Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 1ère partie)

22 05 2017

 

 

 Les Beni-Abd-El-Moumène

 

 

 

 

 

 

Dans le courant du XVe siècle, des marabouts venus de l’ouest, de Saguiet- El-Hamra, dans le pays de Darâa, région d’oasis situé au sud du Grand Atlas (Maroc), commencèrent à se répandre dans l’Afrique. Le rôle de ces religieux a été considérable; s’établissant d’abord d’une manière fort humble, au milieu des populations arabes ou berbères, ils n’ont pas tardé à former des centres autour desquels sont venues se grouper des fractions entières. Plus tard, ces agglomérations ont oublié leur vraie origine, pour prendre le nom du marabout venu dans le principe prêcher au milieu d’elles et répandre les notions de la religion, telle que l’école des docteurs almohades et les écoles des légistes, particulièrement du Maroc, l’avaient renouée, en la ramenant l’observation stricte de la Sonna et du Coran. 

 

 

 

 

 

Principales familles de Constantine à la fin du XVIe siècle ( 1ère partie)  dans Attributs d'Algérienneté 1493631231-bab-el-djabia

 Porte et quartier Bab El Djabia

 

 

 

 

 

 

Au milieu du XVe siècle, une famille de Saguiet-El- Hamra, établie d’abord à Biskra, était revêtue à Constantine de l’autorité religieuse. Il n’est pas douteux que les Ben-Abd-El-Moumène, tel est le nom de cette famille, qui a encore des représentants à Constantine, n’aient été amenés par les Oulad-Saoula. Acceptés par les Hafsides, ils avaient reçu le titre de Cheikh-El-Islam ou chef de la religion islamique, qui était devenu héréditaire dans la famille. Un des membres était, en outre, Emir-Er-Rekeb, ou conducteur de la caravane des pèlerins du Maghreb. Sid-Ahmed-Zerrouk, connu aussi sous le nom d’El-Faci-El-Berneci, qui a été au XVe siècle le grand apôtre du soufisme dans l’ouest, amenait la  caravane des pèlerins du Maghreb et descendait chez les Ben-Abd-El-Moumène. C’était une fonction importante que celle de conduire les pèlerins en Orient. Le moment fixé pour le départ était annoncé longtemps à l’avance dans chaque localité ; puis la caravane de l’ouest arrivait à Constantine, où se trouvaient déjà réunis les voyageurs de la région. Quand tout était prêt on partait, en grande pompe, au son des tambours, drapeaux déployés avec 
l’Emir-Er-Rekeb ou le Rokkas en tête. 

 

De grands privilèges étaient attachés à ces fonctions et l’on se rend facilement compte de l’influence qu’elles 
devaient donner à la famille qui en était titulaire, d’autant plus que le caractère religieux de sa charge la mettait au-dessus des luttes politiques, intestines et étrangères, dont l’empire hafside était sans cesse le théâtre. 

 

Comment expliquer autrement que dans une vieille et glorieuse cité berbère comme Constantine, avec l’esprit 
de particularisme caractérisant la race autochtone, ces « étrangers » eussent été supportés au détriment des 
anciennes familles locales et que leur influence y fut devenue si grande? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45