus tard à Jakihah les vers suivants :

 

Que la Renommée porte au loin le bruit de tes vertus, amie sûre. Charmante vierge de l’Awara, de leur enfant que tes parents soient fiers !

Du renom de leur sœur que tes frères s’enorgueillissent !

Belle est ton âme, parfaits les traits de ton beau visage ! Ta beauté est sans égale, ta vertu sans tache.

La femme hautaine et superbe n’inspire pas l’amour; mais l’âme reste captive auprès de la vierge timide et chaste, qui, intrépide et sans peur,

S’armant du glaive, et le visage découvert, défend le malheur, et fait respecter les droits sacrés de l’hospitalité !

 

 

 

 

 

 

Les bandits arabes, tout sauvages qu’ils étaient sans doute, forment pourtant un heureux contraste avec les brigands et condottiere du moyen âge et ceux d’une époque moins reculée encore ; il faut, certes, leur tenir compte du soin avec lequel ils gardaient dans toute leur fraîcheur l’élément intellectuel et poétique de leur caractère.

 Enfin, à moins d’être sous le coup d’un danger imminent ou animé, comme l’était Schanfara’, par un esprit de vengeance, il faut dire qu’ils n’étaient ni cruels ni sanguinaires. Au contraire, ils semblent avoir puisé dans la vieille doctrine méphistophélique, si souvent chantée par les poètes arabes, cette idée que « le sang est une liqueur précieuse et rare » et en avoir tiré la conclusion anti méphistophélique que l’ « on doit bien se garder de la répandre sans nécessité. »

 

Il est de toute évidence qu’un peuple d’une énergie puissante ait seul pu produire des hommes de cette trempe.

Soléyk était d’une époque plus reculée, mais l’ère de Ta’abbet-Schourran n’a précédé celle de Mahomet que d’un siècle à peine.

Malgré tous ces dons supérieurs et toutes ces qualités, ces hommes étaient marqués du sceau fatal des meurtriers. Nous avons déjà dit la fin de Schanfara’;Ta’abbet-Schourran et Soléyk moururent tous deux de mort violente.

 Ta’abbet-Schourran, en maraude chez ses vieux ennemis d’Hodéyl, sur le territoire de Jébel Aseer, fut tué par eux et enseveli dans une caverne dont la tradition a gardé le souvenir, et que l’on montre encore de nos jours.

La mort de Soléyk eut lieu au loin, dans les profondeurs de l’Yémen.

On ne connut que bien plus tard le moment précis et les particularités de cette mort; dans l’intervalle, son épitaphe fut composée par sa mère, de qui il tenait sans doute son génie poétique.

Longtemps il erra en pays lointain; mais enfin le trait fatal a atteint le voyageur !

O mon bien-aimé ! Que ta mère sache au moins comment tu as perdu cette vie qu’elle t’avait donnée !

La mort, compagne inévitable de l’homme, sa victime, le suit furtivement pas à pas ;

Mais, oh ! Dis-moi, comment elle t’a frappé; as-tu succombé sous la trahison d’un ennemi caché ?

Ou cette ombre invisible, plus rapide que l’oiseau du désert, t’aura-elle foudroyé au passage ?

Abattu par la souffrance, es-tu demeuré seul et triste, sans consolation et sans appui ?

Ou, comblé d’honneurs, fatigué de triomphes et de plaisirs, t’es-tu livré au trépas ?  Tu ne réponds pas..………

Ah ! Cruel est le destin qui te rend sourd à ma voix ! Sois calme une heure, pauvre cœur maternel !

… Il ne peut se calmer. Il saigne. Il souffre à jamais, Sombre est le silence ! Sombre est l’avenir sans espoir !

Mon fils ! Mon héros ! Ah! Que n’est-il donné à ta mère de racheter ta vie au prix de la sienne !

 

Hymne de douleur bien digne de cette vie et de cette mort !

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




L’AFRIQUE * : Chant populaire allemand

10072016

 

 

 

 

 

L’AFRIQUE * : Chant populaire allemand dans Littérature 1478771748-16070910581320257

Peinture de la montagne de la Table en 1683 / cap de Bonne—Espérance

 

 

 

 

 

 

 

Courage, frères. De la fermeté! Le jour de l’adieu est venu, il pèse sur l’âme. Il faut partir, il faut quitter les pays, il faut aller dans la brûlante Afrique.

 

Un cercle d’amis nous entoure. Bien des liens chéris nous unissent à notre patrie allemande. C’est pourquoi l’adieu nous coûte tant.

 

A celui-ci de vieux parents tendent la main pour la dernière fois; des frères, des sœurs, des amis, embrassent celui-là. Tous se taisent, tous pleurent, et se détournent pâles comme la mort.

 

Notre amante s’enlace comme une ombre autour de nous: «Cher amour, tu vas me quitter, me quitter » pour toujours!» Et la douleur amère la rend muette.

 

Oh! Que c’est dur! Roule donc, tambour, bat vite la générale; cet adieu nous attendrit trop. Nous pleurons comme de petits enfants. Il faut partir!

 

Adieu, amis! Et si c’est pour la dernière fois, pensons que l’amitié n’est pas pour la vie, mais pour l’éternité. Dieu est partout!

 

Aux frontières de l’Allemagne, nous remplirons nos mains de terre et nous la baiserons. Que ce soit notre remerciement pour tes soins, tes aliments, tes breuvages, patrie chérie!

 

Quand les vagues de la mer se briseront contre notre vaisseau, nous voguerons tranquillement. Dieu est ici, Dieu est la. Il ne nous abandonnera pas.

 

Quand le mont de la Table** sortira des brouillards, nous étendrons la main en criant : Camarades, terre, terre! Notre vaisseau en tremblera.

 

Alors, soldats et officiers sauteront sains et saufs sur le rivage; nous crierons tous : «Hourra! Hourra!  Nous sommes dans la brûlante Afrique ! » Nous chanterons et nous rendrons grâce.

 

Nous vivrons en lointain pays comme de bons et braves Allemands. Au long et au large on dira : « Les, Allemands sont de braves gens; ils ont du sens et du courage. »

 

Quand au cap de Bonne—Espérance nous boirons le vin des dieux, alors, attendris par le désir, amis, nous penserons à vous, et des larmes tomberont dans nos verres !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Chanté par les colons qui partaient pour le cap de Bonne— Espérance.

 

(**) La montagne de la Table est le seul objet terrestre à avoir donné son nom à une constellation, la Table. C’est l’astronome français Nicolas-Louis de Lacaille qui a proposé à l’origine le nom de Mensæ mons (montagne de la Table), qui deviendra ensuite simplement Mensa, après un séjour au Cap en 1752 où il réalisait des relevés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




La vision du croissant – Ahmed Bahgat

23062016

 

 

 

Inconnu du grand public européen, Ahmad Bahgat jouit en Égypte d’une notoriété peu commune. Il était l’animateur d’un des programmes les plus populaires de la radio nationale, signait un billet quotidien en deuxième page d’al-Ahrâm, le grand journal cairote, et a publié avec succès de multiples ouvrages, dont certains destinés aux enfants : Une seule seconde d’amour, Les prophètes de Dieu, un best-seller, Les histoires d’animaux dans le Coran, Mémoires d’un époux, Voyage en Afrique, Méditations d’un voyageur…

 

 

 

Une constante apparaît à travers les multiples champs de l’œuvre d’Ahmad Bahgat et trouve une illustration éminente dans les présents mémoires de jeûne d’un « fonctionnaire de troisième classe » : un humour percutant, nourri d’un solide bon sens et d’un profond sentiment religieux. Pour sûr, Ahmad Bahgat est tout le contraire d’un de ces contempteurs de l’Islam atteints, comme l’aurait dit l’iranien Djalâl Al-e Ahmad, du mal de l’ « occidentalité ». Ceci étant, il n’est pas non plus un de ces hommes de religion professionnels, genre ouléma-klatura, ressassant des dogmes surannés en un langage masquant mal la pauvreté de la reflexion et le décrochage par rapport au vécu. Ni « intellectuel arabe » – au sens méchant du terme-, ni « vieux turban », Ahmad Bahgat déploie, en prise directe sur la quotidienneté de l’Islam égyptien et à son encontre, l’ironie d’un musulman pieux au moralisme à la fois exigeant et tolérant, trop conscient de la faiblesse humaine pour se priver d’en rire. Et, bien que parfois naïve dans son idéalisme nostalgique de l’Islam d’antan, une telle critique ne manque pas de séduire par sa pertinence, par sa subtilité, par son esprit.

 

 

 

Sans doute ces Mémoires de Ramadan portent-ils bien, par ailleurs, la marque des dernières années du régime nassérien, durant lesquelles ils furent écrits. A l’étranger, quelques événements que l’auteur intègre à ses méditations : l’assassinat de Robert Kennedy, les premiers pas de l’homme sur la lune, l’incendie de la mosquée al-Aqsâ…A l’intérieur du pays, une situation de pénurie et, pour la petite bourgeoisie cairote des difficultés d’approvisionnement quotidiennes, dont l’écho se fait entendre en plusieurs pages du livre. Au fond des cœurs, la conscience de l’impérieux besoin d’une régénération de l’Islam mais pas encore de radicalisme : l’islamisme vient à peine de naître, dans le sillage de la défaite de 1967. Moqueur, non point révolutionnaire, Ahmad Bahgat ne compte pas parmi ces activistes dont le discours mutant accélère trop souvent, en cette fin de siècle, la dégradation du religieux en idéologique. De ce point de vue, son témoignage et la société musulmane qu’il dépeint appartiennent déjà à un autre âge.

 

 

 

La langue et l’écriture d’Ahmad Bahgat son trop peu classique, trop libres, trop communes parfois, pour que son œuvre puisse prétendre à une place parmi les belles-lettres. S’il fallait déterminer la valeur littéraire des Mémoires de Ramadan, sans doute conviendrait-il de parler de littérature « à cinq sous ». En quoi la chose importerait-elle cependant au regard de la sincérité animant ce livre largement autobiographique et de la maestria de sa mise en scène de l’Islam populaire égyptien de naguère ? Ce n’est pas de telles qualités, en plus du sourire qu’on devine aux lèvres de l’auteur tout au long de leur élaboration, que les Mémoires de Ramadan apportent une contribution particulièrement originale aux lettres arabes du XXe siècle.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( رؤية الهلال )

كان أحد أجدادي الذين يعيشون في عصر المماليك رجلا قد أدركته حرفة الأدب و كان يكتب خواطره في الحياة بأسلوب المقامات القديم..و قد ترك هذا الجد أوراقا متفرقة و قليلة..من بينها ورقة صفراء تحكي عن رؤية هلال شهر رمضان في ذلك الزمان..

 

قال جدي:

« فلما جاء اليوم التاسع والعشرون من شهر شعبان، استعد المصريون في ذلك الزمان ، لاستقبال أفضل الشهور و هو شهر رمضان، ففيه على الأقل تسجن الشياطين، و يقل ما يلقون من ظلم المماليك الحاكمين، و في وقت الأصيل ، يعد صلاة العصر بقليل، خرج موكب الرؤية كالمعتاد، و خرج لرؤيته كل الرجال و النساء و الأولاد. و كان يتقدم الموكب في طريقه إلى جبل المقطم، شيخ مهدم محطم، يؤمن الجميع بأنه شيخ مطمطم، و كيف لا و هو المصدر المسؤول عن رؤية الهلال، و هي وظيفة شريفة لطيفة و عال، يتوارثها شيوخ أسرته من أجيال و أجيال.

و العجب العجاب، أن هذا الشيخ المهاب، كان لا يبصر ما تحت قدميه، بسبب رمد مزمن أصاب عينيه، و استفحل نتيجة لجهل والديه، لكنه رغم ذلك العمى الأكيد، كان قديرا على رؤية الهلال من بعيد، و طالما انفرد برؤيته، من دون كل أفراد فرقته، فلم يسع الحكام إلا الأخذ بشهادته، و إعلان بدء شهر الصيام، بدون سلام و لا كلام..

و يزول العجب، إذا عرف السبب، فقد كان الشيخ يستعيض عن نظره الضعيف المضعضع، بعيني مساعد شاب له يتبع و يخضع، فإذا رأى الشاب الهلال، عرف هو منه ذلك في الحال، ثم ادعى منه لله، انه هو الذي رآه، و صدق الكل دعواه..

و يشاء السميع العليم، أن يتغيب الشاب عن الموكب في ذلك اليوم العظيم، و كانت لذلك حكاية و لا كل الحكايات، ليس كمثلها في الماضيات، و لا يظن تكرارها في الآتيات، فقد حدث قبل ذلك بأيام معدودات، أن كان الشاب يسير في إحدى الحارات، فوقعت عينه على إحدى الفتيات البلديات، ذوات الملايات. و لم تكن كأترابها من السمراوات الكثيرات، الممتلئة بهن الطرقات، بل كانت بيضاء كالفضة النقية، أو طبق المهلبية، و بدا له وجهها تحت ملايتها السوداء، كأنه البدر في الليلة الظلماء. و ما كادت تبادله النظرات، وترد على دهشته بالابتسامات، حتى شعر بقلبه يحاول الهبوط إلى رجليه، و بعقله يطير في الهواء مرفرفا بجناحيه، فلا عجب ان كان يقع من طوله، لفرط انجذابه و ذهوله. و هل هو إلا مصري ككل المصريين، إذ يقفون أمام النساء البيض خاشعين مبهورين، فاللون الأبيض عندهم هو لون الغزاة الفاتحين الحاكمين، و إن يظفر أحدهم بامرأة بيضاء فذلك هو الفوز المبين، و بلوغ القصد و المراد من رب العالمين..

و من تبادل النظر و الابتسام، إلى تبادل التحية و السلام و الكلام، إلى التواعد على اللقاء بعد أيام، وقع الاثنان في حب نصفه وجد و نصفه هيام..

و لسوء حظ المصريين التعساء، كان التاسع و العشرين من شعبان هو اليوم المحدد للقاء، فتغيب الشاب عن موكب الرؤية في ذلك العام، و لم يجد الشيخ بدا من الاعتراف بأنه عجز عن رؤية الهلال، فتأخر الصيام يوما بلا نقاش و لا جدال. و قال المماليك للمملوكين. أنتم الكسبانون، و قال المحكومون البائسون: بل نحن منحوسون، أما الفتى العاشق المجنون، و أما الفتاة و اسمها يبدأ بحرف النون، فكانا في شغل عما كان و يكون، بالجلوس بين يدي الحب المكنون، في انتظار الجلوس بين يدي المأذون..و لله في خلقه شؤون »

 

 

 

انتهيت من قراءة الورقة القديمة و ابتسمت..

في الأزمنة السحيقة البائدة، و في الأعوام القديمة السالفة الماضية كانت الاختلافات تثور بين فقهاء المسلمين على رؤية الهلا، هل يرونه بعين الشيخ أم يرونه بعين علم الفلك..و هل تعتبر عين علم الفلك و هي بلا حاجب كعين الانسان رغم كونها بحاجب، و هل لعين علم الفلك شرعية عين الانسان أم ماذا..و تدور حول هذه الـ « ماذا » آلاف التساؤلات المنطقية المتمنطقة، و يحتدم الجدل و يثور النقاش و يحمى وطيس الكلمات، و يخيل إليك أنك داخل مسرحية كوميدية مضحكة، و يزيد من فداحة الضحك أن يجري ذلك بين المسلمين، و قد نزل دينهم بكلمة (اقرأ)، و صرح رسولهم بأن مداد العلماء مثل دم الشهداء يوم القيامة، و لا تكاد سورة تمضي من القرآن بغير أن توجه النظر إلى آيات الله في الآفاق و في الانفس.. 

 

جاء شهر رمضان أخيرا , فمرحبا بأفضل الشهور …أي ذكريات تعبر ذهن المرء وهو يجلس في بيته في انتظار الصيام ,, أحس أن القاهرة كلها تدخل قلبي بمآذنها الألف , وقبابها المزخرفة وأحيائها القديمة , وحواريها العريقة , أحب هذا الشهر بمثل الوهج الذي أحببت به أول فتاة عرفتها في حياتي . كانت رقيقة ونحيلة ترتعيش حين تجهد نفسها في الحديث , تكتسي بيوت المدينة في شهر رمضان شيئا من الجلال والرقة , فوانيس رمضان تضيء , أركان الدكاكين , والأطفال في الطريق يضربون البمب , وقد استيقظت الحارة الكبيرة التي أسكن فيها تماما .وأستيقظ معاها في قلبي كل شيء . 

مع كل بعث جديد لهذا الشهر يستيقظ في قلبي شيء , شيء لست أدرك كنهه أو أعرف حقيقته ..شيء يشبه عذوبة الحب الأول , او يشبه غموض الأيام القلقة التي لا نعرف فيها هل وقعنا في الحب أو نتوهم …

احس في الليلة الأولي من شهر رمضان أنني أري من خلال النفس كل نفوس الآخرين في الوجود ,..وينمو بداخلي الحنين فأود أن اعثر علي النملة التي كلمت سيدنا سليمان لأقبلها , وأتمني أن القي الحوت الذي ابتلع يونس لأربت علي رأسه , وأحلم أن أجد الحمار الذي بعث أمام عزير لأحمله علي ظهري , وأفكر عبثا في قبر الهدهد الذي حمل الرسالة لبلقيس وعاد ليحكي لسيدنا سليمان عن عبادتها للشمس ..

أين يقع قبر هذا الهدهد .. أي روعة أن يبعث الهدهد لنتحدث قليلا عن عبادة الشمس ..

في بدايات شهر رمضان أحس نحو الكائنات , كل الكائنات بالحب …وأحس بالرفق والضعف إزاء قصص الحب الإنسانية والحيوانية والنباتية والجمادية …ويملؤني إدراك للعلاقة بين تنهد القمر ومد البحر وجزره , كما أفهم سر الهوي المتبادل بين زهرة عباد الشمس التي تحول وجهها نحو أمها حين يجيء الليل فتنكس عنقها وتنام 

في شهر رمضان أشهر أن كل شيء في الدنيا يقوم علي الحب , هو الناموس المسيطر الحاكم في الدنيا ..وإن افسده الناس بالكراهية والرحيل..

 

و يكبر الإحساس بالحب في نفسي.

ثم تعيدني إلى الواقع أصوات زوجتي و هي تمارس قيادتها في المطبخ استعدادا للسحور.. 

 

مذكرات صائم – أحمد بهجت

  

 

 

 

 

 

 

 

 

La vision du croissant -  Ahmed Bahgat  dans Littérature 1478775994-160622092902280919

 

 La vision du croissant

Un de mes aïeux qui vivaient à l’époque des Mamelouks s’est consacré à la carrière des lettres et à écrit, dans le style des maqâmât* de jadis, ses réflexions sur la vie…cet aïeul a laissé des papiers dispersés et peu nombreux…il y en a notamment un, jaunâtre, qui raconte la vision du croissant du mois de Ramadan à cette époque-là.

« Quand vint, dit mon aïeul, le vingt-neuvième jour du mois de Chaâban, les égyptiens de ce temps-là se préparèrent à accueillir le plus éminent des mois, le mois de Ramadan. Au moins, pendant ce mois, les démons étaient emprisonnés et ce qu’eux subissaient d’ordinaire comme injustice, de la part des Mamelouks régnants, diminuait. Vers la fin de la journée, peu après la prière de l’après-midi, la Procession de la Vision sortit comme de coutume. Pour voir le croissant, les hommes, les femmes et les enfants sortirent tous. Devant la procession, sur le chemin menant au mont Muqattam**, marchait un Cheikh croulant, effondré, que tout le monde prenait pour un Cheikh inspiré. Comment n’en aurait-il pas été ainsi alors qu’il était l’autorité responsable de la vision du croissant, une fonction noble, délicate et haute que les Cheikhs de sa famille se transmettaient en héritage depuis des générations et des générations ?

 

« L’étonnant, le plus étonnant était que ce Cheikh vénéré ne voyait pas ce qu’il avait à ses pieds : il avait en effet été atteint d’une ophtalmie temporaire, qui était devenue incurable du fait de l’ignorance de ses parents. Malgré cette cécité certaine, il était capable de voir au loin le croissant ! Que de fois, cependant, il fut seul à le voir, aucun membre de son entourage ne voyant rien et les dirigeants n’ayant plus qu’à s’en tenir à son témoignage et à annoncer le commencement du mois du jeûne, sans discussion…

« L’étonnant cesse quand on connaît la raison de la chose ; ce Cheikh disposait, pour compenser sa vue faible et ruinée, des yeux d’un jeune aide qui le suivait et lui était soumis. Quand le jeune homme voyait le croissant, il l’apprenait à l’instant au Cheikh. Ce dernier prétendait-par Dieu ! – que c’était lui qui l’avait vu et tout le monde croyait ce qu’il prétendait.

 

« Le Dieu Audiant et Savant voulut que, en ce grand jour, le jeune homme fût absent de la procession. Il y a là une histoire, et pas n’importe quelle histoire ; il n’y en a point eu a point eu de semblable par le passé et il est improbable que, dans l’avenir, elle se répète. Elle s’était produite quelques jours auparavant. Alors que le jeune homme marchait dans une ruelle, ses yeux étaient tombés sur une jeune campagnarde vêtue de voiles. Ce n’était pas, comme ses pareilles, une de ses nombreuses brunettes dont les chemins sont pleins. Elle était blanche comme l’argent pur ou comme un plat de muhallabiyya***. Son visage lui apparut, sous son voile noir, comme la lune dans la nuit la plus ténébreuse. A peine lui avait-elle rendu son regard et répondu à sa surprise par un sourire qu’il sentit son cœur tenter de descendre vers ses pieds et son esprit s’envoler dans l’air en battant des ailes. Il n’était pas étonnant qu’il fût presque tombé de tout son long tant il était attiré et ébahi. N’était-il pas rien qu’un égyptien comme tous les égyptiens soumis et perdant le souffle lorsqu’ils se trouvent devant des femmes blanches ? La couleur blanche est en effet, selon eux, celle des conquérants victorieux qui règnent sur eux. Que l’un d’eux subjugue une femme blanche et c’est « le Succès manifeste », il a atteint l’objectif et ce qu’il voulait obtenir du Seigneur des mondes…

 

«Passant d’un échange de regards et de sourires à un échange de salutations, de bonjours et de paroles, puis à une promesse de se rencontrer quelques jours plus tard, ils tombèrent tous deux dans un amour fait pour une part d’enthousiasme et, pour l’autre, de passion…

 

« Pour la malchance des malheureux égyptiens, le vingt-neuf Chaâban était le jour convenu pour la rencontre. Cette année-là, le jeune homme fut donc absent de la Procession de la Vision, le Cheikh ne put éviter de reconnaître qu’il avait été incapable de voir le croissant et le jeûne fut retardé d’un jour, sans débat ni contestation. Les Mamelouks dirent à leurs sujets : « C’est vous qui y gagnez ! » a quoi les malheureux sujets répondirent : « Au contraire, nous manquons de fortune ! »

 

« Quant au garçon fou d’amour et à la fille –dont le nom commence par la lettre N-, ils ne se préoccupaient pas de ce qui se passait ou se passerait, livrés qu’ils étaient à leur amour secret en attendant de se présenter devant le notaire…Ainsi Dieu organise-t-Il Sa création… »

 

 

 

J’ai terminé de lire ce papier d’autrefois et j’ai souri. En ces temps révolus et éteints, en ces années reculées, écoulées, passées, des divergences surgissaient entre les docteurs des musulmans à propos de la vision du croissant. Devait-on le voir avec les yeux d’un Cheikh ou avec ceux de l’astronomie ?…Pouvait-on considérer les yeux de l’astronomie- yeux sans sourcils- comme équivalents à ceux de l’homme alors que ces derniers ont des sourcils ? Les yeux de l’astronomie avaient-ils le caractère légal de ceux de l’homme, ou quoi ?…Autour de ce quoi tournaient des milliers d’interrogations logiques ou prétendues telles. La contestation éclatait, la dispute surgissait et l’on débattait avec ardeur. Il vous aurait semblé pénétrer dans une comédie, dans une pièce drôle. Ce qui fait cependant moins rire, c’est que ces choses se passaient parmi les musulmans, dont la religion a été révélée par le mot : « Lis ! » et dont le Messager a déclaré que l’encre des savants serait semblable au sang des martyrs le Jour de la Résurrection ! Par ailleurs, une sourate du Coran s’achève rarement sans avoir fait se diriger le regard vers les signes de Dieu qui se trouvent aux horizons et dans les âmes.

Je fume ma cigarette en méditant. Je réfléchis…

Le mois de Ramadan est enfin arrivé. Bienvenue au plus éminent des mois…Quels souvenirs traversent l’esprit de quelqu’un qui est assis chez lui dans l’attente du jeûne…Je sens Le Caire tout entier entrer dans mon cœur avec ses mille minarets et ses coupoles décorées, avec ses quartiers anciens et ses ruelles antiques. J’aime ce mois avec la même flamme que celle avec laquelle j’ai aimé la première jeune fille que j’ai connue dans ma vie. Elle était délicate, fine, et tremblait quand elle s’efforçait de parler. Les maisons de la ville, pendant le mois de Ramadan, se revêtent de quelque chose de sublime et de délicat. Les lanternes de Ramadan illuminent les coins des boutiques et les enfants, en rue, font éclater des pétards. La grande ruelle dans laquelle j’habite s’est totalement réveillée…et, avec elle, dans mon cœur, quelque chose s’est aussi réveillé…

Chaque veille du mois de Ramadan…

Chaque fois que ce mois réapparait, quelque chose se réveille en mon cœur, quelque chose dont je ne saisis pas la nature, dont je ne connais pas l’essence…quelque chose qui ressemble à la douceur du premier amour, ou qui ressemble à l’incertitude des jours d’inquiétude durant lesquels nous ne savons pas si nous sommes tombés amoureux ou si nous sommes dans l’illusion…

La première nuit du mois de Ramadan, j’ai le sentiment de voir, à travers mon âme, les âmes de tous les autres êtres…et de la tendresse croît en moi. J’aimerai découvrir, pour l’embrasser, la fourmi qui a parlé à notre Maître Salomon. Je souhaiterais rencontrer, pour lui caresser la tête, le poisson qui a avalé Jonas. Je rêve de trouver, pour le porter sur mon dos, l’âne qui fut ressuscité devant ‘Uzayr’. Je réfléchis vainement à la tombe de la huppe qui a apporté la lettre à Bilqîs et est revenue raconter à notre Maître Salomon qu’elle adorait le soleil…O se trouve la tombe de cette huppe ?…Qu’il serait merveilleux qu’elle ressuscite, que nous puissions parler un peu de l’adoration du soleil !…

 

Au début du mois de Ramadan, je ressens de l’amour envers les êtres, envers tous les êtres..Je ressens de la douceur, de la faiblesse, pour les histoires d’amour humaines, animales, végétales, minérales…Je perçois pleinement la relation existant entre la pleine lune et le flux, le reflux de la mer. Je comprends de même le secret de l’amour de la fleur des adorateurs du soleil qui tourne son visage vers sa mère jusqu’à ce que vienne la nuit, et qui baisse alors le cou et s’endort…

Pendant le mois de Ramadan…je perçois que toute chose en ce monde repose sur l’amour. Il est la loi qui gouverne, qui règne en ce monde,…même si les hommes le corrompent par la haine et par la démission…

La sensation de l’amour grandit en mon âme.

Ensuite les cris de mon épouse, qui exerce son commandement dans la cuisine en préparant le sahûr*’, me ramènent à la réalité.     

 

 

 

 

 

 

(Mudhakkirât sâ’im) Mémoires de ramadan

Par Ahmad Bahgat

Traduction de l’arabe par Jean R. Michot 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note: 

* : La maqâma ou « séance », genre typique de la littérature arabe classique, vise surtout à distraire et se caractérise par l’emploi de la prose rimée ainsi que par une langue recherchée, parfois jusqu’à l’excès et au détriment du contenu. Le représentant le plus célèbre de ce genre est al-Harîrî  (516/1122).

 

 

 

** : Plateau dominant Le Caire, à l’Est

 

 

 

 

*** : Crème à base de lait, de décoration de blé et de sucre.   

 

 

 

*’ : Repas pris vers la fin de la nuit, avant de commencer la journée de jeûne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45