Division des provinces en groupes

5 02 2018

 

 

 

 

 

 

Pour donner une idée générale de la manière dont la population de l’Algérie se trouve distribuée sur le sol, les diverses agglomérations de tribus réunies par un lien commun sont désignées sous le nom de groupes.

Les variétés assez nombreuses que présentent ces liens d’union ont déterminé à employer une expression qui se bornât à en constater l’existence sans en caractériser la nature.

Toutefois, la plupart de ces groupes peuvent se répartir dans trois catégories qui se distinguent par les caractères suivants:

1° Dynastique,

2° Fédératif,

3° Administratif. 

 

 

Groupes dynastiques. — Dans les groupes dynastiques, toutes les tribus relèvent d’une famille suzeraine, qui les gouverne héréditairement. C’est à cette famille que tous les intérêts se rattachent, c’est en elle qu’ils se concentrent.

Ce caractère est particulier à la province de Constantine, où huit groupes dynastiques ou cheihkats héréditaires occupent presque la moitié du territoire. Ce sont:

1° La Medjana,

2° Le Ksar-et-Teïr,

3° Le Beilezma,

4° Le Ferdjioua,

5° Le Zouagha,

6° Le Ziban,

7° L’Aurès,

8° L’Ouad-Righ.

 

Le Zerdèza et les Hanencha étaient aussi originairement des groupes dynastiques: mais plus on avance vers l’est, plus l’influence supérieure du gouvernement se fait sentir. Aussi les Turcs, dans les derniers temps de leur domination, avaient-ils beaucoup amoindri la puissance de ces deux cheikhs héréditaires en plaçant à côté d’eux un chef du Makhzen.

Les familles en possession de ces différents fiefs ont successivement reconnu la domination française, et avec elles toutes les tribus de leur dépendance.

 

 

 

 

Groupes fédératifs. — Les groupes fédératifs diffèrent des premiers en ce que le pacte d’union, au lieu d’attacher toutes les tribus à une seule famille, attache toutes les familles entre elles et les rassemble en une seule tribu ; en ce qu’il substitue au lien d’une dépendance commune celui de la solidarité mutuelle.

 

Ce caractère est particulier à la province d’Oran, où chaque groupe, renfermant en lui les éléments d’une organisation complète, forme en quelque sorte une petite nation.

Tel est le groupe des Flita, qui se compose de trois tribus, savoir:

Au centre, les Cherfa-Flita, ou le clergé;

Au nord, les Douair-Flita,ou l’armée;

Au sud, les Eshab-Flita, ou le peuple; trois éléments constitutifs d’une société partagée entre le souci de la prière et celui du combat.

 

Dans ces associations, la voix prépondérante appartient au clergé. C’est ce qui assigne avant tout à l’autorité le caractère théocratique dont il a déjà été fait mention.

 

On retrouve une constitution analogue dans la tribu des Harakta ( province de Constantine ) ; mais ici, comme cela arrive généralement dans l’est, la noblesse religieuse fait défaut.

 

Dans la province d’Alger, le seul groupe fédératif est celui de la Kabylie, dont la constitution est démocratique.

 

 

 

 

Groupes administratifs.— Les groupes administratifs sont ceux dont la formation se rattache directement à l’autorité politique supérieure, celle de l’État; c’est le caractère général des groupes de la province d’Alger, dans laquelle onze circonscriptions administratives, instituées par le gouvernement turc et consacrées par la sanction populaire, occupent la plus grande partie du territoire.

 

Ces circonscriptions sont les suivantes:

1° Fahs, ou banlieue d’Alger,

2° Sebt,

3° Beni-Khelil,

4° Beni-Mouça,

5° Khachna,

6° lsser,

7° Sebaô,

8° Beni-SlimanetBeni-Khelifa,

9° Beni-Djaâd,

10° Arib,

11° Titri.

 

Les dix premières circonscriptions étaient administrées par des caïds, la onzième par un bey.

 

 

La province de Contantine renferme elle-même un nombre assez considérable de circonscriptions qui relèvent directement de l’Etat. Tels sont:

Les Amer-Gharaba, à Sétif;

Les Hel-Chefa,

Les Elma de Bazer,

Les Oulad-Kebbab el les Ghomrian,

Les Oulad-Abd-en-Nour,

Les Telaghma,

Les Barrania,

Les Zmoul,

Les Segnia,

Les Sellaloua,

Les Harakta,

Les Dir,

Les Haaeucba.

 

Ces différents groupes, qui existaient sous l’administration turque, ont été conservés parle gouvernement français.

Ce dernier a lui-même institué des circonscriptions administratives nouvelles reconnues par les indigènes : tels sont les cercles

De Bone,

De l’Ëdough,

De La Calle,

De Guelma.

 

 

La province d’Oran offre aussi des exemples de groupes administratifs dans les tribus qui constituaient, sous le gouvernement turc, le double Makhzen d’Oran, telles que les Douair, Zmala, Abid-Gharaba et Cheraga, Bordjia et quelques tribus de la vallée du Chelif.

 

 

 

 

A côté de ces groupes, dont le caractère se dessine nettement, il en est d’autres dans les trois provinces qui présentent un caractère mixte ou indécis. — En résumé:

Le caractère dynastique appartient surtout aux groupes de la province de Constantine;

Le caractère fédératif, aux groupes de la province d’Oran;

Le caractère administratif, aux groupes de la province d’Alger.

Ce dernier caractère se remarque encore fréquemment dans la province de Constantine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45