• Accueil
  • > Attributs d'Algérienneté

L’aspect communicatif des bijoux berbères d’Algérie

27062017

 

 

 

 

 

 

La communication est un besoin vital qui remonte à l’existence de l’être humain.  Ce dernier a cherché à travers les siècles à surmonter les difficultés rencontrées pour entrer en contacte avec son entourage. Avant qu’il ne développe la parole, l’homme a créé des canaux et des modes de communication non verbaux basés sur des codes communs dans leurs contextes et à travers lesquels il transmettait des messages et  des significations tels que la danse, le feu, l’écriture murale et les différents supports artisanaux qu’on retrouve aujourd’hui dans notre vie quotidienne.

En notre ère, ces richesses ont malheureusement tendance à perdre leur fonction communicative.

 

 

 

 

 

 

Le Langage des objets (BIJOUX)

 

 

C’est un type de communication non verbale regroupant des objets à travers lesquels on peut comprendre l’aspect comportemental d’une société. Parmi ces objets, on peut citer par exemple les parfums, les vêtements, la coiffure, les meubles, les fantaisies, le décor et les couleurs.

A l’instar des objets sus cités, les bijoux ont aussi leur force d’expression et d’information pas uniquement dans leur aspect esthétique mais encore davantage dans ce qu’ils portent comme information sur bien entendu les secrets que déguise l’aspect sociologique et comportemental d’une communauté.

 

Ci-après, on va montrer comment cet objet peut nous donner des informations sur la classe sociale notamment ceux relatifs à la situation familiale de l’individu et à son âge etc. notamment ceux de la région de Beni-Yenni dans la région de la Grande Kabylie et ceux de la région d’Ouled Fatma de la région des Aurès, car les bijoux peuvent être appréhendés, comme tout objet fait par l’homme, à un double niveau, l’un esthétique au sens exact du terme, c’est à-dire selon le sentiment immédiat du plaisir qu’il procure celui qui le perçoit, et l’autre conceptuel ou sémiologique, et à ce moment là l’objet tend à s’élever au-dessus de son utilité et de sa fonction pour exprimer l’esprit d’un groupe.

 

 

 

 

 

Les fonctions du bijou

 

 

  1. La fonction de thésaurisation Lors de son mariage, la femme reçoit un nombre de bijoux proportionnel à l’importance de sa dot, l’ensemble de ces bijoux représente un capital monnayable en cas de difficultés imprévues ou de frais occasionnels au sein du foyer familial et là on peut citer le proverbe algérois qui illustre l’usage des bijoux aux moments de crise « Elhadaïd lil chadaïd ».

 

 

  1.  La fonction de protection Cette fonction peut être déterminée par l’usage des bijoux pour la protection contre l’effet du mauvais œil provoqué par l’envieux et le jaloux, ou les maladies, le malheur et les dangers et pour cette fonction on peut citer la main protectrice dite « KHAMSA ».

 

 

 

  1. La fonction communicative Celle-ci dépasse la fascination et la protection que peut porter le bijou pour le corps afin qu’il devienne un objet témoin de son contexte socioculturel, car il dévoile à travers ses symboles et son port des vérités et des informations,  qui remontent à l’histoire profonde de nos ancêtres, accompagnées des croyances, cultes, mythes…

 

 

 

 

 

 

Symboles

 

Ces symboles qui caractérisent les bijoux en forme de figures animales, florales et géométriques continuent toujours de survivre sur tous les objets d’art populaires car les artisans qui les ont conçus, depuis l’antiquité, les ont chargés de significations et les auteurs considèrent que ces signes (symboles) relèvent d’une intention magico-religieuse : conservation de soi et de l’espèce, fertilité de la terre et des hommes, cultes des morts. 

 

 

 

 

Le port du bijou

Aujourd’hui chaque femme peut porter un bijou de la manière dont elle le perçoit tandis  qu’auparavant il y avait des règles qui déterminaient le port de certaines pièces de bijou par une catégorie de femmes, car ces dernières, et suite à un code commun, se servait de la manière dont elles les portaient  pour communiquer des messages non verbaux concernant des événements qui marquaient leurs vie dans leur société (naissance, puberté, mariage, divorce…)

 

 

 

 

 

 

L’aspect communicatif des bijoux berbères d’Algérie dans Attributs d'Algérienneté 1496049591-15-610485

Portrait de femme kabyle entre 1880-1899 © Prince Roland Bonaparte

 


 

 

 

 

La région de ben-yenni

 

 

Les bijoux de Ben-Yenni sont très célèbres par leurs grandes tailles, l’usage de corail et de décor émaillé.

 

 

 

 

  • Diadème (Thaassabth) C’est un bijou connu par sa grande dimension, d’une longueur de 54 cm et d’une hauteur totale environ 15 à 16 cm. C’est une pièce qui a son histoire et sa grande force symbolique, car elle n’est portée dans cette région que sur le front des femmes mariées comme signe d’alliance entre les familles, donc  auparavant il suffisait de remarquer « thaassabth » sur le front d’une femme pour comprendre qu’elle est mariée.

 


 

1496053740-1368542960437252 dans Attributs d'Algérienneté

Très grande Thaassabth ; diadème kabyle ancien en argent émaillé à décor floral polychrome serti de 40 gros cabochons de corail.
Poids Brut : 735g./ Dim. 60 x 18 cm
Grande Kabylie, Beni Yenni

 

 

 

 

 

 

  • Thialloukin C’est un type de boucles d’oreilles arrondies ; elle est constituée d’une pièce d’argent unique qui ne contient ni corail ni email. Ce genre de boucles d’oreilles est porté dans cette région par les petites filles qui n’ont pas encore atteint l’âge de la puberté, donc les parents les mettent à leurs fillettes afin de dire aux membres de leur tribu qu’elles sont encore jeunes pour le mariage et qu’elles ne possèdent pas encore les forces de la fécondité.


 

 

 

 

  • Thigoudhmathin C’est un type de boucles d’oreilles sous forme d’anneau qui porte dans l’une de ses extrémités un cabochon de corail comme il a une petite ouverture dans l’autre. Ce genre de boucles d’oreilles est porté dans la région par les vieilles femmes afin d’exprimer aux autres et au sein de leur tribu leurs phase transitoire vers la stérilité (la ménopause).


 

 

1496053414-s-l1600

 


 

 

 

 

 

  • Thafzimth C’est une pièce arrondie riche en email et en cabochon de corail. Le premier usage de cette pièce était d’après EUDEL, lors de la victoire des Béni-Yenni sur les Béni-Abbes ; à cette époque-là les femmes de Beni-Yenni la portaient comme signe de joie et de victoire. Mais cette fibule est devenue après un signe approprié aux femmes qui donnent naissance à un garçon, et à ce moment-là, si on rencontre dans la région de Beni-Yenni une femme qui porte sur son front Thafzimth, on comprendra, d’une manière non verbale, qu’elle est fière de mettre au monde un garçon.  


 

 

1496053293-10667316ca35ebfc3c11a81ed188869d

Grande fibule ronde, Algérie,Grande Kabylie, Benni Yenni, fin du XIXe – début du XXe siècle Argent ciselé, décoré d’émaux cloisonnés jaune, vert et bleu, serti de gros cabochons de corail.


 

 

 

 

 

  • Thafzimth de petite taille Celle-ci n’est portée au milieu du buste que par la mère, au lendemain du mariage de sa fille. Ce port est une manière de marquer sa joie et sa fierté d’avoir bien élevé sa fille qui a su à son tour garder et protéger la dignité de sa famille.

 


 

 

1496052320-7c1fbc2dc0c7e9226005f341256a6bb1

2 petites fibules / Beni Yenni, Grande Kabylie XXe siècle


 

 

 

 

  • Afzim C’est une fibule triangulaire riche en email cloisonné et au corail. Elle été portée auparavant que pas la jeune fiancée, ce port a comme fonction d’émettre aux jeunes de sa tribu le message qu’elle est déjà promise.


 

 

1496054131-d065ebb736477592b4993e43b08c1540

Importante fibule triangulaire, en argent émaillé en vive polychromie, serti de cabochons en corail. Le revers est entièrement émaillé. Algérie, Grande Kabylie. L : 22 cm.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La region des ouled fathma: (therwent en fathem)

 

 

Le bijou traditionnel dans cette région constitue, comme dans toutes les régions Aurasiènnes une réalité complexe comportant des particularités accumulées à diverses époques de l’histoire locale.

 

 

 

 

. Diadème (L’djbin)

Ce type de diadème aurésien peut envoyer deux messages non verbaux selon la manière dont il est porté, car il peut exprimer le mariage de la femme qui le porte s’il est mis sur son front comme il peut aussi transmettre le sens du célibat de celle qui le met sur son buste.


 

 

1496061314-jben

 

 

 

 

 

 

  • Thit Yir Ce type de boucles d’oreilles sous forme d’un simple anneau transmet dans la région des Ouled Fathma deux sens différent selon son port car en l’observant chez une femme de cette région on pourra déterminer soit qu’elle est enceinte ou bien qu’elle veut dire aux autres qu’elle est ménopausée et qu’elle a perdu ses forces de fécondité.


 

 

 

 

 

  • Thimshrefth C’est un type de boucle d’oreilles qui est dans le demi-cercle inférieur en dents de scie. Ce bijou veut dire, dans la région des Ouled Fathma, que la femme qui le porte est célibataire si seulement si elle l’accompagne avec un bracelet à la main, mais si elle le porte tout seul en impair celle-ci a comme objet de dire à son entourage qu’elle est soit veuve ou divorcée.


 

 

1496061630-il-570xn-852423561-x9sr


 

 

 

 

 

  • Tabzimt

Ce bijou peut être sous différentes formes. Celle-ci (triangulaire) véhicule deux messages non verbaux ; si on aperçoit dans la région des Ouled Fathma une femme qui porte ce bijou sur son buste du côté gauche, cela veut dire qu’elle a donné naissance à un garçon, mais si cette pièce est mise sur le coté droit on comprendra que cette femme veut nous transmettre le message de la naissance d’une fille.


 

 

1496059577-3b739d3e934f44efaeacf19dabb7f6b8

Superbe et rare paire de petites fibules en provenance du pays Chaouia (Aurès), fin du XIXe début du XXe siècle.

 

 

 

 

 

 

Les bijoux jouent un rôle très important dans une communauté quelconque pas seulement par leur aspect esthétique mais aussi par les vérités qu’ils cachent, tels qu’ils  permettent une transmission non verbale entre les différentes catégories de la société. De cette manière, ils permettent d’une façon efficace d’apporter une contribution appropriée pour le développement d’une communauté, particulièrement sur le plan structurel et communicatif.

 

Ainsi, en valorisant cet objet de double importance, on peut conclure  que l’être humain par son intelligence a su surmonter les difficultés qu’il a rencontré depuis son existence à nos jours afin de créer des modes de communication non verbaux fiables et qui expriment ses préoccupations et ses croyances.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les anciennes grandes familles algéroises (XIXe siècle) – 4ème partie-

23062017

 

 

Grandeur et décadence

 

 

 

 

A côté de ces familles qui ont conservé longtemps leur rang, que de désastres ou d’abaissements de situation pour bien d’autres! Les unes ont été ruinées par les expropriations. D’autres avaient vendu leur propriété à rente viagère. Le capital leur en fut payé plus tard. Elles ne surent pas placer ces remboursements, laissèrent ces fonds sans emploi et virent s’épuiser peu à peu leur fortuné improductive.

 

Oubliés ou de condition bien modeste, les petits-fils des BEN EL-ANNABI, BEN OUANICHE, BEN EL-DJIAR (l’amine des chaufourniers), des BEN NEGRO, lieutenant de SIDI ALLAL, et des BEN HAFFAF, les anciens muphtis. Les descendants des deux frères ALI et AHMED BEN HAFFIZ, riches propriétaires à Aïn-Cahdra, sont devenus simples cultivateurs sur leurs propres terres, après avoir donné des cadis et un général à l’armée turque.

 

Et combien encore, ayant glissé peu à peu sur la pente de la décadence, exerçaient des métiers vulgaires. Disparus avec leur ancienne splendeur, les belles campagnes, les harnachements superbes et les armes magnifiques ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les anciennes grandes familles algéroises (XIXe siècle) – 3ème partie-

19062017

 

 

 

Anciennes familles restées en Algérie

 

 

 

 

Mais l’exil ou la mort n’ont pas fait disparaître toutes les vieilles familles algéroises des premiers temps de la colonisation. Il en resta beaucoup à Alger, où elles firent souche. Il faut mentionner parmi elles:

 

 

 

OULID EL-CAÏD ALI, colonel du dey, dont une campagne de l’Arbà porte toujours le nom: Haouch Caïd Ali.

 

 

 

ALI CHÉRIF, famille descendant de Mahomet par sa fille Fatma Zohra; originaire de Cordoue, issue d’un marabout célèbre dont le souvenir est perpétué par une inscription à la porte de la mosquée Sidi M’hammed Chérif. Elle était représentée sous les français par deux frères: SID HADJ KADDOUR CHERIF, ancien cadi et membre du medjelès consultatif, chevalier de la Légion d’honneur, et ALI CHÉRIF, ancien capitaine de spahis, conseiller général, délégué au Conseil supérieur, officier de la Légion d’honneur, jadis prisonnier de l’émir Abd-el-Kader lors de là prise de sa smala. Cette famille a reçu le nom patronymique de Zehar et n’a aucun lien de parenté avec les BEN ALI CHÉRIF de la Kabylie, qui résident à Akbou, famille chérifienne et maraboutique qui est fort riche et qui possède surtout des plantations d’oliviers considérables.

 

 

 

BEN MARABET, Hadj Hassan et Mustapha, deux grands négociants de la Porte de la Mer (Bab el-Behar), trafiquant avec toute l’Europe. L’un d’eux alla aux Indes. Ils avaient été chargés par le dey de la construction, à Livourne, d’un chebek qui arriva après la colonisation et donna lieu à des réclamations. Mustapha fut membre de la première municipalité, et l’un de ses petits-fils, Mahmoud, est conseiller municipal et membre de la Chambre de commerce d’Alger.

 

 

 

SID HASSEN BEN BRIHMAT, ancien directeur de la Médersa, célèbre par son luxe mauresque et artistique. Famille représentée par les deux fils d’Hassen: Ahmed, ancien interprète militaire, et Omar, professeur à la Médersa.

 

 

 

SID LAMALLI, muphti. Son fils est professeur à la Médersa.

 

 

 

BEN SMAÏA, descendant du secrétaire particulier de l’un des derniers deys. Les petits-fils de sa fille ont repris son nom. Ils étaient de riches marchands de tabacs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les anciennes grandes familles algéroises (XIXe siècle) – 2ème partie-

15062017

 

 

 

Familles disparues ou émigrées

 

 

 

 

Voici les noms de quelques familles de Maures exilées ou disparues depuis la colonisation de la régence en 1830.

 

 

YAHIA AGHA : Ancien ministre de la guerre pendant douze ans, il possédait une grande expérience militaire. Hussein eut la malheureuse idée de le destituer et de le faire étrangler à Blida; il lui eût probablement épargné les défaites lamentables de Staouéli s’il l’avait conservé dans ses fonctions. L’incapacité de son gendre Ibrahim, qui le remplaça, fut la cause de la chute rapide de la Régence.

 

 

 

MUSTAPHA BEN OMAR : cousin, par la fille de la sœur de son père, de Hassan Pacha. Fils de l’ancien cheikh el-belad de la ville nommé bey de Titteri pour remplacer Mustapha bou Mezrag à Médéa révoqué de la mission que le général de Bourmont lui avait confiée.

 

 

 

BEN GUELATTI : originaire des Beni-Guelatti, de la Kabylie. Ali, l’un d’eux, fut Kateb esserr (écrivain du secret) du ministre des affaires étrangères, puis muphti de la grande mosquée. Son petit-fils fut officier de tirailleurs.

 

 

 

SIDI MUSTAPHA BEN KEBABTI, descendant des Maures de Grenade, venu en Algérie avec de véritables richesses, propriétaire de Darel-Kebabti démolie lors de la construction du Palais Consulaire. Cadi maleki de l’odjac, il avait été aussi le dernier des ministres des affaires étrangères (el-oumour el-kharidjia). Il avait combattu à Sidi Ferruch. Rallié aux Français, il fut nommé muphti remplaçant Sidi ben Guellati. Nommé administrateur des biens habous, il refusa son concours pour leur expropriation et partit pour l’exil. Il fut ensuite grand muphti au Caire où une rue porte, son nom.

 

 

 

SIDI ALLAL : agha de Koléa, marabout, cousin de Mahi Eddine, nommé par le général Berthezène. Il prit, la fuite lors de l’affaire des laines. Il avait pour lieutenant HAMIDO, beau-frère de Hamdan ben Othman Khodja. Accusé de haute trahison, ce dernier mourut de frayeur à l’hôpital.

 

 

 

AHMED BEN ABDELATIF, descendant des premiers conquérants arabes de l’Afrique, membre de la municipalité provisoire d’Alger. Il possédait sa généalogie depuis 800 ans.

 

 

 

ZAOUÏ MUSTAPHA EL-SAJJY, trésorier du kasnadji, et MOHAMED OULID IBRAHIM RAÏS, deux des sept membres du premier Conseil municipal, qui, leurs conseils n’étant pas écoutés, donnèrent leur démission et s’expatrièrent.

 

 

 

BEN SMIRLY, caissier du premier ministre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le tremblement de terre de Blida 1825

7062017

 

 

 

 

 

Le tremblement de terre de Blida 1825  dans Attributs d'Algérienneté 1493804633-474-001-1

Gravure de presse provient  du magasine   » Le Monde Illustré «  : tremblement de terre 1867 – Boufarik Blida Chiffa Mouzaville El Afroun Saint Herbach MITIDJA

 

 

 

 

 

Le tremblement de terre de Blida, qui s’étendit jusqu’à Alger, eut lien le mercredi 2 mars 1825 / 12 redjeb 1240 de l’hégire, à l’heure du dohor. La ville fut totalement détruite. La plupart des habitants furent enveloppés dans les décombres.

 

Sur une population de 15,000 âmes, composée de maures, juifs et autres indigènes, 300 seulement échappèrent au désastre, et encore beaucoup de ceux-ci étaient-ils plus ou moins mutilés.

 

A la date du 7 mars, 7,000 cadavres avaient été retirés des ruines, et, dans ce nombre, en étaient 280 provenant d’enfants trouvés sur l’emplacement d’une école israélite.

 

Des habitants, en grand nombre, avaient été engloutis sous les décombres des mosquées, où ils se trouvaient alors réunis pour la prière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 4ème partie)

3062017

 

 Familles concessionnaires

 

 

 

 

 

Les concessions de douars ou de grandes parties de territoire ont quelquefois eu lieu, mais ces exemples sont en très-petit nombre et, dans ce cas, l’exception était presque toujours justifiée ou par position hors ligne de la famille qui les obtenait, ou par des services signalés. C’est ainsi que la famille des Ben El Feggoun, celle qui possède dans la province de Constantine les propriétés les plus étendues, les a obtenues des Trucs, à l’époque de leur établissement dans la régence, pour avoir ouvert à Youcef, lieutenant de Khair-Eddine, l’entrée de la ville défendue par les Beni-Abd-El-Moumène.

 

 

Les familles qui dans toute l’étendue de la province ont participé à ce privilège exceptionnel sont au nombre de vingt neuf ; elles se classent toutes ou

 

  • parmi les familles qui ont donné des Beys à la province ; telles sont celles des Ouled Ben Hussein, Dar Hassan Pacha, et Ouled Salah Bey ;

 

 
 

  • ou parmi les familles de marabouts qui remplissaient depuis des siècles à Constantine les fonctions de cheikh el bled, de nadher, et de kadhi, tels que les Ben El Feggoun, les Ouled Bach Tarzi, etc ;

 

 

 

  • enfin parmi des familles qui ont continuellement occupé les premiers emplois du makhzen, tels que les Ouled Ben-Koutchouk Ali, Ouled Ben el Bedjaoui, et Ouled ben Djelloul.         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 3ème partie)

30052017

 

 

 

 

 

 

A côté des Ben-Abd-El-Moumène, dont la puissance était particulièrement religieuse, brillaient plusieurs  familles de savants et de légistes en tête desquelles nous devons placer celle des Ben-Badis qui a donné des légistes à Constantine depuis plus de six siècles (*).

La fonction d’Imam de la mosquée de la Kasbah appartenait, presque exclusivement aux Ben Badis. Plusieurs ouvrages devenus classiques, les ont rendus célèbres. En 1552, un Hameïda ben Badis était encore cadi à Constantine. 
 

 

 
 

Famille Ben-El-Attar, dont un des membres, le cheikh Abou-Abd-Allah-Mohammed, était cadi de la djemâa.  C’était un homme fort instruit, élève du cheikh El-Ouezzan. Il mourut en 1536. 
 

 

Famille Ben-El-Kemmad. Le cheikh Mohammed ben El-Kemmad fut cadi de la djemâa; c’était, également un 
élève du cheikh El-Ouezzane. 

 

Famille Aourari

 

 

 

Citons encore : 

Sidi-Barkate ben Saïd-El-Magraoui (cadi de la Djemâa); 

Abou-l’Hassen-El-Merouani ; 

Si Ahmed ben Tefka ; 

Sidi-Mohammed ben Hassen. 

Ces derniers étaient des étrangers qui semblent avoir 
disparu sans laisser de traces. 

 

Il y a lieu de remarquer aussi qu’au XVIe siècle, Constantine maintint sa renommée comme centre d’érudition. Le cheikh El-Ouezzane domine cette école qui a laissé des traditions non encore effacées. 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Un Houssein ben Belkacem ben Badis y est mort en 1299 (de l’ère chrétienne), avec le titre de cadi. Encore L’un d’eux, El-Hassan, était cadi de la ville, lors du passage du souverain mérinide Abou-Eïnane, en 1357, et cette fonction paraît être devenue, en quelque sorte, un privilège de la dite famille.

  
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 2ème partie)

26052017

 

 

Les Ben El Feggoun 

 

 

 

 

Les Ben El Feggoun établis à Constantine dès le XVe siècle. L’origine de cette famille est incertaine ; le nom patronymique paraît être dans la forme de ceux que portaient les Maures d’Espagne. Eux-mêmes prétendent appartenir à une vieille famille noble, d’origine arabe. 

Les Turcs, dans les premiers temps de leur établissement à Constantine, cherchèrent à s’appuyer sur les Ben El Feggoun pour contrebalancer l’influence de la vieille famille religieuse des Oulad Abdelmoumen, à la tête du parti national, qui leur était hostile. Les Ben El Feggoun retirèrent de cette amitié des Turcs une foule d’honneurs, d’avantages et de privilèges. 

 

 

- Abou Zakariya Yahiya ben Mohammed El Feggoun, était un savant très estimé de son temps. Il est l’auteur d’une glose marginale renommée sur la Moudaouana ouvrage de jurisprudence. Etant allé faire un voyage à Tunis, il se fixa dans cette ville « que l’on ne peut plus quitter lorsqu’on y est une fois entré », et 
devint imam de Djamâ-Ezzitouna. En 1535, lors du sac de Tunis par Charles-Quint, il fut tué dans la mosquée même, où il était occupé à lire les ouvrages du saint El-Boukhari. 

 

 

- Abou-Mohammed Abd-el-Kerim, est le véritable fondateur de la grandeur de la famille. Il étudia à Constantine sous les professeurs les plus renommés du temps, entre autres le cheik El-Ouezzân, et fut d’abord imam de la grande mosquée. En 1567, éclata, contre l’autorité turque, une révolte dont les Oulâd Abdelmoumen étaient les véritables instigateurs. Le cheikh Abdelkerim se hâta en conséquence de prendre fait et cause pour les Turcs. Ses compatriotes le députèrent à Alger à cette occasion, et il sut si bien gagner les bonnes grâces du pacha, que celui-ci lui conféra la dignité de Cheikh-el-Islam, retirée aux Abdelmoumen. 

 

 

Le Cheikh-el-Islam était un véritable chef de la religion, devant lequel s’inclinait le représentant du pouvoir temporel lui-même. Il était investi d’une foule de prérogatives et de privilèges, exemptions d’impôts, etc. Sa demeure offrait aux criminels un asile inviolable. Plus tard, à ces hautes fonctions, devenues héréditaires 
dans la famille, on joignit celles d’Émir Errekeb, celui qui en était investi avait le commandement suprême de 
l’immense caravane de pèlerins, qui tous les deux ans se rendait du Maghreb à la Mecque.

 

Les ben El Feggoun ont donné de nombreux cadis à la ville  de Constantine. Ils furent fréquemment appelés à Tunis même par les princes hafsides qui les nommèrent à de hauts emplois. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 1ère partie)

22052017

 

 

 Les Beni-Abd-El-Moumène

 

 

 

 

 

 

Dans le courant du XVe siècle, des marabouts venus de l’ouest, de Saguiet- El-Hamra, dans le pays de Darâa, région d’oasis situé au sud du Grand Atlas (Maroc), commencèrent à se répandre dans l’Afrique. Le rôle de ces religieux a été considérable; s’établissant d’abord d’une manière fort humble, au milieu des populations arabes ou berbères, ils n’ont pas tardé à former des centres autour desquels sont venues se grouper des fractions entières. Plus tard, ces agglomérations ont oublié leur vraie origine, pour prendre le nom du marabout venu dans le principe prêcher au milieu d’elles et répandre les notions de la religion, telle que l’école des docteurs almohades et les écoles des légistes, particulièrement du Maroc, l’avaient renouée, en la ramenant l’observation stricte de la Sonna et du Coran. 

 

 

 

 

 

Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 1ère partie)  dans Attributs d'Algérienneté 1493631231-bab-el-djabia

 Porte et quartier Bab El Djabia

 

 

 

 

 

 

Au milieu du XVe siècle, une famille de Saguiet-El- Hamra, établie d’abord à Biskra, était revêtue à Constantine de l’autorité religieuse. Il n’est pas douteux que les Ben-Abd-El-Moumène, tel est le nom de cette famille, qui a encore des représentants à Constantine, n’aient été amenés par les Oulad-Saoula. Acceptés par les Hafsides, ils avaient reçu le titre de Cheikh-El-Islam ou chef de la religion islamique, qui était devenu héréditaire dans la famille. Un des membres était, en outre, Emir-Er-Rekeb, ou conducteur de la caravane des pèlerins du Maghreb. Sid-Ahmed-Zerrouk, connu aussi sous le nom d’El-Faci-El-Berneci, qui a été au XVe siècle le grand apôtre du soufisme dans l’ouest, amenait la  caravane des pèlerins du Maghreb et descendait chez les Ben-Abd-El-Moumène. C’était une fonction importante que celle de conduire les pèlerins en Orient. Le moment fixé pour le départ était annoncé longtemps à l’avance dans chaque localité ; puis la caravane de l’ouest arrivait à Constantine, où se trouvaient déjà réunis les voyageurs de la région. Quand tout était prêt on partait, en grande pompe, au son des tambours, drapeaux déployés avec 
l’Emir-Er-Rekeb ou le Rokkas en tête. 

 

De grands privilèges étaient attachés à ces fonctions et l’on se rend facilement compte de l’influence qu’elles 
devaient donner à la famille qui en était titulaire, d’autant plus que le caractère religieux de sa charge la mettait au-dessus des luttes politiques, intestines et étrangères, dont l’empire hafside était sans cesse le théâtre. 

 

Comment expliquer autrement que dans une vieille et glorieuse cité berbère comme Constantine, avec l’esprit 
de particularisme caractérisant la race autochtone, ces « étrangers » eussent été supportés au détriment des 
anciennes familles locales et que leur influence y fut devenue si grande? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les trois sortes de noblesse chez les Arabes d’Algérie

18052017

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois sortes de noblesse chez les Arabes d’Algérie  dans Attributs d'Algérienneté 1493383476-1493383143-846-001-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe chez eux trois sortes de noblesse :

 

1° La noblesse d’origine.

 2° La noblesse temporelle ou militaire.

3° La noblesse religieuse.

 

 

 

 

Examinons en quelques lignes ces différents ordres :

 

1° On appelle noble d’origine (Chérif) tout musulman qui peut, au moyen de titres en règle, prouver qu’il descend de Fathma-Zohra, fille du prophète et de Sidi-Ali-Abi-Thaleb, cousin de ce dernier. On peut dire que c’est Mohammed lui-même qui a fondé cette sorte de noblesse, très-considérée chez les Arabes. Il prescrit, en effet, dans plusieurs passages du Koran, aux peuples qui ont embrassé sa foi, de témoigner les plus grands égards, aux hommes issus de son sang, en annonçant qu’ils seront les plus fermes soutiens et les purificateurs futurs de la loi musulmane. Les Arabes montrent, en général, une grande déférence pour les Cheurfa (pluriel de chérifs) et leur donnent le litre de Sidi (mon seigneur). Toutefois, comme leur nombre est très-considérable, au point de former des Farkas particuliers dans certaines tribus, les marques extérieures de respect qu’on leur témoigne, varient avec les lieux. Le Chérif est sujet aux lois, mais il a dans les pays musulmans le droit d’invoquer la juridiction de ses pairs. C’est ainsi qu’Abd-el-Kader s’était réserve le droit de les juger lui-même. Les Cheurfas jouissent de prérogatives plutôt morales que matérielles, et leur influence ne doit pas se mesurer sur les honneurs qu’on leur rend.

 

 

 

 

2° Les membres de la noblesse militaire, chez les Arabes, portent le nom de Djouads. Ce sont les descendants des familles anciennes et illustres dans le pays, ou bien encore les rejetons d’une tribu célèbre, les Koraïche, dont Mohammed et sa famille faisaient partie. Dans ce dernier cas, ils se désignent par le nom de Douaouda et représentent une noblesse supérieure aux Djouad ordinaires. La plus grande partie des Djouad tire son origine des Mehhal, conquérants venus de l’est à la suite des compagnons du Prophète. Quoi qu’il en soit, les Djouad constituent l’élément militaire dans la société arabe. Ce sont eux qui, accompagnés de leur clientèle, mènent les Arabes au combat. Par le fait, ces derniers sont presque leurs sujets. L’homme du peuple a beaucoup à souffrir des injustices et des spoliations des Djouad ; ceux-ci cherchent à faire oublier ces mauvais traitements et à maintenir leur influence, en accordant généreusement l’hospitalité et leur protection à ceux qui la réclament. Du reste, l’habitude qui fait endurer les plus grands maux, a fortement rivé la chaîne qui unit aux Djouad l’homme du peuple. Ces Cheikh, car c’est le nom que les Arabes leur doivent, quels que soient leur âge et leur position, réunissent deux traits saillants du caractère national : l’avidité du gain et un certain amour du faste, quoiqu’au premier abord ces deux penchants semblent opposés.

 

 

 

 

La noblesse religieuse mérite, plus encore que la noblesse militaire, d’être étudiée avec soin, car son influence sur les peuples est encore plus puissante, quoiqu’elle ne soit pas basée sur les mêmes fondements. Les membres de cette noblesse s’appellent marabouts. Le marabout est l’homme spécialement voué à l’observance des préceptes du Koran; c’est lui, qui, aux yeux des Arabes, conserve intacte la foi musulmane ; il est l’homme que les prières ont le plus rapproché de la divinité. Aussi ses paroles deviennent des oracles auxquels la superstition ordonne d’obéir et qui règlent à la fois les discussions privées et les questions d’un intérêt général. C’est ainsi que les marabouts ont souvent empêché l’effusion du sang en réconciliant des tribus ennemies ; c’est ainsi que leur protection (Aannaya) a souvent suffi  pour garantir de toute atteinte les voyageurs ou les caravanes. Bien des fois encore ils ont, le Koran en mains, prêché la guerre contre les infidèles. Ces exemples suffisent pour démontrer élue leur influence s’étend sur les questions religieuses et politiques ; elle est, d’ailleurs, d’autant mieux assurée, que l’exercice du culte, l’explication des livres saints, la consécration de toutes choses, mettent les marabouts en relation continuelle et intime avec les musulmans. Il faut remonter très-haut dans notre histoire pour retrouver le temps où nos évêques jouaient le rôle de marabouts, et où leur influence spirituelle et temporelle était assez grande pour allumer aussi une guerre sainte, en entraînant les croisés vers la Palestine.

 

 Un des caractères principaux de la noblesse religieuse est, qu’elle est héréditaire comme les précédentes. Les premiers marabouts étaient en général des hommes rigoureux observateurs du Koran, qui passaient pour avoir donné des preuves de leur nature supérieure en produisant des miracles. Tels sont Mouley-Thayeb, Mohammed-ben-Aaïssa, Hasnaouy, Abd-el-Kader mort à Baghdad, etc., etc., en l’honneur desquels ou retrouve en Algérie une foule de chapelles. C’est ordinairement autour de ces Zaouïas (chapelles), que les marabouts réunissent une sorte de Douar qui prend le nom de Zaouïa, précédé du mot Sidi. Une partie des terres voisines provenant en général des donations pieuses, est cultivée par les hommes de la Zaouïa et sert à les nourrir. De larges offrandes, des provisions de toute espèce, sont offertes aux marabouts et à ceux qui, vivant près de lui, étudient la loi; quelquefois même, par suite d’anciennes obligations que la religion prescrit d’observer, les voisins de la Zaouïa lui payent l’âachour ou la dîme; toutefois ce tribut n’a jamais eu de caractère obligatoire devant la justice. Les Zaouïa sont commandées par l’homme le plus influent de la famille des marabouts ; l’exercice de l’hospitalité envers tous les voyageurs et les étrangers musulmans, est un des premiers devoirs de sa position ; les criminels même doivent trouver un abri chez lui : c’est ainsi que quelques chapelles (que nous appelons vulgairement marabouts) sont un asile inviolable aux yeux des Arabes. Du reste, Ces congrégations religieuses sont tellement nombreuses dans quelques tribus, telles que les Hachem, par exemple, qu’elles y forment des divisions ou Farka particuliers. Les marabouts ne se livrent ordinairement à aucun travail manuel ; ils se vouent dans l’intérieur des Zaouïas à l’instruction d’un certain nombre d’hommes ou d’enfants, qui leur ont été confiés par les tribus. Ces disciples ou desservants de marabouts prennent le nom de Tolba (de Taleb, Lettré). Ces Tolba étudient la religion dans le Koran, et les diverses branches de connaissances exigées par leur état. Ils ont le droit de consacrer les mariages, de prononcer les divorces, etc., etc., et, à ce titre, ils jouissent d’une certaine considération. Toutefois il arrive rarement, qu’à l’extinction d’une famille de marabouts, un de ces Tolba monte d’un degré et devienne marabout à sa place dans la Zaouïa ; le plus souvent ils aspirent à devenir soit maîtres d’école dans les villes, soit assesseurs du Kady, soit même Kady ; d’autres fois encore ils ne suivent aucune de ces carrières, et vivent du produit des terres affectées à l’entretien du marabout de leur ordre.

 

 

 

 

On commettrait une grande erreur en tirant de ce qui précède, la conséquence que tous les Cheurfa, Djouad ou Marabout occupent une position élevée dans la société arabe ; on en voit, au contraire, journellement occupés à tous les métiers. Mais, si tous les membres de ces classes ne jouissent point d’une part égale de considération et d’influence, on peut affirmer au moins que la puissance et l’autorité ne se trouvent que chez elles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45