L’année de la guerre feinte

12 04 2017

 

 

 

 

Sous le règne de Hassen-Bou-Hanek bey de Constantine (1736), il se passa un fait qui mérite d’être rapporté et qui a fait époque dans l’histoire de ce temps, puisque c’est de lui qu’est venu le dicton : L’année de la guerre feinteCe fait, le voici:

 

 

Des dissentiments s’étaient élevés entre le pacha d’Alger, alors régnant, et le bachagha préposé à l’administration des affaires arabes. Comme ce dernier jouissait d’une influence considérable, le pacha, n’osant le faire périr ouvertement, résolut, pour se débarrasser de lui, d’employer la ruse, et voici la supercherie qu’il imagina.

 

Il le fit appeler et lui dit d’un ton confidentiel et avec un air de sincérité feinte : « Le pacha de Tunis s’est déclaré notre ennemi et refuse de remplir les engagements contractés envers nous. Vous allez vous rendre auprès du bey de Constantine pour mettre, de concert avec lui, une armée sur pied, et vous envahirez le territoire tunisien. Si, en présence de cette démonstration, le pacha effrayé consent à se libérer de ses  obligations, votre but sera atteint et vous n’irez pas plus loin. Si, au contraire, il résiste, vous poursuivrez  votre marche sur la capitale, et vous attendrez là les renforts en troupes et en munitions de guerre que je vous enverrai. »

 

Le bachagha, prenant au sérieux la mission qui venait de lui être confiée, se hâta de quitter Alger, croyant courir à sa gloire, tandis qu’il courait à sa perte.

 

 

 

En effet, le pacha d’Alger faisait en même temps parvenir au bey Bou-Hanek une dépêche secrète ainsi conçue : « Le bachagha, par ses intrigues et ses menées,  s’est rendu coupable de trahison envers nous. Ne pouvant le condamner à mort publiquement, nous l’avons chargé d’une mission à entreprendre contre la régence de Tunis. Quand il arrivera auprès de vous, vous exécuterez ses ordres et vous vous hâterez de vous mettre en campagne. Mais lorsque vous serez en route, faites-le périr secrètement et ensevelissez son corps sous terre. Cela fait, vous reviendrez sur vos pas et abandonnerez cette expédition. »

 

 

 

Quand le bachagha arriva à Constantine, le bey, conformément aux instructions qu’il avait reçues, s’empressa d’obtempérer à ses ordres. Il rassembla à la hâte tout ce qu’il avait de forces en cavalerie et en infanterie, et dés que la colonne fut prête, les deux chefs quittèrent la ville. On se mit en marche; mais après quelques jours de route, le bey, trompant la confiance de son collègue, lui fit avaler un breuvage empoisonné qui lui brûla les entrailles, et le lendemain il se réveillait dans la tombe. Le bey, ayant rempli le but de sa mission, rentra à Constantine, satisfait sans doute d’avoir si bien servi les ordres de son maître.

 

 

 

Il faut convenir que cette action n’est guère à la louange du bey Bou-Hanek, pas plus qu’à celle du pacha, son suzerain; et c’est, cependant, le seul fait que l’historien El-Anteri* ait cru devoir rapporter dans les quelques pages qu’il consacre à ce prince. Du reste, pas une réflexion, pas une parole de blâme à ce sujet, tant il semble que la trahison, sous le gouvernement turc, fut chose ordinaire et passée dans les mœurs publiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*: Sid Salah-ben-el-Anteri : auteur arabe du premier Essai d’une histoire de Constantine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45