• Accueil
  • > Histoire
  • > Mesures coloniales de répression contre la Kabylie (1857)

Mesures coloniales de répression contre la Kabylie (1857)

10 09 2018

 

 

 

 

 

Mesures coloniales de répression contre la Kabylie (1857)  dans Histoire 1531483529-s-l1600

Soumission des Tribus Kabyles 1857

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici les contributions de guerre qui ont été imposées aux tribus pendant l’expédition de 1857 :

 

 

 

 

 

 

 

1531485374-request-001 dans Histoire 

Pour voir l’image en taille réelle: Clique droit<< Ouvrir l’image dans un nouvel onglet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A ces fonds s’ajoutait un reliquat de 20,000 francs de la contribution de guerre de 1856 et des amendes frappées dans le cercle de Sétif.

 

Indépendamment des contributions de guerre ci-dessus détaillées, une amende spéciale a été imposée à la tribu des Illoula-Açameur pour les motifs indiqués dans la lettre ci-après, du 11 juillet 1857, adressée par le maréchal Randon au général Maissiat :

 

« Depuis le commencement de mes opérations et des vôtres les Moula Açameur se sont gravement compromis et je ne crois pas devoir laisser sans punition une telle conduite.  Nous les avons eus devant nous à l’attaque du 24 mai; je les retrouvé a Icheriden, a Aguemoun-Izem ; ils ont des tués et des blessés dans votre ascension au col de Chellata, ils prennent part aux affaires des Mzegguen et d’Aït-Aziz; partout enfin les Moula Açameur, s’abritant derrière l’espérance d’une haute intercession, prennent une part active à la révolte.

 

Je vous prie de vous renseigner d’une manière précise sur la culpabilité de cette tribu dont le mauvais esprit me semble manifesté et je vous autorise a exiger d’elle un otage par Kharouba et le paiement d’une amende de guerre calculée en bloc pour chaque village et sur la base de 50 francs par fusil.

 

Les otages devront être livrés sans délai et l’amende s’augmenterait de tous les frais qu’auront entraînés leur détention. C’est un moyen de les obliger à se libérer promptement ». 

 

 

 

 

L’amende collective imposée en exécution de ces ordres s’éleva à 38,000 francs : pour hostilité manifesté et pour avoir tiré sur des convois de ravitaillement. Les Ouzellaguen ont été punis pour des motifs analogues d’une amende collective de 19,000 francs.

Le produit des contributions de guerre a été employé de la manière suivante :

Travaux de construction et d’installation exécutés par le génie à Fort-Napoléon, Dra-el-Mizan et Tizi-Ouzou……..1.216.370 95

Travaux de route, ponts de l’Isser et de l’oued Bougdoura……..528.300

Alloué pour la maison du bachagha construite dans le village indigène de Tizi-Ouzou………18.000

Le reste a été employé en indemnités diverses.

 

 

 

 

 

La mesure du séquestre a été appliquée à certaines collectivités et à des indigènes qui s’étaient particulièrement compromis dans l’insurrection.

 

Un arrêté du 20 février 1857 du gouverneur général a rendu définitif le séquestre qui avait été apposé provisoirement sur le territoire de la tribu des Mechtras et sur les biens particuliers des indigènes de cette tribu désignés dans un état nominatif qui comprend 212 noms. Les biens d’un indigène de cette tribu, Si Mohamed Arezkei « qui a toujours servi le drapeau de la France » ont seuls été  exemptés du séquestre (1).

 

 

 

 

Un arrêté du 20 février 1857 a frappé du séquestre la totalité des biens possédés par un certain nombre d’indigènes de l’annexe des Beni-Mançour désignés dans un état nominatif dont nous donnons seulement la récapitulation.

 

 

 

 

 

 

Tribus

Nombre

Cheurfa

Beni-Mançour

Sebkha

Mecheddala’

Beni-Yala

Beni-Aïssi

Totaux

D’indigènes               D’hectares               D’oliviers

80                                      70                             4.080

12                                       18                               480

3                                            2                                10

7                                            6                                80

42                                       740                               60

1                                            1                                25

145                                    824                             4735

 

 

 

 

 

 

Ces mesures de séquestre ont été annulées par la décision impériale du 14 décembre 1858 ordonnant la mainlevée.

 

 

Enfin, l’arrêté du 20 juin 1857 a mis le séquestre sur les biens du bachagha Si El Djoudi et de son fils Si El-Hadj Ahmed.

 

 

 

 

 

 

 

 Sort fait aux principaux chefs de l’insurrection 

 

 

 

Si El-Hadj Amar, Si Seddik ben Cheikh ou Arab et ses frères, Si Mohamed Taïeb frère de Lalla Fatma N’soumer et les autres membres de la famille ont été autorisés à vendre leurs propriétés; les premiers étaient en outre autorisés à aller s’établir à l’étranger dans un pays musulman.

 

 

Si El-Hadj Amar alla se fixer à la Mecque avec sa femme et le fils de Bou Ba’rla ; il y est mort obscurément.

 

 

Si Seddik ben Cheikh ou Arab, Si El Adjemi ben Cheikh ou Arab et Si Ahmed Sr’ir, après avoir été détenus quelque temps en France, furent autorisés à se fixer à Tunis.

 

 

Lalla Fatma fut internée à Tablât à la zaouïa de Si Tahar ben Mahi ed Din, bachagha des Beni-Sliman, avec ses frères Si Tahar ben Ahmed ou Mezian, Si Mohamed, Si Chérif, Si el Hadi et les autres membres de sa famille, formant en tout une trentaine de personnes.

 

 

La prophétesse du Djurdjura n’y fut pas oubliée par les Kabyles qui allaient en grand nombre pour la visiter ; on a compté jusqu’à 300 pèlerins dans une seule journée.

 

 

La famille de Lalla Fatma et en particulier Si Tahar ou Taïeb n’a pas cessé d’adresser à l’autorité supérieure ; des réclamations contre la spoliation dont elle prétendait avoir été victime au mépris de la parole donnée. Elle donnait comme montant de ses pertes, cent mille francs en argent et bijoux de femme d’un grand prix, 82 bœufs, 10 mulets, 270 moulons, 50 fusils et 160 livres arabes d’une grande valeur.

 

 

Si Tahar est mort en 1861 ; quant à Lalla Fatma, elle a succombé en septembre 1863 à une inflammation du bas ventre qui a déterminé l’enflure et la paralysie des jambes.

 

 

La famille a fait l’acquisition, à des colons, d’importantes concessions de terrains à Bordj-Menaïel et à Dra- el-Mizan.

 

 

 

L’ex-bachagha Si el Djoudi demanda à s’établir en Syrie avec sa famille; il est mort à Jaffa en 1863.

 

En 1865, le séquestre mis sur les biens de Si el Djoudi ; et de son fils Si el Hadj Ahmed fut levé et ce dernier fut autorisé en 1866 à rentrer en Algérie ; Si Ali ou el Djoudi, deuxième fils du bachagha, était mort cette même année à Damas.

 

L’ex-bach-agha avait eu en exil un troisième fils nommé Si Mohamed, qui alla habiter avec sa mère dans la tribu des Mecheddala.

 

 

Quant à Ben Ali ou Amar Naït Kassi et à El Hadj Ahmed Nali ou Hammou, les promoteurs de l’insurrection des Ameraoua en 1856, ils profitèrent de l’amnistie qui suivit la soumission de la Kabylie, le premier retourna à Tunis et le second se fixa dans les Isser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) Si Mohamed Arezkei a épousé Sadia bent Hammou ou Bali sœur d’une des femmes du chérif Bou Ba’rla.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45