L’aube des civilisations – Entre deux fleuves

2032021

 

 

 

 

 

 

 

 

Le voyage commence en Turquie, à Göbekli Tepe, sur un site archéologique qui daterait de la fin de l’ère glaciaire. Des chasseurs-cueilleurs ont interrompu leur itinérance et ont construit des habitations. À Çatal Höyük, un autre site turc, vers 8000 ans avant J.-C., l’agriculture s’est développée et se répand à travers tout l’Occident. Puis vient l’artisanat. À la fin du Néolithique, les premières civilisations font leur apparition…

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les Dogons Du Mali, Une Civilisation Unique en son genre

17012021

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cœur du Sahel malien est installé un peuple depuis le XIe siècle dont la culture et la cosmogonie ont fait de lui un groupe unique en son genre. Les Dogons, puisque c’est d’eux qu’il s’agit ont su conserver jalousement leurs us et coutumes face aux civilisations étrangères. Au Burkina Faso, particulièrement dans sa partie Nord, on retrouve aussi les Dogons (ou Kibsi en langue nationale mooré), notamment dans la province du Yatenga.

 

Qui sont-ils ? Comment sont-ils organisés ? Découverte de l’un des peuples les plus énigmatiques de l’Afrique subsaharienne.

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




L’Inde des maharadjas

4122020

 

 

 

 

 

 

 

Le Rajasthan est la région la plus touristique de l’Inde, avec ses forts du désert, ses havélis, ses pavillons de chasse et ses bazars animés. Si aujourd’hui, les titres de leurs souverains ne sont plus qu’honorifiques, les Rajasthanis vouent toujours un profond respect à leurs descendants, qui ont, pour beaucoup, transformé leurs palais en hôtels de luxe.

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




La Terre Des Lionnes Blanches

21102020

 

 

 

 

 

 

 

Ce documentaire retrace l’histoire exceptionnelle de deux lionnes blanches, deux sœurs, depuis leurs premières semaines jusqu’à l’âge adulte. Incani et Shinga, nées en mai 2009, évoluent dans le cadre sauvage du parc Kruger en Afrique du Sud. La couleur très claire de leur pelage en fait des proies plus facilement repérables pour les autres prédateurs : 80 % des lions nouveau-nés n’atteignent pas l’âge adulte.

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Ethiopie, un voyage extraordinaire

3092020

 

 

 

 

 

 

 

 

Sophie Jovillard nous emmène à la découverte d’un pays baigné d’une aura de mystère et d’aventure. Considérée comme l’un des berceaux de l’humanité, l’Éthiopie est l’une des plus anciennes zones de peuplement de la planète. L’Éthiopie s’ouvre aux regards patients. À ceux qui acceptent de se laisser happer par le chaos apparent d’Addis Abeba, sa modernité dévorante, afin de comprendre les aspirations de sa société. À ceux qui contemplent les heures lentes de la cérémonie du café, symbole de l’accueil.

 

Au sommaire :

- Sur les routes d’Éthiopie

- L’Éthiopie côté lac

- Les femmes de pouvoir

- Passion marathon

- Café, l’or noir d’Éthiopie

- Les artisans de la foi

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les peuples de la forêt – Les grandes traversées

17062020

 

 

 

 

 

 

 

Pour les Indiens Pémon des bords du Caroni, ce sont les larmes du Dieu Soleil qui donnèrent naissance aux Chutes de Canaïma. A Salvador de Bahia, les descendants d’esclaves perpétuent en cachette les cultes africains, comme le candomblé. A Belém, les Caboclos, métis descendants d’Indiens et d’esclaves africains, vendent les plantes médicinales cueillies dans le secret de la forêt. Manaus, la mythique capitale du caoutchouc, accueille aujourd’hui les Indiens à la dérive attirés par le mirage de la grande ville.

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Rohingya, la mécanique du crime

30042020

 

 

 

 

 

Comment, de 2012 à 2017, les militaires birmans ont orchestré l’élimination et l’exode de la minorité musulmane dans l’ouest du pays. Signée Gwenlaouen Le Gouil, une enquête rigoureuse sur un crime de masse.

 

Massacres et viols systématiques, villages incendiés, exactions de tous ordres : les récits des survivants, qui s’entassent par centaines de milliers dans le plus grand camp du monde, au Bangladesh, ont fini, trop tard, par être entendus. Au moins 10 000 Rohingyas de Birmanie, mais probablement près du triple, dont des milliers d’enfants, ont été assassinés entre 2016 et 2017 dans la province de l’Arakan. Mais ce que l’ONU a qualifié, après coup, de possible génocide, a commencé bien plus tôt, loin des regards, et a été planifié de longue date par les militaires birmans, comme le montre cette implacable enquête de Gwenlaouen Le Gouil, auteur de nombreux films sur le sujet pour ARTE, notamment, en 2017, Rohingya, un génocide à huis clos, couronné du grand prix au Figra.

 

 

 

Cibles

Entre le Bangladesh, où il recueille les témoignages des victimes rescapées, et des séjours successifs en Birmanie, dont un hallucinant voyage de presse organisé, dans le nord de l’Arakan, en 2018 par le pouvoir militaire birman, qui tentait ainsi de démentir les accusations à son encontre, le réalisateur met en évidence les étapes préméditées d’un crime de masse. Si les Rohingya sont installés depuis des siècles dans la province, cette minorité musulmane, qui s’est ralliée avant l’indépendance à l’autorité coloniale britannique, a été privée en 1982 de sa citoyenneté birmane. Au début des années 2010, prise pour cible par des campagnes haineuses, elle commence à être dépouillée de ses droits. Des meetings xénophobes du moine bouddhiste U Wirathu, opportunément libéré de prison en 2012, à cette vidéo dans laquelle un militaire exhorte des villageois à « prendre machettes et bâtons » pour attaquer les « envahisseurs métèques », le film expose avec précision la mise en œuvre de la logique « génocidaire », et son cortège de persécutions. Il confronte aussi la passivité de la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi et le déni hostile des populations qui ont pris la place des Rohingya dans les campagnes de l’Arakan à l’analyse de ceux qui enquêtent sur ces crimes, dont le juriste Thomas MacManus.

 

 

 

Documentaire complet de Gwenlaouen Le Gouil (France, 2019, 1h02mn)

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Il Était Une Fois La Terre

21032020

 

 

 

 

 

 

Ce document retrace les grands événements depuis la création de la Terre. Plongé dans un voyage à travers le temps, le spectateur assiste à la naissance violente de la Terre, il y a plus de quatre millions d’années, découvre les âges glaciaires, les gigantesques éruptions volcaniques, le règne des dinosaures, et voit apparaître les premiers humains. Pour la toute première fois, les spectateurs peuvent découvrir l’incroyable histoire de la Terre grâce à une technique unique.

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Libye : les gardiens du patrimoine

10022020

 

 

 

 

 

Après les destructions par l’Etat islamique du musée de Mossoul et des antiques cités de Ninive, Nimroud et Hatra en Irak, puis de Palmyre en Syrie, l’inquiétude se porte sur la Libye, en plein chaos

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Berbères des cimes

1012020

 

 

 

 

 

 

Au cœur du Haut-Atlas Marocain, l’eau est une ressource rare. Le village de Tizi N’Oucheg a entrepris sa transformation, grâce à Rachid Mandili, revenu au pays, et conscient que le développement de son village dépend de l’accès à l’eau et de sa bonne gestion. Il mobilise tous les habitants et s’appuie sur la connaissance de scientifiques français et marocains pour capter les sources alentours, épurer et réutiliser les eaux usées pour l’irrigation. le documentaire s’attache à mettre en avant l’entraide et l’ingéniosité des berbères dans leur rêve de maîtriser totalement la gestion de l’eau de leur village. Il brosse également le portrait d’un homme dont le dynamisme a permis à Tizi N’oucheg de s’ouvrir à la modernité tout en conservant son héritage séculaire. L’exemple de Tizi permet d’évoquer le problème des ressources en eau dans les régions semi-arides et de mettre en avant des solutions concrètes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45