Tribu des OULED NAÏL

19 12 2017

 

 

 

 

 

Tribu des OULED NAÏL dans Attributs d'Algérienneté 1510825553-ouled-nail2

 

 

 

 

 

Les Ouled Naïl forment une tribu immense qui se divise en deux grandes fractions, nommées de leurs positions, l’une Ouled Naïl Cheraga ou de l’est, l’autre Ouled Naïl Gheraba ou de l’ouest, et qui se subdivisent ainsi:

 

 

 

 

OULED NAÏL CHERAGA

Ouled Khaled.
Ouled A’mara.
Ouled Rahma.
Ouled Rabah’.
Ouled Saçi.
Ouled H’arkat.
Ouled Melkhoua.
Ouled Zir.
Ouled Salah’.

Ouled Tabâ’.
Ouled A’ïça.
Ouled Aïfa.
Ouled Ferredj.
Ouled Sidi Zïan.
Ouled el A’ouer.
Ouled Ah’med.
Ouled A’mer.

 

 

 

 

 

 

OULED NaÏl GHeRaba

Ouled Yahia Ben Salem.

Ouled Ennoeh’.

Ouled Sâ’d Ben Salem.

Ouled si Mah’med.

Ouled Kerd el Ouad.

Ouled Medjeber.

Ouled Moh’ammed Ben Mbarek.

Ouled el R’ouïni Ben Salem.

Mbarka ou A’bid Allah’.

 

 

 

 

 

 

Chacune de ces divisions se subdivise encore en un grand nombre de fractions, et qui campent, en nomades, sur le territoire borné au nord par Boussaâda, à l’ouest par Charef et El Ar’ouat’, au sud par l’Oued Djedi, à l’est par Ouled Djellal, Mdoukal et Msila; c’est-à-dire tout le Djebel Sah’ri et la plus grande partie du bassin de l’Oued Djedi.

 

Par exception au mode de gouvernement qui régit presque toutes les tribus arabes, les Ouled Naïl n’ont jamais eu, ni pour les Cheraga ni pour les Gheraba, un Caïd commandant à toutes les fractions ; chacune d’elles se désigne un cheikh et vit indépendante de ses voisines. Le cheikh est toujours choisi parmi les plus nobles, les plus riches, « parmi ceux qui ont le plus d’épaules, ».

 

 

 

 

6da78b3eab51998bf2ed3321301bade1 dans Attributs d'Algérienneté

Jeunes femmes de la tribu des  Ouled Nails / 1907 

 

 

 

 

 

Les familles les plus puissantes sont chez les Ouled Naïl de l’est:

Atïa Ben Brahim, des Ouled A’ïça.
El Nahouma, des Ouled Aïfa.

 

 

Et chez ceux de l’ouest:

El T’oumi Ben Toumi, des Ouled Ennoeh’.
Mohammed Ben Chetoeh’, des Ouled Sâ’d Ben Salem.
Mohammed Ben Foudil, des Ouled si Mah’med.

 

 

 

L’ensemble du pays habité par les Ouled Naïl, bien que cultivé sur certains points, ne produit cependant pas assez de céréales pour suffire aux besoins de tous. Chaque année, après la moisson, une émigration de la tribu vient dans le Tell faire des achats de grains, que chacun emmagasine au retour dans les silos ou dans les k’sour les plus voisins de leur lieu de campement et qui sont:

 

 

 

Charef.

H’erteba.

Meça’d.

H’amoura.

El H’amel.

Aïn Gherab, Silos.

Aïn el Maleh’, Silos.

Sidi Khaled.

A’ïn Rich, Silos. .

Bou Ferdjoun.

El Guedid.

Aïn el Medjedel, Silos.

 Demed.

 Ouled Djellal.

Boussaâda.

 

 

 

Le but de ces voyages est d’aller vendre ou échanger contre des grains, qui approvisionneront la famille pour toute l’année, les étoffes de laine, bernous et haïk, et les tentes en laine ou en poil de chameau que les femmes ont tissées pendant leurs longs loisirs. Mais là ne se bornent pas les courses des Ouled Naïl; presque tous sont riches en chameaux; quelques familles en possèdent sept à huit cents; elles les louent aux marchands voyageurs, dont le métier est de venir acheter dans les villes d’entrepôt et d’aller revendre dans le’ Sahara lès objets de première nécessité et de luxe même qui y ont été apportés, soit de Tunis, soit autrefois d’Alger et de Constantine. Aussi retrouve-t-on ces colporteurs infatigables sur les marchés de Boussaâda, de tous les villages des Ziban, de Biskra, de Laghouat, des Beni Mzab et de Touggourt.

 

 

Placée sur la ligne intermédiaire du Tell et du Sahara, cette tribu industrieuse, que ses penchants semblent avoir faite plutôt commerçante que guerrière, bien qu’elle puisse lever de nombreux cavaliers, était admirablement servie par sa position pour le genre d’industrie qu’elle exploite, et qui lui procure de grands bénéfices en argent.

 

 

Sa richesse propre est d’ailleurs considérable et consiste, comme celle de tous les Arabes de la tente, en troupeaux de bœufs, de chameaux, de moutons et d’ânes. Certains chefs, comme les patriarches de la Bible, en possèdent une si grande quantité que le chiffre en paraît fabuleux.

 

Ce sont là des fortunes qui, plus d’une fois, tentèrent l’âpre avidité des beys du gouvernement turc; les Ouled Naïl Cheraga relevaient alors de Constantine, les Gheraba de Titteri, et payaient aux beys de ces deux provinces des redevances énormes, appelées l’eussa ou lazma, pour avoir le droit de venir acheter les grains duTell. Mais il est arrivé souvent qu’après les provisions faites, les voyageurs étaient, au retour, assaillis et pillés par les cavaliers du bey, embusqués sur la route.

 

Sous Abd el Kader, les Ouled Naïl Cheraga relevaient du khalifat de Biskra, et les Gheraba, du khalifat de Médéa. Outre le zekkat et l’âchour, ils payaient l’eussa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



2 réponses à “Tribu des OULED NAÏL”

  1. 10 08 2018
    Rachid GHAZI (12:55:03) :

    Bonjour,

    Je souhaite connaitre les origines et l’histoire de cette confédération.

    Rachid GHAZI
    Meknes MAROC

    Répondre

  2. 17 08 2018
    Khelifa mohamed(tahar) (00:53:06) :

    En tant que moudjahid et officier de l’ALN j’eu l’honneur de vivre et d’encadrer plusieurs fraction de cette noble et fière tribut au début et à partir de mois de mai 1957 je fut responsable liaison et information (ikhbari) à la fraction des oulef Rabat ouled Rahma iuled harkat et ouled saci dans La région d’iuled jallal ensuite chef de kasma de Bousaada donc ouled Fradj ouled Sidi Zidane ouled Khaled une partie d’Ouled Amer, ouled Lakouini ensuite chef de région sur une grande partie des ouled Nails cheraga ensuite membre de la zone enfin chef de zone j’ côtoyé commande. Et vivre nuit et jour chez cette tribut avec mes compagnonsmoudjahidines miussebellines chouhada que j’ai enterré de mes propres mains membre de cellules je peut témoigne eet dieu m’en ai témoin de la bravoure du courage de l’hospitalite Du nationalisme et des valeurs des ouleds Nail cette tribut qui n’ ont obei durant toute la guerre de libération qu’au seul mot d’ordre vaincre ou mourrir pour l’algerie Le nombre de chouhadas en témoigne et que ceux qui veulent ou prétendent exploiter cette fibre font fausse route cette noble tribut des ouleds Nail fière nationaliste guerrière refuse tout paternalisme son seul souci les intérêts de l’algerie J’adore cette tribut vive les ouleds NAIL et vive l’Algerie et que là malédictions et le sang des chouhadas de cette tribut les maudissent

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45