La vision du croissant – Ahmed Bahgat

23 06 2016

 

 

 

Inconnu du grand public européen, Ahmad Bahgat jouit en Égypte d’une notoriété peu commune. Il était l’animateur d’un des programmes les plus populaires de la radio nationale, signait un billet quotidien en deuxième page d’al-Ahrâm, le grand journal cairote, et a publié avec succès de multiples ouvrages, dont certains destinés aux enfants : Une seule seconde d’amour, Les prophètes de Dieu, un best-seller, Les histoires d’animaux dans le Coran, Mémoires d’un époux, Voyage en Afrique, Méditations d’un voyageur…

 

 

 

Une constante apparaît à travers les multiples champs de l’œuvre d’Ahmad Bahgat et trouve une illustration éminente dans les présents mémoires de jeûne d’un « fonctionnaire de troisième classe » : un humour percutant, nourri d’un solide bon sens et d’un profond sentiment religieux. Pour sûr, Ahmad Bahgat est tout le contraire d’un de ces contempteurs de l’Islam atteints, comme l’aurait dit l’iranien Djalâl Al-e Ahmad, du mal de l’ « occidentalité ». Ceci étant, il n’est pas non plus un de ces hommes de religion professionnels, genre ouléma-klatura, ressassant des dogmes surannés en un langage masquant mal la pauvreté de la reflexion et le décrochage par rapport au vécu. Ni « intellectuel arabe » – au sens méchant du terme-, ni « vieux turban », Ahmad Bahgat déploie, en prise directe sur la quotidienneté de l’Islam égyptien et à son encontre, l’ironie d’un musulman pieux au moralisme à la fois exigeant et tolérant, trop conscient de la faiblesse humaine pour se priver d’en rire. Et, bien que parfois naïve dans son idéalisme nostalgique de l’Islam d’antan, une telle critique ne manque pas de séduire par sa pertinence, par sa subtilité, par son esprit.

 

 

 

Sans doute ces Mémoires de Ramadan portent-ils bien, par ailleurs, la marque des dernières années du régime nassérien, durant lesquelles ils furent écrits. A l’étranger, quelques événements que l’auteur intègre à ses méditations : l’assassinat de Robert Kennedy, les premiers pas de l’homme sur la lune, l’incendie de la mosquée al-Aqsâ…A l’intérieur du pays, une situation de pénurie et, pour la petite bourgeoisie cairote des difficultés d’approvisionnement quotidiennes, dont l’écho se fait entendre en plusieurs pages du livre. Au fond des cœurs, la conscience de l’impérieux besoin d’une régénération de l’Islam mais pas encore de radicalisme : l’islamisme vient à peine de naître, dans le sillage de la défaite de 1967. Moqueur, non point révolutionnaire, Ahmad Bahgat ne compte pas parmi ces activistes dont le discours mutant accélère trop souvent, en cette fin de siècle, la dégradation du religieux en idéologique. De ce point de vue, son témoignage et la société musulmane qu’il dépeint appartiennent déjà à un autre âge.

 

 

 

La langue et l’écriture d’Ahmad Bahgat son trop peu classique, trop libres, trop communes parfois, pour que son œuvre puisse prétendre à une place parmi les belles-lettres. S’il fallait déterminer la valeur littéraire des Mémoires de Ramadan, sans doute conviendrait-il de parler de littérature « à cinq sous ». En quoi la chose importerait-elle cependant au regard de la sincérité animant ce livre largement autobiographique et de la maestria de sa mise en scène de l’Islam populaire égyptien de naguère ? Ce n’est pas de telles qualités, en plus du sourire qu’on devine aux lèvres de l’auteur tout au long de leur élaboration, que les Mémoires de Ramadan apportent une contribution particulièrement originale aux lettres arabes du XXe siècle.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( رؤية الهلال )

كان أحد أجدادي الذين يعيشون في عصر المماليك رجلا قد أدركته حرفة الأدب و كان يكتب خواطره في الحياة بأسلوب المقامات القديم..و قد ترك هذا الجد أوراقا متفرقة و قليلة..من بينها ورقة صفراء تحكي عن رؤية هلال شهر رمضان في ذلك الزمان..

 

قال جدي:

« فلما جاء اليوم التاسع والعشرون من شهر شعبان، استعد المصريون في ذلك الزمان ، لاستقبال أفضل الشهور و هو شهر رمضان، ففيه على الأقل تسجن الشياطين، و يقل ما يلقون من ظلم المماليك الحاكمين، و في وقت الأصيل ، يعد صلاة العصر بقليل، خرج موكب الرؤية كالمعتاد، و خرج لرؤيته كل الرجال و النساء و الأولاد. و كان يتقدم الموكب في طريقه إلى جبل المقطم، شيخ مهدم محطم، يؤمن الجميع بأنه شيخ مطمطم، و كيف لا و هو المصدر المسؤول عن رؤية الهلال، و هي وظيفة شريفة لطيفة و عال، يتوارثها شيوخ أسرته من أجيال و أجيال.

و العجب العجاب، أن هذا الشيخ المهاب، كان لا يبصر ما تحت قدميه، بسبب رمد مزمن أصاب عينيه، و استفحل نتيجة لجهل والديه، لكنه رغم ذلك العمى الأكيد، كان قديرا على رؤية الهلال من بعيد، و طالما انفرد برؤيته، من دون كل أفراد فرقته، فلم يسع الحكام إلا الأخذ بشهادته، و إعلان بدء شهر الصيام، بدون سلام و لا كلام..

و يزول العجب، إذا عرف السبب، فقد كان الشيخ يستعيض عن نظره الضعيف المضعضع، بعيني مساعد شاب له يتبع و يخضع، فإذا رأى الشاب الهلال، عرف هو منه ذلك في الحال، ثم ادعى منه لله، انه هو الذي رآه، و صدق الكل دعواه..

و يشاء السميع العليم، أن يتغيب الشاب عن الموكب في ذلك اليوم العظيم، و كانت لذلك حكاية و لا كل الحكايات، ليس كمثلها في الماضيات، و لا يظن تكرارها في الآتيات، فقد حدث قبل ذلك بأيام معدودات، أن كان الشاب يسير في إحدى الحارات، فوقعت عينه على إحدى الفتيات البلديات، ذوات الملايات. و لم تكن كأترابها من السمراوات الكثيرات، الممتلئة بهن الطرقات، بل كانت بيضاء كالفضة النقية، أو طبق المهلبية، و بدا له وجهها تحت ملايتها السوداء، كأنه البدر في الليلة الظلماء. و ما كادت تبادله النظرات، وترد على دهشته بالابتسامات، حتى شعر بقلبه يحاول الهبوط إلى رجليه، و بعقله يطير في الهواء مرفرفا بجناحيه، فلا عجب ان كان يقع من طوله، لفرط انجذابه و ذهوله. و هل هو إلا مصري ككل المصريين، إذ يقفون أمام النساء البيض خاشعين مبهورين، فاللون الأبيض عندهم هو لون الغزاة الفاتحين الحاكمين، و إن يظفر أحدهم بامرأة بيضاء فذلك هو الفوز المبين، و بلوغ القصد و المراد من رب العالمين..

و من تبادل النظر و الابتسام، إلى تبادل التحية و السلام و الكلام، إلى التواعد على اللقاء بعد أيام، وقع الاثنان في حب نصفه وجد و نصفه هيام..

و لسوء حظ المصريين التعساء، كان التاسع و العشرين من شعبان هو اليوم المحدد للقاء، فتغيب الشاب عن موكب الرؤية في ذلك العام، و لم يجد الشيخ بدا من الاعتراف بأنه عجز عن رؤية الهلال، فتأخر الصيام يوما بلا نقاش و لا جدال. و قال المماليك للمملوكين. أنتم الكسبانون، و قال المحكومون البائسون: بل نحن منحوسون، أما الفتى العاشق المجنون، و أما الفتاة و اسمها يبدأ بحرف النون، فكانا في شغل عما كان و يكون، بالجلوس بين يدي الحب المكنون، في انتظار الجلوس بين يدي المأذون..و لله في خلقه شؤون »

 

 

 

انتهيت من قراءة الورقة القديمة و ابتسمت..

في الأزمنة السحيقة البائدة، و في الأعوام القديمة السالفة الماضية كانت الاختلافات تثور بين فقهاء المسلمين على رؤية الهلا، هل يرونه بعين الشيخ أم يرونه بعين علم الفلك..و هل تعتبر عين علم الفلك و هي بلا حاجب كعين الانسان رغم كونها بحاجب، و هل لعين علم الفلك شرعية عين الانسان أم ماذا..و تدور حول هذه الـ « ماذا » آلاف التساؤلات المنطقية المتمنطقة، و يحتدم الجدل و يثور النقاش و يحمى وطيس الكلمات، و يخيل إليك أنك داخل مسرحية كوميدية مضحكة، و يزيد من فداحة الضحك أن يجري ذلك بين المسلمين، و قد نزل دينهم بكلمة (اقرأ)، و صرح رسولهم بأن مداد العلماء مثل دم الشهداء يوم القيامة، و لا تكاد سورة تمضي من القرآن بغير أن توجه النظر إلى آيات الله في الآفاق و في الانفس.. 

 

جاء شهر رمضان أخيرا , فمرحبا بأفضل الشهور …أي ذكريات تعبر ذهن المرء وهو يجلس في بيته في انتظار الصيام ,, أحس أن القاهرة كلها تدخل قلبي بمآذنها الألف , وقبابها المزخرفة وأحيائها القديمة , وحواريها العريقة , أحب هذا الشهر بمثل الوهج الذي أحببت به أول فتاة عرفتها في حياتي . كانت رقيقة ونحيلة ترتعيش حين تجهد نفسها في الحديث , تكتسي بيوت المدينة في شهر رمضان شيئا من الجلال والرقة , فوانيس رمضان تضيء , أركان الدكاكين , والأطفال في الطريق يضربون البمب , وقد استيقظت الحارة الكبيرة التي أسكن فيها تماما .وأستيقظ معاها في قلبي كل شيء . 

مع كل بعث جديد لهذا الشهر يستيقظ في قلبي شيء , شيء لست أدرك كنهه أو أعرف حقيقته ..شيء يشبه عذوبة الحب الأول , او يشبه غموض الأيام القلقة التي لا نعرف فيها هل وقعنا في الحب أو نتوهم …

احس في الليلة الأولي من شهر رمضان أنني أري من خلال النفس كل نفوس الآخرين في الوجود ,..وينمو بداخلي الحنين فأود أن اعثر علي النملة التي كلمت سيدنا سليمان لأقبلها , وأتمني أن القي الحوت الذي ابتلع يونس لأربت علي رأسه , وأحلم أن أجد الحمار الذي بعث أمام عزير لأحمله علي ظهري , وأفكر عبثا في قبر الهدهد الذي حمل الرسالة لبلقيس وعاد ليحكي لسيدنا سليمان عن عبادتها للشمس ..

أين يقع قبر هذا الهدهد .. أي روعة أن يبعث الهدهد لنتحدث قليلا عن عبادة الشمس ..

في بدايات شهر رمضان أحس نحو الكائنات , كل الكائنات بالحب …وأحس بالرفق والضعف إزاء قصص الحب الإنسانية والحيوانية والنباتية والجمادية …ويملؤني إدراك للعلاقة بين تنهد القمر ومد البحر وجزره , كما أفهم سر الهوي المتبادل بين زهرة عباد الشمس التي تحول وجهها نحو أمها حين يجيء الليل فتنكس عنقها وتنام 

في شهر رمضان أشهر أن كل شيء في الدنيا يقوم علي الحب , هو الناموس المسيطر الحاكم في الدنيا ..وإن افسده الناس بالكراهية والرحيل..

 

و يكبر الإحساس بالحب في نفسي.

ثم تعيدني إلى الواقع أصوات زوجتي و هي تمارس قيادتها في المطبخ استعدادا للسحور.. 

 

مذكرات صائم – أحمد بهجت

  

 

 

 

 

 

 

 

 

La vision du croissant -  Ahmed Bahgat  dans Littérature 1478775994-160622092902280919

 

 La vision du croissant

Un de mes aïeux qui vivaient à l’époque des Mamelouks s’est consacré à la carrière des lettres et à écrit, dans le style des maqâmât* de jadis, ses réflexions sur la vie…cet aïeul a laissé des papiers dispersés et peu nombreux…il y en a notamment un, jaunâtre, qui raconte la vision du croissant du mois de Ramadan à cette époque-là.

« Quand vint, dit mon aïeul, le vingt-neuvième jour du mois de Chaâban, les égyptiens de ce temps-là se préparèrent à accueillir le plus éminent des mois, le mois de Ramadan. Au moins, pendant ce mois, les démons étaient emprisonnés et ce qu’eux subissaient d’ordinaire comme injustice, de la part des Mamelouks régnants, diminuait. Vers la fin de la journée, peu après la prière de l’après-midi, la Procession de la Vision sortit comme de coutume. Pour voir le croissant, les hommes, les femmes et les enfants sortirent tous. Devant la procession, sur le chemin menant au mont Muqattam**, marchait un Cheikh croulant, effondré, que tout le monde prenait pour un Cheikh inspiré. Comment n’en aurait-il pas été ainsi alors qu’il était l’autorité responsable de la vision du croissant, une fonction noble, délicate et haute que les Cheikhs de sa famille se transmettaient en héritage depuis des générations et des générations ?

 

« L’étonnant, le plus étonnant était que ce Cheikh vénéré ne voyait pas ce qu’il avait à ses pieds : il avait en effet été atteint d’une ophtalmie temporaire, qui était devenue incurable du fait de l’ignorance de ses parents. Malgré cette cécité certaine, il était capable de voir au loin le croissant ! Que de fois, cependant, il fut seul à le voir, aucun membre de son entourage ne voyant rien et les dirigeants n’ayant plus qu’à s’en tenir à son témoignage et à annoncer le commencement du mois du jeûne, sans discussion…

« L’étonnant cesse quand on connaît la raison de la chose ; ce Cheikh disposait, pour compenser sa vue faible et ruinée, des yeux d’un jeune aide qui le suivait et lui était soumis. Quand le jeune homme voyait le croissant, il l’apprenait à l’instant au Cheikh. Ce dernier prétendait-par Dieu ! – que c’était lui qui l’avait vu et tout le monde croyait ce qu’il prétendait.

 

« Le Dieu Audiant et Savant voulut que, en ce grand jour, le jeune homme fût absent de la procession. Il y a là une histoire, et pas n’importe quelle histoire ; il n’y en a point eu a point eu de semblable par le passé et il est improbable que, dans l’avenir, elle se répète. Elle s’était produite quelques jours auparavant. Alors que le jeune homme marchait dans une ruelle, ses yeux étaient tombés sur une jeune campagnarde vêtue de voiles. Ce n’était pas, comme ses pareilles, une de ses nombreuses brunettes dont les chemins sont pleins. Elle était blanche comme l’argent pur ou comme un plat de muhallabiyya***. Son visage lui apparut, sous son voile noir, comme la lune dans la nuit la plus ténébreuse. A peine lui avait-elle rendu son regard et répondu à sa surprise par un sourire qu’il sentit son cœur tenter de descendre vers ses pieds et son esprit s’envoler dans l’air en battant des ailes. Il n’était pas étonnant qu’il fût presque tombé de tout son long tant il était attiré et ébahi. N’était-il pas rien qu’un égyptien comme tous les égyptiens soumis et perdant le souffle lorsqu’ils se trouvent devant des femmes blanches ? La couleur blanche est en effet, selon eux, celle des conquérants victorieux qui règnent sur eux. Que l’un d’eux subjugue une femme blanche et c’est « le Succès manifeste », il a atteint l’objectif et ce qu’il voulait obtenir du Seigneur des mondes…

 

«Passant d’un échange de regards et de sourires à un échange de salutations, de bonjours et de paroles, puis à une promesse de se rencontrer quelques jours plus tard, ils tombèrent tous deux dans un amour fait pour une part d’enthousiasme et, pour l’autre, de passion…

 

« Pour la malchance des malheureux égyptiens, le vingt-neuf Chaâban était le jour convenu pour la rencontre. Cette année-là, le jeune homme fut donc absent de la Procession de la Vision, le Cheikh ne put éviter de reconnaître qu’il avait été incapable de voir le croissant et le jeûne fut retardé d’un jour, sans débat ni contestation. Les Mamelouks dirent à leurs sujets : « C’est vous qui y gagnez ! » a quoi les malheureux sujets répondirent : « Au contraire, nous manquons de fortune ! »

 

« Quant au garçon fou d’amour et à la fille –dont le nom commence par la lettre N-, ils ne se préoccupaient pas de ce qui se passait ou se passerait, livrés qu’ils étaient à leur amour secret en attendant de se présenter devant le notaire…Ainsi Dieu organise-t-Il Sa création… »

 

 

 

J’ai terminé de lire ce papier d’autrefois et j’ai souri. En ces temps révolus et éteints, en ces années reculées, écoulées, passées, des divergences surgissaient entre les docteurs des musulmans à propos de la vision du croissant. Devait-on le voir avec les yeux d’un Cheikh ou avec ceux de l’astronomie ?…Pouvait-on considérer les yeux de l’astronomie- yeux sans sourcils- comme équivalents à ceux de l’homme alors que ces derniers ont des sourcils ? Les yeux de l’astronomie avaient-ils le caractère légal de ceux de l’homme, ou quoi ?…Autour de ce quoi tournaient des milliers d’interrogations logiques ou prétendues telles. La contestation éclatait, la dispute surgissait et l’on débattait avec ardeur. Il vous aurait semblé pénétrer dans une comédie, dans une pièce drôle. Ce qui fait cependant moins rire, c’est que ces choses se passaient parmi les musulmans, dont la religion a été révélée par le mot : « Lis ! » et dont le Messager a déclaré que l’encre des savants serait semblable au sang des martyrs le Jour de la Résurrection ! Par ailleurs, une sourate du Coran s’achève rarement sans avoir fait se diriger le regard vers les signes de Dieu qui se trouvent aux horizons et dans les âmes.

Je fume ma cigarette en méditant. Je réfléchis…

Le mois de Ramadan est enfin arrivé. Bienvenue au plus éminent des mois…Quels souvenirs traversent l’esprit de quelqu’un qui est assis chez lui dans l’attente du jeûne…Je sens Le Caire tout entier entrer dans mon cœur avec ses mille minarets et ses coupoles décorées, avec ses quartiers anciens et ses ruelles antiques. J’aime ce mois avec la même flamme que celle avec laquelle j’ai aimé la première jeune fille que j’ai connue dans ma vie. Elle était délicate, fine, et tremblait quand elle s’efforçait de parler. Les maisons de la ville, pendant le mois de Ramadan, se revêtent de quelque chose de sublime et de délicat. Les lanternes de Ramadan illuminent les coins des boutiques et les enfants, en rue, font éclater des pétards. La grande ruelle dans laquelle j’habite s’est totalement réveillée…et, avec elle, dans mon cœur, quelque chose s’est aussi réveillé…

Chaque veille du mois de Ramadan…

Chaque fois que ce mois réapparait, quelque chose se réveille en mon cœur, quelque chose dont je ne saisis pas la nature, dont je ne connais pas l’essence…quelque chose qui ressemble à la douceur du premier amour, ou qui ressemble à l’incertitude des jours d’inquiétude durant lesquels nous ne savons pas si nous sommes tombés amoureux ou si nous sommes dans l’illusion…

La première nuit du mois de Ramadan, j’ai le sentiment de voir, à travers mon âme, les âmes de tous les autres êtres…et de la tendresse croît en moi. J’aimerai découvrir, pour l’embrasser, la fourmi qui a parlé à notre Maître Salomon. Je souhaiterais rencontrer, pour lui caresser la tête, le poisson qui a avalé Jonas. Je rêve de trouver, pour le porter sur mon dos, l’âne qui fut ressuscité devant ‘Uzayr’. Je réfléchis vainement à la tombe de la huppe qui a apporté la lettre à Bilqîs et est revenue raconter à notre Maître Salomon qu’elle adorait le soleil…O se trouve la tombe de cette huppe ?…Qu’il serait merveilleux qu’elle ressuscite, que nous puissions parler un peu de l’adoration du soleil !…

 

Au début du mois de Ramadan, je ressens de l’amour envers les êtres, envers tous les êtres..Je ressens de la douceur, de la faiblesse, pour les histoires d’amour humaines, animales, végétales, minérales…Je perçois pleinement la relation existant entre la pleine lune et le flux, le reflux de la mer. Je comprends de même le secret de l’amour de la fleur des adorateurs du soleil qui tourne son visage vers sa mère jusqu’à ce que vienne la nuit, et qui baisse alors le cou et s’endort…

Pendant le mois de Ramadan…je perçois que toute chose en ce monde repose sur l’amour. Il est la loi qui gouverne, qui règne en ce monde,…même si les hommes le corrompent par la haine et par la démission…

La sensation de l’amour grandit en mon âme.

Ensuite les cris de mon épouse, qui exerce son commandement dans la cuisine en préparant le sahûr*’, me ramènent à la réalité.     

 

 

 

 

 

 

(Mudhakkirât sâ’im) Mémoires de ramadan

Par Ahmad Bahgat

Traduction de l’arabe par Jean R. Michot 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note: 

* : La maqâma ou « séance », genre typique de la littérature arabe classique, vise surtout à distraire et se caractérise par l’emploi de la prose rimée ainsi que par une langue recherchée, parfois jusqu’à l’excès et au détriment du contenu. Le représentant le plus célèbre de ce genre est al-Harîrî  (516/1122).

 

 

 

** : Plateau dominant Le Caire, à l’Est

 

 

 

 

*** : Crème à base de lait, de décoration de blé et de sucre.   

 

 

 

*’ : Repas pris vers la fin de la nuit, avant de commencer la journée de jeûne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45