L’histoire de Salah Bey

31 08 2012

Salah Bey est un personnage turc ottoman qui a marqué l’histoire de la ville de Constantine (est algérien) et qui restera à jamais gravé dans la mémoire collective populaire qui lui conserve l’image d’un homme généreux et proche du peuple.

 

Salah Bey ben Mostafa est né à Izmir dans l’ouest de la Turquie en 1725. A l’âge de 16 ans il quitte son pays natal et débarque à Alger. Il est d’abord cafetier avant de s’engager dans l’armée. Là, il se fait remarquer pour sa bravoure et son farouche engagement contre les espagnols.
Il participe à de nombreuses campagnes contre la présence espagnole au Maghreb et réussit de cette manière à gravir les échelons de la hiérarchie militaire. En 1765, le Bey Ahmed El-Kolli le nomme Khalifa du Beylik de Constantine. Il est alors bras droit et premier suppléant du Bey.
Son amitié avec lui s’était consolidée par son mariage avec la fille du Bey des années auparavant. Ce qui l’a certainement aidé à occuper le poste de Bey de Constantine en 1771, à la mort d’Ahmed El-Koli.
Salah Bey a fait figure de prince et non pas de simple Bey. Quatre années après avoir été nommé, il se porte au secours d’Alger, attaquée par la flotte espagnole. Sa participation à la défaite de l’armada est incontestable. Et cela lui donne le titre de défenseur de l’Islam. Il entreprend par la suite de doter sa capitale de beaux ouvrages architecturaux. Notamment celle du pont d’El-Kantara qu’il a fait restaurer. Mais encore des mosquées et des medersas qu’il a organisé en véritables universités.
Il réorganise le tissu urbain de la ville et lui adjoint des canaux d’irrigations et des jardins. La ville de Constantine devient alors une très belle ville où il fait bon vivre. Salah Bey acquiert une notoriété et une popularité exceptionnelle.
Mais, en parallèle, il se fait également de nombreux ennemis parmi les tribus du Sud qu’il oblige à payer l’impôt. De nombreux chefs religieux s’opposent à son autorité. Une opposition qu’il n’hésitera pas à réprimer violemment.
Ses nombreux ennemis feront que le Dey d’Alger le destituera de son poste et nomme à sa place Ibrahim Bey dit Bou Sbaâ. Salah Bey n’hésitera pas à faire assassiner cet intrus et à entrer en conflit avec le pouvoir central à Alger.
Mais la nouvelle en ville divise la population en deux clans. Le premier décidé à venger Ibrahim Bey, et l’autre à défendre la cause de Salah Bey. Durant plusieurs jours la population s’affronte dans les rues de Constantine. Il y aura un grand nombre de morts et de blessés, sans avantage décisif poux aucun des deux partis.
Bientôt, le Dey d’Alger envoie un nouveau Bey pour Constantine, le Bey Hossein ben Hassan.
Il arrête Salah Bey et le fait exécuter le 1 septembre 1792. Salah Bey est depuis enterré au mausolée de Sidi El-Kettani. A côté de la mosquée du même nom que lui-même avait fait construire.

Suite à la fin tragique de Salah Bey les femmes constantinoises ont prononcé un deuil ostentatoire en décidant par choix en 1792 de porter un habit de sortie fait d’une toile noire dont elles se couvrirent tout le corps : la M’laya avec pour accessoire une désagréables « chebrella » (Savate sans talon)

 

L’histoire de Salah Bey  dans Histoire la_Mouni-211x300

Œuvre de Mme Benmahmoud Farida : « La Mouni » drapée de sa « Mlaya » et chaussée de « Chebrella » traverse allégrement le cœur de la vieille ville de Constantine.

 

 

De leur côté, par provocation et bravade à l’ordre du Dey d’Alger d’alors, les hommes composèrent et chantèrent une élargie sur la mort de Salah Bey : Ils ont dit, les Arabes :
– Ils ont dit :
– Nous ne donnerons ni Salah ni sa fortune
– Nous ne le combattrons point non plus
– Dussent les têtes tomber sur les têtes, etc.

 Cette pièce est considérée comme un chef d’œuvre des musiques citadines de Constantine. Chantée depuis 1792 et jusqu’à nos jours. Je vous propose d’écouter le requiem Salah Bey magnifiquement interprété par Touati Toufik.

Le requiem comporte :

1-        Istikhbar / استخبار

2-      J’ai jalousement gardé mon secret / كميت سري جاحدة

3-      Toi, ma passion / انتي تتغالى

4-      Les arabes ont dit / قالوا العرب قالوا

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xlq8ep

 

Très bonne écoute !! 

 

 


Actions

Informations



12 réponses à “L’histoire de Salah Bey”

  1. 31 08 2012
    sevim (15:37:22) :

    Bonjour Basma…je souhaite une longue vie à votre blog…. il est très beau !
    Sevim

    Répondre

    • 31 08 2012
      quintessences (21:37:34) :

      Merciiiii chère Sevim, votre visite m’a fait vraiment plaisir !!

      Répondre

  2. 10 09 2015
    talal (03:58:59) :

    thank you for your effort, very well structured story, just needs to be looked into more deeply so everyone knows how brave was Salah bey and how evil is the Marabous. Still people trust them unfortunately
    .

    Répondre

    • 11 09 2015
      quintessences (12:17:50) :

      Je vous en prie!! Merci pour votre passage.
      Dans mon article j’ai opté pour la version officielle de l’histoire; sinon plusieurs interrogations et zones d’ombre dans la vie de Salah bey restent en suspens et méritent d’être éclairées.

      Répondre

  3. 27 01 2016
    reda (17:36:12) :

    l’histoire de cette merveilleuse ville fut trahit par un misérable guerrier un lâche qui est considéré par presque tout les algériens héros national  » l’Émir abdelkader » je suis en possession d’une photo le montrant assis avec l’armé française en pourparler … sur le sort de l’Algérie..

    Répondre

    • 28 01 2016
      quintessences (08:19:24) :

      En signant le traité de la Tafna (le 30 mai 1837) avec le général Bugeaud ; Abd-El-Kader n’a pas seulement livré Constantine aux français, mais également il s’est débarrassé de son rival -et je n’exagère pas si je dis « son ennemi »- El-Hadj Ahmed Bey.

      Dans une lettre (en turc) adressée au Ministère de la Guerre à Istanbul, le 16 janvier 1838 (après la prise de Constantine en octobre 1837), Ahmed Bey évoque la trahison de Abd – El-Kader dont voici un extrait de la lettre :

      ‘…..De plus un autre hypocrite, Abdelkader Moheddine qui se prétend issu d’une haute lignée, vient de paraître à l’Ouest. Il s’est rallié aux Français en leur disant « si vous me livrez Constantine et sa province, je vous amènerai vivant Hadj Ahmed bey ». Les Français lui ont répondu : « lorsque vous livrerez Ahmed bey nous vous donnerons Constantine et sa province ».
      D’Oran, Abdelkader ce menteur qui se prétend de haute naissance, avec des soldats s’est approché d’Alger, et a fait croire aux gens qu’il allait reprendre Constantine aux Français et anéantir les vestiges turcs de cette province en leur disant : « Si vous arrivez à capturer Ahmed et que vous me le présentiez, je le ferai mettre à mort devant vous ‘.

      A noter que lors de la décision française d’attaquer Alger, le consul de France à Tunis M. de Lesseps fut chargé de sonder les dispositions du bey de Constantine et de lui faire entendre que, loin de soutenir le Dey d’Alger dans sa guerre contre les Français, il devait profiter de la circonstance pour se rendre indépendant. Mais Ahmed refusai et demeurai fidèle à Alger.

      Répondre

  4. 27 01 2016
    reda (17:37:08) :

    longue vie à votre blog…….

    Répondre

    • 28 01 2016
      quintessences (08:20:05) :

      Merci pour votre passage et votre encouragement!!

      Répondre

      • 11 12 2016
        kada kada (03:00:10) :

        c est parceque vous etes des janissaires que vous denigrez l emir un noble arabe

        Répondre

  5. 17 12 2016
    Ibrahim (08:59:00) :

    Merci le riche contenue

    Répondre

  6. 18 12 2016
    Billal Staifi (21:31:59) :

    C’est une réalité que tous les Algériens historiens connaissent, l’Emir AbdelKader a volontairement trahis Constantine pour des querelles et vengeance envers le prince de Constantine.

    Répondre

  7. 12 02 2017
    bellha (19:27:12) :

    La complainte mise a part qui est magnifique dans son texte et de son exécution musicale..le reste en ce qui me concerne n’est que du remplissage.
    L’histoire telle que décrite concernant ce type n’est racontée nulle part,encore moins ce texte ne fait aucune référence a la source de ce récit.
    Certains Algériens ont cette propension a idéaliser les turcs, et semblent avoir oublié que la Dynastie ottomane a colonisée l’Algérie pendant 314 ans.
    Peut être qu’a l’avenir il se trouvera des Algériens qui vont nous raconter de merveilleuses histoires sur:

    L’OCCUPATION PHENICIENNE de 814 à 146 avant JC (632 ans)
    L’OCCUPATION ROMAINE de 146 avant JC à 429 après JC. (675 Ans)
    L’INVASION VANDALES de 429 à 534 (104 ans)
    L’OCCUPATION BYZANTINE de 534 à 647. (113 ans)
    LES ARABES PROPAGATEURS DE L’ISLAM de 647 à 1516. (869 ans)
    LA DYNASTIE OTTOMANE de 1516 à 1830. (314 ans)
    LA COLONISATION FRANÇAISE de 1830 à 1962. (132 ans) hormis les arabes qui n’ont pas colonisé cette terre.

    Répondre

Répondre à kada kada Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45