• Accueil
  • > Musique
  • > Petite histoire de «Harraz Aouicha», chanson mythique algéro-marocaine

Petite histoire de «Harraz Aouicha», chanson mythique algéro-marocaine

4 10 2018

 

 

 

 

 

Les mélomanes, en particulier les mystiques algérois du «khéloui», c’est-à-dire du bonheur extatique que procure le chaabi aux «douwaquine», ceux qui le goûtent de tout temps, vouent un culte particulier à «El Harraz». Ce long poème monométrique dont il existe trois textes différents chantés en Algérie et au Maroc par des maîtres du chaabi et du melhoun. Il s’agit précisément de «Harraz Aouicha», «Harraz Yamna» et «El Harraz» tout court.

 

 

 

En Algérie, El Hachemi Guerouabi et Amar Ezzahi ont interprété «El Harraz», le premier exécutant «Herraz Aouicha» et s’essayant aussi au poème «Harraz Yamna», alors que le second a prêté ses cordes vocales et celles de son mandole à la beauté mirifique de Aouicha. Mystère de l’alchimie musicale du chaabi et de la chimie poétique du melhoun, le Cardinal Hadj Mhamed El Anka, n’aurait jamais chanté «El Harraz». En tout cas, il n’existe nulle trace de quelque enregistrement que ce soit, même d’interprétations en privé ! Et comme on ne prête qu’aux plus riches, c’est-à-dire aux interprètes dont les voix provoquent parfois l’anagogie, c’est Amar Ezzahi qui aura donné à «Harraz Aouicha» les saveurs de la félicité.

 

 

 

 

 

 

Version algérienne: Le feu Maître Amar Ezzahi 

 

Image de prévisualisation YouTube 

  

 

 

 

 

 

 

Chantée en différents rythmes durant les années 1970, notamment en allegretto, allegro et vivace, elle révèle un Amar Ezzahi au sommet de sa forme, divinement inspiré, et manifestement heureux de nous dispenser un bonheur cosmique par le biais de ses cordes vocales et des cordes du banjo «guitare» du virtuose Abdelkader Belhadj. Un Belhadj dans la pure tradition des grands banjoïstes algérois qui ont accompagné nos grands maîtres du chaabi, tels Kaddour Eccherchali, Hassan Kerbali, P’tit Moh, les frères Chellal, Hssino, Moh Esseghir Laâma, Said Kassidy, ou encore Kabour Mohamed, alias «Ettailleur» qui se distinguait aussi par ses costards digne de Brummel ! Et sans le banjo «guitare» à quatre cordes de Abdelkader Belhadj, les versions «zahienne» de «Herraz Aouicha» n’auraient peut-être pas entraîne euphorie et lévitation chez les music lovers que sont les «zahiste». Grâce donc à ce banjo mythique, les intros d’Amar Ezzahi, ces envoûtantes «istikhbarate» vous transportent dans les profondeurs du tarab.

 

 Dans «Harraz Aouicha», le mandole de Amar Ezzahi et le banjo de Abdelkader Belhadj constituent les deux ailes qui permettent à l’oiseau du chant de s’élever et aux mélomanes d’être en transes !

 

 

 

Du point de vue de la poétique, la qasida «Harraz Aouicha» est un poème isométrique à rimes uniformes, dans la pure tradition du zajal, dont le sens initial en arabe signifie la voix, le ravissement par la voix et les mots, c’est-à-dire les instants d’ivresse que font vivre les mots déclamés ou chantés. Elle est attribuée au marocain Moulay Ali El-Baghdadi, qui l’aurait composée dans le dernier quart du 18e siècle, vers 1785, selon certains chroniqueurs historiques. Elle est également prêtée à un autre chantre du melhoun marocain, cheikh Ben Ali Chérif Ould Erzine El Omrani (1742-1822) qui aurait écrit aussi l’autre poème «Harraz Yamna» que certains historiens du melhoun n’hésitent pas à attribuer au poète marocain cheikh El-Mekki Ben El-Qorchi qui ne fut pas le contemporain des deux autres présumés auteurs du même texte.

 

  

 

 

 

 

Version marocaine par Haj Houcine Toulali

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

En termes bibliographiques, on trouve les trois versions de «El Harraz» dans le Diwan Arabe-Kabyle de Rachid Aous sous l’égide de l’UNESCO, Paris 1996 aux Editions El Ouns. Une version plus longue de «Harraz Aouicha» figure d’autre part dans le livre de Emile Bermenghem «Les plus beaux textes Arabes», Edition d’Aujourd’hui; Les Introuvables; Paris 1979 (réédition).

 

 

 

D’un point de vue purement sémantique, le mot «harraz» renvoie initialement au cerbère, mais aussi à l’auteur de talismans protecteurs ou maléfiques. Sur le fond, il met en scène l’homme marocain malicieux, fin, poète, humain et amoureux. «El Harraz», ce chien de garde cupide et intraitable, qui empêche la dulcinée de rejoindre son bien-aimé. Bravant alors les interdits sous divers accoutrements, l’amoureux déploie alors des trésors d’ingéniosité pour déjouer la stricte vigilance d‘El Harraz et parvenir au nirvana de la rencontre amoureuse.

 

  

 

 

 

 

Extrait de la pièce théâtrale «El Harraz»:  Nass El Ghiwane et Boudjmi’e

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

«El Harraz», c’est aussi le titre d’une pièce de théâtre marocaine écrite par Abdeslam Chraïbi et mise en scène par le regretté Tayeb Seddiki. Elle fut chantée à cette occasion par le merveilleux quintette casablancais Nass El Ghiwane. Le chroniqueur d’Arrêt Sur Image se souvient encore de la sublime interprétation du pivot du groupe Boudjmi’e Hagour, un mélange de voix de contralto et de soprano dramatique, en fait une voix unique et un souffle incomparable. Cet immense chanteur, poète et musicien, révélé par le grand dramaturge marocain Tayeb Seddiki, est décédé en octobre 1974. Pour sa bonne fortune théâtrale, «Harraz Aouicha» sera par ailleurs mise en scène en Algérie par la dramaturge algérienne Fouzia Aït El-Hadj. Ce fut en 2007, et ce fut aussi l’occasion de s’assurer que les génies du malhoun ne meurent jamais car ils ressuscitent sur les planches. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article de  Noureddine Khelassi Publié dans La Tribune le 06 – 04 – 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45