• Accueil
  • > Attributs d'Algérienneté

Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 8ème Partie

29092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

 

Chapitre Deuxième

 

 

 

3° Pronoms Possessifs.

 

 

Les pronoms le mien, le tien, etc. , se forment par la combinaison du démonstratif oua avec les pronoms personnels du génitif:

 

Singulier.                                                        Pluriel.

masc. ouainou, le mien.                        iyainou, les miens.

fém. thainou, la mienne.                      thiyainou, les miennes.

 

de même :

ouannek, le tien                                    iyannek, les tiens.

thannek, la tienne.                                thiyannek, les tiennes.

 

                                   ouannem, le tien (fém.).

                                   ouannes, le sien.

                                    ouannar’ le nôtre.

                                  ouannoun, les vôtres.

                                ouanχemt, les vôtres (fém.).

                                      ouansen, les leurs.

                                  ouansent, les leurs (fém.).

 

 

 

Ex. : hir’allin ennar’ h’elant (1) la bas, thiyannoun our h’elint cha,

nos juments sont très bonnes, les vôtres ne le sont pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Arabe حلا, être doux. Très généralement employé en Chaouia pour désigner tout ce qui est bon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 7ème Partie

25092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

Chapitre Deuxième

 

 

 

 

2° Pronoms Démonstratif.

 

 

Les pronoms et adjectifs démonstratifs sont:

 

 

 

1° a, qui paraît général au berbère, invariable.

Ex. : ass a, ce jour (aujourd’hui); idh a, cette nuit; asougas a, cette année.

 

a s’emploie plus fréquemment combiné avec la particule yi, ce qui donne, par suite de l’affaiblissement du y en i, le mot aïa, invariable.

Ex. : iis aïa, ce cheval; hamet’t’outh aïa, cette femme; harouan aïa, ces enfants.

 

 

 

 

2° oua, pour le masculin et tha pour le féminin qui s’emploient le plus souvent combinés ;

 

a) Avec la particule yi ou i, pour indiquer la proximité :

 

ouaï, celui-ci.       iiaï, ceux-ci.

thaï, celle-ci.         thiiaï, celles-ci.

 

 

b) Avec la particule n on in, pour indiquer l’éloignement.

 

ouin, celui-là.       iyin, ceux-là.

thin, celle-là.       thiyin, celles-là.

 

 

 

 

On emploie aussi, pour indiquer l’éloignement, la particule d’in, qui peut se combiner avec le pronom oui (ouid’in, thid’in) et aussi avec les substantifs : ariaz d’in, cet homme-là; azdin (pour ass d’in), ce jour-là.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 6ème Partie

21092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

Chapitre Deuxième

 

 

 

 

1° Pronoms personnels.

 

Les pronoms personnels affectent des formes diverses suivant le rôle qu’ils remplissent dans la phrase : isolés au nominatif, ils sont affixes à tous les autres cas, et le thème pronominal subit des modifications suivant que le pronom est complément déterminatif(génitif), complément direct (accusatif), ou indirect (datif et ablatif).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A. — Nominatif

 

 

 

 

 

Le Chaouia (dialecte) de l'Ahmar-Khaddou - 6ème Partie dans Attributs d'Algérienneté 200706072322996340

 

 

 

 

Ils s’emploient comme tels pour suppléer au verbe « être » qui n’a en Chaouia que le sens spécial d’existence, et ne s’exprime pas dans des phrases comme celles-ci : je suis sourd, netch d’amezzouj.

 

Régis par les particules am, comme, et aked’, même, les pronoms personnels s’emploient au nominatif : Ex. : aked’ chek, même toi (toi aussi); am netch, comme moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B.— Génitif

 

 

20070607290777692 dans Attributs d'Algérienneté

 

 

 

 

 

Il est facile de voir que tous ces pronoms sont affixes de la préposition en, déjà signalée comme servant à rendre d’une manière générale le génitif.

 

Ces pronoms correspondent aux adjectifs possessifs. C’est ainsi que pour dire :mon chien, on dit : ar’erzoul inou, le chien de moi; harouan ennoun, vos enfants, etc.

 

Comme en Kabyle, les pronoms moi-même, toi-même, se rendent par la locution : moi dans la personne de moi, etc.

 

netch si iman inou,

chek si iman ennek,

netta si iman ennes, etc.

 

Le mot baba signifie à la fois « père » et « mon père »; iemma, « mère » et « ma mère »; il en est de même des mots ouma, « frère », et oultma « sœur». De plus, ces quatre substantifs, comme leurs correspondants du Kabyle, se combinent avec les pronoms du génitif de la façon suivante :

 

babak, ton père.

babam, — (f.).

 

babas, son père

babathnar’, notre père

babathouen, votre père

babathχemt, — (f.).

 

babathsen, leur père

babathsent, — (f.).

 

 

La préposition d’ihiara, «avec», veut les pronoms du génitif:

 

d’i hiarainou, avec moi.

d’i hiarannek, avec toi.

d’i hiarannes, avec lui, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C.— Accusatif

 

i, ai, moi, me.                   nar’, nous.

ch, ich, toi (1).                  ken, iken, vous

chem, ichem, toi (f.)       kemt, iχemt, vous (f.).

th, ith, lui.                          hen, ihen, eux.

t, it, elle.                              hent, ihent, elles.

 

 

 

 

Ces pronoms se joignent au verbe dont ils sont les compléments directs :

izerach, il t’a vu;

enr’ir’t, je l’ai tuée;

iououi hen, il les a emportés, etc.

 

 

Les formes en i s’emploient avec les verbes terminés par une consonne.

Ex. : ibiyen (2) ihent, il les voit.

 

 

Lorsque le verbe ne commence pas la proposition principale, le pronom complément direct se place généralement devant lui :

Ex. : ougged’er’aï ietch, je crains qu’il me mange;

ih’ouadj (3) ah iserchel, il veut le marier.

 

 

Le pronom masculin de la 3° personne du singulier, th, s’affaiblit très fréquemment en h lorsqu’il précède le verbe.

Ex. : netch ah slemder’, je lui apprendrai (mot à mot : je le ferai apprendre);

la h nek’k’eth cha, ne le tuez pas.

 

 

 

 

 

 

 

1. Remarquer un affaiblissement assez curieux, puisqu’il n’a lieu qu’à l’accusatif. du thème pronominal k de la deuxième personne (R. Basset, Dialectes berbères, p. 84).

 

2. Arabe يبيّن

 

3. De l’arabe حاج, avoir besoin, mot qui a pris en Chaouia le sens de « vouloir».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

D.— Datif et Ablatif

 

i, , à moi.               nar’, annar’ , à nous.

k, ak, à toi.              ouen, aouen, à vous.

m, am, à toi (f.).    χemt, aχemt, à vous (f.).

s, as, à lui, à elle.    sen, asen, à eux

                                  sent, asent, à elles.

 

 

Ces pronoms se placent immédiatement après le verbe, quand celui-ci commence la phrase.

Ex. : innas, il lui dit;

islak, il t’entend (le verbe sel est intransitif);

aouiyanar’, apporte-nous, etc.

 

Dans tous les autres cas, comme les pronoms de l’accusatif, ils se placent devant le verbe : netch as oucher’, je lui donne.

 

Lorsque le verbe a deux compléments, l’un direct, l’autre indirect, ce dernier se place toujours avant le complément direct.

Ex. : isserias hen, il fit sortir à lui eux (il les lui fit sortir).

 

Enfin, lorsque le verbe a pour complément un substantif, un pléonasme généralement usité dans tous les dialectes berbères consiste à placer devant ou après le verbe le pronom personnel correspondant à ce complément.

Ex. ; innas ilr’oul, il dit à lui, à l’ogre.

 

Le pléonasme a même lieu quelquefois par un redoublement du pronom régime, qui se place avant et après le verbe.

Ex. : ennir’as : ak th naoui th id’, je lui dis : nous te l’apporterons.

 

Les pronoms personnels compléments d’une préposition sont les mêmes que ceux du datif.

 

Exemples:

Préposition r’ar, chez. r’ari, chez moi.

                                           r’arek, chez toi.

 

        —         fell, sur.     fell am, sur toi (f.).

                                          fell as, sur lui.

 

        —        si, de (ex). sis, de lui (ex eo).

       —        djar, entre. djar aner’, entre nous.

                                         djar aouen, entre vous.

 

       —     eddou, sous. eddousen, sous eux.

                                        eddousent, sous elles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 5ème Partie

17092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

Chapitre Premier – Du Nom

 

 

 

 

 

 

 

Diminutif

 

 

Le diminutif s’obtient, comme en Kabyle, par la forme féminine. Ex. : alili, laurier, halilith, un petit laurier; mais il est en Chaouia d’un usage excessivement restreint.

 

imi, bouche, fait au diminutif hemmicht.

 

 

 

 

 

 

 

 

Génitif

 

Le rapport d’annexion se rend exclusivement à l’aide de la particule n ou en, qui correspond au mot français de.

Ex. : illis en solt’an, la fille du roi; bab en’ takâli’th (1), le maître du village.

 

 

Les pluriels qui commencent par la syllabe i ou thi perdent la voyelle i de cette syllabe.

Ex. : hametcoukhth, jeune fille, plur , imetchouχin. On dira: haddarth en temetchouχin, la maison des jeunes filles;

hazoult en tsed‘nan, le kehol‘ des femmes.

 

Nous rappellerons simplement que le pléonasme qui consiste à joindre au premier des deux substantifs le pronom de la 3° personne est aussi usité qu’en Kabyle : (Ex. emmis en solt’an, le fils de lui du roi); et que les substantifs masculins commençant par un a changent cet a en ou au génitif.

 

La proposition en devient généralement em devant les noms qui commencent par un b ou un ou :

Ex. : iis em babas, le cheval de son père;

elmiâd em Ourâraben, une troupe d’Arabes;

ammas em ouas, le milieu du jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. De l‘arabe قلعة . La guelaâ des Chaouia est une grande bâtisse en pierres construite à l’endroit le plus élevé du village. Elle a plusieurs étages, quelquefois quatre ou cinq, auxquels on accède par un chemin tournant intérieur. Sur ce chemin prennent jour une quantité de petites chambres qui renferment les marchandises de la tribu : on en compte quelquefois plus de soixante ou quatre-vingts dans la même guelaâ. Chaque chef de famille a une de ces chambres, dans laquelle il dépose ce qu’il possède de plus précieux : au printemps, lorsque tout le monde va camper dans le Sahara, les maisons restent vides et seul, ou à peu près, le gardien de la guelaâ demeure au village responsable des marchandises qui lui ont été confiées. Par extension, le mot hak‘lidth en est arrivé à désigner le village tout entier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 4ème Partie

13092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

Chapitre Premier – Du Nom: Pluriels

 

 

 

 

A.- Pluriels Masculins.

 

 

 

 

1re forme. — Le pluriel s’obtient en ajoutant au nom singulier la terminaison n ou en et en changeant en i la première voyelle a du radical. Quand cette voyelle n’existe pas, ils prennent cependant un i préfixe au pluriel.

Ex. : âlaou (1), burnous, pl. iâlaoun;

ah’d’ir (2), pierre, ih’d’iren ;

askiou, nègre, iskioun;

alek’k’ad’, queue, ilek’k’ad’en, etc.

 

 

 

 

forme. — Très fréquente également, cette forme consiste à changer en a la voyelle de la dernière syllabe de certains singuliers, qui prennent également au pluriel le préfixe i.

Ex.: ar’ioul, âne, pl. ir’ial;

ânk’out’, grappe, pl. iânk’at’;

âllouch, membre viril, pl. iâllach;

ak’erbous (3), colline, ik’erbas, etc.

 

Il arrive fréquemment, dans les pluriels de cette forme, que la dernière syllabe soit précédée par la voyelle ou.

Ex. : iazid’, coq, pl. iiouzad’;

amχan, lieu, pl. imouχan.

 

 

 

 

 

Enfin, un grand nombre de substantifs combinent ces deux formes fondamentales des pluriels berbères.

Ex. : souf, rivière, pl. isafen;

annar, meule de paille, inouran;

ir’ill, bras de montagne, ir’allen, etc.

 

 

Notons, pour terminer, un certain nombre de substantifs, qui, commençant au singulier par un i, changent cette voyelle en a au pluriel, contrairement à toutes les règles : ce qui prouve une fois de plus que les voyelles initiales des noms berbères ne remplissent pas le rôle grammatical qu‘on a parfois Voulu leur attribuer :

ichcher, ongle, pl. achcharen;

ich, corne, pl. achaoun ;

inzer, narine, pl. anzaren;

iker, mouton, pl. akraren, etc.

 

Le mot jij, piquet (pour zidj), reprend au pluriel la forme régulière, izadjen.

 

 

 

 

 

1. Ce mot vient peut-être de l’arabe على, le burnous étant un vêtement de dessus. En Zouaoua, abid’i.

 

 2.De l’arabe حجر.

 

 3. Substantif qu’on retrouve dans un grand nombre de noms de montagnes. De l’arabe قربوس, arçon de selle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B. — Pluriels féminins.

 

Les pluriels féminins se forment de trois manières principales, comme en Kabyle et dans la plupart des dialectes berbères :

 

 

 

Dans les noms qui ont un pluriel masculin, en plaçant un th devant ce pluriel et en changeant la terminaison en, quand elle existe, en in.

Ex. : iboud’rimen, renards, f. thiboud’rimin;

ouchchanen, chacals, f. thouchchanin;

iler’man, chameaux, f. thiler’min;

ijouraf, corbeaux, f. hijouraf, etc.

 

 

iserd’an, mulets, fait au féminin thiserd’an.

 

 

 

 

 

En ajoutant au singulier, dont la voyelle finale tombe généralement, la terminaison ouin ou iouin.

Ex. : thala, mare, f. thaliouin;

hiketchi, ver de terre, f. hiketchaouin;

hit’, œil, source, f. hit’t’aouin;

haχena, co-épouse, f. haχeniouin;

thalefsa, vipère, f. thilefsiouin, etc.

 

 

 

 

 

En ajoutant au radical singulier la voyelle a et en vocalisant en i le th initial.

Ex. : halilith, laurier, pl. hilila;

zallith, prière, pl. hizilla. (1)

 

 

Le mot heriχt, selle, fait au pluriel hirichin.

 

 

 

Enfin, un certain nombre de substantifs forment leurs pluriels d’une façon complètement irrégulière, ou le tirent d’une autre racine que celle qui a servi à former le nom singulier :

illi, fille plur. issi, ou tiheboukin ou himetchoukin (2)

oultema, sœur — issema.

ou mem, fils — ah ou tharoua. (3)

hamet’t’outh, femme — ised’nan

thikhsi, brebis — oulli.

ouma, frère — aithma.

bab, maître — aithbab.

elâouda, jument — hir’allin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Pour thazallith, arabe صلاة.

 

2. Pluriel du singulier hametchoukth.

 

3. En Zouaoua athou aith. Remarquer l’affaiblissement du th en h, qui a eu lieu ici à la fin du mot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 3ème Partie

9092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre Premier – Du Nom

 

 

Le Chaouia (dialecte) de l'Ahmar-Khaddou - 3ème Partie dans Attributs d'Algérienneté 20070112134142567

Ahmar Khadou 1935

Source: Ici 

 

 

 

 

 

 

 

Nous commençons par le nom, l’article n‘existant pas en Chaouia, non plus que dans tous les autres dialectes berbères. Les noms sont de deux genres et de deux nombres.

 

Du masculin. — Les noms masculins singuliers commencent fréquemment par un a: cependant, un grand nombre d’entre eux ont pour lettre initiale une consonne, contrairement à ce qui a lieu en Kabyle, où ces noms sont très rares.

 

Parmi ces derniers, les uns, tout en dérivant du même radical que le mot kabyle correspondant, n’admettent pas la voyelle initiale et simplement euphonique du Kabyle.

 

Ex. : Chaouia: t’ad’, doigt; Zouaoua: adhad’ .

ـــــــ : loum, paille; ـــــــ : alim.

ـــــــ : souf, rivière; ـــــــ : asiff.

ـــــــ : dhar, pied; ـــــــ : adhar.

ـــــــ : fous, main; ـــــــ : afous, etc.

 

 

 

 

D’autres proviennent d’une racine totalement différente de celle qui a servi à former le mot usité en Kabyle. Ex. : fik’er, serpent; zalar’, bouc; zourin, vigne; boud’rim, renard; foud, cuisse (1), etc., etc.

 

On pourrait multiplier les exemples. Il en résulte cette conséquence, que l’a prosthétique ne peut être considéré en berbère ni comme une modification de l’article, ni comme faisant partie du corps du mot, dont il servirait, par exemple, à déterminer le genre? Je n’y vois qu’une simple règle, ou plutôt une habitude d’euphonie.

 

 

 

 

Du féminin. — Le signe constant et général de la forme féminine en Chaouia, ainsi que dans les autres dialectes berbères, est le th préfixe ou suffixe, qui devient t lorsqu’il est précédé d’un n, d’un l ou d’un s.

 

Tous les noms qui ne sont ni commencés ni terminés par un th peuvent, sauf de rares exceptions, — les noms d’origine étrangère entre autres,— être a priori considérés comme masculins.

 

 

1° Le féminin des noms qui existent dans les deux genres se formera en préfixant et suffixant un th à la forme masculine.

 

Ex. : insi, hérisson, fém. thinsith.

ar’erzoul, chien ـــــــ thar’erzoult.

amejhoul, veau ـــــــ thamejhoult.

aserd’oun, mulet ـــــــ thaserd’ount.

afounas, boeuf, ـــــــ thafounast.

 

 

 

 

2° Un grand nombre de substantifs ne désignant pas des êtres animés commencent par un th, et sont par conséquent du genre féminin. Ex. : thaid’a, pin; thit’,fontaine; thala, mare, etc

 

 

 

 

3° Les Chaouia, comme tous les Berbères, désignent l’unité, l’individu pris isolément dans l’espèce, par la forme féminine. Par conséquent, pour former un nom d’unité, on préfixera et suffixera un th au nom de l’espèce. Ex. : oukhlif, le chêne vert (espèce); houkhlifth, un chêne vert (ar. كروّش).

 

 

 

REMARQUE. — Comme nous l’avons déjà dit plus haut, ce th initial disparaît souvent pour laisser place à une légère aspiration qui est quelquefois seule à caractériser le genre féminin du nom. Ex. : haddarth, maison ; hemourth, pays; hala, mare; hit’, fontaine, etc.

 

 

Signalons, pour terminer, quelques noms, les mêmes pour la plupart que dans les autres dialectes berbères, qui tirent leur féminin d’une autre racine :

 

 

iker, mouton fém. thikhsi.

ar, lion — asedda. (2)

ah’ik’oul, perdrix mâle — thasekkourth. (3)

zalar’ bouc, — thr’at’.

ariaz, homme, — hamet’t’outh.

iis, cheval — âouda.

mem, fils, — illi, fille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Les noms correspondants du Zouaoua sont: azrem, serpent; ak’elouach, bouc; thara, vigne (féminin); abarer’, renard; thar’ma (féminin), cuisse.

 

2. De l’arabe أسد , lion.

 

3. Comp. Kabyle ih’aïk’el, arabe حجل .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 2ème Partie

5092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

Observations préliminaires.

 

Le Chaouia, de même que les autres dialectes de la langue berbère, ne s’écrit pas. Les habitants de l’Aurès n’ont même pas conservé le souvenir d’un alphabet anciennement en usage, comme celui des Touareg; aucune inscription de caractère libyque ou berbère n’a, à notre connaissance, été découverte chez eux jusqu’à ce jour, bien que les tombeaux mégalithiques y abondent (1).

 

Les lettres de l’alphabet Chaouia sont les mêmes que celles du Kabyle, sauf une particularité en ce qui concerne le k mouillé. Quelques-unes d’entre elles, le h’ ح , le ç ص, et très probablement le â ع, n’existent que dans les mots empruntés à l’arabe, où d’ailleurs elles sont prononcées sans leur emphase habituelle. Une lettre de l’alphabet arabe, le ظ, se confond dans tous les dialectes berbères, avec le ض (dh). Par contre, plusieurs lettres de l’alphabet Chaouia, le tch, le j, le g dur, le k prononcé comme un ch allemand dans le mot welcher, n’ont pas d’équivalent en arabe, et l’on est obligé d’user de signes conventionnels pour leur en donner. Il nous paraît donc plus naturel et tout aussi commode d’appliquer ces conventions à la transcription en caractères français, ainsi que l’a fait le général Hanoteau, dont nous suivrons en tous points le système à cet égard (2).

 

 

 

Les règles de l’euphonie sont, d’une manière générale, les mêmes que celles du Zouaoua. Il y a lieu cependant de noter les particularités suivantes :

 

Le th a une tendance très marquée à s’affaiblir en h, quelquefois même à disparaître complètement.

Ex. : thamet’t’outh et plus souvent hamet’t’outh, femme;

our izemmer ch ah irfed’ pour ath irfed’, il ne peut pas le porter.

 

 

Le dj final d’un mot se durcit en ch devant le signe th du féminin qui lui-même se renforce en t.

Ex. : iidj, un, fem. hicht.

 

 

Le d est d’un emploi relativement rare, surtout dans les mots venant de l’arabe, et presque toujours remplacé par le d’ ذ, dont la prononciation diffère très peu d’ailleurs de celle du premier (3). Il arrive même quelquefois que ces deux lettres soient prises in différemment l’une pour l’autre.

 

 

Le dh ض, redoublé, se renforce en t’ ط.

Ex. : erdhel, prêter, Ve forme ret’t’el; edhs, dormir, Ve forme et’t’es.

 

Lorsque le dh de la 2e personne du singulier est suivi du pronom féminin affixe t, ces deux lettres se contractent en t’ ط.

Ex: heslit’ elr’ena‘ïa, pour heslidh t elr’enaïa, tu as entendu (elle) le chant (4).

 

 

 

 

De même, le r’ غ , redoublé dans le corps d’un mot sous l‘influence d’une cause grammaticale quelconque, se renforce en k’ ق.

Ex. : enr’, tue, Ve forme nek’k’ ; err’, brûle, Ve forme rek’k’.

 

 

Lorsque le r‘ est suivi d’un h, il se contracte avec cette dernière lettre pour former un kh خ.

Ex. : ettourkhen, pour ettour’hen, je les ai oubliés.

 

 

Le g dur est assez rare; il se prononce presque toujours mouillé. Mais, le plus souvent, il disparaît complètement par suite de son affaiblissement en i.

Ex. : argaz et mieux ariaz, homme ; agerzizet et mieux aïerzizet, lièvre (5).

 

Mais lorsque ce g affaibli en i est redoublé dans le corps du mot sous l’influence d’une cause grammaticale, il redevient g dur.

Ex. iiya, il fait, lVe -Ve formes itegg; iouiir, il va, Ve forme ieggour, il marche.

 

Le k doux est, lui aussi, presque toujours mouillé, et se prononce comme le ch allemand dans le mot welcher. Nous indiquerons cet affaiblissement dans les mots où il est le plus marqué en substituant à la lettre k la lettre grecque χ .

 

 

Comme le g, le k a une tendance très marquée à s’affaiblir en i. Il y arrive parfois complètement.

Ex. : iis (pour iχs), cheval, pl. iχsan. (6)

 

 

Lorsque la sifflante s est suivie d’un d’, elle prend fréquemment le son z et le d’ redevient un d ordinaire.

Ex. : azdin, un jour (composé de as, jour, et de la particule d’in) ;

         Iououi ias d, il lui apporte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Notamment dans la forêt de Bou-Yemman, entre T’kout et l’Ahmar-Khaddou.

 

2. Hanoteau, Grammaire kabyle, Alger, s. d., in-8.

 

3. Ce d’ correspond souvent au t de Ouargla et du Mzab.

Ex. : Chaouia: ad’ef, entrer. Ouargla, M’zab : atef.

 

Quelquefois, il correspond au th du Zouaoua.

Ex. : Chaouia : ad’bir, pigeon. Zouaoua : ithbir.

 

4. Le t’ du Chaouia correspond quelquefois au dh du Zouaoua.

Ex: Chaouia: t’ad’, doigt Zouaoua: adhad’

           ـــــــ : gazit’, coq.                    ـــــــ : aiazidh.

Il est de même dans les dialectes de Bougie, du Djérid et du Djebel Nefoussa.

 

5. Par suite de cet affaiblissement, le g dur du Zouaoua devient presque toujours i en Chaouia. Cependant, on trouve nombre d’exemples dans les quels cette lettre s’est changée en j ou dj.

Ex: Chaouia: jouraf, corbeau. Zouaoua: agerfiou.

        ـــــــ : aniji, hôte.                  ــــــ : inebgi.

       ـــــــ : ajenna, ciel.               ـــــــ : igenni.

      ـــــــ : ajerthil, natte.           ـــــــ : agerthil.

     ـــــــ : djar, entre.                ـــــــ : gar, etc.

Moissonner se dit en Zouaoua emger; en Chaouia: emjer et meier.

 

6. Le k du Zouaoua devient quelquefois ch en Chaouia.

  Ex. : chaouia: chal, terre zouaoua: akal.

Mais cette transformation est beaucoup moins fréquente en Chaouia que dans les autres dialectes parlés par les populations de race zénète, ceux du M’zab et de l’Oued Rir’ entre autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 1ère Partie

1092020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

Le Chaouia (dialecte) de l'Ahmar-Khaddou - 1ère Partie dans Attributs d'Algérienneté 200630081125445627

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

 

 

On donne le nom général de massif de l’Aurès au vaste pâté montagneux qui s’étend à l’est de la voie ferrée de Batna à Biskra. La signification du mot Aurès, ou Aourès, comme prononcent la population locale (indigènes), n’a pu encore être déterminée : c’est probablement un vocable d’origine berbère, que l’on retrouve dans plusieurs noms de montagnes, notamment près de Khenchela où il existe un Djebel Aourès qui a peut-être donné son nom à tout le massif.

 

L’Aurès a déjà été maintes fois décrit. Il nous suffira de rappeler qu’il se compose d’une série de chaînons abrupts et parallèles, orientés du nord-est au sud-ouest et séparés par des vallées étroites et profondes où coulent des torrents qui arrosent des terrains de culture d’une admirable fertilité. Les relations entre ces différentes vallées sont difficiles, en raison de la hauteur des montagnes et de la rareté des passages, souvent impraticables l’hiver. Il en résulte entre les habitants de chaque vallée des différences assez notables dans le caractère et les mœurs, même dans la langue, surtout dans la manière de prononcer.

 

Les habitants d’origine berbère se donnent eux-mêmes le nom de K’ébaïl, Kabyles, et sont appelés Chaouia par les Arabes, de l’arabe شوى, moutons, brebis. Peut-être faut-il voir dans cette dénomination un terme de mépris; et ceux auxquels elle s’adresse la considèrent en effet presque comme injurieuse.

 

Les Chaouias font partie des Berbères compris par Ibn Khaldoun sous le nom de Berbères de la troisième race ou Zénètes. Il est probable que les Zénètes se sont établis dans l’Afrique septentrionale à une époque beaucoup plus récente que les anciens Berbères des races de Loua (Berbères de l’est) et de Sanhaga (Berbères de l’ouest).

 

Les Chaouias appellent eux-mêmes leur langue hak’bailith, kabyle. Elle présente pourtant avec les dialectes parlés dans les montagnes du Djurdjura des différences assez grandes pour qu’un Chaouia et un Zouaoua, par exemple, mis en présence, puissent difficilement se comprendre. Les dialectes berbères avec lesquels elle me parait présenter le plus d’analogie sont ceux des Beni Menacer, de l’Ouarsenis, des A’chacha, des Haraoua, des Oulad Ben Halima, tous dialectes parlés, comme le Chaouia, par des populations de race zénète.

 

De tous les idiomes berbères étudiés jusqu’à ce jour, le Chaouia semble le plus doux et le plus harmonieux. Dans la bouche des femmes, il ressemble parfois à un véritable gazouillement. Il convient de le classer dans la catégorie des dialectes faibles et il forme pour ainsi dire l’une des extrémités de l’échelle des dialectes qui, rangés par degrés de dureté croissante, aboutirait au tamachek’ à l’autre extrémité.

 

Cependant, comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire plus haut, la prononciation de cet idiome, son vocabulaire même dans une mesure plus restreinte changent d’une vallée à l’autre. Il est un peu plus dur chez les Oulad Abdi et les Oulad Daoud, très doux au contraire chez les tribus de l’Ahmar-Khaddou et des Beni Bou Sliman, qui passent pour parler la langue la plus pure.

 

C’est le langage de ces derniers que nous avons l’intention d’étudier ici : tâche qui nous a été rendue possible par un séjour de plusieurs années au milieu de ces populations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Marché Kabyle d’antan – Marchés Extérieurs:Résumé

29072020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mouvement d’importation qui part de ces marchés roule principalement sur quatre natures d’articles, savoir : les huiles, les bijoux et armes , les ouvrages en bois, les bernous.

 

Les blés importés partent surtout des marchés périodiques fréquentés par les laboureurs. C’est chez les tribus arabes contiguës à son territoire, que la Kabylie vient chercher la plus grande partie de ses grains.

 

Les articles de luxe , soieries, merceries, cotonnades, partent surtout des marchés permanents, des villes habitées par les négociants qui font venir ces articles.

 

Les laines dont la Kabylie a besoin, pour la fabrication de ses tissus, partent surtout des marchés périodiques fréquentés par les éleveurs de bestiaux.

 

Quant au mouvement d’exportation, les huiles s’écoulent par les villes aussi bien que par les tribus. Cependant on peut regarder la ville de Bou-Sa’da, eu égard au nombre et à l’étendue des ramifications commerciales qui y viennent aboutir, comme le débouché le plus important. Bougie partagera sous ce rapport la prééminence de Bou-Sa’da, aussitôt qu’elle sera entrée en libre pratique. Alors les huiles de la Kabylie auront, par Bougie, le marché de l’Europe, et le marché du désert, par Bou-Sa’da.

 

Les bijoux et les armes fabriqués en Kabylie s’écoulent principalement sur les marchés périodiques, étant surtout à l’usage des tribus.

 

Les ouvrages en bois vont partout; partout où il existe un ménage, si pauvre qu’il soit, sous la tente, sous le chaume ou sous la tuile.

 

Enfin les bernous aboutissent surtout aux villes, où les Arabes viennent les chercher, lorsqu’ils veulent renouveler cette partie de leur vêtement.

 

Ainsi les deux denrées nécessaires, l’une à la nourriture de tous, l’autre au travail des femmes, le blé et la laine brute, sont achetées par les Kabyles sur les marchés des tribus.

 

Ils portent eux-mêmes en échange l’huile, leur produit national, tant dans les villes que sur les marchés de tribus, et les bernous, ouvrages de leurs femmes, surtout dans les villes.

 

Le nombre des nœuds où aboutissent, en dehors de la Kabylie, les relations commerciales de cette contrée, se réduit à seize : dix marchés et six villes.

 

Parmi ces marchés, quatre se tiennent le dimanche; un le lundi; un le jeudi; trois le vendredi et un le samedi. Deux sont occupés par l’autorité française, le dimanche de Setif et le dimanche de la Medjâna.

 

Parmi les villes, une est en dehors de l’Algérie, c’est Tunis; Bougie est bloquée et figure pour mémoire, quant à présent; Msîla est un lieu de passage; Alger et Constantine sont les chefs-lieux de deux de provinces. Enfin il reste une dernière ville, l’un des nœuds commerciaux les plus importants de la Kabylie , qui reconnaît notre autorité, qui a plusieurs fois invoqué notre protection et qui ne possède aucun agent de l’administration française; c’est Bou-Sa’da.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Marché Kabyle d’antan – Marchés Extérieurs: Relations de La Kabylie avec Les Marchés Hebdomadaires Situés en dehors de son Territoire

25072020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces marchés se tiennent chaque semaine, a jour fixe, en plein champ, autour d’un cimetière et d’un marabout. Nous allons indiquer ceux qui entourent extérieurement la Kabylie, et qui ont par suite, avec elle, les rapports les plus fréquents. Nous suivrons, dans cette énumération, le contour de la Kabylie de l’Ouest à l’Est.

 

 

 

 

 

1. Lundi des Isser

 

Ce marché est souvent appelé Lundi de Sidi-‘Amer-Cherif, à cause du voisinage de la zaouïa de ce nom, ou Lundi des Drou’eu, à cause de la fraction des Isser dans laquelle il est situé, près de l’Ouad-Nessa, au-dessous de Bordj-Sebaou, non loin des zaouïa de Sidi-’Ali-el-Gribîci et de Sidi-’Amer-Cherîf, au confluent d’un petit ruisseau appelé Ir’zer-Ouân, qui reçoit en hiver les torrents du Bach-’Assâs. Il est voisin d’un grand bois d’oliviers sauvages. Les tribus de la Kabylie qui le fréquentent le plus assidûment sont les Béni-Tour, les Amraoua du cours inférieur de la rivière, et les Flîcet-Mellîl. C’est un des marchés où les Kabyles de Fliça s’approvisionnent de blé. Il est probable que les deux autres tribus en achètent aussi pour le revendre sur les marchés kabyles, mais nous manquons d’indications précises à cet égard.

 

 

 

 

2. Vendredi des Isser

 

Ce marché est un des plus importants de la province d’Alger. Il se tient au confluent de l’Ouad-Isser et de l’Ouad-Our’anîm, près d’un cimetière placé sous l’invocation d’un marabout appelé Sidi-Moh’ammed-bel-Frâd, à côté d’un bois d’oliviers sauvages. Il fait face au village de Bou-’Amer, appelé aussi H’aouch-Yahia-Agha. Il est fréquenté par un grand nombre de tribus. Celles de Flîcet-Mellîl y apportent de l’huile , des figues sèches, des raisins secs et des meules à main, extraites de leurs montagnes; elles y achètent du blé, des légumes et de la laine. Autrefois les tribus de Flîça n’avaient pas d’autre kâdi que celui des Isser, qui siégeait sur le marché du vendredi. C’est là que les Kabyles allaient lui soumettre leurs contestations. Le vendredi des Isser est fréquenté par les Beni-Tour et les Amraoua. Les Beni-Khalfoun (Ben-Hini) y vendent des raisins secs et y achètent du blé. Toutes les tribus de Guechtoula (Bou-R’ni) y sont représentées , ainsi que les Beni-Tour (Dellis); il est probable , quoique nous manquions d’indications formelles , qu’elles contribuent aussi à l’introduction des grains en Kabylie. Les Beni-Ma’ned apportent au vendredi des Isser de l’huile et des fruits secs achetés aux Kabyles, et y achètent du blé.

 

 

 

 

3. Dimanche des Beni-’Aïcha

 

Les Beni-’Aïcha appartiennent à l’ancien Caïdat de Khechna. Ils avaient autrefois, comme spécialité, le commerce d’entremise entre les Kabyles et les Arabes, achetant aux Kabyles de l’huile et des peaux, et des blés aux Arabes. C’est à ce genre d’opérations qu’ils se livraient, tant sur leur propre marché que sur les autres. Leur marché se tient tous les dimanches, sur le bord de l’Isser, autour d’une mosquée couverte en chaume, consacrée à Sidi-’Ali-ou-Msa’oud, à côté d’un bois très épais d’oliviers sauvages. Parmi les tribus kabyles qui fréquentaient ce marché, on nous a mentionné particulièrement les tribus de Guechtoula (Ben-Hini).

 

 

 

4. Vendredi des ‘Ammâl

 

Comme les Beni-‘Aïcha, les ‘Ammâl font partie de l’ancien Caïdat de Khechna. Leur marché se tient prés du pont de Ben-Hini, au confluent de l’Ouad-Zîtoun et de l’Ouad-Isser, sur la route de Constantine à Alger. Le commerce des Kabyles, sur ce marché, consistait à vendre de l’huile aux ‘Ammâl, dont la spécialité était de faire du savon, et de leur prendre en échange les blés achetés aux Arabes. Ce marché était surtout fréquenté par les tribus du canton de Ben-Hini. Les Beni-Khalfoun y vendaient des raisins secs, produits de leur cru, et prenaient du blé en échange. Les Beni-Ma’ned y vendaient l’huile et les fruits secs achetés sur les marchés de la Kabylie, et y achetaient du blé apporté par les Arabes.

 

 

 

 

5. Dimanche des Sanhadja

 

La tribu des Sanhadja fait partie de l’ancien Caïdat des Beni-Dja’âd. Il se tient en un lieu nommé Zebboudj , sur le haut Isser. Il est fréquenté par les tribus des deux cantons kabyles de Ben-Hini et de Bou-R’ni. Les Beni-Khalfoun y vendent leurs raisins, et prennent probablement du blé en échange. Les Beni-Ma’ned y vendent de l’huile et des fruits secs achetés aux Kabyles, et y achètent du blé apporté par les Arabes.

 

 

 

 

6. Vendredi des ‘Arîb

 

Les ‘Arîb formaient autrefois à eux seuls un Caïdat qui arrivait au contact de la Kabylie par une petite trouée comprise entre le Caïdat des Beni-Dja’âd et le cheïkhat héréditaire des Oulâd-Bellîl. Ils avaient deux marchés, dont l’un se tenait tous les lundis et l’autre tous les vendredis.

 

Le lundi se tenait sur l’Ouad-Tneïn, dans le pays des Oulâd-Guemra, près du fort (bordj) où résidait le caïd des ‘Arib. Aussi les Kabyles insoumis ne s’y montraient-ils pas volontiers; ils préféraient le marché du vendredi, où la surveillance était moins active et moins immédiate.

 

Le vendredi des ‘Arîb se tient en un lieu nommé Dridia, au-dessous d’Aïoun-Bessâm. Il est surtout fréquenté par les Oulâd-el-’Azîz (Ben-Hini), qui viennent y chercher du blé et de l’orge, et qui y vendent de l’huile, des figues et des raisins secs, de la poudre et des armes.

 

 

 

 

7. Samedi des Oulâd-Bellîl

 

Il se tient à Bordj-el-Bouira (vulgairement appelé Bordj-Hamza), sur l’un des affluents supérieurs de l’Ouad-Akbou. Nous n’avons point d’indications sur les tribus kabyles qui fréquentaient ce marché; c’était probablement la que les populations du versant méridional du Jurjura, Merkalla, Beni-Meddour, Beni-Ia’la et Beni-’Aïci venaient acheter leurs provisions de blé.

 

 

 

 

 

8. Dimanche de La Medjâna

 

Ce marché est l’un des plus importants parmi ceux qui intéressent le commerce extérieur de la Kabylie. Il se tient à Bordj-bou-Ariridj , sous la résidence de Ah’med-ben-Mohammed-el-Mokrâni , le khalifa de la Medjâna. Mais l’autorité française est y représentée plus directement encore par un officier, M. le commandant d’Argent, qui occupe cette résidence, et seul, au milieu des tribus arabes, exerce, de concert avec le khalifa, une surveillance aussi active qu’intelligente sur toute la partie occidentale de la province de Constantine.

 Trois cantons viennent s’approvisionner de blé au marché de la Medjâna. Ce sont ceux du Jurjura méridional, du Bîbân et d’Illmaïn.

 

Le canton du Jurjura méridional y envoie les Beni-Mlikech et Illoul-Açammer; le canton du Bîbân, les Beni-’Abbès et la tribu de Kolla-ou-Satour; le canton d’Illmaïn y envoie les Beni-Ourtilân, Tafreg, Bounda, Dja’fra et Zammôra. Ces tribus y apportent les divers produits de l’industrie habile, huile, savon, plats et ustensiles en bois, fruits secs; ils emportent de l’orge, du blé, de la laine et des bestiaux.

 

 

 

 

 

9. Dimanche des ‘Amer

 

Ce marché se tient à Setif. On ne nous a signalé, comme le fréquentant d’habitude, que la tribu de Kolla-ou-Satour; cependant nous y avons trouvé quelquefois des Beni-’Abbès, des Beni-Ourtilân et même des Zouaoua, mais toujours en très-petit nombre.

 

 

 

 

10. Jeudi des Oulâd-Chiouk’

 

Se tient à ‘Aïn-Roua, sur une hauteur appelée Dra’-el-Caïd, à une journée environ du Djebel-Megris. On ne nous a pas indiqué de tribu appartenant à la Kabylie proprement dite qui fréquente ce marché; cependant il est probable qu’une partie du canton d’Amacin vient y acheter des blés apportés par les Arabes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45