• Accueil
  • > Nature
  • > Les périodes pluviales dans le Massif de l’ATAKOR

Les périodes pluviales dans le Massif de l’ATAKOR

11 03 2018

 

 

 

 

Les périodes pluviales dans le Massif de l’ATAKOR dans Nature 1515595889-5346-massif-de-l-atakor

Massif de L’Atakor (Sud Algérien) / ©Yann Arthus Bertrand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le massif de l’Atakor et ses bordures, trois périodes pluviales ont été mises en évidence d’après l’étude des sédiments et de leur faune. Des outillages y sont associés et ces trois périodes peuvent être identifiées avec le Villafranchien, l’Acheuléen et l’Atérien. En outre, on observe un court épisode humide au Néolithique. 
 

Dans cette région, les périodes acheuléenne et néolithique correspondraient à des avances de courte durée de la frange climatique tropicale, alors que le pluvial atérien pourrait être d’origine méditerranéenne. Ici aussi les périodes pluviales n’apparaissent pas sans ordre, mais semblent alterner régulièrement comme si cette région avait été successivement dans les zones de savane, désert, frange méditerranéenne, désert, savane et ainsi de suite. Des facteurs locaux : hauts sommets, grands bassins, ont pu intervenir, mais à la suite des actions anthropiques, en particulier depuis le Néolithique, on peut se demander si les aspects du paysage actuel sont ceux des anciennes périodes sèches. 

 

 

 

 

 

 

 

  •  a. La Villafranchien

Les « vieux glacis » et les sédiments les plus anciens à la base des versants peuvent être rapportés à la période villafranchienne. 

De tels glacis prennent une ampleur remarquable dans les Tassilis. A cette période a pu correspondre un climat tropical à saison sèche accentuée.  

La dalle calcaire, épaisse et très étendue, date au moins du Villafranchien et semble s’être formée lors d’un épisode de lac à sédimentation calcaire : succédant à des argiles grises à faune d’eaux tièdes (crocodiles, rhinocéros), cette accumulation calcaire a pu avoir lieu lors d’une « lente modification climatique amenant le paysage de l’Atakor de la zone d’influence tropicale sèche 

(Mio-Pliocène) à celle d’un climat plus frais ».

 

La flore pontique arborée est présente jusqu’au centre du Hoggar. Le gisement villafranchien de diatomites lacustres de l’Ilamane, à 2 300 m, témoigne d’un climat humide avec une flore marquée par l’influence irano-caucasienne et des espèces ligneuses tropicales: il s’agirait d’une forêt ouverte mixte. La flore du Hoggar, remarquablement hétérogène depuis la fin du Tertiaire, s’appauvrit au cours du Quaternaire, en nombre de genres et en espèces. 

 

 

Sur les bordures du massif, le climat de cette période correspond à la dernière phase d’altération importante : glacis supérieurs plus ou moins rubéfiés. 

Des vestiges de sol brun épais semble témoigner d’un abaissement de la température après l’époque des lacs à accumulation calcaire, avec une phase active de creusement et de façonnement des versants, cette période étant liée à une phase de déformation importante (éruptions de lave acide). 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • b. Le Pléistocène moyen

Depuis la fin du Villafranchien jusqu’à la formation de la « Terrasse graveleuse », datée de la fin du Paléolithique supérieur, deux séries de glacis d’érosion sont façonnées dans les basaltes altérés alors que sur les bordures se développent seulement un glacis moyen et une seule grande terrasse de gros blocs le long des oueds.  Alors que le réseau de vallées est hérité de cette période, l’épisode de la terrasse « moyenne » graveleuse correspond à l’ennoyage généralisé de ces vallées et signifie un retour à des conditions semi-arides, mais sans doute moins arides que l’actuel. 

 

 

Cette terrasse moyenne est présente partout et fournit un excellent repère chronologique: d’après l’outillage, cette « crise morphoclimatique » se place au Paléolithique, dans l’Acheuléen moyen à supérieur, et elle a affecté tout le Sahara central. 
 

Ainsi le gisement de Tihodaïne, au pied du Tassili des Ajjer, a fourni une faune typique de savane africaine. Les diatomées et les pollens tropicaux de cette période appartiennent aux seuls espèces chaudes connues dans le Quaternaire de l’Atakor. 

 

 

Les flores du Pléistocène moyen ont confirmé la juxtaposition des éléments tropicaux et subtropicaux de plaine, des éléments montagnards et d’une majorité d’éléments méditerranéens et surtout subméditerranéens et désertiques. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • c. Le Pléistocène supérieur

 Au pluvial froid le plus récent, ce sont formés en abondances des dépôts marécageux et des sols bruns, noirs ou gris. Sur les bordures de l’Atakor, les nappes d’eaux ont pu exister, presque en permanence, jusqu’au Néolithique compris. 

 

 

Les sols de cette période se caractérisent par une transformation chimique réduite et une fraction argileuse où dominent la montmorillonite et l’illite, caractères qui peuvent bien s’expliquer dans le contexte d’un climat méditerranéen. En outre, l’étude des pollens montre l’existence, après une période aride accusée, d’une flore méditerranéenne à nuance assez fraîche (cèdre, pin d’Alep). Cette végétation pourrait être contemporaine de l’Atérien, par conséquent du cycle saourien, mais on y trouve également des éléments tropicaux, d’origine est-africain, et balkano-caucasiens.

 

 

On observe à cette époque un comportement anarchique de l’érosion linéaire et  du développent du glacis récent. Les témoignages de sédimentation calcaire sont fréquents. La faune de mollusques dans les dépôts calcaires comprend un grand nombre d’espèces hygrophiles et les espèces à affinités paléocratiques ou méditerranéennes dominent. 

 

 

L’ancienneté des lacs calcaires est datée sur des formations semblables de 11 850 ± 350 (sud-est de Tamanrasset) à 8 380 ± 300 ans B. P. (ouest d’Hirafok), c’est-à-dire l’époque atérienne, caractérisée par l’importance de l’humidité et des pluies, mais ces auteurs la relient à une extension vers le nord du climat subtropical. 

 

Le court épisode humide néolithique, dont plusieurs gisements ont été datés de 5 030 à 4 680 ± 300 B. P. est caractérisé par un cortège d’espèces méditerranéennes xérophiles.   

 

 

En de nombreux points, ce Néolithique a un caractère nettement chaud (faunes tropicales à Meniet et à In Guezzam) mais ne semble pas avoir été très humide. Son influence sur l’évolution morphologique a été pratiquement nulle. 

 

 

La terrasse limoneuse récente, de couleur brune, s’est formée en pleine période historique, alors qu’en montagne le creusement s’affirme surtout après le Néolithique jusqu’à l’incision généralisée qui caractérise la période actuelle. 

 

Il semble donc que le Sahara central est resté largement ouvert aux influences méditerranéenne et tropicale, même extérieures au continent africain, aux périodes du Quaternaire ancien. Ceci explique l’hétérogénéité de la flore et aussi de la faune. La fin de la dernière période humide et par conséquent la disparition de la végétation sylvatique de type méditerranéen correspondrait à la fin de l’optimum climatique du Post-Würm européen, à forte pluviosité. 

 

 

la succession des épisodes climatiques apparaît ainsi relativement simple en montagne, chaque cycle comprenant un Pluvial frais devenant froid, puis une phase sèche. En plaine, la succession est plus complexe, semble-t-il, mais les phases de stabilité correspondent aux périodes sèches. Dans les deux cas, chaque cycle ne donne naissance qu’à une seule forme durable, le glacis 

d’érosion, qui se forme lors du passage de l’Aride au Pluvial. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

oued+d+afilal+tamanrasset dans Nature

L’oued Afilal constituent le cours d’eau le plus important du massif de l’Atakor (région de Tamanrasset) qui culmine à plus de 3000 mètres. Les gueltas se présentent sous forme de petites terrasses, marmites et petites cascades dans lesquelles l’eau coule en permanence dans un milieu environnant complètement désertique, elles renferment une végétation riche et diversifiée ainsi qu’une faune diversifiée complétée par la présence insolite d’une ichtyofaune représentée par le barbeau du désert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45