• Accueil
  • > Art
  • > L’orientaliste de l’école américaine Frederick Arthur Bridgman : peintre voyageur

L’orientaliste de l’école américaine Frederick Arthur Bridgman : peintre voyageur

25 02 2014

 

 

 

Frederick Bridgman est un peintre emblématique de l’école orientaliste américaine. Durant toute sa vie, il exécuta avec grand talent des compositions orientales très originales. Il était un expatrié, se sentant davantage chez lui à Paris qu’à New York ou Boston.

Bridgman parvint à pénétrer un domaine inconnu de la plupart des orientalistes, la vie privée des femmes d’Afrique du Nord.  

 

Fils d’un docteur de Boston, Bridgman est né à Tuskegee, dans un état du Sud, l’Alabama. C’est là qu’il vit des marchés d’esclaves avant la Guerre de Sécession : il en resta un anticolonialiste convaincu.

Après avoir étudié à la National Academy of Design à New York, il travailla pour l’américain Banknote Company. Peu satisfait de la tournure que prenait sa vie, il partit pour Paris avec une bourse de voyage, et étudia avec Jean-Léon Gérôme. Il peignit quelque temps à Pont-Aven, où se trouver une colonie américaine.

 

L’orientaliste de l’école américaine Frederick Arthur Bridgman : peintre voyageur  dans Art Frederick+Arthur+Bridgman+-+Courtyard,+El+Biar

Courtyard, El Biar

 

 

 

 
 
tumblr_lrpgaqI6NK1qixsklo1_500 dans Art 
Sur la Terrasse
Cleopatra-on-the-Terraces-of-Philae-1024x647

 Cleopatra on the Terraces of Philae

 

bridgman_The_Diversion_Of_An_Assyrian_King.jpg_original

 The Diversion of An Assyrian King

 

 

 

 

Dans les années 1870 et 1880, Bridgman alla plusieurs fois en Egypte, à Alger et dans le Sud algérien. Il écrivit un livre, Winters in Algiers, publié chez  Harper Brothers à New York en 1890 et illustré de ses propres peintures. C’était un photographe amateur enragé, et il travaillait d’après ses photographies tout autant que d’après ses esquisses de voyage. Outre des scènes de la vie algérienne, comme Villa mauresque à El-Biar, Sur les terrasses, Algérie, Intérieur à Biskra, Le Bey de Constantine recevant ses hôtes, il peignait des reconstitutions historiques de l’ancienne Egypte et de l’Assyrie, Divertissement royal à Ninive, Passage de la Mer Rouge par Pharaon  et Funérailles d’une momie.

 

 

Frederick+Arthur+Bridgman+-+Pharaoh's+Army+Engulfed+by+the+Red+Sea

The Pharao’s Army Engulfed by teh Red Sea, 1900
 
 
Frederick+Arthur+Bridgman+-+Blacksmith+Shop+at+Tangiers

 Blacksmith Shop at Tangiers

 

 

1004185

The Orange Seller

 

 

 

 

 

Il avait deux ateliers sur le boulevard Malesherbes, le quartier adopté par les artistes académiques, l’un était décoré dans le style égyptien, l’autre plein de palmiers, de tissus, de moucharabiehs, de céramiques arabes et de narghilés, créant une atmosphère de Mille et Une Nuits, dans laquelle il aimait évoluer en costume oriental.

 

Peintre, Bridgman était aussi sportif et musicien amateur, et menait une vie mondaine brillante. Marié à une riche Américaine, Florence Mott Baker, il n’avait pas besoin de vendre ses peintures pour vivre, mais il continuait à peindre tous les jours. Bien qu’il fut proche des peintres académiques, il admirait Manet et Renoir, et ses toiles, avec leurs coloris frais, montraient une certaine influence des Impressionnistes. 

 

 

 

remembrance,algiers_bridgman

Remembrance, Algiers 1920

 

 

 

2735220661_7a5a4bb28f_o

Crossing an Oasis, with the Atlas Mountains in the Distance, Morocco 1919

 

 

Il exposait régulièrement aux Salons de Paris, aux Artistes Français, aux peintres Orientalistes Français et à la Société Coloniale des Artistes Français, en même temps qu’à la Royal Academy à Londres. Il participa aussi aux Expositions Universelles de 1878, 1889 et 1900. Il loua des galeries privées à Chicago, New York et Paris, et y vendit ses œuvres à des prix très élevés. Après la Première Guerre Mondiale, Bridgman alla vivre en Normandie, à Lyons-la-Forêt, où il continua à peindre de mémoire des scènes algériennes qui, peu à peu, devenaient plus douceâtres et artificielles.                      

 

 

 

 

 

 

 

L’Algérie aux yeux de Frederick Arthur Bridgman..

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 


Actions

Informations



4 réponses à “L’orientaliste de l’école américaine Frederick Arthur Bridgman : peintre voyageur”

  1. 13 04 2015
    kali ifak (17:53:18) :

    Images d’ algériens et surtout d’algériennes belles et sublimées par un grand artiste , mais trop loin de la vérité.

    Répondre

    • 18 04 2015
      quintessences (13:00:39) :

      L’imagination est primordiale dans l’expression artistique.

      Répondre

  2. 4 07 2016
    Tindee511 (22:49:54) :

    Certes de beaux tableaux retraçant le quotidien d’une certaine époque en Algérie, mais à voir certaines toiles, on dirait que l’Algérie était un grand bordel à ciel ouvert, alors que c’était et c’est toujours un pays musulman…

    Répondre

  3. 22 01 2019
    Traoré issa (15:59:43) :

    السلام عليكم ورحمة الله وبركاته انا اطلب منكم منح الدراسة الاسلام

    Répondre

Répondre à Tindee511 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45