• Accueil
  • > Littérature
  • > LAMIAT-ALARAB Poème de Schanfari – لامية العرب – للشنفرى

LAMIAT-ALARAB Poème de Schanfari – لامية العرب – للشنفرى

9 06 2017

 

 

 

 

 

Le poète Schanfari* était de la tribu d’Azd, et du nombre de ceux qui se distinguaient par leur légèreté à la course. Parmi les coureurs célèbres entre les Arabes, il y en avait qu’un cheval n’aurait pu atteindre : tels étaient Schanfari, Solaïc fils de Salaca, Omar fils de Barrak, Asir fils de Djaber, et Taabbata-scharran.

 

Schanfari avait juré de tuer cent hommes des Bénou-Salaman, et il en tua effectivement quatre-vingt-dix-neuf. Toutes les fois qu’il rencontrait un homme de cette tribu, il lui disait, à ton œil, puis il tirait sa flèche, et attrapait justement son œil. En conséquence ils lui tendirent des embûches, et réussirent à se rendre maîtres de sa personne.

 

Ce fut Asir ben-Djaber, l’un de ces fameux coureurs, qui se saisit de lui. Il ne cessa de le guetter jusqu’à ce que Schanfari étant descendu dans une gorge pour boire, il l’y surprit à la faveur de la nuit. Les Bénou-Salaman firent donc mourir Schanfari ; mais ensuite un d’entre eux passant auprès de son crâne, et lui ayant donné un
coup de pied, une esquille du crâne lui entra dans le pied, et lui fit une blessure dont il mourut. Ainsi fut complété le nombre de cent que Schanfari avait juré de faire périr.

 

 

 

 

 

 

 

**لامية العرب – للشنفرى

1- أَقِيمُـوا بَنِـي أُمِّـي صُـدُورَ  مَطِيِّـكُمْ         فَإنِّـي  إلى قَـوْمٍ سِـوَاكُمْ  لَأَمْيَـلُ

2- فَقَدْ  حُمَّتِ  الحَاجَاتُ  وَاللَّيْـلُ   مُقْمِـرٌ         وَشُـدَّتْ لِطِيّـاتٍ  مَطَايَـا  وَأرْحُلُ

3- وفي الأَرْضِ مَنْـأَى لِلْكَرِيـمِ  عَنِ  الأَذَى         وَفِيهَا  لِمَنْ  خَافَ  القِلَـى  مُتَعَـزَّلُ

4- لَعَمْـرُكَ مَا بِالأَرْضِ ضِيـقٌ على  امْرِىءٍ           سَرَى رَاغِبَـاً أَوْ رَاهِبَـاً وَهْوَ يَعْقِـلُ

5- وَلِي دُونَكُمْ  أَهْلُـون : سِيـدٌ  عَمَلَّـسٌ           وَأَرْقَطُ زُهْلُـولٌ  وَعَرْفَـاءُ  جَيْـأََلُ

6- هُـمُ الأَهْلُ  لا مُسْتَودَعُ  السِّـرِّ  ذَائِـعٌ           لَدَيْهِمْ وَلاَ  الجَانِي  بِمَا جَرَّ  يُخْـذَلُ

7- وَكُـلٌّ  أَبِـيٌّ   بَاسِـلٌ   غَيْـرَ  أنَّنِـي           إذا عَرَضَتْ أُولَى  الطَرَائِـدِ  أبْسَـلُ

8- وَإنْ مُـدَّتِ الأيْدِي إلى  الزَّادِ  لَمْ  أكُـنْ           بَأَعْجَلِهِـمْ إذْ  أَجْشَعُ  القَوْمِ  أَعْجَلُ

9- وَمَـا ذَاكَ  إلّا  بَسْطَـةٌ  عَـنْ   تَفَضُّـلٍ          عَلَيْهِـمْ وَكَانَ  الأَفْضَـلَ  المُتَفَضِّـلُ

10- وَإنّـي كَفَانِـي فَقْدَ  مَنْ  لَيْسَ   جَازِيَاً           بِحُسْنَـى  ولا  في  قُرْبِـهِ  مُتَعَلَّـلُ

11- ثَـلاَثَـةُ أصْحَـابٍ : فُـؤَادٌ  مُشَيَّـعٌ           وأبْيَضُ  إصْلِيتٌ  وَصَفْـرَاءُ  عَيْطَـلُ

12- هَتُـوفٌ مِنَ المُلْـسَِ  المُتُـونِ  تَزِينُـها           رَصَائِعُ قد نِيطَـتْ  إليها  وَمِحْمَـلُ

13- إذا زَلََّ عنها  السَّهْـمُ حَنَّـتْ  كأنَّـها           مُـرَزَّأةٌ  عَجْلَـى تُـرنُّ   وَتُعْـوِلُ

14- وَأغْدو  خَمِيـصَ  البَطْن لا  يَسْتَفِـزُّنيِ           إلى الزَادِ حِـرْصٌ أو فُـؤادٌ مُوَكَّـلُ

15- وَلَسْـتُ بِمِهْيَـافٍ  يُعَشِّـي  سَوَامَـه          مُجَدَّعَـةً   سُقْبَانُهـا  وَهْيَ   بُهَّـلُ

16- ولا  جُبَّـأٍِ  أكْهَـى مُـرِبٍّ   بعِرْسِـهِ           يُطَالِعُهـا في  شَأْنِـهِ كَيْفَ  يَفْعَـلُ

17- وَلاَ خَـرِقٍ هَيْـقٍ  كَـأَنَّ   فــؤادَهُ           يَظَـلُّ به المُكَّـاءُ  يَعْلُـو  وَيَسْفُـلُ

18- ولا  خَالِــفٍ  دارِيَّــةٍ  مُتَغَــزِّلٍ           يَـرُوحُ وَيغْـدُو داهنـاً  يَتَكَحَّـلُ

19- وَلَسْـتُ  بِعَـلٍّ  شَـرُّهُ  دُونَ  خَيْـرِهِ           ألَفَّ إذا ما رُعْتَـهُ اهْتَـاجَ  أعْـزَلُ

20- وَلَسْـتُ بِمِحْيَارِ  الظَّـلاَمِ  إذا  انْتَحَتْ          هُدَى الهَوْجَلِ العِسّيفِ  يَهْمَاءُ  هؤجَلُ

21- إذا  الأمْعَـزُ الصَّـوّانُ  لاقَـى مَنَاسِمِي          تَطَايَـرَ   منـه   قَـادِحٌ   وَمُفَلَّـلُ

22- أُديـمُ مِطَـالَ الجُـوعِ حتّـى أُمِيتَـهُ           وأضْرِبُ عَنْهُ الذِّكْرَ  صَفْحاً  فأُذْهَـلُ

23- وَأَسْتَـفُّ  تُرْبَ الأرْضِ كَيْلا يُرَى  لَـهُ           عَلَـيَّ مِنَ الطَّـوْلِ امْـرُؤٌ مُتَطَـوِّلُ

24- ولولا اجْتِنَابُ الذَأْمِ لم يُلْـفَ  مَشْـرَبٌ           يُعَـاشُ بـه  إلاّ  لَـدَيَّ  وَمَأْكَـلُ

25- وَلكِنّ  نَفْسَـاً  مُـرَّةً  لا تُقِيـمُ  بـي           علـى الـذامِ إلاَّ رَيْثَمـا  أَتَحَـوَّلُ

26- وَأَطْوِي على الخَمْصِ الحَوَايا كَما انْطَوَتْ          خُيُوطَـةُ  مـارِيٍّ  تُغَـارُ   وتُفْتَـلُ

27- وأَغْدُو على القُوتِ الزَهِيـدِ كما غَـدَا           أَزَلُّ  تَهَـادَاهُ   التنَائِـفَ   أطْحَـلُ

28- غَدَا طَاوِيـاً يُعَـارِضُ  الرِّيـحَ  هَافِيـاً          يَخُـوتُ  بأَذْنَابِ الشِّعَابِ ويُعْسِـلُ

29- فَلَما لَوَاهُ  القُـوتُ  مِنْ  حَيْـثُ  أَمَّـهُ          دَعَـا  فَأجَابَتْـهُ   نَظَائِـرُ   نُحَّـلُ

30- مُهَلَّلَـةٌ   شِيـبُ   الوُجُـوهِ  كأنَّـها           قِـدَاحٌ  بأيـدي  ياسِـرٍ  تَتَقَلْقَـلُ

31- أوِ الخَشْـرَمُ المَبْعُـوثُ حَثْحَثَ  دَبْـرَهُ           مَحَابِيـضُ أرْدَاهُـنَّ سَـامٍ مُعَسِّـلُ

32- مُهَرَّتَـةٌ   فُـوهٌ   كَـأَنَّ    شُدُوقَـها           شُقُوقُ العِصِـيِّ كَالِحَـاتٌ وَبُسَّـلُ

33- فَضَـجَّ وَضَجَّـتْ  بالبَـرَاحِ  كأنَّـها           وإيّـاهُ  نُوحٌ  فَوْقَ  عَلْيَـاءَ  ثُكَّـلُ

34- وأغْضَى وأغْضَتْ  وَاتَّسَى  واتَّسَتْ  بـه          مَرَامِيـلُ عَـزَّاها  وعَزَّتْـهُ  مُرْمِـلُ

35- شَكَا وَشَكَتْ ثُمَّ ارْعَوَى  بَعْدُ  وَارْعَوَتْ           وَلَلْصَبْرُ  إنْ  لَمْ  يَنْفَعِ  الشَّكْوُ  أجْمَلُ

36- وَفَـاءَ  وَفَـاءَتْ  بَـادِراتٍ   وَكُلُّـها           على نَكَـظٍ  مِمَّا  يُكَاتِـمُ مُجْمِـلُ

37- وَتَشْرَبُ  أسْآرِي  القَطَا  الكُـدْرُ  بَعْدَما          سَرَتْ قَرَبَـاً  أحْنَاؤهـا  تَتَصَلْصَـلُ

38- هَمَمْتُ وَهَمَّتْ  وَابْتَدَرْنَـا  وأسْدَلَـتْ           وشَمَّـرَ   مِنِّي   فَـارِطٌ   مُتَمَهِّـلُ

39- فَوَلَّيْـتُ  عَنْها  وَهْيَ  تَكْبُـو  لِعُقْـرِهِ           يُبَاشِـرُهُ  منها  ذُقُـونٌ   وَحَوْصَـلُ

40- كـأنَّ  وَغَـاها  حَجْرَتَيـْهِ   وَحَوْلَـهُ          أضَامِيـمُ مِنْ سَفْـرِ القَبَائِـلِ  نُـزَّلُ

41- تَوَافَيْـنَ  مِنْ  شَتَّـى  إِلَيـْهِ  فَضَمَّـهَا          كما ضَـمَّ أذْوَادَ الأصَارِيـمِ مَنْهَـلُ

42- فَغَـبَّ غِشَاشَـاً  ثُمَّ  مَـرَّتْ  كأنّـها          مَعَ  الصُّبْحِ رَكْبٌ  مِنْ  أُحَاظَةَ  مُجْفِلُ

43- وآلَفُ  وَجْـهَ  الأرْضِ  عِنْدَ  افْتَراشِـها          بأَهْـدَأَ   تُنْبِيـهِ  سَنَاسِـنُ   قُحَّـلُ

44- وَأعْدِلُ  مَنْحُوضـاً  كـأنَّ  فُصُوصَـهُ           كعَابٌ  دَحَاهَا لاعِـبٌ  فَهْيَ  مُثَّـلُ

45- فإنْ  تَبْتَئِـسْ  بالشَّنْفَـرَى أمُّ  قَسْطَـلٍ           لَمَا اغْتَبَطَتْ بالشَّنْفَرَى  قَبْلُ  أطْـوَلُ

46- طَرِيـدُ  جِنَايَـاتٍ  تَيَاسَـرْنَ  لَحْمَـهُ           عَقِيرَتُــهُ   لأِيِّـها   حُـمَّ    أَوَّلُ

47- تَنَـامُ إذا  مَا  نَـامَ  يَقْظَـى  عُيُونُـها          حِثَاثَـاً   إلى   مَكْرُوهِـهِ   تَتَغَلْغَـلُ

48- وإلْـفُ هُمُـومٍ مـا  تَـزَالُ  تَعُـودُهُ           عِيَاداً كَحُمَّـى الرِّبْـعِ أو  هِيَ أثْقَلُ

49- إذا  وَرَدَتْ   أصْدَرْتُـها   ثـمّ   إنّـها          تَثُـوبُ فَتَأتي  مِنْ تُحَيْتُ ومِنْ  عَـلُ

50- فإمّا  تَرَيْنِي  كابْنَـةِ  الرَّمْـلِ  ضَاحِيَـاً          على  رِقَّـةٍ  أحْفَـى   ولا   أَتَنَعَّـلُ

51- فإنّي  لَمَولَى  الصَّبْـرِ أجتـابُ   بَـزَّهُ           على مِثْلِ  قَلْبِ  السِّمْعِ  والحَزْمَ  أفْعَلُ

52- وأُعْـدِمُ   أَحْيَانـاً   وأَغْنَـى  وإنَّمـا           يَنَـالُ  الغِنَى ذو  البُعْـدَةِ  المُتَبَـذِّلُ

53- فلا  جَـزِعٌ  مِنْ   خَلَّـةٍ   مُتَكَشِّـفٌ           ولا  مَـرِحٌ  تَحْتَ  الغِنَى   أتَخَيَّـلُ

54- ولا تَزْدَهِي الأجْهـالُ حِلْمِي  ولا  أُرَى           سَؤُولاًَ  بأعْقَـاب  الأقَاويلِ  أُنْمِـلُ

55- وَلَيْلَةِ  نَحْـسٍ  يَصْطَلي  القَوْسَ  رَبُّـها           وَأقْطُعَـهُ  اللَّاتـي  بِـهَا    يَتَنَبَّـلُ

56- دَعَسْتُ على غَطْشٍ  وَبَغْشٍ  وَصُحْبَتـي          سُعَـارٌ  وإرْزِيـزٌ  وَوَجْـرٌ   وَأفَكَلُ

57- فأيَّمْـتُ  نِسْوَانَـاً  وأيْتَمْـتُ   إلْـدَةً          وَعُـدْتُ كما  أبْدَأْتُ واللَّيْلُ  ألْيَـلُ

58- وأصْبَـحَ عَنّـي بالغُمَيْصَـاءِ  جَالسـاً           فَرِيقَـانِ: مَسْـؤُولٌ وَآخَرُ  يَسْـألُ

59- فَقَالُـوا: لَقَدْ  هَـرَّتْ  بِلَيْـلٍ  كِلَابُنَـا          فَقُلْنَـا: أذِئْبٌ عَسَّ أمْ  عَسَّ  فُرْعُـلُ

60- فَلَمْ  يَـكُ  إلاَّ  نَبْـأةٌ  ثُـمَّ  هَوَّمَـتْ           فَقُلْنَا: قَطَـاةٌ رِيـعَ أمْ رِيعَ  أجْـدَلُ

61- فَإِنْ يَـكُ مِنْ جِـنٍّ  لأبْـرَحُ  طارِقـاً          وإنْ يَكُ إنْسَـاً ما كَها  الإنسُ  تَفْعَلُ

62- وَيومٍ  مِنَ  الشِّعْـرَى  يَـذُوبُ  لُعَابُـهُ          أفاعِيـهِ  فـي  رَمْضائِـهِ  تَتَمَلْمَـلُ

63- نَصَبْـتُ له وَجْهي  ولا  كِـنَّ  دُونَـهُ          ولا سِتْـرَ إلاَّ  الأتْحَمِـيُّ  المُرَعْبَـل

64- وَضَافٍ إذا  طَارَتْ  له  الرِّيحُ  طَيَّـرَتْ           لبائِـدَ  عن  أعْطَافِـهِ  ما   تُرَجَّـلُ

65- بَعِيـدٌ بِمَسِّ الدُّهْـنِ  والفَلْيِ  عَهْـدُهُ           لـه عَبَسٌ عافٍ مِنَ الغِسْل مُحْـوِلُ

66- وَخَرْقٍ كظَهْرِ  التُّـرْسِ  قَفْـرٍ  قَطَعْتُـهُ          بِعَامِلَتَيْـنِ ،  ظَهْـرُهُ  لَيْسَ  يُعْمَـلُ

67- فألْحَقْـتُ   أُوْلاَهُ   بأُخْـرَاهُ   مُوفِيَـاً          عَلَى  قُنَّـةٍ  أُقْعِـي  مِرَارَاً   وَأمْثُـلُ

68- تَرُودُ  الأرَاوِي  الصُّحْـمُ حَوْلي كأنّـها          عَـذَارَى  عَلَيْهِـنَّ  المُلاَءُ   المُذَيَّـلُ

69- ويَرْكُـدْنَ بالآصَـالِ  حَوْلِي  كأنّنـي           مِنَ العُصْمِ أدْفى  يَنْتَحي  الكِيحَ  أعْقَلُ

 

 

 

 

 

TRADUCTION

 

Enfant de ma mère, préparez-vous à partir, et hâtez le pas de vos montures : pour moi, je vais chercher une autre société que celle de votre famille.

 

Déjà toutes choses sont prêtes : l’astre des nuits brille de son éclat, les chameaux sont sanglés, la selle est placée sur leur dos : rien n’arrête plus votre départ.

 

II est sur la terre une retraite éloignée, où l’homme généreux peut être à l’abri des insultes; un asile solitaire prêt à recevoir quiconque veut se soustraire à la haine des siens.

 

Jamais, non, jamais il ne se trouvera à l’étroit sur la terre, l’homme prudent, et qui sait employer les heures de la nuit à courir après l’objet de ses désirs, ou à s’éloigner de ce qui cause sa frayeur.

 

D’autres compagnons me dédommageront de la perte de votre société, un loup endurci à la course, un léopard au poil ras, une hyène à l’épaisse crinière. En leur compagnie on ne craint point de voir trahir son secret: le malheureux qui a commis une faiblesse, n’appréhende point de se voir lâchement abandonné en punition de sa faute.

 

Tous ils repoussent les insultes, tous ils combattent avec bravoure; aucun d’eux cependant n’égale l’intrépidité avec laquelle je m’élance au premier aspect de l’ennemi.

 

Mais quand il s’agit d’étendre la main pour partager les aliments, alors que le plus lâche est le plus diligent, je ne les devance plus en vitesse.

 

C’est l’effet de ma générosité par laquelle je m’élève au-dessus d’eux celui qui cherche à se distinguer ainsi à droit au premier rang.

 

Je supporterai sans peine la perte de ces compagnons que les bienfaits même ne peuvent subjuguer, et dont le voisinage ne procure aucune agréable diversion.

 

Et je ne m’apercevrai pas de cette perte, pourvu que ces trois autres ne m’abandonnent point, un cœur intrépide, un glaive étincelant, un arc aussi long que robuste qui rende un son éclatant, du nombre de ces arcs polis et forts en même temps, dont le mérite soit relevé par la beauté des courroies et du baudrier auquel il est suspendu: qui gémit à l’instant où la flèche s’échappe, et semble imiter les cris et les hurlements d’une mère accablée d’infortune, à laquelle le sort a ravi ses enfants.

 

Je ne suis pas de ces gens incapables de supporter la soif, qui en menant leurs troupeaux à la pâture, éloignent les petits de leurs mères, pour épargner le lait, tandis que celles – ci paissent librement.

 

Je me suis pas non plus du nombre de ces hommes pusillanimes et poltrons, qui ne s’éloignent jamais de la compagnie de leurs femmes, et délibèrent avec elles sur toutes leurs démarches; de ces hommes qu’un rien étonne, aussi timides que l’autruche, dont le cœur palpitant semble un passereau qui s’élève et s’abaisse tour-à-tour à l’aide de ses ailes; rebut de leurs familles, lâches casaniers, qui passent tout leur temps à causer d’amourettes avec les femmes et que l’on voit à tous les moments du jour parfumés et fardés.

 

Je ne suis pas de ces hommes faibles et petits, dont les défauts ne sont rachetés par aucune vertu, incapables de tout, qui n’étant protégés par aucune arme, prennent l’épouvante à la moindre menace; de ces âmes sans énergie que les ténèbres saisissent d’effroi, quand leur robuste et agile monture entre dans une solitude affreuse qui n’est propre qu’à égarer le voyageur.

 

Quand mes pieds rencontrent une terre dure et semée de cailloux, ils en tirent des étincelles et les font voler en pièces. Je sais supporter la faim avec une constance généreuse, je fais semblant de ne pas la sentir, j’en détourne ma pensée et je l’oublie entièrement.

 

Je dévore la poussière de la terre sèche, et sans aucune humidité, de peur que la faim ne s’imagine avoir quelque avantage sur moi, et ne se vante de m’avoir vaincu.

 

Si la crainte d’essuyer quelque outrage ne m’avait fait embrasser cette vie pénible et errante, tout ce que l’on peut désirer pour apaiser la faim ou la soif, ne se trouverait que chez moi; mais mon âme généreuse, qui ne peut souffrir aucune insulte, se séparerait de moi, si je ne m’éloignais promptement.

 

Mes entrailles, tourmentées de la faim, se tortillent et se resserrent sur elles-mêmes, comme les fils torts par la main ferme et adroite d’une habile fileuse.

 

Je sors dès le matin, n’ayant pris qu’une légère nourriture , tel qu’un loup aux poils grisâtres, qu’une solitude a conduit à une autre solitude, et qui, pressé de la faim, se met en course dès la pointe du jour avec la rapidité du vent : dévoré par le besoin , il se jette dans le fond des vallées et précipite sa marche; fatigué de chercher en vain dans des lieux où il ne trouve aucune proie, il pousse des hurlements auxquels répondent bientôt ses semblables, des loups maigres comme lui, décharnés, dont le visage porte l’empreinte de la vieillesse ; on dirait, à la rapidité de leurs mouvements, que ce sont les flèches qu’agite dans ses mains un homme qui les mêle pour tirer au sort , ou que le chef d’un jeune essaim mis en liberté, hâte le vol de la troupe qui le suit, vers les bâtons qu’a placés, pour les recevoir, dans un endroit élevé, l’homme qui s’occupe à recueillir le produit du travail des abeilles.

 

Ces loups ouvrent une large gueule; leurs mâchoires écartées ressemblent aux deux parties d’une pièce de bois que l’on a fendue; ils ont un aspect affreux et terrible. Aux hurlements de ce loup, les autres répondent par des hurlements dont retentissent au loin les déserts; on les prendrait pour autant de mères éplorées, dont les cris déchirants se font entendre du sommet d’une colline élevée.

 

A ses cris succède le silence, et le silence succède à leurs cris; toujours constants à imiter son exemple, ils se consolent de la faim qui les dévore, par celle qu’endure celui-là, et leurs tourments servent aussi à soulager sa douleur.

 

Se plaint-il : ils font entendre leurs plaintes; s’il renonce à des plaintes superflues, les autres y renoncent aussi ; et certes, là où les plaintes ne servent de rien, la patience est de beaucoup préférable.

 

Il retourne sur ses pas, et les autres retournent pareillement sur leurs pas : ils précipitent leur course, et quoique pressés par la violence de la faim, ils cachent les maux qu’ils endurent sous une bonne contenance.

 

Les kata qui volent en troupe vers une citerne, en faisant retentir l’air du bruit de leurs ailes, ne boivent
que les restes des eaux que j’ai troublées.

 

Nous courions en même temps pour apaiser notre soif ; nous nous hâtions, à l’envi, d’atteindre cet objet de nos désirs : ils déploient toutes leurs forces, tandis que, sans me presser, je les devance lestement, et je semble être le chef de leur troupe.

 

Déjà je les ai quittés, et je me suis retiré, après avoir étanché ma soif : épuisés de fatigue, ils tombent avec précipitation sur les bords humides de la citerne, et plongent dans la fange le cou et le jabot.

 

Le bruit qu’ils font tout à l’entour de cette mare est comme celui d’une troupe de voyageurs
au moment où leur caravane s’arrête pour camper.

 

Ils accourent de toutes parts vers la citerne : elle réunit vers un centre commun leurs troupes éparses, de même que les troupeaux d’un campement d’Arabes se réunissent autour d’un abreuvoir.

 

Ils boivent avec précipitation, et, reprenant leur vol, ils partent aussitôt, semblables, au moment où les premiers rayons du jour éclairent leur retraite, à une caravane de la tribu d’Ohadha qui précipite son départ.

 

Lorsque je prends la terre pour mon lit, j’étends sur sa surface un dos bossu que soulèvent des vertèbres saillantes et desséchées, et un bras décharné, dont toutes les articulations semblent être autant de dés jetés par un joueur, qui se tiennent debout devant lui.

 

Si les destins malins de la guerre se plaignent, aujourd’hui que Schanfari échappe à leurs coups, assez longtemps ils ont joui de son malheur.

 

II a été en proie à toutes les injustices qui se sont partagé sa chair comme celle d’un chameau dont les portions sont tirées au sort; et toutes les fois que quelque malheur est survenu, il en a toujours été la première victime.

 

Si par hasard le sort malin semblait fermer ses yeux vigilants, dans son sommeil même ses yeux s’ouvraient, et s’empressaient de le frapper de quelque nouveau malheur.

 

Les soucis, ses compagnons assidus, n’ont cessé de se succéder avec autant et plus d’exactitude que le retour régulier des accès d’une fièvre quarte.

 

Lorsqu’ils approchaient, je les éloignais de moi; mais ils revenaient, et fondaient sur moi de toutes parts.

 

Si tu me vois, semblable à l’animal qui vit au milieu des sables, me montrer au grand jour, malgré ma délicatesse, les pieds nus et dépourvus de chaussure, sache que je suis un homme dévoué à la patience : elle est la cuirasse sous laquelle je couvre un cœur de lion, et la fermeté d’âme me tient lieu de sandales.

 

Tantôt je manque de tout, tantôt je suis dans l’abondance : car celui-là est véritablement riche qui ne craint point l’exil, et qui n’épargne point sa vie.

 

Le besoin et l’indigence ne m’arrachent aucun signe d’impatience, et les richesses ne me rendent point insolent.

 

Ma sagesse n’est point le jouet des passions insensées: on ne me voit point rechercher les bruits défavorables que sème la renommée, pour ternir, par des rapports malins, la réputation d’autrui.

 

Combien de fois, pendant une nuit rigoureuse où le chasseur brûlait, pour se chauffer, et son arc et ses flèches, son unique trésor, je n’ai pas craint de voyager malgré l’épaisseur des ténèbres et la pluie, n’ayant pour toute compagnie que la faim, le froid, la crainte et les alarmes!

 

J’ai rendu des femmes veuves et des enfants orphelins, et je suis revenu comme j’étais parti, tandis que la nuit conservait encore toute son obscurité.

 

Au matin qui la suivait, pendant que j’étais tranquillement assis à Gomaïsa, deux troupes causaient ensemble, à mon sujet : Nos chiens, disaient-ils, ont aboyé cette nuit; nous nous sommes demandés à nous-mêmes : ne serait-ce point un loup qui erre à la faveur des ténèbres, ou une jeune hyène !

 

Mais, après un instant de bruit, ils se sont rendormis, et alors nous nous sommes tranquillisés en disant : c’est sans doute un milan, ou peut-être un épervier, qui a eu une frayeur passagère .

 

Si c’est un génie malin qui a passé par ici, certes il nous a fait un grand mal par sa
visite nocturne ; si c’est un homme. .. ..; mais un homme ne peut pas faire tant de ravages.

 

Pendant les jours brûlants de la canicule, où les vapeurs formées par l’ardeur du soleil sont en fusion, où les reptiles ne pouvant supporter sa violence, s’agitent sur le sable brûlant, j’ai exposé hardiment mon
visage à tous ses feux, sans qu’aucun voile me couvrît, et n’ayant pour tout abri contre sa fureur, qu’une toile déchirée, et une longue chevelure, qui, agitée par le vent, se séparait en touffes épaisses, dans laquelle le peigne n’avait point passé, qui n’avait point été , depuis longtemps, ni parfumée, ni purgée de vermine, enduite d’une crasse épaisse, sur laquelle une année entière avait passé sans qu’elle eut été lavée et nettoyée.

 

Combien de fois n’ai-je pas traversé, à pied, des déserts immenses, aussi nus que le dos d’un bouclier, qui n’avaient point accoutumé de sentir le pied des voyageurs!

 

J’en ai parcouru toute l’étendue d’une extrémité jusqu’à l’autre, et je me suis traîné jusqu’au sommet d’une hauteur inaccessible, que j’ai gravie tantôt debout et tantôt assis, comme un chien.

 

Autour de moi rôdaient de noirs bouquetins que l’on eût pris, à leurs longs poils, pour de jeunes filles vêtues d’une robe traînante: ils s’arrêtaient autour de moi sur le soir, et semblaient me prendre pour
un grand chamois tacheté de blanc, aux jambes torses, qui gagnait le penchant de la colline.

 

 

 

 

 

 

 

 

: Le mot Schanfari signifie celui qui a de grosses lèvres.

** : Ce poème porte le nom de Lamia لامية parce que tous les vers se terminent par un lam (ل). C’est à l’imitation de ce poème célèbre que Tograï a intitulé le sien لامية العجم .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45