Artisan d’antan: El Kherraz

23 09 2020

 

 

 

 

 

 

Artisan d’antan: El Kherraz dans Art 200617074058291402

Constantine – Quartier des Cordonniers Arabes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

El Kherraz, le cordonnier arabe, est bien un métier des plus répandus parmi ceux exercés par les beldis (citadins) des villes algériennes.

 

On est, en effet, étonné du grand nombre de cordonniers que l’on rencontre dans les quartiers arabes de Constantine. Cette quantité de Kherrazine s’explique par les marches nombreuses et longues, qu’effectuent continuellement les indigènes algériens, et aussi par la qualité médiocre des belgha ou sabbath (chaussures) que leur vendent les Cordonniers arabes.

 

Dans la ville de Constantine, où la profession de Kherraz est spécialement florissante, ils occupent presque exclusivement un quartier, comme du reste ils le faisaient lors de l’entrée des troupes françaises en 1837. On arrive à ce quartier par la rue du 23e de ligne qui, elle-même, renferme de nombreuses boutiques de cordonniers.

 

El-Kherraz est ordinairement installé dans un modeste local, aux dimensions exiguës, qui lui sert exclusivement d’atelier, sa famille vivant comme celle de tous les musulmans dans une dar (maison) retirée, à l’abri des regards indiscrets.

 

Il y a un ou deux ouvriers, un ou plusieurs apprentis, ces derniers sont perchés le plus souvent sur une soupente située au-dessus du patron et des ouvriers, et à laquelle on accède par une petite échelle. Comme cette soupente ne couvre que la moitié de la boutique, les apprentis paraissent comme placés sur une sorte d’étagère.

Patron, ouvriers, apprentis sont accroupis à la turque ou assis sur des tabourets très bas. Ils travaillent silencieusement, ne disant crue les paroles indispensables à leur métier.

 

Le mobilier du Kherraz, comme celui de tous les artisans arabes, est des plus simples ; du reste pourquoi serait-il luxueux ? les femmes arabes ne: vont pas choisir et essayer leurs chaussures, leur raffinement ne va pas jusqu’à exiger des bottines leur serrant exactement le pied; quant aux hommes, ils ne sont pas assez partisans du confort pour demander de l’élégance au Kherraz.

 

Une natte en palmier nain ou autre fibre végétale, un plateau de bois dur monté sur trois pieds (djedra) sur lequel le cuir est aplati, un marteau de cuivre (damir) sorte de pilon ressemblant à un bougeoir, avec lequel on assemble les morceaux de cuir collés avec de la rate de mouton, plusieurs alênes (messred), un petit bidon remplaçant le baquet de sciences des cordonniers (occidentaux) et une petite caisse dans laquelle se trouvent ses approvisionnements, voilà son mobilier.

 

Indépendamment de ce qui lui est nécessaire pour son métier, El Kherraz possède toujours un vase dans lequel il entretient un basilic (hebak), cette plante également chère à nos bottiers, et une petite cage dont les barreaux faits de petits roseaux et de piquants de porc-épic, retiennent prisonnier un oiseau quelconque.

 

Les plus luxueux possèdent un petit aquarium dans lequel évolue Une dorade, les moins fortunés remplacent l’aquarium par un grand verre et la dorade par un vulgaire barbeau.

 

L’oiseau et le poisson sont bien soignés par El Kherraz mais le basilic est surtout l’objet de sa sollicitude. Tous les matins, il l’arrose, le débarrasse des feuilles mortes ou des insectes et veille à ce qu’aucune feuille ne dépasse la courbe de globe qu’il a donnée au basilic ; la prédilection du cordonnier arabe pour le basilic s’explique par le besoin de combattre l’odeur désagréable du cuir.

 

 

 

 

 

 

200617074108309073 dans Art

Échoppe de cordonniers à Constantine : 1910

 

 

 

 

 

 

El Kherraz travaille avec ardeur toute la journée, il fabrique des sebbath (souliers arabes ordinaires), des belgha (sorte de mules) pour les citadins, des chebrella (brodequins) pour les femmes. Les nombreuses chaussures étalées au soleil, près de chaque boutique attestent de l’activité déployée par le cordonnier arabe. Quand le soleil est couché, il suspend son travail et ferme la boutique, le patron et les ouvriers mariés rentrent chez eux, les ouvriers célibataires partagent leur soirée entre le tebbakh (restaurateur) et le kahouadji (cafetier maure) où plusieurs parties de ronda avec des cartes espagnoles et quelquefois une pipe de haschich, suffisent à les distraire toute la soirée.

 

 

 

 

 

200617074059545732

 

 

 

 

 

A côté du cordonnier citadin, il y a aussi El-Melakh (savetier ambulant) qui se transporte sur les divers marchés pour rapiécer les chaussures de ses coreligionnaires.

 

El Melakh a encore un matériel plus rudimentaire que le cordonnier de la ville ; une caisse à savon de Marseille comme siège et une autre caisse qui lui sert d’établi et de coffre, il n’a pas de plateau en bois dur, mais une pierre, plate d’un côté remplira le même office; il n’aura qu’à la placer sur ses genoux lorsqu’il voudra assouplir ses cuirs. Il possède aussi un damier quelques alênes et du fil.

 

Il aura vite procédé à son installation dans un coin quelconque, car il ne possède ni tente, ni abri ; notre Melakh a des goûts bien simples et son ambition ne va pas loin, pourvu qu’il ait quelques pratiques, cela lui suffit. Les clients qui viennent lui apporter leurs chaussures ne sont pas riches, (du moins ils le prétendent tons) et quatre ou cinq sous seront toujours le prix d’un rapiècement plus: ou moins adroitement fait. Quand il s’agit d’une semelle à remettre, le bénéfice est plus fort; il ira quelquefois jusqu’à un ou deux francs!

 

Le salaire du pauvre savetier ne s’élève pas à grand chose et quand après avoir peiné toute une journée, il obtient trois ou quatre francs, il se déclare fort satisfait. Si par malheur le mauvais temps a empêché les clients de venir, El Melakh ne se plaint pas sachant que l’homme ne doit jamais s’élever contre les décisions d’Allah.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45