Brève Histoire de la Musique Arabe

31 12 2018

De la Jahiliyya à l’époque Abbasside 

 

 

 

 

 

 

 

Brève Histoire de la Musique Arabe  dans Musique 1541756121-event-2-juillet-2016-instruments-83798

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Jahiliyya 

 

La Jahiliyya est le nom donné à l’époque arabe préislamique antérieure à l’apparition de l’Islam , une époque considérée comme étant d’obscurantisme religieux et civique. Dans le domaine musical, nous savons que les Arabes de l’époque accordaient une grande importance à la musique, importance qui se manifestait dans les différents genres musicaux pratiquée par des citadins et des Bédouins: la cause pourrait en être l’existence d’un grand héritage qui trouve ses origines dans des époques antérieures. En effet, au parcours de leur histoire, les Arabes ont connu de brillantes civilisations: le Royaume de Saba (800 av. J. -C. – 115 av. J. -C.) ou celui des Nabatéens (169 av. J. -C. – 105 av. J. -C.) en sont de judicieux exemples. Ces royaume avaient, en outre, des contacts avec les civilisations de leurs époques, l’assyrienne, la sumérienne, l’égyptienne, l’indienne, la chinoise, la grecque ou la persane, par voie du commerce (avec l’Asie Centrale, par exemple) ou de l’installation de différentes communautés dans cette vaste aire du monde antique. Les Arabes de l’époque préislamique s’adonnaient à la poésie, à l’histoire, à l’astronomie, et aux mathématiques; cela nous pousse à supposer qu’ils possédaient également une musique élaborée et aux traits bien définis. Henry Farmer a écrit:  »la musique arabe et la musique persane remontent à une antique origine sémite qui a influencé, depuis longtemps, la musique grecque, et qui eu a peut-être constitué l’origine. »

 

 

Pour le VIIe siècle de l’ère chrétienne, nous disposons de suffisamment d’informations pour imaginer le panorama musical de l’époque: La Mecque constituait l’un des centres musicaux les plus importants, et la musique était ou bien sédentaire ou bien nomade. La scène musicale sédentaire connut les Qainas, femmes chanteuses et instrumentistes qui jouissaient d’une grande popularité auprès les hommes; leur musique était plus raffinée et plus élaborée que celles des Bédouins. 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première époque de l’Islam (610 – 661) 

 

 

  L’arrivée de l’Islam supposera un changement dans le domaine de la foi, de la politique, de l’attitude sociale et de l’économie. De culture fondamentalement arabe, la première société islamique développe une nouvelle attitude basée sur le Coran et la Sounna (faits et dits du prophète Mohamed). Cette première époque, qui couvre celle du prophète et celles des premiers califes (connus par l’adjectif al-rachidoun, « les bien guidés »), est celle de la constitution de la société musulmane, la Oumma, où la musique n’a pas encore subi de changement appréciable, ni trouvé encore un terrain stable pour se développer en harmonie avec la nouvelle situation, encore imprécise dans le domaine culturel et artistique. 

 

 

Durant le califat de Otman (troisième calife) la situation sociale et culturelle des Arabes changera, grâce à la conquête de terres où avaient fécondé d’anciennes civilisations telle Byzance ou la Perse. Quant au quatrième calife, Ali, il était lui même poète. Tout cela, uni à une base religieuse qui encourage la science, la connaissance et la recherche de la beauté (Le prophète Mohamed a dit: « Dieu est beau et aime la beauté ») fit que l situation culturelle change, fleurissant une classe de poètes et de musiciens qui jouissaient de respect et d’admiration (ce fut le cas des musiciens Touways et Ibn Sourayj). D’un autre côté, le peuple commence à savourer, de plus en plus, les plaisirs de la musique raffinée et de la poésie. De cette façon apparaîtra une classe de mécènes qui encourageront et offriront protection, présents et argent aux musiciens. Médine deviendra le centre musical le plus important de l’époque, dû à sa position économique et à sa condition de foyer d’anciennes familles qoraychites. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’époque Omeyyade (661 -750) 

 

 

 

Sous le règne des Omeyyades, le monde islamique connaîtra un grand développement culturel basé sur le Coran, l’enseignement islamique, la poésie et la prose arabe, les traditions des Arabes et la culture des peuples islamisés. Les nouveaux palais et résidences des califes, des princes et des riches marchands connaîtront l’éclosion d’un grand nombre de poètes, de musiciens et d’intellectuels. Le calife Abdelmalik était lui même musicien et compositeur, et le calife el-Oualid convoquera à sa cour les meilleurs musiciens et compositeurs de la Mecque et de Médine (Ma’bad, Ibn Sourayj,….)

 

 

A cette époque, apparaîtra à la Mecque et à Médine, un nouveau style de chant rigoureux, connu sous le nom d’al-ghina’ al-moutqan. Avec ça, toute une école musicale sera définie, et qui portera, dès lors, le nom d’ancienne école arabe.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’époque ‘abbasside (750 – 1258) 

 

                          

Les Omeyyades ne pouvaient octroyer l’importance suffisante au legs culturel grec; d’une part, la langue officielle de l’état était l’arabe et il n’y avait recours aux autres langues qu’en cas de nécessité. D’autre part, ni les chrétiens byzantins des terres islamiques octroyaient une quelconque importance à la science grecque, considérée comme étant une science profane. Mais la situation changera avec les abbassides; leur califat apparaîtra et se développera sur une terre qui a connu un hellénisme important et dans laquelle on parlait persan. Le peuple gouverné comportait, en plus des musulmans, des chrétiens et des juifs. Inévitablement, les musulmans commenceront à éprouver de l’intérêt envers les connaissances d’autres peuples (hindou, persan et grec) et à traduire leurs écrits. A l’époque d’al-Ma’moun (813 – 833), plusieurs livres grecs sur la musique seront traduits à l’arabe, ainsi que d’innombrables traités de logique, de physique, de mathématiques, etc. Les théoriciens arabes connaissaient la théorie musicale gréco-persane, ils usaient du concept du quadrivium et adoptaient le système pythagorique. Ces théoriciens ne se limitaient pas à étudier et à apprendre ces théories, mais ils les critiquaient et y opéraient les changements qu’ils voyaient opportuns. De cette façon, les Arabes obtiendront leur propre théorie musicale, une théorie en accord avec leur musique, imprégnée de quelques éléments grecs, logiquement H. G. Farmer dira: « Ce qui est sûr c’est que les écrits d’al-Farabi et ceux d’Ikhwan al-Safa, au Xe siècle, étaient plus en avance à ceux des Grecs.«  

 

 

     

L’une des innovations les plus importantes de l’époque, faite par les Arabes, fut la notion de note sensible; jusqu’alors, l’utilisation de cette note pour conclure sur le degré fondamental était totalement prohibée. A la deuxième moitié du VIII e siècle, al-Khalil Ibn Ahmed al-Farahidi (m. vers 786 à Bassora) élaborera la science de la métrique ou ‘Ilm al-’aroud, fait très important puisque la structure syllabique de la langue arabe est basée sur une certaine notion du rythme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Théoriciens  

 

A l »époque abbasside, apparaîtront les grands théoriciens de la musique arabe; Younes al-Katib est considéré comme étant le premier à avoir transcrit la musique; et la Rissala fi khoubri ta’lif al-alhan d’al-Kindi. (m. 870) est considérée comme étant la première transcription de mélodies arabes. D’entre les écrits importants de l’époque citons: 

 

  •   Kitab al-mousiqa al-kabir , d’al-Farabi.
  •  Kitab al-aghani, d’al Asfahani. 
  •  Rissala fi khobri ssina’at al-ta’lif, d’al-Kindi. 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

Ishaq al-Moussili 

 

 

Compositeur et excellent interprète d’oud, Ishaq fut un important théoricien de son époque. Grand défenseur de l’école traditionnelle arabe, il a corrigé les genres du chant et a créé une théorie musicale basée sur les Assabi’ (rythmes) et Majari (modes). Ses connaissances englobaient la science des anciens – d’Euclide et ses prédécesseurs – sans leur avoir lu un seul ouvrage. 

 

En plus de l’école d’Ishaq al-Moussili, il y avait l’école des tounbouristes, qui prétendait intégrer des éléments persans dans la musique arabe; son représentant fut le prince Ibrahim Ibn al-Mahdi, interprète de tambour. Cette opposition d’attitude engendra une ambiance de confrontation entre les deux écoles. Rappelons que la culture non arabe, dans ce cas, la persane, jouissait déjà d’un grand intérêt à l’époque abbasside. Du fait, à la même époque (neuvième siècle), la théorie musicale arabe a commencé à utiliser les noms de modes persans. 

 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

Ziryab 

 

 

 

Abou al-Hassan Ali Ibn Nafi’, connu sous le nom de Ziryab, l’oiseau noir à la belle voix, fut disciple d’Ishaq al-Moussili et esclave d’Ibrahim Ibn al-Mahdi. A une occasion, le calife Haroun al-Rachid ordonna Ishaq de lui présenter un nouveau musicien, il fit alors venir Ziryab; le calife lui proposa d’utiliser l’oud de son maître pour jouer, mais il refusa, expliquant que le sien, de facture propre, était beaucoup plus léger, et que ses cordes étaient faites de matériaux qui confèrent plus de résistance et d’éclat au son. En plus, Ziryab utilisait un plectre en serre d’aigle au lieu du traditionnel plectre en bois usité à l’époque; de cette façon, il obtenait un jeu et des sons beaucoup plus doux. Ziryab interpréta alors une chanson de sa composition, qui émerveilla grandement la calife; ce dernier dit à Ishaq:  » Si je n’aurais pas été sûr que tu ne me mentirais pas en prétendant n’avoir jamais écouté Ziryab chanté avant ce jour, je t’aurais donné un châtiment bien mérité. Va et donne-lui une bonne instruction. Ce musicien m’intéresse beaucoup! » Ce fait provoqua la rage d’Ishaq qui, furieux, demanda à Ziryab de quitter Bagdad sous la menace d’un grand châtiment…..     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45