Les structures traditionnelles de stockage des céréales au Maroc.

5 10 2017

 Les Matmuras, les Ighrems et les h’ris 

 

 

 

 

 

 

Vivre c’est réserver des vivres. Un poème du début du 18ème siècle l’exprime fort bien : « Surtout ne gaspille pas les vivres ; ils sont la raison de vivre ». C’est un souci humain permanant. De ce fait, l’ensilage présente plus d’un signe. C’est une économie, une prévision des temps difficiles, un programme social. Si l’on excepte la conservation domestique où l’on voit des provisions ménagées dans des chambres à part ou emballées dans des sacs appropriés, il est possible de distinguer trois modèles essentiels d’emmagasinage : les matmuras, les ighrems, les h’ris. Ils diffèrent suivant le milieu, la fonction ; l’institutionnalité.

  

 

 

 

  • Premier modèle : le silo souterrain, Matmura ou Mers. Un texte français de 1675 les décrit ainsi : « Les magasins qu’ils appellent matmors sont de grands trous profonds de six à sept brasses, dans les lieux éloignés des eaux. On les fait larges par le bas de huit ou dix brasses en rondeur, quelquefois cavées dans le roc et le plus souvent dans la terre blanche comme la marne en ce pais. Leur entrée, qui est faite à la mode d’un puits, est fort étroite, et un homme avec une échelle de corde a bien de la peine à y descendre ; elles se ferment avec une pierre large à proportion. Ce sont dans ces lieux que les Arabes serrent leurs bleds, leurs orges et leurs autres grains, leurs beurres, leurs huiles et généralement toutes leurs provisions et commodités ». il s’agit là de grands silos, car d’autres, de taille plus petite, ne sont profonds que de 3 à 4 brasses.

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

C’est surtout dans les plaines et plateaux atlantiques que l’on rencontre ces fosses hermétiques, au-dessus desquelles les paysans peuvent même labourer. Dans la région de Doukkala, par exemple, l’on signale un village entouré de cent silos, tous creusés dans le roc, connu sous le nom de Miat Bir, les Cent puits. Apparemment, ces silos sont de grande capacité. Ceux d’Azemmour contiennent au début du 16ème siècle 20.000 mouds de blé ; d’autres, de quoi nourrir plus de 100.000 bouche pour une période de 15 mois, ou de quoi « changer plusieurs milles navires », aux dires des textes.

 

Conservés sous terre, les grains résistent longtemps et gardent leur qualité des années durant, surtout s’ils sont bien secs au moment du stockage et si encore le silo est creusé dans un milieu anaérobique, peu humide, asphyxiant les insectes et ralentissant la prolifération des micro-organismes. « Les grains, note Jean Mocquet au début du 17ème siècle, se gardent fort sèchement et longtemps ». William Lemprière, lui, précise : « On a vu des matmouras gardés cinq à six et même vingt ans, sans que le blé en souffrit aucune altération considérable ».

 

Quant à l’organisation sociale de ces magasins, il semble que les gens, grands propriétaires, cultivateurs et marchands, y déposent leurs produits à titre particulier ou en association. D’autres, n’ayant besoin que d’une durée déterminée recourent à la location.  Mais chacun son objectif, car les uns veulent assurer leur sécurité alimentaire, les autres visent plutôt à approvisionner les marchés, à spéculer. Toutefois,  dans le fonctionnement du silo, le grade reste un élément capital. C’est le tammâr  ou marrâs, à qui l’on y confie la surveillance. Il veille surtout à ce que l’endroit du magasin soit secret et l’ensilage et l’extraction des grains se fassent la nuit.         

 

 

 

 

  • Second modèle : l’Ighrem ou l’Agadir. C’est l’entrepôt des montagnards. Robert Montagne et Dominique Jacques-Meunié l’ont scrupuleusement étudié pendant le Protectorat. On se contente d’en reprendre les idées principales, car en effet, comme l’a bien remarqué Bernard Rosenberger, les textes, à savoir les descriptions des voyageurs et les mémoires rédigés par les observateurs européens, manquent à ce sujet. Les Européens, attentifs à ce genre d’institution, n’ont pu pénétrer, avant le 19ème siècle, dans les montagnes et par conséquent n’ont vu que les silos des plaines.
 
 
 
 
Les structures traditionnelles de stockage des céréales au Maroc.  dans Architecture & Urbanisme szbgpuw4 
Agadir Aït Oughayne. Région de Taroudant, Maroc – Clement Guillaume
 

 

 

 

Dans l’Anti-Atlas et le Haut-Atlas occidental, le magasin à grain est un édifice à étage, « noblement architecturé », une forteresse en pierre, hérissée de tours, contenant jusqu’à 300 petites pièces où les membres de la tribu emmagasinent leurs denrées alimentaires, mais aussi leurs armes et documents. Ces greniers-citadelles, qui sont régis par des règles très strictes, remplissent non seulement une fonction économique mais défensive également. Ils indiquent l’orgueil de la communauté, son symbole social, son signe de puissance.

Là aussi, les provisions se conservent longtemps, surtout quand les agadirs sont bien aérés et les grains soigneusement protégés. L’on dit même qu’il arrive souvent que le grain récolté à la naissance d’un enfant serve à la fête de son mariage. 

 

 

 

  

 

 

 

  •  Troisième modèle : les Hrîs. Une institution urbaine, makhzénienne. « L’ état, remarque Bernard Rosenberger, est en effet le plus gros détenteur des réserves céréalières du pays ». dans les grandes villes, impériales notamment, le Makhzen dispose d’entrepôts à étage, bâtis en voûtes. La technique de conservation est ingénieuse. L’ouvrage, dressé jusqu’en haut du grenier en inclinaison, permet aux bêtes de somme d’y monter avec leurs charges de grains, lesquels sont versés dans des conduits et stockés en bas. Des orifices aménagés au rez-de-chaussée donnent lieu à des extractions. Les deux Hrîs de Meknès, édifiés pendant le règne du sultan Ismaïl sont monumentaux. L’un d’eux mesure « 185 mètres de long sur 69 de large », de quoi contenir « tous les grains du pays », selon Ibn Zaydan. Estimation exagérée certes, mais révélatrice, le volume de stockage étant considérable. L’on verra comment les réserves du Makhzen agissent sur les marchés en temps de disette.

 

En fait, de tels ouvrages indiquent une longue tradition makhzenienne ; car déjà les descriptions antérieures relatent des dimensions similaires. Au sujet de Marrakech, Léon l’Africain signale, qu’au temps des Almohades, il y avait deux greniers, eux aussi bâtis en voûtes, pouvant contenir chacun « plus de trente mille ruggi de grain ». Carvajal Marmol, lui, les considère comme « meilleurs de toute la Barbarie ». 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45