Les plus belles photos du concours Photographe Nature de l’Année 2017

7112017

 

 

 

 

 

 

Pour la 53ème année consécutive, le Musée d’Histoire Naturelle de Londres organise le concours du Photographe Nature de l’Année. Les photos finalistes du concours le sont dès maintenant dans ce magnifique diaporama ! Prêts à en avoir plein les yeux ?

Les finalistes du concours Photographe Nature de l’Année 2017

 

 

 

  

 

 Les plus belles photos du concours Photographe Nature de l’Année 2017 dans Photos 1507116193-ecureuil

© Mats Andersson / 2017 Wildlife Photographe of the Year

Cet écureuil roux incarne l’esprit de l’hiver. Un matin de février, cet écureuil ferme les yeux, à la recherche de repos entre deux épisodes effrénés de recherche de nourriture.

 

 

 

 

 

1507116609-meduse dans Photos

© Andrey Narchuk/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Le ballet des sea angels : Ces invertébrés sont à la fois mâles et femelles. Sur cette photo, ils s’apprêtent à s’insérer mutuellement leurs organes reproducteurs afin de s’auto-reproduire.

 

 

 

 

 

1507116993-renard

© Sergey Gorshkov/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Portraits animaux : le renard arctique. Affamé porte fièrement son trophée, volé dans un nid d’oies sauvages. Il cherche un endroit plus sûr pour dévorer son festin.

 

 

 

 

 

1507117018-aigle

© Klaus Nigge/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Portraits animaux : Ce pygargue à tête blanche s’est fait tremper jusqu’aux os après plusieurs jours de pluie. Son expression sévère est renforcée par l’objectif du photographe et par la lumière blanche des jours de pluie.

 

 

 

 

 

1507117775-poisson-clown

© Qing Lin/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Cette photo montre bien les petits habitants (poissons-clown*) qui squattent à l’intérieur des poissons – qui eux-mêmes squattent les tentacules de l’anémone de mer.

 

*: Chaque poisson-clown a une paire d’yeux supplémentaires à l’intérieur de sa bouche : ceux d’un parasite qui entre dans le poisson et attache ses pattes à la base de la langue du poisson-clown.

 

 

 

 

 

1507118162-phoques

© Laurent Ballesta/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Une femelle phoque fait découvrir à son bébé les joies de la nage en eau glacée. Le duo glisse sans effort entre les couches de glace de l’Antarctique.

 

 

 

 

 

1507118427-photo-nature

© Jack Dykinga/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Ces cactus saguaro sont emblématiques du désert de l’Arizona. Les racines du cactus forment un labyrinthe juste au-dessous de la surface du sol, qui absorbent la précieuse eau de pluie. Les cactus sont résistants à la sécheresse mais pas au gel : ses branches peuvent geler et se craqueler.

 

 

 

 

 

1507118644-ours

© Ashleigh Scully/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Câlin d’ours: Cette femelle ours brun souhaite profiter de la marée basse pour pêcher des palourdes, mais son jeune ourson ne l’entend pas de cette oreille et veut en profiter pour jouer.

 

 

 

 

 

1507118839-tigre

© Steve Winter/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Un tigre pris au piège: Les pattes arrière de ce bébé tigre de Sumatra ont tellement été abîmées par un piège qu’il a du être amputé. Le piège a été mis en place par des planteurs de palmier à huile sur l’île de Sumatra, en Indonésie.

 

 

 

 

 

1507118979-hippocampe

© Justin Hofman/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Ce cliché a également été pris en Indonésie, au large de l’île de Sumbawa. Le jeune hippocampe a pris pour radeau un coton-tige rejeté dans l’océan. Les cotons-tiges en plastique sont l’un des déchets aquatiques les plus fréquents et difficiles à éliminer.

 

 

 

 

 

1507119148-quetzal

© Tyohar Kastiel/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Cette photo a été prise dans la forêt de San Gerardo de Dota au Costa Rica. Le photographe a observé le couple de quetzals pendant plus d’une semaine alors qu’ils apportaient des fruits à leurs oisillons. Les quetzals nichent d’habitude dans la forêt profonde, mais ce couple a choisi un arbre dans une partie plus dégagée de la forêt. Ce qui a permis à Tyohar de profiter de la lumière pour capter les couleurs irisées du mâle quetzal.

 

 

 

 

 

1507119333-lynx

© Laura Albiac Vilas/2017 Wildlife Photographer of the Year

 Laura Albiac a sillonné la Sierra de Andujar en Espagne à la recherche des lynx, et a eu la chance de tomber sur un couple dès le deuxième jour. Les lynx se reposaient au bord d’une route.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Aurès, Algérie, 1935-1936, photographies de Thérèse Rivière

22092017

 

 

 

Dans les années 1930 une enquête sur l’Aurès, financée par l’International African Institute de Londres et confiée à Thérèse Rivière, élève de Marcel Mauss et sœur de G. -H. Rivière, le fondateur du Musée des arts et traditions populaires. Celle-ci séjourna sur son terrain de recherche de 1934 à 1936 et en rapporta, outre plusieurs centaines d’objets qui allèrent enrichir le Musée de l’homme, une collection de photographies et quelques textes dont l’un, consacré à l’« habitation chez les Ouled Abderrahman » et publié à l’origine dans la revue Africa (1938).

 

 

 

 

Aurès, Algérie, 1935-1936, photographies de Thérèse Rivière dans Photos 1504608857-16-572724

Thérèse Rivière chez les Ouled Abderrahman

 

 

 

 

Les photographies sont groupées en dix sections : paysages, portraits; terroirs, canaux, jeux de printemps; semailles, fertilité, récoltes; ruchers, moulins; nourritures; travail de la laine; tissages; travail du bois, vanneries; fêtes des hommes; fêtes des saints. Les légendes qui les accompagnent ont été rédigées par Thérèse Rivière à l’occasion d’une exposition qui se déroula à Paris en 1943.

 

 

 

 

 

 

1504608958-16-572720 dans Photos

Une femme va à la source. Septembre 1937, Monts Aurès, Population Ouled Mansour.

Mission Thérèse Rivière et Germaine Tillion dans les Aurès Décembre 1934-1937

 

 

 

 

 

1504678073-182269-le-gardien-du-grenier-collectif-et-de-l-oasis

Le gardien du grenier collectif et de l’oasis, 17 septembre 1935, Aurès, douar Tadjmout, Rhanime. Ouled Abderrahman

 

 

 

 

 

 

1504678189-183208-les-gorges-de-m-chounech

Les gorges de M’chounech, 7 mai 1936

 

 

 

 

 

 

1504678292-182698-bain-des-garcons

Bain des garçons, 14 juillet 1936, Douar. Menaa

 

 

 

 

 

 

1504678411-119088-guelaa-citadelle-de-kebach-photo-inedite

Guelaa (citadelle) de Kebach, 02 juin 1935

 

 

 

 

 

 

1504678507-182281-titre-d-origine-foret-du-djebel-mezbel-douar-tadjemout-aures

Forêt du djebel mezbel (douar tadjemout)

 

 

 

 

 

 

1504678587-182126-terres-irriguees-a-oulja-el-khadra

Terres irriguées a Oulja El Khadra, Paysage de cultures du lieu de résidence de l’ancien Caïd TAHRAOUI Laaroussi, du Douar de Tadjmout

 

 

 

 

 

 

1504677077-16-572731

Marché annuel. Tiskifine. Chaouia. Fin du marché. Après midi du 26 août 1936.

 

 

 

 

1504677154-16-572727

Fête de mariage (Ferradji Mohamed). Parade des hommes alternent avec danses des femmes.
5 Juillet 1936, département de Biskra, Douar Tadjmout, 

 

 

 

 

 

 

1504677245-16-572730

Mariage Zelmat Zohra. Une parente et sa mère en costume de fête. 5 Novembre 1936, département de Biskra, Douar Menaa, village d’Amentane, 

 

 

 

 

 

1504677332-16-572728

Jambières tricotées en laine blanche portées par les hommes. Sandales en vieux pneu. 17 Août 1935, département de Biskra, Douar Tadjmout, 

 

 

 

 

 

 

1504677428-16-572729

Femme portant une outre. Monts Aurès

 

 

 

 

 

 

1504677504-16-572732

Pèlerinage du djebel Bous : Les msmda chantent et tournent en cercle sur la terrasse d’une maison. 26 Août 1936

 

 

 

 

 

 

1504677580-16-572735

Récolte des dattes : Tri des dattes sur les terrasses des maisons. D. Menaa, 2 Novembre 1936

 

 

 

 

 

 

1504677684-16-572733

Bébé emmailloté : garçon. D. Menaa, 4 Décembre 1936

 

 

 

 

 

 

1504677766-16-572734

Mariage Saddok-Rhamsa : Après le repas les danses sont données sur la terrasse de la maison du fiancé. D. Menaa, 4 Octobre 1936

 

 

 

 

 

 

1504677838-16-572726

Djebabri Mohamed ben Mohamed joue de la flûte de roseau. Juillet 1935, Prise de vue réalisée dans le département de Biskra, Douar Tadjmout, population Ouled Abderrahman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




L’Égypte 1870 : Vues photographiques ©Léon & Lévy

1062017

 

 

 

 

 

L'Égypte 1870 : Vues photographiques ©Léon & Lévy dans Photos 1494242658-sans-titre

Alexandrie. Aiguille de Cléopâtre

 

 

 

 

 

1494242837-la-place dans Photos

Alexandrie. Place des Conseils

 

 

 

 

 

1494242988-arbre

Héliopolis. Arbre de la Vierge

 

 

 

 

 

1494243177-ss

Héliopolis. Obélisque

 

 

 

 

 

1494243297-barrage

Vue générale du barrage du Nil

 

 

 

 

 

1494339194-mosquee

Vue générale

1494244058-mosquee

Intérieur de la mosquée

Caire. Mosquée d’Hassan

 

 

 

 

 

 

1494339403-sans-titre

Vue générale

 

1494244198-coupole

La Coupole

 

1494244360-minaret

Le Minarets

 

Caire. Mosquée d’El Barkouk

 

 

 

 

 

1494244483-fontaine

Caire. Fontaine des Ablutions

 

 

 

 

1494245051-vue-generale

1494244620-tombeau

1494244732-tombeau

1494244843-tombeaux

1494244955-tombeaux

1494245256-tombeaux

1494323226-tombeaux

1494323324-sans-titre

Caire. Tombeaux des Khalifes

 

 

 

 

 

1494245377-caire

Panorama du Caire

 

 

 

 

 

1494322989-citadelle

1494323105-sans-titre

La Citadelle du Caire

 

 

 

 

 

 

1494339701-fontaine

Caire. Fontaine de la mosquée de Touloun

 

 

 

 

 

1494339971-sans-titre

Caire. Détails de la mosquée de Touloun

 

 

 

 

 

1494340240-sans-titre1

Caire. Fontaine des Ablutions

 

 

 

 

 

1494340873-chobra

Caire. Avenue de Choubra

 

 

 

 

 

1494342248-palais

1494342452-sans-titre

Choubra. Palais de Mehmet Ali

 

 

 

1494343464-gizeh

1494356545-sans-titre1

1494500766-interieur

Caire. Palais d’El Ghezireh

 

 

 

 

 

1494500890-kiosque

Caire. Kiosque dans le parc de Ghezireh

 

 

 

 

 

1494501003-pyramide

Caire. Sphinx et pyramide de Chéops

 

 

 

 

 

1494501230-pyramides

Caire. Sphinx et pyramide de Chephren

 

 

 

 

 

1494501332-pyramide

Caire. Sycomores et pyramide de Chéops

 

 

 

 

1494501467-grand

Caire. Grand pyramide de Sakkarah

 

 

 

 

 

1494502549-vue

Caire. Vue de la route nouvelle

 

 

 

 

 

1494502657-ensemble

Caire. Ensemble des Pyramides

 

 

 

 

 

1494502776-statue

Statue colossale de Sésostris à Memphis

 

 

 

 

 

1494502875-siout

Siout

 

 

 

 

 

1494503026-temple

Ensemble du Temple d’Abydos

 

 

 

 

 

1494503114-temple1

Temple de Dendérah

 

 

 

 

 

1494503224-louqsor

Louqsor. Pylônes et Obélisque du Gd. Temple

 

 

 

 

 

1494503359-colosse

Louqsor. Colosses du Grand Temple

 

 

 

 

 

1494503441-vue-d-ensemble

Louqsor. Vue d’ensemble

 

 

 

 

 

1494503541-temple

Temple à Louqsor

 

 

 

 

 

1494503635-karnak

Karnak. Avenue des Béliers

 

 

 

 

 

1494503798-karnak

Karnak. Pylônes des anciens Temples

 

 

 

 

 

1494503891-le-lac

Le Lac à Karnak

 

 

 

 

 

1494504344-karnak

Ensemble de Karnak

 

 

 

 

 

1494504644-vue

Karnak. Vue prise de la Salle des Granits

 

 

 

 

 

1494504770-sans-titre

Karnak. Avenue centrale de la Salle hypostile

 

 

 

 

 

1494504866-obelisques

Karnak. Ensemble des Obélisques

 

 

 

 

 

1494505012-grande-salle

Karnak. Grande salle des colonnes

 

 

 

 

 

1494505068-abou

Temple et palais de Médinet Abou

 

 

 

 

 

1494505239-porte

Porte d’entrée du Temple de Médinet Abou

 

 

 

 

 

1494505249-temple

1494505352-temple1

Temple de Médinet Abou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Première guerre mondiale (1914 – 1918) : Scènes du front, Champagne et Balkans

22042017

 

 

 

 

Première guerre mondiale (1914 - 1918) : Scènes du front, Champagne et Balkans dans Photos 1490858223-ph1

 

 

 

1490858357-ph2 dans Photos

 

 

 

1490858622-ph3

 

 

 

1490858624-ph4

 

 

 

1490858842-ph5

 

 

 

1490858845-ph6

 

 

 

1490859187-ph7

 

 

 

1490859187-ph8

 

 

 

1490859406-ph9

 

 

 

1490859501-ph10

 

 

 

1490859599-ph11

 

 

 

1490859822-ph12

 

 

 

1490859893-ph13

 

 

 

1490859994-ph14

 

 

 

1490862160-ph15

 

 

 

1490860297-ph16

 

 

 

1490860410-ph17

 

 

 

1490860583-ph18

 

 

 

1490860699-ph19

 

 

 

1490860698-ph20

 

 

 

1490861046-ph21

 

 

 

1490861835-ph22

 

 

 

1490861944-ph23

 

 

 

1490862041-ph24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Edward S. Curtis le photographe des Amérindiens par excellence

13032017

 

 

 

 

Edward Sheriff Curtis Edward SCurtis (1868-1952), l’un des grands spécialistes américains des Indiens d’Amérique du Nord, a été à la fois un ethnologue, un photographe et un cinéaste.

 

La première image des Amérindiens en photographie, issue des portraits ethnographiques, s’est lancée immédiatement dans le concept de la Vanishing Race. Ce dernier terme n’a été inventé que bien plus tard, d’après le titre d’un cliché d’Edward S. Curtis (1900), mais il ne fait que mettre en exergue un point culminant de l’imagerie « indienne » qui s’était multipliée depuis les années 1880.

La première galerie de portraits ethnographiques avait été constituée dans l’idée que les Indiens de l’Ouest étaient en train de disparaître rapidement. Cette idée née au moment de l’arpentage de l’Ouest a trouvé un écho très fort dans un public de plus en plus large. Lorsque les grandes lignes de chemin de fer permettent un accès massif à l’Ouest canadien et américain, le chemin de fer devient un « canal de visualisation » qui révèle un monde primitif destiné à disparaître.

Pendant plus de trente ans, il a parcouru l’Amérique du Nord de long en large pour essayer d’immortaliser, par les mots et l’image, le mode de vie traditionnel de ses habitants indigènes en voie de disparition. Il s’est consacré avec une passion sans relâche à cette tâche devenue l’œuvre de toute une vie, couronnée par la publication de son encyclopédie: Les Indiens d’Amérique du Nord. Cette œuvre monumentale comporte vingt volumes de textes et autant de portfolios comprenant plus de 2000 illustrations. L’œuvre de Curtis, inégalée à ce jour, a sans aucun doute, plus qu’aucune autre, profondément conditionné notre manière de percevoir les Indiens d’Amérique du Nord. Cet ouvrage permet d’apprécier les plus belles photos de Curtis en proposant un tableau fascinant de sa propre vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edward S. Curtis le photographe des Amérindiens par excellence dans Photos 40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-1

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-2 dans Photos

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-3

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-4

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-5

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-6

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-7

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-8

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-9

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-10

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-11

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-12

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-13

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-14

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-15

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-16

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-17

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-18

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-19

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-20

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-21

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-22

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-23

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-24

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-25

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-26

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-27

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-28

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-29

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-30

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-31

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-32

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-33

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-34

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-35

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-36

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-37

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-38

 

 

 

 

40-portraits-d-amerindiens-du-debut-du-20eme-siecle-par-Edward-S-Curtis-39

 

 

 

 

Les-Am%C3%A9rindiens-Edwards-S-Curtis-09

 

 

 

 

Les-Am%C3%A9rindiens-Edwards-S-Curtis-05

 

 

 

 

indiens-apaches-edward-curtis

 

 

 

 

indiens-photogravure-edward-curtis

 

 

 

 

photographie-indien-amerique

 

 

 

 

amerique-indien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




La Fantasia Algérienne

28012017

 

 

 

 

Le grand sport arabe, celui qui réunit à la fois les attraits de l’équitation, de la chasse et de la guerre, c’est la fantasia.

Devenue rare, à nos jours, mais toujours organisée du côté de Tiaret, la Fantasia est un spectacle au cours duquel des cavaliers, vêtus de leurs plus beaux atours, mènent une charge héroïque, montés sur leurs fidèles destriers (eux-mêmes parés de harnais somptueux et de décoration multicolores), accompagnées des youyous des femmes de l’assistance et de l’odeur de poudre que répandent les moukhlas, ces longs fusils incrustés de pierreries qu’on tire vers le ciel (baroud).  

 

 

 

 

Nul n’a su dépeindre la fantasia  mieux que Fromentin dans les pages suivantes :

« Le premier départ fut magnifique; douze ou quinze cavaliers s’élançaient en ligne. C’étaient des hommes et des chevaux d’élite. Les chevaux avaient leurs harnais de parade; les hommes étaient en tenue de fête, c’est-à-dire en tenue de combat: culottes flottantes, haïks roulés en écharpes, ceinturons garnis de cartouches et bouclés très haut sur des gilets sans manches, de couleur éclatante. Partis ensemble ils arrivaient de front, chose assez rare pour des Arabes, serrés botte à botte, étrier contre étrier, droits sur la selle, les bras tendus, la bride au vent, poussant de grands cris, faisant de grands gestes, mais dans un aplomb si parfait, que la plupart portaient leurs fusils posés en équilibre sur leur coiffure en forme de turban, et de leurs deux mains libres manœuvraient soit des pistolets, soit des sabres. A dix pas de nous, et par un mouvement qui ne peut se décrire, tous les fusils voltigèrent au-dessus des têtes; une seconde après, chaque homme était immobile et nous tenait en joue. Le soleil étincela sur des armes, sur des baudriers, sur des orfèvreries; on vit, dans un miroitement rapide, briller des étoffes des selles brodées, des étriers et des brides d’or; ils passèrent comme la foudre, en faisant une décharge générale qui nous couvrit de poudre et les enveloppa de fumée blanche. Les femmes applaudirent. Un second peloton les suivait de si près, que les fumées des armes se confondirent, et que la seconde décharge répéta la première, comme un écho presque instantané. Un troisième accourait sur leurs traces, dans un nouveau tourbillon de poussière, et tous les fusils abattus vers la terre. Il était conduit par le nègre Kaddour, un cavalier accompli, célèbre dans la plaine où sa jument grise a fait des miracles. Cette jument est un petit animal efflanqué, très souple et fluet, couleur de souris, complètement rasé, sans crinière et dont la queue tondue ressemble au fouet des chiens courants. Des argenteries fanées, des grelots, des amulettes. une multitude de chaînettes pendantes, la décoraient d’une sorte de parure originale pleine de bruissements et d’étincelles. Kaddour était en veste écarlate, en pantalon de couleur pourpre. Il portait deux fusils, l’un sur la tête, l’autre dans la main gauche; dans la droite il avait un pistolet dont il fit feu; puis il fit feu de ses deux fusils, l’un après l’autre, en les changeant de main, les lança comme un jongleur fait de deux cannes, et disparut étendu sur le cou de sa bête, son menton touchant la crinière.
 La mousqueterie ne cessa plus. Coup sur coup, sans relâche, des cavaliers se succédèrent à travers un rideau de poussière et de poudre enflammée, et les femmes, qui continuèrent de battre des mains et de pousser des glapissements bizarres, purent respirer pendant une heure l’ardente atmosphère d’un champ de bataille. Imagine ce qui ne pourra jamais revivre dans ces notes, où la forme est froide, où la phrase est lente; imagine ce qu’il y a de plus impétueux dans le désordre, de plus insaisissable dans la vitesse, de plus rayonnant dans des couleurs crues frappées de soleil. Figure-toi le scintillement, des armes. le pétillement de la lumière sur tous ces groupes en mouvement, les haïks dénoués par la course, les frissonnements du vent dans les étoffes, l’éclat, fugitif comme l’éclair, de tant de choses brillantes, des rouges vifs, des orangés pareils à du feu, des blancs froids qu’inondaient les gris du ciel; les selles de velours, les selles d’or, les pompons aux têtières des chevaux, les œillères criblées de broderies, les plastrons, les brides, les mors trempés de sueur ou ruisselants d’écume. Ajoute à ce luxe de visions, fait pour les yeux, le tumulte encore plus étourdissant de ce qu’on entend : les cris des coureurs, les clameurs des femmes, le tapage de la poudre, le terrible galop des chevaux lancés à toute volée, le tintement, le cliquetis de mille et mille choses sonores. Donne à la scène son vrai cadre que tu connais. calme et blond, seulement un peu voilé par des poussières, et peut-être entreverras-tu, dans le pêle-mêle d’une action joyeuse comme une fête, enivrante en effet comme la guerre, le spectacle éblouissant qu’on appelle une fantasia arabe.»

 

 

 

 

 

 

La Fantasia Algérienne  dans Photos

Fantasia – Biskra 1910  

 

 

 

 

 dans Photos

Fantasia

 

 

 

 

 

Fantasia : cavalier arabe / 1916

 

 

 

 

Fantasia sur la Grande Place – Ghardaïa 1930

 

 

 

 

Noce Fantasia – Biskra vers les années 1910

 

 

 

 

Goum défilant à la Fantasia – Algérie 1910

 

 

 

 

Avant la Fantasia – Biskra  vers les années 1910

 

 

 

 

Fantasia arabe – Boufarik 1900

 

 

 

 

La grande Fantasia (cavaliers) – Biskra

 

 

 

 

 Fantasia de Spahis / 1916

 

 

 

 

Fantasia de mozabitesvers les années 1910

 

 

 

 

Noce FantasiaBiskra vers les années 1900

 

 

 

 

Départ pour le FantasiaBiskra vers les années 1900

 

 

 

 

Fantasia de Spahis

 

 

 

 

Fête arabe : la Fantasia 1909

 

 

 

 

Algérie : Une Fantasia

 

 

 

 

02-143894-algerie-oran-fantasia-au-village-negre-obliteree  

Fête arabe : fantasia et musique – Oran, village nègre 1908

 

 

 

 

Cpa-Afrique-Algerie-Rassemblement-Pour-La-Fantasia  

Rassemblement pour la Fantasia

 

 

 

 

DPZU043

Ouargla la Fantasia  

 

 

 

 

399

Fantasia des matraques – Timimoun entre 1914 – 1918

 

 

 

 

Goumiers faisant la fantasia

 

 

 

 

Cheiks & Goums : grande fantasia

 

 

 

 

 

 

 

 

Grande Fantasia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une Fantasia à Laghouat – 1890

 

 

 

 

Grande fantasia : Avant la course 

 

 

 

 

Les Fêtes du Ramadan : La Fantasia

 

 

 

 

Algérie, La Fantasia – 1900

 

 

 

 

 

Une Fantasia à Reggane 1938

 

 

 

 

Algérie, Fantasia Arabe – 1880

 

 

 

 

 

Algérie, Fantasia Arabe – 1900

 

 

 

 

 

Algérie, La Fantasia - 1900

 

 

 

 

Algérie, La fantasia – 1901

 

 

 

 

Grande Fantasia : avant la course

 

 

 

 

Grande fantasia à l’arrivée du Général de Division Swiney à Ghardaïa – 1890

 

 

 

 

Fantasia de Spahis en l’honneur du Gouverneur à Laghouat 1930

 

 

 

 

Un Caïd à la Fantasia – 1900

 

 

 

 

Fantasia Arabe – Algérie 1900

 

 

 

 

Algérie, La Fantasia - 1900 

 

 

 

 

Algérie, Baroud (fantasia)1930

 

 

 

 

Biskra, Fantasia arabe – 1880

 

 

 

 

Algérie, Fantasia1900

 

 

 

 

Algérie, Fantasia sur le champ de course de Caroubier – 1930

 

 

 

 

Algérie, Fantasia – 1900

 

 

 

 

Algérie, Fantasia – 1900

 

 

 

 

Laghouat, La Fantasia – 1900

 

 

 

 

fantasia-me

Fantasia arabe - 1904

 

 

 

 

 

LE KHROUB : Fantasia Mozabite

 

 

 

 

p8m1633p1

Algérie, Fantasia

 

 

 

 

 Fantasia pendant une fête militaire Laghouat

 

 

 

 

Fantasia, Algérie

 

 

 

 

 

Fantasia, Biskra – vers 1880

 

 

 

 

Cavaliers à la grande Fantasia

 

 

 

 

Une Fantasia dans le désert algérien

 

 

 

 

82611218_o  

fantasia- Oran

 

 

 

 

fantasia sur la place belle animation – Ouargla

 

 

 

 

2uzumno

Biskra - vers 1880

 

 

 

 

Fantasia à l’ occasion d’un Mariage

 

 

 

 

 

 

 

 

1483982123-979-001-1

 

 

 

 

1483982266-056-001-1

Cavalier en costume de Fantasia

 

 

 

 

1484032714-sans-titre

Algérie – pendant la Fantasia

 

 

 

 

1484032925-sans-titre1

Fantasia 1987

 

 

 

 

1484033109-569-001-1

 

 

 

 

1484033257-5

fantasia à pied

 

 

 

 

1484038714-sans-titre

Biskra: un jour de Fantasia

 

 

 

 

1484038909-drapeau

Fantasia: cavalier porteur du drapeau

 

 

 

 

1484039414-048-001-1

Biskra : Fantasia au champ de course

 

 

 

 

1484040174-114-001-1

Fusils arabes à silex ‘Moukhala’ de Fantasia

 

 

 

 

1484125463-791-001-1

Bossuet (environ de Saïda) – Fantasia arabe le jour de la fête

 

 

 

 

 

1484125685-216-001-1

 

 

 

 

 

 1484126231-161-001-1

ALGERIE – Cavaliers avant la Fantasia, les années 1900

 

  

 

 

 

1484126402-917-001-1

Timimoun - Fantasia a pied de gouraris

 

 

 

 

 

1484126592-432-001-1

AÏN – TEMOUCHENT - Fantasia Arabe dirigée par le Caïd Ben-Setti

 

 

 

 

 

 

1484126768-713-001-1

ALGERIE - LE KREIDER – Voyage présidentiel Avril 1903: le Président assiste à la Fantasia

 

 

 

 

 

 

1484126926-842-001-1

SIDI BEL ABBES – Chefs et Caïds ouvrant la Fantasia

 

 

 

 

 

 

1484127049-031-001-1

Algérie – Fantasia – Animée – Chevaux 

 

 

  

 

 

 

1484127178-831-001-1

Algérie – Un coup de feu dans une Fantasia

 

 

 

 

 

 

1484127299-939-001-1

ALGERIE – Spahi en Fantasia  

 

 

  

 

 

1484127489-248-001-1

Oran – Equilibriste à cheval- Fantasia : course au bord de mer

 

 

 

 

  

1484127694-666-001-1

Sidi Bel Abbès - Départ pour la Fantasia à l´ Occasion de la Ouâda 

 

 

  

 

 

1484127918-022-001-1

Biskra – Type arabe en costume Fantasia

 

 

 

 

 

1484128100-796-001-1

TIMIMOUN Fantasia de Gouraris, le jour de l’Aïd-el-Kebir

 

 

  

 

 

1484128303-020-001-1

1484128456-994-001-1  

Fête du 66ème régiment d’artillerie- Fantasia juillet 1941

 

 

 

 

 

1484128588-957-001-1

Le Sud fascinant – Cavalier de Fantasia

 

 

 

 

 

1484128732-565-001-1

Algérie Homme Type arabe de fantasia 1905

 

 

 

 

 

1484128846-798-001-1  

ALGERIE – La Fantasia

 

 

 

 

 

 

1484129037-619-001-1

ALGERIE dans le m’zab une fantasia

 

 

  

 

 

1484129121-860-001-1

1484129267-866-001-1 

1484129391-740-001-1

1484129491-747-001-1  

Une Fantasia à Reggane 1961

 

 

 

 

 

 

1484129603-384-001-1

 

 

 

 

 

1484129707-080-001-1

Sidi Bel Abbès - Fantasia du 2e spahis – Course de chevaux avril 1906 décoration du drapeau

 

 

 

 

 

1484129883-468-001-1  

MARNIA - FANTASIA 

 

 

 

 

 

1484130105-398-001-1

ALGERIE – Maure faisant de la Fantasia

 

 

 

 

 

1484130201-397-001-1

ALGERIE – Fantasia

 

 

 

 

 

1484130403-514-001-1

Touggourt – Fantasia

 

 

 

 

 

1484130564-sans-titre

 

 

 

 

 

 

1484130673-184-001-1

1484130759-186-001-1 

1484130838-189-001-1 

Algérie, Tocqueville, septembre 1922, Fête Inauguration du Monument aux Morts, la Fantasia

 

 

 

 

 

1484131075-231-001-1

Djeniene Bourezg ( Naâma ) – Fantazia devant la gare octobre 1905

 

 

  

 

 

1484131248-sans-titre

Très rare carte photo Géryville : Mariage fils Bachaga Fantasia

 

 

 

 

 

1484131360-457-001-1

TABIA (Sidi Bel Abbès) 29.10.1950 Fantasia pour remise Légion d’honneur à M. VANGOYEAN

 

 

 

 

 

1484131630-sans-titre  

 ALGERIE : Fantasia de cavaliers indigènes

 

 

 

 

 

1484131723-151-001-1

BOGHARI – Fantasia Mozabite

 

 

 

 

 

1484131874-223-001-1

BOGHARI – Fantasia

 

 

 

 

 

1484132067-002-001-1

LAGHOUAT –Fantasia place Randon 1900

 

 

 

 

 

1484132177-006-001-1

 Bouguirat (Mostaganem )- Les Fêtes du Marabout Sidi Cherf – La Fantasia 

 

 

 

 

 

1484132363-388-001-1  

TIMGAD Fantasia à travers les ruines

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Algérie: Monuments aux morts ‘de l’époque coloniale’

15122016

 

 

 

 

Les monuments aux morts qui valent comme exemple des pratiques commémoratives autour des morts, jouent un rôle qui dépasse le souvenir de ceux qu’ils sont supposés faire survivre dans la mémoire. Ces morts servent à l’identification de valeurs, mais le monument s’impose aussi comme la manifestation d’une dette à l’égard de la vie perdue afin de conférer un sens à la survie. Enfin les morts sont commémorés comme morts.

Mais en commémorant des victimes de mort violente les monuments posent le problème de la justification de cette mort. Le sens du « mourir pour » est établi par les survivants. Ainsi, la différence entre la mort appartenant au passé, dont on se souvient, et l’offre d’interprétation visuelle proposée par un monument aux morts renvoie à un double processus d’identification. Les morts sont censés avoir défendu une cause qui est la même que celle que soutiennent les survivants qui érigent le monument.

 

 

 

 

En France, après la guerre de 1870-1871, tardivement, on avait construit quelques monuments aux morts, dans la vague de la « statuomanie » de la IIIème République naissante. Peu de communes avaient suivi cette idée. Les monuments à la mode étaient plutôt destinés à honorer des individus particuliers.

Pendant la 1ère guerre mondiale, dés 1915, devant les chiffres de l’hécatombe et le peu de grandeur des listes dactylographiées placées dans les mairies, d’aucuns commencent à penser à la commémoration, à ses formes. Jean Ajalbert lance en 1916 une enquête auprès de personnalités. L’idée de la construction de monuments y est majoritaire. Il ne s’agit pas de tombeaux, puisque les combattants sont enterrés ailleurs ; leurs corps sont restés auprès du lieu de leur mort dans les cimetières militaires ou ont été rapatriés dans les caveaux familiaux des cimetières communaux.

Les noms sont gravés, la plupart du temps par ordre alphabétique, sans mention de grade. Tous les morts d’une commune sont ainsi honorés à égalité sur ces cénotaphes.     

Après la guerre (1914-18), toutes les communes françaises ou de l’espace français ont fait construire un monument aux morts ; tout comme dans les pays étrangers qui ont participé à la guerre, mais de façon beaucoup moins systématique qu’en France dont son espace compte presque 35 000 monuments.

 

 

 

Un grand nombre de Monuments aux Morts de l’Algérie ont été démolis à l’indépendance, d’autres ont été entièrement ou en partie rapatriés en France, enfin quelques-uns sont toujours en place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Algérie: Monuments aux morts ‘de l’époque coloniale’ dans Histoire 54

 dans Photos

ORAN – Monument aux Morts & Square du Souvenir

 

 

 

 

aumale_eglisemmorts4

AUMALE (Sour El Ghozlane) - église & Monument aux Morts

 

 

 

 

ALGER – Le Monument aux Morts et le Gouvernement Général ; 1880

 

 

 

 

BLIDA – monument aux morts

 

 

 

 

  

  

ALGER – Le Monument aux Morts & l’horloge florale

 

 

 

 

BOUIRA – le monument aux morts

 

 

 

 

DJIDJELLI – Rue Vivonne & Monument aux Morts

 

 

 

 

  

SETIF – Monument aux Morts

 

 

 

 

ZERALDA – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

COLOMB BECHAR – Le Monument aux Morts à la mémoire de la légion étrangère

 

 

 

 

44309

Le Palais consulaire & le Monument aux morts

(1914)

BONE – Le Monument aux morts

 

 

 

 

 

MASCARA – Monument aux morts de la Grande Guerre

 

 

 

 

KHROUB – Monument aux Morts

 

 

 

 

 

TIZI OUZOU – Monument aux Morts

 

 

 

 

La corniche et monument aux morts  

CONSTANTINE – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

ALGER – Président M. Doumergue au Monument aux Morts 1930

 

 

 

 

ALGER – Notre Dame d’Afrique : Le Monument aux Morts de la Mer

 

 

 

 

MOSTAGANEM – Monument aux Morts

 

 

 

 

6065422

  

RELIZANE – Monument aux Morts et Hôtel des Postes

 

 

 

 

 

SIDI BEL ABBES – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

M’SILA – Monument aux morts

 

 

 

 

   

LALA MAGHRNIA – Monument aux Morts et la Mairie 

 

 

 

 

BOUGIE – Monument aux Morts

 

 

 

 

BATNA – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

ARZEW – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

AKBOU – Le Monument aux morts

 

 

 

 

 

TENES – La Place de L´Eglise & Monument aux Morts 

 

 

 

 

vialar%2Bmonument%2Baux%2Bmorts

VIALAR (Tissemsilt) – Monument aux morts

 

 

 

 

BERROUAGHIA – monument aux morts

 

 

 

 

ORAN -  Monument aux Marins morts pour la France

 

 

 

 

TAMANRASSET – monument aux morts

 

 

 

 

ALGER- Le Monument aux Marins

 

 

 

 

 

Avant la cérémonie

Discours de Houbé député d’Alger

 

Discours de Lutaud

 

Discours de Colin


Discours de Bailloud

 

ALGER – Inauguration du Monument aux Morts de l’Armée d’Afrique le 27 octobre 1912

 

 

 

 

MOSTAGANEM – Mairie et Monument aux Morts illuminés 14 Juillet 1952

 

 

 

 

LAGHOUAT – Le Monument aux Morts et la Mosquée 1909

 

 

 

 

El-Affroun

 

 

 

 

PHILIPPEVILLE – Monument aux MORTS

 

 

 

 

SIDI BEL ABBES – monument aux morts de la Légion 

 

 

 

 

AUMALE – Monument élevé aux mobiles tués pendant l´insurrection de 1871

 

 

 

 

NEMOURS (Ghazaouet)- Monument aux morts

 

 

 

 

TIPASA – Monument aux Morts – Mairie

 

 

 

 

SOUK AHRAS – Monument aux Morts & Square du Souvenir

 

 

 

 

P024_1_01

Ain El Turck – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

EL KSEUR : rue principale et le monument aux morts 

 

 

 

 

719_001

Oran – Monument aux mort de la mer

 

 

 

 

MEDEA – monument aux morts et rue Gambetta

 

 

 

 

ORAN – Le lycée et le monument Eugène Etienne aux élèves morts ‘pour la patrie’

 

 

 

 

SETIF – place du Monument sous la neige

 

 

 

 

CASTIGLIONE (Bou Ismaïl) – Monument aux Morts

 

 

 

 

TEBESSA – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

DESCARTES (Aïn-Tellout) – Monument aux mort

 

 

 

 

AIN TEDELES : MOSTAGANEM – jardin public, avec le monument 1957

 

 

 

 

SOUK AHRAS – Le monument aux morts et halle aux grains

 

 

 

 

ALGER – Monument à la mémoire des morts de l’armée d’Afrique

 

 

 

 

MERCIER LACOMBE (Sfisef) – Le monument aux Morts

 

 

 

 

MISSERGHIN – Mairie et Monument

 

 

 

 

AIN TEMOUCHENT – Place GAMBETTA, et Monument aux Morts

 

 

 

 

LAMBESE – monument aux morts

 

 

 

 

ALGER – Boulevard Carnot, Monument aux Morts aux Marins 1953

 

 

 

 

AMPERE (Aïn Azel) – Monument aux morts

 

 

 

 

BENI SAF – le monument aux morts les années 1920

 

 

 

 

MAISON-CARREE (El-Harrach) – le monument aux morts

 

 

 

 

 

 

JEMMAPES (Azzaba) – Le monument aux morts

 

 

 

 

Saïda – Le monument aux morts de la grande guerre

 

 

 

 

ORLEANSVILLE – Le monument aux morts

 

 

 

 

PERREGAUX (Mohammadia) – La place Louis Laurent et le Monument aux morts (1914 – 18) (1939 – 45) en 1958.

 

 

 

 

AIN-TEMOUCHENT – La place et le monument aux morts

 

 

 

 

PALIKAO (Tighennif) – Monument aux morts

 

 

 

 

LAGHOUAT – Monument aux morts

 

 

 

 

HAMMAM BOU HADJAR – Hôtel de ville et monument aux morts

 

 

 

 

LAPASSET (Sidi Lakhdar / Mostaganem) – monument aux morts

 

 

 

 

MARENGO (Hadjout) – Le Monument aux Morts

 

 

 

 

PERREGAUX – Inauguration du monument aux morts

 

 

 

 

BOUGUIRAT - monument aux morts

 

 

 

 

 

 

THIERSVILLEGhriss ) – monument aux morts

 

 

 

 

TREZEL – monument dans le jardin public

 

 

 

 

OUENZA – monument aux morts

 

 

 

 

BORDJ-MENAIEL - monument aux morts

 

 

 

 

RIO SALADO (EL MALAH) – La place et le monument aux morts

 

 

 

 

GERYVILLE – monument aux morts

 

 

 

 

  

EL BIAR – l’église et le monument aux morts

 

 

 

 

AIN EL ARBA 

 

 

 

 

LAFERRIERE (Chaabat el leham / Aïn Témouchent) -  le monument aux morts

 

 

 

 

Arzew – Monument aux Marins Morts pour la France

 

 

 

 

HAMMAM BOU HADJAR – Hôtel de Ville Monument aux Morts

 

 

 

 

  

MILIANA – monument aux morts et sous préfecture

 

 

 

 

02-139913-algerie-guelma-le-monument-aux-morts-1914-1918

GUELMA – monument aux morts 1914 – 1918

 

 

 

 

FORT NATIONAL – Monument aux Morts et Porte d’Alger

 

 

 

 

CHERCHELL - Monument aux Morts

 

 

 

 

SAÏDA – Monument aux Morts

 

  

 

 

COURBET (Zemmouri) -  Place du Monument aux Morts le 01 octobre 1931

 

 

 

 

AZAZGA – monument aux morts

 

 

 

 

BOUFARIK – monument aux morts

 

 

 

 

AÏN BEIDA – monument aux morts

 

 

 

 

PHILIPPEVILLE – Inauguration Monument aux Morts des Bombardement du 4 août 1914, photo prise le 30 août 1937

 

 

 

 

 

OUED IMBERT (Ain El Berd) – Le Monument

 

 

 

 

AÏN BESSEM (Dept de Medea) – La Mairie et le Monument aux Morts, 1964

 

 

 

 

 

DJELFA – monument aux mort et l’église

 

 

 

 

DELLYS – L´Eglise et le Monument aux Morts Guerre de (1914 -1918),  1925

 

 

 

 

 

TLEMCEN – Monument aux Morts & le jardin public (entre les années 195060)

 

 

 

 

TOCQUEVILLE (Ras El Oued ) – le monument aux morts

 

 

 

 

  

AFFREVILLE (Khemis Miliana)- Monument aux Morts

 

 

 

 

ROUIBA – Monument aux Morts

 

 

 

 

BORDJ BOU ARRERIDJ – Monument aux mort de 1870 et la Cours de Cheyron, 1950

 

 

 

 

TENIET EL HAAD – Monument aux morts

 

 

 

 

KOUBA / Rue centrale – bâtiments communaux et monument aux morts

 

 

 

 

CONSTANTINE – Monument aux morts de la place de la BRECHE

 

 

 

 

NOVI (Sidi Ghiles / Tipaza) – Le Monument aux morts de la Guerre 

 

 

 

 

DOUERA – Le monument aux morts, 1930

 

 

 

 

TLEMCEN – Le Monument

 

 

 

 

SOUK AHRAS – Inauguration du monument aux morts le 23 janvier 1921

 

 

 

 

INKERMANN (Oued Rhiou) – Le monument et la salle des fêtes 

 

 

 

 

 

Discours du Maire Gassiot Talabot

 

Discours de Mr Smatti

 

Discours de Mr Lévy Charles

 

Discours de Mr Mariani, Sous-préfet

 

Les Courses

 

Discours de Mr le Curé

 

Vue du Monument

 

Vue de la Chapelle

 

Plaque commémorative

 

Sortie de l’Eglise

 

 

La Tribune officielle

 

 

Une vue

 

 

La Fantasia

 

TOCQUEVILLE (Ras El Oued) – Fête Inauguration du Monument aux Morts, 16 septembre 1922

 

 

 

 

BEDEAU (Ras El Ma / Sidi Bel Abbès) – Monument aux Morts

 

 

 

 

MONTAGNAC (Remchi)

 

  

 

   

BIRKADEM – la place centrale l’église et le monument aux morts

 

  

 

 

 

ALMA (Boudouaou) – L´Eglise et le Monument aux Morts

 

 

 

 

SETIF – Inauguration du Monument aux morts le 12 novembre 1922

 

 

 

 

AIN M’LILA – monument aux morts 

 

 

 

 

MAISON-BLANCHE (Alger) – Place du Monument 

 

 

 

 

ROUTE DE TIZI OUZOU A MICHELET – Le Monument

 

 

 

 

DRA EL MIZAN – Eglise et monument aux morts

 

 

 

 

 

BISKRA – Le monument aux morts 1934

 

 

 

 

MECHERIA – Monument aux Morts

 

 

 

 

OUED EL ALLEUG – Le Kiosque – Monument aux Morts – Eglise, place centrale, Gendarmerie 1951

 

 

 

 

ST-DENIS-DU-SIG (Sig / Mascara) – Monument aux morts

 

 

 

 

ENVIRONS DE COLOMBWIMPFFEN-ABADLA – Inauguration du Monument aux morts  

 

 

 

 

AMMI-MOUSSA (Relizane) -  Habitations, ânes, monument aux morts, dar el askri, mosquée

 

  

 

 

FORT DE L’Eau – Rue Baronne de Vialar et le monument aux morts

 

 

 

 

CONSTANTINE – Monument aux Morts, Tombeau des Braves, Armée d’Afrique, Zouaves, les années 1900

 

 

 

 

Mr REGNIER arrivé à ALGER, s’est rendu au Monument aux Morts de la ville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Autres monuments commémoratifs

 

 

 

 

PHILIPPEVILLE (Skikda) – Square de la République et le Monument des Zouaves

 

 

 

 

ORAN - Monument de sidi Brahim à la mémoire du 8e Bataillon de Chasseurs d’Orléans et du 2e Hussards 

 

 

 

 

NEMOURS (Ghazaouet)- Monument de Bab El Assa élevé à la mémoire des soldats qui subirent un des premiers chocs au combat de Beni Snassen le 17 novembre 1907  

 

 

 

 

 

 

CONSTANTINE -  Monument Lamoricière

 

 

 

 

 

TLEMCEN – monument du 2° Chasseurs

 

 

 

 

 ALGER – Inauguration du Monument Lamy le 27 mai 1906

 

 

 

 

PHILIPPEVILLE (Skikda) – Monument érigé à la gloire du 3ème Zouaves

 

 

 

 

COÉLA – Groupe de soldats Zouaves  devant Le monument Lamoricière

 

 

COÉLA – Monument Lamoricière et rue de la République

 

 

 

 

Environs de COLOMB-BÉCHAR – Le Monument du maréchal Leclerc de Haute cloque (lieu de l´accident)

 

 

 

 

 

BISKRA - Monument du Cardinal Lavigerie

 

 

 

 

SAÏDA – le monument de la légion 1942

 

 

 

 

TAGHIT – Inauguration du monument commémoratif du siège (1901) le 17 août 1904

 

 

 

 

SAÏDA – L´inauguration du monument de la Légion étrangère le 1er mai 1910

 

 

 

 

SIDI-BEL-ABBES – Monument d’Icare

 

 

 

 

 

OUARGLA – Monument FLATTERS ,massacrée par les Touareg

 

 

 

 

Touggourt - Monument Citroën et arcades de la place

 

 

 

 

TIZI OUZOU : Aïn El Hammam – De FORT NATIONAL à MICHELET Monument d´Icherriden

 

 

 

 

TEBESSA – Monument commémoratif de l’expédition de Tunisie érigé en 1883

 

 

 

 

TAMANRASSET  - Monument Laperrine – Tombe du Père Foucauld – Tombes des soldats tués en même temps que le Père le 1er décembre 1916

 

 

 

 

MOSTAGANEM – Monument du 1er Tirailleur

 

 

 

 

ALGER : SIDI FERRUCH – Monument commémoratif du débarquement des Français en 1830

 

 

 

 

ORAN – place Gambetta et monument à Gambetta

 

 

 

 

ALGER – Monument du Commandant Lamy

 

 

 

 

TILOUA EL KEMIS – La maison forestière et le Monument commémoratif où une expédition fut engloutie par une tourmente de neige en 1852

 

 

 

 

BOUFARIK – Monument aux Colons

 

 

 

 

FORT-NATIONAL – Monument de Tamazirt

 

 

 

 

 BOUFARIK – Le monument Blandan (né a Lyon mort a Boufarik)

La statue Sergent Blandan à Lyon 

 

 

 

 

 

 

 ORLEANSVILLE – Monument de la Place Paul Robert 1954

 

 

 

 

LE TELAGH : SIDI BEL ABBES- monument de la république

 

 

 

 

ORAN – le monument du maréchal Lyautey

 

 

 

 

TIARET – Poste et Monument Lamoricière 

 

 

 

 

TLEMCEN – PLACE D’ALGER ET MONUMENT DU GENERAL CAVAIGNAC

 

 

 

 

SAIDA – Inauguration du Monument de la Légion 1er prix la Casserole Légionnaires Légion Etrangère

 

 

 

 

PHILIPPEVILLE – Maison du Colon & Monument Belloc 

 

 

 

 

BÖNE (ANNABA) – Inauguration du monument Bertagna

 

 

 

 

ALGER – Monument GUYNEMER

 

 

 

 

ALGER – Monument CHARLES DE GALLAND

 

 

 

 

LA CALLE – Le Monument SANSON NAPOLON

 

 

 

 

AÏN SEFRA – Monument Lyautey

 

https://images-01.delcampe-static.net/img_large/auction/000/315/198/409_001.jpg?v=0

ORAN – Monument Giraud, 1913

 

 

 

 

CONSTANTINE – Monument Lieutenant Général DAMREMONT

 

 

 

 

COLOMB BECHAR – Monument Lyautey et Services Administratifs

 

 

 

 

Monument Centenaire Algérie de Sidi Ferruch 1930

 

 

 

 

FRONTIERE ALGERO MARCAINE- Monument des colonnes MARTINPREY EN 1910

 

 

 

 

DJIDJELLI – Monument du Souvenir

 

 

 

 

 

PALESTRO - Monument à la mémoire des victimes insurrection de 1871

 

 

 

 

 

ALGER – Square La ferrière, Place du Monument Viviani 

 

 

 

 

ORLEANSVILLE – Monument à  PAUL ROBERT

 

 

 

 

SIDI BEL ABBES – Rue Prudhom et monument du souvenir, 1910

 

 

 

 

CONSTANTINE – Monument GAMBETTA

 

 

 

 

CAMP DU MARECHAL (Tadmaït ) – Monument au comte d’HAUSSONVILLE

 

 

 

 

BONE – Le Monument De Jerome Bertagna (entre 1900 – 1910)

 

 

 

 

ALGER – Le Monument des Naufragés

 

 

 

 

CONSTANTINE – Le monument Damrémont

 

 

 

 

 

ORAN – Monument des cheminots de l’Oranie morts pour la France (1914 – 18)  

 

 

 

 

ALGER – Monument, Statue du Duc d’Orléans, Mosquée Djema Djedid, les années 1950

 

 

 

 

Centenaire de la conquête de L´Algérie – inauguration du monument du Baron d’ Haussez

 

 

 

 

DOUERA – MAIRIE et MONUMENT BABILEE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 




L’Algérie en 1890-1892, © Paul Vuillot

5112016

 

 

 

 

L'Algérie en 1890-1892, © Paul Vuillot dans Photos 1478440324-161023085505421468

La Mitidja : vue de l’entrée des gorges de la Chiffa, 1890

 

 

 

 

1478440349-161023085644212231 dans Photos

Route de Blida, 1890

 

 

 

 

1478440372-16102309011260700

Laghouat : l’oued M’Si vu du fort Morand, 1890

 

 

 

 

1478440396-161023090327914118

Constantine, voûte du Rhummel, 1890

 

 

 

 

1478440420-161023090751816420

Constantine : gorges du Rhummel, 1892

 

 

 

 

1478440444-161023090845717405

Sommets émergeant des nuages, vus du Djebel Metlili, 1892

 

 

 

 

1478440467-161023091052573694

1478440781-161023091546321058

1478440802-161023091756312743

1478440826-161023091626724556  

Rivière des Tamarins, près d’El Kantara, 1890

 

 

 

 

1478440850-161023092251777626

Oued d’El Kantara

 

 

 

 

1478440875-161023092732148680

El Kantara : bords de l’oued, 1890

 

 

 

 

1478440896-161023093050684700

Oued d’El Kantara, 1892

 

 

 

 

1478440918-161023093140796705

1478440941-161023093444523714             

El Kantara : jardins sur l’oued, 1890

 

 

 

 

1478440965-161023093243451538

El Kantara : laveuses sur l’oued, 1890

 

 

 

 

1478440989-161023093638385423

El Kantara : chemin dans l’oasis, 1890

 

 

 

 

1478441012-161023095609482780

El Kantara : bords de l’oued, 1890

 

 

 

 

1478441034-161023095959743667

El Kantara : village arabe, 1890

 

 

 

 

1478441055-161023100421713554

El Kantara : jardins de palmiers, 1890

 

 

 

 

1478441077-161023100323469790

1478441097-16102310113067544

Gorges d’El Kantara, 1890

 

 

 

 

1478441118-16102311172739030

El Kantara, 1892

 

 

 

 

1478441142-161023112321419026

1478441165-161023112338143934

Djebel Metlili, près d’El Kantara, 1892

 

 

 

 

1478441186-161023113119358197

Oued Bobïada à El Kantara, 1892

 

 

 

 

1478441207-161023113910743941

Biskra : dans l’oasis, 1892

 

 

 

 

1478441231-161023114332113185

Oasis de Biskra, 1890

 

 

 

 

1478441251-161023114950447310

Jardins du vieux Biskra, 1890

 

 

 

 

1478441273-161023114813130712

Séguia, près de Biskra, 1890

 

 

 

 

1478441296-161023114844341703

Biskra : chemin dans l’oasis, 1890

 

 

 

 

1478441320-16102311535353141

Dans l’oued Biskra, 1892

 

 

 

 

1478441341-161023115530678255

Bordj de Chegga, au sud de Biskra

 

  

 

 

1478441364-16102311562637659

Chott Melrin, 1890

 

 

 

 

1478441385-161023120120211232

1478441409-161023120013633241

Chott Melrin, 1892

 

 

 

 

1478441438-161023120626642340

Entrée nord d’Aïn Naga, 1892

 

1478441460-161023120737666010

Le Sahara, vu du col de Sfa, 1890

 

 

 

 

1478441481-161023121030688690

Oued Ouazzern, 1892

 

 

 

 

1478441702-161023121344810953

Bordj Hameraïa, 1892

 

 

 

 

1478441723-161023121159418969

Sur la route de Lambèse, 1890

 

 

 

 

1478441745-161023121452721778

1478441766-161023122422860324

Chott Merouan, 1892

 

 

 

 

1478441787-161023122814507212

Oasis de Temacin, près de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478441808-161023123453575840

Bordj de Ghamra, route de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478441829-161023123629648693

Source de Ghamra, route de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478441851-161023123642367040

Halte près de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478441883-161023123909214854

Piste de Ngouça à Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478441907-161023124824244509

Oasis de Négrine, 1892

 

 

 

 

1478441932-161023124235382272

Negrine, 1892

 

 

 

 

1478441954-161023125027929101

Bordj de Négrine, 1892

 

 

 

 

1478441978-161023125021766983

1478442000-161023125557722768

Oasis de Frekane, 1892

 

 

 

 

1478442021-161023010101991622

Oasis de Frekane, 1892 : sources chaudes

 

 

 

 

1478442045-161023010551416181

Oued de Fouggous, 1892

 

 

 

 

1478442070-161023010518280930

Tamerza, 1892

 

 

 

 

1478442094-161023010234315654

Oued Tamerza, 1892

 

 

 

 

1478442118-1610230110245889

Oued Tamerza, au nord ouest de Tamerza, 1892

 

 

 

 

1478442142-161023010759115499

Bord de l’oued de Tamerza, 1892

 

 

 

 

1478442165-161023011332338342

Oasis de Mides, 1892

 

 

 

 

1478442187-161023033736722728

Alger : le port, 1892

 

 

 

 

1478442210-161023034033756688

Alger : Avenue de la République, 1892

 

 

 

 

1478442231-161023041626912924

Alger : place du gouvernement, 1890

 

 

 

 

1478442254-16102304225981752

Alger : l’archevêché, cour intérieure, 1892

 

 

 

 

1478442278-161023042628149496

Alger : jardin d’essai, allée des bambous, 1890

 

 

 

 

1478442300-161023042420740962

Laghouat : vue prise du fort Morand, 1890

 

 

 

 

1478442321-161023042501592592

Constantine, vue de la route de Mila, 1890

 

 

 

 

1478442344-161023042918855436

Constantine, ravin de Sidi Mecid, 1892

 

 

 

 

1478442366-161023043117238766

Constantine, rue nationale, 1892

 

 

 

 

1478442388-161023043303260785

Constantine, place des chameaux, 1890

 

 

 

 

1478442412-161023043654822801

Constantine, quartier arabe, 1890

 

 

 

 

1478442438-161023044000593401

Constantine, maisons sur le Rhummel, 1890

 

 

 

 

1478442459-161023044025198974

Philippeville, 1892

 

 

 

 

1478442480-161023043922109697

Poste optique du Djebel Metlili, 1892

 

 

 

 

1478442504-161023044427936428

Biskra : hôtel du Sahara, 1890

 

 

 

 

1478442525-161023044740464665

Biskra : rue des Ouled Naïl, 1890

 

 

 

 

1478442548-161023044943824621

Biskra : place du marché, 1890

 

 

 

 

1478442573-161023044945935987

Une Séguia à Biskra, 1890

 

 

 

 

1478442595-161023045623403212

Biskra : route vers Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478442665-161023045815621162

Sidi Okba, vu du minaret de la mosquée, 1892

 

 

 

 

1478442696-161023050243946486

Place de Sidi Okba, 1892

 

 

 

 

1478451572-161023050515787844

Place de Sidi Okba, 1890

 

 

 

 

1478451601-161023050216516851

1478451627-161023051639870597

Zeribet el Oued, 1892

 

 

 

 

1478451681-161023051553552607

Panorama de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478451704-161023051032287941

Place de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478451728-161023051307299690

Touggourt : place du marché, 1890

 

 

 

 

1478451753-161023073635120838

Touggourt : place du marabout, 1890

 

 

 

 

1478451774-161023073723174773

Touggourt : bureau arabe, 1890

 

 

 

 

1478451795-161023074106655081

Ngouça vu de la terrasse du Cheikh, 1890

 

 

 

 

1478451828-161023073830272959

Bordj de Négrine, 1892

 

 

 

 

1478451882-161023074636974203

Port d’Alger, 1890

 

 

 

 

1478451909-16102307434826197

Alger : intérieur du palais du gouverneur, 1892

 

 

 

 

1478451944-161023074348331314

Blida : cimetière El Kébir, 1890

 

 

 

 

1478451979-161023075121456397

Entrée de Laghouat, 1890

 

 

 

 

1478452007-161023074952214442

Laghouat : place du marché, 1890

 

 

 

 

 

1478452042-161023075433428098

Ouargla : place du marché

 

 

 

 

1478452065-161023075333624125

Ouargla : place de la casbah, 1890

 

 

 

 

1478452089-161023075325293706

Ghardaïa vu de la casbah, 1890

 

 

 

 

1478452110-161023075942341889

Constantine : pont de Sidi Rached, 1892

 

 

 

 

1478452131-161023080102276199

Alger : mosquée El Kebir, 1892

 

 

 

 

1478452153-161023080300418624

Biskra : mosquée de Sidi Barkat, 1890

 

 

 

 

1478452230-161023080328964747

Ouargla : place de la mosquée, 1890

 

 

 

 

1478452265-161023080515471957

Mosquée d’Aïn Naga, 1892

 

 

 

 

1478452290-161023080744460289

Minaret de la mosquée de Sidi Okba, 1892

 

 

 

 

1478452314-161024081427845109

Blida : marabout de Sidi Yacoule, 1890

 

 

 

 

1478452340-161024081810235633

Marabout, près de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478452367-161024082139608137

Marabout de Ferkane, 1892

 

 

 

 

1478452389-161024081717853756

Biskra : ancien fort turc, 1890

 

 

 

 

1478452414-161024081637430365

Cimetière de Négrine, 1892

 

 

 

 

1478452445-161024082729688105

Touggourt : cimetière européen, 1890

 

 

 

 

1478452474-161024082432168309

Laghouat : puits arabe, 1890

 

 

 

 

1478452497-161024082855824455

Touggourt : monument élevé aux soldats massacrés en 1871, 1890

 

 

 

 

1478452517-161024082442135924

Ouargla : monument Flatters, 1890

 

 

 

 

1478452538-161024083301667138

Poste optique de Kef el Dhor, route de Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478452560-161024083404514468

Djebel Metlili : poste optique, 1892

 

 

 

 

1478452581-16102408363652212

1478452610-161024083456171401

Signal d’El Aouïna, 1892

 

 

 

 

1478452659-161024084005677544

Une rue du vieux Biskra, 1890

 

 

 

 

1478452693-161024084135151373

Ruelle du vieux Biskra, 1892

 

 

 

 

1478452717-161024084023748056

Place de Sidi Okba, 1892

 

 

 

 

1478452739-161024083907645253

Biskra : fantasia arabe, 1892

 

 

 

 

1478452763-161024084542510513

Constantine, une rue arabe, 1890

 

 

 

 

1478452791-161024084534514989

Constantine : une rue arabe, 1890, rue Perregaux

 

 

 

 

1478452815-161024084727485262

Constantine, une rue arabe, 1890

 

 

 

 

1478452846-161024084711122554

Constantine : une rue arabe, 1890

 

 

 

 

1478452867-161024085159541692

Constantine, une rue arabe, 1890

 

 

 

 

1478452893-161024085544494133

1478452915-161024085626276250

1478452935-161024090050453719

Constantine, rue des échelles, 1890

 

 

 

 

1478452968-161024090329125561

Constantine, rue des forgerons, 1890

 

 

 

 

1478452993-161024085848928715

Constantine, quartier des tanneurs, 1890

 

 

 

 

1478453020-161024090929264992

Constantine, quartier des tanneurs et ravin du Rhummel, 1890

 

 

 

 

1478453044-161024090743114312

Constantine : échoppe arabe

 

 

 

 

1478453064-161024090806689352

Alger : rue arabe, 1892

 

 

 

 

1478453086-161024090736894067

Alger : rue arabe, 1892

 

 

 

 

1478453110-161024100852582923

El Kantara : ruelle d’Ahraouïa, 1890

 

 

 

 

1478453135-161024095841849518

Biskra : rue arabe, 1890

 

 

 

 

1478453161-161024100133878998

Vieux Biskra : rue de Sidi Barka, 1892

 

 

 

 

1478453183-16102410012356476

Marché, près de Biskra, 1892

 

 

 

 

1478453209-161024101420466132

Biskra : métier indigène, 1892

 

 

 

 

1478453243-161024101400986342

Rue de Ouargla, 1890

 

 

 

 

1478453270-161024101153366753

Laghouat : ville arabe

 

 

 

 

1478453301-161024101116804391

Alger : type de femme juive, 1892

 

 

 

 

1478453326-161024110502288337

Alger : type mauresque, 1892

 

 

 

 

1478453379-161024110358413975

Alger : type mauresque, 1892

 

 

 

 

1478453412-161024111129582445

Alger : intérieur mauresque, 1892

 

 

 

 

1478453437-161024111304533491

Constantine, type mauresque, 1892

 

 

 

 

1478453459-161024111521280761

Constantine, type mauresque, 1892

 

 

 

 

1478453482-161024111455585686

Constantine, type mauresque, 1892

 

 

 

 

1478453503-161024111816672714

Constantine, type de femme juive, 1892

 

 

 

 

1478453524-16102411182412959

Constantine, quartier juif, groupe d’enfants, 1892

 

 

 

 

1478453545-161024112432850775

Biskra : femme arabe, 1892

 

 

 

 

1478453565-161024112622665675

Biskra : femme noire, 1892

 

 

 

 

1478453586-161024112730795574

Biskra : danseuse arabe, 1892

 

 

 

 

1478453606-161024112957865913

Biskra : danseuse arabe, 1892

 

 

 

 

1478453625-161024113635364059

Biskra : danseuse Ouled Naïl, 1892

 

 

 

 

1478453649-161024113328868524

Groupe d’Ouled Naïl, 1892

 

 

 

 

1478453671-161024113440747272

Biskra : joueur d’échecs au café maure, 1892

 

 

 

 

1478453713-161024114009983020

Biskra : fauconnier, 1892

 

 

 

 

1478453735-161024114000817056

Enfants à Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478453755-161024114145490440

Touggourt : griot soudanais, 1890

 

 

 

 

1478453775-1610241145129928

Touggourt : griot soudanais, 1890

 

 

 

 

1478453798-161024114651419

El Kantara : femme arabe, 1892

 

 

 

 

1478453818-161024114959232293

El Kantara : famille arabe, 1890

 

 

 

 

1478453839-161024115152692790

Jeune fille noire à El Kantara, 1890

 

 

 

 

1478453859-161024115738193097

Jeune fille arabe à El Kantara, 1890

 

 

 

 

1478453880-161024120459187090

Jeune fille au moulin à El Kantara, 1892

 

 

 

 

1478453899-161024120402357175

Mohamed ben Chebana d’El Kantara, 1890

 

 

 

 

1478453918-161024120137653778

Messaoud ben Chebana d’El Kantara, 1890

 

 

 

 

1478453940-161024120005455353

Types de Djelfa, 1890

 

 

 

 

1478453966-161024115945632398

Une Française sur la route d’El Oued, 1892

 

 

 

 

1478453985-161024120747663870

1478454004-161024120816616329

1478454022-161024120958215007

Constantine : campement des Beni Ramassis, 1890

 

 

 

 

1478456212-161024120936412089

Campement à El Aouïna, 1892

 

 

 

 

1478456255-161024120902184835

Campement dans le Zab ech Chergui, 1892

 

 

 

 

1478456284-161024121448166592

Campement à Hassi el Messaoud, route de Touggourt au Mzab, 1890

 

 

 

 

1478456337-161024121856512893

Campement arabe à Touggourt, 1890

 

 

 

 

1478456360-161024121734666425

1478456432-161024122233830964

Ruines romaines à Timgad, 1890

 

 

 

 

1478456476-161024122702908124

Lambèse : maison centrale et ruines des thermes romains, 1890

 

 

 

 

1478456504-161024123340728724

1478456546-161024122441275598

1478456592-161024123450202621

1478456626-161024122636627003

1478456669-16102412431937156

1478456720-161024124206932605

Ruines romaines à Lambèse, 1890

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les anciens fondouks d’Algérie

29092016

 

 

 

 

Il existait, dans toutes les villes algériennes de quelque importance, des fondouks ou caravansérails correspondant aux principaux points avec lesquels elles entretiennent des relations; ces fondouks servent à la fois d’hôtelleries et d’entrepôts; ce sont aussi des lieux de réunion, de départ et d’arrivée pour les caravanes qui se dirigent sur ces points ou qui en viennent. Si les villes desservies sont assez considérables, les départs ont lieu périodiquement; dans tous les cas, le jour où une caravane doit se mettre en route pour telle ou telle direction est arrêté à l’avance par le chef des muletiers ou des chameliers; et, pour le connaître, il suffit de se présenter au fondouk : c’est là qu’on obtient tous les renseignements.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les anciens fondouks d’Algérie   dans Photos 1478512285-16092607573939333

 

1478512307-160926075556595037 dans Photos

Dans un fondouk, place du Colonel Pein, un jour de marché. Bou-saâda / Années 30 

 

 

 

 

1478512329-160926080702710788 

1478512350-160926080714464405

Scènes & types : fondouk dans le sud / Algérie

 

 

  

 

 

1478512371-160926081507771160

Un Fondouk – Gros plan / Algérie

 

 

 

 

1478512393-160926082855244547  

Dans le Fondouk – BISKRA / 1904

 

 

 

 

 

1478512413-160926083032191550  

Chameaux dans un Fondouk – Algérie / 1906 

 

 

 

 

 

1478512436-16092608370186973

Centenaire en 1930Ghardaïa – L’Entrée du Fondouk

 

 

  

 

 

1478512460-160926083735789653

Un Fondouk – Batna

 

 

  

 

 

1478512481-160926084154505863

Cave coopérative de Fondouk construite en 1932 – Mitidja / 1950

 

 

  

 

 

1478512504-160926084444636172

Fondouk. Les Ecoles – Alger

 

 

  

 

 

1478512526-160926084825242944

Fondouk Arabe – Algérie

 

 

  

 

 

1478512549-160926085126734090 

Fondouk Arabe – Algérie

 

 

  

 

 

1478512570-160926085436629050 

Entrée d’un Fondouk

 

 

 

 

 

1478512592-160926085629860580 

Fondouk (Khemis El KhechnaBoumerdès) / 1950

 

 

  

 

 

1478512614-160926090033684690

Entrée d’un fondouk – Tlemcen

 

 

  

 

 

1478512637-160926090744871763 

1478512657-160926090731842657 

Place du Caravansérail animées – Constantine / 1908

 

 

  

 

 

1478512680-160926091135511913

Fondouk de Sidi Makhlouf

 

 

  

 

 

1478512702-160926103451316763

Caravansérail (Fondouk) El Mesrane très animées – Sud algérien / 1910

 

 

  

 

 

1478512732-16092610382290196

Caravansérail de Mitlili 

 

 

 

 

 

 1478512754-160926104454296130

Fondouk de Smilia – Sud algérien

 

 

  

 

 

1478512775-160926104921233564

Promenade de l’Étang la porte du Caravansérail – Oran /1968

 

 

  

 

 

1478512998-160926104941898889

Fondouk dans le sud algérien

 

 

 

 

 

1478513022-16092610541530057

 Fondouk de la Rahouïa

 

  

 

 

 

1478513043-160926110002288693

Place du caravansérail très animée – Constantine / 1911

 

 

 

 

 

 1478513064-160926105936433663

Marché & fondouk – Boufarik / 1900

 

 

  

 

 

1478513084-160926110714240952

Devant le fondouk de Boufarik

 

 

  

 

 

1478513106-1609261110533109

 Un Coin du Caravansérail – Constantine

 

 

 

 

 

 

1478513126-160926111707198836 

Fondouk de Tilrhemt (Hassi R’Mel ) / 1900

 

 

  

 

 

1478513148-160926113622534939

Porte d’Alger ; la mosquée, le Fondouk, les remparts romains – Sétif / 1861 – 1862

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N.B: Pour afficher les photos en taille réelle: Clic droit sur la photo >> Ouvrir l’image dans un nouvel onglet. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Antoin Sevruguin le photographe de l’ère Qadjar

27082016

 

 

 

 

 

Antoin Sevruguin le photographe de l'ère Qadjar dans Photos Anton_sevruguine_oldage 

Antoine ou Antoin Sevruguin (1830-1933) (persan : آنتوان سورگین

 

 

 

Antoine Sevruguin est né à l’ambassade russe de Téhéran dans une famille qui avait des racines arméniennes (son père, Vassil de Sevruguin) et géorgiennes (sa mère, Achin Khanoum). Après la mort de son père, sa mère, qui s’était vue refuser une pension, retourna à Tbilissi puis à Akoulis. Il suivit des études de peinture, puis retourna en Iran vers 1870, ouvrant un studio photographique professionnel à Tabriz puis à Téhéran, et conservant des liens avec la Géorgie et le photographe Dimitri Ermakov, son mentor.

 

Nasseredin Shah, qui le fit photographe officiel, le récompensa par l’ordre du Lion et du Soleil. Il reçut aussi des médailles d’honneur lors des expositions universelles de Paris et deBruxelles.

 

Une partie de son travail fut détruit lors du règne de Mohammad Ali Shah (1907-1909), lorsque le parlement fut bombardé et qu’il dut trouver refuge à l’ambassade du Royaume-Uni. Après la chute de la dynastie kadjar, le reste de ses plaques photographiques furent confisquées par Reza Chah Pahlavi. Aujourd’hui, des 7000 plaques photographiques qu’il avait faites, seules 696 sont parvenues jusqu’à nous.

Certaines de ses photographies sont apparues non créditées dans certains récits de voyage, comme ceux de Percy Sykes   et de sa sœur.

Antoine Sevrugin fut l’époux de Louise Gourgenian, une irano-arménienne avec qui il eut sept enfants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1478513242-160822042441907416 dans Photos

Portrait d’un rabbin

 

 

 

 

 

 

1478513264-160822042244181520

Têtes de chefs turkmènes farcies avec de la paille et amenés à Téhéran / 1911 

 

 

 

 

 

 

1478513285-160822042937714415

La danseuse Gypsy / Iran – Début du XXe siècle

 

 

 

 

 

 

1478513305-16082211003987010

Quatre lutteurs sportifs

 

 

 

 

 

1478513323-16082211004025196

Au Village juif : Fille Orné de Bijoux Argent (Ere Qadjar)

 

 

 

 

 

 

1478513343-1608231043208253492

Mosquée Bleue (ruines) – Tabriz, Iran, entre 1890-1900

 

 

 

 

 

 

1478513364-160823105914949322

Palais Royal, Kashan, Iran, 1880

 

 

 

 

 

 

1478513383-160823105328116087

Vendeur d’Ice-cream, Téhéran, début du 20e siècle

 

 

 

 

 

1478513403-160823113447635746

Filles kurdes, Iran 19e siècle

 

 

 

 

 

1478513421-160823113726222162

Un derviche iranien, début des années 1900

 

 

 

 

 

 

1478513439-16082311440854838

Palais Gulistan (la dynastie Qadjar)

 

 

 

 

 

1478513462-1608231149573164322

La Garde et le Bas-Relief, près de Hamadhan, Iran 1900

 

 

 

 

 

1478513482-160823115745628696

 Une famille de derviches, fin du 19ème siècle

 

 

 

 

1478513500-160823115932197932

Le Roi Naceredine Shah d’Iran au palais Golestân, fin du 19e siècle

 

 

 

 

 

1478513520-1608231206129019212

Antoin Sevruguin, Autoportrait à Naghsh-e Rostam, Iran, 1900

 

 

 

 

 

1478513539-160823120817575668

Fille avec la poupée.

 

 

 

 

 

 

1478513559-1608231220302239242

Mosquée de Shah Abd el Azim, entre 1895-1900

 

 

 

 

 

 

Antoin Sevruguin et la manipulation photographique

 

 

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, quand le photographe Antoine Sevruguin était à son niveau le plus prolifique de la production, les plaques de verre ont été le principal moyen utilisé pour maintenir l’émulsion sensible à la lumière nécessaire pour capturer et retenir des images photographiques. Même après que les négatifs sont devenus disponibles à la fin du XIXe siècle, les plaques de verre sont restées le moyen préféré dans les studios professionnels. Bien que les plaques fussent fragiles et lourds, elles ont fourni une qualité d’image supérieure et bien détaillée. Elles étaient surtout un excellent support pour  » retoucher  » une image avant de faire un tirage papier final. Comme une procédure de studio, la retouche est endémique à la photographie presque depuis sa création. Les clients qui étaient habitués aux effets esthétiques couramment observés dans les peintures désirées des images plus idéalisés que la nouvelle technologie produite.

 

La haute résolution de numérisation de l’ensemble de la collection de plaques de verre qui a été menée en 2012 a révélé que Sevruguin et son studio employé un éventail de techniques de retouche. Dans certains cas, les Archives ont les négatifs sur plaque de verre d’origine, ainsi que plusieurs copies de la même image. Ceci permet de discerner les modifications apportées à la borne négative sur la durée de son utilisation par le studio Sevruguin (Exemple. 1 (ici - ici))

 

La variété des techniques de retouche utilisée par le studio de Sevruguin non seulement fournit un aperçu unique sur les méthodes et les intentions du photographe, mais il souligne également l’extraordinaire degré d’intervention artistique que ce peintre formé exercé avec ses gravures.

 

 

 

 

 

 

 

Typiquement, dans des scènes extérieures au début de Sevruguin, tout le ciel a été masqué à l’aide de l’encre noire ou rouge, ou par collage du papier rouge directement à la surface de la plaque de verre négative. La couleur rouge révélée être efficace à masquer les caractéristiques du rouge spectre papier photographique insensible. Lorsque le papier a été collé à la plaque, un espace a été laissé autour des caractéristiques du paysage, comme les bâtiments et les arbres, donc une silhouette précise pourrait être appliquée à l’encre (Exemple. 2).

 

 

 

 

 

 

FSA-A.4-2.12.GN.31.08

(Exemple. 2)

 

 

 

 

 

 

Les murs ont parfois été masqués pour des intérieurs et des portraits de studio, qui a parfois laissé les figures nettement posés devant un fond blanc (Ex. 3). Dans de rares cas, les milieux ont été partiellement ou entièrement rendus noirs uni en raclant soigneusement la couche d’émulsion entière vers le verre nu (Ex. 4). De nombreuses plaques révèlent des soins obsessifs de Sevruguin en présentant une image finale polie, tandis que d’autres montrent que son travail était effarant et rapide (Ex. 5).

 

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.43.10

(Ex. 3)

 

 

 

 

 

1478514186-752121-6401478514620-sans-titre1478514621-sans-titre1

(Ex. 4)

 

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.42.07

(Ex. 5)

 

 

 

 

 

 

 

À l’occasion, Sevruguin enleva même les figures des paysages (Ex. 6). Bien qu’il ait préféré présenter un paysage dépourvu de personnes, plus il est probable qu’il essayait d’éliminer la distraction des figures floues en raison de bouger pendant les expositions d’obturation lentes (Ex. 7). Dans certaines de ses œuvres antérieures, Sevruguin gravé soigneusement l’écorce et les branches des arbres pour améliorer leur présence comme un élément de composition dans une photographie (Ex. 8).

 

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.26.09 

(Ex. 6)

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.48.07

(Ex. 7)

 

 

 

 

 

FSA_A2011.03_B.10dtl

(Ex. 8)

 

 

 

 

 

 

Peut-être que les techniques de retouche les plus largement utilisées dans les studios de photographie du XIXe siècle ont été le lissage des traits du visage et de rendre les zones et les détails plus visibles. Sevruguin a fréquemment employé deux techniques. On était d’appliquer le vernis à un visage pour le rendre plus lumineux que le fond sombre. (Ex. 9).

 

La seconde technique, fait en collaboration avec le vernis, a été stratégiquement en utilisant un crayon de graphite pour adoucir les ombres du visage et combler les rides. Cette technique a donné lieu à l’apparition d’une surface lisse, jeune teint (Ex. 10). Aucun portrait n’a été épargné de cette procédure, dans certains cas, Sevruguin raya dans l’émulsion de surface pour donner une expression plus nette pour les yeux (Ex. 11).

 

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.27.11

(Ex. 9)

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.28.07

(Ex. 10)

 

 

 

 

 

FSA_A.4_2.12.GN.27.11dtl

(Ex. 11)

 

 

 

 

 

 

 

Alors que les techniques de Sevruguin ne sont pas particulièrement nouvelles ou novatrices, les plusieurs phases  aux quelles il a suivi pour obtenir une image finale convaincante sont remarquables. Les images qui en résultent non seulement parallèles le dévouement artistique qui a marqué la construction de Sevruguin des sujets, des compositions, et de l’éclairage, mais elles reflètent aussi l’étreinte rapide du nouveau média en Iran à la fin du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45