Les derniers jours de Salah Bey de Constantine

2 09 2017

 

 

 

Les derniers jours de Salah Bey de Constantine  dans Histoire 1502957354-sans-titre

Médersa de Sidi El Kettani Tombeaux de Salah Bey et de sa famille / CPA 1837

 

 

 

 

 

Si Ibrahim Chergui, Caïd du Sebaou a été nommé Bey de la province de l’Est dimanche, après la prière de midi, le 19 de Hidja 1206 (8 août 1792). Dans la même journée, le nouvel élu est parti pour Constantine dans l’intention à son arrivée d’arrêter simplement Salah Bey, son prédécesseur destitué, bien que Hussein Pacha lui eût, donné l’ordre de le tuer. 

Ibrahim était accompagné dans son voyage par plus de soixante-dix cavaliers. En approchant de Constantine, la nouvelle de son arrivée prochaine s’est répandue. Salah Bey apprenant cela a voulu fuir; mais le goum l’en a empêché et alors il s’est réfugié dans la lente des Zebantout* (soldats turcs célibataires). Ils, l’ont préservé, durant toute la journée et quand la nuit est venue, ils l’ont sorti de la tente et l’ont conduit à Ibrahim Bey, qui l’a accueilli gracieusement, l’a embrassé et l’a fait, asseoir à ses côtés, Il l’a rassuré en lui promettant par serment qu’il ne lui adviendrait aucune mésaventure. « Si tu veux, lui a même dit Ibrahim, rentre dans ta maison auprès de la femme, et de tes enfants, tu n’as rien à redouter de personne, à moins 
que nous ne succombions toi et moi en même temps. » 

 

 

Salah a répondu : Non, je ne rentrerai pas dans ma maison, je préfère rester ici auprès de vous. » Ibrahim Bey a pris un logement au-dessus delà salle du conseil, où ses propres esclaves le servaient selon son habitude. Il est resté dans celle situation, environ quatre jours. Dans la nuit du quatrième, le Caïd, el-Kasba, Seliman Zemirli, le Caïd des troupeaux du beylik, le Khaznadâr et le Caïd el-Meksoura sont allés; heurter contre la porte du logement occupé par Ibrahim Bey. 

Un esclave chrétien qu’il avait amené d’Alger leur a ouvert la porte. Les conjurés ont d’abord tué cet esclave, puis ont pénétré dans la chambre d’Ibrahim Bey. Les premiers entrés sont Seliman et Ali el-Gherbi Kaïd el-Meksoura. Le premier qui s’est posé devant le Bey, le sabre, à la main, est Soliman Zemirli,. Il a piqué d’un coup de son sabre le Bey endormi, et l’a réveillé en lui disant: 

C’est toi qui es nommé notre Bey ?

Oui, ;a répondu Ibrahim en essayant de se lever.

 

Soliman lui a alors ; porté un coup de sabre qui lui a coupé un bras. Alors, tous à l’envi ont frappé, au point qu’ils l’ont mis en lambeaux.

Le Siar (courrier de cabinet) qui dormait dans lanterne pièce à été tué aussi. Cela fait, les meurtriers se sont rendus auprès de Salah Bey et lui ont dit. : Lève-toi, viens siéger sur ton trône de Souverain : car nous avons massacré ton remplaçant Ibrahim
— «Vous êtes cause de ma-perte ; leur a répondu Salah Bey.» 
— «. Tu n’as rien a redouter pour ton compte. Quant à nous, nous sommes à tes ordres. »

 

Alors, Salah Bey s’est levé, est allé dans la chambre d’Ibrahim et a vu son cadavre coupé; en; morceaux. Il a ordonné d’ouvrir le ventre de la victime, dans lequel on a introduit sa tête détachée dû tronc et les parties génitales coupées, ont été mises dans sa bouche. Le corps ainsi mutilé a été enfermé dans un serouel (large culotte turque) puis on a jeté ce paquet hideux hors de la salle du conseil, devant là Driba. 

 

Salah Bey a immédiatement ordonné de mettre à mort les cavaliers qui avaient servi d’escorte à, Ibrahim- Les Kobdjiâ (sorte de chaouchs) ont exécuté la sentence. Quelques-uns ont été massacrés dans la maison dé Si Bou Rennan le bach siar ; d’autres ont péri dans la maison de Sid el-Hadj Ahmed ben Nâmoune Caïd D’jabri. Des soixante-dix cavaliers venus d’Alger, un seul s’est sauvé.

 

Salah Bey a envoyé ensuite dans; les tentes des Zebantout choisir cinquante Turcs environ, avec lesquels il a fait échange de promesses et de serment pour qu’il y ait solidarité entre-eux dans l’éventualité de la résistance. Il a donné à chacun de ces Turcs cinq cents mahboub (pièces d’or) et a inscrit leurs noms sur un étal spécial.

 

Le lendemain, cinquième jour du mois, les tambours ont battu aux champs en l’honneur de Salah Bey les drapeaux ont été déployés; tous ses serviteurs et ses cavaliers sont allés le complimenter d’être remonté sur le trône. Tous-ceux qui étaient ses ennemis et qui se sont présentés à lui pour le féliciter ce jour là, ont été décapités. Il y a eu dans la ville une émotion extrême. Les cavaliers arabes ont pillé les boutiques situées hors la ville. Quant aux troupes campées sur les bords de l’Oued Rumel, elles ne savaient quel parti prendre. 

 

 

Voilà quelles sont les nouvelles parvenues à Alger jeudi, après la prière de midi, le cinquième jour de moharrem 1207 (jeudi, 23 août 1792).  

Sid Hussein-Pacha a nommé Hussein Pacha (ben Bou-Hanak), aux fonctions de bey de Constantine, Celui-ci est parti d’Alger après la prière de l’acer (3 heures du soir). Il est accompagné par Moustapha-Agha, Ali oukil el-khardj, El-Hadj Mohammed ben Sidi Ali-Pacha, par les caïds de la Mitidja, avec un goum nombreux de cavaliers, avec des forces imposantes pour faire respecter l’autorité de notre souverain, l’illustre Hussein Pacha. Ce déploiement de forces a pour but de s’emparer de l’ex-bey Salah et de ses complices. 

 

En arrivant à Hamza, les personnages sus-désignés ont eu quelques appréhensions à cause des moyens puissants de résistance dont dispose Salah-Bey, et ils ont écrit au pacha pour qu’il leur envoie un hamba (officier supérieur de troupe). Le hamba est parti dimanche; quand il lésa rejoints, ils ont expédié des proclamations à l’agha du camp de Constantine, à ses chaouchs et aux habitants de la ville, leur disant : Il faut tous vous entendre, vous concerter, vous emparer de Salah-Bey et l’enchaîner en attendant notre arrivée parmi vous. Dieu nous conseillera alors ce que nous aurons à faire. » 

Ces proclamations ont été confiées à un janissaire du nom de Hatchi, qui les a portées immédiatement, en passant par le Ouennougha, et qui est parvenu auprès de l’agha du camp et des 
chaouchs. 

Aussitôt, les janissaires du camp et leurs chaouchs sont allés en ville, mais ils en ont trouvé les portes gardées par des Zouaoua. Ils leur ont montré la proclamation du pacha aux habitants de Constantine et, devant un tel écrit, ils ont laissé libre l’entrée de la ville. Alors les janissaires, les Zouaoua el les habitants se sont précipités tous ensemble vers la porte du palais du bey. On a tué quiconque a fait résistance ; les Turcs se sont rendus chez Salah-Bey qui avait fui dans sa maison. Sidi Cheikh est allé le trouver et lui a dit : Viens avec moi dans la demeure de mes ancêtres, tu n’auras rien à craindre. 
Salah-Bey a demandé : Qui est donc nommé bey à ma place ? 

C’est Hussein Pacha ben Bou-Hanak. 

Alors, a ajouté Salah-Bey, la domination turque est anéantie
Salah est rentré chez lui et a tué une esclave chrétienne, d’une grande beauté, qu’il affectionnait beaucoup. Les autres esclaves, effrayées de la triste fin de leur compagne, ont fermé les portes sur lui et ne l’ont plus laissé rentrer. La foule s’est ruée à ce moment sur Salah-Bey et les chaouchs se sont emparés de sa personne. 

Dans cette même journée a péri Soliman Zemirli tué d’un coup de feu que lui a tiré Hammou ben Nâmoune. On a coupé la tête du cadavre. 

 

 

Salah-Bey a été conduit à la Kasba, on lui a mis des chaînes et des anneaux aux pieds, au cou et aux mains. Il est resté dans cet état jusqu’à l’arrivée de Si Moustapha, l’agha, de Si Alil’oukil el-khardj, de Sid El-Hadj Mahommed ben Ali-Pacha, et enfin du nouveau bey Hussein, surnommé le pacha Bou-Hanak. 

Leur arrivée à Constantine a eu lieu le samedi. Ils se sont emparés de la fortune de Salah-Bey, de celle du bach-kateb, du bach-siar, et enfin le 14 de moharrem (1er septembre 1792), on a étranglé Salah-Bey dans la nuit de samedi à dimanche, que Dieu lui fasse miséricorde et l’admette au paradis. 

En même temps que le bey, on a étranglé aussi ses chaouchsl’agha IbrahimAhmed-Khodjacaïd de là Kasbah et le caïd de Bône ; le bach-siar à eu les membres brisés et on l’a laissé dans cet état pitoyable sans l’achever ; beaucoup d’autres individus ont été suppliciés également. La nouvelle de ces exécutions est arrivée à Alger mercredi, 18 du mois (5 septembre). 

Les hauts fonctionnaires sus-désignés, revenant de Constantine, ont ramené ici deux cent cinquante mulets chargés, et chaque mulet pot tant quatre mille réaux. Quinze mulets portaient chacun vingt-cinq mille dinars d’or. En outre, des objets en .or, en argent, des diamants, des pierres fines eh nombre incalculable.

 

Au moment d’étrangler Salah, on a trouvé sur lui une amulette, ornée de dix pierres précieuses qui ont été estimées 275,000 dinars. Tout cela a été versé au trésor du pacha.

  

 

 

 

 

 

 

: Les Zebantot étaient des espèces des vétérans, dont la tenue habituelle ne devait pas être des plus satisfaisantes, puisqu’elle a donné naissance à ce proverbe algérien qu’on applique aux gens mal vêtus: 
                        Comme un Zebantot, 
                        Sans chachïa ni capote ! 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi: L’histoire de Salah Bey 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45