La belle légende de l’enfance de Cyrus

9 03 2017

 

 

 

 

La belle légende de l'enfance de Cyrus dans Croyances & Légendes

Cyrus le Grand

 

 

 

Ce n’est guère que par les légendes recueillies par l’agréable conteur qu’est l’historien grec Hérodote, que nous connaissons la vie de Cyrus. Le plus célèbre de ses récits est celui dans lequel il nous rapporte les merveilleuses aventures de l’enfance de celui qui devait être le premier roi des Perses et des Mèdes.

 

Astyage, le roi des Mèdes, n’avait qu’une fille : Mandane. Pour ne pas s’exposer à être détrôné par son futur gendre, comme le lui faisait craindre un songe qu’il avait eu, il évita prudemment de marier sa fille à l’un des grands seigneurs de sa Cour ; il lui choisit pour époux un petit roi perse de la famille des Achéménides, un étranger, par conséquent, qui n’avait aucune attache en Médie et dont il pensait n’avoir rien à redouter. Mais un second songe vint à nouveau jeter le trouble en son âme : il vit en rêve une vigne qui prenait racine sur le corps de sa fille et qui grandissait jusqu’à couvrir de ses rameaux l’Asie tout entière. Convaincu que ce songe était un avertisse ment des dieux, il s’empressa de consulter les mages sur la signification d’un tel phénomène. Ceux-ci, après avoir compulsé les livres qui traitaient de la science des présages, lui déclarèrent que de Mandane naîtrait un fils que les dieux appelaient à monter sur le trône à la place de son grand-père. Astyage, effrayé de cette révélation, résolut de se débarrasser du petit Cyrus dès sa naissance.

 

Il confia le soin de le faire disparaître à Harpage, l’un de ses officiers, pour lequel il n’avait pas de secret. Mais celui-ci ne put se résoudre à donner lui-même la mort à ce petit enfant, qui était l’héritier du trône de Médie, peut-être simplement par crainte d’encourir la colère de Mandane, si celle-ci venait un jour à apprendre le crime odieux qu’il était chargé de commettre. D’autre part, il ne pouvait pas désobéir à son souverain sans risquer les pires châtiments. Il chercha donc un expédient pour tranquilliser sa conscience.

 

Or, parmi les bergers d’Astyage, il en était un, nommé Mitra date, qui menait paître ses troupeaux dans un coin reculé de la montagne, où pullulaient les bêtes féroces. Harpage le fit appeler et lui donna l’ordre, de la part du roi, d’emporter l’enfant et de le faire périr. Il se garda bien de lui en révéler l’origine, mais un esclave, chargé de l’accompagner jusqu’à la sortie de la ville, apprit au berger que le pauvre bébé n’était autre que le petit fils du roi.

 

Troublé par cette révélation, Mitradate eut la douleur, en arrivant chez lui, d’apprendre la mort de son propre fils, né quelques jours auparavant. Sa femme, Spaco, heureuse de retrouver un autre enfant, supplia avec larmes son mari de garder celui qu’il rapportait plein de vie et d’exposer dans la montagne celui qui venait de mourir. Mitradate ne fit aucune difficulté pour acquiescer à sa demande. Peu de temps après, il fit mander à Harpage d’envoyer quelqu’un pour constater que l’enfant avait bien cessé de vivre et que, par conséquent, les ordres donnés avaient été ponctuellement exécutés. Personne ne soupçonna la supercherie, et le fils de Mandane, aux yeux de tous, passa pour le fils du berger.

 

Un jour que Cyrus jouait à la guerre avec des enfants de son âge — il avait alors dix ans — il fut choisi comme roi par ses petits camarades. L’un d’eux, dont le père était un personnage important, ayant refusé d’obéir à un fils de berger, reçut sur son ordre une formidable raclée ; c’était ainsi, pensait Cyrus, que les rois punissaient la désobéissance de leurs sujets. Le père, indigné qu’un gamin de basse extraction eût osé traiter de pareille façon le fils d’un noble, alla se plaindre directement à Astyage, qui fit comparaître devant lui le coupable et Mitradate, son père présumé.

 

Astyage, en apercevant l’enfant, crut avec terreur retrouver en lui les traits de Mandane. Dans une entrevue, il parvint à décider le berger à livrer son secret. Gagné cependant par le charme et l’intelligence de Cyrus, il revint à de meilleurs sentiments. Au lieu de le faire mettre à mort, il le garda près de lui, le traita affectueusement et le rendit ensuite à ses parents.

 

Mais il résolut d’infliger à Harpage, coupable de désobéissance, une terrible punition. Sur son ordre, le fils de ce dernier fut amené au palais, égorgé et découpé en morceaux. Harpage fut alors invité à la table du roi et, à son insu, on lui servit les restes de son enfant, accommodés à diverses sauces. Le malheureux père n’apprit qu’à la fin du repas quel horrible festin on lui avait fait faire. Il dut dévorer son chagrin en silence et, dissimulant son ressentiment, il attendit l’heure de sa vengeance.

 

Quelques années plus tard, Cyrus, devenu grand, se révolta contre son grand-père. Astyage commit la faute de confier le commandement de ses troupes à Harpage qui, à la première occasion, s’empressa de le trahir. Abandonné de ses soldats, le roi de Médie dut, comme l’avaient prédit les mages, céder le trône à son petit-fils.

 

« Et Cyrus fut proclamé roi des Perses et des Mèdes»

 

 

 

 

 

 dans Croyances & Légendes

Étendard de Cyrus le Grand (musée national d’Iran)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45