Biosphere reserves in Algeria: Chrea – Blida Province

1102020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Geographic locations and surface areas

 

Location: Latitude 36° 19’ to 36° 30’N/ Longitude 02° 38’ to 03° 002’ E

Altitude: 1.450 meters

 Total Area: 36,985 hectares

            -Core Area: 5,706.5 hectares

            – Buffer Zone: 20,807.25 hectares

            - Transition Area: 10,471 hectares

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

Chrea biosphere reserve lies along the northen and southern ridges of the Tell Atlas Mountains. It plays a vital role in the region, notably as a water reservoir for large cities such as Algiers, Blida and Médéa. The natural park of Chrea was established on communal land to protect the emblematic Atlas cedar forests stretching over one thousand (1,000) hectares in 1925.

The area of the Tell Atlas hosts the ski station of Chréa at an altitude of one thousand four hundred and fifty (1,450) meters, one of the few ski stations in Africa. In the city of Blida, the Patrice Lumumba Garden, also known as Bizot Garden, is located by the river bank of Oued Sidi el Kebir. This public garden, established in 1858, extends over twelve thousand (12,000) square meters and hosts old tree species of local origin and others wich are imported from India and America.

 

 

 

 

 

Wildlife

 

Chrea biosphere reserve hosts around one thousand two hundred (1,200) plant and animal spieces. It is home to endemic Atlas cedar (Cedrus atlantica Manetti) and the Barbary macaque (Macaca sylvanus), finding refuge in the grotto of Chiffa. The reserve hosts typical Mediterranean vegetation formations; namely, the thermo-Mediterranean zone populated by the Aleppo pine (Pinus halepensis) and lentisk (Pistacia lentiscus), the Meso-Mediterranean zone occupied by holm oak (Quercus ilex) and cork oak (Q. suber), and the supra-Mediterranean zone covred by the Atlas cedar (Cedrus atlantica Manetti) and obtuse maple (Acer opalus subsp. Obtusatum). The site is home to a variety of bat species such as the common pipistrelle (Pipistrellus pipistrellus), greater horseshoe (Rhinolophus ferrumequinum) and lesser horseshoe (Rhinolophus hipposideros).

 

 

 

 

 

Locals and Chrea biosphere reserve

 

The inhabitants of Chrea bisphere reserve originate from various cultures; namely, Arabs, Andalusian and Berber. Population is made up of mostly farmers and is estimated at one thousand (1,000) people. The reserve is a hub for international and domestic tourists attracting around ten thousand (10,000) visitors per year.

 

 

 

 

 

Research and development

 

Research initiatives have been numerous, focusing on the Atlas cedar. The reserve provides opportunities and long and short-term internships fot students in its research station, while giving them a space for the organization of seminars and workshops. The biosphere reserve offers an eco-museum promoting awareness on biodiversity and providing the place to people to enjoy the wildlife in Algeria.

 

 

 

 

 

 

 

A consulter:  Rapport Technique de la FAO sur Estimation de la valeur économique et sociale des services rendus par les écosystèmes forestiers méditerranéens: Parc National de Chréa – Algérie ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Biosphere reserves in Algeria: Belezma – Batna province

15072020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Geographic locations and surface areas

Location: Latitude 35° 34’ 52’’ N/Longitude 6° 01’ 38’’ E

Midpoint: Latitude 17° 48’ 48’’ N/Longitude 002° 42’ 11’’ E

 Total Area: 26,250 hectares

         - Core Area: 7,265 hectares

         - Buffer Zone: 6,518.5 hectares

         - Transition Area: 12,466.5 hectares

 

 

 

 

Designation

UNESCO Biosphere Reserve 2015

Important Plant Area 2010

Important Bird Area 2001

National Park 1984

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belezma biosphere reserve is located in the North-East of Algeria and lies on the hills of Belezma Mountain Chain in the Aurès region, reaching up two thousand one hundred thirty-eight (2,138) meters of altitude. The country’s inland from desertification. It occupies twenty six thousand two hundred and fifty (26,250) hectares of land and marine habitats. The biosphere reserve is home to the Atlas cedar tree (Cedrus atlantica Manetti), the flagship species of the Aurès region and named «Arz el Atlas» in Arabic and «Bignoun» in Berber. The famous cedar endemic to Algeria and Morocco expands over seven thousand (7,000) hectares representing almost one-third (1/3) of Algeria forests. Belezma massif hosts cedar tree stands embedding remarkable genetic traits whose seeds are chased by local breeders for reforestation initiatives.

 

The stunning landscapes in Belezma and the archeological vestige attract numerous international and domestic tourists. The reserve features several archeological sites including caves and tombs witnessing the passage of ancient civilizations. These sites are the R’Hawet wawatermills, the ruins of Abdous Oued Chaâba, as well as the rock carvings of Thérchiouine to Refaa. Beyond the reserve’s territory lie places featuring world-renownedarcheological sites such as the ruins of Zana, the tomb of Imedghacen (Berber king), the ruins of Timgad and Tazoult, as well as the tomb of El Hocine and the Ksar Belezma. Each year the biosphere reserve receives approximately fifty thousand (50,000) visitors.

 

The management framework of the biosphere reserve brings together a variety of stakeholders; namely, the Directory of the Beleza National Park, Belezma Organization for the Conservation of Forests, Belezma Office of Public Works, Belezma Office for Hydraulics, Belezma Office for the Environment and the Presidents of the Communal Popular Assemblies.

 

 

 

 

 

 

Wildlife

 

The rugged mountains with various altitude ranges and exposure are home to around twenty percent (20%) of the overall flora of Algeria growing in forests, thickets, lawns, cliffs, scree, mountains, rivers, caves and mines in Belezma. The dominant Atlas cedar tree grows with holm oak (Quercus ilex L.) or common holly (Ilex aquifolium L.). The biosphere hosts up to six hundred and fifty-five (655) plants of whichrare plants such as rosemary (Rosmarinus officinalis L.), dog rose (Rosa canina L.) and turbith (Globularia alypum L.) and endemics such as Thymus dreatensis Batt. The site is recognized as one of the most important nesting sites of birds of prey in the Aurès Mountain Chain and besides, in its diverse habitats live three hundred (300) animal species including twenty six (26) mammal species, one hundred and twelve (112) bird species and twenty two (22) reptiles species. Several rare animal species finds refuge in the reserve such as the Egyptian vulture (Neophron percnopterus), the lesser grey shrike (Lanius minor) and the striped hyena (Hyaena hyaena).

 

 

 

 

 

Plants and people

 

The wood of the emblematic species of cedar is used traditionaly in weaving and agriculture. Plants thriving in the reserve are used in traditional medecines such as thyme, sagebrush species and rosemary.

 

 

 

 

 

Locals and Belezma biosphere reserve

 

The biosphere reserve is inhabited by three thousand five hundred (3,500)people, descendants from the ‘Chaouias’ tribes of Berber origin (Amazigh). Farming practices are undertaken by the locals on the mountains foothills for the production of barley and wheat. Local communities rely on grazing and more recently on beekeeping, poultry and fruit trees plantations; namely, apple, walnut, apricot and olive. They are still preserving their traditional crafts with the production of clay pottery, jewelry, and tapestry made of sheep wool.

 

 

 

 

 

 

Research and Development

 

Anthropogenic activities and climate change impact on the forests have been the drivers of research initiatives which focused on ecological restoration and reforestation as well as on the characterization of plants associations in Belezma Massif and its surrondings.

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les 10 chutes d’eau les plus spectaculaires du monde

28052020

 

 

 

 

 

 

Si l’eau est l’un des éléments les plus puissants de la nature, les cascades sont la représentation parfaite de cette force fascinante et effrayante à la fois. Si les chutes du Niagara nous font tous rêver, sachez pourtant que notre planète bleue recèle d’autres chefs-d’œuvre tout aussi impressionnants, souvent accessibles au prix d’une longue randonnée. Voici la liste des plus belles chutes d’eau du monde.

 

 

 

 

 

N°10 – Chutes de Sutherland, Nouvelle-Zélande

 

 

 

Les 10 chutes d'eau les plus spectaculaires du monde dans Nature 9719-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Ces chutes verticales, au sud de la Nouvelle-Zélande, s’écoulent sur 580 mètres. On les compte parmi les plus longues du monde. Situées dans une zone difficile d’accès, on les atteint après un trek de 4 jours sur la Milford Track. Le voyage est long mais vous en mettra plein la vue. Un conseil : allez-y un jour de pluie, elles sont encore plus impressionnantes !

 

 

 

 

 

 

N°9 – Chute Dettifoss (Islande)

 

 

 

9720-les-10-chutes-d-eau-les-plus dans Nature

 

 

 

Ce n’est ni la plus grande, ni la plus profonde mais certainement l’une des plus impressionnantes puisque avec son débit de 200 m3 d’eau par heure, Dettifoss est la chute d’eau la plus puissante d’Europe. Située sur le cours du fleuve Jökulsa, dans le désert du nord de l’Islande, elle est l’un des exemples les plus flagrants de la beauté et de la force de la nature.

 

 

 

 

 

 

 

N°8 – Chutes du saut de l’ange, Venezuela

 

 

 

9721-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Du haut de ses 979 mètres, Salto Angel est la plus grande chute d’eau naturelle du monde. Située dans le parc national de Canaima au sud-est du Venezuela, loin de toutes civilisations, elle est accessible après au moins trois jours de pirogue et une heure de marche dans la forêt vierge. Un voyage exceptionnel au cœur d’une nature stupéfiante et envoûtante.

 

 

 

 

 

 

N°7 – Chutes de Havasu, États-Unis

 

 

 

9722-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Les chutes d’Havasu se trouvent dans le parc national du Grand Canyon. Ici, le bleu de l’eau se marie parfaitement avec le rouge de la roche pour offrir un décor sensationnel. Situées sur la réserve naturelle d’Havasupai, le peuple aux eaux bleu-vert, ces cascades se situent à 160 km des tout premiers signes de civilisation. C’est donc un endroit protégé et ses eaux sont même considérées comme sacrées par les tribus de la région.

 

 

 

 

 

 

N°6 – Chutes du Niagara, Canada/États-Unis

 

 

 

9723-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

De toutes les chutes, ce sont certainement les plus connues et visitées. Été comme hiver, de nombreux curieux viennent découvrir les fameuses chutes du Niagara. Deux d’entre elles se trouvent sur le sol américain – American Fall et Bridal Veil Falls –et la dernière est au Canada – Horseshoe Falls. C’est depuis cette dernière que l’on a la plus belle vue sur ses majestueuses trombes d’eau. Une étape incontournable lors d’un voyage au Canada !

 

 

 

 

 

 

N°5 – Les cascades de Plitvice, Croatie

 

 

 

9724-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Situé entre Zagreb et Zadar, le parc national des lacs de Plitvice est l’un des endroits les plus incroyables de la Croatie. Composé de 16 grands lacs reliés entre eux par plus de 92 cascades et chutes d’eau à couper le souffle, le parc est inscrit, à juste titre, au patrimoine mondial de l’Unesco. Entourés par des forêts d’épicéas, de sapins et d’érables, des animaux rares comme l’ours ou les chats sauvages y vivent en pleine nature. La visite de ce parc est incontournable lors d’un road-trip en Croatie.

 

 

 

 

 

 

N°4 – Chutes Victoria, Zimbabwe

 

 

 

9725-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Situées entre le Zambie et le Zimbabwe, les Chutes Victoria sont l’un des lieux les plus impressionnants de l’Afrique australe. L’eau du Zambèze s’écoule ici sur une centaine de mètres et dans un fracas monumental. Pour découvrir les chutes, optez pour la randonnée ou bien préférez un survol en avion. Pendant la saison des pluies, de mars à avril, elles redoublent de puissance et laissent place à un chaos magnifique. 

 

 

 

 

 

 

N°3 – Chutes d’Iguazù, Argentine / Brésil

 

 

 

9726-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

À la frontière entre l’Argentine et le Brésil, les chutes d’Iguazù sont entourées d’une faune et d’une flore tropicales luxuriantes où toucans et perroquets règnent en maître. Ces 275 cascades s’étendent sur seulement 3 km et déversent 6 millions de litres d’eau par seconde ! Elles sont si impressionnantes qu’elles ont servi de décor à de nombreux films comme Miami Vice ou Indiana Jones 4.

 

 

 

 

 

 

 

N°2 – Gouffre de Baatara, Liban

 

 

 

9727-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Situé à Tannourine, au nord du Liban, le gouffre de Baatara, surnommé « gouffre des trois ponts », est une véritable merveille de la nature, profonde de 240 m. Pour découvrir sa principale curiosité, il faut attendre la fonte des neiges : l’oued Baatara y forme alors une cascade de 90 m de hauteur qui jaillit derrière trois ponts rupestres en calcaire. Le spectacle est saisissant !

 

 

 

 

 

 

 

N°1 – Chutes de Kaieteur, Guyana

 

 

 

9728-les-10-chutes-d-eau-les-plus

 

 

 

Peu de voyageurs visitent le Guyana et sa forêt sauvage… Pourtant, à l’ouest du pays, dans le parc national de Kaieteur, se trouvent certainement les plus belles chutes du monde. Situées sur le cours du fleuve Potaro, elles se jettent du haut d’un plateau de grès de 230 m. Entourées par une nature luxuriante, elles sont à l’image de ce pays encore préservé du tourisme : à découvrir sans plus attendre !

 

 

 

 

 

 

 

Source:  petitfute

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Mouynak* et La Mer d’Aral (Orol Dengizi)

10042020

 

 

 

* (Moynoq en ouzbek, et Mojnak en karakalpak)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mouynak* et La Mer d’Aral (Orol Dengizi)  dans Nature 706px-Aral_Sea_1989-2008

Images satellites de la mer d’Aral en 1989 (à gauche) et en 2008 (à droite).

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’un des lieux les plus désolés de l’ancienne Union Soviétique se cache une réalité consternante: la disparition apparemment inéluctable, en l’espace de deux générations, de la mer d’Aral, auparavant la quatrième mer intérieure du monde. Le port Mouynak, désormais au milieu des terres, témoigne de ce désastre et, tout comme Tchernobyl et Semipalatinsk, accuse en silence la gestion suicidaire au point de vue écologique des édiles de la période soviétique.

 

Mouynak fut le plus grand port de la mer d’Aral, où une grande partie de la pêche était traitée et mise en conserve. En 1921, une grave famine sévissait dans la région de la Volga; Lénine appela la flotte de la mer d’Aral à l’aide et, en quelques jours, des milliers de tonnes de poissons furent acheminées, sauvant des milliers de Russes. Aujourd’hui, victime de la folie des Soviétiques, Mouynak vit un vrai cauchemar, entre mares stagnantes et usines désertées. Aucun poisson ne peut plus survivre dans la mer, 10 000 pêcheurs ont perdu leur emploi, et Mouynak sa raison d’être. Le seul intérêt d’une visite est bien macabre: être le témoin de cette lente agonie. Des bateaux de pêche à l’abandon, aux amarres rouillées, gisent sur la crête d’une dune, à des kilomètres du littoral. La ville a créé un petit musée (photos et peinture) sur la mer d’Aral avant son agonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Mer Qui Fuit Ses Rives

 

La Mer d’Aral n’existe bientôt plus. L’Amou Darya et le Syr Darya, les deux fleuves qui compensaient les 60 km3 d’eau qui s’évaporaient chaque année de la mer d’Aral, ne l’atteignent plus, absorbés qu’ils sont par les quotas imposés d’une monoculture de coton et d’une économie qui demeure toujours très planifiée. Le niveau de la mer baisse d’un mètre par an, et le cocktail chimique des pesticides et des défoliants déversés dans les champs de coton se concentre sur des milliers de kilomètres pour se déposer en croûte sur les rives asséchées. En quarante ans, la superficie de la mer a diminué de 90% et ce qui était autrefois le quatrième plus grand lac du monde s’est divisé en trois plans d’eau distincts.

 

Une île se trouvait jadis au milieu de la mer, à propos de laquelle d’anciennes légendes faisaient état d’un château hanté d’où l’on ne revenait pas, où des dragons gardaient des trésors entourés de sables mouvants ardents.

À l’époque soviétique, cette île s’est révélée tout aussi dangereuse, puisqu’elle abritait des bases ultra-secrètes destinées aux tests d’armes biologiques. Ce lieu se trouve maintenant sur la terre ferme. En 2002, alarmés par les risques environnementaux (et peut-être aussi terroristes) que cela représentait, les Etats-Unis ont organisé, dans le secteur, la décontamination de dix sites d’enfouissement d’antrax!

 

 

 

 

 

 

 

 

La Mer d’Aral N’est pas un Problème local. A cheval sur le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, la mer d’Aral est alimentée par des fleuves qui prennent leurs sources dans les glaciers du Kirghizistan et du Tadjikistan. Pour alimenter en eau le Turkménistan et l’Ouzbékistan, une partie des eaux de l’Amou Darya, un des fleuves tributaires, est détournée, privant d’autant la mer, et aggravant encore le déficit imputable, on l’a vu, aux cultures de coton. Les tempêtes de sable, elles, emportent des milliers de tonnes de sels toxiques – les «larmes sèches de la mer d’Aral» – dans l’atmosphère pour les disperser sur des distances énormes, jusqu’à la vallée du Ferghana, jusqu’en Géorgie et même jusque sur la côte arctique, provoquant de nombreux cas de maladies chroniques gravissimes: le taux des personnes atteintes d’anémie est le plus élevé du monde, tout comme d’une forme de tuberculose résistant à tous les traitements connus. Les enfants présentent de malformation prénatales et des immunologiques et neurologiques, dont les malformations prénatales et des cancers.

 

Le nombre des espèces d’oiseaux et de mammifères relevé dans la région de la mer d’Aral a été divisé par deux en cinquante ans. Le rat musqué, dont ont capturait autrefois jusqu’à 500 000 bêtes par an pour leur fourrure, a complètement disparu. La totalité des 24 espèces de poisson n’a pas survécu à la salinité excessive de l’eau: celle-ci est de plus de 100 g/litre contre 35g/litre pour une eau de mer ordinaire (300 à 350 g//litre pour la mer Morte). la mer, en se rétrécissant, ne tempère plus le climat continental devenu extrême dans cette vaste région. Les étés sont plus chauds, les hivers plus froids, et les récoltes de coton chutent en flèche.

 

La Russie est cependant toujours intrinsèquement liée tant aux problèmes qu’aux solutions, surtout depuis que la crise a pris une dimension ethnique et ravive des rancœurs liées à l’ancienne colonisation soviétique et à son obsession de dominer à tout prix les forces de la nature.

 

 

Y a-t-il une solution pour sauver cette mer en perdition?

En 1992, les gouvernants des cinq Etats d’Asie centrale se sont réunis dans une conférence désormais annuelle afin d’établir un plan de secours cohérent. Mais dans un premier temps, confronté aux graves problèmes économiques liés à sa séparation de l’ancienne URSS, aucun d’entre eux n’a pu se permettre de réduire sa production de coton, pas plus qu’il ne dispose des fonds nécessaire pour mettre en oeuvre une gestion plus saine des eaux.

 

De théoriques espoirs s’accrochaient alors à des projets peu réalistes, dont la construction d’un pipe-line partant de la mer Caspienne, la plantation de végétation sur les rives de cette mer pour freiner l’érosion, ou un plan visant à provoquer artificiellement des pluies dans ce vaste bassin.

 

Au début des années 2000, sous l’impulsion de l’UNESCO, de la Banque Mondiale et d’autres instances internationales, le Kazakhstan a été le premier à entreprendre des travaux pour restaurer le lac septentrional en construisant des barrages et en réparant des canaux d’irrigation sur le Syr Darya, ce qui, à la surprise des experts, a très rapidement conduit à un agrandissement notable du lac et même à un redémarrage de l’industrie de la pêche. Encouragés par ces premiers succès, les travaux de restauration de la mer d’Aral continuent: en août 2011, le gouvernement kazakh a décidé de créer une nouvelle digue, permettant d’augmenter encore la surface du lac et de le relier à nouveau à l’ancienne ville portuaire d’Aralsk.

 

Ces efforts ne concernent pour le moment que le nord du lac. Quant à la partie sud, située sur le territoire ouzbek, elle demeure dans un état désespérant, le gouvernement ouzbèke n’ayant visiblement pas la même volonté (et peut-être aussi les moyens?) de la revitaliser. Au contraire, il semble même privilégier des projets de forages pétroliers et gaziers sur les terres asséchées du lac….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




La Petite Mère Volga

1032020

 

 

 

«Ceux qui ont goûté à l’eau de la Volga, qui ont admiré la beauté du fleuve reviendront».

Vieux proverbe Russe.

 

 

 

 

 

 

 

La Volga, symbole de la Russie, est chère au cœur des Russes qui l’ont surnommée Matouchka Volga, Petite mère Volga.

Elle est mentionnée pour la première fois par le philosophe grec Ptolémée au IIe siècle, sous le nom de Rha. D’où le nom de Rhadanites donné aux marchands juifs ou persans qui, au Moyen-Age, commerçaient entre le Moyen-Orient, via la Mer Noire et les pas Scandinaves. Jusqu’au VIIIe siècle, les Slaves l’utilisent comme voie de communication. Au XVIe, le Volga devient entièrement russe, lorsqu’Ivan le Terrible conquiert Kazan et Astrakhan. Les premiers bateaux à vapeur apparaissent sur le fleuve dès le XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

Le Plus Long Fleuve d’Europe

 

La Volga est le plus long fleuve d’Europe avec 3 690 km. Elle draine un bassin de 1 360 000 km² qui couvre 30% de la plaine russe.

Elle prend sa source dans les hauteurs du Valdaï, non loin du joli lac de Seglier et se jette dans la Mer Caspienne. Son delta de 10 000 km² est formé de 80 bras, dont 4 sont navigables. Axe important, elle assure la moitié du trafic fluvial du pays. Elle est le trait d’union entre la Caspienne, la Baltique, la Mer d’Azov, la Mer Blanche et la Mer Noire. Grâce au système du canal des Cinq Mers qui la relie à la Moskiva, au Don et à la Dvina septentrionale; les bateaux partis de l’Arctique rejoignent la Méditerranée en trois semaines.

 

Le régime fluvial est sous la dépendance d’un climat continental aux hivers longs et froids, aux étés chauds et à tendance aride vers le sud. Le fleuve est pris par les glaces durant quatre mois au nord, trois mois au sud. La fonte des neiges annonce le printemps, fin mars sur le cours inférieur, début avril à Volgograd, et fin avril à Nijni-Novgorod. Il se traduit par l’inondation de la plaine alluviale. De juillet à septembre, le fleuve connaît un étiage. A la fin de l’été, le niveau de l’eau est parfois si bas qu’il entraîne des risques d’ensablement.

 

 

 

 

 

 

Des Centaines d’Affluents

 

En traversant les grandes plaines russes, la Volga reçoit les eaux de centaines d’affluents qui font sa puissance et sa beauté.

Dans sa partie supérieure, elle coule selon une direction générale ouest-est et traverse le domaine de la taïga. Son principal affluent est l’Oka, qui la rejoint, sur la rive droite, à Nijni-Novgorod. La Kama lui apporte les eaux de l’Oural.

En aval de Kazan, le fleuve change d’orientation et suit un tracé nord-nord est et sud-sud ouest, jusqu’à Volgograd où il se divise en deux bras. Pendant tout ce trajet, le fleuve est dominé sur sa rive droite par le rebord des hauteurs de la Volga, orientées nord-sud, mais recoupées par un accident transversal, la crête calcaire des Jigouli, qui le fleuve contourne par la boucle de Kouïbychev. En aval de Kouïbychev les steppes son plus sèches et fournissent peu d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Des Régions Naturelles Diversifiées

 

Le bassin de la Volga s’étend sur plusieurs zones naturelles et occupe 1/3 de la partie européenne de l’ex-URSS. De sa source jusqu’aux villes de Nijni-Novgorod et de Kazan, la Volga coule dans une zone de forêts, puis, jusqu’à Samara et Saratov, dans une région de forêts et de steppes. Dans sa partie sud, elle traverse des steppes arides et semi-arides. Cela explique la diversité de la flore. La faune varie en fonction des régions: grands tétras, gélinottes, outardes, lièvres, renards, loups, élans, martres, écureuils, marmottes….sont les habitants familiers de ses berges.

 

La flore varie tout au long de son cours. Aux forêts de sapins du nord-est, succèdent des chênes et même des tilleuls. Au nord de Iaroslavl, des bois de conifères, de sapins (épicéas), se mêlent aux bouleaux et aux trembles. Au sud les bois sont mixtes, associant aux conifères et latifoliés, des frênes, des érables et des chênes.

 

Le fleuve est peuplé de 75 espèces de poissons, dont 40 font l’objet d’une pêche industrielle. Les principaux sont le hareng, le brême, la sandre, la carpe, le silure, le brochet, l’esturgeon et le sterlet. On pêche également du vobla dans les eaux de la Volga. C’est un poisson que les russes aiment faire sécher pour le manger accompagné de vodka!

 

 

 

 

 

 

 

Un Fleuve Aménagé

 

Ce fleuve nourricier a attiré aussi une grande variété de populations. Tatars, Bachkirs, Tchouvaches, Maris, Mordves et Oudmourtes s’y côtoient avec les descendants des colons allemands qui y furent installés au XVIIIe siècle sous le règne de Catherine II. La République autonome des Allemands de la Volga fut constituée pour les regrouper en 1924. Staline, craignant une avancée allemande dans les années 30, les accusa de complot contre la Russie et les déporta en masse vers la Sibérie et l’Asie Centrale en 1941 et leur République disparut.

 

Depuis les années 1930, la Volga compte 7 centrales hydroélectriques. L’aménagement du cours supérieur du fleuve a commencé avec la construction des réservoirs d’Ouglitch et Rybinsk, destinées à réguler le flux et à approvisionner la capitale en eau par le canal de Moscou.

Le projet ambitieux de Staline d’endiguer la Volga et la Cheksna, pour créer un immense réservoir, fut mené de façon totalement irresponsable par le Comité des Affaires Intérieures qui administrait le travail des prisonniers du Goulag. Plus de 700 villages furent inondés pendant la construction du réservoir, perturbant gravement les équilibres naturels et entraînant une baisse sensible du niveau de la Mer Caspienne. Ce réservoir était destiné à mettre fin aux méthodes de transport du temps des tsars.

 

 

 

 

 

 

La Petite Mère Volga dans Nature mologa-640x420

Avant

galler10 dans Nature

 Ville disparue de Mologa

 

 

 

 

 

 

 

Le Danger Écologique

 

Les grandes réformes économiques qui sont menées dans le pays sont liées étroitement aux questions de la protection de l’environnement. La santé des habitants est gravement menacée par les rejets de la production industrielle et agricole des principaux fleuves. Sur les 100 villes du pays les plus polluées, 65 se trouvent sur le bassin de la Volga. En effet, 45% de la production industrielle et 50% de la production agricole de la Russie sont concentrées dans cette région qui couvre 8% de la superficie de pays. Les stations d’épuration et les réseaux de distribution sont vétustes et nécessiteraient d’être entièrement rénovés.

 

Les indices de pollution dans les bassins de la Volga sont de 3 à 5 fois supérieurs à ceux du reste du pays. Pratiquement aucune ville n’est approvisionnée en eau potable de qualité suffisante. La pollution a des effets nocifs sur la qualité des produits alimentaires. Les maladies et la mortalité, surtout la mortalité infantiles, ne font que s’aggraver.

 

Les centrales thermiques sont responsables de 19% des rejets dans l’atmosphère, de 35% de la pollution des eaux usées et de près de 30% des déchets qui encombrent les terres productives et polluent les eaux souterraines.

 

Un centre de surveillance de la Volga a été ouvert en avril 1998 à Nijni-Novgorod. Trois satellites russes et un américain doivent fournir des informations sur le bassin du fleuve, les risques de crues et d’incendies. Un réseau informatique transmettra les informations recueillies aux provinces de la Volga. Ce centre a été mis en service dans le cadre du programme écologique Renaissance de la Volga élaboré par le Gouvernement de la Fédération de Russie jusqu’à l’an 2010.

 

Ce programme doit fonctionner au niveau de la Fédération, des territoires (républiques, régions), des municipalités et des provinces. Il prévoit la mise en oeuvre d’un grand nombre de technologies modernes, la reconstruction et la modernisation des usines de production pour empêcher et arrêter la dégradation des ensembles naturels. Les terres agricoles devront être plus productives grâce à l’utilisation de nouvelles technologies. Les conditions de vie de la population devront être considérablement améliorées par de nouveaux aménagements urbains, le rétablissement de zones sanitaires de protection. Les forêts, la faune, la flore devront faire l’objet de mesures de protection très stricte. L’assainissement des rivières est également prévu pour améliorer la qualité de l’eau et de la pêche.

 

Le lac artificiel de Rybinsk est tout particulièrement touché par la pollution. Lors de sa mise en eau en 1941, plus de 4000 ha de terres cultivées ont été inondées. L’eau a pris une teinte verdâtre en raison de l’apparition d’une algue qui provient de la décomposition des forêts submergées à l’époque et qui absorbe l’oxygène de l’eau, provoquant la mort des poissons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Collisions Cosmiques – Chocs célestes

23072019

 

 

 

 

 

Collisions Cosmiques révèle tout ce qu´il faut savoir sur les crashs de corps célestes, et la façon dont les scientifiques les appréhendent. Elle nous entraîne également à la découverte de notre système solaire et aux confins de galaxies lointaines. Dans cet épisode, au rythme d´un fabuleux voyage dans l´espace, nous avons le privilège de pouvoir observer au plus près les véritables « batailles cosmiques » que se livrent météorites, astéroïdes, comètes, étoiles filantes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les ZCB* d’eau douce dans la sous-région de l’Afrique du Nord

2042019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La sous-région de l’Afrique du Nord au sein du hotspot ** inclut les côtes méditerranéennes du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et de l’Egypte, et comprend les neuf corridors prioritaires définis par le CEPF. A l’exception du delta du Nil, les cours d’eau permanents existent uniquement dans les zones septentrionales du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, c’est-à-dire dans la région alimentée par les pluies et la fonte des neiges provenant du massif de l’Atlas. La région est caractérisée par les écorégions d’eau douce du Maghreb permanent, du Maghreb temporaire et du delta du Nil. Le Maghreb permanent, qui s’étend le long des zones septentrionales du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie, est caractérisé par une faune d’eau douce composée de nombreux éléments européens, des reliques afrotropicales et un endémisme relativement élevé.

 

 

 

 

 Le Maroc possède le système fluvial le plus étendu en Afrique du Nord. Les précipitations tombant sur les hautes montagnes du Rif, du Moyen Atlas, du Haut Atlas et de l’Anti-Atlas alimentent les cours d’eau qui, en général, coulent dans la direction nord-ouest pour se jeter dans l’océan Atlantique ou bien dans la direction sud-est vers le Sahara. L’oued Moulouya est la principale exception, s’écoulant sur environ 500 km dans la direction nord est, du Moyen Atlas jusqu’à la mer Méditerranée. Le Maro possède également un certain nombre de lacs de montagne situés à une altitude supérieure à 1 800 m, avec de vastes réservations hydroélectriques et des marais saumâtres côtiers, principalement le long de la côte atlantique. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les ZCB* d’eau douce dans la sous-région de l’Afrique du Nord  dans Nature 1546002169-img-4

Le lac Fetzara, appartenant à la ZCB de la Numidie occidentale, abrite un certain nombre d’espèces de poissons et de plantes aquatiques menacées au niveau mondial. La présence du triton de Poiret (Pleurodeles poireti) (en danger) a également été observée dans cette ZCB.

Le lac Fetzara est aussi un site Ramsar inscrit en raison des nombreux oiseaux d’eau fréquentant ce lieu. 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart des cours d’eau algériens prennent leur source dans l’Atlas telien et coulent en direction du nord vers la Méditerranée ; c’est le cas notamment du système de l’oued Chelif (longueur d’environ 550 km) et du système de l’oued Seybouse (longueur d’environ 180 km). L’Algérie possède aussi de nombreuses petites rivières se limitant à la côte montagneuse méditerranéenne de l’Atlas telien. Des vestiges de grands lacs et de zones marécageuses, peuvent toujours être observés, à savoir le lac de Fetzara (Annaba), la Macta, la Grande Sebkha (près d’Oran) et un ensemble complexe de marais et de petits lacs près d’El Kala. Les grottes de Ghar Boumaaza découvertes en 1931, font partie du plus grand système hydrologique souterrain d’Afrique.

 

 

 

 

En Tunisie, le principal et unique cours d’eau pérenne est le système de l’oued Medjerda (longueur de 450 km) qui prend sa source en Algérie et finit dans le golfe de Tunis (pour se jeter dans la mer Méditerranée). Les deux plus grands lacs, le lac de Tunis et le lac Ichkeul, sont saumâtres donc quelques espèces d’eau douce sont présentes dans les marais environnants ainsi que dans l’oasis de Nouail, près du Chott El Jérid. Certaines rivières de montagne dans la Kroumirie présentent un intérêt considérable en termes de faune et de flore, et elles sont probablement un hotspot d’endémisme.

 

 

 

 

 En Libye, il n’existe pas de cours d’eau permanents mais une multitude de sources, de seguias (canaux d’irrigation), de mares, de puits artificiels et d’oasis, ainsi que des marais salants. Les principales régions dotées d’oasis sont les régions de Ghat, Sabha et Kufrah. Le Grand fleuve artificiel est gigantesque système de canalisations qui transportent de l’eau située en profondeur dans la nappe aquifère de grès nubien dans le sud de la Libye, jusqu’aux grandes villes du nord. Les lacs de cratère du Tibesti, comme le Trou au Natron, sont salins ou alcalins.

 

 

 

 

Le delta du Nil en Egypte est une zone fertile nichée dans l’un des déserts les plus arides au monde. Il s’étend sur une longueur d’environ 175 km, de son extrémité sud (au Caire) jusqu’à la mer Méditerranée, et sur une largeur d’environ 260 km au niveau de la côte. Depuis la construction du haut barrage d’Assouan (achevé en 1970), le débit de l’eau au sein du delta a diminué et cette zone ne fait plus l’objet d’inondations annuelles. Par conséquent, le Nil n’occupe aujourd’hui que deux canaux principaux. Les principales zones humides du delta sont les lacs côtiers de Manzala, Burullus, Idku et Maryut. Le delta du Nil fait partie de l’un des sites les plus importants au monde pour les oiseaux migratoires. La faune d’eau douce est typique de la province Nilo-Soudanaise caractérisée par sa faune ichtyologique. Les établissements humains et les terres agricoles couvrent la quasi-intégralité du delta, à l’exception de quelques zones à l’extrême nord du delta. Les zones humides restantes sont rapidement converties pour l’agriculture et elles ont perdu plus de 50% de leur superficie initiale au cours du siècle dernier en raison de la mise en valeur des terres à des fins agricoles, de la sédimentation et de l’érosion. Le delta a connu une érosion de près de 2 km depuis les années 1960, en raison de la perte de dépôts sédimentaires suite à la construction du haut barrage d’Assouan, et il est soumis à une intrusion croissante de l’eau salée. Les polluants s’accumulent dans le delta au fur et à mesure que l’agriculture et les établissements humains augmentent ; les précédentes inondations annuelles qui intervenaient en amont ne sont plus là pour supprimer ces polluants. Les espèces exotiques envahissantes, comme la jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) et l’écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii), menacent la biodiversité autochtone.     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1546001945-ssc-op-052-fr-45-45-001 dans Nature 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* : Les Zones clés pour la biodiversité (ZCB) sont des sites qui contribuent de manière significative à la persistance globale de la biodiversité. À partir des informations publiées concernant le statut de conservation et la répartition géographique des espèces (source : Liste rouge des espèces menacées de l’UICN), il a été identifié que 90 % des 3 894 sous-bassins versants fluviaux/lacustres étudiés étaient susceptibles de remplir les critères d’admission en tant que ZCB d’eau douce.

 

 

 

 

 

 

 ** : Le « hotspot » (point chaud) de la biodiversité du bassin méditerranéen est bien connu pour l’importance que sa biodiversité revêt à l’échelle mondiale. Il est aujourd’hui confirmé que la biodiversité d’eau douce existant dans ce hotspot présente une diversité inhabituelle, abrite de nombreuses espèces endémiques aux cours d’eau, rivières, sources, zones humides et lacs de la région, et est fortement menacée, alors que l’importance de cette biodiversité n’était pas reconnue précédemment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les caravanes de sel

17022019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nord du Mali a de tout temps fait l’objet d’un intérêt de la part des rois et des princes qui régnaient de part et d’autre du grand désert. La raison ? La présence d’un des plus grands gisements de sel gemme du Sahara (avec ceux de Fachi et Bilma au Niger et, dans une moindre mesure, celui de l’Amadror au nord du massif du Hoggar en Algérie).

                                              

 

 

 

 

 

Les caravanes de sel  dans Nature Une%20Caravane%20de%20Sel%20en%20barres

Une Caravane de Sel en barres aux confins du désert

 

 

 

 

 

 

La dépression de Taoudenni, située à environ 700 km au nord de Tombouctou, est l’une des régions les plus arides du Sahara. Cette cuvette (sebkha) de 125 km² enregistre moins de cinq millimètres de précipitations annuelles.

 

 

 

Le sel résulte de dépôts provenant de l’assèchement d’un lac du Quaternaire et dont l’épaisseur avoisine parfois les dix mètres.

 

 

 

Les esclaves extrayaient le sel dans des mines à ciel ouvert. Les plaques étaient taillées en rectangle de 1.20 m de longueur et de 40 cm de largeur ; elles pesaient entre 25 et 45 kg, et un chameau pouvait prendre une charge de six barres. Les barres étaient toutes gravées au départ de Taoudenni et, à l’arrivée à Tombouctou, elles faisaient l’objet d’une toilette pour les rendre bien blanches.  

 

 

 

On les gravait de motifs géométriques, ou du nom d’un saint ou d’un roi. Les barres étaient ensuite entourées de lanière de cuir pour les protéger en cas de choc. Ainsi conditionné, le sel était ensuite acheminé en pirogue vers tous les ports du Soudan, puis transporté par des ânes, des attelages de bœufs, ou des esclaves jusqu’aux confins du pays Mossi, de la Côte d’Ivoire ou du pays Bobo.

 

 

 

 

 

 

 

Afrique%20Occidentale%20-%20Le%20sel%20en%20barres dans Nature

Le sel en barres de 30 kilos environ, arrive par caravanes de Taoudenni (Sahara)

 

 

 

 

 

 

A leur époque de gloire, les caravanes pouvaient compter jusqu’à mille chameaux, accompagnés de trois cents à cinq cents hommes. Jusqu’à la fin du 19e siècle, soixante mille chameaux par an arrivaient à Tombouctou.

 

 

 

 

 

 

 

TOMBOUCTOU%20-%20Le%20March%E9%20-%20Vente%20du%20Sel

TOMBOUCTOU – Le Marché – Vente du Sel

 

 

 

 

 

Aujourd’hui encore, les caravanes acheminent les plaques de sel de Tombouctou vers les rives du fleuve Niger. Ce sont les Bérabich qui assurent cette fonction depuis des temps immémoriaux. Il faut une quinzaine de jours, à raison de 35 à 40 km par jour à la caravane pour parcourir les 700 kilomètres qui séparent les salines de Taoudenni du village de Ber, à côté de Tombouctou. Le long du trajet, seuls deux puits permettent aux hommes et aux bêtes de faire le plein d’eau. En outre, les pâturages étant maigres le long de l’itinéraire, les nomades emportent la quantité de fourrage dans des endroits connus d’eux seuls, afin de pouvoir l’utiliser sur le chemin du retour, lorsque les bêtes sont à pleine charge. Les plaques de sel sont arrimées deux par deux à l’aide de cordelettes de cuir sur les flancs de l’animal. Les chameaux sont chargés le matin et débâtés chaque soir, au terme d’une journée comptant parfois jusqu’à quinze heures de marche ininterrompue.  

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 




Le Massif de L’Aïr

4012019

 

 

 

 

 

Le massif de l’Aïr, qui occupe une bonne partie du Nord de la République du Niger, est le prolongement, vers le Sud, du Hoggar. Mais en raison de sa situation méridionale, l’Aïr n’a pas le caractère purement saharien du Hoggar, de l’Adrar des Ifoughas et du Tibesti. Ainsi, du point de vue climatique, il constitue une avancée septentrionale très prononcée de la région sahélienne dans la zone désertique. Entouré à l’Est par le Ténéré et à l’Ouest par le Tamesna, ce massif forme une véritable presqu’île sahélienne de forme elliptique, dont le grand axe Nord-Sud a 400 km et le petit axe Est-Ouest 250 km. Il s’allonge du Nord au Sud entre 20° 30 et 17°.

 

 

 

Ce vaste massif (environ 80 000 km²) se présente dissymétrique. Sa partie Ouest est une pénéplaine d’altitude moyenne de 700 à 800 m, entaillée par un réseau hydrographique orienté vers l’Ouest. Sur sa partie Est, s’élève de plusieurs centaines de mères, une série de massifs dominant nettement les étendues plates du désert du Ténéré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Massif de L’Aïr  dans Nature 1542451459-niger-arlit-410-0 

 

 

 

 

 

 

 

Ces montagnes de l’Est de l’Aïr sont disposées en deux grands ensembles.

 

-          Le premier ensemble, vaste de près de 20 000 km², comprend :

 

 

  • Le massif de Taghouji à 95 km au Nord-Est d’AGADAZ. Ce sont des monts peu élevés (900 m d’altitude moyenne), à bord peu abrupt mais à surface sommitale mouvementée.

 

 

  • Les Monts Bagzane dans le centre Sud de l’Aïr. Ils s’étendent sur 600 km². Seuls les monts Tamgak (plus au Nord) les dépassent en superficie. Ces monts situés à une centaine de kilomètres au Nord-Est d’AGASEZ, constituent un plateau de forme ovale de 40 km sur 20 km à surface somminale hérissée de collines, de pitons et surtout des cônes volcaniques atteignant 1 700 m et même 1 900 m (exemple : le Mont Tchoulélé au Sud, le Taress Ziggerit au centre et le Taress Indoukal au Nord). La surface sommitale présente aussi des hauts bassins alluviaux à fond plat dans lesquels se sont fixés des villages. Le haut plateau des Bagzane est également caractéristique par ses vallées encaissées, en particulier à la péréphérie Est et Nord où les parois du massif paraissent assez verticales. A l’Ouest au contraire, le plateau s’incline et par une vallée d’altitude moyenne de 900 m, les Monts Bagzane se trouvent séparés du Mont Todra (1 780 m) qui domine la localité d’Aouderas. Ce massif présente lui une forme symétrique.

 

 

 

 

 

1542451768-799px-bagzane1 dans Nature

Alentours du volcan Ziggerit sur le Bagzane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situés au Nord des Monts Bagzane, les Monts Agalak dominent d’environ 400 m une autre localité importante : Timia. Ils sont moins vastes que les monts Bagzane. Ils en diffèrent d’ailleurs par plusieurs aspects. Leurs points culminants sont des sommets granitiques et non des cônes volcanique comme dans les Monts Bagzane. La surface sommitale de ce massif circulaire de 15 km de diamètre est moins régulière que celle des Monts Bagzane et le relief est plus escarpé et disséqué par des vallées nombreuses et très encaissées.

 

 

Près de ce massif, se trouvent au Sud-Est, le Mont Aroyan et au Nord-Est le Mont Goundai. Au Nord et à l’Est du Mont Goundai, à environ 200 km au Nord-Est d’AGADAZ, se localise une série de massifs, plongeant pour la plupart directement dans le désert du Ténéré. Elle comprend à l’Est du Goundai, les Monts Angournakouer, les Monts Zagado, le Massif de Takolokouset et le Mont Takarit ; au Nord du Goundai : le Mont Enfoud, l’Adrar El Gharous, les Monts Taghmert et les Monts Tamgak.

 

 

-          Le second ensemble de hauts massifs de l’Aïr, plus septentrional, est très réduit en surface. Il comte parmi ses sommets les Monts de Tazorit, l’Adrar Greboun (2 000 m d’altitude) et l’Adrar Bouss.

 

  • Dans cette partie Est du Massif, le contact avec la couverture sédimentaire est festonné, difficile à suivre car les surface aplanies dans le socle se prolongent invisiblement dans les plaines sablonneuses du Ténéré. Ici la dénivellation est très forte au dessus des plaines. Aussi le réseau des Kori de l’Aïr est-il dissymétrique. Les plus importants Kori sont orientés vers les plaines de l’Ouest où ils se jettent dans d’immenses vallées qui traversent l’Azaouak et se ressemblent pour former des dallols. C’est le cas des Kori Teloua (qui passe par Agasez), Anou-Makaren, Anou Zeggeren, Egakane, Wadérer, Takriza, Tarakaft et Zeline. Les Kori de l’Est du massif se perdent après un cours très bref dans les sables du Ténéré ; exemple : le Zagado, le Tafidet et le Tchibatouene.

 

 

 

 

 

1542452382-mont-greboun

Le mont Gréboun

 

 

 

 

 

Les kori ne coulent bien sûr que pendant la saison des pluies. Beaucoup paraissent assez verdoyants, tranchant nettement avec les surfaces rocheuses nues des montagnes ou des hauts plateaux. Ils portent en effet une végétation variée et parfois dense, surtout dans la partie Sud du massif de l’Aïr. Dans leur lit ou à sa proximité immédiate sont creusés les puits. En période d’hivernage, il suffit de piocher un peu le lit du Kori, pour rencontrer la nappe d’eau. Ces raisons expliquent la forte concentration de la population dans ces vallées.

 

 

 

 

 

Guelta près de Timia

 

 

 

 

 

 

En dehors des Kori, l’eau est trouvée dans les gueltas des gorges qui subsistent même en saison sèche et aux sources permanentes dont certaines sont sulfureuses (Tafadek, Igouloulof).

 

 

Du point de vue structure, le massif de l’Aïr est composé de schiste cristallins et de gneiss suggariens et pharusiens associés à des granites anciens syntectoniques. La série granitique jeune est intruisive tant dans le suggarien et le pharusien que dans les granites syntectoniques ou tarditectoniques. Elle est généralement postérieure au Dévonien mais antérieure au crétacé inférieur qui la recouvre. Les roches de cette série granitique jeune, forment plus de vingt-cinq massifs se présentant sous des formes variées. La mise en place de ces massifs a commencé par une phase volcanique. Dans certains cas, cette phase n’est que peu ou pas représentée, alors que dans d’autres, elle occupe la majeure partie du massif. A cette phase, fait suite la mise en place des roches plutoniques par fractures annulaires suivies de ‘’cauldron subsidence ‘’.

 

Le massif de l’Aïr est affecté par des failles nombreuses. Il serait un horst entre deux failles parallèles.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 




Le rocher de Constantine

21112018

 

 

 

 

 

Le rocher de Constantine dans Nature 1539928995-rocher

© constantine d’hier & d’aujourdhui 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rocher de Constantine fait partie de la ceinture de tables calcaires qui entourent le Djebel Ouach Ouest et au Sud- Un profond canyon de Oued Rumel le divise en deux parties une qui porte la ville Ouest autre le Djebel Sidi Mcid Est une large vallée dans laquelle ne coule un simple ruisseau Oued Mêla sépare cet ensemble du Djebel Chettaba Le Djebel Ghettaba et le Djebel Ouach forment les monts de Constantine reliefs du Tell intérieur de la Numidie encadrés par les dépressions et les plateaux de Constantine au Nord et au Sud par le Ferdjioua Ouest par les monts de Guelma Est

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modelé du sol

Le rocher de Constantine est constitué par des calcaires massifs éo-et mésocrélacés de couleur grise ou un gris blanchâtre Une assise marneuse remarque vers le tiers supérieur elle correspond peu près la limite des étages cénomanien et turonien La masse calcaire qui porte la ville aspect un prisme base trapézoïdale Les arêtes de ce prisme correspondent sensiblement aux quatre points cardinaux celui du Nord est couronné par la citadelle (kasba) celui de Ouest portait autrefois le Bordj Asous celui du Sud était surmonté par la koubba de Sidi Rached celui de Est fait face au pont kantera qui pendant fort longtemps relié la ville au Sidi Mcid La grande diagonale du trapèze formant le plan supérieur du prisme est dirigée N-S sa surface présente pour une longueur de 1 km environ une différence de niveau de 110 m (alt. max. du rocher angle Nord 644 m ; ait min. angle Sud 534 m).

 

 

 Le profond canyon creusé par le Rumel occupe les faces Sud-Est et Nord-Est du prisme importants escarpements correspondent la face Nord-Ouest tandis que au Sud-Ouest un isthme de 300 m de largeur compris entre des murailles pic relie le rocher au Koudiat-Ati. 

 

 

Les Constantinois ont appelé leur ville (Constantine) el bled el haoua expression qui signifie à la fois cité aérienne et cité du ravin mais aussi cité des passions. Si les deux premières acceptions de Bled el haoua se réfèrent la situation topographique de la ville la dernière révèle état moral de sa population qui confinée dans un isolement relatif dû être vouée dans tous les temps de violentes réactions internes.

 

 

 Le Djebel Sidi Mcid couronné par un fort qui élève à l’altitude de 725 m domine de 130 le Kef Chekora le point culminant de la ville Sa surface s’abaisse à la cote 600 vers usine gaz en face el Kantara elle présente donc une pente de 125 m sur 1 km environ.

 

Ses contours assez irréguliers sont limités au Sud-Ouest par le canyon du Rumel et se terminent au Nord-Ouest et au Nord-Est par imposants abrupts au Sud-Est il est séparé du Mansoura par le faible vallonnement du Chabet Aïn el Areb.

 

 

 Le plateau qui le couronne entouré de multiples corniches n’a pas subi de la main de homme d’aussi profondes modifications que le rocher qui porte Constantine. Ses escarpements sont restés peu près intacts. Ceux du Nord-Ouest particulièrement exposés aux pluies offrent un aspect ruiniforme très caractéristique dû à l’association de différentes formes de relief tours crénelées arêtes déchiquetées petites aiguilles rocs en surplomb etc.

 

 

 Le versant Sud-Est soumis à l’active érosion des eaux de ruissellement venues de la crête Nord-Ouest présente de vastes champs de lapiez ciselés étroits sillons irrégulièrement anastomosés larges de quelques centimètres profonds parfois de plusieurs mètres que séparent tantôt de minces lames tranchantes tantôt de larges bourrelets plus ou moins arrondis .

 

L’assise marneuse intercalaire détermine dans le profil des murailles périphériques du Sidi Mcid une rupture de pente bien visible surtout au-dessus de la route de la corniche

 

 

 

 

 

 

 

 
1539929506-img-1-small5802 dans Nature

Le rocher de Constantine vu de l’est (Photo F. Bertrandy)

 

 

 

 Architecture du sous-sol

 

 

 

Le rocher de Constantine est un témoin resté en surélévation de la retombée Sud-Est d’un large anticlinal disharmonique dirigé WSW-ENE La retombée Nord-Ouest de ce pli est effondrée. L’axe en est jalonné par le lambeau triasique du Sidi Bou Chakour dans le Djebel Chettaba. 

 

L’anticlinal de Constantine- Sidi Mcid dessine une série de rebroussements déterminés par une déviation de l’axe du pli à la rencontre d’une ligne tectonique SSW-N qui semble pendant l’Oolithique, l’Eocrétacé et le Mésocrétacé avoir joué le rôle d’un géanticlinal secondaire formant un relief sous-marin sur l’emplacement duquel s’édifia une puissante série de calcaires zoogènes dont le rocher de Constantine n’est qu’un élément dissocié.

 

 Les rebroussements successifs qui accidentent le rocher se sont traduits par un champ de fractures en relation manifeste avec le gauchissement des strates rigides du calcaire. Dans ce champ les lignes de rupture sont constamment groupées en deux systèmes conjugués dont un correspond à l’allongement du pli c’est-à-dire la direction des bancs et l’autre à leur inclinaison.

 

 

 Le plus méridional des groupes vers Sidi Rached comprend des fractures SW-NE et NW-SE. Le suivant est formé d’accidents SSW- NNE et WNW-ESE Le troisième est composé de cassures SW-NE et NW-SE comme le premier Le quatrième renferme des dislocations W-E et N-S.

 

 

Chaque groupe est constitué à la fois par des ruptures à déplacements verticaux constituant de petites failles et autres ruptures simplement diaclasiques sans déplacements verticaux. Les premières limitent un certain nombre de compartiments rocheux disposés en gradins inclinés. Il est à noter que dans les angles dièdres de cette surface réglée se sont conservés sur plusieurs points du calcaire turonien de Sidi Mcid des paquets de marnes néocrétacées notamment: 1° au-dessus du deuxième tunnel de la voie ferrée entre deux failles NE-SW, 2° au voisinage du fort le long d’une faille NW- SE, 3° entre l’ancien et le nouveau cimetière juif également le long d’une faille NW-SE, 4° auprès de hôpital et du lazaret contre deux failles NE-SW.

 

 

 Le même dispositif q dû se retrouver dans le rocher de Constantine mais ici les marnes ont été partiellement ou totalement enlevées diverses époques au cours de l’extension de la ville Nonobstant cette érosion humaine les petits jardins des quartiers arabes la présence même de simples arbres isolés dans des cours de maisons indigènes au-dessus de Sidi Rached au Sud du carrefour Perrégaux et au-dessous du lycée sont autant indices de la conservation toute locale de lambeaux marneux néocrétacés 

 

 La toponymie ailleurs nous révèle l’existence, à la surface du rocher de Constantine de deux accidents topographiques remarquables: 1° el Rhedir Bou el Rharat au Sud de la rue Orléans. 2° el Batha au Nord de la grande mosquée. Le premier de ces deux noms applique un bas-fond naturel où l’eau séjournait (rhedir); le second un bas-fond sec (batha) Tous deux devaient se trouver situés sur la lèvre abaissée d’une faille SE-NW, se dirigeant du carrefour Perrégaux vers le Nord du Bordj Asous. La surface de cette lèvre abaissée était certainement constituée par un revêtement de marnes néocrétacées qui retenaient les eaux. 

 

 

Le profil des rues actuelles du quartier Sud de la ville offre une série de gradins ayant nécessité la construction d’escaliers dont ils ont été peut-être les premiers éléments. On peut suivre ces gradins dans la série des rues parallèles de Sidi Rached. Une observation attentive permet de reconstituer ainsi le tracé d’au moins six abrupts qui découpent la presqu’île de Sidi Rached en sept compartiments limités chacun par une faille NE-SW parallèlement à la diaclase de l’entrée du canyon .

 

 

Des travertins du Pliocène récent subsistent encore en trois points du Sidi Mcid: 1° au fort où ils surmontent des sables marneux jaunes; 2° derrière hôpital civil; 3° au-dessus du lazaret où ils sont superposés des sables également pliocenes récents des travertins- pliocenes anciens et à des poudingues miocènes pontiens.

 

 Ces travertins ont été eux-mêmes affectés par importantes dislocations dont témoignent les altitudes variées auxquelles on les rencontre: 670 m à l’hôpital, 681 m au lazaret; 785 m au fort. Des mouvements tectoniques ont donc continué d’affecter le rocher de Constantine après leur dépôt. Plus au Nord et plus au Sud on retrouve ailleurs les mêmes formations constituant de larges nappes entre 785 m et 610 m Bou Keira, entre 718 m et 660 m au Mansoura.

 

A notre époque le rocher de Constantine été le théâtre de fréquents tremblements de terre. Des secousses particulièrement violentes ont été ressenties diverses reprises notamment en 1857, 1871, 1883, 1896. Le dernier grand séisme qui eut lieu le août 1908 causa des dégâts de quelque importance non seulement à la ville même mais encore dans plusieurs localités des environs particulièrement au Hamma, à Bizot et à Smendou. L’ébranlement atteignit tout particulièrement la zone voisine de l’anticlinal de Constantine, anticlinal qui semble depuis le Miocène jusqu’à l’époque actuelle avoir toujours été un obstacle à la propagation des mouvements de l’écorce terrestre. En opposant leur translation normale il détermine son voisinage accentuation maximum de l’effort des poussées successives

 

 

 

 

 

 

 

1539929277-chutes

© constantine d’hier & d’aujourdhui

 

 

  

 

 

 

 

Le canyon de Constantine

 

Le canyon de Constantine, long de 2800 m présente au début à une profondeur de 35 m (alt. de la surface du rocher 534 m; alt du niveau eau du Rumel à l’étiage 499 m).

 

 Les parois de la gorge légèrement inclinées l’une vers l’autre dans la zone supérieure, se rapprochent d’abord graduellement puis deviennent verticales surplombant alors le fond du torrent qui plus bas les a excavées en entaillant sa cuvette au fond étroit et tortueux.

 

A la hauteur du carrefour Perrégaux les eaux du Rumel s’engouffrent sousune voûte naturelle formée de travertins qui s’appuient de part et d’autre sur le rocher crétacé. L’altitude relative de cette arche est pas telle que lors des grandes crues elle puisse livrer passage toutes les eaux que collecte le canyon et celles-ci parfois la submergent.

 

 

A el Kantara, le torrent tourne presque à angle droit abandonnant son orientation première SW-NE pour aller droit au Nord-Ouest au sommet de l’angle que forme alors son cours, vient déboucher l’unique affluent du ravin le Chabet Aïn el Areb appelé plus en amont Chabet Sfa. Celui-ci prolonge exactement en direction le premier secteur de la gorge. Après avoir suivi le fond de la dépression qui sépare le Mansoura du Djebel Sidi Mcid il aboutit presque au faîte de la paroi du canyon sans aucune indentation importante de la falaise marque son confluent.

 

 Les deux systèmes de lignes orthogonales qui découpent le rocher correspondent exactement aux deux orientations principales des failles et des diaclases qui ont affecté ainsi non seulement le tracé du canyon est intimement lié à la direction des cassures du calcaire mais il en est de même du tracé du seul affluent qui vienne s’y déverser.

 

 Indépendamment de l’arche du carrefour Perrégaux d’autres grandes voûtes naturelles recouvrent le ravin à partir et en aval d’el Kantara.

 

 Ces voûtes naturelles sous lesquelles disparaissent à plusieurs reprises les eaux du Rumel semblent avoir été primitivement au nombre de deux seulement. L’une d’entre elles celle située en amont été par la suite rompue en trois tronçons inégaux d’ailleurs, et voisins les uns des autres. Elle est constituée dans son ensemble par la soudure de deux séries de couches travertineuses concentriques dont les centres réciproques se trouvent en regard l’un de l’autre sur chacune des parois du ravin. La clé de voûte de cet ensemble domine de 40 m le plan d’étiage du Rumel à l’amont et de 75 m à l’aval.

 

 La seconde arche qui se montre à 100 m plus bas ne comprend qu’une seule série de couches traverlineuses dont le centre de dépôt est situé sur la paroi de droite du ravin. Aujourd’hui très réduite terminée en amont et en aval par des surfaces concaves cette arche limitée sans doute autrefois par de larges surfaces convexes offre à l’écoulement des eaux une ouverture de 70 m de hauteur 

 

 

Plusieurs placages de travertins se rencontrent encore le long des flancs crétacés du ravin ils peuvent correspondre à d’autres anciennes voûtes naturelles entières ou bien figurer la naissance de voûtes incomplètement formées.

 

 Les deux grandes arches naturelles actuellement existantes ont ce caractère commun que leurs pieds-droits s’appuient directement sur la saillie calcaire qui surplombe le fond du Rumel et que la seconde précède de peu les superbes cascades de Sidi Mcid où les eaux du Rumel se précipitent avec fracas d’une hauteur de 80 m (alt du sommet des cascades 541m; alt de leur base 461 m). Le sommet du rocher de Constantine qui atteint 664 m domine cette base d’une hauteur de 203 m.   

 

 

 

 

 

 

 

1539929619-archenaturelle 1539929638-rhummelcpa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 






Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45