Les trois sortes de noblesse chez les Arabes d’Algérie

18 05 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois sortes de noblesse chez les Arabes d’Algérie  dans Attributs d'Algérienneté 1493383476-1493383143-846-001-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il existe chez eux trois sortes de noblesse :

 

1° La noblesse d’origine.

 2° La noblesse temporelle ou militaire.

3° La noblesse religieuse.

 

 

 

 

Examinons en quelques lignes ces différents ordres :

 

1° On appelle noble d’origine (Chérif) tout musulman qui peut, au moyen de titres en règle, prouver qu’il descend de Fathma-Zohra, fille du prophète et de Sidi-Ali-Abi-Thaleb, cousin de ce dernier. On peut dire que c’est Mohammed lui-même qui a fondé cette sorte de noblesse, très-considérée chez les Arabes. Il prescrit, en effet, dans plusieurs passages du Koran, aux peuples qui ont embrassé sa foi, de témoigner les plus grands égards, aux hommes issus de son sang, en annonçant qu’ils seront les plus fermes soutiens et les purificateurs futurs de la loi musulmane. Les Arabes montrent, en général, une grande déférence pour les Cheurfa (pluriel de chérifs) et leur donnent le litre de Sidi (mon seigneur). Toutefois, comme leur nombre est très-considérable, au point de former des Farkas particuliers dans certaines tribus, les marques extérieures de respect qu’on leur témoigne, varient avec les lieux. Le Chérif est sujet aux lois, mais il a dans les pays musulmans le droit d’invoquer la juridiction de ses pairs. C’est ainsi qu’Abd-el-Kader s’était réserve le droit de les juger lui-même. Les Cheurfas jouissent de prérogatives plutôt morales que matérielles, et leur influence ne doit pas se mesurer sur les honneurs qu’on leur rend.

 

 

 

 

2° Les membres de la noblesse militaire, chez les Arabes, portent le nom de Djouads. Ce sont les descendants des familles anciennes et illustres dans le pays, ou bien encore les rejetons d’une tribu célèbre, les Koraïche, dont Mohammed et sa famille faisaient partie. Dans ce dernier cas, ils se désignent par le nom de Douaouda et représentent une noblesse supérieure aux Djouad ordinaires. La plus grande partie des Djouad tire son origine des Mehhal, conquérants venus de l’est à la suite des compagnons du Prophète. Quoi qu’il en soit, les Djouad constituent l’élément militaire dans la société arabe. Ce sont eux qui, accompagnés de leur clientèle, mènent les Arabes au combat. Par le fait, ces derniers sont presque leurs sujets. L’homme du peuple a beaucoup à souffrir des injustices et des spoliations des Djouad ; ceux-ci cherchent à faire oublier ces mauvais traitements et à maintenir leur influence, en accordant généreusement l’hospitalité et leur protection à ceux qui la réclament. Du reste, l’habitude qui fait endurer les plus grands maux, a fortement rivé la chaîne qui unit aux Djouad l’homme du peuple. Ces Cheikh, car c’est le nom que les Arabes leur doivent, quels que soient leur âge et leur position, réunissent deux traits saillants du caractère national : l’avidité du gain et un certain amour du faste, quoiqu’au premier abord ces deux penchants semblent opposés.

 

 

 

 

La noblesse religieuse mérite, plus encore que la noblesse militaire, d’être étudiée avec soin, car son influence sur les peuples est encore plus puissante, quoiqu’elle ne soit pas basée sur les mêmes fondements. Les membres de cette noblesse s’appellent marabouts. Le marabout est l’homme spécialement voué à l’observance des préceptes du Koran; c’est lui, qui, aux yeux des Arabes, conserve intacte la foi musulmane ; il est l’homme que les prières ont le plus rapproché de la divinité. Aussi ses paroles deviennent des oracles auxquels la superstition ordonne d’obéir et qui règlent à la fois les discussions privées et les questions d’un intérêt général. C’est ainsi que les marabouts ont souvent empêché l’effusion du sang en réconciliant des tribus ennemies ; c’est ainsi que leur protection (Aannaya) a souvent suffi  pour garantir de toute atteinte les voyageurs ou les caravanes. Bien des fois encore ils ont, le Koran en mains, prêché la guerre contre les infidèles. Ces exemples suffisent pour démontrer élue leur influence s’étend sur les questions religieuses et politiques ; elle est, d’ailleurs, d’autant mieux assurée, que l’exercice du culte, l’explication des livres saints, la consécration de toutes choses, mettent les marabouts en relation continuelle et intime avec les musulmans. Il faut remonter très-haut dans notre histoire pour retrouver le temps où nos évêques jouaient le rôle de marabouts, et où leur influence spirituelle et temporelle était assez grande pour allumer aussi une guerre sainte, en entraînant les croisés vers la Palestine.

 

 Un des caractères principaux de la noblesse religieuse est, qu’elle est héréditaire comme les précédentes. Les premiers marabouts étaient en général des hommes rigoureux observateurs du Koran, qui passaient pour avoir donné des preuves de leur nature supérieure en produisant des miracles. Tels sont Mouley-Thayeb, Mohammed-ben-Aaïssa, Hasnaouy, Abd-el-Kader mort à Baghdad, etc., etc., en l’honneur desquels ou retrouve en Algérie une foule de chapelles. C’est ordinairement autour de ces Zaouïas (chapelles), que les marabouts réunissent une sorte de Douar qui prend le nom de Zaouïa, précédé du mot Sidi. Une partie des terres voisines provenant en général des donations pieuses, est cultivée par les hommes de la Zaouïa et sert à les nourrir. De larges offrandes, des provisions de toute espèce, sont offertes aux marabouts et à ceux qui, vivant près de lui, étudient la loi; quelquefois même, par suite d’anciennes obligations que la religion prescrit d’observer, les voisins de la Zaouïa lui payent l’âachour ou la dîme; toutefois ce tribut n’a jamais eu de caractère obligatoire devant la justice. Les Zaouïa sont commandées par l’homme le plus influent de la famille des marabouts ; l’exercice de l’hospitalité envers tous les voyageurs et les étrangers musulmans, est un des premiers devoirs de sa position ; les criminels même doivent trouver un abri chez lui : c’est ainsi que quelques chapelles (que nous appelons vulgairement marabouts) sont un asile inviolable aux yeux des Arabes. Du reste, Ces congrégations religieuses sont tellement nombreuses dans quelques tribus, telles que les Hachem, par exemple, qu’elles y forment des divisions ou Farka particuliers. Les marabouts ne se livrent ordinairement à aucun travail manuel ; ils se vouent dans l’intérieur des Zaouïas à l’instruction d’un certain nombre d’hommes ou d’enfants, qui leur ont été confiés par les tribus. Ces disciples ou desservants de marabouts prennent le nom de Tolba (de Taleb, Lettré). Ces Tolba étudient la religion dans le Koran, et les diverses branches de connaissances exigées par leur état. Ils ont le droit de consacrer les mariages, de prononcer les divorces, etc., etc., et, à ce titre, ils jouissent d’une certaine considération. Toutefois il arrive rarement, qu’à l’extinction d’une famille de marabouts, un de ces Tolba monte d’un degré et devienne marabout à sa place dans la Zaouïa ; le plus souvent ils aspirent à devenir soit maîtres d’école dans les villes, soit assesseurs du Kady, soit même Kady ; d’autres fois encore ils ne suivent aucune de ces carrières, et vivent du produit des terres affectées à l’entretien du marabout de leur ordre.

 

 

 

 

On commettrait une grande erreur en tirant de ce qui précède, la conséquence que tous les Cheurfa, Djouad ou Marabout occupent une position élevée dans la société arabe ; on en voit, au contraire, journellement occupés à tous les métiers. Mais, si tous les membres de ces classes ne jouissent point d’une part égale de considération et d’influence, on peut affirmer au moins que la puissance et l’autorité ne se trouvent que chez elles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45