Ancien Chant Religieux (Madha) Mauresque

26052018

 

 

 

 

 

En 1884, lors de la restauration d’une maison dans un petit village espagnol, un manuscrit a été découvert, dissimulé dans un faux-plafond. Il remonte au XVIIème siècle et a été écrit dans la langue des Espagnols Musulmans persécutés, les Morisques. Le propriétaire de la maison avait caché le manuscrit avant d’être forcé à partir lors de l’expulsion finale des Morisques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici ce qu’il dit :

 

 

 

 

Ô mon bien-aimé,Ô Muhammad

Bénédictions sur Muhammad

Et sur la famille de Muhammad

 

 

 

 

 

Ô Seigneur, envoie

Tes bénédictions sur lui

Et augmente notre amour envers lui

Elève nous parmi sa communauté

Sous la bannière de Muhammad

 

 

 

 

Ô mon bien-aimé, Ô Muhammad

Bénédictions sur Muhammad

Et sur la famille de Muhammad

 

 

 

 

Ta parole sera manifeste

Ta prière sera entendue

Embrasse le salut de paix que j’offre

Ce sont les actes de Muhammad

 

 

 

 

Ô mon bien-aimé, Ô Muhammad

Bénédictions sur Muhammad

Et sur la famille de Muhammad

 

 

 

 

Ô mon Dieu ! Prie sur l’élu

Notre bien-aimé Muhammad

Que la paix soit sur lui

 

 

 

 

Bien que je ne sois qu’un faible serviteur

 Mon Seigneur a le pouvoir sur toute chose

 

 

 

 

Ô mon Dieu ! Prie sur l’élu

Notre bien-aimé Muhammad

Que la paix soit sur lui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘H’

24052018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haboucha: douar de la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, dép. Oran; 8,317 hect. ; 2,107 ind. ; à 18 k. de Palikao ; céréales ; élevage : bœufs, moutons, chèvres. 

 
 
Habra (L’): hameau de la commune de Perrégaux, à 6 k., dép. Oran : pos. à Perrégaux : 73 ind., 236 esp. ; céréales, vigne (175 hect,). Ne pas confondre avec Habra (Bou-Henni), station chemin de fer Alger-Oran. 

 
 
Habra: fraction indigène du douar Atba-Djellaba, commune de Bou-Henni, dép. Oran ; 207 ind. 

 
 
Hachem-Darough: douar de la commune de Tounin, arr. Mostaganem, dép. Oran : 1,756 ind. 

 
 
Haddada: douar de la commune mixte de Souk-Ahras, arr. Guelma, dép. Constantine ; 8,600 hect. ; 1,695 ind. ; à 45 k. de Souk-Ahras, sur la route du Kef, limitrophe avec la Tunisie ; forêt de pins et de chênes-verts : terres de bonne qualité ; ruines romaines importantes à Sidi-Youssef. 

 
 
Hadjadj: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger ; 1,191 ind. 

 
 
Hadjadja: douar de la commune mixte de Mascara, à 18 k., dép. Oran; 4,085 hect. ; 1,751 ind. ; céréales. 

 
 
Hadjerat-M’Guil: fraction de la commune mixte de Méchéria, cercle d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; 90 ind., 34 étrangers ; station chemin de fer Arzew à Duvevrier, à 18 k. de Duveyrier et à 100 k. d’Aïn-Sefra. 

 
 
Hadjerès: section de la commune mixte de M’sila, à 30 k. (tribu des Souama), arr. Sétif, dép. Constantine ; 10,000 hect. ; 360 ind. ; pop. nomade; culture des céréales dans les parties irrigables ; élevage : moutons, chameaux. 

 
 
Hadjoutes: ancienne tribu réunie à la commune d’Ameur-el-Aïn, arr. et dép. Alger ; 1,105 hab.
 
 
 
 
Haïdous: fraction de tribu de la commune  mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine; 1,465 ind.; à 48 k. de Lambèse ; peu de céréales, nombreux jardins à fruits, élevage des moutons et des chevaux. 

 
 
Haïtia: village indigène de la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, à 28 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Fortassa, à 8 k. ; pos. à Palikao : 120 hab. ; céréales, vigne, élevage du bétail.. 

 
 
Hall-el-Der: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 1,341 hect. ; 690 ind. ; ce douar a été réuni à la fraction d’Ouitlane pour former le douar Ouitlane (V. Ouitlane).

 
 
Halloufa (V. Bou-Halloufa). 

 
 
Halloufa: hameau, gîte d’étape, sur la route d’Aïn-Beïda à Tébessa ; à 50 k. d’Aïn-Beïda et à 34 k. de Tébessa ; contrée très pittoresque. 

 
 
Hamadena: douar de la commune  mixte de Renault, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 7,211 hect. ; 2,525 ind. : à 7 k. de la gare de Saint-Aimé : céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 
 
Hamadena: village de la commune mixte de Renault, à 45 k., arr. Mostaganem, à 90 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Saint-Aimé, à 4 k. ; 114 hab. ; pos. à Inkermann ; céréales, un peu de vigne ; élevage du bétail. 

 
 
Hamala: hameau de la commune de Grarem, à 13 k., dép. Constantine, à 60 k. ; pos., télégr. à Grarem : 54 hab. ; céréales, sorgho: mines de zinc, plomb et fer au Djebel-M’cid-Aïcha. 

 
 
Hameau-sous-Forêt: hameau de la commune de Blad-Touaria, à 3 k., dép. Oran ; 90 hab. ; céréales, vigne. 

 
 
Hamidi (V. Bou-Hamidi). 

 
 
Hamima: mine d’antimoine, dans la commune mixte d’Oum-el-Bouaghi, dép. Constantine, à 25 k. Nord 30° Ouest. d’Aïn-Beïda. 

 
 
Hamiz: hameau, sur la route de Maison-Carrée à La Réghaïa, a 8 k. de Maison-Carrée et à 20 k. d’Alger. 

 
 
Hamma: douar de la commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; 2,042 ind. : un peu de céréales, forêts domaniales, bois et charbon, élevage de moutons et chèvres; eaux thermales. 

 
 
Hamma (Le): quartier de la commune de Mustapha, sur le bord de la mer, à 4 k. d’Alger; c’est là que se trouvent le Jardin-d’Essai, les ateliers du chemin de fer P.-L.-M., une importante fabrique d’allumettes et diverses industries. 

 
 
Hamma (le): chef-lieu d. commune, arr. et dép. Constanline, à 9 k. : station chemin de fer Constantine-Philippeville: télégr. à la gare, pos. à Bizot-nop. 4,887 hab.; .vil. 377: franc. 173, ind.4,658, divers 53 : eau abondante, belles prairies ; céréales,  vigne (197 hect.), orangers, citronniers, oliviers, culture maraîchère : minoteries. 

 
 
Hammam: hameau de la commune de Coligny, arr. Sétif, dép. Constantine; station chemin de fer d’Alger à Constantine: télégr. à la gare: à 25 k. de Sétif et â 12 k. de Tixter: minoteries imposantes. 

 
 
Hammam: fraction de tribu.,commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine; 2,042 ind. 

 
 
Hammam-bou-Hadjar: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran, à 62 k. ; gare la plus proche : Er-Rahel, à 10 k. ; pos., télégr. : 4,701 hab. :. vil. 1,127: franc. 717, isr. 39, ind. 3,337, esp. 434, marocains 161, divers 13 ; céréales, vigne (2,200 h.), élevage du bétail ; eaux alcalines, bicarbonatées, sodiques, ferrugineuses; établissement thermal très fréquenté. 

 
 
Hammam-Guergour: source d’eau ferrugineuse, à 3 k. de la Smala du Tarf, commune mixte de La Calle, arr. Bône,dép. Constantine. 

 
 
Hammam-Melouane: douar dont le territoire est réparti : commune de Bouïnan, 5,265 hect., 3,013 ind. : c.ommunede Rovigo, 2,480 hect,, 819 ind. 

 
 
Hammam-Melouane:  ham. de la c. de Rovigo, à 7 k., dans le douar Hammam – Melouane, dép. Alger, à 37 k. ; plusieurs sources 
d’eaux salines, chlorurées, sodiques ; établissement thermal très fréquenté, dans les gorges de l’Harrach, au pied de l’Atlas. 

 
 
Hammam-Meskoutine (Le Bain des Damnés): village de la commune de Clauzel, à 8 k., arr. de Guelma, à 19 k., dép. Constantine; station chemin de fer Bône à Constantine : télégr. à la gare, pos. à Aïn-Abid : 459 hab. ; céréales, vigne, oliviers : sources d’eaux sulfureuses, d’un débit de 500 litres à la seconde, températures de 78° à 95° ; établissements civil et militaire très fréquentés ; une source d’eau ferrugineuse. 

 
 
Hammam-N’bails: mine de zinc (calamine), très importante, dans la commune mixte de Souk-Ahras, à 23 k. Est de Guelma, près de la station de Nador (ligne chemin de fer. Bône à Khroubs) ; à 1 k. 600 de la mine, source abondante d’eaux salines chlorurées sodiques ; petit établissement fréquenté par les indigènes.

 
 
Hammam-Righa ou Hammam-R’hira: chef-lieu de commune mixte, arr. Miliana, dép. Alger, à 102 k. : gare la plus proche : Bou-Medfa, à 11 k. ; pos., télégr., justice de paix : 361 hab. ; station balnéaire, d’hiver et. d’été, la plus importante de l’Algérie ; établissement thermal de 1er ordre, propriété du Crédit foncier et agricole d’Algérie : hôtels, climat tempéré, excursions très intéressantes dans les environs, forêt de pins; plusieurs sources : eaux ferrugineuses carbonatées, eaux salines sulfatées calci- 
ques : établissement militaire ; céréales, arbres fruitiers, 2,860 orangers ou mandariniers, 5,974 amandiers. 

 
 
Hammam-Righa ou Hammam-R’hira: nom d’une commune mixte, arr. Miliana, dép. Alger ; sup. 82,492 hect. : pop. franc. 732, esp. 617, isr. 98, divers 98, ind. 18,162 ; céréales, vigne (1,149 hect,), forêts de pins, de chênes-liège et de chênes-zéens ;élevage du bétail : chevaux 887, bœufs 8,371, moutons 10,596, chèvres 42,495. 

 
 
Hammam-Salaïn: source d’eau sulfureuse sodique, à 8 k. de Biskra ; établissement thermal de 1er ordre très fréquenté par les hiverneurs et les indigènes.

 
 
Hammam-Zeïd: source d’eau sulfureuse, commune mixte de Sèfia, à 10 k. Nord de Souk-Ahras, dép. Constantine ; petit 
établissement très fréquenté. 

 
 
Hammama: section de la commune  mixte de Souk-Ahras, à 35 k. (tribu des Ouled-Khiar), arr. Guelma, dép. Constantine : 3,170 ind., 464 eur. ; couvert en partie de forêts de pins d’Alep, alfa ; vastes espaces pour l’élevage des moutons ; mine de zinc de l’Ouasta, en active exploitation. 

 
 
Hamyan: tribu de la commune de Saint-Leu, arr. et dép. Oran ; 15,964 hect.; 1,994 ind. 

 
 
Hamyan: douar de la commune de Tenira, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran: 14,432 hect. ; 1,478 ind., 235 eur. 

 
 
Hamyan: fermes de la commune de Tenira, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran; 230 hab., dont 152 esp. 

 
 
Hanencha: douar de la commune mixte  de, Sèfia, arr. Guelma, dép. Constantine ; à 25 k. de Laverdure : 13,052 hect.; 4,093 ind. : céréales; élevage: chevaux,bœufs, moutons. 

 
 
Hannacha: douar de la commune mixte  du Djendel, arr. Miliana, dép. Alger : à 27 k. de Lavigerie, à 27 k. de Médéa, gare la plus proche, et à 45 k. d’Affreville ; 4,465 hect. : 1,718 ind. ; céréales, forêts, élevage des moutons et chèvres. 

 
 
Hanoteau (anc. nom : Timezeratine): village en création, commune mixte de Ténès, arr. Orlèansville, dép. Alger, sur le chemin de Rabelais à l’Oued-Dhamous ; à 46 k. d’Orléansville, à 35 k. de Ténès, à 7 k. de Flatters et à 24 k. des Trois-Palmiers ; gare la plus proche : Orlèansville, à 46 k. ; pos., télégr. à Flatters ; 19 hab.; pays montagneux et boisé; céréales, vigne, arbres; pépinière com- 
munale ; élevage du bétail. 

 
 
Haouara: douar de la commune de Damiette, arr. Médèa, dép. Alger; 3,055 hab. ; fermes eur. importantes. 

 
 
Haouaret: douar de la commune mixte de Frenda, arr. Mascara, dép. Oran ; 35,400 hect. : 2,504 ind., 52 eur. ; céréales; élevage : bœufs, chevaux et moutons. 

 
 
Haouch-el-Bar: village indigène de la commune de Palestro, arr. et dép. Alger, à 1 k. de Beni-Amran . Haouch-el-Bey, fraction indigène de la commune de Fort-de-l’Eau, arr. et dép. Alger. 

 
 
Haouch-el-Bey: fraction indigène de la commune de Maison-Blanche, arr. et dép. Alger. 

 
 
Haouch-Gueltabou (V. Gueltabou). 

 
 
Haracta- Djerma – Dhara: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 25 k., dép. Constantine ; 1,712 hect. ; 814 ind. ; céréales, élevage du mouton. 

 
 
Haracta-Djerma-Guebala: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 20 k., dép. Constantine: 1,097 hect.; 646 ind.; céréales, élevage, du mouton. 

 
 
Haraouat: douar de la commune mixte de Téniet-el-Had, à 35 k., arr. Orlèansville, dép. Alger; 25,592 hect, 2,748 ind. : céréales, forêts de pins et d’oliviers, élevage du mouton. 

 
 
Harartsa: douar de la commune mixte de Zemmora, à 17 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 5,440 hect.: 1,887 ind. : céréales, forêts ; élevage du bétail. 

 
 
Harbil: douar de la commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine : 8,112 hect. ; 7,834 ind. : écoles dans les villages de Titest, Tidjet, Timengache et Cheria ; à 27 k. de Lafayelte: céréales, élevage du mouton ; forêts, mines. 

 
 
Harchaoua: douar de la commune  mixte de Palestro, à 30 k., arr. et dép. Alger ; 1,911 hect.; 2,091 ind. céréales, oliviers. 

 
 
Harchoun: douar de la commune mixte du Cheliff, arr. Orlèansville, dép. Alger; 8,123 hect. ; .2,600 ind. ; à 3 k. de Lamartine ; gare la plus proche: Oued-Fodda, à 14 k. ; céréales ; élevage du mouton. 

 
 
Harratin: fraction du cheïkhat indépendant d’El-Goléa, commune indigène et cercle d’El-Goléa (sub. de Laghouat) 179 ind., y compris la fraction de Zenata. 

 
 
Harreza: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine; 7,190 hect, ; 1,309 ind. ; à 70 k. de Medjana et à 82 k. de Bordj-bou-Arréridj ; forêts, céréales. 

 
 
Hassaïnia: douar de la commune mixte de La Mina, arr.-Mostaganem, dép. Oran : à 35 k. de Clinchant, près du centre de Sirat : 5,763 hect. ; 1,839 ind., 9 eur.; céréales, vigne, élevage du bétail. 

 
 
Hassasna-Cheraga: tribu et caïdat de la commune indigène de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 4,168 ind. 

 
 
Hassasna – Gheraba: tri.bu et caïdat de la commune indigène de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), ;dép. Oran; 1,733 ind. 

 
 
Hassen-ben-Ali (V. Loverdo, nom nouveau). 

 
 
Hassenaoua: douar de la commune de Bordj-bou-Arréridj, arr. Sétif, dép Constantine ; 6,392 hect.; 3,127 ind. 

 
 
Hassi-ben-Heïrane ( Fort Lallemand): dans les gassis de l’Igharghar, à 75 k. de Touggourt. 

 
 
Hassi-bou-Zid: caravansérail sur la route d’El-Goléa à El-Abiod-Sidi-Cheik, dép. Oran. 

 
 
Hassi-Chebaha (Fort Miribel): à 133 k. Sud d’El-Goléa, sur la route d’Insalah par le Tademaït, et à 1,022 k. d’Alger, au Sud: point 
des plus chauds de la région. 

 
 
Hassi-el-Homeur (Fort Mac-Mahon): à 160 k. Sud-Ouest d’El-Goléa, dans l’Oued-Meguiden, sur la route du Gourara ; position géographique : longitude occidentale en temps 2m 41,2 : longitude occidentale eu arc 0m40,18: latitude boréale 29° 44’27″. 

 
 
Hassi-el-Madani: gare fortifiée du chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 14 k. du Kreider, dép. Oran. 

 
 
Hassi-el-Mey: point d’eau à 150 k. environ de Touggourt et à égale distance d’Ouargla. 

 
 
Hassi Inifel: ksar de la commune indigène d’El-Goléa, annexe de Ghardaïa, sur l’oued Mya, près du confluent de l’oued Insokki, à 150 k. d’El-Goléa; pos. à Ghardaïa: fort. 

 
 
Hassi-Insokki: puits sur la roule d’Ouargla à Insalah, a 371 k. d’Ouargla. 

 
 
Hassinat: douar de la commune mixte de Frenda, arr. de Mascara, dép. d’Oran ; (5,390 hect. ; 275 ind. : céréales ; élevage : moulons, bœufs et chevaux. 

 
 
Hassi-Sliman: village indigène du cercle et de la subdivision d’Aïn-Sefra, gite d’étape à 16 k. d’Aïn-Sefra, dép. Oran. 

 
 
Haussonvillers: chef-lieu de commune, arr. Tizi-Ouzou, à 21 k., dép. Alger, à 81 k. ; station du chemin de fer Ménerville à Tizi-Ouzou ; pos., télégr. , pop. 5,567 hab. : vil. 234: franc. 222, ind.5,325: céréales, vigne (35 hect.), élevage du bétail : carrière de marbre blanc. 
 
Douar : Oued-Chender. 

 
 
Haut-Sebaou: nom d’une commune mixte, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger, dont le chef-lieu est à Azazga : sup. 62,395 hect. : pop. 715 eur., 42,450 ind.; terres de bonne qualité; céréales, vigne (175 hect.), légumes, arbres fruitiers; plantations nombreuses de figuiers et d’oliviers: très belles forêts d’essences diverses ; commerce de laines et huile : exploitation du liège et du bois. 
La commune nourrit 6,295 bœufs, 9,811 moutons, 9,061 chèvres. 

 
 
Dayen: douar de la commune mixte de Taher, à 31 k., arr. Bougie, dép. Constantine ; 3,359 hect. ; 2,020 ind. ; contrée fertile ; oliviers, forêts de chênes-liège ; élevage: particulièrement les chèvres. 

 
 
Hazabra: douar de la commune mixte  de Jemmapes, à 16 k., arr. Philippeville, dèp. Constantine; 1,281 hect. : 835 ind. : céréales, olivier; forêts. 

 
 
Héliopolis: chef-lieu de commune, arr. Guelma, à 4 k., dép. Constantine : gare plus proche : Guelma; télégr. municipal, pos. à Guelma; pop. 509 franc., 135 étrangers,. 2,187 ind. cèrèales, vigne (289 hect.), oliviers, belles forêts, culture des primeurs 
(spécialement les fraises) ; élevage du cheval ; minoteries importantes ; source d’eau thermale au Hammam-Berda (29°), très abondante ; mine de zinc à Bou-Zitoun : carrière de calcaire de taille facile, à 2 k. du vil. 
 
Douar de la commune : Aïn-Rihana, 2,004 ind. 

 
 
Hennaya: chef-lieu de commune, arr. de Tlemcen, à 11 k., dép. Oran: gare la plus proche : Tlemcen ; pos. télégr. : pop. 456 franc,., 460 étrangers, 1,987 ind. : céréales, vigne (650 hect.), arbres fruitiers, oliviers, élevage du bétail, moulins à huile. 
Source d’eau chaude à l’Oued-Bou-Messaoud, à 5 k. du village.
 
Douar : Mélilia. 

 
 
Herbillon: chef-lieu de commune, arr. Bone, à 68 k., dép. Constantine : gare la plus proche: Aïn-Mokra, a 35 k. ; pos., télégr. ; pop. 30 eur. 1,948 ind. ; au bord de la mer, belle plage : céréales, vigne (32 hect.), oliviers, exploitation des forêts de chênes-liège ; débarcadère ; carrière de granit exploitée pour pavés : salaison de poissons. 

Douar : Fedj-Moussa. 

 
 
Herenfa: douar de la commune mixte  de Ténès, à 60 k., arr. Orléansville, dép. Alger : 10,121 hect. ; 2,591 ind. ; céréales. 

 
 
Heumis: douar de la commune mixte de Ténès, arr. Orléansville, dép. Alger ; 13,832 hect. ; 3,783 ind. ; à 25 k. d’Orléansville, à 10 k. de Flatters et à 29 k. de Ténès ; école, poste de remonte ; céréales. 

 
 
Hillil (L’): chef-lieu de commune, arr. Mostaganem, dép. Oran, à 107 k. : à 20 k. de Relizane ; station chemin de fer Alger-Oran ; pos., télégr. : pop. 303 franc., 105 étrangers, 2,070 ind. ; pays très sain, belles plantations d’arbres de toutes sortes, oliviers, vigne (152 hect.) ; minoteries importantes, commerce de grains. 

 
 
Hillil (L’): fermes européennes de la commune de L’Hillil : 73 hab. 

 
 
Hippôdrome: village à 4 k. de Constantine, station chemin de fer Alger-Constantine; 380 hab. ; magnifique champ de courses ; petite forêt du Méridj. 

 
 
Hippon: hameau, à 3 k. Sud de Bône, entre l’oued Bou-Djema et la Seybouse ; ruines de l’ancienne Ubba, colonie marchande de Carthage. Aux III° et IV° siècles, Hippone était, avec Carthage, le plus opulent marché de l’Afrique romaine ; 183 hab. 

 
 
Hoche: village de la commune mixte d’Aïn-Bessem, à 8 k., arr. et dèp. Alger; gare la plus proche : Bouïra, à 37 k.; bureau de distribution auxiliaire des pos. ; 193 hab. ; céréales, vigne (72 hect, prairies naturelles, 
élevage du bétail. 

 
 
Horace-Vernet (anc. nom :Taourga): village de création récente de la commune de Rébeval, arr. de Tizi-Ouzou, dèp. Alger. 

 
 
Hussein-Dey: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 6 k. ; station chemin de fer Alger-Oran ; pos., télégr. ; pop. 5,178 hab. : village 3,459 ; franc. 1,896, naturalisés 335, esp. 1,485, ita. 654, ind. 751, divers 57. Joli village sur le bord de la mer ; maisons 
de plaisance ; terres de 1er choix; principale culture, maraîchère, primeurs en légumes pour l’exportation ; vigne (315 hect.) ; entrepôt général des tabacs pour le dép. d’Alger; caserne d’artillerie, polygone ; minoterie importante, fabrique de carrelages en ciment comprimé ; relié à Alger par le chemin de fer sur routes d’Alger à Rovigo et de nombreux services de voitures. 

 
 
Hydra: fraction de la commune d’El-Biar, à 2 k. de la Colonne-Voirol. et à 7 k. d’Alger; beau vignoble, nombreuses maisons de plaisance. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Ouzbékistan: le réveil de l’Islam (1992)

22052018

 

 

 

 

 

Dans l’empire soviétique éclaté, l’Ouzbékistan est au cœur même de la renaissance islamique. Les Ouzbeks peuvent à nouveau pratiquer ouvertement l’Islam auquel ils sont restés fidèles, malgré 70 ans de répression religieuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘G’

20052018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Galbois (anc. nom : El-Anasser): village de la commune mixte de Maâdid, arr. Sétif, dép. Constantine ; station chemin  de fer Alger à Constantine ; à 6 k. de Bordj-bou-Arrèridj et. à 62 k. de Sétif; télégr., école ; 112 hab. ; céréales, vigne, élevage des bœufs. 

 

 

 

Gambetta: village des environs d’Oran, but de promenade très recherché par les Oranais ; nombreuses villas ; desservi par les 
tramways électriques d’Oran. 

 

 

 

Garboussa: douar de la commune mixte  de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 10 k. de Clinchant et à 4 k. de la gare de L’Hillil ; 2,067 hect.; 1,263 ind.; céréales, élevage du bétail. 

 

 

 

Garest: douar de la commune mixte de Soummam, arr. Bougie, dép. Constantine ; à 35 k. de Sidi-Aïch ; 3,200 hect.; 2,866 ind.; céréales,figuiers, oliviers, caroubiers. 

 

 

 

Gar-Rouban: hameau industriel de la commune mixte de Lalla-Maghrnia, arr. Tlemcen, dép. Oran ; à 30 k. Sud de Lalla-Maghrnia, à 78 k. de Nemours et à 24 k. d’Oudjda, la ville marocaine la plus rapprochée de la frontière; 57 hab.; mine de plomb argentifère très riche, en pleine exploitation. 

 

 

 

Garta: fraction et cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 507 ind. 

 

 

 

Gastonville: chef-lieu de commune, arr. Philippeville, à 25 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Robertville, à 4 k.; télégr. municipal, pos. à Robertville ; pop. 207 eur., 3,405 ind.: eau abondante ; céréales, vigne (63 hect.) ; grande olivette communale de 145 hect. : élevage du bétail, particulièrement des bœufs. 

 

Douar : Oued-Ksob, 2,419 ind. 

 

 

 

Gastu: chef-lieu de commune, arr. Philippeville, à 53 k., dép. Constantine, à 100 k.; gare la plus proche : Guelma, à 37 k. ; pos., télégr. à Aïn-Mokra; pop.: 160 eur., 2,017 ind. : vil. situé au milieu de forêts; culture des céréales, vigne (143 hect.), oliviers, élevage du bétail.

 

Douars : Ouled-Ghrara (partie), Radjeta. 

 

 

 

Géryville: chef-lieu de commune mixte, poste militaire très important dans le territoire de commandement de la sub. de Mascara, dép. Oran, à 340k.; gare la plus proche : Bough-Ktoub, à 106 k. ; à 200 k. de Laghouat et â 300 k. de Tiaret ; pos., 
télégr.; pop. du vil. 1,850 hab., dont 327 étrangers ; siège du commandement supérieur du cercle ; hôpital 
militaire : eau abondante, magnifiques jardins, belles plantations créées par les soins de l’autorité militaire : sup. de la commune : 3,000,000 d’hect; pop. 34,735 ind., 1,089 eur.: 29,525 palmiers, 9,600 figuiers et 7,520 autres arbres ; plaines immenses d’alfa ; élevage important du bétail : 223,080 moutons, 52,785 chèvres, 1,978 bœufs, 1,642 chevaux, 110 mulets, 19,501 chameaux. 
Températures extrêmes : 7° au-dessous de 0 et 40° au-dessus. Un périmètre de colonisation est en création ; il comprendra un territoire de 4,788 hect., avec un communal de 1,900 hect. et 134 lots de 20 hect. chacun. 

 

 

 

Ghalia: ancienne tribu des Ouled-Ghalia, douar de la commune mixte d’Ouarsenis, arr. Orlèansville, dép. Alger ; 5,462 hect. ; 1,803 ind,; à 15 k. de Bordj-Beni-Hindel ; céréales, arbres fruitiers, forêts importantes ; eaux thermales, à 9 k. de Bordj-Beni- 
Hindel. 

 

 

 

Ghamra ou R’amra (V. R’amra). 

 

 

 

Ghamras: fraction indigène et fermes isolées de la commune de Bou-Tlélis, arr. et dép. Oran, à 42 k.; gare la plus proche : Lourmel ; 103 franc., 483 étrangers, 1,172 ind. ; céréales et vigne. 

 

 

 

Gharabas: douar de la commune mixte  de Berrouagbia, arr. Médéa, dép. Alger: 3,975 hect.; 1,441 ind., 12 eur. ; à 18 k. de Berrouagbia ; céréales, fourrages ; élevage : bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

 

Ghardaïa: ville, banlieue, ksar, rattachés à la commune indigène d’El-Goléa (sub. de Laghouat), dép. Alger. La ville de Ghardaïa, chef-lieu de l’annexe, est située à 189 k. de Laghouat, à 189 k.  d’Ouargla, à 266 k;. d’El-Goléa, à 91 k. de Guerrara, à 651 k. d’Alger et à 511 k. de Berrouagbia, gare la plus proche ; poste militaire important, justice de paix militaire, hôpital pour les ind. ; 
pos., télégr., téléph. ; 9,415 hab. ; oasis de 72,674 palmiers: culture des légumes, vigne en treille. 

 

 

 

Ghardaïa: annexe de la commune indigène  d’El-Goléa (subdiv: de Laghouat); 190,000 palmiers-dattiers répartis dans les diverses oasis; 24,000 arbres fruitiers ; élevage : moutons 14,700, chèvres 15,000, mulets 483, chameaux 4,600. 

 

 

 

Ghassoul: tribu, ksar et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 480 ind., 10 eur. ; le ksar est situé à 43 k. Sud de Géryville. 

 

 

 

 

Ghellaïe: douar de la commune de Blida, dép. Alger : 3,751 hect. ; 1,160 ind. 

 

 

 

Ghementa: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 543 ind. 

 

 

 

Ghemougat: fraction de l’aghalik et de la tribu des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 672 ind. 

 

 

 

Gherazla: douar de la commune mixte  de Maâdid, arr. Sétif, dép. Constantine : 7,986 hect. : 2,053 ind. : à 43 k. de Bordj-bou-Arréridj : céréales, élevage des moutons et des bœufs. 

 

 

 

Gherazla: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 30 k., arr. Philippeville, dép.- Constantine ; 3,037 hect. ; 532 ind. ; céréales, forêts, oliviers. 

 

 

 

Ghezala: douar de la commune mixte de Jemmapes, arr. Philippeville, dép. Constantine; 5,465hect. : 1,850 ind.: céréales, un peu de vigne, élevage du bétail ; nombreuses fermes à une distance moyenne de 7 k. Sud de La Robertsau et de 18 k. de Jemmapes. 

 

 

 

Ghirane: fraction indigène de la commune de Miliana, dép. Alger. 

 

 

 

Ghirène: village indigène de la commune du Hamma, dép. Constantine; 54 hab. 

 

 

 

Ghomeriane: douar de la commune mixte de Fedj-M’zala, à 25 k., arr. et dép. Constantine; 5,233 hect. ; 4,517 ind. ; céréales ; élevage : moutons, bœufs, mulets. 

 

 

 

Ghouadi: douar de la commune mixte  de Frenda, arr. Mascara, dép. Oran; 41,000 hect. : 1,602 ind., 25 eur.: céréales; élevage: chevaux, bœufs, moutons ; commerce de laines. 

 

 

 

Ghoualize: douar de la commune mixte  de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; .4,036 hect. ; 2,046 ind.; à 10 k. de Clinchant et à 3 k. de la gare de L’Hillil ; céréales, vigne, élevage du bétail. 

 

 

 

Ghoufirat-Ouled-Dani:  douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran : 2,282 hect, ;. 456 ind., 21 eur. ; à 30 k. de Clinchant : traversé par la ligne de Mostaganem à Tiaret et desservi par la gare de Mekahlia, qui se trouve sur son territoire ; la plus grande partie en forêt. . 

 

 

 

Ghoufirat-Sefissifa: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 2,474 hect. ; 1,240 ind. ; à 25 k. de Clinchant ; céréales, élevage du bétail, forêts. 

 

 

 

Ghribs: douar de la commune mixte du Djendel, arr. Miliana, dép. Alger; 16,038 hect, ; 4,285 ind. ; à 15 k. de Lavigerie, à 33 k. de la gare d’Affreville et à 42 k. de Miliana : céréales, vigne, forêts; élevage du bétail. 

 

 

 

Gosbate: douar de la commune mixte  d’Ouled-Soltan, arr. Batna, dép. Constantine; 27,627 hect. ; 4,271 ind. ; à 30 k. de N’gaous ; céréales, forêts de cèdres à Guéthiane, forêt de chênes : élevage du mouton. 

 

 

 

Gouadcha: fraction de la tribu des Arab-Chéraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine : 675 ind. 

 

 

 

Goudjila: ksar, à 60 k. Sud-Est de Tiaret, arr. Mostaganem, dép. Oran ; ce ksar servit, de dépôt, en 1841, à Abd-el-Kader, pour 
ses armes et ses munitions. 

 

 

 

Gouersa: fermes de la commune de Gastu, arr. de Philippeville, dép. Constantine ; 7 hab. 

 

 

 

Gounod (ancien nom : El-Guelàa): centre de création récente dans le douar Cheniour, commune mixte de l’Oued-Cherf, arr. Guelma, dép. Constantine ; à 32 k. de Guelma, à 15 k. de Renier.et à 35 k. d’Aïn-Amara : 76 hab. ; céréales, élevage du bétail, station de monte. 

 

 

 

Gouraya: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 115 k. ; gare la plus proche : Marengo, à 59 k. ; à 30 k. de Cherehel : pos., télégr. : pop. 4,039 hab. ; vil. 324 ; franc. 218, ind, 3,780, divers 41 ; sur le’ bord de la mer, belle plage : eau abondante ; céréales, oliviers, vigne (316 hect,), vin réputé, fabrique d’huile d’olive ; mine de fer (hématite) ; ruines romaines ; mine de fer à Aïn-Sadouna, à 4 k. du vil. ; un débarcadère, nouvellement construit, pour favoriser les régions voisines dépourvues de moyens de communication. 

 

 

 

Gouraya: nom d’une commune mixte, arr. et dép. Alger, dont le siège de l’administration est à Cherchel (ville) ; sup. 81,558 hect. ; pop. 559 franc., 177 esp., 24,908 ind. : céréales, vigne (1,195 hect.), oliviers, arbres fruitiers, forêts de chênes-liège et de pins d’Alep : élevage : bœufs 6,495, moutons 8,896, chèvres 59,789 ; moulins à huile : mines de fer au douar Larhat, à 3 k. Sud 
de Villebourg ; à Aïn-Sedma, à 6 k. de Fontaine-du-Génie. 

 

 

 

Gouraye: douar de la commune mixte  de Morsott, arr. et. dép. Constantine : 42,126 hect. : 6,601 ind. ; 806 eur. ; à 15 k. de Tébessa ; culture : blé et orge ; gisements de phosphates en active exploitation : au Djebel-Konif, à 28 k. de Tébessa, par la The Constantine-Phosphate Company Limited ; au Djebel-Dyr, à 15 k de Tébessa, par la Société française des phosphates du Dyr, et la Société française des phosphates de Tébessa, à 9 k. de cette ville. 

 

 

 

Gourn: douar de la commune mixte  d’Oum-el-Bouaghi, arr. et dép. Constantine; à 3 k. de Canrobert ; céréales, élevage du mouton. 

 

 

 

Goussinet: fraction indigène du village et de la commune d’EI-Ouricia, arr. Sétif, dép. Constantine; 338 hab. ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

 

Grarem: chef-lieu de commune, arr. et dép. Constantine, à 60 k. ; gare la plus proche : Constantine; télégr. municipal, pos. à Mila ; pop. 248 franc., 6,650 ind. ; céréales, vigne (55 hect.), arbres fruitiers en abondance : orangers, pêchers, abricotiers ; climat doux en hiver ; eaux thermales à Batsi. 

 

Douars : Sidi-Abdelmelek et Beni-Harroun. 

 

 

 

Gravelotte: hameau de la commune de Grarem, à 7 k. ; dép. Constantine; pos., télégr. à Grarem; 32 hab. ; culture : blé, orge, maïs sorgho ; eau abondante. 

 

 

 

Grenouillère (la): bains de mer, à 1,500 m de Bône, très fréquentés par les Bônois ; établissements de bains, restaurants, cafés. 

 

 

 

Gros-Pin (le): halte sur la route d’Affreville à Téniet-el-Had,. dép. Alger, à 19 k. d’Affreville. 

 

 

 

Guebelt-Z’dim: douar de la commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dèp. Constantine ; à 15 k. de Colbert ; 3,780 hect,; 800 ind.; céréales; élevage: bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

 

Gueddila: petite oasis, à côté du douar Djemmora, commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; 9,000 palmiers-dattiers. 

 

 

 

Gué-de-Constantine: village de la commune de Kouba, à 3 k., dép. Alger, à 15 k.: station chemin de fer Alger-Oran ; pos., télégr. à Kouba ; 125 hab. ; céréales, vigne ; briqueterie importante, minoterie, papeterie pour papier d’emballage. 

 

 

 

Gué-de-Mokta-el-Oust: caravansérail, auberge, sur la route d’AIger à Laghouat, à 61 k. de- cette ville, dép. Alger. 

 

 

 

Gué-du-Nador: à 2 k. Nord-Ouest de Zurich, dép. Alger, sur le chemin qui conduit à Tipaza. 

 

 

 

Guelaâ-bou-Sba: chef-lieu de commune, arr. Guelma, à 10 k., dép. Constantine, à 120 k.; gare la plus proche : Guelma ; télégr., pos. à Guelma ; pop. 145 eur., 1,310 ind. ; eau en abondance ; céréales, vigne (60 hect.); carrière de pierre à bâtir. Fraction ind. d’Aouara, 700 hab. 

Douar : Mouelfa. 

 

 

 

Guellal: fermes de la commune mixte de Rhira, arr. Sétif, â 19 k., dèp. Constantine ; gare la plus proche : Hammam, à 4 k. ; télégr., pos. à Mesloug, à 8 k.; 62 hab, ; céréales, prairies, élevage du bétail. 

 

 

 

Guellal: douar de la commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine : 3,113 hect.; 1,450 ind.; à 14 k. de Colbert; gare la plus proche : Mesloug, à 8 k. ; pos. à Mesloug : céréales, foin : élevage : moutons et chevaux; carrière de plâtre. 

 

 

 

Guelma: chef-lieu de commune et d’arr., dép. Constantine, sur la rive droite de la Seybouse ; à 119 k. de Constantine et à 64 k. de Bône, port le plus proche ; gare chemin de fer Bône à Khroubs ; pos., télégr. ; sous-préf., tribunal de 1re instance, hôpital militaire ; 7,833 hab. ; ville 5,700 : franç. 1,733, ita. 447, isr. 715, divers 534, ind, 4,504 disséminés dans les douars Ouled-Semane et Ouled- Harrid ; sol très fertile ; céréales, tabac, vigne (194 hect.), arbres fruitiers, oliviers ; marché important. 

 

 

 

Guelma (Arr. de): L’arr. de Guelma est de régime essentiellement montagneux ; culture des céréales et en général toutes les
cultures du Tell. La vigne, peu cultivée (1,922 hect.), est prospère à Guelma, Héliopolis, aux Beni-Salah. Cet arr. possède une race bovine très estimée ; l’élevage du mouton et de la chèvre, qui est, presque exclusivement, cantonné dans les communes mixtes de Séfia et de Souk-Arhas, produit environ 164 mille moutons et 72,000 chèvres : mines d’antimoine au Djebel-Taya,
à 31 k. Ouest de Guelma, et à Ouled-Ali, à 16 k. N.-N.-O. Mines de zinc : Bou-Zitoun, à 6 k. Nord : Hammam-N’Bails, à 23 k. Est:
Chdedda, à 23 k. Est ; mine de fer àTartara, à 18 k. Est; carrières de marbre à Mahouna, à 6 k. Sud, et au Djebel-Hallouf, à 3 k. Sud ; carrière de pierre à bâtir à Nador, à 18 k. Est de Guelma. 

 

 

 

Guelta: centre en projet, commune mixte de Ténès, arr. Orlèansville, dép. Alger. 

 

 

 

Gueltabou: fraction indigène de la commune  de Sidi-Moussa, dép. Alger ; 1,358 ind., y compris Raïs. 

 

 

 

Guelt-es-Stel: caravansérail, auberge, sur la route d’Alger à Laghouat. ; à 40 k. du Rocher de Sel et à 99 k. de Boghari. 

 

 

 

Guelt-ez-Zerga: hameau indigène  de la commune d’Aumale, dèp. Alger : 45 hab. 

 

 

 

Guelt-Saïd: village indigène du douar Fedjoudj, commune de Kellermann, arr. Batna, dép. Constantine. 

 

 

 

Guelt-Zerga: douar de la commune  de Saint-Arnaud, arr. Sétif, dép. Constantine ; 8,202 hect, ; 2,321 ind. ; céréales, élevage du bétail ; marché important. 

 

 

 

Guémar: tribu et cheïkhat indépendant de la commune indigène de Touggourt, annexe d’El-Oued (sub. de Batna), dép. Constantine ; 4,531 ind., 31 eur.: oasis la plus importante du Souf; à 14 k. d’El-Oued et à 84 k. de Touggourt ; centre religieux du Souf. 

 

 

 

Guemmour: village indigène du douar Sidi-M’barek, commune mixte de Maàdid, arr. Sétif, dép. Constantine ; gare la plus proche : Galbois. 

 

 

 

Guemoune: village indigène du douar Beni-Ourtilane, commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine ; école. 

 

 

 

Guenadza: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 540 ind. 

 

 

 

Guendoul: village indigène du douar Mekla, commune mixte du Haut-Sebaou, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; gare la plus proche : Allaghan. 

 

 

 

Guentis: fraction et cheïkat du douar des Sidi-Abid, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine : 420 ind. 

 

 

Guera-el-Guellif: lac salé de 500 hect., sur la route d’Ouled-Rhamoun à Aïn-Beïda, à 73 k. Sud 25° Est de Constantine et à 30 k.
d’Aïn-Beïda. 

 

 

 

Guera-el-Hout (Etang des Poissons): de 1,800 hect., à 6 k. de La Calle, dép. Constantine. 

 

 

 

Guera-el-Oubeïra: étang salé de 2,200 hect., à 5 k. 500 de La Calle, dép. Constantine. 

 

 

 

Guera-el-Tarf: lac salé de 20,000 hect., sur la route d’Ouled- Rhamoun à Aïn-Beïda, à 28 k. Ouest 32° Sud d’Aïn-Beïda ; exploi-
tation importante. 

 

 

 

Gueraridj: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,206 ind. 

 

 

 

Guerbès: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 32 k., arr. Philippeville, dép. de Constantine ; 5,617 hect. ; 336 ind. ; céréales, oliviers, forêts de chênes-liège très importantes, élevage du bœuf. 

 

 

 

Guerbous: village indigène, à 16 k. de Nemours, dép. Oran, et à 6 k. de Sidi-Brahim. Monument funéraire, Colonne Montagnac, portant sur ses quatre faces la date, 24 sept. 1845, et les noms de Montagnac, Fromerit-Coste et Gentil de Saint-Alphonse. 

 

 

 

Guerboussa: douar de la commune  mixte du Cheliff, arr. Orlèansville, dép. Alger ; à 20 k. de Lamartine ; gare la plus proche : Orlèansville : 11,538 hect.: 3,973 ind. ; céréales, élevage du mouton. 

 

 

 

Guercha: douar de la commune mixte de Frenda ; arr. Mascara, dép. Oran : 25,196 hecl. ; 1,405 ind. ; céréales : élevage: chevaux,bœufs, moutons. 

 

 

 

Guerdjoum: douar de la commune  mixte de Mascara, dép. Oran: 11,137 hect. ; 3,273 ind., 94 eur. ; à 10 k. de la gare d’Oued-Taria ; céréales. 

 

 

 

Guergour: nom d’une commune mixte, arr. Bougie, dép. Constantine, dont le siège est au village de Lafayette ; sup. 126,502 hect. ; pop. 224 eur., 69,059 ind. : céréales, oliviers, forêts, arbres fruitiers, particulièrement figuiers, vigne kabyle (650 hect.) ; élevage : chevaux 735, mulets 2,069, bœufs 7,253, moutons 33,288, chèvres 27,178 : mines de plomb, de fer, de cuivre, dans les
douars Beni-Ghebana, Harbil, Ourtilane, Bou-Sellam ; eaux thermales très abondantes (48°), au Hammam-Guergour. 

 

 

 

Guergour: douar de la commune mixte de Takitount, arr. Bougie, dép. Constantine; 2,193 hect. ; 875 ind. ; à 4 k. de Périgotville et à 31 k. de la gare de Sétif ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

 

Guergour: fraction de la tribu du même nom, rattachée à la commune  d’Aïn-Roua, arr. Sétif, dép. Constantine ; 400 hect. ; 218.ind. 

 

 

 

Guern-Amar: douar de la commune mixte de Meskiana, arr. et dép. Constantine; 18,670 hect. ; 1,439 ind. ; à 16 k. de Meskiana et à 30 k. d’Aïn-Beïda ; céréales, forêts (9,234 hect.) ; élevage : moutons, chèvres. . 

 

 

 

Guerrara: ksar et oasis de la commune indigène d’El-Goléa, annexe de Ghardaïa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 3,503 ind. ; à 89 k. de Ghardaïa, à 150 k. de Touggourt et à 283 k. de Laghouat ; pos. à Ghardaïa ; oasis de 30,000 palmiers; commerce de tissus de laine. 

 

 

 

Guerrouaou: douar de la commune mixte de Renault, arr. Mostaganem, dép. Oran : 1,814 ind. ; 7,130 hect : à 15 k. de la gare de Saint-Aimé; céréales ; élevage : bœufs, moutons. 

 

 

 

Guerrouma: douar de la commune mixte de Palestro, à 30 k., dép. Alger ; 11,298 hect. ; 5,662 ind., 57 eur. ; mine de zinc en exploitalion ; céréales, oliviers. 

 

 

 

Guertoufa: douar de la commune mixte de Tiaret, à 20 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 24,442 hect.; 3,298 ind. ; céréales, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres 

 

 

 

Guertoufa: village de la commune mixte de Tiaret, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 8 k. de Tiaret et à 8 k. de Takdempt ; pos., télégr. à Tiaret; 299 hab., dont 48 étrangers; céréales, vigne, forêts; élevage: bœufs, moutons ; carrière de pierre à plâtre à la Montagne-Carrée. 

 

 

 

Guessibat: mechta de la commune  d’Arzew, dép. Oran; 38 ind., 162 esp. 

 

 

 

Guethna (La): fraction de la commune  de Dublineau, arr. Mascara, dép Oran: 62 hab.; station chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 9 k. de Dublineau, et groupes de fermes; culture de la vigne (220 hect.). 

 

 

 

Guettara: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; 4,830 hect. ; 3,103 ind: : à 70 k. d’El-Milia, à 25 k. de Constantine et à 15 k. de Bizot; céréales, sorgho, maïs; forêt de chênes-liège des Mouïa, à l’Etat ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres; trois moulins à farine. 

 

 

 

Guettar-el-Aïech: chef-lieu de commune, arr., dép. Constantine, à 18 k.; gare la plus proche : El-Guerrah, à 9 k.: pos.,télégr. à El-Guerrah; pop. 37 franc., 1,688 ind.; terres fertiles; blé, orge, élevage du bétail ; gisements de phosphates. 

 

 

 

Gueuzet-Guergour: village indigène  du douar Ikhelidjene, commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine; école. 

 

 

 

Guiard (anc. nom : Aïn-Tolba): village de la commune d’Aïn-Khial, à 8 k., dép. d’Oran: pos., télégr. à Aïn-Temouchent ; gare la plus proche : Aïn-Temouchent, à 15 k. ; eau abondante ; terrain accidenté ; céréales, vigne (214 hect.); 274 hab. 

 

 

 

Guidjal: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine; à 20 k. de. Saint-Arnaud et à 16 k. de Sétif; 8,895 hect.: 3,172 ind.; céréales, élevage des chevaux et moutons. 

 

 

 

Guillaumet: centre en projet, de la commune mixte d’Ammi-Moussa, arr. Mostaganem, dép. Oran : gare la plus proche : Sidi-Mohamed-ben-Aouda, à 45 k. 

 

 

 

Guirès (anc. tri. des Ouled-bel-Haïa): douar de la commune mixte de Zemmora, à 45 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 9,715 hect. ; 1,419 ind. ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

 

Guyotville: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 15 k. ; station chemin de fer sur route Alger-Coléa ; pos., télégr. : pop. franc, et naturalisés 972, esp. 908, ita. 840, divers 32, ind. 68, total 2,820 hab. ; climat très sain, belle situation, terres excellentes ; grande culture des primeurs et particulièrement du raisin chasselas pour l’exportation ; vigne (850 hect.), vin réputé; grand commerce de primeurs ; eau abondante et de bonne qualité.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
  
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 



La Quête de Ramadan et ses Acteurs

18052018

 

 

 

 

 

Le ramadan est par excellence le temps de l’entraide sociale, de la compassion, de la charité. Tout musulman doit redistribuer une partie de ses biens, qu’il tient de la générosité divine, par le biais de l’aumône (zekat). L’une est obligatoire et doit être réalisée durant l’année, mais, si ce n’est pas le cas, peut être distribuée au début de la période de jeûne. L’autre est spontané (sadaka). Elle est d’une certaine façon un moyen de se racheter des écarts de conduite, actions blâmables et autres manquements aux obligations canoniques pendant la durée du jeûne, voire pendant l’année.

 

 

 

En Turquie, outre les repas offerts aux pauvres, la tradition enregistre l’existence de tournées de quête. Elles sont moins le fait de mendiants, que de personnages appartenant aux institutions locales. C’était d’ailleurs également le cas en Europe au XIXe siècle où les tournées étaient effectuées au moment du Cycle des Douze jours (Noël et Nouvel An), aux jours Gras, carême-prenant, mercredi des cendres, mi-carême, par le facteur rural, le garde champêtre, le sonneur de l’église, les enfants de chœur ; toujours des mâles car la quête est strictement masculine, elle a pour objet d’obtenir des dons en argent ou en nature (victuailles, pièces de monnaies). On le mentionne, car les quêtes de Turquie, tant urbaines que villageoises, quoique tout à fait originales par bien des aspects, procèdent en gros d’un esprit comparable.

 

 

 

 

 

La Quête de Ramadan et ses Acteurs  dans Coutumes & Traditions 1521984392-tulumbaci-1-1017x5162

 

 

 

 

 

Le premier acteur de la quête est le Veilleur (bekçi). Le voyageur ottoman Evliya Tchélébi (1611 – 1679) rapporte qu’en l’an 1638 on en comptait douze mille dans les rues d’Istanbul. Même si le chiffre est exagéré (il y en avait sans doute dix fois moins), il dit assez la quantité. Il y a bien sûr plusieurs bekçi par district urbain. C’est que le Veilleur est l’homme à tout faire du quartier.

 

 

 

D’abord, la nuit, il veille et arpente les rues, frappant les pavés de l’extrémité ferrée de son bâton de chêne. Un coup, il est une heure, deux coups deux heures. Certains ajoutent à voix forte : « Voici qu’il est une heure ! » (saatler bire geldi). Les plus vaillants annoncent la demie, parfois même le quart. Pour nombreux citadins qui ne disposent pas d’une horloge, c’est un bon moyen de savoir l’heure (ce qui est indispensable au moment du ramadan).

 

 

 

Puis, le rôle du Veilleur est d’assurer la sécurité des biens contre le vol et l’incendie. S’il rencontre un maraudeur, quelqu’un qui tente de s’introduire dans une maison, le Veilleur l’arrête et le remet à la police. Enfin dans le meilleur des cas. Car face aux bandes de tire-laines (kaldırımcı), happe-bourses (mantarcı) et coupe-jarrets (karmanyolacı) qui hantent les rues sombres et tortueuses de la capitales, il a de bonnes chances de recevoir un coup de couteau ou une balle (la police de l’époque n’est d’ailleurs pas mieux lotie). Un incendie ce déclare-t-il, qu’il intervient aussitôt. Il court chercher à la taverne les pompiers volontaires (tulumbacı). Ces derniers en effet n’ont pas de caserne, mais déambulent dans les rues.

 

 

 

 

Garant de l’ordre public et des bonnes mœurs, le Veilleur connait tout le monde dans le quartier. Dans la journée, moyennant compensation, il va chercher de l’eau au puits pour les vieillards isolés et les veuves, accompagne les enfants à l’école. En échange de quelques pièces, il fend le bois pour l’hiver. Il est à la porte de toutes les fêtes, circoncisions, mariages, décès, frappant son bâton par terre à l’arrivée de chaque invité pour prévenir les hôtes, montant la garde près des chaussures déposées à l’entrée.

 

 

 

Bien souvent les Veilleurs sont d’origine rurale, anatolienne, venant de Harput, Malatya, Van. Parfois ce sont des Kurdes. Ils sont en général d’âge moyen, autour de la quarantaine : pas trop jeunes, pas trop vieux.  Il faut tenir le coup toute la nuit et marcher pendant des heures. Dans le froid de l’hiver, la chaleur de l’été. Il faut parfois faire le coup de poing.

Certains glissent dans leur ceinture un kandjar, poignard à longue lame. Vêtus en tous temps d’une blouse et d’un pantalon bouffant court noué sous les genoux pour ne pas entraver la marche, de longues chaussettes blanches montantes, la taille ceinte d’une large ceinture, le dos couvert d’un ample manteau, ils ont sur la tête soit un énorme bonnet, soit un fèz rouge entouré d’un volumineux turban. Ils doivent être de bonne vie et mœurs, car ils contrôlent finalement l’intimité des gens.

Particulièrement la moralité des femmes, sur la recommandation de leur mari. Il leur faut aussi veiller à ce que des prostituées ne viennent pas s’installer dans leur quartier.

 

 

 

 

Chaque maisonnée les paie mensuellement en monnaies ou en nature. On leur fournit des vivres ou du charbon pour l’hiver. Mais c’est au moment du ramadan qu’ils recueillent le plus d’argent. Ils vont de porte en porte, appelant chacun par son nom, égrenant louanges, bons souhaits et vœux. Mais malheur à qui ne donnerait pas, car alors les menaces sont immédiates.

 

 

 

Les Veilleurs n’ont pas de statut officiel et se fondront progressivement au début du XXe siècle dans les auxiliaires de police.

 

 

 

 

L’accessoire principal de la quête de ramadan est le tambour (davul). Au cas où il ne maîtrise pas cet instrument, le Veilleur peut se faire accompagner d’un musicien qualifié : le Tambour (davulcu). Le davul est suspendu à l’épaule gauche par une large lanière et pend en-dessous de la taille, de manière à pouvoir être soutenu par le genou gauche. Ce tambour vertical est en effet volumineux et pesant, mais il est aussi très sonore. Son fût est décoré de lanières et de bandelettes de couleurs vives. On le frappe avec un maillet (tokmak) ou une baguette (çubuk).

 

 

 

Le mot davul est fort ancien, puisque déjà attesté chez les Sumériens et les Akkadiens. Il provient d’une antique racine onomatopéique TAB qui dénote un bruit puissant. Les Parthes et les Sogdiens transmettent le mot et la chose aux Turks de la steppe. Le tambour fait retour en Anatolie dans les bagages des sultans seldjoukides puis ottomans. Evliya Tchélébi affirme que le premier monarque à avoir fait utiliser le davul par sa garde impériale est Orhan Gazi (1326 – 1359), mais le tambour de guerre est bel et bien attesté chez les Turks d’Asie Centrale dès le VIIIe siècle , et présent sans interruption jusqu’aux temps modernes.

A noter que le tambour de ramadan a en effet été interdit momentanément en 1927 par les autorités républicaines. On reprochait aux Veilleurs d’être bruyants, rétrogrades et inefficaces. Ou comment un bon vieux rituel sanctionné par le temps se transforme en tapage nocturne !

Moustapha Kemal Atatürk n’a pas été tendre avec ce vestige du passé ottoman, pas plus qu »avec les autres.

 

 

 

 

Le dernier acteur de la quête de ramadan, c’est le Compère. C’est un ami du Veilleur, qui va lui servir de faire valoir. Il est toujours présenté de façon ridicule, attirant sur lui les quolibets et les lazzis. La quête se déroule au milieu du vacarme divers de la rue : cris des enfants qui trépignent autour des quêteurs, aboiements des chiens, interpellations depuis les étages, échange de salamalecs, mais aussi parfois moqueries et invectives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘F’

16052018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faidherbe et Chevreul: centre de création récente, commune mixte de Takitount, arr. Bougie, dép. Constantine, dont le territoire se confond avec celui de Chevreul. 

 

 

Farfar: fraction de tribu et cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 680 ind. 

 

 

Fedala: village indigène du douar Ouled-Sidi-Brahim, commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; gare la plus proche : Les Portes-de-Fer. 

 

 

Fedène-Sebah: fermes importantes de la commune de Tlemcen, dép. Oran. 

 

 

Fedjana: village de la commune de Cherchel, dép. Alger, entre Marengo et Zurich, sur la rive droite de l’oued El-Hachem ; distance d’Alger: 98 k. 

 

 

Fedj-el-Arba: caravansérail sur la route de Djidjelli à Cons- tantine, à39 k. de Mïla. 

 

 

Fedj-el-Kramis: caravansérail, sur la route de Djidjelli à Constantine, à 43 k. de Djidjelli. 

 

 

Fedj-Moussa: douar de la commune  d’Herbillon, arr. Bône, dép. Constantine ; 10,372 hect. : 1,948 ind. ; céréales, pâturages abondants, forêts de chênes-liège ; élevage du bétail. 

 

 

Fedj-M’zala: chef-lieu de la commune mixte du même nom, arr. et dép. Constantine; gares les plus proches : Saint-Donat, à 45 k., Mechta-Châteaudun, à 51 k.; pos., télégr.; 179 hab. ; le siège de la justice de paix est au village de Tiberguent. 

 

 

Fedj-M’zala: nom d’une commune mixte, arr. et dép. Constantine ; sup. 138.080 hect, ; pop. : 493 eur., 63,793 ind. : eau abondante, pays sain et, fertile ; forêts de chênes divers ; céréales, vigne (93 hect,), oliviers sur certains points ; arbres fruitiers : 4,282 amandiers, 11,782 grenadiers, 30,200 figuiers, noyers, câpriers; élevage : chevaux 1,942, mulets 3,982, bœufs 16,753, moutons 67,464, chèvres 45,650 ; carrière de pierre  à plâtre dans la tribu des Ferdjioua ; mine de zinc à Bou-Cherf. 

 

 

Fedjoudj: douar de la commune de Kellermann, arr. Guelma, dép. Constantine ; 4,361 hect. ; 2,671 ind.; forêt de chènes-liège. 

 

 

Fekan: douar de la commune mixte de Mascara, dép. Oran : 8,093 hect. ; 1,612 ind., 28 eur. ; à 12 k. de la gare de Tizi : céréales. 

 

 

Félix-Faure (V. Blad-Guitoun, ancien nom). 

 

 

Femme Sauvage (Ravin de la): Ravin qui s’étend du Ruisseau (partie de la commune d’Hussein-Dey), au village de Birmandreïs, sur une longueur de 4 k. ; lieu plein d’ombre et de fraîcheur ; promenade recherchée des Algérois; nombreuses maisons de campagne; café-restaurant dit de : La Femme-Sauvage. 

 

 

Fenaïa: douar de la commune mixte de Soummam, arr. Bougie, dép. Constantine : 5,230 hect. ; 7,735 ind. : à 15 k. de Sidi-Aïch et à 6 k. d’El-Kseur ; pos. à la Réunion : céréales, figuiers, oliviers, caroubiers, forêt de chênes-liège et de chênes-zéens. 

 

 

Feraguig: douar de la commune mixte  de Mascara, dép. Oran ; 2,843 hect, ; 1,141 ind. (anc. tri. des Beni-N’cigh), à 12 k. de Perrégaux : céréales, figuiers ; élevage du bétail. 

 

 

Ferahna: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine : 2,010 ind. 

 

 

Ferdjane: fraction de la tribu des Achèche, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Bafna), dép. Constantine : 911 ind. 

 

 

Ferdjioua: bordj de la commune mixte  de Fedj-M’zala, arr. et dép. Constantine ; carrière de pierre à plâtre ; source d’eaux sulfureuses. 

 

 

Ferdouah: fraction indigène de la commune de Sidi-Merouane, arr. et dép. de Constantine, à 8 k. de Mila. 

 

 

Ferkane: ksar, oasis et cheïkhat de la commune indigène et du cercle de Tébessa (sub. de.Batna), dép. Constantine; 646 ind. ; à 15 k. Nord-Ouest de Negrine ; culture de l’olivier, commerce d’huile et de dattes avec les caravanes du Djerid (Tunisie). 

 

 

Fermatou: village  de la commune de Sétif, à 6 k., sur la route de Sétif à Bougie ; pos., télégr. à Sétif ; 982 hab., y compris la partie du douar Chabia : céréales, culture maraîchère : carrière de calcaire gris-bleuâtre pour pierres de taille. 

 

 

Ferme (La): village de la commune d’Orléansville, à 500m,dép. Alger: pop. agglomérée, 854 hab.: pop. éparse, 577 hab. ; céréales, vigne, arbres fruitiers. 

 

 

Ferme-Blanche: arrêt du chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 42 k d’Arzew et à 9 k. de Perrégaux ; centre principal de l’exploitation du Domaine de l’Habra et de la Macta ; ce domaine constitue la plus vaste exploitation de l’Algérie; sup.: 
24,698 hect., dont 5,000 hect. céréales, 18,000 hect. pâturages, 450 hect. vigne, 100 hect. orangeries,. 50 hect. jardins maraîchers; belles plantations d’eucalyptus, peupliers et frênes; jumenterie importante ; 191 ind., 965 esp. 

 

 

Ferme de l’Union: ferme importante, à 3 k. de Saint-Denis-du-Sig, dép. Oran ; 1,750 hect. céréales et 50 hect. vigne. 

 

 

Ferme Dufourg: arrêt chemin de fer Constantine à Biskra, à 10 k. d’El-Outaïa et à 17. k. de Biskra.

 

 

Ferradja: douar de la commune mixte de Saint-Lucien, à 36 k., arr. et dép Oran: 8,416 hect.; 1,266 ind., 65 eur. ; céréales, oliviers, vigne, forêts, élevage du bétail. 

 

 

Ferroukha: douar de la commune de Souma, dép. Alger : 2,222 hect. : 4,313 ind. 

 

 

Ferry (anc. nom : Oued-Djemaâ):  village de la commune mixte de Zemmora, arr. Mostaganem, dèp. Oran ; à 12 k. de Zemmora et à 13 k. de Retizane ; pos., télégr. à Relizane ; 265 hab.; gare la plus proche : Les Salines, à 3 k. ; céréales, un peu de vigne  élevage du bétail. 

 

 

Fesdis et Kessaïa: hameau de la commune de Batna, à 10 k., dép. Constantine; arrêt chemin de fer Constantine à Biskra ; pos., télégr., à Batna; 147 hab. ; céréales, vigne. 

 

 

Fesguia et Lacs: hameau de la commune d’Aïn-M’lila, à 8 k., dép. Constantine ; station de remonte, bordj, moulin hydraulique ; lacs très poissonneux ; 35 hab. 

 

 

Figuier (Le) (V. Valmy, nom nouveau). 

 

 

Filfila (V. Arb-Filfila). 

 

 

Filiache: fraction et, cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine: 707 ind. 

 

 

F’krina: douar de la commune mixte  d’Oum-el-Bouaghi, arr. et dép. Constantine: 17,925 hect.; 2,279 ind. ; à 20 k. de Canrobert ; céréales, élevage des moutons. 

 

 

Flatters: village de la commune mixte de Ténès, à 29 k., dép. Alger ; gare la plus proche : Orlèansville, à 41 k., pos. à Orlèansville, télégr. ; pop. 308 hab. ; céréales, vigne (75 hect,). 

 

 

Fleurus: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran, à 21 k. ; station chemin de fer d’Oran à Arzew ; pos., télégr. ; pop. 989 hab. ; village 989, dont 315 franc,, 525 esp., 149 ind. ; céréales, vigne (496 hect.) ; carrières de pierre à plâtre très importantes. 

 

 

Flissa-M’kira: douar de la commune mixte de Dra-el-Mizan, arr. Tizi- Ouzou, dép.Alger ; 5,435 hect. 7,311 ind. ; école : pépinière communale : à 16 . de Dra-el-Mizan, à 6 k. de Tizi-R’niff et à 16 k. de la gare des Issers ; céréales. 

 

 

Fodda (ancienne tribu des Attafs): douar dont le territoire est réparti : commune de Carnot, 445 hect., 1,506 ind. :  commune d’Oued-Fodda, 8,079 hect., 1,397 ind. 

 

 

Foës (Les): fraction indigène du village de Belle-Fontaine, dép. Alger. 

 

 

Fondouk: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 32 k. ; gare la plus proche : Maison-Blanche, à 10 k. ; pos., télégr.: pop. 4,982hab.: vil. 600, franc. 468, esp. 326, ind. 4,121, divers 68 ; céréales, vigne (390 hect.), tabac, culture maraîchère ; fabriques de crin végétal et d’huile : élevage très développé : mulets, bœufs, moutons ; marché important ; à 7 k., barrage, dit du Hamiz, pouvant retenir 14 millions de mètres cubes d’eau servant à arroser la partie de la plaine de la Mitidja, comprise entre Fondouk 
et la mer. 

 

Douar : Arbatache (partie), 3,816 hab. 

 

 

Fontaine (Bains): arrêt chemin de fer sur routes d’Alger à Coléa, à 10 k. d’Alger. 

 

 

Fontaine-Chaude: hameau de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, dép. Constantine ; â 32 k. de Batna ; arrêt du chemin de fer Constantine-Biskra ; 15 hab. ; très bons pâturages; élevage des bestiaux : bœufs, moulons ; moulin. 

 

 

Fontaine des Gazelles: oasis à 37 k. de Biskra, dép. Constantine ; arrêt chemin de fer Constantine à Biskra ; palmiers-dattiers, arbres fruitiers. 

 

 

Fontaine du Génie: village de la commune mixte de Gouraya, dép. Alger à 165 k., sur le bord de la mer ; distance de Cherchel, 14 k. ; gare la plus proche : Marengo, à 44 k. ; pos. télégr. à Novi ; 118 hab. céréales, vigne (125 hect.) ; carrière de pierre pour pavés : mines de fer d’Aïn-Sardouna, 6 à k. Ouest-Sud-Ouest et à l’Oued-Messelmoun à 2 k. 

 

 

Fornaka: hameau de la commune de La Stidia à 13 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; gares les plus proches : La Macta et Debrousseville : pos., télégr. à Mostaganem ; pop. 360 hab. ; céréales, vigne ; fabriques de crin végétal. 

 

 

Fortassa (nom nouveau : Uzesle-Duc): hameau de la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, â 54 k., dép. Oran, à 169 k. : station chemin de fer Mostaganem à Tiaret ; télégr. à la gare, pos. â Retizane : 475 hab.; eau abondante ; céréales, un peu de vigne : marché important pour grains et bestiaux. 

 

 

Fort-de-I’Eau: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 18 k. ; gare la plus proche : Maison-Carrée, à 7 k.; pos., télégr. ; pop. 2,386 hab.; vil. 1,122; franc, 217, naturalisés 300, esp, 1,144, ind. 671, divers 54 ; climat très sain, site superbe, station 
balnéaire très fréquentée, hôtel de 1er ordre, casino, nombreuses villas; la principale culture est les primeurs : artichauts, haricots verts pour l’exportation; vigne (483 hect.); services fréquents de voitures et de bateaux d’Alger à Fort-de-l’Eau. 

 

 

Fort-Génois: carrière de calcaire gris à grains fins, sur le bord de la mer, à 9 k. environ du port de Bône, par la mer; la carrière, qui est desservie par un chemin de grande communication de 10 k., fournit surtout des moellons qui reviennent à 4 f r. 50 le mètre cube à Bône. 

 

 

Fort-Lallemand (V. Hassi-ben-Heïrane). 

 

 

Fort-Mac-Mahon (V. Hassi-el-Homeur-). 

 

 

 

Fort-Miribel (V: Hassi-Chebaba). 

 

 

Fort-National: chef-lieu de commune, arr. de Tizi-Ouzou, à 27 k., dép. Alger, à 131 k. : gare la plus proche : Tizi-Ouzou ; pos., télégr., justice de paix ; pop. du vil. : 353 hab., non compris la garnison qui est de 600 hommes ; place forte importante dans la Kabylie, garnison, hôpital militaire ; altitude : 512 mètres ; céréales, vigne (93 hect.), oliviers, figuiers ; marché kabyle important. : blé, orge, bestiaux, figues, laines, fruits divers, etc. ; promenades charmantes aux environs. Fract, ind.: Aït-Akerma et Aït-Irdjen, du douar Oussameur. 

 

 

Fort-National: nom d’une commune mixte, dont le siège est à Fort-National (ville) ; sup. 33,789 hect. : pop. 158 eur., 55,538 ind. ; céréales, oliviers, figuiers, vigne en treille ; élevage : 4,700 bœufs, 3,958 moutons, 804 mulets. Les indigènes , très industrieux, fabriquent des couteaux, de la bijouterie, des tapis et burnous en laine ; instruction très développée par la création de  nombreuses écoles kabyles-françaises ; climat tempéré. 

 

 

Foughal: douar de la commune de Gouraya, dèp. Alger : 3,820 hect. ; 1,700 ind. 

 

 

Foughalla: oasis du cheïkhat El-Amri et Foughalla, de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), à 46 k. de Biskra. 

 

 

Fouka: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 40 k.; gare la plus proche : Coléa, à 4 k. : pos., télégr. ; pop. : 1,243 hab.: vil. 843; franc 659, ita. 240, ind. 308 : climat très sain ; céréales, vigne (978 hect.), culture maraîchère. 

 

 

Fouka-Marine: hameau de la commune de Fouka, sur le bord de la mer ; belle plage très fréquentée ; 108 hab., dont 48 esp. 

 

 

Foy (anc. nom : Sidi-Nassar): village de la commune de Jemmapes, à 4 k., arr. Philippeville, â 35 k., dép. de Constantine ; pos., télégr. à Jemmapes ; 105 hab. ; céréales, vigne (245 hect.), chênes-liège ; culture maraîchère; à 2 k. du village, eaux salines d’Oued – Hamimin ; petit établissement thermal. 

 

 

Fradha: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 566 ind. 

 

 

Frais-Vallon: village à 3 k. d’Alger, entre les pentes abruptes de la montagne Bouzaréa, qui mérite son nom par l’agréable température qui y règne constamment. De coquettes villas s’abritent à l’ombre de ses riants vergers, au bord du ruisseau. 

 

 

Franchetti: village de la commune mixte de Saïda, à 21 k., arr. Mascara, dép. Oran, à 175 k. ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier ;. télégr. à la gare, pos. à Saïda; pop. 135 franc., 238 esp., 35 ind., 3 isr, ; céréales, vigne (90 hect.), légumes, fruits ; 
commerce de bois et charbon ; source sulfureuse d’Aïn-el-Hammam, à 12 k.; mine de fer, carrière de grès fin, tuilerie mécanique, ruines romaines. 
 

 

 

Fraoucen: douar de la commune de Mekla, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger: 2,953 hect.: 7,479 ind.

 

 

Fréha: village de la commune mixte du Haut-Sebaou, arr. Tizi-Ouzou, à 35 k., dép. Alger, à 135 k. ; à 6 k. d’Azazga ; gare la plus proche : Tizi-Ouzou ; télégr. municipal, pos. à Tizi-Ouzou ; 79 hab. ; céréales, vigne, sorgho ; élevage et engrais du bétail.

 

 

Frenda: chef-lieu de la commune mixte du même nom, arr. Mascara, à 105 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Tiaret, à 56 k. ; pos., télégr., justice de paix, poste militaire ; 1,922 hab. ; 713 eur., 1,209 ind. ; altitude 1,170m ; marché important pour laines,
moutons, bœufs, chevaux, tapis et couvertures arabes.

 

 

Frenda: nom d’une commune mixte, arr. Mascara, dép. Oran : sup. 280,676 hect. ; pop. 24,510 hab. ; 682 franc, 320 esp., 330 marocains, 212 isr., 22,900 ind. ; céréales, vigne (123 hect.), forêts importantes ; élevage : chevaux, bœufs, moutons ; la 
commune nourrit, 533,000 moutons, 2,252 chevaux, 63,180 chèvres, 8,460 bœufs, 434 chameaux ; fabrication de tapis, couvertures, burnous arabes; marché le jeudi à Frenda, le mercredi â Tagremaret, le dimanche à Djilali-ben-Amar.

 

 

Fretis: caravansérail sur la route de Bossuet à Asla, à 60 k. d’El-Amra, dép. Oran.

 

 

Frikat: douar de la commune mixte de Dra-el-Mizan, arr. Tizi-Ouzou,. dép. Alger, à 10 k. de Boghni et à 8 k. de Dra-el-Mizan ; 2,934 hect. : 4,081 ind. : école ; oliviers, figuiers.

 

 

Frikat: douar de la commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; 3,182 ind. ; à 7 k. de Colbert ; céréales ; élevage : bœufs, moutons, chevaux ; lac salé.

 

 

Froha: douar de la commune mixte de Mascara, dép. Oran ; 8,105 hect. ; 2,053 ind., 30 eur. ; gare la plus proche : Froha ; céréales.


 

 

Froha: village de la commune mixte de Mascara, à 11 k. ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier ; pos. à Thiersville ; 292 hab. ; céréales, vigne (65 hect.).

 

 

Fromentin (anc. nom : Tadjena): village de création récente, commune mixte de Ténès, arr. Orlèansville, dép. Alger; â 32 k. de Ténès (par Cavaignac), à 14 k. de Cavaiguac et à 12. k. des Trois-Palmiers : gare la plus proche : Orlèansville, à 39 k. ; pop. 94 hab. ; céréales,. un peu de vigne.

 

 

Ftaït et Abadlia: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 480 ind.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
   
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Consentement à la Guerre (1914 – 1918)

14052018

 

 

 

 

 

 

Ce concept semble tout à fait étranger à la société actuelle qui, marquée par plusieurs décennies de paix et de pacifisme dominants, pense que les contemporains de 1914 n’ont pu que réagir à sa manière.  Rappelons une chose toute simple : lorsque les Français ou les Allemands partent à la guerre, ils ignorent par définition l’ampleur des pertes à venir. On ne reconstitue pas le passé en fonction de ce que l’on en sait aujourd’hui. C’est là tout ce qui oppose la mémoire et l’histoire. 

 

 

 

Parmi les signes de ce consentement à la guerre, il s’en trouve un particulièrement parlant. Les autorités militaires françaises s’attendaient à un taux de désertion important au moment de la mobilisation. La propagande socialiste et pacifiste semblait s’organiser et prendre de l’ampleur. L’état-major misait sur un taux de désertion de l’ordre de 13% des mobilisés, ce qui aurait constitué un refus très massif et assumé de la guerre, sachant les risques encourus par les déserteurs. Au lieu de cela, c’est un taux de désertion réel d’un peu plus de 1.5% que connaissent les armées françaises. Preuve que le patriotisme défensif était alors très présent dans les esprits.  

 

 

 

Autre symbole fort de consentement à la guerre : le taux de désertion est aussi particulièrement bas dans les armées multinationales (Autriche-Hongrie, Russie). Les minorités ethniques ne saisissent pas l’occasion de la guerre pour manifester leur désaveu d’in régime honni.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consentement à la Guerre (1914 - 1918) 1521899367-files20110116072120 

Dans le camp militaire de La Courtine, un commandant de l’armée russe tente de raisonner les soldats mutins.

 

 

 

 

 

Cependant, il existe actuellement, dans l’historiographie française de la Grande Guerre, deux tendances opposées qui ne voient pas le consentement à la guerre du même œil. Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker et les chercheurs associés au Centre de l’Historial de Péronne voient dans ce consentement, aussi bien de la part des civils que des combattants, une des clefs de lecture essentielles de la culture de guerre. En revanche, pour Frédéric Rousseau (Centre d’histoire de Montpellier), les soldats ont été constamment contraints de mener cette guerre, menacés par leurs supérieurs. Point de patriotisme défensif dans cette seconde vision, mais la crainte de la répression comme moteur des comportements militaires, et ce que Frédéric Rousseau nomme la « culture du troupeau ».  

 

 

 

Sans nier la dimension de contrainte, prévue d’ailleurs par tous les règlements militaires de l’époque, il convient de la relativiser et surtout de la comprendre comme la comprenaient les soldats de 1914 – 1918. Sur l’ensemble du front français, 6 000 gendarmes ne sauraient constituer une contrainte suffisante à plusieurs millions de soldats mobilisés. Le rôle des sergents ‘serre-file’ (dont il est dit explicitement dans les règles militaires de l’époque qu’ils doivent tirer sur tout soldat refusant de monter à l’assaut) ne constitue pas forcement une contrainte essentielle. Les sergents vivent au contact de leurs hommes et n’ont que peu d’intérêt à se désolidariser d’eux, sinon d’être victimes d’une ‘balle perdue’ ! Bien entendu, pour reprendre l’expression de Nicolas Offenstadt,« de nombreux témoignages attestent cependant de l’efficacité du discours disciplinaire ». 

 

 

 

La synthèse entre les deux interprétations actuelles peut donc suivre les grandes lignes d’explications suivantes. La contrainte qui s’exerce sur les combattants est bien réelle. Mais ce n’est sans doute pas celle de la menace directe : il s’agit surtout d’une contrainte intériorisée qui révèle une société de l’époque infiniment plus hiérarchique que celled’aujourd’hui. Les mobilisés sont encore majoritairement des paysans ou des catégories sociales habituées dans leurs pratiques sociales civiles quotidiennes à la discipline et au respect du supérieur. La société militaire ne fait que renforcer des comportements déjà présents dans leur vie civile. 

 

 

 

Un thème important semble avoir été minoré ces dernières années pour expliquer les comportements des soldats. Cette explication a pourtant été avancée précocement par certains acteurs, notamment 

Maurice Genevoix ou Charles Delvert : il s’agit de la « professionnalisation » progressive des combattants de part et d’autre du front. Ceux qui survivent aux combats deviennent au fil du temps et de l’expérience des professionnels de la guerre, qui en ont appris les ficelles pour y survivre plus probablement. 

Marc Boch a donné son avis d’expert sur ce sujet : « le courage militaire est certainement très répandu. Je ne crois pas exact dire, comme on le fait parfois, qu’il est facile.Non pas toujours, à dire vrai, mais souvent, il est le fruit d’un effort. Effort qu’un homme sain obtient sans douleur de soi-même, et qui devient rapidement une habitude. » 

 

 

 

 

Un ultime argument permet de rendre compte du consentement à la guerre : le quotidien du combattant, fort heureusement pour lui, n’est pas fait que de combat.Loin s’en faut. La guerre c’est aussi le service en compagne, l’entraînement et le travail, qui sont certes subis comme un pensum mais constituent autant de proches d’oubli permettant au soldat de se reconstruire partiellement entre chaque ‘coup dur’ . 

 

 

 

En dernier lieu, il ne faut pas nier la culture de haine qui anime les soldats des deux camps lorsque le combat se rapproche, qu’ils peuvent identifier l’adversaire, surtout s’ils ont subi de lourdes pertes par bombardements peu de temps auparavant.  

Comment comprendre, sinon, le sacrifice consenti des combattants de Verdun qui n’avaient plus de chefs pour les commander, pas de gendarmes pour les contraindre et qui, cependant, du Bois des Caures aux Fossés de Vaux, ont tenu à combattre jusqu’au bout, avec rage et parfois plaisir de tuer,  même si ce dernier est rarement reconnu pas les témoignages empreints de pacifisme de l’entre-deux-guerres. 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
   
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Les communes d’Algérie 1903 / en ‘E’

12052018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eaux-Chaudes: station chemin  de fer Arzew à Duveyrier, à 13 k. de Saïda, dép. Oran. 

 

 

Eckmuhl: faubourg de la ville d’Oran ; 4,819 hab. ; quartier industriel desservi par les tramways électriques. 

 

 

Eddis: ksar de la commune indnigène et du cercle de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger ; école ; oasis de palmiers-dattiers. 

 

 

Ettough: nom d’une commune mixte, arr. Bône, dép. Constantine,. dont le siège de l’administration est à Bône ; sup. 99,147 hect. : pop. 310 eur., 20,284 ind. : céréales, vigne (101 hect.), tabac, forêts de chênes-liège très étendues (37,275.hect.) en active exploitation ; mines de zinc et de cuivre à Aïn-Barbar ; élevage du bétail : 672 chevaux, 597 mulets, 15,965 bœufs, 11,600 moutons, 8,190 chèvres. 

 

 

Edough ou Sainte-Croix-de l’Edough: hameau de la commune de Bugeaud, arr. Bône, dép. Constantine : à 1 k. 500 dé Bugeaud et à 15 k. de Bône ; 584 hab., dont 62 étrangers : centre forestier important. 

 

 

Ed-Radna: fraction de tribu rattachée à la commune de Douera, dép. Alger ; 500 ind. 

 

 

Eguishem (V. Bou-Malek, ancien nom). 

 

 

El-Abiodh-Sidi Cheïkh: tribu,  ksour et caïdat de la commune mixte du cercle de Géry ville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 1,960 ind., 118 eur. Le ksar est situé à 104 k, environ de Géryville, à 154 k. d’El-Goléa par Hassi-bou-Zid et à 180 k. par Oum-el-Hadjadj ; à 110 k. d’Aïn-Sefra ; poste militaire, hôpital spécial pour les indigène ; oasis ; position géographique : longitude occidentale en arc 1° 46’6″, latitude boréale 32° 53′ 8″ ; marché franc. 

 

 

El-Achéchia: village indigène de la commune  de Sétif, dép. Constantine ; 476 hab.; céréales. 

 

 

El-Achir: village de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 12 k. de Bordj-bou-Arréridj et à 82 k. de Sétif ; station chemin de fer Alger-Constantine ; pos. à Bordj-bou-Arréridj, télégr. à la gare; pop. 78 eur., 205 ind. ; céréales, vigne, alfa, élevage du bétail. 

 

 

El-Achour: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 12 k. ; pos. à Draria : 256 franc. 132 esp.; céréales, vigne (500 hect.), vin recherché, fourrages : élevage du bétail. 

 

 

EI-Ader: village indigène du douar Bou-Hamdane, commune mixte d’Oued-Cherf, arr. Guelma, dép. Constantine ; école. 

 

 

El-Adjeraf: douar de la commune  d’Orléansville, dép. Alger ; 7,552 hect. ; 3,109 ind. 

 

 

EI-Adjiba: village de la commune mixte de Beni-Mansour, dép. Alger ; station chemin de fer Alger-Constantine à 14 k. de Maillot et à 151 k. d’Alger : télégr. à la gare ; 68 hab., dont 41 franc. ; céréales, fourrages ; élevage : bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

El-Adjissa ou Adjissa: village indigène du douar Ras-Tala-Tinzar, commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine; école. 

 

 

EI-Affroun: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 69 k. ; station chemin de fer Alger-Oran; gare tète de ligne chemin de fer sur roules d’EI-Affroun à Marengo : pos., télégr., téléph. ; 3,329 hab. : vil. 1,317 : franc. 654, esp. 369, ind. 2,208 ; céréales, vigne 
(268 hect.), oliviers; carrière de pierre: fabriques de crin végétal. 

Douar rattaché à la commune : Oued-Djer, 1,989 ind. 

 

 

El-Akbia: douar de la commune mixte  d’El-Milia, arr. et dép. Constantine; 1,596 hect. ; 1,151 ind. ; à 28 k. d’El-Milia et à 65 k. de Constantine ; céréales, arbres fruitiers, notamment orangers, citronniers, grenadiers ; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et les particuliers ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres ; mines de zinc, plomb et autres métaux connexes. 

 

 

EI-Alef: hameau et chef-lieu de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 13 k. ; arr. Mostaganem, à 115 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Inkerman, à 12 k. ; pos. à Inkerman ; 192 hab. ; céréales, vigne, culture maraîchère ; eau abondante ; élevage : chevaux, bœufs, montons. 

 

 

El-Alia: fraction de la tribu des Ouled-Saïah, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 989 ind. 

 

 

El-Amra: caravansérail, sur la route de Bossuet à Asla, dép. Oran ; à 76 k. de Bossuet (Daya). 

 

 

El-Amra et Zaouïa: fraction de la tribu du Djebel-Chéchar, commune indigène  et cercle Khenchela (sub. de Batna), 
dép. Constantine ; 723 ind. 

 

 

EI-Amiriet Foughalla:  fraction et cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 627 ind. ; l’oasis d’El-Amri est située à 43 k. de Biskra, sur la route de Biskra à Doucen. 

 

 

El-Anasser (V. Galbois, nom nouveau). 

 

 

El-Ançor: chef-lieu de commune, arr. et. dép. Oran, à 27 k. ; distance de la mer, 3 k. 500 ; bâti sur les ruines d’une ville romaine : gare la plus proche : Bou-Tlélis, à 11 k. : pos., télégr. ; 2,173 hab. ; 149 franc., 1,605 esp., 359 ind., divers 60 ; terres très fertiles ; céréales, vigne (880 hect.) ; grande culture des primeurs : pommes de terre, tomates, haricots verts, donnant lieu à un commerce d’exportation important ; massifs de chênes-liège. 

 

 

El-Ançor,: hameau de la commune de Beni-Saf, arr. Tlemcen, dép. Oran : 102 hab. 

 

 

El-Aneb: douar de la commune mixte  des Braz, arr. Miliana, dép. Alger : 15,818 hect. .: 2,905 ind., 8 eur. ; à 28 k. de Duperré ; blé (3,000 hect.), orge (10,000 hect.), oliviers (16,400 pieds), forêts ; bœufs 1,000, moutons 800. 

 

 

El-Anini: douar de la commune d’Aïn-Roua, arr. Sétif, dép. Constantine : 7,796 hect. ; 1,304 ind. ; forêt de chênes-liège d’El-Alem. 

 

 

El-Aouana: douar de la commune  mixte de Tababort, arr. Bougie, dép. Constantine : 9,328 hect. : 4,780 ind., 11 eur. : à 32 k. de Djidjelli ; céréales, oliviers, orangers: forêt de chênes-liège et zéens ; élevage : bœufs (1,652 têtes), moutons (1,152 têtes), chevaux et mulets. 

 

 

EI-Aoura: partie de douar rattaché à la commune de Nechmeya, arr. Bône, dép. Constantine; 1,662 ind. 

 

 

El-Aria: village de la commune du Khroubs, arr. et dép. Gonstantine ; à 18 k. du Khroubs, à 16 k. de Lamblèche et à 36 k. de Constantine ; céréales, un peu de vigne.; domaine important de Khanneba ; 67 hab. 

 

 

El-Aricha: annexe du cercle militaire de Lalla-Maghrnia (sub. de Tlemcen), dép. Oran ; sup. 326,000 hect, ; pop. 205 eur., 5,983 
ind : céréales, fourrages, grandes plaines d’alfa ; élevage des chevaux (402), moutons (35,395), chèvres (16,477), boeufs (792), chameaux (1,437). 

 

 

EI-Aricha: village, chef-lieu de l’annexe du même nom: à 80 k. de Bossuet et à 329 k. de Géryville ; poste militaire important surveillant la frontière marocaine ; pos. télégr.: hôpital militaire; 137 hab., sans compter la garnison de 400 soldats ; marché franc. 

 

 

El-Aris (V. Aris). 

 

 

EI-Arrouch: chef-Lieu de commune et de canton, arr. Philippeville, à 32 k., dép. Constantine, à 51 k. ; station chemin de fer Philippeville à Constantine ; pos., télégr., justice de paix, dépôt de mendicité et asile de vieillards ; 4,510 hab. : vil. 1,187, franc. 533, étrangers 127, isr. 24, ind. 3,826 ; pays très sain; eau abondante; céréales, oliviers, vigne (74 hect.), belles plantations d’arbres : élevage du bétail. Domaine des Zardëras, remarquable par son beau vignoble, ses olivettes, ses orangeries. 

Douars : Oued-Ref-Ref, M’Souna. 

 

 

El-Assafia: tribu, ksar et caïdat de la commune indigène de Laghouat (sub. de Laghouat), dép. Alger ; le ksar est situé à 10 k. Est de Laghouat, sur la route de Bou-Saàda, à Laghouat ; 368 ind. ; oasis de palmiers jardins. 

 

 

El-Assouaf: fraction de la commune de Dellys, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger. 

 

 

El-Atba: douar de la commune mixte de Collo, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 6,992 hect. ; 2,350 ind. ; bordj au lieu dit « Tamalous », sur la route de Collo à Robertville ; à 30 k. de Collo , céréales, oliviers, forêt de chênes-liège; élevage de bœufs et chèvres. 

 

 

El-Ateuf: ksar et oasis de la commune indigène d’El-Goléa, annexe de Ghardaïa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 2,415 ind. ; ksar le plus ancien du M’zab, à 9 k. de Ghardaïa; arbres fruitiers. 

 

 

 

 

El-Azouania: douar de la commune  mixte de Tiaret, à 25 k., arr. Mostaganem, dèp. Oran ; 2,476 hect. ; 566 ind.: gare la plus proche : Prévost-Paradol, à 10 k. ; céréales ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

EI-Baâdj: grande halte, sur la route de Biskra à Touggourt, à 69 k. de Biskra et à 34 k. de M’ghaïer ; oasis de palmiers.

 

 

 

El-Bahira: village indigène du douar El-Frikat, commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; école.

 

 

El-Behira: village indigène du douar Ouled-Brahim, commune mixte de Berrouaghia, arr. Médéa, dép. Alger ; école.

 

 

EI-Beïda: station chemin de fer d’Arzew à Duvevrier ; à 6 k. de Muley-Abd-el-Kader et à 15 k. de Khalfallah, dans la commune indigène de Yacoubia, dép. Oran.

 

 

EI-Beïda: village de la commune indigène de Tiaret-Aflou, sur la route d’Aflou, à Boghar, à 45 k. d’Aflou et à 59 k. de Taguin, dép. Oran.

 

 

El-Bethem (les Frênes): douar de la commune de Bir-Rabalou, dép. Alger : à 28 k. d’Aumale, à 29 k. de Tablat et à 8 k. de Bir-Rabalou ; 12,160 hect. ; 4,735 ind.

 

 

El-Bez: fermes européennes, à la Compagnie Genevoise, à 3 k. de Sétif, dép. Constantine.

 

 

El-Biar: chef-lieu de commune, à 5 k. d’Alger ; pos., télégr. ; succursale du lycée d’Alger à Ben-Aknoun ; couvent de jeunes filles repenties; pop. 3,836 hab. ; vil. 1,603 ; franc. 1,640, divers 194, naturalisés 856, esp. 674, ita. 93, ind. 379, pop. flottante 420 ; climat très- sain, tempéré en été ; vue magnifique sur la baie de Mustapha ; nombreuses villas très recherchées par les  étrangers, dans la saison hivernale ; culture maraîchère, vigne (300 hect.); eau abondante. Le village  est desservi par un tramway électrique d’Alger à El-Biar.

 

 

El-Biar: petit hameau, sur la route de Bône à La Calle, à 32 k. de Morris, dép. Constantine ; contrée remarquable par les nécro-poles libyques et les monuments mégalithiques que l’on trouve en grand nombre.

 

 

EI-Biar: arrêt du chemin de fer Constantine-Biskra, dans la commune mixte d’Aïn-Touta, à 11 k. de. Batna et à 22 k. d’Aïn-Touta. Cet arrêt porte le nom : Lambiridi-EI-Biar.

 

 

El-Biod: gare fortifiée, cheminde fer Arzew à Duvevrier, à 29 k. de Méchéria, à 121 k. d’Aïn-Sefra et à 348 k. d’Oran : exploitation de l’alfa.

 

 

El-BIed: oasis de l’Oued-R’ir, à 28 k. d’Ourlana et à 20 k. de Sidi-Khelil, commune indigène de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine.

 

 

El-Bordj: fraction et cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 853 ind. ; relais sur la route de Biskra à Touggourt, à 138 k. de. Biskra et à 10k. d’Ourlana.

 

 

EI-Bordj: oasis du Zab-Dahraoui, commune indigène et cercle de Biskra, à 42 k. de cette ville.

 

 

El-Bordj: douar et village indigène de la commune mixte de Cacherou, arr. Mas- cara, dép. Oran ; à 12 k. de Palikao et à 25 k. de Mascara ; céréales, vignobles importants, arbres fruitiers ; élevage : bœufs et moutons.

 

 

El-Bordj: ksar du cercle de Djelfa (sub. de Médéa), sur la route de Bou-Saàda à Laghouat, à 32 k. d’Amoura et à 13 k. de Messaàde; caravansérail.

 

 

El-Boucif: caravansérail, sur la route du Kreider à Aflou, à 77 k. d’Aflou, dép. Oran.

 

 

El-Brana: douar de la. commune mixte île Châteaudun-du-Rhumel, arr. et dép. Constantine : 17,823 hect.; 4,320 ind. ; à 20 k. de Châteaudun ; gare la plus proche : Mechta-el- Arbi, à 7 k, : céréales, élevage du bétail.

 

 

El-Bribri: douar de la commune mixte  de M’sila, arr. Sétif, dèp. Constantine ; 10,405 hect.; 916 ind. Ce douar est réuni, aux douars Ouled-Matoug et Ouled-Abd-el-Hach, pour former le douar Saïdat (V. Saïdat.)

 

 

 

El-Bridj: fermes importantes de la commune d’Aïn-Khial, dép. Oran, à 6 k. d’Aïn-Khial et à 20 k. d’Aïn-Temouchent, sur la route d’Aïn- Temouchent à Tlemcen ; 91 hab.

 

 

EI-Briket: douar de la commune mixte  d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. de Constantine; 8,897 hect.; 2,072 ind.; le village de Mac-Mahon, chef-lieu de la commune mixte, est situé dans ce douar ; culture des céréales.

 

 

 

El-Diss: fermes de la commune de Saint Charles, arr. Philippeville, dép. Constantine ; gare la plus proche : Saint-Charles, à 4 k. ; pos. à Philippeville ; 111 hab.; céréales, vigne (180 hect.) ; eau abondante.

 

 

El-Djedian: douar de la commune de Bois-Sacré, arr. Tizi-Ouzou, dèp. Alger; 173 hect.; 1,246 ind.

 

 

El-Djenah: douar de la commune mixte de Taher, arr. Bougie, dép. Constantine ; 2,331 hect. ; 1,484 ind. ; à 25 k. de Taher ; contrée peu fertile, peu de céréales; élevage : chevaux, bœufs,, chèvres ; fabrication très développée des porte-monnaies
genre indigène et autres objets analogues.

 

 

El-Djenane: village indigène, commune mixte de Soummnam, douar Beni-Oughlis, arr. Bougie, dép. Constantine; école.

 

 

EI-Esnam: fermes de la commune de Bouïra, dép. Alger, sur la route de Bouira à Beni-Mansour; station chemin de fer Alger-Constantine: à 14 k. de Bouïra ; 109 hab., dont 71 franc.; pays très boisé : céréales, vigne, élevage du bétail; fabrication du
charbon de bois.

 

 

El-Euch: douar de la commune mixte de Tablat, à 45 k., arr. et dép. Alger; 12,147 hect. ; 3,556 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêts de pins d’Alep ; élevage : bœufs, chevaux, mulets, moutons.

 

 

El-Fehoul: douar de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran ; 8,803 hect, ; 1,924 ind., 163 eur. ; à 16 k. de Montagnac ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres.

 

 

EI-Fehoul: hameau de la commune de Pont-de l’Isser, arr. Tlemcen, dép. Oran ; 65 hab.

 

 

EI-Flaï: village  indigène du douar Beni-Oughlis, commune mixte Soummam, arr. Bougie, dép. Constantine ; école.

 

 

El-Frikat: section de la commune  mixte de Rhira (tribu des Ameur-Guebalai) arr. Sétif, dép. Constantine ; 19,581 hect. ; 3,182 ind. ; dans cette section se trouve le village de Colbert.

 

 

El-Gada: douar de la commune mixte  de Saint-Lucien, à 18 k. : arr. et dép. Oran : 9,998 hect. ; 3,245 ind. 80 eur. ; céréales, vigne, oliviers, forêts : élevage du bétail.

 

 

El-Ghedir: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 22 k., arr. Philippeville, dép. Constanline : 4,797 hect. ; 1,681 ind.: céréales, oliviers, forêts.

 

 

El-Ghedir: village indigène de la commune mixte d’Oum-el-Bouaghi, arr. et dép. Constantine ; école.

 

 

El-Ghomeri: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran : 3,302 hect, : 1,509 ind., 11 eur. ; à 26 k. de
Clinchant ; gare la plus proche : Oued-Malah : céréales.

 

 

El-Ghomeri (V. Nouvio n, nom nouveau).

 

 

El-Ghrar (ancien tribu des Zerdezas), douar de la commune mixte de Jemmapes, à 40 k., arr. Philippeville, dèp. Constantine : 11,293 hect. : 2,314 ind. ; céréales, oliviers, forêts.

 

 

El-Goléa: chef-lieu de commune indigène et d’un cercle du territoire de commandement (sub. de Laghouat), dép. Alger : à 911 k. d’Alger, à 310 k. d’Ouargla, à 268 k. Sud de Ghardaïa, à 462 k. de Laghouat. et à 784 k. de Berrouaghia, gare la plus proche : position géographique : 30° 21′ 12″ latitude Nord, 0° 47′ 30″ longitude Est ; pop. 130 franc,, 2,475 ind. ; El-Goléa comprend le vieux ksar pittoresque, un village européen et indigène et une oasis de 6,500 palmiers : un bordj militaire; comprenant les services administratifs, les casernements, l’hôpital et le cercle militaire; pos., télégr., justice de paix militaire; puits artésiens;
marché franc.

 

 

EI-Goléa: nom d’une commune indigène du territoire de commandement (sub. de Laghouat) ; pop. 47,624 hab. comprenant les annexes de Ghardaïa et d’Ouargla ; 600,740 palmiers répartis dans les diverses oasis ; élevage : moutons 134,686, chèvres 15,000, chameaux 17,470,
mulets 483.

 

 

El-Gourine: douar de la commune  mixte de Gouraya, dép. Alger, au pied du versant Nord-Est de la montagne Gouraya ; à 5 k. de Marceau et à 25 k. de Cherchel ; 16,158 hect, ; 6,071 ind : céréales : orge et blé ; forêt de chênes-liège et de pins d’Alep ; gisement de lignite ; carrière de sable pour la vitrification.

 

 

El-Guelb: douar de la commune mixte  de Tablat, à 30 k., arr. et dép. d’Alger ; 10,017 hect. ; 2,980 ind. ; céréales, forêt de pins d’Alep ; élevage : chevaux, mulets, bœufs, moutons.

 

 

El-Gueliff: salines en pleine exploitation, à 73 k. Sud 25° Est de Constantine.

 

 

El-Guemar (V. Guemar).

 

 

 

El-Guerrah: village de la commune d’Ouled-Rahmoun, arr. et dép. Constantine, à 36 k. ; gare chemin de fer Alger-Constantine, buffet, bifurcation sur Batna et Biskra ; pos. à Ouled-Rhamoun ; télégr. ; 72 hab. ; céréales ; élevage du bétail.

 

 

EI-Guerouaou:  douar de la commune mixte de Renault, arr. Mostaganem, dép. Oran (V. Guerouaou).

 

 

El-Guerrara (V. Guerrara).

 

 

El-Guethna: douar de la commune mixte de Mascara, dép. Oran ; 18,165 hect. ; 4,378 ind., 67 eur. ; desservi par l’arrêt La Guethna ; céréales, figuiers.

 

 

El-Guettar (V. Aïn-el-Guettar).

 

 

EI-Guitoune: village indigène du douar Tarf, commune mixte La Calle, arr. Bône, dép. Constantine ; pos. à Jemmapes.

 

 

El-Habecha: douar de la commune mixte de Zemmora, arr. Mostaganem, dép. Oran; 3,913 hect.; 1,002 ind.; à 32 k. de Zemmora; céréales, élevage du bétail.

 

 

El-Hadj: fermes et fraction indigène de la commune de Duzerville, à 5 k., arr. Bône, dép. Constantine: pos., télégr. à Bône ; 3,615 ind., 151 étrangers ; céréales, tabac, vigne (275 hect.).

 

 

El-Hammam: douar de la commune mixte d’Hammam-Righa, à 5 k., arr. Miliana, dép. Alger ; 7,864 hect. ; 1,388 ind., 51 eur. ; céréales, vigne, forêt de pins d’Alep.

 

 

El-Hammama: fraction de douar de la commune d’Aïn-Roua, dép. Constantine, arr. Sétif : 1,092 ind.

 

 

El-Hamoul: hameau de la commune de Valmy, arr., dép. Oran; 57 hab.

 

 

EI-Hanser: fraction de douar commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine : 38 hab. ; forêt de chênes-liège (800 hect.), appartenant à M. Dollfus: à 16 k. d’El-Milia et à  52 k. de Djidjelli.

 

 

El-Haouch: oasis de la commune  indigène de Biskra, sur la route de Biskra à Zab-Chergui, à 24 k. de Biskra. .

 

 

El-Haouïta: tribu, ksar et caïdat de la commune indigène et de la sub. Laghouat, dép. Alger ; à 48 k. Sud-Ouest de Laghouat ; 232 hab. ; pas de culture ; alfa.

 

 

EI-Harchaïa: gare fortifiée du chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 86 k. d’Aïn-Sefra, dép. Oran.

 

 

El-Harihira: fraction de la tribu des Moggar, commune indigène et, cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 251 ind. ; à 49 k. de Temacine et à 61 k. de Touggourt; petite oasis.

 

 

El-Harrar-du-Cheliff: ancienne tribu constituée en douar, dont le territoire est réparti : commune de Kherba, 2,049 hect., 511 ind. ; commune de Rouïna, 752 hect,, 413 ind.

 

 

El-Hassi: hameau indigène de la commune de Sétif, à 5k., dép. Constantine ; 126 hab.

 

 

 

El-Hassi: douar de la commune mixte d’Oum-el-Bouaghi, arr. et dép. Constantine ; 16,042 hect. ; 2,088 ind., 17 eur. ; à 14 k. de Canrobert : céréales ; élevage du mouton.

 

 

El-Hézebri: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, à 30 k., arr. et dép. Constantine ; 8,348 hect. ; 2,520 ind. ; gare des Taxas au
centre du douar ; céréales ; élevage : chevaux, moutons.

 

 

El-Hiran (V. Ksar-el-Hirane).

 

 

El-Houamed: fraction de douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; 1,471 ind. (pop. nomade) de la tribu des Ouled-Ziane : à 55 k. de Mac-Mahon et à 20 k. de la station d’El-Kantara.

 

 

El-Isseri (ancienne tribu des Beni-bel-Hassem): douar de la commune mixte de Palestro, à 26 k., dép. Alger : 5,741 hect. : 3,971 ind. ; mines de zinc et de plomb argentifère de Bou-Medran, en exploitation ; céréales, oliviers.

 

 

El-Kantara: station chemin de fer Constantine à Biskra, dans la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine : à 28 k. de Mac-Manon et à 56 k. de Biskra; télégr. à la gare : 65 hab. ; gorges très remarquables, à 1 k. de la gare, à la sortie desquelles on aperçoit l’immense plaine où se trouve l’oasis, dans le douar El-Kantara.

 

 

El-Kantara: douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; 23,779 hect, ; 3,167 ind., 13 eur. : à 1 k. de la gare d’El-Kantara, à 29 k. de Mac-Mahon et, à 61 k. de Biskra ; oasis de 90,000 palmiers ; carrière de calcaire blanc très abondante; fabrication renommée de burnous.

 

 

El-Kantour: section de la commune du Gol-des-Oliviers, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 184 hab.

 

 

EI-Kcar: douar de la commune mixte  de Saint-Lucien, à 9 k., arr. et dép. Oran ; 9,365 hect, ; 3,251 ind., 90 eur. ; céréales, vigne, oliviers ; gisement de phosphates ; élevage du bétail.

 

 

El-Kebabsa: fraction de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub: de Batna), dép. Constantine ; 586 ind.

 

 

El-Kedadra: douar de la commune  de La Stidia, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 139 ind.

 

 

El-Kelâa: fraction de douar, commune  mixte de Mizrana, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger.

 

 

El-Khemaïs: douar de la commune mixte de Téniet-el-Had, à. 20 k., arr. Orléansville, dép. Alger ; 17,229 hect. : 2,177 ind. ; céréales, forêts de pins et de chênes:

 

 

El-Khemis: fermes de la commune de Saint-Maur, arr. et dép. Oran- 18 hab.

 

 

El-Khemis: tribu (V. Khemis).

 

 

El-Kheneg: grande halte, sur la route de Géryville à Laghouat, à 10 k. de Laghouat, dép. Alger.

 

 

EI-Klâa: village indigène du douar Beni-Khelili, commune mixte Fort-National, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger; école.

 

 

EI-Kouachi: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr, et dép. Constantine ; 9,053 hect, ; 1,566 ind. ; près de la gare d’Aïn-M’lila ; pommes de terre, jardinage, céréales, fourrages, prairies ; élevage : chevaux, bœufs. 

 

 

EI-Khreider (V. Khreider).

 

 

El-Ksar (V. Baudens, nom nouveau).

 

 

El-Ksar: fraction et, cheïkhat de la tribu des Zab-Chergui, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. 

Constantine ; 203 ind.

 

 

El-Ksar: douar de la commune mixte d’Aîn-el-Ksar, arr. Batna, dép. Constantine ; 4,404. hect. ; 1,406 ind., 28 eur. ; à 53 k. de Batna : céréales, élevage du mouton ; marché important les lundi et vendredi : ruines romaines. 

 

 

El-Kseur (V. Bitche, nom nouveau).

 

 

 

El-Ksour: fraction de la tribu des Moggar, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine: 302 ind.

 

 

El-Ksour: douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; 19,600 hect. ; 1,897 ind.; à 20 k. de Mac-Mahon ; culture des céréales et des pommes de terre ; vieux bordj, caravansérail sur la route de Batna à Biskra.

 

 

El-Ksour: fraction du douar du même nom, rattaché à la commune mixte  d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; 8,569 hect.

 

 

Elli-Zeggar: douar de la commune  mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 14,505 hect, : 3,780 ind., à 40 k. de Cheraïa ; forêt de chênes-liège des Beni Toufout ; mine de Bir-beni-Salah.

 

 

El-Ma-el-Abiod: douar de la commune indigène et du cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 17,732 hect. ; 1,549 ind., 19 eur.

 

 

El-Magen: fermes de la commune de Saint-Charles, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 137 hab.

 

 

El-Mahder: village et siège de l’administration de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, dép. Constantine : à 8 k. de la station d’El-Mahder ; et à 23 k. de Batna ; pos., télégr. : pop. 146 eur., 223 ind. : céréales; élevage: chevaux, boeufs, moutons; haras Saint-Georges ; mine de plomb à Bou-Arif ; mine de zinc (calamine), à Tarer-bit.

 

 

El-Mahder: station chemin de fer d’El-Guerrah à Biskra, à 16 k. de Batna et à 8 k. du village du même nom, dép. Constantine.

 

 

El-Maï: caravansérail sur la route de Saïda à Ouargla, à 41 k. de Saïda, dép. Oran.

 

 

El-Maïa: tribu, ksar et caïdat de la commune mixte et, du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 240 ind. ; le ksar est situé sur la route de Géryville à Laghouat, à. 70 k. de Brezina, à 15 k. de Tadjrouna et à 109 k. de Laghouat,

 

 

El-Maïn: douar de la commune mixte  des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; 6,226 hect. ; 4,101 ind. ; école ind. ; à 65 k. de Medjana et à 77 k. de Bordj-bou-Arréridj ; oliviers, figuiers, forêt de pins d’Alep et de chênes.

 

 

El-Malah ou El-Malah-M’zourah: village de la commune de Rouffach, à 10 k., arr, et dép. Constantine; 471 hab., dont 30 étrangers; céréales, vigne (180 hect,).

 

 

El-Marsa: centre en projet, commune mixte de Ténès, arr. Orlèansville, dép. Alger.

 

 

El-Matah: hameau, sur la route de Constantine à Djidjelli, à 26 k. de Constantine.

 

 

El-Maten ou Il-Maten: village de la commune d’El-Kseur, à 8 k., arr. Bougie, à 32 k., dèp. Constantine;. station chemin de fer Beni-Mansour à Bougie; pos., télégr. à El-Kseur; 483 hab., dont 21 étrangers;, céréales, vigne (145 hect.), oliviers, figuiers, caroubiers ; moulins à huile et à farine ; à 5 k. du village,  ruines remarquables de Tiklat,

 

 

El-Matrona: douar de la commune  d’Aïn-Àbessa, arr. Sétif, dép. Constantine ; 6,231 hect. ; 1,498 ind.

 

 

El-M’cid: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; 2,627 hect.; 1,143 ind.; à 25 k. d’El-Milia et à 50 k. de Djidjelli ; école ; forêt de chênes-liège des Beni-Aïcha ; maison forestière à Ouled-Maàfi ; élevage : chevaux, mulets, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

El-Mechtal: douar de la commune mixte de Meskiana, arr. et dép. Constantine ; 18,087 hect. ; 1,906 ind. ; à 20 k. de Meskiana et à 26 k. de la gare de Clairfontaine ; céréales,, culture maraîchère ; 300 hect. environ en forêt.

 

 

EI-Medad: douar de la commune mixte  de Téniet-el-Had, arr. Orlèansville, dép. Alger; 16,999 hect,: 4,413 ind.; à 24 k. de Téniet-el-Had ; céréales, forêts de cèdres ; eaux ferrugineuses.

 

 

El-Melah: fermes du village d’Aïn-Fekan, commune mixte de Mascara, dép. Oran ; 21 hab. ; gare la plus proche. : Oued-Malah.

 

 

El-Mellah: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 45 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 7,879 hect. ; 2,666 ind. ; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts ; élevage: chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

El-Merachda: douar de la commune mixte  d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine ; 5,327 hect. ; 2,282 ind. ; à 50 k. d’Aïn-M’lila et à 6 k. de la gare d’Aïn-Abid ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons.

 

 

El-Meridj: douar de la commune mixte de Morsott, arr. et dép. Constantine ; 71,214 hect. : 6,570 ind., 12 eur. ; blé, orge, alfa.

 

 

El-Meridj: centre du douar El-Meridj, à 40 k. de Morsott et à 58 k. de Tébessa ; poste militaire (smala des spahis), protégeant la
route de Tébessa à La Calle ; télégr. militaire ; céréales, alfa, culture maraîchère.

 

 

El-Messéran: caravansérail, café-poste, sur la route de Boghari à Laghouat, à 14 k. du Rocher de Sel, dép. Alger.

 

 

EI-Milia: chef-lieu de commune mixte, arr. et dép. Constantine : à 68 k. de Collo, à 62 k. de Djidjelli et à 101 k. de Constantine : pos., télégr. : justice de paix : pop. du village : 512 hab. ; pop. de la commune : 496 franc., 54,865 ind. ; sup. 94,973 hect, ; céréales, culture maraîchère, forêts de chênes-liège très étendues, exploitées par l’Etat et des particuliers ; élevage du bétail : 566 chevaux, 2,003 mulets, .23,626 boeufs, 35,688 moutons, 70,576 chèvres : mine de cuivre à Achaïchs : plusieurs mines de plomb, zinc et autres métaux connexes ; plusieurs moulins à farine; carrière de porphyre à Adjoukia, à 1 k. du vil. ; arbres
fruitiers : 17,000 orangers, 8,000 amandiers, 6,000 figuiers, 24,830 autres arbres.

 

 

El-Misseur: village indigène du douar Oumalou, commune mixte de Fort-National, arr. Tizi-Ouzou, dèp. Alger ; école.

 

 

El-M’kimène: fraction du douar Dramena, commune mixte de Beni-Salah, arr. Bône, dép. Constantine : à 18 k. Ouest 37° Sud de Bône ; mine de fer en exploitation.

 

 

EI-Morra: douar de la commune mixte d’Aumale, à 14 k., dép. Alger ; 6,214 hect. : 1,807 ind. ; blé, orge, forêts de chênes et chênes-liège ; élevage : chevaux, moutons, bœufs. Tour romaine appelée : La Phorfa.

 

 

 

El-M’raouna: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine : 13,060 hect. ; 1,915 ind. ; à 8 k. d’Aïn-M’lila, sur la route d’Aïn-Kercha à Aïn-Fakroun ; céréales: élevage : chevaux, chameaux, moutons, bœufs. 

 

 

El-Oued: annexe de la commune indigène de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; pop. 32,121 ind., y compris les tribus et oasis qui relèvent de cette annexe ; on compte, dans l’annexe, 202,320 palmiers : élevage : chameaux 5,186, moutons 12,224, chèvres 15,187.

 

 

El-Oued: chef-lieu de l’annexe du même nom, poste militaire, hôpital militaire, pos., télégr. : à 80 k. Est-Nord de. Touggourt et à 220 k. Sud-Est de Biskra ; marché franc. 

 

 

 

 

El-Ouendoura et Sciar: fraction de la tribu du Djebel-Chechar, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine ; 650 ind.

 

 

El-Ouessah ou Ouessah: douar de la commune mixte d’Oum-el- Bouaghi, arr. et dép. Constantine ; 17,641 hect, ; 2,080 ind. ; à 24 k. de Canrobert ; céréales, élevage du bétail.

 

 

El-Ouïdan: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 45 k., arr. Mostaganem, dèp. Oran ; 7,093 hect. ; 1,935 ind. ; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts : élevage : chevaux, bœufs et chèvres. 

 

 

El-Ouldja: douar de la commune mixte  d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine : 13,086 hect, ; 4,295 ind. ; à 50 k. de Cheraïa ; forêts de chênes-liège ; rivière : oued Bousiaba ; mines de zinc d’Aïn-Kechera.

 

 

El-Ouloudj: hameau forestier privé de la commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine. 

 

 

 

 

El-Ouria: village de la commune d’El-Ouricia, arr. Sétif, dép. Constantine.

 

 

El-Ouricia: chef-lieu de commune, arr. Sétif, dép. Constantine ; gare la plus proche : Sétif ; pos., télégr. à Kherrata ; 141 franc., 3,022 ind., disséminés dans les douars : Ouled-Doudou, Ouled-Mansour et Chabia; céréales, fourrages, élevage du bétail.

 

 

El-Ourir: village indigène, bordj, sur la route de Biskra à Ouargla, à 98 k. de Biskra, dép. Constantine ; oasis de 27,000.palmiers créée par la Société agricole et industrielle du Sud algérien ; arbres fruitiers, essais de plantations d’eucalyptus. Koubba de Sidi-Makhfi, lieu de pèlerinage de tous les indigènes de l’Oued-R’ir.

 

 

El-Ourit (La Cascade): hameau de la commune d’Aïn-Fezza, à 8 k. de Tlemcen et à 2 k. d’Aïn-Fezza, dép. Oran, remarquable par ses belles cascades ; jardins potagers, fruits.

 

 

El-Ousseuckh: village indigène du cercle militaire de Tiaret-Aflou, dép. Oran,sur la route de Tiaret à Géryville, à 64 k. de Tiaret et à 53 k. de Frenda ; pos. à Tiaret ; télégr. ; bordj du bureau arabe.

 

 

El-Outaïa: douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, . dép. Constantine ; 36,199 hect. ; 808 ind.; à 28 k. de Biskra et à 11 k. de Fontaine des Gazelles ; station chemin de fer Batna à Biskra ; culture des céréales et du palmier-dattier : montagne de sel exploitée par les indigènes ; smala de spahis disposant de plus de 3,000 hect, de terres irrigable : fermes françaises im-
portantes : la propriété Dufourg, la propriété Teysserene de Bort,

 

 

El-Outida: ksar du cercle militaire et de la sub. d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; à 25 k. de Djenien-bou-Rezg et à 18 k. de Sidi-Brahim-
Gorrah ; puits.

 

 

El-Ouzana: tribu de la commune mixte  de Tablat, à 45 k., arr. et dép. Alger ; 16,594 hect. : 2,783 ind. : céréales, vigne, oliviers, forêts de pins d’Alep ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, mulets. 

 

 

El-Rhabat: douar de la commune mixte d’Oued-Soltan, arr. Batna, dép. Constantine ; 10,477 hect. ; 3,230- ind. ; à 35 k. de N’gaous : céréales, élevage du mouton ; mine de zinc, (calamine).

 

 

El-Rahouïa: caravansérail et poste de la remonte, sur la route de Relizane à Tiaret, dép. Oran, à 39 k. de Tiaret,

 

 

El-Richa: gîte d’étape, sur la route de Laghouat à Aflou, à 20 k. d’A'ïn-Mahdi ; eau et bois en, abondance.

 

 

El-Tarf: salines, à 28 k. Ouest 33° Sud d’Aïn-Beïda, dép. Constantine.

 

 

El-Tenia: douar, dont le territoire est réparti : commune d’Oued-Imbert, 7,627 hect., 538 ind. ; commune des Trembles, 1,186-hect., 373 ind., 31 eur.

 

 

El-T’nin: hameau de la commune de Rébeval, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger : 214 hab. ; céréales.

 

 

EI-Zerg: douar de la commune mixte de Meskiana arr. et dép. Constantine ; 24,248 hect. ; 1,496 ind. ; à 45 k. de Meskiana et à 8 k. de la gare d’Aïn-Beïda ; blé, orge ; élevage des moutons et chèvres ; forêts. (8,253 hect.).

 

 

Enchir-Saïd: chef-lieu de commune, arr. Guelma, dép. Constantine ; gare la plus proche : Guelma, à 22 k. pos. à Guelma; pop. 79 franc., 14 étrangers, 1,409 ind. ; céréales,, arbres fruitiers (5,000 orangers, 850 mandariniers), oliviers en quantité: forêt de chênes-liège non démasclés. 

 

Douar : Ouled-Ghrara.

 

 

 

Enfous: gîte d’étape, sur la route de Laghouat à Aflou, à 20 k. d’Aflou et à 16 k. d’El-Richa.

 

 

Er-Rahel: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran ; station ch. de fer Oran à Aïn-Temouchent; à 10k. de Lourmel et. à 52 k. d’Oran : pos., télégr. ; pop. 344 franc., 621 esp., 1,394 ind., 170 marocains ; céréales,, vigne (1,045 hect.) ; fabrication de crin végétal. 

 

Douars de la commune: Sidi-Bakhti, 878 ind. ; Bou-Hadjar, 455.

 

 

Errich: douar de la commune mixte d’Aïn-Bessem, arr. et dép. Alger ; 8,618 hect. ; 4,024 ind., 40 eur. ; à 35 k. d’Aïn-Bessem et à 15 k. de Bouïra; oliviers, figuiers en quantité, forêt de pins, chênes et chênes-liège; élevage de la chèvre.

 

 

Etoile (L’): hameau de la commune de Sidi-Chami, dép. Oran ; à 9 k. S.S.E._ d’Oran, sur la route de Mangin; culture de la vigne.

 

 

Eucalyptus (Les): station chemin de fer sur routes d’Alger à Rovigo, à 19 k. d’Alger et à 8 k. de Maison-Carrée, station desservant les village de Sidi-Moussa et de Rivet; pas d’agglomération.

 

 

Eulma (Les) : nom d’une commune  mixte, arr. Sétif, dép. Constantine ; siège de l’administration à Saint-Arnaud; sup. 184,841 hect.; pop. 46,720 hab. ; franc. 363, divers 58, ind. 46,290; céréales; élevage:, moutons 177,700, chèvres 27,616, bœufs 7,781, chevaux 5,117, mulets (race renommée) 2,622. Lacs salés, source d’eau chaude sulfureuse à Sokhna, efficace pour les maladies
de la peau. Température très froide l’hiver, très chaude l’été.

 

 

Eulma-Khecha: douar de la commune mixte de l’Edough, arr. Bône, dép. Constantine : à 15 k. d’Aïn-Mokra; 10,550 hect,; 1,920 ind.; céréales, fourrages, tabac ; forêt domaniale ; élevage : bœufs, chevaux, chèvres.

 

 

Eulma-Medjabria: douar de la commune de Condé-Smendou, arr. et dép. Constantine ; 1,200 hect.; 2,134 ind.

 

 

Ez-Zoubia (V. Duveyrier, nom nouveau). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Le Marabout Sidi Es-Zouaoui et le Hachaïchi (*)

10052018

 

 

 

 

 

 

 

 

Ingliz-Bey (**) avait un fils nommé Ali, que les désordres de sa vie privée avaient rendu odieux à toute la population. Comptant sur la tendresse aveugle de son père et sûr de l’impunité, il n’était pas de méfait dont il ne se rendît coupable. Nous n’en citerons qu’un exemple, qui montrera en même temps combien est grande l’autorité qu’exercent les marabouts sur leurs coreligionnaires. Nous le prenons dans le livre de Si Mohammed el-Baboury. 

 

Un hachaïchi (fumeur de chanvre) de Constantine possédait plusieurs rossignols qui chantaient à ravir (***). Le jeune Ali en eut fantaisie et les fit demander au propriétaire. Celui-ci refusa de les céder à quelque prix que se fût. Une seconde et une troisième démarche n’eurent pas plus de succès. Grande fut alors la colère du jeune homme qui, s’en allant trouver son père, ne cessa de le tourmenter, jusqu’à ce qu’il eût obtenu de sa coupable condescendance l’ordre de faire prendre et mettre à mort le récalcitrant. 

 

Pour échapper à cette sentence inique, le malheureux hachaïchi se réfugia, avec ses chanteurs, cause bien innocente de tant d’infortunes, à Taghla, dans la demeure du cheikh Ez-Zouaoui, et lui raconta le motif de sa fuite, A ce récit, le cheikh indigné lui fit suspendre ses cages aux arbres de son jardin et lui offrit pour retraite sa demeure comme un asile inviolable. 

 

A quelques jours de là, le fils du bey,accompagné de ses serviteurs, vint de ce côté pour se livrer au plaisir de la chasse, et ne voulut point passer outre sans rendre visite au saint personnage. Celui-ci qui l’avait aperçu de loin, s’était aussitôt retiré dans son bordj (maison de campagne) et il ne consentit à sortir que lorsque ses serviteurs l’eurent complètement rassuré sur les bonnes intentions de l’illustre visiteur. On servit de la galette et du leben, et lorsque le jeune homme, dont la course avait aiguisé l’appétit, eut fait amplement honneur à ce modeste repas, Si Ez-Zouaoui prenant la parole, lui dit : 

« O fils de bey ! comment toi et ton père pouvez-vous commettre des injustices pareilles? 

Quelles injustices ? demanda Ali, tout surpris. 

Un homme, reprit le vieillard d’une voix grave, avait des oiseaux qu’il chérissait plus que tout, et vous avez voulu les lui enlever de force, et pour un caprice contrarié vous avez fait peser sur sa tête un arrêt de mort; mais Dieu qui prend soin du faible et de l’opprimé, n’a pas permis qu’un si odieux arrêt reçût son exécution. Cet homme, le voilà ; c’est celui qui est en face de toi. » 

Et ce disant, il lui montrait le hachaïchi adossé contre le mur de la salle. 

« Mais, dit Ali, essayant de balbutier quelque excuse, je lui ai fait offrir de les lui acheter, et il a refusé de me les vendre, et il s’est enfui. Voilà tout mon crime. 

Soit. Ne le poursuis donc plus pour un refus qu’il est libre de faire et jure-moi qu’il ne lui sera fait aucun mal. 

A cause de toi, je le jure. Je ne lui dirai plus rien. » 
 

Là-dessus, le vieillard baissa la tête et le jeune homme ne croyant pas être aperçu, fit comprendre au hachaïchi, par un geste significatif, qu’il saurait bien le retrouver à Constantine. 

En ce moment, le cheikh relevait vivement les yeux et surprenait encore écrit sur la figure de son hôte un reste de menace. — 
« Parjure, s’écria-t-il, c’est donc ainsi que tu tiens tes serments!  Eh ! bien, voici comment j’en agis avec tes pareils. » 

En même temps, il leva les doigts, les dirigea à plusieurs reprises sur le ventre d’Ali, en murmurant quelques paroles et sortit. 

Aussitôt et comme par enchantement, le ventre du malheureux se gonfla d’une manière prodigieuse et ce phénomène fut suivi de douleurs d’entrailles si violentes, que les serviteurs présents à cette scène coururent éplorés vers le maître du logis, l’avertir que le fils du Bey était à toute extrémité. 

« Eh ! qu’il meure ! s’écria le cheikh, cet enfant de teigneux (fortas) qui porte partout avec lui la corruption et le désordre ! » 

Cependant, cédant aux prières des assistants, il voulut bien consentir à suspendre les effets de sa juste colère. Il rentra dans la pièce où était le moribond et lui dit ; « Remercie Dieu et repens-toi de ce que tu as fait. » 

Ali promit tout ce qu’on voulut, et le marabout, appliquant de nouveau sa main bénie sur le ventre du patient, le guérit aussitôt. 

Ensuite, le hachaïchi monta, avec ses rossignols, sur la mule richement harnachée du fils du Bey, tandis que celui-ci le suivait à pied ; et, lorsqu’ils furent arrivés aux portes de Constantine, Ali, non-seulement lui fit cadeau de sa monture, mais il lui demanda encore une fois pardon, tant la punition infligée par le marabout l’avait glacé d’épouvante . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*): Hachaïchi: de haschich, chanvre (cannabis) : fumeur de haschich. 

 

(**):  Ingliz-Bey, ou plutôt Hadji-Mustapha Ingliz-Bey, était d’origine turque; il fut surnommé l’Anglais, parce que dans sa jeunesse, capturé par un bâtiment anglais, il avait passé dix ou douze ans en Angleterre, Il fut bey de Constantine en l’an de l’Hégire 1212 (A, D. 1797). 

 

(***): On sait la passion qu’ont les hachaïchi pour les rossignols et pour lâchasse de nuit au hérisson. Il n’est pas à Constantine si pauvre échoppe de cordonnier qui ne soit ornée d’une cage renfermant un ou plusieurs de ces oiseaux, maîtres dans l’art de chanter. Et pourtant ce n’est qu’au prix de sommes relativement considérables que ces malheureux ouvriers peuvent se procurer ce luxe oriental; un rossignol bien dressé ne se paie pas moins de 100 à 150 francs. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘D’

8052018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Daâmcha: fraction de la tribu de Bekakra, du cer.cle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran. 

 

 

Dahmouni (V. Trumelet, nom nouveau . )

 

 

Dahouara: douar de la commune mixte de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine : à 23 k. de Laverdure : 4,788 hect. : 2,253 ind. : céréales; élevage : bœufs, moutons. 

 

 

Dahra: douar de la commune mixte de Ténès, à 80 k., arr. Orléansville, dép. Alger; 21,363 hect.; 3,810 ind.; céréales. 

 

 

Dahra (Le): hameau de la commune de Bellevue, arr. Mostaganem, dép. Oran : gare la plus proche, : Aïn-Tédelès, â 15 k. : pos., télégr. à Aïn-Tédelès : céréales, légumes; carrière de grès dur. 

 

 

Dalaâ: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine; à 50 k. de M’sila : 9,190 hect.: 1,201 ind. ; céréales, forêt : élevage du mulet. 

 

 

Dalah: douar de la commune mixte de Meskiana, arr. et dép. Constantine ; à 28 k. de Meskiana et â 65 k. de la gare d’Aïn-Beïda: 10,530 hect.; 1,877 ind.: céréales: blé dur et orge ; élevage des moutons et des chèvres. 

 

 

Dalmatie: village de la commune de Blida, à 4 k., dép. Alger; gare la plus proche : Blida : pos., télégr. à Beni-Méred; 251 franc., 54 étrangers; eau abondante, minoteries importantes, distillerie d’eau-de-vie : céréales, vigne (210 hect.) , arbres fruitiers, oliviers, tabac: mine de plomb à Oued-beni-Aza, à 1 k. 500 Sud de Dalmatie. 

 

 

Damber: douar de la commune d’Oued-Athménia, arr. et dép. Constantine ; 4,095 hect. ; 1,272 ind. 

 

 

Damesme: village de la commune de Saint-Leu, à 1 k. 500, dép. Oran, à 46 k. ; station du chemin de fer Arzew à Duvevrier; bâti près de la mer, à 5 k.500 d’Arzew: pos., télégr. à Arzew: franc. 137, esp. 40 ; céréales, vigne (410 hect.), culture maraîchère. 

 

 

Damiette: chef-lieu de commune, arr. Médéa, dép. Alger, à 94 k.; station chemin de fer Blida à Berrouaghia, sur la route d’Alger à Laghouat : pos. à Médéa, à 4 k. : télégr. à la gare ; 3,499 hab.: vil. 290, franc. 304, étrangers 87, ind. 3,193: céréales, vigne 
(420 hect.), fruits, légumes. 

 

Douar de la commune : Haraoua, 3,055 ind. 

 

 

Damous (ancienne tribu des Beni-Zouï), douar de la commune mixte de Gouraya, arr. et dép. Alger : à 60 k. de Cherchel: 5,248 hect.; 1,511 ind.: céréales, oliviers, un peu de vigne.. 

 

 

Damrémont:  village de la commune de Philippeville, à 5 k., dép. Constantine: station chemin de fer Constatine-Philippeville ; télégr. à la gare ; franc. 105, étrangers 55, ind. 483 : terres très fertiles ; culture maraîchère, particulièrement les tomates, arbres fruitiers en quantité, vigne (320 hect.). 

 

 

Dar-Beïda: village indigène du douar Taourga, commune de Rebeval, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger, sur la route rie Dellys à Tizi-Ouzou, à 7 k. de Rebeval ; 448 ind., 15 eur. 

 

 

Dar-ben-Abdallah: douar de la commune mixte de Zemmora, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 20 k. de Zemmora ; 11,044 hect. ; 1,775 ind. : céréales, forêts, élevage du bétail. 

 

 

Dar-Bosseri: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 66 k. : arr. Mostaganem, dép.Oran; 6,189 hect.: 2,079 ind. : céréales, arbres fruitiers ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Dar-el-Fouini: fermes de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. de Constantine ; dans le douar Guettara ; à 70 k. d’El-Milia et à 15 k. de la gare de Bizot ; blé, orge, sorgho; élevage : boeufs, mulets, moutons et chèvres ; moulin à farine. 


 

 

Darhi: hameau de la commune de Beni-Saf, arr. Tlemcen, dép. Oran : 65 hab. 

 

 

Darna: village indigène de la tribu des Beni-bou-Drer, commune mixte du Djurdjura, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; école. 

 

 

Daroussa: hameau et fermes de la commune de Randon, arr. Bône, dép. Constantine; à 5 k. de Randon et à 25 k. de Bône ; gare la plus proche : Mechta-el-Arbi ; pos., télégr. à Randon ; 153 hab. ; grande culture de la vigne; céréales, tabac: les fermes sont desservies par le tramway de Randon à Saint-Paul. 

 

 

Dar-Rib: mine de fer en exploitation, à 19 k. Ouest d’Aïn- Temouchent, dép. Oran. 

 

 

Darsoun: fermes et fraction indigène de la commune d’Aïn-Kerma, arr. et dép. Constantine ; 188 hab. 

 

 

Davout (ancien nom :. Khellil): village en création, commune mixte de Mâadid, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 32 k. de Bordj-bou-Arréridj, à 8 k. d’Aïn-Tagrout et à 5 k. de Bir-Kasdali ; 164 hab. ; école ; terres de culture en partie, irrigables, élevage du bétail. 

 

 

Daya (nom nouveau : Bossuet): village de la commune mixte du Telagh, à 15 k., arr. Sidi-bel-Abbès, dèp. Oran; gare la plus proche : Magenta, à 15k.: pos., télégr. ; 258 hab. dont 105 étrangers ; hôpital militaire, poste militaire; céréales, vigne, prairies 
naturelles, exploitation de l’alfa et du charbon de bois ; forêt de chênes et de pins ; carrière de pierre dure de belle qualité. 

 

 

Dayet-el-Kerch: gare fortifiée du chemin de fer d’Arzew à Duveyrier, à 76 k. d’Aïn-Sefra et à 42 k. de Duveyrier. 

 

 

Debba: village indigène de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran, sur la route de Mascara à l’Hillil ; gare la plus proche : Oued-Malah, à 15 k. ; fabrication de tapis renommés. 

 

 

Debila: tribu et cheïkhat indépendant de la commune indigène de Touggourt, annexe d’El-Oued (sub. de Batna), dép. Constantine ; 968 ind. ; oasis de palmiers de l’Oued-Souf. 

 

 

 

Debrousseville: centre agricole de la commune de Perrégaux, à 13 k., dép. Oran ; station ch. de fer d’Arzew à Duveyrier ; télégr. à la gare, pos. à Perrégaux ; 385 eur., 95 ind.; céréales, vigne (400 hect.). 

 

 

Dechmya: village de la commune d’Aumale, arr. et dép. Alger ; école ; bergerie communale. 

 

 

Dehalsa: tribu et caïdat de la commune  indigène, de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dèp. Oran; 1,123 ind. 

 

 

Dehemcha: douar de la commune mixte de Takitount, arr. Bougie, dép. Constantine; 9,028 hect. ; 4,418 ind.: le centre de Périgotville, chef-lieu de la commune, est situé sur son territoire ; gare, la plus proche : Sétif, à 27 k. ; céréales, pommes de terre; élevage : bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Dekakma: village indigène du douar El-kouachi, commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine. 

 

 

Delacroix: (ancien nom : Azeba): village de la commune de Belfort, à 7 k., dép. Constantine ; pos., télégr. à Mila, à 8 k. ; 47 hab. ; céréales, vigne (110 hect.). 

 

 

Deligny (ancien nom : Zérouéla): village de la commune mixte de la Mekerra, arr. Sidi-bel-Abbès, à 16 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Prudhon, à 6 k. ; pos., télégr. à Oued-Imbert; 320 hab., dont 103 esp.; céréales, vigne (270 hect.), fermes importantes. 

 

 

Dellys: chef-lieu de commune et de canton, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger, à 107k.; gare tète de ligne, du chemin de fer sur  routes de Dellys â Boghni ; port de mer ; service régulier de bateaux entre Dellys et Alger; pos., télégr., hôpital militaire, école d’apprentissage des arts et métiers, justice de paix; 14,070 hab. ; ville 3,281, franc. 1,099, ita. 60, ind. 12,756, divers 155: 
commerce de grains, figues, huiles, cultures: blé, 2,100 hect., bechna, 892 hect., avoine, 109 hect., orge, 215 hect., vigne, 125 hect. : prairies naturelles, 220 hect. ; culture maraîchère, 120 hect.; oliviers, figuiers, élevage : bœufs, moutons ; carrière de basalte à Bou-Medas, à 4 k. 500 Sud de Dellys, pierre de taille et pavés de 1ère qualité. 

 

Douars de la commune : Ouled-Madjoub, Beni-Thour, Beni-Slyem et Zaouïa. 

 

 

Delmont et Victor-Hugo: faubourgs de la ville d’Oran limithrophes l’un de l’autre et qui se se confondent ; 1,083 hab. 

 

 

Dely-Ibrahim: chef-lieu de commune  dép. Alger, à 11 k. ; gare la plus proche : Alger ; pos., télégr. : pop. 1,010 hab. ; vil. 259, franc. 587, esp. 268, ind. 122, divers 34 ; eau abondante, climat très sain ; céréales, vigne (450 hect.), élevage du bétail. Services de voitures d’Alger à Dély- Ibrahim. Orphelinat protestant. 

 

 

Deman-el-Begrat: douar de la commune mixte de l’Edough, à 15 k. d’Aïn-Mokra, arr. Bône, dép. Constantine ; 3,472 hect. ;.ind. 406, eur. 10; céréales, fourrages, forêts très importantes de chênes-liège en active exploitation. 

 

 

Demnia: douar de la commune mixte de Collo, arr. Philippeville, dép. Constantine ; à 25 k. de Collo, sur la route de Collo à Philippeville ; 3,439 hect. ; 1,214 ind.; école; céréales, oliviers, forêt de chênes-liège ; élevage : bœufs et chèvres. 

 

 

Denaïra: douar de la commune mixte  de Collo, à 60 k., arr. Philippeville, dép. Constantine ; 7,618 hect. ; 1,761 ind.; céréales, oliviers, forêts de chênes-liège; mine de plomb (concession Chauvain fils); élevage de bœufs et chèvres. 

 

 

Derrag (V. Letourneux, nom nouveau). 

 

 

Derraga-Cheraga: tribu et caï- dat de la commune mixte et du cercle de Géryville ( sub. d’Aïn-Sefra ), dép. Oran; 1,223 ind. 

 

 

Derraga -Gheraba: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 2,209 ind. 

 

 

Desaix (anc. nom : Nador): village de la commune de Marengo, à 7 k., dép. Alger, à 84 k. ; gare la plus proche : Marengo ; franc. 145 ; étrangers 52, ind. 145 : céréales, vigne (315 hect.). 

 

 

Descartes: centre en création de la commune mixte d’Aïn-Fezza, arr. Tlemcen, dép. Oran, à 18 k. de Lamoricière, à 40 k. d’Aïn-Fezza ; gares les plus proches : Tatfaman, à 8 k., Aïn-Tellout, à 4 k. ; pos. à Tassin ; 861 hab. ; terres de bonne qualité, pays boisé, élevage du bétail, exploitation de l’écorce à tan,, fabrication de charbon de bois. 

 

 

Deux-Bassins: ancien poste tégr., auberge et maison cantonnière, sur la route d’Alger à Aumale, à 10 k. de Tablat, dép. Alger ; 
céréales, un peu de vigne. 

 

 

 

Deux-Bassins: restaurants, cafés, sur la route d’Alger à El-Biar, à 4 k. d’Alger. 

 

 

Deux-Lacs (V. Les Lacs). 

 

 

Deux-Moulins: hameau de la commune de Saint-Eugène, à 5 k. d’Alger, sur le bord de la mer ; station chemin de fer sur routes Alger-Goléa; composé de maisons de campagne et de cabanons. 

 

 

Dilhia: douar de la commune mixte  de  Frenda, arr. Mascara, dép. Oran ; 8,641 hect. ; ind. 1,841, eur. 59 ; céréales; élevage: chevaux,bœufs, moutons ; commerce de laines. 

 

 

Diraih: douar de la commune d’Aumale dép. Alger; 2,275 ind. 

 

 

Djafra: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine, à 40 k. de Medjana et à 52 k. de Bordj-bou-Arréridj : 7,503 hect. ; 3,815 ind. ; oliviers, figuiers, forêt. 

 

 

Djama ou Djemaâ: fraction de la tribu d’Ourlana, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,039 ind. 

 

 

Djebabra: fraction, de tribu et cheïkhat indépendant, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 777 ind. 

 

 

Djebala: ancienne tribu constituée en douar sous le nom : douar Ternana, commune mixte de Nedroma, arr. Tlemcen, 
dép. Oran ; mine de zinc au Djebel-Nasser. 

 

 

Djebel-Aïssa-Mimoum: douar de la commune mixte de Mizrana, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger : à 8 k. de Tizi-Ouzou et à 30 k. de Tigzirt ; 3,536 hect. : 4,246 ind. ; céréales, figuiers, oliviers, chênes-liège: altitude : 75 à 500m ; vil. très pittoresques perchés sur les sommets; pays pauvre. 

 

 

Djebel-Amara: douar de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran (ancienne tribu des Oulhana-Gheraba) ; à 25 k. de Montagnac : 14,993 hect.; ind. 5,304, eur. 159: gîtes considérables de marbre, au bord de la mer; céréales, vigne (45 hect.), arbres fruitiers ; élevage : chevaux, bœufs, mulets, moutons et chèvres. 

 

 

Djebel-Anini: mines de zinc et de fer, à 21 k. Ouest 34° Nord de Sétif, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Aougueb: douar de la commune d’Oued-Athménia, dép. Constantine ; 2,686 hect. ; 2,298 ind. 

 

 

Djebel-Dekma: gisements importants de phosphates, commune mixte de Séfia, arr, Guelma, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Dib: mine de cuivre, à 28 k. Sud 29° Est de Bougie, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Dyr: gisements importants de phosphates, à 16 k. Nord 15° Est de Tébessa, dans la commune mixte  de Morsott, dép. Constantine, exploités ; ils sont reliés à la voie ferrée Bône-Guelma par un chemin de fer de 6 k., un câble aérien de 2k. 500 
et une voie ferrée de 4 k. ; concessionnaire : Société française des phosphates du Dyr. 

 

 

Djebel-Groum: douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine; â 15 k. de Mac-Manon et â 8 k. de la station de Màafa : 15,018 hect. ; 1,236 ind. : culture maraîchère très développée, arbres fruitiers en abondance ; gorges remarquables de plusieurs kilomètres de longueur. 

 

 

Djebel-Hadid: mine de fer (hématite), à 45 k. Sud 40° Nord de Ténès, dép. Alger. 

 

 

Djebel-Hadid: mine de cuivre à 25 k. Sud 15° Ouest de Djidjelli, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Haïmeur: mine de zinc (calamine), dans la commune mixte de Souk-Ahras, à 25 k. Ouest de Souk-Ahras, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Hallouf: carrière de marbre, à 4 k. Sud de Guelma, dèp. Constantine ; marbre de taille facile ; exploration récemment 

entreprise. 

 

 

Djebel-Kébir: gisements de phosphates de chaux, à 10 k. Nord 55° de Lalla-Maghrnia, dép. Oran. 

 

 

Djebel-Kerasia: mine de plomb, à 5 k. Nord 5° Est. de Batna, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Kouif (V. Kouif). 

 

 

Djebel-Louh (ancienne tribu des Matmata): douar de la commune mixte du Djendel, arr. Miliana, dép. Alger, à 25 k. de Lavigerie et à 37 k. de la gare d’Affreville ; 15,348 hect. ; 2,203 ind. ; céréales, forêt de chênes-liège. 

 

 

Djebel-Masser: mine de zinc, en exploitation, à 18 k. Sud 24° Est de Nemours, dép. Oran. 

 

 

Djebel-Meksene: village de la commune de Gastonville, arr. Philippeville, dép. Constantine ; pos. à Jemmapes. 

 

 

Djebel-Menès: mine de plomb à 50 k; Est 28° Nord de Batna, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Messâad: tribu et caïdat  de la commune indigène de Bou-Saâda (sub. de Médéa), dép. Alger ; 2,626 ind. 

 

 

Djebel-Oroussa: belles carrières de marbre rouge rosé, à 10 k. Ouest d’Arzew, dép. Oran. 

 

 

Djebel-Ouach: section indigène de la commune de Constantine ; beaux massifs de cèdres, de chênes et de pins : vastes bassins dont les eaux, d’excellente qualité, alimentent la ville de Constantine : à 12 k. de Constantine. 

 

 

Djebel-Ouenza: mine de cuivre, dans la commune mixte de Morsott, à 65 k. Nord de Tébessa, dép. Constantine ; mine de zinc. 

 

 

Djebel-Sfyam: gisements de phosphates, aux Traras, région de Nemours et de Lalla-Maghrnia, dép. Oran. 

 

 

Djebel-Sidi-Nasser: mine de plomb, à 15 k. Est 10° Sud de Souk-Ahras, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Souhaba: mine d’antimoine, à 38 k. Sud 17° Ouest de Souk-Ahras, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Tadjera: fraction du douar Beni-Abeud, commune mixte de Nedroma, arr. Tlemcen, dép. Oran ; gisements de phosphates. 

 

 

Djebel-Taya: mine d’antimoine, à 31 k. Ouest de Guelma, dép. Constantine. 

 

 

Djebel-Youssef: mine de zinc (calamine), à 22 k. Sud 28° Est de Sétif, dép. Constantine. 

 

 

Djebila: poste militaire sur la route de Touggourt au Souf, à 22 k. Nord-Est d’El-Oued (sub. de Batna), dép. Constantine ; oasis 
de palmiers. 

 

 

Djedaoua et Ouled Zemaïl: fraction des Arab-Cheraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 787 ind. 

 

 

Djeddour: fraction de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 792 ind. 

 

 

Djeghalil: village du douar Mansoura, commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine. 

 

 

Djelfa: chef-lieu de commune mixte et de canton (sub. de Laghouat), dép. Alger, à 330 k., sur la route nationale d’Alger à Laghouat ; gare la plus proche : Berrouaghia, à 208 k.; pos., télégr., justice de paix ; pop. 2,016 hab.; vil. 1,702 franc. 310, isr. 81, 
ind. 1,508, esp. 41, divers 76 ; ville fortifiée, hôpital militaire, garnison; grand commerce de laines et peaux ; céréales, légumes, fruits excellents ; climat extrême, froid : en hiver; vastes .étendues d’alfa; élevage : 900 moutons. 

 

 

Djelfa: nom d’une commune indigène et d’un cercle militaire (sub. Laghouat), dont le siège est à Djelfa (ville) ; sup. 2,300,000 hect.; pop. : eur. 190, ind. 55,105; élevage du chameau (18,899), du cheval (1,576), du bœuf (10,066), des moutons (499,960), des chèvres (165,736) ; culture des céréales; arbres fruitiers; 1,200 palmiers et 33,500 autres arbres. 

 

 

Djemâa ou Ouled-Ali: hameau de la commune d’Oued-Imbert, à 5 k., arr. et dép. d’Oran, 122 hab. ; céréales. 

 

 

Djemâa-Sahridj: village indigène sur la route de Fort-National à Tizi-Ouzou, dép. d’Alger: à 21 k. E.-N.-E. de Fort-National et à 2 k. de Mekla; 3,240 ind. ; jardins fruitiers, vignes séculaires ; école ; belles ruines romaines. 

 

 

Djemila: douar de la commune mixte de Fedj-M’zala, à 28 k., arr. et dép. Constantine: 14,406 hect,; 6,008 ind. ; céréales ; élevage : bœufs, mulets, moutons ; ruines importantes de l’ancienne Cuiculum des Romains. 

 

 

Djemora: section indigène de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dèp. Constantine : à 60 k. de Mac-Mahon et à 40 k. de Biskra : 5,703 hect. ; 1,121 ind. ; oasis de 80,000 palmiers. 

 

 

Djenad: douar de la commune mixte d’Azeffoun, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; à 24 k. de Port-Gueydon et à 56 k. de Tizi-Ouzou, gare la plus proche: 4,320 hect; 3,649 ind. ; école au village de Taboudouche ; oliviers, figuiers, caroubiers, chênes-liège. 

 

 

Djenane-ed-Dar: ksar de la commune mixte de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dèp. Oran ; poste militaire, sur la route de Duveyrier à-Figuig, à 27 k. de Duveyrier ; télégr. militaire : pos. à Aïn-Sefra ; 40 ind., 100 eur. 

 

 

Djendel: nom d’une commune mixte  arr. Miliana, dép. Alger, dont le chef-lieu est au village de Lavigerie : sup. 115,061 hect.; pop. 28,081 hab. franc. 583, esp. 149, ind. 27,291 ; culture principale : les céréales; vigne (540 hect.), forêts; élevage : 
chevaux 3,356, boeufs 18,492, moutons 26,267, chèvres 13,184, mulets 706, ânes 5,039. 

 

 

Djendel: douar de la commune mixte de Djendel, arr. Miliana, à 27 k., dép. Alger : gare la plus proche : Affreville, à 18 k. ; 18,561 hect. ; 5,818 ind.; céréales, vigne. Le village de Lavigerie, chef-lieu de la commune est situé sur son territoire. 

 

 

Djendel (V. Lannoy, nom nouveau). 

 

 

Djendeli: mine de zinc (calamine), à 32 k. E.-N.-E. de Batna, dép. Constantine. 

 

 

Djenien-bou-Rezg: village de la commune mixte de Méchéria, cercle d’Aïn-Séfra (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; gare fortifiée du chemin de fer d’Arzew à Duveyrier, à 33 k. de Duveyrier, à 85 k. d’Aïn-Sefra et. à 50 k. de Figuig; poste militaire, chefferie 
du génie, hôpital militaire: oasis de palmiers: marché franc; 175 hab., dont 45 étrangers. 

 

 

Djermane ou Ouled-Djermane: hameau de la commune de Saint-Arnaud, arr. Sétif, dép. Constantine; à 11 k. de Saints-Arnaud, sur la route de Constantine à Sétif : 15 hab. 

 

 

Djerara: douar de la commune mixte de Renault, arr. Mostaganem, dép. Oran; 4,424 hect. : 1,205 ind. ; à 10 k. de la gare de Saint-Aimé; céréales ; élevage : bœufs, moutons. 

 

 

Djermouna: douar de la commune mixte de Takitount, arr. Bougie, dép. Constantine; 1,700 hect. ; 1,623 ind.; forêt de 

chênes-liège des Ghil-Amlane ; à 43 k. de Périgotville et à 53 k. de la gare de Sétif ; céréales ; élevage : bœufs; moutons, 
chèvres; carrière de pierre à plâtre ; fabrication de tapis arabes. 

 

 

Djeurf: fraction de la tribu des Bracha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dèp. Constantine ; 256 ind. 

 

 

Djezia: douar de la commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine, à 50 k. de Cheraïa; 6,031 hect. ; 1,646 ind. ; forêt de chênes-liège. 

 

 

 

Djidiouïa (V. Saint-Aimé, nom. nouveau). 

 

 

Djidjelli: chef-lieu de canton et de commune, arr. Bougie, à 105 k., dép. Constantine, à 165 k.; gare la plus proche : Bougie ; port de mer, pos., télégr., hôpital militaire, inspection des forêts, justice de paix ; pop 6,376; ville 4,223; franc. 1,072, ital. 97, esp. 78, ind. 5,036 ; céréales (900 hect.), vigne (158 hect), culture maraîchère, orangers, citronniers, oliviers, figuiers, pruniers, pom-miers ; élevage des ânes et des porcs ; fabriques de lièges et bouchons, usines à huile, salaison du poisson, congélation du poisson, exploitation des forêts pour les traverses de chemin de fer et le bois de charronnage ; région montagneuse une des plus pluvieuses de l’Algérie : la tranche d’eau dépasse 1 met. 

 

Douar de la commune : Beni-Caïd,. 2,109 ind. 

 

 

Djellali-ben-Amar: station chemin de fer de Mostaganem à Tiaret, dans la commune mixte de Frenda, dép. Oran, à 184 k. ; caravansérail à 58 k. de Relizane et à 134 k. de- Mostaganem. 

 

 

Djimla: douar de la commune mixte de Tababort, arr. Bougie, dép, Constantine; 9,1.40 hect. ; 6,490 ind. ; à 55 k. de Djidjelli ; céréales, oliviers, orangers ; forêt de chêne-liège des Beni-Affeur ; élevage des bœufs (2,010 tètes), des moutons (3,627 têtes), chevaux, mulets. 

 

 

Djoua: douar de la commune mixte  d’Oued-Marsa, arr. Bougie, dép. Constantine; 8,078 hect.: 4,271 ind.; forêt de chênes-liège des Béni-Mimoun : à 8 k. de Bougie et à 25 k. du cap Aokas ; céréales, oliviers, caroubiers, figuiers (figues très recherchées) ; minerais ; marché le mardi.

 

 

Djouab: douar de la commune mixte  d’Aumale, dép. Alger ; 6,253 hect. ; 2,188 ind. ; à 30 k. d’Aumale ; blé, orge; forêts de chênes-verts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres. 

 

 

Djouidat: douar de la commune mixte  et du cercle de Lalla-Maghrnia (sub. de Tlemcen), dèp. Oran ; 4,244 hect.: 324 ind., 214 eur. 

 

 

Djurdjura: nom d’une commune mixte  arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger, dont le siège est à Michelet; sup. 25,000 hect. ; pop. ; 62,840 hab. ; franc. 150; ind. (kabyles) 62,654, divers 28; la c. comprend, dans son territoire, la partie la plus élevée du massif qui lui a donné son nom ; terres de médiocre qualité ; climat froid l’hiver, chaud l’été ; eaux abondantes; altitude minima 600m, maxima 2,300m; céréales, oliviers, figuiers, vigne, arbres fruitiers ; élevage : bœufs 6,800, moutons 9,161, mulets 2,067, ânes 3,000. 
Les habitants font le commerce des grains, laines, bestiaux et étoffes ; ils fabriquent, des bijoux estimés, des armes, des tapis dits  « Abaya ». 

 

 

Dollfusville (ancien nom : Amoura): village de la commune mixte du Djendel, arr. Miliana, dép. Alger ; à 15 k. de Lavigerie ; gare la plus proche : Affreville, à 32 k. ; pos., télégr. à Lavigerie ; 127 hab., dont 22 étrangers ; céréales, vignes (425 hect.) ; domaine important de la Compagnie viticole d’Amoura (369 hect. vignes). 

 

 

Dombasle: village récemment créé, dans la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, dép. Oran; distance de Cacherou 15 k. et de Palikao 16 k.: zone arrosable, culture des céréales, de la vigne et arbres fruitiers; fermes importantes dans la région ; 40 hab. ; élevage du mouton. 

 

 

Douaïr: gîte d’étape, sur la route de Boghari à Aumale, à 25 k. de Boghari, arr. Médéa, dép. Alger. 

 

 

Douaïr-Flitta: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran; 8,380 hect.; 2,096 ind.; à 15 k. de Clinchant ; céréales ; élevage du bétail. 

 

 

Douaouda: village de la commune de Coléa, à 5 k., dép. Alger, à 37 k. ; station chemin de fer sur routes d’Alger à Coléa ; télégr., recette pos. à Coléa; pop. : ind. 380, franc. 200, esp. 193 ; céréales, vigne (395 hect.), tabac, culture maraîchère. 

 

 

Douaouda-les-Rains: station balnéaire; nombreuses villas, plage très fréquentée. 

 

 

Doucen: bordj de la commune mixte de Biskra à 60 k., au confluent des nombreuses vallées qui forment l’Oued-bou-Melek ; oasis. 

 

 

Douera: chef-lieu de commune, dép. Alger, à 23 k. ; gare là plus proche : Boufarik, à 12 k. ; pos., télégr., hôpital civil, pénitencier militaire ; pop. : 4,199 hab. ; vil. 1,772 franc. 1,718, esp. 602, ind. 1,711, divers 78; bâtie dans les massifs du Sahel, 
Douera domine la plaine de Mitidja ; terres de bonne qualité ; céréales, vigne (1,575 hect.),tabac; préparation du crin végétal ; centre commercial. 

 

 

Douï-Foukani: point d’eau (3 puits), à 15 k. de Djenien-bou-Rezg ; commune mixte de Méchéria, cercle et subdivision d’Aïn-Sefra, dép. Oran. 

 

 

Douï-Hassem: tribu de la commune mixte de Téniet-el-Had, arr. Orléanville, dép. Alger ; 32,100 hect. ; 1,483 ind. ; à 45 k. de Téniet-el-Had ; céréales ; élevage ; bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Douï-Tahtani: point d’eau, étape, à 24 k. de Djenien-bou-Rezg, commune mixte de Méchéria, cercle et sub. d’Aïn-Sefra, dèp. Oran. 

 

 

Doui-Thabet: douar de la commune mixte de Saïda, arr. Mascara, dép. Oran ; 20,022 hect.: 1,952 ind., 32 eur.; à 20 k. de Saïda, à 72 k. de Mascara; céréales, un peu de vigne; élevage : moutons, chèvres. 

 

 

Dra-Barrouta (ancienne tribu des Senadja): douar de la commune mixte de Palestro, dép. Alger ; 4,059 hect. ; 3,479 ind. : à 25 k. de, Palestro ; céréales, oliviers ; marché le dimanche. 

 

 

Dra-ben-Kedda(V. Mirabeau, nom nouveau). 

 

 

Dra-ben-Kedda: fermes du village de Mirabeau, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; céréales, vigne, paturages. 

 

 

Dradeb: douar de la commune Noisy-les-Bains, arr. Mostaganem, dép. Oran; 1,290 hect. ; 628 ind. 

 

 

Dra-el-Caïd: douar de la commune  mixte de Guergour, arr. Bougie,dép. Constantine; à 20 k. de Lafayette; 10,179 hect.: 4,403 ind.; céréales, arbres fruitiers; élevage du bétail. 

 

 

 

Dra-el-Mizan: chef-lieu de canton et de commune, arr. Tizi-Ouzou, à 40 k., dép. Alger, à 112 k. : gare la plus proche : Aomar, à 12 k. ; pos., télégr., justice de paix ; pou. 4,496 hab. ; vil. 789, franc. 554, ind. 3,891, divers 51 ; céréales, vigne (145 hect.), oliviers, figuiers, prairies naturelles, tabac ; commerce d’huiles, de ligues sèches, de peaux ; carrière de marbre à l’Oued-Kessari, à 7 k. 
Nord-Est de la ville. 

 

Douar de la commune : Ichoukrène, 1,835 ind. 

 

 

Dra-el-Mizan: nom d’une commune  mixte dont le siège est à Dra-el-Mizan (ville); sup. 45,656 hect.; pop. 46,009 hab. ; franc. 378, ind. 45,610 ; céréales, vigne (275 hect.), oliviers, figuiers, forêt de cèdres dans les Beni-Gouffi ; élevage : 8,216 bœufs, 12,963 moutons, 757 mulets ; carrière de grès meulier, de marbre rouge et de calcaire, dans les douars d’Amtouline et de Bou-Addou. 

 

 

Dra-Hamine: mine de zinc (blende et calamine), à 8 k. Est 15° Sud de l’Arba, dép. Alger; mine concédée. 

 

 

Draïssa: fraction de la tribu des Arab-Gheraba, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 492 ind. 

 

 

Dra-Kebila: douar de la commune  mixte de Guergour, arr. Bougie,dép. Constantine; à 18 k. de Lafayette; 10,644 hect. ; 5,555 ind. ; école au village de Louta-N’Kourt: céréales, figuiers en quantité: élevage du bétail. 

 

 

Dra-Larba: section de la commune mixte de Soummam (tribu des Ouled-Abd-el-Djebar), arr. Bougie, dép. Constantine; 8,929 ind. ; école; à 45 k. de Sidi-Aïch, à 30 k. d’Oued-Amizour ; céréales, figuiers, oliviers, caroubiers; forêts de chênes-liège et chênes-verts. 

 

 

Dra-Larba: caravansérail, à 20 k. de Colmar et à 39 k. d’Oued-Amizour. 

 

 

Dramena: douar de la commune mixte  des Beni-Salah, arr. Bône, dép. Constantine, à 25 k. de Saint-Joseph ; 5,143 hect.; 1,517 ind.; céréales, oliviers,forêts de chênes-liège: élevage: moutons, chèvres..

 

 

 

Daria: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 15 k.; gare la plus proche : Alger; pos., télègr. ; pop. 1,467; vil. 356, franc. 380, esp. 219, ind. 800, divers 68: céréales, vigne (692 hect.); carrière de pierre de taille. 

 

 

 

Dra-es-Sâa: gare fortifiée du chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 6 k. d’Aïn-Sefra, dép. Oran. 

 

 

Dréa: hameau de la commune mixte de Souk-Ahras, dép. Constantine; station chemin de fer de Souk-Ahras a Tébessa ; culture des céréales. En face la gare : le tombeau du marabout Sidi Brahim. 

 

 

Dréan: hameau sur la roule de Bône à Constanline, à 22 k. de Bône et à 10 k. de Duzerville : pos.,. télégr. à Bône. 

 

 

Dréat: douar de la commune mixte de M’sila, à 50 k., arr. Sétif, dép. Constantine: 7,100 hect.; 1,648 ind.; céréales, forêts, élevage du mulet,commerce de bestiaux. 

 

 

Droh: fraction et cheïkat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine : 356 ind. 

 

 

Dublineau (ancien nom : Oued-el-Hammam): chef-lieu de commune, arr Mascara, à 20 k., dép. Oran, a 96 k. ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier; pos., télégr. ; pop.: franc. 293, esp. 315, ind. 885 ; céréales, vigne (112 hect.), culture des primeurs, pommes de terre. 

 

 

Dunes (Les): station chemin de fer sur routes d’Alger à Coléa, à 20 k. d’Alger. 

 

 

Duperré: chef-lieu de canton et de commune, siège de l’administration de la commune des Braz, arr. Miliana, à 32 k., dép. Alger ; station chemin de fer Alger à Oran; distance d’Alger, 146 k.; pos., télégr., jus. de p. ; pop. 4,982 hab.: vil. 824,,franc. 552, isr. 110, ind. 4,168, esp. 98, divers 54 ; céréales, vigne (450 hect.), arbres fruitiers : 2,000 orangers, 1,500 mandariniers, 3,000 amandiers; élevage du bétail ; marché important pour grains, laines, bestiaux, glands, huiles, sparteries ; préparation du crin végétal ; le vignoble de la commune se trouve dans le douar Bou-Zehar (365 hect.). 

 

Douars de la commune : Bou-Zehar, Oued-Ouaguenay, 

 

 

Dupleix (ancien nom : Oued-Dhamous): village de la commune mixte de Gouraya, arr. et dép. Alger; à 27 k. de Gouraya, à 15 k. de Villebourg et à 52 k. de Cherchel ; gare la plus proche : Marengo, à 73 k. : pos., télégr. à Gouraya ; 288 hab. : oliviers, vigne (75 hect.), crin végétal ; débarcadère pour desservir les régions voisines privées de moyens de communication. 

 

 

Duquesne: chef-lieu de commune, arr. Bougie, dép. Constantine, à 160 k.; gare la plus proche : Bougie, à 102 k. ; télégr. recette pos. à Djidjelli ; pop. : 3,152 hab. ; vil. 184, franc. 192, ind. 2,960 ; terres excellentes; céréales, vigne (306 h.), fourrages, oliviers, forêt de chênes-liège ; élevage du bœuf. 

 

Douar de la commune : M’rabot-Moussa, 2,950 ind. 

 

 

 

Dutertre: centre en création, commune mixte de Téniet-el-Had, à 14 k., dép. Alger, sur la route de Téniet-el-Had à Affreville; gare la plus proche : Affreville. à 45 k.; 28 hab.; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêt de chênes ; élevage du bétail. 

 

 

Duthier: fermes de la commune de Mostaganem, à 2 k., dép. Oran ; 47 hab. 

 

 

Duveyrier: village de la commune mixte  de Méchéria, cercle et sub. d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; gare terminus de la ligne Arzew-Duveyrier ; à 118 k. d’Aïn-Sefra et à 615 k. d’Oran; poste militaire, au confluent de l’oued Dermel et de l’oued Douis.; 53 ind., 50 franc., 147 étrangers ; belle végétation saharienne ; eau bonne et abondante. 

 

 

Duvivier: chrf-lieu de canton et de commune; arr. Bône, à 58 k., dép. Constantine, à 165 k. ; gare chemin de fer Bône-Tunis, embranchement pour Guelma, Constantine ; pos., télégr., justice de paix; pop. 1,859 hab.; vil. 401, franc. 470, ita. 152, ind. 1,183, divers 54; céréales, vigne (149 hect.), oliviers. 

 

Douar de la commune : Bou-Kricha, 1,183 ind. 

 

 

Dyr (Le) (V. Djebel-Dyr). 

 

 

Duzerville: chef-lieu de commune, arr. Bône, à 11 k., dép. Constantine, à 209 k.; station chemin de fer Bône-Tunis ; pos., télégr.; pop. : 539 franc.., 354 ita., 3,680 ind. ; céréales, grande culture de la vigne (1,352 hect.) ; arbres fruitiers, 2,425 orangers ou mandariniers ; élevage des bestiaux ; mine de fer des Karézas, exploitée par la Compagnie de Mokta-el-Hadid ; carrière de  calcaire.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 
 
 

 

 






Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45