Le Royaume D’Alger sous Le Dernier Dey – 5ème partie -

22 05 2019

 

 

 

 

DAR ES-SOLTANE 

 

 

 

 

 

IV. — Vassaux ou alliés

 

 

 

 

 

 

 

31. Fief maraboutique des OULED-SIDI-ALI-MBAREK, à Kolea, la ville sainte (1831-1835). — Influence dans les Outanes du Fehace, du Sebt et des Beni-Khelil (Kolea, P. E.).

 

 

 

 

 

 

 

32. BENI-MENADE de la Mitidja, et BENI-MERITE (1843). — Fournissaient des cavaliers au Makhezène des Hadjoutes, des clients aux marabouts de Koléa et aux Brakna de Cherchel. — Sahel, D. C. (Meurad, P. E.); El-Hammam, D. C. (Hammam-Righa, M.); Beni-Merite, D. C. (Meurad, P. E.).

 

 

 

  

 

 

 

33. Fief maraboutique héréditaire des BRAKNA (1840-1843) (*). — Seigneurs religieux de la confédération berbère des BENI-MENACEUR, composée de 42 fractions minuscules, quelquefois désignées d’après leur groupement territorial.

 

BENI-MENACEUR-CHERAGA (1843). — El-Gourine, D. C. (Gouraya, M., et. territoire de Marceau, C).

 

BENI-MENACEUR-GHERABA (1843). — Sidi-Simiane, D. C. (Gouraya, M.).

 

BENI-MENAGEUR-DJEBALÏA (1840). — Zakar, D. C. (Hammam-Righa, M., et centre de Margueritte) ; Boumad, D. C. (Hammam-Righa, M.).

 

CHENOUA (1842).— Chenoua, D. C. (Cherchel, P. E.; Tipaza, P. E.).

 

AHL-AGHBAL. — Aghbal, S. I. (Gouraya, M.).

 

 

 

 

 

 

 

34. Fief maraboutique de la zaouïa de TOURTATINE des Ouled- Mahieddine-Ould-Sidi-Touati (en rivalité avec la zaouïa de Sidi-Salem) et seigneurs religieux de la confédération des BENI-SLIMAN (1842). (Voir n° 19.)

 

BENI-OUATTA, NAAMINE, EL-BEKEM. — Tourtatine, S. I.; Tablate, S. I. ; Bahata, S. I. (Tablât, M.).

 

 

 

 

 

 

 

35. Fief maraboutique de la ZAOUIA-SIDI-SALEM (**) (1847). —Jouissait du droit d’asile. Ses chefs étaient les seigneurs religieux de la confédération des BENI-DJAAD, qui fournissait des Mokhaznia aux Turcs (Voir n° 18).— Le fief patrimonial des Ouled-Sidi-Salem comprenait sept villages devenus Souflate, D. C, (Aïne-Bessem, M.).

 

CHERFA-EL-HAREQ, CHERFA-DAHRA (1847). — Guerrouma, D. C. (Palestro, M.).

 

CHERFA-QUEBALA (1847). — El-Mihoub, D. C. (Toblat, M.).

 

BENI-AMRANE (1847). — Boukeram D. C. (Palestro M.; l’Arba P.E.).

 

 

 

Ces quatre fractions maraboutiques étaient prépondérantes; mais après la zaouïa de Sidi-Salem.

 

OULED-BRAHIM, tribu noble (1847). — El-Bellam, D. C. (Bir-Rabalou, P. E.).

 

BENI-BEL-HASSINE (1847). — Beni-bel-Hassine, S. I. (Palestro, M.).

 

OULED-SELIM (1847). — Ouled-Selim S. I. (Aïne-Bessem M.).

 

METTENANE (1847). — Mettenane, D. C. (Aïne-Bessem,M.).

 

BENI-MANED (1847). — Beni-Maned, D. C. (Palestro, M.).

 

SENHADJA, BENI-MAHALLA, OULED-AÏSSA, OUCHERFAT-EL-QALOA, etc. — Senhadja, S. I. et Maalla, S. I. (Palestro, M.).

 

 

 

 

 

 

 

36. Confédération berbère des IFLISSÈNE-OUM-EL-LILLE ou FLISSA (1844-1849-1851-1852). — Sous le commandement héréditaire des Beni-Zamoun, depuis 1769; comprenant 14 arch ou groupes fédérés (1).

 

 AÏTE-MRANE, AÏTE-BÔUROUBA et ARCH-ALEMMAS ou EL-OUSTANI (1849-1852). — Oued-Chendeur, D. C. (Haus-sonvillers, dit aussi Azib-Zamoun, P. E.).

 

 

AÏTE-GHILMOUNE et BENI-CHENACHA (1852).— Chenacha, D. C, partie (Camp-du-Maréchal, P. E.).

 

IRAFANE (ROUAFA). — Rouafa, D. C, partie (Bordj-Menaïel, P. E.).

 

 IBOUAZOUNINE OU AZAZNA. — Rouafa, D. C, partie (Isserville, P. E.).

 

 AÏTE-ARIF. — Tala-Imediane, D. C, partie (Mirabeau, P. E,), a fait partie du Caïdat de l’Oued-Kseub jusqu’en 1869.

 

 AÏTE-YAHIA-OU-MOUSSA (1851). — Ancien Caïdat de l’Oued-Kseub avant 1869; Tala-Imedrane, D. C, partie (Dra-el-Mizane, M.).

 

 ILTAÏENE.— Ancien Caïdat de l’Oued-Kseub, D. C. Sidi-Ali-Bounab, D. C. (Camp-du-Maréchal, P. E., et un peu à Mirabeau, P. E.

 

 AÏTE-MEKLA. — Beni-Mekla, D. C. partie, (Isserville, P. E.)

 

 IGHEMRACÈNE (GHOMRAÇA). — Beni-Mekla, D. C, partie (Isserville, P. E.).

 

 IMAZELÈNE (MEZALA). — Ichoukrène, D. C. (Dra-el-Mizane, P. E.) ; Akhelindja, D. C. (Tizi-Renif, P. E.).

 

 IMKIRÈNE (MEKIRA). — Flissa-Mekira, D. C. (Dra-el-Mizane, M).

 

 

 

 

 

 

 

37. Qbaïles de BENI-HINI ou AMMAL (1843). —Ammal, D. C. (Palestro, M., Palestro, P. E.).

 

 

 

 

 

 

 

 

38. AITE-KHALFOUN (1844). — Beni-Kalfoun, D. C. (Palestro, M. ; Palestro, P. E.); Taliouine, D. C, et partie des territoires de colonisation de Chabet-el-Ameur et Thiers.

 

 

 

 

 

 

 

39. AITE-AZIZ (1849). — Cheriki, D, C; Erriche, D. C. (Aïne-Bessem, M.).

 

 

 

 

 

 

 

40. Confédération des AITE-OUAGUENOUN (1844-1845). — Neuf groupes ou arch.

 

CHEURFA, AÏTE-SAÏD. — Beni-Ouaguenoun, D. C. (Dellis, M.).

 

IASKERÈNE, AÏTE-MESSELEM, ISTITÈNE. — Iaskerène, D. C. (Dellis, M.).

 

AÏTE-SIDI-AAMZA, ATOUCH. — Makouda, D. C. (Dellis, M.).

 

AÏTE-AÏSSA-OU-MIMOUN, AAFIR. — Djebel-Aïssa-Mimoun, D. C. (Dellis, M.).

 

 

 

 

 

 

 

41. Confédération des IFFLISÈNE-EL-BAHAR. — Quatre groupes ou arch.

 

AÏTE-ZOUAOU, AÏTE-AHMED, AÏTE-IZERARÈNE, AÏTE-TIFRA. — Ifftissène, D. C. (Azeffoun, M.).

 

 

 

 

 

 

 

42. AITE GHOUBRI (1851) (2), arch de 15 toufiq, alliés oukaci et en réalité indépendants. —Beni-Ghobri, D. G. (Haut-Sebaou),

 

 

 

 

 

 

 

43. Confédération des MAATKA (1851). AÏTE-SIDI-ALI ou MOUSSA, zaouia formant un toufiq de 7 hameaux ; CHEURFA, mrabtine 1 toufiq.

MAATKA, arch de 12 toufiq. — Maatka, D. C. (Tizi-Ouzou, P. E.), et pour une très faible partie, Maatka, S. I. (Dra-el-Mizane, M.; Boghni, C).

 

 

 

 

 

 

 

44. IBÉTROUNÈNE (1851), arch de 3 toufiq. —Betrouna, D. C. (Tizi-Ouzou, P. E.).

 

 

 

 

 

 

 

45. AITE-KHELEFA (1851), arch de 4 toufiq. — Trimitine, D. C. ; Mirabeau (Dra-ben-Kedda, P. E.).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

46. Confédération des AITE-AISSI (1851), 5 arch, AÏTE-ABD-EL-MOUMÈNE, arch de 3 toufiq; IFERDJIOUN, arch de 3 toufiq ; AÏTE-AMEUR OU FAÏD, arch de 2 toufiq.— Beni-Aïssi, D. C. (Fort-National, M.).

 

AÏTE-DOUALA, arch de 9 toufiq. — Beni-Douala, D. C. (Fort-National, M.).

 

AÏTE-MAHMOUD, arch de 6 toufiq. — Aïd-Mahmoud, D. C. (Fort-National, M.).

 

 

 

 

 

 

 

47. ZAOUIA BOUHINOUN et AITE-ZMENZEUR (1851), arch de 8 toufiq. — Zemenzer, D. C. (Tizi-Ouzou, P. E.).

 

 

 

 

 

 

 

48. ZAOUIA DES AITE-SMAIL (1847-1849-1851), tombeau de Sidi-Abderrahmane ben Goubrine. — Bounouh, D. C. (Dra-el-Mizane, M.).

 

 

 

 

 

 

 

49. Confédération des IGOUCHDAL (GUECHTOULA) (1847-1849-1851-1856), 9 arch (Voir n° 15). FRIKAT-AÏTE-KHELOUF, arch de 2 toufiq et FRIKAT-AÏTE-MATAS (1856-1869). — Fricat, D. C. (Dra-el-Misane, M.). AÏTE-SMAÏL, arch de 8 toufiq (1849). — Inesmane, D. C. (Bouira, P. E.) et Bounouh, D. C. (Dra-el-Mizane, M.).

 

AÏTE-KOUFI, arch de 4 toufiq (1857-1849). — Beni-Kouffi, B.C. (Dra-el-Mizane, M.). .

 

AÏTE-MENDÈS, arch. de 5 toufiq (1849-1856). — Beni-Mendès, D. C. (Dra-el-Mizane, M.).

 

CHEURFA-GUIGHIL-GUEQUÈNE, arch de 4 toufiq mrabtine (1856). — Acif-Boulma, D. C, partie (Dra-el-Mizane, M.).

 

IGHIL-IMOULA, arch de. 1 toufiq (1856). — Acif-Boulma, D. C, partie (Dra-el-Mizane, M.).

 

AMECHRA. arch de 4 toufiq (1851-1856). — Mechtra, D.C. (Dra-el-Mizane, M.).

 

AÏTE-BOU-ADDOU, arch de 6 .toufiq (1856). — Beni-Bouaddou, S. I. (Dra-el-Mizane, M.).

 

AÏTE-BOUGHERDANE, arch de 4 toufiq (1849-1856). — Amlouline, D. C. (Dra-el-Mizane, M.).

 

 

 

 

 

 

 

50. Confédération des AITE-SEDKA (1852-1853), 13 arch AÏTE-SEDKAÏOUENE, arch de 9 toufiq (1853). — Beni-Sedka-Ouhadia, S. I. (Fort-National, M.).

 

AOUKDAL, arch de 5 toufiq; AÏTE-ALI-OU-ILLOUL (1853), arch de 3 toufiq ; AÏTE-AHMED, arch de 3 toufiq (1853). — Beni-Sedka-Ogdal, S. I. (Djurdjura, M.).

 

AÏTE-BOUCHENNACHA, arch de 4 toufiq ; AÏTE-CHEBLA, arch de 2 toufiq ; AÏTE-IRGUÈNE, arch de 2 toufiq (1853). Beni-Sedka-Ghenacha, S. I. (Fort-National, M.).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Fief de Si Mohammed ben Aïssa el-Derkani, khalifa de l’émir Abdelkader.

 

 

 

 

 

(**) Fief de Si Ahmed Taieb ben Sidi Salem, khalifa de l’émir Abdelkader.

 

 

 

 

 

 

(1)L’organisation nationale et traditionnelle des Qbaïls comprend en commençant par l’unité préformante de la société :

1° la Karouba (Takheroubt, Adroum, Tarifle selon les dialectes), c’est l’unité familiale avec sa clientèle immédiate et sa domesticité : la gens

romana,

2° La tadderte (village ou hameau);

3° Le toufiq, appelé aussi tadderte (et Taquelèle dans l’Aurès), commune autonome et unité administrative et politique sous la direction de la Djemaâ des notables ou sages Oqqal, présidée par un aminé, amrar vieillard ou amoqrane (grand), assisté d’agents d’exécution dits Tamine ou Damène (1 par sous-fraction) et d’un ouquil ou intendant-comptable;

4° L’arch, syndicat et fédération permanente de toufiq, ayant à sa tête en temps de paix l’assemblée ou djemaa des Oumena de toufiq et, en temps de guerre seulement, un Amine-el-Oumena ou chef militaire;

5° la taquebilte ou confédération, ligue politique ou guerrière de plusieurs arch en vue d’un seul but temporaire ou intermittent.

 

Le sof qbaïl, est « une association d’assistance mutuelle dans la défense ou dans l’attaque pour toutes les éventualités de la vie. » (Hanoteau et Letourneux). Il est en dehors de l’organisation politique et diffère sensiblement du sof arabe, qui est le parti ou la clientèle d’une famille ou d’une personnalité dirigeante.

 

De même aussi l’arch qbaïl (fédération ou syndicat de villages) diffère tout à fait de l’arch arabe, qui est un ethnique ou tribu formée, théoriquement au moins, de la descendance d’un ancêtre éponyme dont elle a conservé le nom précédé du vocable ouled ou quelquefois béni.

 

 

 

 

 

 

(2) Au vocable berbère Aïte, usité dans le pays et signifiant clan de, on a souvent substitué les vocables arabes Béni fils et même Ouled enfants qui a encore un cachet plus arabe. On a aussi, à l’imitation des Turcs, arabisé la plupart des noms ; c’est ainsi qu’Iflissène est devenu Flissa, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

__ . . __

 

CAPITALES Dénomination traditionnelle et usitée par les Turcs pour les grands groupes

 

PETITES CAPITALES. Dénominations traditionnelles des fractions, tribus, groupes, subdivisions.

Italiques Noms officiels modernes.

 

( ) Parenthèses.. Communes où elles sont situées.

 

D. C. Douar commune ou section constituée et délimitée.

 

S. I. Section indigène.

 

M. Commune mixte.

 

P. E. Commune de plein exercice.

 

T. C. Territoire de commandement.

 

K. Kaïdat.

 

C. Centre de colonisation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45