Division des groupes en tribus – 1ère partie –

9 02 2018

 

 

 

 

 

Division des groupes en tribus - 1ère partie -  dans Attributs d'Algérienneté

Carte de l’Algérie divisée par tribus*

 

 

 

 

 

 

 

Différences dans la condition des tribus. — Il existe des différences considérables dans la condition des tribus qui composent les divers groupes. Les causes qui donnent lieu à ces différences sont de trois sortes:
1° Physiques,
2° Physiques et politiques,
3° Politiques.

 

 

 

 

 

I – Différences dues à des causes physiques

 

 

 

La position que les tribus occupent sur le sol et les conditions physiques où elles sont placées les partagent en trois catégories, savoir:

a) Les tribus sédentaires,

b) Les tribus nomades,

c) Les tribus mixtes.
 

 

 

 

 

Tribus sédentaire
 

 

Les tribus sédentaires sont, en général, celles qui habitent, cultivent et parcourent le même territoire. Dans cette catégorie, figurent la plus grande partie des tribus du massif méditerranéen.
Les unes habitent des villes et des villages, et produisent, en général, des fruits.  

 

Telles sont, dans la province de Constantine, les tribus du Sahel de Kollo, de Djidjeli et de Bougie;
 

Dans la province d’Alger, la Kabylie et les tribus qui habitent les montagnes des Beni-Moussa , des Beni-Khelil et du Sebt;
 

Dans la province d’Oran, les tribus comprises dans la partie du massif, voisine du littoral.

 

Les autres habitent sous la tente, et produisent plus spécialement des céréales.
Telles sont, en général, les tribus situées dans la région supérieure des vallées qui traversent le massif.
 

Ces tribus, quoique habitant sous la tente, appartiennent à la classe des populations sédentaires, parce que les divers mouvements qu’elles exécutent ne les portent jamais au delà d’un périmètre déterminé, qui comprend à la fois les terres d’habitation, de culture et de pâturage.
 

Le massif intérieur renferme encore un certain nombre de tribus sédentaires. La plupart des tribus de l’Aurès sont dans ce cas ; les unes habitent des villages et cultivent des fruits; les autres habitent sous la tente et cultivent des céréales.
 

La zone des oasis offre elle-même un grand nombre d’exemples du régime sédentaire. En première ligne, figure la population des villes et villages du Sahara. On peut même ranger dans cette catégorie un certain nombre de tribus campées sous la tente, qui, sans avoir un territoire bien nettement défini, empruntent leur caractère de stabilité à l’habitude où elles sont de demeurer dans le voisinage de certaines villes sahariennes, dont elles deviennent comme les faubourgs; ces tribus ont toujours, dans la ville, des propriétés qui les y attachent; elles y apportent chaque jour les denrées nécessaires à la consommation. Enfin, et c’est là ce qui les place surtout dans la classe des tribus sédentaires, elles ne participent pas au mouvement de migration dans le Tell, qui forme le caractère principal des tribus nomades.

 

Telle est, dans l’oasis du Ziban, la tribu des Oulad-Nacer, campée en partie autour du village de Bouchagroun, et en partie autour de la petite ville de Tolga.

 

Telles sont encore, dans l’oasis de l’Oued-Mzab:

La tribu des Oulad-Atia, qui ne s’éloigne pas du village d’EI-Ateuf;
La tribu des Atatcha, qui ne s’éloigne pas de la ville d’EI-Guerara;
La tribu des Oulad-Iahia, qui ne s’éloigne pas de la ville de Berrien.
 

 

 

 

Ainsi les tribus sédentaires offrent trois nuances différentes, savoir:

Celles qui, habitant sous le chaume, sous la tuile ou sous la terrasse, ne se déplacent jamais (vallées inférieures du massif méditerranéen et zone des oasis);

Celles qui, habitant sous la tente, se meuvent entre des limites fixes (vallées supérieures du massif méditerranéen);

Celles qui, habitant sous la tente, se meuvent autour des points fixes (zone des oasis).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tribus nomades et tribus mixtes
 

 

Il n’existe pas en Algérie de tribus errantes dans le sens absolu de ce mot. Les tribus les plus mobiles obéissent, dans leurs mouvements, à certaines lois qui limitent d’une manière presque invariable le champ de l’habitation, de la culture et du parcours.
 

Ces lois résultent elles-mêmes de la nature du climat et du sol, de l’extrême régularité qui préside au retour des saisons, de l’extrême inégalité qui préside au partage des eaux.
Pendant une moitié de l’année, l’Algérie ressemble à une vaste pelouse verte et arrosée;
 

Pendant l’autre moitié, elle se partage en deux larges bandes verdoyantes et en deux larges bandes jaunes et arides.
 

Les deux premières sont le massif méditerranéen et le massif intérieur; les deux autres sont la zone des landes et celle des oasis.
 

Pendant les six mois de verdure, les tribus des oasis se répandent avec leurs troupeaux dans les landes limitrophes; les tribus des pentes méridionales du massif méditerranéen descendent dans la partie méridionale de la zone des landes; les tribus du massif intérieur descendent, les unes dans la partie méridionale de la zone des landes, les autres dans la partie septentrionale de la zone des oasis.
 

Pendant les six mois de sécheresse, les tribus du massif méditerranéen et du massif intérieur regagnent leurs montagnes. Les tribus des oasis exécutent leur mouvement de migration lointaine; elles abandonnent la zone des oasis, et vont chercher dans les hautes plaines du massif méditerranéen de l’eau, des blés et des pâturages.
 

Pendant la première période, la population de l’Algérie se disperse sur toute sa surface;
 

Pendant la seconde période, elle se concentre dans les deux massifs montueux et dans les terres cultivables des oasis.
 

Parmi toutes les tribus soumises à des déplacements considérables, il n’en est aucune qui soit sans patrie : chacune a sa patrie d’hiver et sa patrie d’été. Elles obéissent à un mouvement régulier d’oscillation, qui, aux mêmes époques, les ramène sur les mêmes points. Toutefois, l’étendue de l’oscillation les partage en deux classes distinctes.
 

Pour les unes, la patrie d’été et la patrie d’hiver sont séparées par de vastes espaces : ce sont les tribus nomades;
Pour les autres, la patrie d’hiver et la patrie d’été sont contiguës : ce sont les tribus mixtes.

La plus grande partie des tribus comprises dans la zone des oasis appartiennent à la première classe;
La plus grande partie des tribus comprises soit dans les parties méridionales du massif méditerranéen, soit dans le massif intérieur appartiennent à la seconde.
 

 

Indépendamment de la régularité qui préside à leurs mouvements et fixe leur orbite annuelle, les tribus nomades tiennent encore au sol par d’autres liens.
Dans plusieurs villes du Sahara, elles ont des propriétés considérables garanties par des titres; dans d’autres, des dépôts de marchandises qui s’élèvent souvent à une assez grande valeur. Pendant la durée de la pérégrination, ces biens restent confiés à la garde d’un dépositaire ou aux soins d’un métayer.
 

Parmi les tribus nomades, il en est Une seule peut-être qui n’ait point de propriétés immobilières à titre incommutable : c’est celle des Ouled-Saci, qui appartient à la fois au groupe des Ouled-Naïl par l’origine et à l’oasis du Ziban par les habitudes.

 

 

 

Quoique plusieurs de ces tribus, dans le cours de leur mouvement périodique , aient l’habitude de passer d’une oasis à l’autre et de s’arrêter dans chacune d’elles, il ne peut y avoir de doute dans la détermination de leur résidence normale: elle est là où elles ont le plus de propriétés et où elles déposent habituellement leurs marchandises.

 

 

Ainsi les tribus nomades présentent les particularités suivantes, elles ont:

1° Des propriétés immobilières et foncières et des dépôts de marchandises dans les villes du Sahara;

2° Des terres de séjour temporaire auprès de ces villes;

3° Des terres de parcours temporaire dans les landes annexes de l’oasis;

4° Un lieu de séjour temporaire, situé à une grande distance de leur résidence normale dans le massif méditerranéen.

 

 

Les tribus mixtes, celles pour qui les terres de culture et les terres de parcours sont voisines ou contiguës, bordent, en général, au nord et au sud, la zone des landes, et au nord, celle des oasis. Elles ont quelquefois des propriétés dans la montagne qu’elles habitent; elles y ont toujours leurs lieux de dépôt.

 

 

Parmi celles qui bordent au nord la zone des landes, on citera:

Dans la province de Constantine, les Zmoul et les Segnia, une partie des Ouled-Derradj;

 

Dans la province d’Alger, les Ouled-Sidi-Aïssa, les Ouled-Abd-Allah, les Ouled-Mokhtar;

 

Dans la province d’Oran, les Sdama, les lagoubia, les Djafra, les Angad.

 

 

 

Parmi celles qui bordent au sud la zone des landes, on citera:

 

Dans la province de Constantine, une partie des Nememcha, les Beni Oudjana, les Harakta du Mâder, une partie des Ouled-Derrâdj;

 

Dans la province d’Alger, les Ouled-Chaïb, les Bouaïch, les Mgân et les Àdjalât;

 

Dans la province d’Oran, les Hararet les Hameian.

 

 

 

Parmi celles qui bordent au nord la zone des oasis, on citera:

 

Dans la province de Constantine, une partie des Nememcha;

 

Dans la province d’Alger, une partie des Ouled-Naïl et des tribus du Djebel-Amour;

 

Dans la province d’Oran, les tribus méridionales d’El-Arouat-Ksan et les Ouled-Sidi-Cheikh.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*: carte détaillée par province:

- Province d’Oran (Nord)

-Province d’Oran (sud) 

-Province de Constantine  (Nord)

-Province de Constantine (sud) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A SUIVRE……….. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45