Le jeu rituel : Mata

29 06 2017

 

 

 

 

Une étrange coutume subsiste parmi les habitants de la compagne marocaine (la tribu des Beni Arous en particulier et d’autres tribus voisines :Beni Gorfet, Souk Tolba, etc.), et ça paraît un legs de leurs prédécesseurs païens, qui firent de ce pays et des régions environnantes, dans le nord de l’Afrique, le principal grenier de Rome.

 

 

 

 

Le jeu rituel : Mata  dans Coutumes & Traditions 1111

 

 

 

 

 

 

Quand les jeunes pousses de blé sont sorties de terre, ce qui arrive vers la mi-février, les villageoises façonnent, en figure de femme, une grande et grosse poupée, et l’habillent le plus somptueusement qu’elles peuvent, la couvrant de toutes sortes de clinquants et d’ornements, et l’affublant d’un haut bonnet pointu. Elles la promènent en procession tout autour des cultures, criant et chantant sans relâche un chant particulier. La femme qui marche en tête porte cette image, qu’elle doit céder à celle de ses compagnes assez agile pour la dépasser : ce qui devient l’occasion de beaucoup dé courses et de luttes. Les hommes exécutent également la même cérémonie, mais à cheval : ils nomment l’image Mata. 

 

 

 

 

 

1510 dans Coutumes & Traditions

 

 

 

 

 

D’après les croyances populaires, ces cérémonies portent bonheur. Leur efficacité doit être grande, à en juger par la foule de gens que vous voyez se ruer en galopant sur les jeunes pousses de froment et d’orge qu’ils écrasent sans pitié.

 

Ces coutumes sont en opposition directe avec la foi de l’islamisme ; aussi jamais n’est-on trouvé qui pût donner quelques lumières sur leur origine. On est assez portés, en pareil cas, à attribuer à la superstition, à l’ignorance, des usages fondés sur l’observation, et que les anciens n’ont rendus religieux que pour qu’ils devinssent obligatoires. Socrate, dans les Économiques de Xénophon, conseille à Ischomaque, pour doubler sa récolte, de renverser son blé en herbes, en lui donnant un léger labour. Pline, qui joint volontiers les récits aux préceptes, raconte qu’autrefois les habitants de Saluces et de Verceil, étant en guerre avec ceux du val d’Oste, couraient les terres de leurs ennemis pour les ravager. Comme ils ne pouvaient en brûler les blés encore en herbe, ils imaginèrent de labourer de nouveau, avec des bœufs, les champs tout couverts de vertes céréales. Ils se flattaient d’affamer l’ennemi en détruisant ainsi tout espoir de récolte. Mais le résultat fut tout autre. Les tiges provignèrent, et s’épandirent en branches terminées par de riches épis. Cet incident fut depuis érigé en une coutume qui dure encore en Italie. Retrouvant en Afrique l’antique manière de dépiquer le grain, l’antique vénération pour l’aire,  semble naturel de penser que l’usage de fouler aux pieds le blé vert est venu aussi des Romains.

 

Certains d’autres pensent que le Mata  est probablement inspiré du bouzkachi, un jeu similaire mais plus violent, importé, selon la légende, par Moulay Abdessalam Ben Machich lors de sa visite à Ibn Boukhari.

 

 

 

 

 

 

 

 

Source photos : mata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45