Le Marché Kabyle d’antan – Marchés Intérieurs : Le Vendredi

5 07 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. – Vendredi des Aït-Ahmed-Gâret (canton de Bou-Daoud). Très-peu achalandé; fréquenté par les Aït-Saïd (Bou-Daoud).

 

 

 

 

 

2. – Vendredi des Oulâd-Sidi-Yahia-ou-Sa’âd-Allah (canton de Zeffoun). Situé près du village de R’arrou, à côté et sous la protection d’un marabout qui sert de sépulture au patron de la tribu.

 

 

 

 

 

3.- Vendredi des Beni-‘Azzouz (canton de Zeffoun). Très achalandé; se tient autour de la mosquée de Sidi-Ahmed-bou-Châfa‘, et auprès d‘un village appelé lui-même El-Djema‘, du nom du marché. On désigne quelquefois le marché des Beni-‘Azzouz par le nom de Djema’-bou-Châfa’ (le vendredi des Bou-Chàfa’). La mosquée est blanchie à la chaux, et renferme une zaouïa dans laquelle sont entretenus dix à douze tâlebs. Ce marché est fréquenté par les Beni-Aïâd, marabouts; par les Beni-Yahia-ou-Youcef, par les marabouts de Tazrout, par les Aït-ou-Mâlek, par les Beni-H’açaïn. Ces diverses tribus appartiennent au canton de Bou-Daoud. Il est fréquenté, en outre, par les Oulâd-Sidi-Ahmed-ben-Youcef et par les Zekhfaoua, deux tribus du canton de Zeffoun, et enfin par les Beni-bou-H’aï (Zouaoua); ces derniers y vendent un peu d’huile, du blé, de l’orge et des bestiaux.

 

 

 

 

 

4. – Vendredi des Beni-H’amsi (Zouaoua).Très-achalandé. Beni-H’amsi est un village des Beni-Kebîla, auprès duquel se tient le marché de la tribu; c’est de là que lui vient son nom; on l’appelle aussi quelquefois le vendredi de K’ebîl, a cause du nom de la tribu. Il est fréquenté surtout par les Zouaoua, et en particulier par les Beni-Manguellât, par les Beni-bou-Drar et par les Beni-Yahia. Les Beni-Our’lis (Akfâdou) s’y montrent eux-mêmes assidûment, ainsi que les Beni-Ouakkour (Jurjura méridional). Ces derniers y vendent des ligues, un peu d’huile et des fèves, et prennent en échange du blé.

 

 

 

 

 

5.- Vendredi des Beni-Fraoucen (canton des Zouaoua). C’est un des principaux marchés, sinon le principal, de la Kabylie; il se tient à Djema’t-es-Sahridj (le vendredi du bassin), petite ville qui lui doit son nom. Ce marché est fréquenté par presque toutes les tribus de la Kabylie, et même par des tribus étrangères. Voici, parmi les populations qui s’y montrent le plus assidûment, celles qui nous ont été signalées: les Beni-Djennâd ( Zeffoun ) , les Beni-Ouarguennoun (Taksebt), les Amraoua (Dellis); enfin, dans le canton des Zouaoua, les Beni-Khelili, les Beni-Ir’ât’en, les Beni-Yahia , les Beni-bou-Cha’îb et les Beni-R’oubri. On y trouve encore habituellement les Beni-Chelmoun (Flîcet-Mellîl) , et enfin les Isser (extérieur). Ces derniers y achètent de l’huile et des figues, qu’ils prennent en échange du blé, pour les aller vendre a Alger.

 

 

 

 

 

6. – Vendredi des Nezlioua (canton de Ben-Hini). Se tient en un lieu appelé Bou-Seggâcen , à la limite du territoire des Nezlioua, près du village de Beni-Matas, qui appartient aux Frek’ât, canton de Bou-R’ni. Il est fréquenté par les Beni-Dja’âd (extérieur), qui vraisemblablement y apportent du blé.

 

 

 

7. – Vendredi de Kolla (canton du Bîbân). Se tient à Kolla même, village qui a donné son nom à la tribu de Kolla-ou-Satour, dont il fait partie. Il est fréquenté par les trois tribus voisines de Tafreg, de Bounda et de Dja’fra, comprises dans le canton d’Ilmaïn.

 

 

 

 

 

8.- Vendredi des Beni-Ourtilân (canton d’Ilmaïn). Voici encore un des marchés les plus achalandés de la Kabylie; il se tient au village d’El-Djema’ (le vendredi), qui lui doit son nom. Sur leur marché, les Beni-Ourtilân vendent des bernous, de l’huile et des fruits secs. Le marché des Beni-Ourtilân est fréquenté par presque toutes les tribus de la rive droite de l’Ouad-Akbou et aussi par des tribus étrangères à la Kabylie. On signale, comme paraissant le plus régulièrement sur le marché, les Beni-Our’lis (Akfâdou), les Beni-Aïdel (Ilmaïn), les Beni-Khiâr (Ilmaïn), les Beni-Mouah’li (Ilmaïn). Toutes ces tribus apportent, comme marchandises à vendre, de l’huile et des fruits secs; elles trouvent là, pour les acheter, les négociants de Bou-Sa’da et les tribus de l’Ouennour’a et de la Medjâna.

 

Les négociants de Bou-Sa’da apportent de la laine, du h’enna, des dattes, des cordes en poil de chameau, dont les hommes font des turbans, des ceintures de laine pour les femmes. Ils prennent, en échange de ces produits, des fruits secs, de l’huile, des bernous communs , des plats (gâça’) et des petites tables en bois (mtâred). Ils vont vendre ces divers objets dans le Sahara, et surtout dans l’Ouad-Mzâb.

 

Les tribus de l’Ouennour’a qui fréquentent le plus assidûment le vendredi des Beni-Ourtilân sont les Kherâbcha, les Oulàd-Slâma et les Oulâd-Djellâl. Les Kherâbcha y vendent des moutons, des bœufs, de la laine, du h’alfa pour les fabricants de paillassons et du blé; ils y achètent des fruits secs, des olives et de l’huile. Les Oulâd-Slâma font le même commerce. Les Oulâd-Djellâl vendent du blé, de l’orge et des bestiaux; ils en rapportent des fruits secs, du fer et de la poudre. Les tribus du Djebel-Dre’ât, et en particulier la tribu de Hel-el-Hamra, fréquentent aussi le vendredi des Beni-Ourtilân; elles y font le même commerce que celles de l’Ouennour’a.

 

 

 

 

 

9. – Vendredi des Beni-Chebâna (canton d’Ilmaïn). Peu achalandé. Fréquenté par les Beni-Khâteb.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45