Quelle est l’origine de la superstition attachée à la main (Khamsa)?

23 11 2017

 

 

 

 

 

Elle se perd sans doute dans la nuit des temps et il paraît difficile de remonter à son origine.
En tout cas, la main joue sans cesse un rôle important dans les légendes de l’histoire.
 

 

 

  • Dans l’antiquité : Ce symbole existait sur la côte africaine avant les Romains

et avant les Arabes; il n’est certainement pas d’origine islamique, car dans la période libyco-berbère il a été retrouvé, parmi les gravures rupestre; une main de dessin très fruste aux environs d’El-Aricha (Sud-Oranais). Dans les vieilles assises des civilisations successives de l’Afrique, elle se voit fréquemment sur les stèles puniques de Tyr et de Carthage, à côté du croissant et des rosaces.

La main de la divinité phénicienne, dite tanite, n’a souvent que quatre doigts, car dans la période antique l’emblème était surtout la paume (palma) sans pouce, qui est resté une mesure. En effet, au point de vue de l’anatomie, le pouce diffère sensiblement des autres doigts.

 

 

Quelle est l'origine de la superstition attachée à la main (Khamsa)? dans Croyances & Légendes 1509346177-16-564000 

 

Stèle avec inscription Punique / Constantine ;datation: (225 – 50 av. J.-C.)

 

 

 

 

 

  • Dans la bible : Moïse étend la main pour déchaîner les fléaux qui vont ravager l’Egypte et frapper le Pharaon et son peuple.
    Lors de la septième plaie, la nuit, Dieu passe dans toutes les maisons et fait périr les premiers nés, tant des hommes que des animaux; il n’épargne que les demeures des Hébreux marquées à l’avance par une main trempée dans du sang d’agneau.

De nos jours, c’est encore la coutume israélite, à la pâque, de plonger sa main dans le sang d’un mouton fraîchement égorgé et de l’appliquer sur le mur de sa maison.

 

 

 

 

 

 

  • Chez les Turcs : La légende arabe raconte que Mohamed El Fatah, à la prise de Constantinople par les Turcs, trouvant des chrétiens réfugiés dans la basilique de Sainte-Sophie, les extermina tous en frappant le mur de sa main puissante.
     

 

  

 

 

 

  • Au moyen âge : Dans notre histoire, la Main d’argent a le privilège de suspendre l’action de la justice.
    La Main de gloire provenant d’un pendu ou d’un décapité, séchée et préparée, se transforme en un sortilège infaillible pour découvrir les trésors. Elle rend aussi, lorsqu’ils opèrent, les voleurs invisibles.
     

La Main ecclésiastique du sixième siècle permet aux évêques de rechercher dans l’intérieur des maisons tout ce qui rappelle le rite païen.

La Main votive est accrochée pieusement dans les églises, après de nombreuses prières, pour obtenir une grâce de Dieu.

La Main reliquaire en argent avec deux doigts repliés, figurant la bénédiction liturgique, se garnit d’ossements des bienheureux martyrs de la foi.

La Main de justice. Une verge surmontée d’une main d’ivoire sert, avec le sceptre et la couronne, d’attribut au prince royal, depuis Hugues Capet jusqu’à Louis le Hutin.

 

 

  

 

 

 

  • Chez les Maures d’Espagne : A Grenade, les Maures avaient grande confiance en elle. Une clé et une    main étaient sculptées comme un blason au-dessus de l’entrée de l’Alcazar.

 

Selon eux, impossibilité, pour les assaillants, -de pénétrer dans la forteresse si la main de pierre ne descendait pas avec la clé pour ouvrir la porte. 

Toutes les Mauresques de l’Andalousie portaient suspendue à leur cou une main couverte d’inscriptions. Elles étaient fermement convaincues de son pouvoir surnaturel pour conjurer les maléfices et
guérir les maux d’yeux.

Même après l’expulsion des Maures, les femmes et les jeunes filles mauresques se paraient de petites mains d’or. L’une de ces amulettes en argent émaillé, couverte d’inscriptions et d’arabesques, a été

retrouvée dans des fouilles faites à l’Alhambra.
 

 

  

 

 

 

  • Chez les Algériens : Les habitants de l’Afrique septentrionale attribuent à la main aux cinq doigts d’argent une puissance mystérieuse. pour les protéger du mauvais génie.  

 

La main de « Fathma», comme l’appellent les bijoutiers israélites de la rue de la Lyre, joue un grand rôle à Alger. Si les Italiens ont la corne de corail contre le mauvais œil, les algériens ont les bonnes mains qu’ils opposent à l’œil fatal.

Très peu éclairés pour la plupart ils sont très sincèrement persuadés de l’influence des doigts écartés. Aussi on rencontre très souvent une main ciselée en relief sur des pierres incrustées dans les façades
des  maisons  d’Alger. 

Dans l’intérieur de la citadelle de la Casbah, au-dessus d’une porte, se voit une main sculptée à côté du croissant de la lune surplombant des lignes ondulées, sans doute la mer ou un nuage. Une plaque rectangulaire de marbre placée au-dessus d’une fontaine dans la vieille Darse reproduit ces mêmes attributs.
 

Cette tradition s’est perpétuée en Algérie. Abdelkader fit de la main un insigne que ses officiers portaient en récompense, fixé sur leur chéchia.

 

Les marchands mozabites peignent dans leurs magasins des-mains de couleur bleu d’outremer; ils ont cette persuasion que la main doit leur servir souvent d’arme vengeresse lorsqu’on les regarde de travers.

 

A un moment de colère ou de jalousie, presque tous les indigènes répondent par la main droite bien ouverte qu’ils lancent en avant, s’écriant: «Khamsa fi aynek», traduction libre: « Que mes cinq doigts te crèvent les yeux pour t’empêcher de me regarder d’un mauvais œil». Le charme fatal est alors conjuré et le crédule vrai croyant est ainsi assuré.

 

 

 1508233788-12795364-10207521652978439-2320268303446432381-n dans Croyances & Légendes

Ancienne Khamssa en Or: Travail citadin du Constantinois 
(Entre 18e / 19e siècle)

 

 

 

 

 

Pour expliquer l’inexplicable main, les fidèles prétendent que chaque doigt indique les cinq prières:
Sebh, prière du matin; - Dohor, prière du midi; — Asr, entre le midiet le coucher du soleil;- Maghrib, coucher du soleil; Icha, prière du soir avant de se coucher.
 

D’autres prétendent que les doigts représentent les principes fondamentaux de la loi de. Mohammed ou les cinq piliers del’islam, comme disent les arabes  أركان الاسلام الخمسة 

 

1° La profession dé foi affirmant l’unité de Dieu et la mission de Mohammed;
2° Les cinq prières canoniques;
3° Le paiement de la zekkate ou aumône de purification de la fortune;
4° Le jeûne du Ramadan;
5° Le pèlerinage de la Mecque obligatoire pour qui peut le faire.

 

Les jointures et les articulations figureraient les obligations de faire le bien ou d’éviter le mal : la crainte de Dieu, le respect dû aux parents, la flétrissure de l’adultère, la nécessité des ablutions, l’abstention du vin, suppression du porc, la guerre aux infidèles.
 

Cette nomenclature pourrait se continuer encore; il serait facile de dresser une main chiromancienne couverte des préceptesmultiples auxquels sont tenus les plus fervents adeptes de la religion musulmane.

 

D’après Rozet, une autre interprétation a été donnée à ces mains énigmatiques. Quand le beit-el-maldji était chargé de mettre l’embargo sur les successions dévolues à l’État, par suite de la condamnation à mort, de l’exil ou de l’esclavage des propriétaires, il faisait peindre ou sculpter sur les murs des bâtiments dévolus au beylik une main signifiant « Je prends ».L’immeuble était immédiatement fouillé à l’effet de retrouver les trésors, les bijoux, en un mot les objets que les Arabesavaient coutume de cacher. Cette opinion nous paraît très contestable.
 

 

La breloque préservatrice se fabrique fondue d’une seule pièce, à jour ou découpée, en plané d’or ou d’argent.
 

Ce porte-bonheur, muni d’un trou pour laisser passer le fil de suspension, s’accroche à une chaîne de cou, à la façon des ex-voto et des médailles de nos pèlerinages, mais il sert plus souvent de pendeloque à différentes pièces des parures d’or ou d’argent.

 

Il en est de toutes les dimensions. Les unes unies, les autres gravées, d’autres ornées de pierreries ou de verroteries.
 

Le fétiche algérien a souvent les doigts écartés. A Tunis, au contraire, les doigts sont presque toujours réunis.

 

 

 

 

Comme on vient de le voir, le talisman et l’amulette sont le produit de l’ignorance. Il faut savoir comprendre et excuser cessuperstitions. Elles consolent souvent ceux qui souffrent ou donnent de la confiance aux faibles d’esprit. Il est certain que les progrès rapides de la civilisation les détruiront peu à peu. Mais, quand elles auront toutes
disparu, notre pauvre humanité sera-t-elle plus heureuse?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45