Mausolée d’Ahmed Yasawi (Turkestan / Kazakhstan)

23 10 2016

 

 

 

 

Mausolée d’Ahmed Yasawi (Turkestan / Kazakhstan)  dans Archéologie 1478539233-161015034932710194

Vue du mausolée : En 2002, il devint le premier patrimoine kazakh reconnu par l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité.

 

 

 

 

Ahmed Yasawi était un poète et philosophe du XIIe siècle. A sa mort en 1166, ses disciples lui construisent un petit mausolée, actuellement situé à l’intérieur du grand bâtiment. Le grand mausolée date pour sa part de 1397, et a été construit sur ordre de Tamerlan. La construction de cet imposant complexe aurait été interrompue à la mort de Tamerlan en 1405, avant de reprendre en 1595 sous la direction du khan de Boukhara, Abdulah Khan. Les parties supérieures des arches datent de cette période. Le portail est le plus grand d’Asie centrale : il mesure 38 mètres de hauteur, pour une façade de 50 m de largeur et une arche de 18 m. le système défensif que l’on observe sur la façade date du XIXe siècle, et a été construit sous le règne du sultan de Kokand. Les minarets auraient à cette époque-là été reconvertis en postes d’observation pour les soldats qui défendaient la région de Turkestan. Les poutres en bois que l’on voit encore dépasser de la façade servaient à hisser les matériaux nécessaires à la construction des parties supérieures du moment. La façade du mausolée présente une spécificité de construction : toutes les briques sont horizontales, et toutes les céramiques de couleur sont verticales. Les céramiques de couleur bleu clair dessinent des lettres arabes, alors que celles de couleur bleu foncé servent en fait de ponctuation entre les différentes inscriptions. Les portes originales du mausolée, en bois massif, datent de 1399. Elles sont actuellement exposées à l’intérieur de la salle principale. Les portes aujourd’hui en place sont plus récentes. En haut, l’inscription en arabe prévient que les portes s’ouvriront pour les amis et resteront fermées pour les ennemis.

 

 

 

 

 

1478539257-161015035326346345 dans Archéologie

 L’intérieur du dôme

 

 

 

 

La pièce centrale du mausolée est surmontée d’un dôme de 15 mètres de diamètre, l’un des plus grands d’Asie centrale. Au centre de la pièce se trouve un gigantesque chaudron en bronze, argent, fer et or qui contient une eau sacrée. Huit portes s’ouvrent sur les côtés de cette première pièce, qui donnent accès à 35 salles. Le « palais blanc », dont l’accès se trouve au fond à droite, servait de salle de réunion aux rois kazakhs et de pièce de réception pour accueillir les dignitaires étrangers. A partir du XVIe siècle, la plupart des khans locaux ont été enterrés sous cette pièce. La proximité de la tombe de Yasawi est censée leur apporter protection. A côté se trouve le « petit palais blanc », réservé aux conversations intimes. D’autres dignitaires sont enterrés sous cette salle. Une porte au fond à droite permet de voir le tombeau de Yasawi. La tombe est en marbre vert, sans aucune inscription. Yasawi est enterré avec sa femme et son fils. Des pèlerinages ont lieu tous les vendredis, mais l’accès à cette pièce, la plus sacrée de tout le complexe, est réservé aux musulmans. A côté de la fenêtre par laquelle les non-musulmans peuvent voir le tombeau se trouve une pierre gravée, représentant la généalogie des khans kazakhs. La porte à gauche de la salle principale donne accès à la mosquée. Celle-ci est surmontée d’un petit dôme joliment décoré, et percé de seize petites fenêtres. Au fond de la mosquée, sur la gauche, se trouve une cellule de pèlerin. Il ne s’agit que d’un modèle, car les cellules se trouvaient en réalité au premier étage. A côté de la mosquée se trouvait la bibliothèque. Deux Corans datés du XIIe et XVIIe siècle y ont été préservés, avant d’être transférés vers la Bibliothèque nationale du pays. La porte qui s’ouvre à gauche immédiatement après l’entrée de la pièce principale donne accès aux cuisines. Les soupes à base d’eau salée, de blé et de mouton étaient préparées dans les grands chaudrons avant d’être transférées dans les « auges » en bois (celles qui sont exposées datent du XIVe siècle) qui permettaient de distribuer les repas aux pèlerins. Un puits se trouve également à l’intérieur du mausolée, mais son accès n’est pas autorisé à l’heure actuelle.

 

 

 

 

1478539279-161015034709318289

© Dmitry Chulov

 

 

 

 

 

 

Devant le mausolée de Yasawi se trouvent plusieurs petits mausolées, ou au moins leurs fondations. Celui sur la gauche (si l’on est face au mausolée principal) date du XVIe siècle, mais a été renové récemment. A droite se trouvent les fondations d’un autre mausolée. En face se trouve selui de la fille d’Oybek, qui était l’un des petits-fils de Tamerlan. La jeune femme, morte en 1485, avait épousé un khan local, et donné naissance à deux futurs khans kazakhs. Son mausolée date donc de la fin du XVe siècle, mais il a été rénové il y a une vingtaine d’années.

 

Derrière le mausolée se trouve une petite structure en briques. Elle servait de salle de réunion pour les prières collectives et les périodes de jeûne du Ramadan. Elle a depuis été transformée elle-même en mausolée.

 

Une mosquée datée de 1878 domine le complexe du mausolée depuis une petite colline située juste au-dessus. Cette mosquée n’est plus active, et a été transformée en musée. Des quarante et quelques mosquées actives à Turkestan, celle-ci est la plus ancienne et la seule a avoir été préservée. Toutes les autres mosquées actuellement en activité dans la ville sont de construction moderne.

 

La mosquée souterraine du XIIe siècle, également située sur la colline, est une véritable curiosité locale. Elle abrite dans une pièce tout au fond de l’établissement la cellule souterraine où Yasawi s’était retiré à l’âge de 63 ans (en référence à l’âge de la mort du prophète Mohammed). La première pièce est une salle de vie, dont les murs sont entièrement recouverts de fresques représentant les 99 noms de Dieu en kazakh, en arabe et en russe. La mosquée proprement dite est une petite pièce qui s’ouvre au fond à droite de la salle commune. On peut y voir un puits éclairé menant à la cellule de Yasawi. L’entrée de celle-ci se fait par un escalier situé dans la pièce la plus au fond du bâtiment. Cette très jolie construction en pierre et brique est en fait une reconstitution…on peut en revanche jeter un coup d’œil sur les ruines du bâtiment original juste en face de l’entrée.

 

Les bains du XVIe siècle sont en revanche  originaux. Ils ont été actifs jusqu’en 1975, et sont aujourd’hui reconvertis en musée. La première pièce était consacrée au repos et à la dégustation de multiples tasses de thé. La pièce principale était celle où on se lavait : elle présente une architecture très fine, avec ses arcades pointues, ses dômes en brique et son éclairage naturellement tamisé. Un petit renfoncement était réservé aux bains à l’eau chaude, un autre aux bains à l’eau froide, et les bancs du fond servaient de salon de massage.

 

Le musée se trouve dans le grand bâtiment rectangulaire à l’est du mausolée de Yasawi. Il retrace l’histoire locale et présente quelques belles pièces (la maquette du mausolée est assez intéressante), même si l’on peut regretter le manque d’explications en anglais.

 

 

 

 

 

 

 

1478539307-161015033134704249

 
 
 
 
 
 
 
 
Source: Asie Centrale Par Collectif,Dominique Auzias,Jean-Paul Labourdette
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45