Renseignements Historiques sur la Zmala d’Abdel-Kader – 1ère Partie

6 12 2020

 

 

Voici un extrait de ce que transmet à ce sujet M. le lieutenant-colonel Daumas, directeur des Affaires arabes :

 

 

 

 

 

L’idée de la Zmala avait été conçue par notre infatigable adversaire, afin que désormais, sans inquiétude pour sa famille, pour celles de ses chefs les plus dévoués, et pour la conservation de ce qu’on appelle ses trésors, il pût se livrer sans réserve au soin de nous créer des embarras et de lutter par tous les moyens imaginables contre notre domination. Il avait vu, de retraite en retraite, tous ses établissements fixes successivement envahis et détruits par nos soldats; pressé entre le désert et nos colonnes, il comprit que pour sauver les plus précieux débris de sa puissance, il ne lui restait plus qu’un moyen, c’était de les rendre mobiles, comme les tribus les plus mobiles, et de dérober à nos armes, par la fuite, ce qu’il ne pouvait leur disputer par le combat.

 

Il organisa donc la Zmala ; il y rassembla tout ce qu’il tenait à conserver; il le plaça sous la garde de ses plus braves et de ses plus fidèles partisans, et l’envoya sur les limites du désert.

 

Le campement de cette population nomade en fait connaître parfaitement l’organisation ; il était toujours le même, toujours régulier, sauf les obstacles invincibles opposés par le terrain, et se composait de quatre enceintes circulaires et concentriques, où chaque douar, chaque famille, chaque individu avait sa place fixe et marquée, suivant son rang, son utilité, ses fonctions ou la confiance qu’il inspirait.

 

Dans la description que nous allons en donner, Abd-el-Kader sera souvent nommé l’émir, suivant la coutume de ceux qui lui obéissent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PREMIÈRE ENCEINTE,

 

 

 

Douar de l’Émir.

 

La zmala arrivant à son gîte, l’émir plaçait son douar au centre du terrain qu’elle devait occuper.

 

Ce douar se composait des familles suivantes:

Zohra, mère de l’émir ;

Khira-bent-bou-Taleub, première femme de l’émir;

Aâycha, seconde femme épousée récemment par l’émir;

4° Un fils de trois ou quatre ans et un autre à la mamelle ;

5° Deux filles en bas âge ;

6° La famille de Hadj-el-Djilali, conseiller intime de l’émir ;

7° La famille de Mohamed-ben-Faqra, qraznadar de l’émir;

8° La famille de Si Mohamed-el-Medany, khodja de l’émir;

9° La famille de Sid-el-Hadj-Mohamed-ben-Moustapha, khodja de l’émir ;

10° La famille de Si Mohamed-ben-Abderrahman, khodja de l’émir ;

11° La famille de Sid-el-Habib-bel-Trary, agha principal de l’infanterie régulière ;

12° La famille de Sid-el-Hachemi-Taleub ;

13° La famille de Ben-Kada, cuisinier de l’émir.

Ce dernier était le seul qui pouvait préparer les aliments de la famille ;

 

Autour de ces familles venaient se grouper les tentes de quelques serviteurs dévoués, et le tout pouvait former une réunion de 30 à 35 tentes.

 

 

 

 

 

 

Douar de Sid-el-Hadj-Moustapha-ben-Thamy, beau-frère de l’émir

et ex-kalifa de Mascara.

 

A côté et à l’Ouest du douar de l’émir, se trouvait toujours placé le douar de Sid-el-Hadj-Moustapha-ben-Thamy, son beau-frère, et ex-khalifa de Mascara.

 

Ce douar se composait des familles suivantes :

1° La première femme du khalifa Khedidja-ben-Mahhyeddin, sœur de l’émir (pas d’enfants) ;

2° La deuxième femme du khalifa Aâycha, fille de Sidi-Abd-Allah-bou-Djelal, ancien cadi d’Oran sous les Turcs ;

3° La famille de Sidi-el-Hadi-el-Boghary, ex-kaïd de Mascara, et ami intime du khalifa ;

4° La famille de Sid-el-Hadj-Tahar, frère de l’ex-kaïd de Mascara, qui était ordinairement employé par le khalifa à des missions diplomatiques ou commerciales, dans le Maroc ou à Tunis.

5° La famille de Hadj-Zyan, cousin de l’ex-kaïd de Mascara ;

6° La famille de Hadj-Bouâalam, trésorier de l’émir, à Mascara ;

7° La famille de Si Thamy, trésorier du khalifa ;

8° La famille de Si Mohamed-Bouzid , premier khodja du khalifa ;

9° La famille de Si Abderrahman-ben-Morssely , conseiller intime du khalifa ;

10° La famille de Si Mohamed-el-Cherchaly, bache-tobdjy, c’est-à-dire chef de l’artillerie ;

11° La famille de Sid-el-Arby-ben-Messahal, khodja de l’infanterie régulière.

 

Autour de ces familles venaient se grouper celles des serviteurs les plus dévoués, des esclaves, etc..; le tout pouvait former de 25 à 30 tentes.

 

 

 

 

 

 

Douar d’El Hadj-Abd-el-Kader-Bou-Qeliqra , ex-kaïd de Zedama.

 

À côté et à l’Est du douar de l’émir se trouvait toujours placé le douar d’El-Hadj-Abd-el-Kader-Bou-Qeliqra, ex-kaïd de Zedama.

 

Il se composait des familles suivantes :

1° La famille de kaïd de Zedama ;

2° La famille de Si Hamed, son frère ;

3° La famille de Si Mohamed-Legrâa, son frère ;

4° La famille de Si el-Arby, khodja du kaïd.

 

Autour de ces familles venaient se grouper celles des chaouchs, des domestiques, des nègres, des négresses ; et le tout pouvait former une quinzaine de tentes.

 

Au moment de la prise de la zmala, Hadj-Abd-el-Kader-Ben-Qeliqra se trouvait retenu hors du combat par une blessure reçue dans la ghazia de l’émir sur les Zedama. Il a été sauvé par quelques serviteurs dévoués.

 

 

 

 

 

 

Douar de Miloud-ben-Arrach, ex-agha du Cheurg

Devenu khalifa depuis peu, et conseiller intime de l’émir.

 

 

A côté et au Nord de la tente de l’émir se trouvait toujours placé le douar de Miloud-ben-Arrach.

 

Il se composait des familles suivantes :

1° La famille de Miloud-ben-Arrach ;

2° La famille de Si Kaddour, son fils ;

3° La famille de Kaddour-el-Guisi, trésorier de Miloud-ben-Arrach ;

4° La famille de Si Hamed, fils de Kaddour-el-Guisi ;

5° La famille de Adda-bou-Azza, beau-frère de Miloud-ben-Arrach ;

6° La famille de Mohamed-ben-Kaouadjy, ami de Miloud-ben-Arrach ;

7° La famille de Hadj-Hamed-Ould-el-Aâzry, khalifa de Miloud-ben-Arrach.

 

Autour de ces familles, celles des serviteurs, etc., le tout pouvant former de 15 à 20 tentes.

 

 

 

 

 

 

Douar de Sid-el-Hadj-Mohamed-bel-Qraroubi, premier secrétaire

de l’émir, son ami intime, devenu khalifa des Flitas.

 

A côté et au Sud du douar de l’émir se trouvait toujours placé le douar de Sid-el-Hadj-Mohamed-bel-Qraroubi.

 

Il se composait des familles suivantes :

1° La famille de Sid-el-Hadj-Mohamed-bel-Qraroubi (1) ;

2° La famille de Mohamed-Ould-el-Hadjy-Aly, agha des Hachems-Guerraba;

3° La famille de Sid-el-Missoum-bel-Ghettam, l’un des aghas de l’infanterie régulière;

4° La famille de Si Berkani, l’un des khodjas de l’infanterie régulière ;

5° La famille de Si Mohamed-ben-el-Mezôo, l’un des khodjas de l’infanterie régulière ;

6° La famille de Si Mohamed-bel-Bordjy, ami intime de Bel-Qraroubi.

 

Autour de ces-familles, celles des serviteurs, etc., le tout formant une douzaine de tentes.

 

 

 

 

 

 

 

(1) Quatre-vingt-cinq prisonniers, parmi lesquels son fils, ses deux neveux, un fils de Miloud-ben-Arrach, un cousin-germain d’Abd-el-Kader, le chef d’artillerie, un secrétaire, un tambour-major, et le tailleur des réguliers, le sellier et le bourrelier d’Abd-el-Kader.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45