Mission scientifique de Mr Ernest Chantre -1881- (2ème partie)

23072020

Sous-directeur du Museum de Lyon, dans la Haute Mésopotamie, le Kurdistan et le Caucase.

 

 

 

 

 

II, Syrie septentrionale, d’Alep au pont de Kersun / Photographies de Mr le Capitaine Barry

 

 

 

 

Mission scientifique de Mr Ernest Chantre -1881- (2ème partie) dans Photos 200524072404445156

Vue de la ville d’Alep(Syrie)

 

 

 

 

 

200524072932788674 dans Photos

Tour et partie de la citadelle d’Alep

 

 

 

 

200524073503971594

Tour des portes et pont du château d’Alep

 

 

 

 

200524073904521247

Une Mosquée à Alep

 

 

 

 

 

200524074327514800

Intérieur de la Maison Sader à Alep

 

 

 

 

200524080638709532

Tour et porte d’entrée de la citadelle d’Alep

 

 

 

 

 

200524080939560849

Une rue à Alep

 

 

 

 

200524081554556629

Le château et la ville d’Alep

 

 

 

 

200524083033401208

 

200524083323845831

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

2005240846204247

 

200524084621283476

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

200524085028224263

 

200524085028385269

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

200524095353456898

 

200524095354702791

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

200524095945366088

 

200524095946105432

Kurde – Alep

 

 

 

 

200524102957816240

 

200524102957658932

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

20052412011169404

 

200524120112286042

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

 

200524121123208112

 

200524121123814429

Kurde – Alep

 

 

 

 

 

 

200524121810770032

 

200524121810625919

Kurde. Zaza – Alep

 

 

 

 

 

 

200524122549478090

 

200524122549810259

Kurde. Zaza – Alep

 

 

 

 

 

200524123204908345

 

200524123205795982

Kurde. Zaza – Alep

 

 

 

 

 

 

200524123545898272

 

200524123546102555

Kurde. Zaza – Alep

 

 

 

 

 

200524123821610763

Kurde. Zaza – Alep

 

 

 

 

 

200524124020279858

Pont de Kersun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Mission scientifique de Mr Ernest Chantre -1881- (1ère partie)

5062020

 Sous-directeur du Museum de Lyon, dans la Haute Mésopotamie, le Kurdistan et le Caucase.

 

 

 

I, Syrie septentrionale. Vallée de l’Oronte et d’Antioche à Srir / Photographies de Mr le Capitaine Barry

 

 

 

 

 

 

 

 

Mission scientifique de Mr Ernest Chantre -1881- (1ère partie) dans Photos 200327092817761020

Femmes arabes. Kosséir, Vallée de l’ Oronte (Syrie)

 

 

 

 

200327101703985038 dans Photos

Le Château de la ville Homs

 

 

 

 

20032710202448778 

Une Porte de la ville de Homs

 

 

 

 

200327102334256396

 

200327102654732329

La ville et les Jardins de la ville de Hama

 

 

 

 

200327102925386278

Vue de la ville de Hama

 

 

 

 

200327103541393875

Vue de Hamah . L’ Oronte et ses Jardins

 

 

 

 

200327105343384358

Les Norias de Hamah sur l’Oronte

 

 

 

 

200328074550469127 

Caravansérail et village de Khan Cheik Khoun

 

 

 

 

20032807493143550

Groupe d’Arabes, Khan Cheikh Khoun

 

 

 

 

200328075818618544 

La Tour et la Cour du Caravansérail de Khan Cheik Khoun

 

 

 

200328080304914583

Vue de la Citerne de Khan Cheik Khoun, Campement de Torcy, Campement Chantre et Barry

 

 

 

 

 

 

 

200328080653837207 

200328081015203769

Ruine de El Barrah (Syrie)

 

 

 

 

200328081355409294

Cheikh de Mézerat, Hadji Pacha, Hommes et enfant Turcs (Syrie)

 

 

 

 

200328081738833798

Les Porte de Fer à Antioche (Syrie)

 

 

 

 

200328082100804871

Famille d’Anshariés d’ Antioche

 

 

 

 

200328083056960296

Jeune Mariée Anshariée, son mari, son frère, sa mère d’ Antioche

 

 

 

 

200328084330420335

 

20032808441413730

Ansharié, Antioche

 

 

 

 

 

 

200328084755985343

Cheikh Soliman, Ali Ismaïl son fils et un serviteur, Anshariés d’ Antioche

 

 

 

 

200328085013259625

Anshariés, Antioche

 

 

 

 

200328091748811324

Partie Nord du Tunnel creusé par les Romains pour amener les eaux à Séleucia (Syrie)

 

 

 

 

200328092052602637

 

200328092447876818

Tombeaux Creusés dans les Rochers à Séleucia

 

 

 

 

200328092917548369

 

200328093159766130

Sarcophage en marbre découvert à Séleucia, Antioche

 

 

 

 

200328093528742115

Statue trouvée dans les fouilles de Séleucia

 

 

 

 

200328094306519395

Port El-Minah, Oronte, Mont Cassius

 

 

 

 

200328094640334343

Vue du Pont de El-Restau, sur Oronte

 

 

 

 

200328094939315860

Village de Herem, plaine d’ Antioche

 

 

 

 

200328095350280890

Château de Kislar-Séraï, Province d’Alep (Syrie)

 

 

 

 

200328095626417729

Temple Grec sur des cryptes à Dana

 

 

 

 

200328095951799653

 

200328100242210513

Vue des ruines du Village de Srir, Province d’Alep

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les Kalashs:

18042020

Peuple polythéiste vivant à cheval entre le Pakistan et l’Afghanistan

 

 

 

 

 

 

Le peuple Kalash vit dans les vallées de Bumburet, Rumbur et Birir, dans la région de la ville de Chitral, à la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan. Contrairement aux autres populations de la région, les Kalashs sont polythéistes, ils croient en plusieurs dieux. Leurs rituels religieux, leurs vêtements et leur apparence sont particuliers. La population Kalash est composée d’environ 4 mille âmes. La région où ils vivent était autrefois appelée Kafiristan (le pays des mécréants).

 

 

 

 

 

 

Photos: ©Muhammed Semih Uğurlu – Anadolu Ajansı

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Kalashs:  dans Photos 200319073812970521

 

 

 

 

200319073811650277 dans Photos

 

 

 

 

200319074218358644

 

 

 

 

200319074219503790

 

 

 

 

200319074805485197

 

 

 

 

200319074806612443

 

 

 

 

thumbs_b2_55eee5f4e602f1799a1da97b3d7aa75b

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




1990-1995 : Algérie, chronique photographique

9032020

 

 

 

 

 

 

Un beau-livre de photographies en noir et blanc retraçant des faits saillants de l’actualité algérienne entre 1990 et 1995 fixés par l’objectif de Ammar Bouras a été publié récemment sous le titre « 1990-1995, Algérie, chronique photographique ».

 

 

 

 

 

 

 

1990-1995 : Algérie, chronique photographique dans Photos 191205082851100179

 

 

 

 

 

 

 

Edité chez Barzakh, l’ouvrage de 237 pages, préfacé par l’universitaire Malika Rahal, se veut un témoin des manifestations, marches, meetings,grèves, ou encore des événements sportifs et culturels qui ont marqué ces années.

 

Pour l’année 1990, le photographe a choisi de revenir sur la marche organisée au mois de mai à Alger par le Front des forces sociales (FFS) et le retour en Algérie de Hocine Aït Ahmed, d’immortaliser la visite à Alger de Nelson Mandela trois mois après sa libération des geôles de l’apartheid, ou encore montrer la foule venue accueillir l’ancien président de la République Ahmed Ben Bella.

 

Plusieurs clichés, pris pour le compte du journal Alger républicain, sont dédiés aux différents événements (conférences et marches organisées en 1991 en soutien à l’Irak lors de la première guerre du Golfe) et autres meetings de partis politiques activant à l’époque.

 

D’autres photographies prises la même années montrent des compétitions sportives, des galas artistiques ainsi que des portraits d’artistes, de sportifs et de journalistes dont Mohamed Fellag, Noureddine Morceli et Said Mekbel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

191205083133599457 dans Photos

Marche du FIS. Photo prise depuis la Maison de la presse. Alger, juin 1991.

« Ammar Bouras a été photojournaliste. Entre 1988 et 1993, après son installation à Alger, il a travaillé pour plusieurs journaux. Même après avoir quitté le métier de journaliste, il a continué de photographier. Plus remarquable encore aux yeux de l’historienne que je suis, quelles qu’aient été les circonstances de sa vie professionnelle, il a toujours conservé tous ses négatifs, constituant une archive exceptionnelle, soigneusement ordonnée chronologiquement. Cette archive, dont je ne connais pas d’équivalent, constitue une sorte de chronique photographique de la vie du pays. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

191205083353995477

Défilé de mode à l’hôtel El Aurassi, Alger, le 20 mai 1992.

« Quand je regarde mes photos – et c’est un constat sans prétention –, je les vois comme le témoignage d’une période où il y avait un mélange, une confusion, une khalouta [mélange] incroyable (dans le bon sens du terme), un véritable foisonnement : les islamistes prêchaient, les étudiants des Beaux-Arts faisaient de l’art sans se soucier de ce qui allait se passer, songeant que ce qui était en train d’arriver, tous ces bouleversements, serait de toute façon sûrement plus porteurs que la période du parti unique. » (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

19120508371127254

Le chef du gouvernement de l’époque, Sid Ahmed Ghozali, durant la campagne des législatives. Minifestival de jeux d’échecs. Alger, le 13 décembre 1991.

« Ces années, ce sont les années d’avant, les années du début, celles de l’entrée dans la violence des années 1990. Nous sommes dans les mois qui suivent les émeutes d’octobre 1988 et leur répression, et l’ouverture démocratique qui voit la création ou la légalisation de nombreux partis, parmi lesquels le Front islamique du salut (FIS), le Front des forces socialistes (FFS), le Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS)… C’est la fin du parti unique. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

191205083648282940

Motard de la police algérienne, place de Tafourah à Alger, novembre 1991.

« Mon projet de fin d’études s’intitulait : ‘‘La photo : de la lumière à la plastique’’. C’était vraiment ça, la possibilité d’écrire avec la lumière, d’agir sur le monde, d’avoir ce pouvoir d’arrêter des choses, d’en enlever, d’en ajouter. C’était vraiment un jeu de pouvoir. » (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

191205083702986048

Nelson Mandela, trois mois après sa libération, est l’invité d’honneur de l’Algérie, engagée dès son indépendance dans la lutte du peuple sud-africain contre l’apartheid. Coupole du 5 Juillet, Alger, le 16 mai 1990.

« L’ouverture politique en Algérie entre alors en résonance avec les revendications démocratiques dans les pays du monde arabe – elle est le seul pays du Maghreb et du Moyen-Orient à connaître un tel bouleversement politique – et les transitions politiques des pays d’Afrique : en quelques années, ce sont plus de trente pays du continent qui ont connu des transformations politiques, dont la plus spectaculaire est la fin du régime d’apartheid en Afrique du Sud, où Nelson Mandela est libéré en février 1990. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

191205084207878259

Marche du Rassemblement pour la culture et la démocratie, le RCD. Alger, le 24 octobre 1991.

« Avant, c’était plus facile. J’ai des photos prises devant l’APN [Assemblée populaire nationale], je pouvais prendre des photos de n’importe quel angle, sans me poser trop de questions. Mais ensuite, sortir un appareil photo, c’était comme prendre une arme. On pouvait être agressé par n’importe qui, même si le sujet de la photo était la Grande Poste ou la place des Martyrs. » (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

191205084231818500

Rassemblement de femmes. Cinéma L’Afrique. Alger, le 9 janvier 1992.

« Alors même que commencent les assassinats, on retrouve encore l’ébullition de ces années. La sélection des images par ordre chronologique rappelle à quel point la vie quotidienne a continué d’être intense et même joyeuse alors que la violence, déjà, était là. L’histoire ne peut se raconter sans tenir compte de cette concomitance car il a continué à y avoir, même au milieu des attentats et des tueries, une vie artistique, sportive, collective et une résistance à la spirale de la violence. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

 

191205084212805786

Marche Front des forces socialistes (FFS) contre la bipolarisation FLN-FIS. Boulevard Zighout Youcef, Alger, le 31 mai 1990.

« C’est une période, une séquence de notre histoire, qu’on a presque oubliée, trop vite. Quand je regarde ces photos, je me dis qu’on n’a pas tiré de leçons. Les choses étaient presque visibles, presque flagrantes et personne ne s’en rendait compte, on était en plein dedans, on découvrait la démocratie, le multipartisme, l’altérité, etc. » (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

191205084230145566

En marge d’une marche. Alger, le 24 octobre 1991.

« Ce qui ‘’fait’’ passé, plus encore que les événements rapportés de loin par les photos, ce sont les détails plus anecdotiques, les vêtements – les incroyables blousons à épaulettes de l’époque et les survêtement de la Sonitex –, les coupes de cheveux qu’on n’oserait plus avec les brushing vaporeux des années 1980, les moustaches et les barbes, les foulards autour du cou. Comme partout, c’est la mode, en somme, qui nous date le plus intimement et crée la distance d’avec le passé. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

191205084836589029

Bassin du complexe sportif du 5 Juillet. Alger, le 20 février 1991.

« Alors même que commencent les assassinats, on retrouve encore l’ébullition de ces années. La sélection des images par ordre chronologique rappelle à quel point la vie quotidienne a continué d’être intense et même joyeuse alors que la violence, déjà, était là. L’histoire ne peut se raconter sans tenir compte de cette concomitance car il a continué à y avoir, même au milieu des attentats et des tueries, une vie artistique, sportive, collective et une résistance à la spirale de la violence. Il est difficile parfois de regarder les photos sans penser à ce qui viendra après. » (Extrait de l’interview de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

191205084842206368

Marche des étudiants algériens en soutien à l’Irak. Alger, le 20 janvier 1991.

« Ce qui frappe dans les photographies, c’est l’ébullition et l’omniprésence des corps dans la rue. Elles nous en font même entendre les voix. Ordonnée ou joyeuse, en deuil lors d’un enterrement, en colère, la foule est partout. » (Extrait de l’interview de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

 

191205084856297937

Gala pour la Journée nationale de l’étudiant. École des beaux-arts. Alger, le 19 mai 1993.

« Quand j’étais étudiant, de 1988 à 1994, et avant le 5 octobre 1988, il y avait des bals masqués de fin d’année, des fêtes du 19 mai célébrant la journée de l’étudiant, des happenings… Après les émeutes, c’est plutôt devenu un lieu de revendication, d’engagement et de lutte. Les associations, les partis politiques venaient participer à des événements à l’école pour protester contre la torture ou l’islamisme ; l’établissement est devenu un lieu de rayonnement pour une pensée autre que celle qui dominait au dehors. Un lieu hors du temps, ‘’hors Alger’’. » (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

19120508490524551

Salle de sport Harcha. Alger, le 19 janvier 1993.

« Les photos révèlent des corps, dont l’habillement devient message politique. C’est un temps de l’engagement des corps ». (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

191205093257427403

Quelques minutes après l’assassinat du président Mohamed Boudiaf. Annaba, le 29 juin 1992.

« Boudiaf, c’est l’expérience la plus difficile et la plus traumatisante pour moi. Il était en visite présidentielle à Annaba. On m’y a envoyé. Boufarik, avion militaire et go. C’était ma première couverture présidentielle. Donc je suis parti… Mais je ne sais pas comment parler de ce moment… » (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

191205093310838143

Enterrement de Djilali Liabes, figure intellectuelle respectée, assassiné, la veille, devant chez lui à Kouba. Alger, le 17 mars 1993.

« Un jour, plus tard, on pourra réaliser une boucle temporelle pour revenir sur ce moment sidérant, le repenser, le transformer en un geste créateur ou même en faire l’histoire. Déclencher alors pour saisir une image – même floue –, c’est dire qu’on ne sera pas perpétuellement paralysé par la violence. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal)

 

 

 

 

 

 

 

191205093310589790

Photos prises dans les territoires de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), lors d’un voyage de solidarité effectué par les étudiants des Beaux-Arts et certains artistes algériens, pour marquer leur soutien au Front Polisario, en conflit avec le Maroc autour de la souveraineté du Sahara occidental. Mars 1992.

« Chacun luttait à sa manière ; la tolérance, la vie étaient là. Ce que je n’arrive presque plus à trouver maintenant, comme si l’opportunisme avait pris le pas sur l’engagement. Je ne suis pas nostalgique pour autant, j’ai toujours préféré le « ici et maintenant » ». (Extrait de l’interview d’Ammar Bouras)

 

 

 

 

 

 

 

191205093315739578

« Les photographies prises d’un poste de télévision, sous le titre ‘’اعترافات إرهابي’’ [Confessions d’un terroriste]. Dans le poste, une émission de télévision au cours de laquelle les terroristes font leurs ‘’aveux’’, sous la forme d’un récit circonstancié de leur parcours terroriste. J’ai voulu qu’Ammar Bouras évoque pour moi le moment où ces photos ont été prises. Il se souvient d’une voix off qui interrogeait l’homme, et demandait : ‘’Comment tuiez-vous ?’’ Réponse : ‘’Nous égorgions’’. Mais la voix insiste à plusieurs reprises pour avoir plus de détails. Jusqu’à ce que l’homme finisse par expliquer : « Nous prenions la tête, et avec le couteau nous tranchions la gorge. » Et dans le même temps, il mime : saisir la tête par les cheveux pour la ramener en arrière, et trancher la gorge d’un côté à l’autre. « Le choc », dit simplement Ammar. » (Extrait de la préface de l’historienne Malika Rahal).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Concert à Alger 1889

29012020

 

 

 

 

 

«Concert à Alger»  Album de 77 photos de types algérois, présenté à l’exposition universelle de 1889 à ParisDes collections du prince Roland Bonaparte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concert à Alger 1889  dans Photos 1573715985-sans-titre

 

 

 

 

1573716139-sans-titre dans Photos

 

 

 

 

1573716253-sans-titre

 

 

 

 

1573716335-sans-titre

 

 

 

 

1573720533-sans-titre

 

 

 

 

1573720661-sans-titre

 

 

 

 

1573720874-sans-titre

1573720972-sans-titre

Mathilde née à Alger, fille de Mosifico

 

 

 

 

1573721133-sans-titre

1573721239-sans-titre

Fathima 9 ans, née à Blidah

 

 

 

 

1573721351-sans-titre

1573721443-sans-titre

1573721534-sans-titre

Mesgïch (Isaac) 24 ans, né à Alger

 

 

 

 

 

1573721623-sans-titre

1573721726-sans-titre

Caïd 22 ans, né à Alger, garçon de café

 

 

 

 

 

1573721816-sans-titre

1573721916-sans-titre

Mohamed 30 ans, Alger, cordonnier

 

 

 

 

 

1573722460-sans-titre

1573722651-sans-titre

Chaoul Durand 24 ans, né à Constantine, musicien (violoniste)

 

 

 

 

 

1573722762-sans-titre

1573722866-sans-titre

Kaddour 28 ans, Alger, passementier (Aissaoua)

 

 

 

 

 

1573723133-sans-titre

1573723203-sans-titre

Mamer 27 ans, né à Oran, Maquignon, garçon de café

 

 

 

 

1573723294-sans-titre

1573723457-sans-titre

Lounis Abbelrahmam 28 ans, algérien, musicien

 

 

 

 

 

1573723531-sans-titre

1573723710-sans-titre

Aim Chétrite 45 ans, Alger, menuisier (Israélite)

 

 

 

 

 

1573723802-sans-titre

1573723898-sans-titre

Nathan 58 ans, Alger, employé de bureau (Israélite)

 

 

 

 

 

1573724053-sans-titre

1573724160-sans-titre

Bassar 24 ans, Alger, Aïssaoua passementier

 

 

 

 

 

1573724329-sans-titre

1573724437-sans-titre

Laban Seror (musicien), né à Alger, 30 ans

 

 

 

 

 

1573724524-sans-titre

1573724616-sans-titre

Bassan 22 ans, Alger, garçon cafetier

 

 

 

 

 

1573724741-sans-titre

1573724800-sans-titre

Bag Ali 28 ans, né à Alger, Kaouadji

 

 

 

 

 

1573724911-sans-titre

1573724994-sans-titre

Abd el Kader 45 ans, (algerie)

 

 

 

 

 

 

1573725108-sans-titre

1573725245-sans-titre

Abraham [Smortjean] né à Alger, 55 ans, musicien, (mari du n° 5)

 

 

 

 

 

1573725330-sans-titre

1573725419-sans-titre

Brahim ben Aïssac 31 ans, né à Ghardaïa (Mozabite)

 

 

 

 

 

1573725542-sans-titre

1573725619-sans-titre

Yoube 29 ans, né à Alger, bijoutier Aissaoua

 

 

 

 

 

1573725712-sans-titre

1573725793-sans-titre

Salah 31 ans, Sénégal, passementier

 

 

 

 

 

1573725874-sans-titre

1573725962-sans-titre

Kaddour 26 ans, né à Alger, cordonnier

 

 

 

 

 

1573726063-sans-titre

1573726173-sans-titre

Bhal 29 ans, Sénégal, vannier

 

 

 

 

 

1573797832-sans-titre

1573797927-sans-titre

Mohamed 23 ans, né à Alger, garçon de café

 

 

 

 

 

1573798040-sans-titre

1573798157-sans-titre

Djouar agée de 38 ans, né à Milianah, (Israélite, couturière)

 

 

 

 

 

 

1573798268-sans-titre

1573798450-sans-titre

Yamina 15 ans, née à Alger, (couturière et danseuse) (Israélite) 

 

 

 

 

 

1573798544-sans-titre

1573798651-sans-titre

Esther [...] 21 ans, couturière (Israélite), sœur de la précédente Yamina   

 

 

 

 

 

 

1573798810-sans-titre

1573798965-sans-titre

Bouria 26 ans, née à Alger, fabriq. Des nattes

 

 

 

 

 

1573799067-sans-titre

1573799183-sans-titre

Atika 21 ans, née à Alger, couturière

 

 

 

 

 

 

1573799330-sans-titre

1573799407-sans-titre

Zara Leksik 35 ans, née à Congtantines, couturière

 

 

 

 

 

1573799508-sans-titre

1573799578-sans-titre

Sultana 36 ans (Israélite)

 

 

 

 

 

1573799690-sans-titre

1573799762-sans-titre

Kamisf 28 ans, née à Tiaret (Oran) couturière (Israélite)

 

 

 

 

 

 

1573799869-sans-titre

1573799935-sans-titre

Yasmina 25 ? Ans, née à Tizzi, Ouzzou (kabyle) danseuse, fileuse

 

 

 

 

 

1573800128-sans-titre

1573800287-sans-titre

Curkia 17 ans, née à Sétif

 

 

 

 

 

 

1573800390-sans-titre

1573801024-sans-titre

Koiga 20 ans, né à Alger, vendeur de pain

 

 

 

 

 

 

1573801136-sans-titre

1573801209-sans-titre

Fathma 39 ans, Soudan, vendeuse de pain à Alger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Algérie d’antan: Barbier Arabe

20122019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Algérie d’antan: Barbier Arabe  dans Photos 3885199d6d067e3793c3c54c011b1fed

Barbier Arabe – Alger 1870

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi les lieux de réunion que les Maures fréquentent beaucoup , surtout les curieux et ceux qui se mêlent de politique, ce sont les boutiques des barbiers, qui se trouvent en très grand nombre. Les boutiques des marchands, non seulement à Alger mais dans toutes les villes de Barbarie, sont des trous dans le mur qui ont deux mètres de profondeur et un de large , et que le marchand remplit presque entièrement quand il est accroupi dedans. Mais celles des barbiers sont plus vastes : elles ont quatre et cinq mètres de long sur deux et même trois de large; tout autour règne une banquette en planches pour asseoir les amateurs. Elles sont assez proprement tenues, décorées de tous les instruments du métier accrochés au mur , et de plusieurs tableaux faits en Barbarie , qui représentent presque tous des combats maritimes glorieusement soutenus par les corsaires algériens.

 

 

Pendant toute la journée , ces boutiques sont remplies par ceux qui viennent se faire raser la tête , peigner la barbe , et par un grand nombre d’oisifs qui y viennent pour tuer le temps et apprendre des nouvelles. On les voit assis gravement sur les banquettes, écouter avec beaucoup d’attention le barbier qui raconte ce qu’il sait et même ce qu’il ne sait pas, tout en rasant une tête, ou en voltigeant et gesticulant quand il n’a point de pratique. C’est chez les barbiers qu’ont été organisés plusieurs complots dont le but était l’extermination des Français , et de là que sont partis presque tous les avis donnés au Bey de Titterie , avant que les français ne l’eussent fait prisonnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1573036615-711-001-1 dans Photos

Barbier Arabe

 

 

 

 

1573036824-573-001-1

Oran – Barbier Maure 1902

 

 

 

 

 

1573036924-591-001-1

 

 

 

 

 

 

1573037377-890-001-1

 

 

 

 

1573038187-855-001-1

Barbier Maure

 

 

 

 

 

 

1573038666-sans-titre

Barbier Maure et Mozabite

 

 

 

 

 

 

1573038785-150-001-1

 

 

 

 

 

 

1573039039-834-001-1

Mostaganem – Barbier Arabe

 

 

 

 

 

 

1573039352-342-001-1

 

 

 

 

 

 

1573041123-535-001-1

 

 

 

 

 

 

1573041227-544-001-1

Un Barbier Arabe en pleine Action – Belle Animation de 1906

 

 

 

 

 

 

1573041445-451-001-1

 

 

 

 

 

 

1573041972-084-001-1

 

 

 

 

 

 

1573042127-516-001-1

 

 

 

 

 

 

1573042215-926-001-1

 

 

 

 

 

 

1573042366-sans-titre

 

 

 

 

 

 

1573042492-457-001-1

 

 

 

 

 

 

1573042760-534-001-1

Rare!!! Kabylie – Barbier en plein air en 1913

 

 

 

 

 

 

1573042929-929-001-1

 

 

 

 

 

 

1573043029-046-001-1

Barbier Kabyle (en plein air )

 

 

 

 

 

 

1573039147-461-001-1

 

 

 

 

 

 

1573043136-225-001-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les photos gagnantes du Wildlife Photographer of the Year 2019

10112019

 

 

 

 

 

Le jury du Wildlife Photographer of the Year, le célèbre concours de photographie de nature organisé par le Natural History Museum de Londres, a dévoilé les photos lauréates de son édition 2019. Au total, 19 clichés ont été sélectionnés parmi quelque 48.000 candidatures et récompensés dans les différentes catégories.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photos gagnantes du Wildlife Photographer of the Year 2019 dans Photos

© Yongqing Ba

 

Le bon moment

Cette scène exceptionnelle a permis au photographe chinois Yongqing Ba de remporter le prix de photographe de l’année 2019. Immortalisée dans les prairies du plateau tibétain du Qinghai, elle montre la confrontation entre une renarde du Tibet, en quête d’un repas à rapporter à ses petits, et une jeune marmotte de l’Himalaya imprudente. Le cliché a également remporté le premier prix ex-aqueo de la catégorie « Comportement : mammifères ».

 

 

 

 

 

 

 

 dans Photos

© Cruz Erdmann

 

Lueur nocturne

Du côté des jeunes photographes, c’est le passionné de l’océan Cruz Erdmann âgé de 14 ans qui a décroché le premier prix grâce à son magnifique portrait d’un calmar iridescent rencontré lors d’une plongée nocturne dans les profondeurs du détroit de Lembeh en Indonésie.

 

 

 

 

 

 

1571295026-face-of-deception-by-ripan-71ce-diaporama

© Ripan Biswas

 

Faux-semblant

Cette créature a peut-être l’air d’une fourmi mais comptez bien ses pattes. Il s’agit d’une araignée-crabe déguisé en fourmi ! Le photographe Ripan Biswas a rencontré ce drôle de spécimen en observant une colonie de fourmis rouges dans le parc national de Buxa en Inde. Plusieurs espèces d’araignées sont connues pour se déguiser en fourmis et s’infiltrer dans les colonies, soit pour se nourrir, soit pour se protéger des prédateurs. Celle-ci semblait avoir choisi la première option. La photo a remporté la catégorie « Portrait animal ».

 

 

 

 

 

 

 

1571295153-image

© David Doubilet

 

Le jardin des anguilles

Plongée dans les profondeurs maintenant avec un drôle de jardin peuplé d’anguilles. Le photographe David Doubilet n’avait jamais vu un tel rassemblement d’anguilles. Grand comme les deux tiers d’un terrain de football, il s’étirait le long d’une pente raide et sablonneuse, au large de Dauin aux Philippines. Il a dû attendre que les anguilles ressortent du sable pour se nourrir du plancton pour déclencher son appareil. La photo a remporté la catégorie « Sous-marin ».

 

 

 

 

 

 

 

1571295520-thomas-easterbrook-wildlife-photographer-of-the-year

© Thomas Easterbrook

 

Surprise bourdonnante

Le jeune Thomas Easterbrook a remporté le premier prix de la catégorie « 10 ans et moins » grâce à ce cliché immortalisé en France d’un moro-sphinx flottant devant une fleur de Salvia, siphonnant le nectar avec sa longue trompe.

 

 

 

 

 

 

1571295658-shangzhen-fan-wildlife-photographer-of-the-year

© Shangzhen Fan

 

Nomades des hauts plateaux

Le photographe Shangzhen Fan a été récompensé dans la catégorie « Les animaux dans leur environnement », pour son cliché montrant un petit groupe d’antilopes du Tibet imprimer sa trace sur le voile de neige qui recouvre les pentes du désert Kumukuli, dans la réserve nationale chinoise d’Altun Shan.

 

 

 

 

 

 

1571295728-manuel-plaickner-wildlife-photographer-of-the-year

© Manuel Plaickner

 

En plein étang

Chaque printemps, depuis plus d’une décennie, Manuel Plaickner suit la grande migration des grenouilles rousses dans le sud du Tyrol, en Italie. Cette fois-ci, il a réussi à trouver l’étang parfait, au bon moment et dans la bonne lumière pour mettre en évidence le phénomène. La photo a remporté le premier prix de la catégorie « Comportement : amphibiens et reptiles ».

 

 

 

 

 

 

1571295817-audun-rikardsen-wildlife-photographer-of-the-year

© Audun Rikardsen

 

Le pays des aigles

 Ce cliché a été capturé par Audun Rikardsen le long de la côte norvégienne où il réside. Il avait installé sur une corniche une grosse branche dans l’espoir qu’elle puisse servir de poste d’observation à un aigle royal. Mission accomplie. La photo a été récompensé dans la catégorie « Comportement : oiseaux ».

 

 

 

 

 

 

 

1571296237-daniel-kronauer-wildlife-photographer-of-the-year

© Daniel Kronauer

 

Comportement: Invertébrés

 Au crépuscule, Daniel a suivi une colonie de fourmis nomades au fur et à mesure de son déplacement, parcourant une distance de 400 mètres à travers la forêt tropicale humide près de la station biologique de La Selva, au nord-est du Costa Rica. Alors qu’il faisait encore noir, les fourmis utilisent leur corps pour construire un bivouac destiné à abriter la reine et les larves.

 

 

 

 

 

 

1571296388-ingo-arndt-wildlife-photographer-of-the-year

© Ingo Arndt

 

Jeu égal

 Après la marmotte et le renard, voici le puma et le lama. La scène a été capturé par le photographe Ingo Arndt dans la région patagonienne de Torres del Paine, au Chili. En quête d’un repas, cette femelle puma n’a pas hésité à s’attaquer à ce lama qui, bien qu’il semble ici en mauvaise posture, a réussi à échapper au prédateur. En se laissant tomber sur lui. Quatre attaques de puma sur cinq finissent ainsi. La photo a remporté la premier prix ex-aequo de la catégorie « Comportement : mammifères ».

 

 

 

 

 

 

1571296483-zorica-kovacevic-wildlife-photographer-of-the-year

© Zorica Kovacevic

 

 Tapisserie de vie

Derrière cette tapisserie naturelle, se cachent les branches orangées et entremêlées d’un cyprès de Monterey observé dans la canopée de Pinnacle Point au sein de la réserve naturelle Point Lobos en Californie. Selon le photographe Zorica Kovacevic, cette minuscule zone côtière protégée est le seul endroit sur Terre où les conditions naturelles sont adéquates pour obtenir cette scène. Si le cyprès de Monterey est un arbre commun, il se distingue ici par sa couleur orangée due en réalité à des algues vertes colorées par des pigments qui utilisent les cyprès pour survivre. Il n’y a qu’à Point Lobos qu’elles sont rencontrées sur ces arbres.

 

 

 

 

 

 

1571296584-luis-vilarino-wildlife-photographer-of-the-year

© Luis Vilariño

 

Création

L’Espagnol Luis Vilariño Lopez a remporté le premier prix de la catégorie « Environnements terrestres » pour ce cliché impressionnant montrant les langues de lave brûlantes issues du volcan Kilauea à Hawaii plonger dans l’océan Pacifique. Le Kilauea est l’un des volcans les plus actifs du monde mais l’éruption qu’il a connue en 2018 était la plus intense de ces 200 dernières années.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 100 photos sélectionnées pour cette 55e édition du Wildlife Photographer of the Year seront exposées du 18 octobre 2019 au 31 mai 2020 au Natural History Museum de Londres. Elles sont également réunies dans un ouvrage paru en français le 16 octobre aux éditions Biotope.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Martín Chambi – Pionnier de la photographie latino-américaine

31072019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martín Chambi – Pionnier de la photographie latino-américaine dans Photos 1562064497-d55134e-26315-1a5wdiq

Autoportrait (1922)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martín Chambi Jiménez ou Martín Chambi de Coaza (né le 5 novembre 1891 près de Puno, dans le village de Coaza. Il meurt le 13 septembre 1973 à Cuzco) Martin Chambi fut l’un des premiers grands photographes autochtones d’Amérique latine.

 

 

Son oeuvre est influencée par l’adoption des conventions issues de la photographie d’art européen. Martin Chambi doit sa réputation à deux traditions photographiques distinctes qu’il maîtrise parfaitement et avec talent. Les effets stylisés du pictorialisme européen et l’utilisation de la lumière dans ses portraits de studio.

Il expose dans les compétitions et salons locaux et dans les foires industrielles. C’est la base de son succès commercial.

 

 

Martín Chambi a mis à nu la complexité sociale de la Cordillère des Andes. Ces images nous placent au cœur du féodalisme montagnard, dans les haciendas des grands propriétaires terriens, avec leurs serviteurs et leurs concubines, comme dans les processions coloniales de foules contrits et ivres.

 

 

 

Les photographies de Chambi capturent tout. Les mariages. Les fêtes et les premières communions. La pauvreté et la jovialité. C’est pourquoi, sans doute sans le vouloir, Chambi est devenu le photographe symbolique de sa race. Il a su capter la voix tellurique de l’homme andin, sa mélancolie millénaire, sa négligence éternelle. Il est sans doute le plus grand photographe post colonial d’Amérique latine du début du 20ème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1562315553-martin-chambi-40 dans Photos

 

 

 

1562315605-la-familia-de-ezequiel-arce-con-su-cosecha-de-papas-martin-chambi-e1504654115313

La famille d’Ezequiel Arce et sa récolte de pomme de terre

 

 

 

 

1562315653-martin-chambi-371
Cusco

 

 

 

1562315704-martin-chambi-oenf-25

 

 

 

 

1562315756-martin-chambi-oenf-6

 

 

 

 

 

 

 

 

Si Martin Chambi a été le premier à enregistrer la lumière péruvienne avec un oeilpost colonial, il est surtout connu pour ses clichés de paysans loqueteux. Pourtant, sa photographie n’est pas misérable. Pas triste du tout. Un peu « nostalgique » tout au plus. Non. Sa photographie est noble. Elle témoigne du quotidien. Du réel.

 

 

 

Chambi adore parcourir les campagnes, son matériel solidement arrimé sur le dos d’une mule. Indien Quechua à la peau mat et au nez aquilin, il parle la langue des gens qu’il rencontre. C’est ainsi qu’il gagne facilement leur confiance et leur demande de poser pour lui. Il photographie souvent les gens seuls, en couple. Au repos ou dans l’action. Son cadre privilégié, la nature au cœur des Andes.

 

 

 

Les groupes ? Il les immortalise aussi bien dans des poses étudiées que dans leur environnement quotidien, offrant ainsi un sentiment d’authenticité à ses photographies. C’est ainsi que Chambi s’installe rapidement à l’avant-garde de la photographie de son époque.

 

 

 

Entre 1920 et 1950, Chambi a amassé une collection importante de photos de différents sites archéologiques, des peuples indigènes et des vues de Cuzco qui a été largement diffusée et présentée dans toute l’Amérique du Sud.

 

 

 

Beaucoup de ces photos, souvent les plus fascinantes, n’ont pas été publiées de son vivant. Sans doute à cause des conventions artistiques limitées de l’époque. Ou plus simplement, en raison de leur aspect non commercial.

 

 

 

 

 

 

 

 

1562315801-martin-chambi-oenf-7

 

 

1562315837-cri-000000242430

 

 

1562316015-chambi4

 

 

1562316042-cargador-de-chicha-en-tinta-1940-e1504654125142

 

 

1562316078-martin-chambi-381

1934 – Cavaliers dans la neige

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TÉMOIGNAGE DE MARTIN CHAMBI

 

 

Martin Chambi a été le premier photographe à photographier son peuple à travers les yeux d’un des siens. Lors d’une de ses expositions à Santiago du Chili et à Viña del Mar, en 1936, il déclara : « J’ai lu qu’au Chili, on pense que les Indiens n’ont pas de culture. Qu’ils sont justes civilisés. Mais qu’ils sont intellectuellement et artistiquement inférieurs aux Blancs et aux Européens. (…) C’est une idée simple. (…) Mon espoir et que témoins impartiaux et objectifs étudient ce point de vue. Je suis un représentant de ma race. Mes compatriotes s’expriment à travers mes photos« 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1562316142-martin-chambi-53

 

 

1562316227-martin-chambi-foto-alta-e1504654099922

 

 

1562316250-melhores-fotografos-martin-chambi-e1504654137130

 

 

1562316270-martin-chambi-oenf-21

 

 

1562316293-389f89c9b2d6286325dbf62b01dbfdd5

1933 – La tristeza del hombre andino Cusco

 

 

1562316342-cri-000000242431

 

 

 

1562316368-cri-000000242432

 

 

 

 

1562316392-cri-000000242434

 

 

1562316413-cri-000000242437

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Algérie d’Antan: Les Portes de Villes

25062019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une porte de ville fait partie des fortifications d’une ville. C’était jusqu’à l’Époque moderne le seul moyen de franchir les remparts entourant la ville. Les tours et les portes avaient pour fonction de protéger le cœur de la ville contre des attaques ennemies.

 

Les portes de ville étaient souvent munies d’un pont-levis permettant de franchir un fossé encerclant la ville. Des herses de bois ou de fer, et de solides portes en chêne apportaient une protection supplémentaire.

 

À la fin du XVIIIe siècle, on a commencé à ériger des portes de ville sans fonction militaire, mais par exemple pour les douanes.

 

Aujourd’hui , beaucoup de portes de ville sont devenues l’emblème de ces villes, et jouent un rôle touristique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remparts et Portes d’Alger

 

Les vieux remparts d’Alger, descendant de la Casbah à la mer, sur une longueur de 750 mètres du côté de Bab-Azzoun, et de 900 mètres du côté de Bab-el-Oued, consistaient en une double et quelquefois une triple muraille bordée de fossés dans certaines parties. Ces murailles couronnées de créneaux , percées de meurtrières et terminées en pyramidions, ont disparu du côté de Bab-Azzoun, dans l’espace compris entre le fort dit Toppanat- el- Beylik, près de l’ancienne porte, et la porte Neuve, et du côté de Bab-el-Oued, entre la Casbah et le lycée ; elles étaient percées de six portes : la porte de la Marine et la porte de la Pêcherie disparues dans le boulevard de la République ; – la porte Neuve, par laquelle l’armée coloniale fit son entrée dans Alger, en 1830, – la porte Sidi Ramdan, ouverte derrière la mosquée du même nom, au N.-O., et démolie avec le rempart ; - la porte d’Azzoun et la porte de l’Oued, démolies. Les deux portes ouvertes dans la Casbah sont de construction française; la porte de France élevée à côté de l’ancienne porte de la Marine a, comme elle, fait place au boulevard de la République.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Algérie d’Antan: Les Portes de Villes  dans Photos 1556956289-803-001-1

Vieil Alger – Porte Bab-El-Oued

 

 

 

 

 

1556956476-sans-titre dans Photos

Porte Bab Azoun

 

 

 

 

 

1556959210-465-001-1

Alger- Rue Porte Neuve

 

 

 

 

 

1557044291-sans-titre

Alger - Porte d’Isly

 

 

 

 

 

1557145816-081-001-1

Alger - Porte de la Casbah

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nouvelles fortifications, qui enveloppent les anciennes dans un circuit de près d’une lieue, mais qui agrandissent la ville du fort de Bab-Azzoun au sommet des Tagarins et de la Casbah, sont percées de cinq portes qui sont : au S.-O. la porte d’Azzoun ou plutôt une percée dans les remparts, à côté du fort Ras-Tafoura, près de la mer, et en dehors de laquelle est le lazaret, servant à cet époque de prison pour les femmes. – Un peu au-dessus, la porte monumentale de Constantine ou d’Isly, et la porte du Sahel, par laquelle passe la route d’Alger à Douéra ; au N.-O. , la porte de l’Oued entre l’arsenal de l’artillerie et les ateliers du génie, et la porte Valée près de la Casbah.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1556709448-porte-tlemcen

Ancienne Porte de Tlemcen

 

 

 

 

 

 

1556710271-porte-d-oran

Tlemcen – Porte d’Oran

 

 

 

 

 

 

1556710496-810-001-1

Tébessa - La Porte de Caracalla

 

 

 

 

 

 

1556783713-702-001-1

Bougie - La Porte Sarrazine

 

 

 

 

 

 

1556783841-778-001-1

Biskra - une porte à Sidi M’Cid

 

 

 

 

 

 

 

1556783998-518-001-1

(Larbaâ Nath Irathen/Tizi Ouzou) FORT NATIONAL Porte de Djurjura

 

 

 

 

 

 

1556784173-655-001-1

Oran - La Porte d’Espagne

 

 

 

 

 

 

1556784305-014-001-1

Sétif - Porte de Bougie

 

 

 

 

 

 

1556784957-669-001-1

Mostaganem - La Porte du Fort de l’Est

 

 

 

 

 

 

1556785311-sans-titre

Sidi-bel-Abbès - Porte D’ Oran

 

 

 

 

 

 

1556785524-071-001-1

Blida - Porte D’Alger

 

 

 

 

 

 

1556785660-524-001-1

Aumale- Porte Bou Saada

 

 

 

 

 

 

1556785775-029-001-1

Fort National- Porte du Djudjura

 

 

 

 

 

 

1556786019-888-001-1

Cherchell - La Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1556786158-909-001-1

Cherchell- Porte de Miliana

 

 

 

 

 

 

1556786272-893-001-1

Medea - La Porte du Nador

 

 

 

 

 

 

1556786371-299-001-1

Mascara - Faubourg et Porte Bab-Ali

 

 

 

 

 

 

1556786527-178-001-1

Aumale - La Porte Sud

 

 

 

 

 

 

1556786630-817-001-1

Ain Salah - Porte Commandant Lambois

 

 

 

 

 

 

1556786865-593-001-1

Bône - Porte Randon

 

 

 

 

 

 

1556788074-417-001-1

Tlemcen - La Porte Boumédine

 

 

 

 

 

 

1556788166-305-001-1

Tebessa - Porte Salomon

 

 

 

 

 

 

1556788590-922-001-1

Laghouat - Porte d’Alger et Avenue Chassaigne

 

 

 

 

 

 

1556788718-485-001-1

1557045020-775-001-1

Medea - la porte de Laghouat

 

 

 

 

 

 

1556788842-sans-titre

Setif - Rue Sillegue et Porte de VOUGIER

 

 

 

 

 

 

1556789013-858-001-1

Blida - Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1556789112-492-001-1

Blida - Porte Bizot

 

 

 

 

 

 

1556789251-838-001-1

Blida - Porte Bab el Sebt

 

 

 

 

 

 

1556862202-294-001-1

Medea - porte de Blida

 

 

 

 

 

 

1556862323-355-001-1

Mascara - La Porte D’Oran et le quartier des chaussures

 

 

 

 

 

 

1556862489-244-001-1

Bone - La Porte Randon

 

 

 

 

 

 

1556862617-737-001-1

Tlemcen - Porte des Carrières

 

 

 

 

 

 

1556862721-596-001-1

Tebessa - Porte de Constantine

 

 

 

 

 

 

1556862819-555-001-1

Saida -Porte de Mascara

 

 

 

1556862933-798-001-1

Medea - Porte de Laghouat

 

 

 

 

 

 

1556863048-762-001-1

Medea - Porte des Jardins

 

 

 

 

 

 

1556863165-749-001-1

Medea - Porte de Lodi

 

 

 

 

 

 

1556863419-017-001-1

1556863418-027-001-1

Laghouat - Porte d’Alger, Jardin Public

 

 

 

 

 

 

1556863569-999-001-1

Laghouat - Porte de la Séguia

 

 

 

 

 

 

1556863776-066-001-1

Biskra - Porte d’Entrée

 

 

 

 

 

 

1556863874-886-001-1

Batna - Porte de Sétif

 

 

 

 

 

 

1556863973-885-001-1

Batna - la Porte de Biskra

 

 

 

 

 

 

1556864075-871-001-1

Batna - l’Avenue de la République et Porte de Sétif

 

 

 

 

 

 

1556864203-506-001-1

Tlemcen - Porte Route de Mansourah

 

 

 

 

 

 

 

1556864337-118-001-1

1556864880-805-001-1

Setif - Rue et porte de Constantine

 

 

 

 

 

 

1556864435-100-001-1

Setif - La porte de Bougie

 

 

 

 

 

 

1556864536-398-001-1

Medea - Porte romaine

 

 

 

 

 

 

1556864654-333-001-1

Mascara - Porte de Mostaganem

 

 

 

 

 

 

 

1556864778-178-001-1

Zenaga - Une Porte de Zenaga

 

 

 

 

 

 

1556864977-781-001-1

Setif - Porte de Biskra

 

 

 

 

 

 

 

1556865215-596-001-1

1556865121-628-001-1

Setif - la Mosquée, la Porte d’Alger et l’Hôtel de Ville

 

 

 

 

 

 

1556865277-317-001-1

Orleansville - Porte de Ténès

 

 

 

 

 

 

1556865858-857-001-1

Miliana - Porte du Zaccar

 

 

 

 

 

 

1556865953-985-001-1

Khanga Sidi Nadji - la Porte Principale

 

 

 

 

 

 

1556866075-739-001-1

El Ateuf, environs de Ghardaïa - Porte de la Ville

 

 

 

 

 

 

1556866182-338-001-1

Bougie - le Chemin de la Porte Fouka

 

 

 

 

 

 

1556866276-531-001-1

Bône - Porte des Cazarins

 

 

 

 

 

 

1556866371-408-001-1

Bône - Porte des Caroubiers

 

 

 

 

 

 

1556866936-404-001-1

Bône - Porte des Karesas

 

 

 

 

 

 

1556867032-165-001-1

Tyout (Ain Sefra) – Entrée de la Porte

 

 

 

 

 

 

1556867135-164-001-1

Tyout (Ain Sefra) – Sortie de la Porte

 

 

 

 

 

 

1556867236-134-001-1

Tolga - Une porte

 

 

 

 

 

 

1556867337-016-001-1

Sidi Okba - La porte du village

 

 

1556867498-626-001-1

Djelfa - Porte de Laghouat

 

 

 

 

 

 

1556867575-535-001-1

Dellys - Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1556867679-562-001-1

1556867777-548-001-1

Guelma - Porte hackett

 

 

 

 

 

 

1556868658-360-001-1

Ghardaia - La porte des forgerons

 

 

 

 

 

 

1556868768-995-001-1

Philippeville - La poste la Douane et la porte de Stora

 

 

 

 

 

 

1556868970-945-001-1

1556868881-971-001-1

Philippeville - La porte de Constantine

 

 

 

 

 

 

 

1556872258-567-001-1

Alger - Porte de Telemly

 

 

 

 

 

 

 

1556872363-529-001-1

Mostaganem - Porte des Medjers

 

 

 

 

 

 

 

1556872498-527-001-1

Mostaganem - Fontaine de la porte de Mascara – arabes en prière

 

 

 

 

 

 

1556872614-334-001-1

Mascara - Porte de Lagoub

 

 

 

 

 

 

 

1556872736-332-001-1

Mascara - Porte de Bab-ali

 

 

 

 

 

 

1556872909-123-001-1

Fort-National - Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1556873294-882-001-1

1556873406-878-001-1

Aumale - La porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

 

1556873579-620-001-1

Medea - porte romaine

 

 

 

 

 

 

 

1556873672-676-001-1

Guerrara M’Zab - la Porte d’Entrée du Village Mozabite

 

 

 

 

 

 

 

1556873784-801-001-1

Bougie - Porte du Fort Ab del Kader

 

 

 

 

 

 

 

1556874025-213-001-1

Bougie - Bejaia - Porte Fouka

 

 

 

 

 

 

 

1556874148-119-001-1

Sétif - La Porte d’Aumale

 

 

 

 

 

 

 

1556874266-945-001-1

Medea - Porte du Marabout Sidi Saraouich

 

 

 

 

 

 

 

1556874465-945-001-1

El Kantara - La Porte d’Or

 

 

 

 

 

 

 

1556874597-455-001-1

Cherchell - Porte de Ténès, sortie de la ville

 

 

 

 

 

 

 

1556874764-783-001-1

Adrar - Porte de Reggan

 

 

 

 

 

 

1556950844-900-001-1

Bone - La Porte des Karesas

 

 

 

 

 

 

1556951479-sans-titre

Mascara - Porte d´ Oran

 

 

 

 

 

 

1556951673-370-001-1

Sidi-Bel-Abbes - La Porte d’Oran

 

 

 

 

 

 

1556951861-645-001-1

Mila - porte Romaine

 

 

 

 

 

 

1556952046-640-001-1

Biskra. Sidi-Okba - Porte d’entrée

 

 

 

 

 

 

1556952238-789-001-1

Bougie (Bejaia) – Près la Porte Fouka

1556952370-058-001-1

Mostaganem - Porte de la ville

1556953597-736-001-1

Mostaganem - La Porte de Mascara

 

 

 

 

 

 

1556953762-214-001-1

Tiaret - La Porte de la Redoute

1556954599-169-001-1

Sidi-Ferruch - La Porte du Fort

 

 

 

 

 

 

1556956565-661-001-1

Oran - Porte d’entrée

 

 

 

 

 

 

1556956907-426-001-1

Tebessa - La Porte de Constantine

 

 

 

 

 

 

1556957189-439-001-1

Batna - Porte de Constantine

 

 

 

 

 

 

1556957368-962-001-1

Aumale - La Porte de Médéa

 

 

 

 

 

 

1556957480-584-001-1

Orleansville - Ancienne Porte de Ténès

 

 

 

 

 

 

1556957658-182-001-1

1556961011-025-001-1

Arzew - La Porte de Mostaganem

 

 

 

 

 

 

1556958736-145-001-1

Cherchell - Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1556958933-882-001-1

Dra-El-Mizan - Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1556959074-957-001-1

Tebessa - Porte de l’Horloge et cours Léca

 

 

 

 

 

 

1556959631-957-001-1

Medea - Vue sur Le Monument aux Morts et La Porte de Sodi

 

 

 

 

 

 

1556959856-078-001-1

Ouargla - Porte de Ghardaia

 

 

 

 

 

 

1556959997-548-001-1

1556960910-752-001-1

Fort National - Porte d’Alger sous la neige

 

 

 

 

 

 

1556960104-564-001-1

Tébessa - La Porte Constantine

 

 

 

 

 

 

1556960220-482-001-1

Beni-Abbès - Porte d´entrée

 

 

 

 

 

 

1556960504-617-001-1

Mascara - Porte de Tiaret

 

 

 

 

 

 

1556960653-085-001-1

Ain Safra - Porte de Djenien Bou-Resg

 

 

 

 

 

 

1556960826-622-001-2

El- Hadjeb (Biskra) – Porte Lory

 

 

 

 

 

 

1556961247-679-001-1

Adrar - Porte de Colomb Bechar

 

 

 

 

 

 

1556961765-007-001-1

In Salah - Avenue du Capitaine Pein et Porte D´Aoulef

 

 

 

 

 

 

1556961962-774-001-1

Djelfa - Porte de Bou Saada

 

 

 

 

 

 

1556976055-626-001-1

Tiaret - Porte de Mascara

 

 

 

 

 

 

1556976190-148-001-1

Blida - Porte Bab El Rabba

 

 

 

 

 

 

1556976283-938-001-1

Tiout - Entrée de la porte principale

 

 

 

 

 

 

1557043963-594-001-1

Oran - La Porte de Tlemcen

 

 

 

 

 

 

1557044509-975-001-1

Tlemcen - La porte de Méchouar

 

 

 

 

 

 

1557044636-389-001-1

Laghouat - Porte de la Seguia

 

 

 

 

 

 

1557045285-857-001-1

Tlemcen Rue et Porte de Mascara

 

 

 

 

 

 

1557045398-486-001-1

Sidi Bel Abbes - La porte de dava

 

 

 

 

 

 

1557045568-581-001-1

Djelfa - Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1557045663-986-001-1

Tébessa - La porte d’entrée de la ville

 

 

 

 

 

 

1557045790-893-001-1

Cherchell la porte d’entrée de la ville

 

 

 

 

 

 

1557046051-610-001-1

Sidi Bel Abbes - Porte de Mascara

 

 

 

 

 

 

1557046195-457-001-1

1557047607-334-001-1

Saida - Porte Redoute

 

 

 

 

 

 

1557046828-369-001-1

Medea - Porte de la Citadelle

 

 

 

 

 

 

1557046938-460-001-1

Medea - Marabout et Porte Saharaoui

 

 

 

 

 

 

1557047053-224-001-1

Adrar - La mosquée Fougaras et porte de Colomb-Béchar

 

 

 

 

 

 

1557047553-213-001-1

Oran - Porte du Santon

 

 

 

 

 

 

1557047966-070-001-1

1557047965-955-001-1

Sidi Bel-Abbes - Porte de Tlemcen

 

 

 

 

 

 

1557048114-021-001-1

Arzew - Porte D’Oran

 

 

 

 

 

 

1557048354-889-001-1

Adrar - La Porte de Timimoun

 

 

 

 

 

 

1557048480-858-001-1

Batna - Porte du Camp

 

 

 

 

 

 

1557048569-014-001-1

Sidi Bel Abbes - Porte de Daga

 

 

 

 

 

 

1557048687-129-001-1

Guelma - La Nouvelle Porte de Bône

 

 

 

 

 

 

1557049029-949-001-1

Miliana - La Porte d’Orléansville

 

 

 

 

 

 

1557049114-687-001-1

Sétif - Mariage Arabe prés de la Porte d’Alger

 

 

 

 

 

 

1557049277-143-001-1

Beni Ounif - Porte d’entrée du camp d’El Ardja

 

 

 

 

 

 

1557049511-216-001-1

Philippeville - Le Port des bateaux pêcheurs et la Porte de Stora

 

 

 

 

 

 

1557049622-293-001-1

Guelma - Porte de Constantine et vue générale

 

 

 

 

 

1557144165-523-001-1

1557061190-277-001-1

Bône - La Porte du Fort de la Cigogne et l’Hôpital Militaire

 

 

 

 

 

 

1557061385-257-001-1

Adrar - Porte de Boubernous 1961

 

 

 

 

 

 

1557061652-999-001-1

Setif - Les Bains Romains et la Porte de Bougie

 

 

 

 

 

 

1557061921-779-001-1

Adrar - Porte Sud

 

 

 

 

 

 

1557062071-638-001-1

Mascara - Vue générale prise de la gare et Porte D’Entrée

 

 

 

 

 

 

1557062470-702-001-1

1557063085-007-001-1

Ouargla - La Porte Carbillet

 

 

 

 

 

 

1557062565-236-001-1

1557063170-762-001-1

Nemours - Caserne et Porte de Nedromah

 

 

 

 

 

 

1557062666-085-001-1

Nemours - Entrée de la Ville, Porte Ouest

 

 

 

 

 

 

1557062826-127-001-1

Oran - Porte du Château Neuf

 

 

 

 

 

 

1557062931-900-001-1

Guelma - une porte

 

 

 

 

 

 

1557063327-297-001-1

Medea - Porte des Arcades Romaines

 

 

 

 

 

 

1557063603-435-001-1

Orleansville (Chlef) – Porte de la Pépinière

 

 

 

 

 

1557063842-838-001-1

Nemours - La Porte Touente et le Lavoir

 

 

 

 

 

 

1557064072-011-001-1

Laghouat - La porte Bab-El-Oued

 

 

 

 

 

 

1557064180-875-001-1

Médéa -Porte des Aqueducs

 

 

 

 

 

 

1557064333-525-001-1

Tebessa - La Porte de la Casbah – Soldat sentinelle animation

 

 

 

 

 

 

1557064627-310-001-1

Jemmapes - La Rue Négrier, Porte de Bône

 

 

 

 

 

 

1557064899-927-001-1

Philippeville - Porte Stora

 

 

 

 

 

 

1557144451-026-001-1

Tebessa - Porte de Souk Ahrras

 

 

 

 

 

 

1557144597-sans-titre

El Kantara (Biskra) – Porte du Village

 

 

 

 

 

 

1557145175-093-001-1

Oran - La Porte des Planteurs

 

 

 

 

 

 

1557145405-676-001-1

1557145597-244-001-1

Biskra - Porte du Desert ou D’Or, Gorges D’ El-Kantara

1557145716-948-001-1

Tiaret - Porte du Camp Baraqui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portes de Constantine

 

 

 

Cette ville, presque entièrement entourée de rochers, a la forme d’un ovale allongé dans la partie qui est tournée vers le sud-ouest. Dans cet espace long de 5 à 600 mètres, il y a trois portes; celle de l’ouest se trouve à l’angle saillant, sur le point le plus élevé du contrefort, et où les rochers cessent d’être continus et de former une enceinte naturelle. On nomme cette porte Bab el Djedid; le chemin d’Alger y aboutit. Celle du centre s’appelle Bab el Oued, ou de la Rachba : elle conduit vers le sud, et peut faire gagner par un embranchement le chemin d’Alger, dit du Garb. La troisième porte, nommée el Djabia (et el Geaori), communique avec la rivière el Rumel; elle est dominée par la porte et le rempart Bab el Oued.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1556783343-525-001-1

Constantine- Porte du Pont El Kantara

 

 

 

 

 

 

1556788298-139-001-1

Constantine - Pont et porte El Kantara

 

 

 

 

 

 

 

1556955994-784-001-1

Constantine – Vue de la Porte Djabia

 

 

 

 

 

 

1556956786-840-001-1

Constantine - La Porte de La Casbah

 

 

 

 

 

 

1556961396-350-001-1

Constantine – Porte Bab El Djabia

 

 

 

 

 

 

1557046475-sans-titre

Constantine – Théâtre et porte Djébiah

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces trois portes sont réunies par une muraille antique haute de 30 pieds, souvent sans fossé ; entre ces portes sont des batteries élevées, armées de quelques canons pour battre les approches de la ville. En avant de ces portes, il y a, sur le contrefort qui se lie au Coudiat Aty, un faubourg peu étendu (comme celui de Babazoun), habité par des artisans et des marchandes. On y tient les marchés de certaines productions, les autres denrées se vendent en ville. Au-delà du faubourg, sont diverses habitations, une mosquée, des foudoucks et les vastes écuries du bey; on y voit beaucoup de ruines antiques, des jardins entourés de haies ou de petits murs, beaucoup de tombeaux et quelques santoas.

 

 

 

Le reste de l’enceinte est formé par des murailles antiques, peu solides et sans terrassement. Des maisons sont adossées quelquefois contre ces murs, qui, élevés sur des rochers à pic, présentent une bonne défense.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Sérail Ottoman au XVIIIe siècle

20052019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Costumes Turcs de la cour et de la ville de Constantinople en 1720 peintes en Turquie par un artiste Turc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Sérail Ottoman au XVIIIe siècle  dans Photos 1551346242-ahmediii

Le grand seigneur [Ahmed III], avec son porte épée et son porte manteau

 

 

 

 

 

 

 

1551346403-pages dans Photos 

Pages de la première chambre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551346594-f12-1

Figures de musiciennes turques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551346758-f13-1 

Sultane avec ses serviteurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551346928-f16-1

Kazi-asker, ou président de guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347020-f17-1 

Mufti, ou chef de la loi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347155-f20-1 

Le grand vizir 

 

 

 

 

 

 

 

1551347251-f21-1 

Le Tchaouch-bachi, ou chef des huissiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347375-f24-1 

[Bostangi]-bachi ou chef des jardiniers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347496-f25-1 

Dolaptchi, ou fontainier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347612-f28-1

Kizlar-Agasi [eunuque noir], ou surintendant des filles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347721-f29-1

Écrivain [du surintendant des filles]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347824-f32-1 

Capidgilar-kiayassi, ou introducteur du [grand seigneur]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551347920-f33-1 

Portier

 

 

 

 

 

 

 

1551348060-f36-1 

Tulbend-agasi, ou Porte-turban

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348152-f37-1

Seray-agasi, ou chef des eunuques blancs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348248-f40-1 

Itch-hazinedari, ou trésorier du sérail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348347-f41-1

[Itch-oghlan], ou pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348438-f44-1 

Ibriktar, ou Porte-[aiguière]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348548-f45-1

Zuluflu-baltadgi, ou valet de pied

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348655-f48-1

Tchetri-humayoun, ou Porte-parasol 

 

 

 

 

 

 

 

1551348764-f49-1

[Dogangi], ou fauconnier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348879-f52-1 

Lieutenant du [Bostangi]-bachi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551348970-f53-1 

Adgemi-oglani, ou ceux qui fendent du bois et bêchent la terre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349093-f56-1

Janissaire

 

 

 

 

 

 

 

1551349188-f57-1

Cuisinier des janissaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349294-f60-1 

Khalaik, ou esclave allant par les rues avec sa [maîtresse]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349379-f61-1

Sokak ghezen auret, ou femme turque allant par les rues

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349473-f64-1

Vreke-ichleyen, ou fileuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349561-f65-1 

Nakich-ichleyen, ou brodeuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349652-f68-1

Kuilu roum, ou [paysan] grec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349729-f69-1 

Kuilu roum aureti, ou [paysanne] grecque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349830-f72-1

Roum papazi, ou papas grec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551349912-f73-1 

Roum patrighi, ou patriarche grec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350001-f76-1 

Ychoudi, ou Juif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350094-f77-1

Ychoudi karisi, ou femme juive

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350182-f80-1 

Ermeni patrighi, ou patriarche arménien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350279-f81-1 

Bir ermeni karisi ile, ou arménien avec sa femme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350376-f84-1

Ghentch mussulman, ou jeune turc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350705-f85-1 

Mussulman kizi, ou jeune turque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350794-f88-1

Bektachi dervich, ou [derviche] voyageant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350875-f89-1

Mevlevi dervichi, ou [derviche tourneur]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551350985-f92-1 

Ermeni karisi, ou femme arménienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551351069-f93-1 

Badnadgi, ou arménien qui blanchit les murailles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551351161-f96-1 

Hamal, ou [porteur]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551351270-f97-1 

Saka, ou porteur d’eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551351435-f100-1

Achtchi, ou cuisinier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551351519-f101-1 

Achtchi-bachi, ou chef des cuisiniers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1551351710-f104-1 

[Mosquée de Soliman le Magnifique]

 

  

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

  

 

 

  

 

 

 

 

  

 

 

  

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45