Des Lettres serviles

21 03 2018

 

 

 

 

 

On appelle lettres serviles celles qui s’ajoutent aux radicales d’un verbe, soit au commencement, au milieu ou à la fin, pour former les personnes, les genres, les nombres, ainsi que les dérivés du verbe primitif. Ces lettres sont(ا، ت، س،م، ن، و، ي), et l’on doit faire bien attention à la place qu’elles occupent, parce qu’en les éliminant, on ramène facilement le verbe à sa véritable racine, réduite alors à trois lettres, ou à quatre pour quelques verbes appelés quadrilittères.

 

 

 

  • الالف

- L’ ا préfixe sert à former l’impératif de la 1ère forme des verbes réguliers; exemple : اكتب / èkteb «écris» (racine كتب - kteb « il a écrit » ); et plusieurs verbes dérivés du primitif, ainsi qu’on le verra plus loin.

 

 

- L’ ا , intercalé entre la première et la deuxième radicale, indique le participe présent de la 1ère forme; exemples : كاتب / kâteb «écrivant», ضارب / d’âreb «frappant »; à la fin du verbe, et précédé du و, il sert à former les deux dernières personnes du pluriel du prétérit; exemples : كتبتوا /ktebtou « vous avez écrit »,كتبوا / kteboû « ils ou elles ont écrit » ; et les trois personnes du pluriel de l’aoriste :  نكتبوا /nektebou « nous écrivons »,نكتبوا /  tekteboû «vous écrivez», يكتبوا / yekteboû «ils ou elles écrivent».

 

 

- Intercalé entre les deux premières radicales, il se rencontre encore dans les dérivés, à la 3ème et à la 6ème forme. Il se place entre la deuxième et la troisième radicale, à la 11ème forme; exemple اصفّار / ès’fârr « il est devenu très-jaune» (racine صفر - s’feur).

 

 

 
 
  
  • التاء

- Le ت est la lettre servile qui joue le plus grand rôle.Il est préfixe, à la deuxième personne du singulier masculin de l’aoriste : تكتب / tekteb « tu écris », au féminin:تكتبي tekteby; à la deuxième personne du pluriel du même temps:تكتبوا / tekteboû « vous écrivez »; et à la troisième personne du singulier féminin : تكتب / tekteb « elle écrit».

 

 

- Il est affixe, à la deuxième personne du pluriel du prétérit, et suivi de وا; exemples : كتبتوا / ktebtou « vous avez écrit»; نصرتوا ns’eurtoû «vous avez secouru».

 

 

 

- Il est encore affixe aux deux premières personnes du singulier masculin du prétérit: كتبت ktebt «j’ai écrit, tu as écrit »; à la deuxième personne du singulier féminin : كتبتي / ktebty «tu as écrit, toi femme ».

 

 

 

-  A la troisième personne du singulier féminin du prétérit, on écrit aussi كتبت mais on doit prononcer ktebet « elle a écrit »; نصرت / ns’earet « elle a secouru »; etc.

 

 

 

-  Dans les verbes réguliers dont la troisième radicale est un ت, le ت servile s’unit par un techdîd au ت radical, excepté à la troisième personne du singulier féminin du prétérit, où la dernière radicale se prononce toujours avec la voyelle e; exemples:

 

 

sing   

3e p. ثبت / țbet « il a été stable », fém. ثبتت / țbetet ;

2e p. ثبتّ / țbett, fém. ثبتّي / țbetty

1re p. ثبتّ / țbett, des deux genres

 

ت  servile uni au ت  radical.

 

 

     Plu

 

3e p. ثبتوا / țbetoû, des deux genres

2e p. ثبتّوا/ țbettoû, des deux genres (ت  servile uni au ت  radical.)

 

 

                                                                          

 

 

 

- Enfin, le ت est préfixe, à la 5e forme تفعّل , à la 6e تفاعل , et à la10e استفعل. Il est intercalaire, à la 8e افتعل .  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le س est, comme on vient de le voir, une des trois lettres préfixes qui caractérisent la 10e  forme. On l’emploie aussi, dans l’arabe littéral, devant les personnes de l’aoriste, pour marquer le futur.

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

  • Le م préfixe sert à former les participes présents et passés des dérivés, les noms de lieu, etc.

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

  • Le ن préfixe indique la première personne du singulier de l’aoriste : نكتبnekteb «j’écris» (au lieu de أكتب, en arabe littéral), et la première personne du pluriel: نكتبوا nekteboû «nous écrivons».

 

 

 

 

-  On le rencontre aussi comme affixe et suivi d’un ا, à la première personne du pluriel du prétérit:

كتبنا ktebnâ «nous avons écrit»; ضربنا /d’rabnâ «nous avons frappé ». Dans ce cas, il peut encore être suivi d’un pronom affixe, exemples : ضربناك / d’rabnâk « nous t’avons frappé»; ضربناهم d’rabnâhoum «nous les avons frappés».

 

 

 

- Il faut bien se garder de confondre cette terminaison نا  avec le pronom affixe de la première personne du pluriel; car ضربنا d’rabnâ veut dire aussi « il nous a frappés » (ضرب /d’rab « il a frappé », نا /  « nous »); cela dépend du sens de la phrase.

 

 

 

 

 

- Le ن servile affixe, caractéristique de la première personne du pluriel du prétérit, se réunit par un techdîd au ن radical dans les verbes où cette consonne figure en troisième lieu. Ainsi, حزن /h’azen « il a été triste » fait, à la première personne du pluriel du prétérit حزنّا / h’azennâ « nous avons été tristes ». A la 2e forme du même verbe, on écrit حزّنّا h’azzennâ « nous avons attristé ».

 

 

 

 

 

- Il ne faut pas confondre l’orthographe de ce dernier mot avec حزّننا / h’azzenenâ, qui veut dire «il nous a attristés » (حزّن h’azzen « il a attristé », نا / nâ « nous »). Le pronom affixe نا ne peut s’unir par un techdîd au ن radical.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le و est intercalaire dans les participes passés de la 1re forme; exemples: مكتوب / mektoûb «écrit»; منصور / mens’oûr «secouru»; et affixe dans les deux dernières personnes du pluriel du prétérit: كتبتوا / ktebtoû « vous avez écrit »; كتبوا / kteboû « ils ont écrit »; et dans les trois personnes du pluriel de l’aoriste : نكتبوا nektebou « nous écrivons » ; تكتبوا / tekteboû « vous écrivez »; يكتبوا / yekteboû «ils écrivent».

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

  • Le ي préfixe indique la troisième personne du singulier de l’aoriste : يكتب / yekteb « il écrit », et la troisième personne du pluriel du même temps : يكتبوا / yektebou « ils écrivent».

 

 

 

 

- Le ي , ajouté à la deuxième personne du singulier masculin du prétérit, sert à former le féminin; exemple: كتبت / ktebt «tu as écrit», كتبتي / ktebty «tu as écrit, toi femme».—Il en est de même pour la deuxième personne du singulier féminin de l’aoriste : تكتب / tekteb « tu écris», féminin تكتبي / tekteby; et pour la deuxième personne du singulier féminin de l’impératif: اكتب / èkteb « écris », féminin اكتبي / èkteby.

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 Il ne faut pas croire, cependant, que les lettres serviles dont il vient d’être parlé ne puissent jamais faire partie de la racine; car, dans سمت / semt «il s’est dirigé vers…»,أوى /  àoûà «il s’est réfugié», les trois lettres sont radicales. Cela n’empêche pas d’y joindre celles qui sont nécessaires pour former les temps et les personnes. Ainsi, نسمتوا / nsemtoû signifie « nous nous dirigeons », et, pour ramener ce verbe à sa racine, il suffit de retrancher le ن préfixe et la terminaison plurielle وا.

Ces observations, toutes préliminaires, feront mieux comprendre le mécanisme du verbe primitif, et celui des verbes dérivés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45