Quelques suffixes de l’ancien argot algérois

8 04 2017

 

 

 

 

Quelques suffixes de l’ancien argot algérois dans Attributs d'Algérienneté 1489819071-2097965954-8a39bd2420-z

Une rue de la Casbah/ Alger 1900

 

 

 

 

L’examen des différents suffixes de l’argot algérois est particulièrement instructif. Les uns appartiennent à la langue ancienne, les autres (ce sont les plus nombreux) sont familiers aux dialectes ou aux langues étrangères. Tels sont :

 

 

 

  • I/- le ‘a’ : Etant donné qu’en principe sont féminins par la forme les noms terminés par  -a-, on a généralisé cette règle à toutes sortes de mots qui présentent une désinence féminine et conservent le sens masculin :

 

Exemple :

 

 

Al- ɛawǧa : « le tordu »

k-kahlucha : « de teint bronzé »

habbula : « fou »

 

 

 

 

 

  • II/- le ‘o’ : D’origine apparemment dialectale, cette désinence affecte des adjectifs.

 

 

Exemple :

 

 

Twello : « 1° long, 2° de haute taille »

Krimo : « généreux ». Cet adjectif est utilisé aussi comme prénom, diminutif de « Abdu l-Karim ».

Qsero : « court, de petite taille ».

Khsino : « 1° épais, 2° grossier »

ɛredo : « large »

ɛ’liyo : « haut »

 

 

 

 

 

  • III/- Le ‘an’ : Il forme toutes sortes de mots d’origine diverses :

 

 

Exemple :

 

 

Dikhan : « étourdi » en face du mot courant « dayekh »

Kherguan : « sortant » id               « khareg »

Cherban : « saoul »  id                « chareb »

ɛawgean : « tordu » id                  « ɛweg »

kechfan : « qui fait découvrir » id      « kachef »

chiban : « vieillard » id                « chayeb »

 

 

et aussi : 

 

 

mokhnan : « morveux »

kaɛwan : « qui a les jambes torses »

 

 

 

 

 

  • IV/- le ‘gi’ : On sait qu’il s’agit d’un suffixe de noms de métiers emprunté au turc. Mais ce qui est véritablement intéressant, c’est qu’ici il se trouve appliqué à une quantité considérable de mots qui ne se rencontrent ni dans l’usage, ni dans les textes. Ainsi on connait :

  

 

 

Bočakgi : « voleur à la tire »

Čaqmaqgi : « armurier »

Halicagi : « confiseur »

Hammamgi : « patron de bain maure »

Fakhargi : « potier »

Gmargi : « 1° douanier, 2° collecteur de taxes sur les marchés »

 

 

Mais il est assez surprenant de trouver :

 

 

ɛawwaggi : « hurleur » < ɛawweg « hurler »

Maɛfongi : « sale, malpropre »  <maɛfon, même sens.

Mokhnangi : « morveux » < mokhnan, même sens.

Qawwadgi : « entremetteur » < qwwad, même sens.

Cheffargi : « chapardeur » < cheffar « voleur ».

Čaqlalgi : « qui parle bruyamment ».

 

 

 

 

 

  • V/- le ‘ani’ : Cette forme ne caractérise pas seulement les adjectifs « exprimant spécialement une situation dans le temps et l’espace », mais on la rencontre aussi dans beaucoup d’autres épithètes qui désignent des phénomènes très diverses :

 

 

Exemple :

 

 

Chiban : « qui a les cheveux blancs ».

Zogeani : « qui est propre au mari ».

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45