Les communes d’Algérie 1903 / en ‘P’ & ‘Q’

21062018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Palat (anc. nom: MelIakou): village de la commune mixte de Tiaret, arr. Mostaganem, dép. Oran; à 17 k. de Tiaret et à 239 k. d’Oran ; pos. à Tiaret, télégr. ; 668 hab., dont 106 étrangers; céréales, vigne(60 hect.); culture maraîchère ; élevage des bœufs, moutons, porcs. 

 

 

Palestro: chef-lieu de commune et de canton, arr. et dép. Alger, à 77 k. ; station chemin de fer Alger-Coustantine ; pos., télégr., jus. de p. : pop. 4,552 hab. ; vil. 605 ; franc. 440, esp. 174, ind. 3,887, divers 51 ; climat sain, terres fertiles; céréales, oliviers, 
vigne (300 hect.) ; élevage du bétail ; marché important ; gorges de 8 k. de longueur très remarquables par leur aspect sauvage et pittoresque ; plaines et montagnes ; carrières de marbre dans les gorges. 

 

Douars : Ammal (partie), 1,530 ind.; Mosbaha, Tiliouin, Bou-Derbala. 

 

 

Palestro: nom d’une commune mixte dont le siège est à Palestro (ville) ; sup. 67,471 hect. ; pop. 426 franc., 104 étrangers, 41,098 ind. ; plaines et montagnes ; céréales, vigne (450 hect.) ; élevage du bétail : bœufs 6,500, moutons 13,125, chèvres 
34,615, mulets 1,035; source d’eaux alcalines, gazeuses, ferrugineuses de l’Oued-Edjelata, près de Ben-Haroun, débit 4,000 litres en 24 heures; mines de zinc à Guerrouma, à 15 k. Ouest de Palestro, et à Nador-Chaïr, à 10 k. Ouest ; les deux mines en exploitation. 

 

 

Palikao: chef-lieu de commune et de canton, arr. Mascara, à 20 k., dép. Oran, à 120 k. ; gare la plus proche : Mascara ; siège de l’administration de la commune mixte de Cacherou ; pos., télégr., jus. de p. ; pop. 1,314 hab.; vil. 1,039 ; franc. 308, isr. 137, esp. 217, ind. 644 ; terres excellentes, eau abondante ; céréales, vigne (120 hect.), culture maraîchère, fruits ; élevage du bétail. 

 

 

Palissy (anc. nom : Sidi-Khaled): chef-lieu de commune, arr. de Sidi-bel-Abbès, à 12 k., dép. Oran, à 86 k. : station chemin de fer Sainte-Barbe-du-Tlélat à Tlemcen ; télégr. à la gare, pos. à Bou-Kanéfis ; pop. 1,202 hab.; vil. 780; franc,. 331, esp. 368, ind. 327, marocains 176; céréales, vigne (495 hect.), culture maraîchère. 

 

 

Panier-Fleuri: petit hameau sur la route d’Alger à El-Biar, a 2 k. d’Alger ; à côté, le Fort-l’Empereur, dont la prise amena la 
capitulation d’Alger, en 1830. 

 

 

Parmentier (anc. nom : Aïn-el-Hadjar): village de la commune mixte de La Mékerra, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. d’Oran; à 22 k. de Sidi-bel-Abbès, à 12 k. de Palissy et à 6 k. de Lamtar: pos. à Sidi-bel-Abbès, télégr. ; 580 hab., dont 280 franc.: céréales, vigne (275 hect.) ; carrière de calcaire très étendue (pierres de taille). 

 

 

Pasteur (anc. nom : Seriana): village de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, dép. Constantine ; gare la plus proche : El-Mahder, à 16 k. ; pos., télégr.; pop. 158 hab.; céréales, vigne, culture maraîchère; ruines romaines. 

 

 

Pélissier: chef-lieu de commune, arr. Mostaganem, à 4 k. Nord-Est, dép. Oran, à 96 k. ; station chemin de fer Mostaganem-Tiaret ; télégr., pos. à Mostaganem ; pop. : 428 franc., 105 esp., 1,904 ind. ; céréales, vigne (1,957 hect.); oliviers ; vins très estimés ; culture des primeurs; riches exploitations agricoles. 

 

Douar: Sidi-Fellah. 

 

 

Penthièvre: chef-lieu de commune, arr. Bône, à 33 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Mondovi, à 17 k. ; télégr.  municipal, pos. à Duzerville ; pop. : 176 franc., 60 étrangers, 1,987 ind. ; céréales, vigne (69 hect.) : élevage du bétail ; marché important. 

 

Douars : Oued-Dardara, Bou-Hammam. 

 

 

Périgotville (anc. nom : Aïn-Kebira): village de la commune mixte de Takitount et siège de l’administration de cette commune, arr. Bougie, dép. Constantine ; garé la plus proche : Sétif, à 27 k. : 218 franc., 265 ind., 76 étrangers; céréales, vigne, arbres 
fruitiers ; élevage : bœufs, moutons. 

 

 

Perrégaux: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran, à 76 k., distance de Mostaganem : 40 k. ; station chemin de fer d’Oran à Alger, bifurcation pour la ligne d’Arzew à Duveyrier ; pos., télégr., jus. de p. ; pop. : 9,370 hab. ; ville 3,501; franc. 1,195, naturali- 
sés 652, isr. 145 ; esp. 3,269, ind. 3,907, divers 202. Un barrage, d’une longueur de 478 m, avec une épaisseur de mur à la base de 39 m, pouvant contenir 14 millions de mètres cubes d’eau, assure la prospérité de la contrée. Céréales, vigne (409 hect.), pâturages excellents; culture des primeurs; pommes de terre, fruits ; orangers 33,600, mandariniers 24,000, grenadiers 10,000, 
pommes, poires ; élevage du bétail ; moulins à farine ; usine pour le pilonnage, le peignage et la filature de l’alfa ; distilleries agricoles. 

Douars : Ferraguig, Ouled-Saïd. 

 

 

Perret: hameau de la commune mixte d’Aïn-Temouchent, à 30 k., dép. Oran, à 60 k. ; gare la plus proche : Rio-Salado ; 450 hab., dont 343 esp.: céréales, vigne (250 hect.). 

 

 

Petit: chef-Lieu de commune, arr. Guelma, à 8 k., dép. Constantine, à 139 k. ; station chemin de fer Bône à Kroubs; télégr. à la gare, pos. à Duvivier : pop. : 185 franc., 3,025 ind. ; pays boisé ; céréales, tabac, vigne (150 hect.), jardins maraîchers, arbres 
fruitiers, 40,000 pieds d’oliviers ; huile très estimée ; carrière de calcaire blanc veiné, à 4 k. de la gare. 

Douar : Beni-Marnia. 

 

 

Petit-Port: hameau de la commune mixte de Cassaigne, à 17 k., arr. Mostaganem, dép. Oran, au bord de la mer; 16 hab. ; terres propres à la culture des céréales et de la vigne ; forêt ; embarcadère pour le transport par mer sur Mostaganem. 

 

 

Phalsbourg: centre forestier privé, au milieu des forêts de l’Akfadou, commune mixte de Soummam, arr. Bougie, dép.  Constantine, près de Taourirt-Ighil. 

 

 

Phare-Bengut: station chemin de fer sur routes de Dellys à Boghni ; distance de Dellys, 5 k. et d’Alger, 116 k. 

 

 

Philippeville: chef-lieu de commune, de canton et d’arr., dép. Constantine; distance d’Alger, par chemin de fer, 548 k.; distance de Constantine, 84 k. ; gare tête de ligne de Philippeville à Constantine ; port de mer important ; pop. totale: 21,462 hab.; 
ville 14,843 ; franc, nés en France 2,424, franc, nés en Algérie 4,593, naturalisés 1,273, isr. 158, ita. 3,506, esp. 396, ind. 7,145, divers 1,907 ; sous-préf., tribunal de 1ère instance, consulats, sous-intendance militaire, collège, chambre de commerce, hôpital civil, hôpital militaire, inspection des douanes ; pos., télégr. ; cultures : céréales diverses (7,500. hect.), vigne (2,625 hect.), 
plantes fourragères (2,965 hect.), culture maraîchère (185 hect.) ; arbres fruitiers de toute nature, en abondance : orangers 36,000, mandariniers 29,500, citronniers 4,700, amandiers 10,500; oliviers: sup. plantée 255 hect. ; mines de fer, de zinc et de cuivre non exploitées ; carrières de marbre, particulièrement, celles du Filfila. Industrie : préparation du liège, minoterie, fabrique d’huile d’olives, salaisons de poissons, fonderies de fer et de cuivre. 

 

Douars de la commune : Arb-Filfila, 1,112 ind ; Beni-Bechir, 1,714 ind. 

 

 

Philippeville (Arr. de): La nature du sol est fort variable ; aux environs de Philippeville et de Stora, les sols argilo-siliceux ou 
silico-argileux dominent ; dans les parties basses, les alluvions sont souvent caillouteuses, tantôt plus ou moins compactes. La vigne occupe une place assez importante dans les régions de Philippeville, Jemmapes, Saint-Charles, Robert-ville, etc. (3,213 hect.). Les vignobles détruits par le phylloxéra sont en ce moment l’objet d’une reconstitution méthodique par les plants 
américains et en train de renaître. Les céréales sont également beaucoup cultivées. Les oliviers et les arbres fruitiers sont assez répandus. Culture du tabac assez dévelloppée ; culture des primeurs. L’élevage du bétail est assez général. Les versants sont couverts de forêts de chênes-liège jusque vers Collo. 

 

 

Pins (Les): station chemin de fer de Tabia à Ras-el-Mà; à 7 k. de Magenta et à 121 k. de Sainte-Barbe-du-Tlélat, dans la commune mixte du Télagh, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 29 hab. 

 

 

Pirette (anc. nom : Aïn-Zaouïa): village de la commune mixte de Dra-el-Mizan, à 8 k., dép. Alger, à 120 k.; gare la plus proche : Aomar, à 18 k. ; pos., télégr. à Dra-el-Mizan ; 127 hab. ; céréales, tabacs, vigne, oliviers. 

 

 

 

 

Planteurs (Les): une des promenades favorites des hab. d’Oran, à 2 k. de la ville, au pied du Moudjardo; massif de pins d’Alep, percé de jolies allées.

 

 

Pointe-Pescade: village de la commune de Saint-Eugène, à 4 k. et à 7 d’Alger ; station chemin de fer sur routes d’Alger à Coléa, sur le bord de la mer, très fréquenté par les pêcheurs et les promeneurs; nomreuses villas appartenant à des Algérois ; cafés, restaurants ; culture maraîchère ; vigne (120 hect.) ; 605 hab., dont 110 étrangers.

 

 

Pont-Albin: hameau de la commune mixte de Misserghin, à 8 k. d’Oran et à 4 k. 500 de Noiseux, sur la route d’Oran à Misserghin ; culture de la vigne (72 hect.).

 

 

Pont-Bougdoura: station chemin de fer sur routes de Dellys à Boghni ; distances : de Dellys 37 k., du Camp-du-Maréchal 6 k., d’Alger 96 k.

 

 

Pont-d’Aumale: hameau à 3 k. de Constantine ; pos., télégr. à Constantine.

 

 

Pont-de-Duvivier: hameau de la commune mixte de Beni-Salah, arr. Bône, à 55 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Duvivier, à 3 k.; pos., télégr. à Duvivier; 131 hab. ; culture des céréales, vigne, croisement des chemin de fer Bône-Guelma et Bône-Tunis.

 

 

Pont-de-l’Isser: chef-lieu de commune, arr. Tlemcen, à 31 k., dép. Oran; pos., télégr. ; gares les plus proches : Aïn-Temouchent, à 33 k. ; Tlemcen, à 31 k. ; commune nouvellement créée ; pop. : 205 franc., 1,350 esp., 3,741 ind., 452 marocains ; terres en grande partie irrigables ; céréales, vigne (204 hect.) ; nombreuses plantations d’oliviers ; 10,350 orangers, 2,550 mandariniers; culture maraîchère ; carrière de grès blanc d’une grande richesse. 

 

Douar : Ouled-Sidi-Abdelli.

 

 

Pont-de-l’Oued-Djer: hameau de la commune de Bou-Medfa, à 5 k. ; pos., télégr. à Bou-Medfa; 81 hab.; Céréales, vigne, élevage du bétail.

 

 

Pont-de-Mascara: ferme isolée, à 7 k. de Tlemcen, dép. Oran ; 14 hab.

 

 

Pont-d’Hippone: hameau de la commune de Bône, à 2 k., dép. Constantine; 100 hab.

 

 

Pont-du-Caïd: village de la commune mixte de Teniet-el-Had, à 42 k. et à 38 k. de Miliana; gare la plus proche: Affreville, à 17 k. ; pos., télégr. à Affreville ; 107 hab. ; céréales, vigne.

 

 

Pont-du-Cheliff: chef-lieu de commune, arr. Mostaganem, à 25k., dép. Oran ; gare la plus proche : Aïn-Tédelès, à 6k. ; pos., télégr. à Aïn-Tédelès; pop. : 88 franc., 3,010 ind. ; céréales, un peu de vigne, fourrages, culture de l’olivier; élevage du bétail. Ruines romaines remarquables.

 

 

Pontéba: village de la commune d’Orléansville, à 6 k.; station chemin de fer Alger-Oran ; pos., télégr. à Orléansville : pop.: 145 fr., 43 esp., 286 ind.; céréales, vigne (83 hect.) ; élevage du bétail.

 

 

Port-aux-Mouches: nom sous lequel on désigne la Pointe-Pescade. (V. Pointe-Pesçade).

 

 

Port-aux-Poules: petit hameau du village de Zaàtra, sur le bord de la mer; belle plage, à 2 k. 500 de Courbet, dép. Alger : anc. port romain ; pèche abondante de sardines, ateliers de salaisons.

 

 

Port-aux-Poules: hameau sur le bord de la mer, à 9 k. de Saint-Leu, à 17 k. d’Arzew et à 60 k. d’Oran ; télégr. à la gare ; pos. à Arzew ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier ; 302 hab. ; céréales, un peu de vigne; source sulfureuse jaillissante, à 251 m de
profondeur, découverte en faisant des recherches de pétrole ; établissement thermal très confortable.

 

 

Port-Gueydon (anc. nom : Azeffoun): chef-lieu de canton et de la commune mixte d’Azeffoun, arr. Tizi-Ouzou, à 70 k., dép. Alger, à 160 k. ; gares les plus proches : Takriets-Seddouk, à 55 k. ou Tizi-Ouzou, à 70 k. ; port de mer pour le cabotage ; service, régulier de bateaux partant d’Alger; pos., télégr., jus. de p. ; pop. agglomérée au vil. : 378 hab., éparse, 120 ; commercé d’hui-
les, caroubes, liège.

 

 

Portes-de-Fer (Les): station chemin de fer Alger-Constantine ; à 185 k. d’Alger et à 13 k. de Beni-Mansour; pos. à Bordj-bou-Arréridj.

 

 

Praxbourg: grande exploitation forestière privée, dans le douar de Medjadjeda, commune mixte de Collo, arr. Philippeville, dép. Constantine.

 

 

Prévost-Paradol (anc. nom : Méchera-Sfa): centre de création récente, en peuplement, commune mixte de Tiaret, arr.  Mostaganem, dép. Oran ; station ch. de fer Mostaganem à Tiaret, à 2 k. 500 du vil. ; à 37 k. de Tiaret et à 87 k. de Relizane; pos. à Tiaret ; 238 hab., dont 99 étrangers; céréales ; terres propres à la culture de la vigne.

 

 

Prudon (ancien nom: Sidi-Brahim): chef-lieu de commune, arr. Sidi-bel-Abbès, à 11 k., dép. Oran, à 53 k. ; station chemin de fer Sainte-Barbe-du-Tlèlat à Tlemcen; télégr. à la gare, pos. à Oued-Imbert ; pop. : 258 franc., 484 esp., 65 ind. ; eau abondante; céréales, vigne (744 hect.); culture maraîchère.

 

 

Puits (Le): hameau, à la sortie de la plaine du Cheliff, .sur la route d’Affreville à Teniet-eï-Had, à 12 k. d’Afïreville, dép. Alger;
pos., télégr. à Affreville ; centre de création récente. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatre-Chemins: station chemin de fer Oran à Arzew ; distance d’Oran 5 k. ; culture de la vigne (105 hect.).

 

 

Quatre-Chemins: hameau de la commune de Boufarik, à 5 k. de Douéra et à 2 k. d’Oued-Mendil ; point de jonction de plusieurs routes, halte pour les rouliers et les colons ; gare la plus proche : Birtouta, à 10 k. ; pos., télégr. à Boufarik; 106 habitants ; culture de la vigne (295 hect.).

 

 

Quatre-Fermes: fermes importantes du village de Dalmatie, à 3 k., commune de Blida, dép. Alger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 



Le Cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica)

19062018

 

 

 

 

 

 

 

Endémique des montagnes d’Afrique du Nord, forêts disjointes et souvent menacées. Appelé aussi cèdre bleu, cet arbre aux aiguilles vert bleuté est l’essence noble des forêts marocaines et algériennes. Capable de dépasser la taille du cèdre du Liban (50 m contre 40 m environ), il s’en différencie par un port plus érigé et élancé, plus pyramidal (surtout lorsqu’il est jeune), des branches plus courtes et ascendantes, une écorce grise plus claire, lisse et luisante qui se craquelle en vieillissant, et enfin des cônes moins longs

(5 à 6 cm) avec souvent un petit creux au centre. Au Maroc, Cerdus atlantica occuperait environ 90 000 ha, parfois sous forme de lambeaux, dans le Rif et le Jbel Tazzeka, le Moyen Atlas central (région d’Ifrane) et oriental. En Algérie son aire, également tributaire de l’orographie, se répartit sur 20 000 ha entre les forêts mieux conservées de l’Atlas tellien (de l’Ouarsenis à la Kabylie) et celles de l’Atlas saharien en forte régression (du Hodna à l’Aurès).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cèdre de l'Atlas (Cedrus atlantica) dans Nature 1523192815-artfichier-702125-6356380-201610202857143 

Une forêt de cèdres dans la région d’Azrou-Ifrane au Maroc.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses exigences écologiques lui permettent une assez grande amplitude altitudinale. C’est le cèdre le plus rustique : selon certains paléobotanistes, il vivait déjà dans le sud-ouest de l’Europe à la fin de l’ère tertiaire (au Miocène et au Pliocène). Sa disparition au nord du bassin remonterait aux périodes froides de l’ère quaternaire (à environ 500 000 ans). Sa présence au Maroc est attestée depuis plus de 120 000 ans (mais seulement depuis 5 000 BP sur le Moyen Atlas) et, en Kroumirie, depuis moins 37 700 BP ; dont on explique son absence actuelle en Tunisie par l’action des Phéniciens, grands constructeurs de bateaux. Indifférentes aux substrats, surtout calcaires mais parfois gréseux comme dans le Rif ou basaltiques comme dans le Moyen Atlas tabulaire, les cédraies de l’Atlas se rapportent à un large éventail bioclimatique et altitudinal. 

 

 

 

Certes, ce sont les cédraies de moyenne altitude, « les cédraies montagnards-méditerranéennes qui sont de loin les plus répandues entre 1700 et 2100 m en moyenne ».  Cependant, des individus isolés peuvent s’observer vers le bas, dans de basses vallées humides (autour de 1000 m), comme vers le haut, sur les sommets du Djurdjura et de l’Aurès (vers 2300 m), dans le Rif (vers 2400 m) et le Moyen Atlas (vers 2600 m). Au total, les cédraies comportent trois types altitudinaux qu’on rattache à une gamme bioclimatique allant du perhumide, sur le Rif, au subhumide et peut-être au semi-aride, sur l’Aurès. 

 

Les cédraies de basse altitude sont présentes en bioclimat humide froid à l’étage supra-méditerranéen (surtout entre 1500 et 1700 m). Les cédraies de moyenne altitude répondent plutôt à une variante très froide du bioclimat humide (mais aussi subhumide ou perhumide) à l’étage montagnard-méditerranéen, d’environ 1700 à 2100 m. Les cédraies de haute altitude sont présentes surtout en ambiance subhumide extrêmement froide, à l’étage oroméditerranéen (d’environ 2100 à 2500 m).

 

 

 

Le cèdre de l’Atlas est intégré à la dynamique des chênaies sclérophylles (chêne vert à feuilles rondes) et caducifoliées (chêne faginé et surtout chêne zéen). Quant aux autres conifères qui s’associent à Cedrus atlantica, ils restent rares ou très localisés, que ce soient le pin de Maurétanie et le pin maritime, ou le sapin du Maroc et le sapin d’Algérie. Le pin d’Alep, quant à lui, ne se mélange pratiquement pas avec le cèdre. Enfin le genévrier thurifère commence son ascension dans les cédraies claires ou dégradées de haute altitude. 

 

 

 

 

le problème actuel des cédraies de l’Atlas est leur dégradation par les multiples activités humaines. L’essor démographique, le pastoralisme intensif, les ébranchements anarchiques, les incendies n’ont laissé bien souvent que des lambeaux de forêts « ponctués de vétérans moribonds et de chandelles sur pied », menaçant ainsi leur génération comme dans le Moyen Atlas central et oriental ou le Haut Atlas oriental. Certes il existe bon nombre de cédraies de basse ou moyenne altitude qui, sous couvert du chêne vert ou du chêne zéen, se régénèrent assez bien, celles de moyenne altitude se régénérant cependant surtout à découvert, dans les trouées de clairière, en préforêt ou en lisière. 

 

 

 

Mais les coupes effectuées dans les chênes verts ou les genévriers thurifères associés aux cédraies claires d’altitude exposent le sol au phénomène de l’érosion hydrique. Or, si le cèdre s’accommode de tous les types de substrats, son système racinaire pivotant et puissant n’aime pas les sols superficiels ni les dalles rocheuses peu fissurées. Alors se déclenchent les processus de la désertification, que vient souvent renforcer une succession d’années particulièrement sèches.Et depuis au moins deux décennies, la fragmentation plus grande des cédraies, l’appauvrissement de leur biodiversité, entraînent d’autres dégâts : l’écorçage des jeunes arbres par les singes magots. Au Maroc comme en Algérie, « le magot (Macaca sylvanus) et le cèdre de l’Atlas constituent deux éléments essentiels d’un même type d’écosystèmes ayant fonctionné en parfait équilibre depuis des centaines de milliers d’années ». Et comme ils voient diminuer leur domaine vital et leurs ressources en eau, par exemple dans le Moyen Atlas central (forêt d’Aïn Kahla), ils pratiquent l’écorçage des jeunes cèdres afin d’en lécher les sels minéraux. Et « la carte de l’ampleur des dégâts se superpose parfaitement à la carte de la pauvreté de la forêt en biodiversité végétale ». 

Si les cédraies d’Algérie, de l’Aurès et du Djurdjura ne subissent pas l’écorçage de magot, c’est qu’elles sont plus diversifiées, en tout cas bien moins pâturées par les moutons que celles des Atlas marocains. 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘O’

17062018

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Obernai (anc. nom : Aïn-Melouk): village de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, à 14 k. ; gare la plus proche : Mechta, à 23 k. ; pos., télégr. à Oued-Athménia ; 270 hab. ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

Ogdal: douar de la commune mixte du Djurdjura, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; à 30 k. de Michelet ; 3,726 hect. ; 8,356 ind.; céréales, figuiers, oliviers, vigne, orangers, forêts de chênes; un peu d’élevage.

 

 

 

 

Oggaz: douar de la commune mixte de Saint-Lucien, à 14 k., arr. et dép. Oran; 3,050 hect. ; 1,513 ind. ; céréales, vigne, oliviers ; élevage : chevaux, bœufs, moutons ; carrière de pierre dure. 

 

 

Oggaz (L’): village de la commune mixte de Saint-Lucien, à 17 k., arr. et dép. Oran ; station chemin de fer Alger-Oran ; pos., télégr. à Saint-Denis-du-Sig ; 221 hab., dont 62 esp. ; céréales, vigne (305 hect.), oliviers. 

 

 

Oglat-Djedida: gîte d’étape à 39 k. de Moghrar-Tahtani ; eau abondante, bois et pâturages. 

 

 

Oglat (Les): gare fortifiée chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 64 k. d’Aïn-Sefra. 

 

 

Onza: hameau de la commune des Trembles, à 5 k., arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; céréales, vigne. 

 

 

ORAN: chef-Lieu de commune, d’arr. et de dép., à 420 k. d’Alger ; port de mer, un des plus importants de l’Algérie ; : gare terminus chemin de fer Alger-Oran, gare tète, de ligne chemin de fer Oran-Aïn-Temouchent, ligne Oran-Arzew; chef-lieu de préf. 
place forte de 1re classe, division militaire, tribunal civil, tribunal et chambre de commerce, hôpitaux civil et militaire, évêché, lycée, syndicat d’initiative de l’Orahie ; pos., télégr., téléph. (4 bureaux) ; pop. totale : 89,253 hab. ; franc, nés en France 9,395, 
franc, nés en Algérie 11,843, naturalisés 21,019, isr. 10,651, esp. 20,674, ita. 1,342, marocains 1,198, divers 710, pop..flottante 1,018; industrie: 2 fabriques d’huile, 9 fabriques de crin végétal, 5 minoteries, 4 fabriques ciment comprimé, briqueteries, tanneries, brasseries, glacières, scieries mécaniques, etc. ; cultures : blé, avoine, orge, vigne (1,320 hect.); culture maraîchère 
(350 hect.) : pommes de terre, petits pois, haricots,artichauts, tomates; arbres fruitiers : figuiers, abricotiers, pruniers, pêchers, grenadiers, etc., oliviers ; carrières de pierre à bâtir aux environs. 

 

 

Oran (Dép. d’): Le dép. d’Oran occupe la partie occidentale de l’Algérie; il est borné : au Nord par la Méditerranée, à l’Est par le 
dép. Alger, à l’Ouest par le Maroc et au Sud par le désert ; superficie 11,552,774 hect. ; pop. : franc, nés en France 34,274, franc, nés en Algérie 55,342, étrangers naturalisés 31,727, isr. 23,485, esp. 102,689, ita. 3,883, nationalités diverses 7,674, marocains 21,424, ind.826,756; total : 1,107,254 hab.

Le dép. Oran comprend 82 communes de plein exercice, 21 communes mixtes et 2 communes indigènes Cultures : blé, orge, avoine; les arr. d’Oran et de Sidi-bel-Abbès, pour les avoines; vigne (88,582 hect.), c’est le dép. où elle a pris le plus grand  développement ; c’est aussi dans le dép. d’Oran que l’on trouve ces immenses plaines d’alfa, évaluées à 5 millions d’hect, ; les forêts de chênes-liège (11,000 hect.); culture du tabac peu développée ; élevage du mouton (2,540,000) et de la chèvre (1,102,000); arbres fruitiers de toute nature. 

 

 

Orléansville: chef-lieu de commune, de canton et d’arr. du dép. d’Alger ; distance d’Alger, 229 k. parla route nationale et 208 k. par le chemin de fer; pop. totale : 12,500 hab. ; ville 3,282; franc. 1,560, naturalisés 224, isr, 380, esp. 874, ita. 54, marocains 101, divers 105, ind. 9,202 ; sous-préf., trib. de 1re instance, hôpital militaire; pos., télégr. ; centre important au point de vue agricole et commercial par sa situation, au centre .de la plaine du Cheliff, à demi-distance. d’Oran et d’Alger et à 54 k. de la mer (port de Ténès) ; grande culture de céréales, vigne (125 hect.), légumes, fruits, 3,248 orangers, 4,044 mandariniers, une  pépinière ; forêt de 300 hect. aux environs ; élevage : chevaux, bœufs et moutons ; températures extrêmes : 0° et 50° ; marché important : grains, bestiaux. Fraction ind, d’Ard- el-Beïda, 41 ind. 

 

Douars : Oum-el- Drou, Chembel, El-Adjeraf, Lalla-Aouda. 

 

 

 

 

Orléansville (Arr, d’): Cet arr. produit surtout des céréales la plaine du Cheliff) ; vigne : régions de Ténès et d’Orléansville
(1,100 hect.); arbres fruitiers ; forêts de chênes-liège (14,000 hect.) ; au Sud, les plateaux de Sersou et les montagnes du Djebel-Amour sont fiches en eaux et en pâturages. C’est la région classique du mouton, le pays d’origine des meilleures races ovines. Plusieurs mines de zinc dans la région de Ténès, non exploitées; mines de fer au Djebel-Hadid, à Temoulga, à Beni-Aguil et aux Attafs, non exploitées, à l’except. de celle de Beni-Aguil.

 

 

 

Ouadhia (V. Sedka-Ouadhia).

 

 

Ouaguenoun: douar de la commune mixte de Mizrana, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger: à 8 k.de Tigzirtet à 25 k. de la gare de Dellys ; 6,629 hect.; 3,441 ind. ; école au village de Maïache ; caroubes, ppis-chiches, culture potagère, oliviers, figuiers, forêts de chênes-liège.

 

 

Ouakour (ancienne tribu des Beni-Ouakour): douar de la commune mixte de Beni-Mansour, arr. et dép. Alger ; à 20 k. de Maillot ; 2,000 hect. ; 1,481 ind. ; figuiers, forêts de chênes à glands doux.

 

 

Ouamri: ancienne tribu constituée en douar, dont le territoire est réparti : commune de Lodi, 3,912 hect., 1,001 ind. ; commune mixte du Djendel, arr. Miliana, dép. Alger, 10,394 hect., 3,319 ind., 38 eur, ; à 21 k. de Lavigerie, à 21 k. de la gare de Médéa et à 39 k. d’Affreville ; céréales, vigne.

 

 

 

 

 Ouargla: chef-lieu d’une annexe de la commune indigène d’El-Goléa, du commandement militaire du cercle d’El-Goléa; poste militaire important; à 405 k. de Laghouat, à 188 k. de Ghardaïa, à 800 k. d’Alger et à 679 k. de Berrouaghia, gare la plus
proche : situation géographique : longitude 2° 57′ Est, latitude 31° 58; altit. 69 m ; marché important pour laine, dattes, burnous.  L’annexe d’Ouargla a une pop. de 12,130 ind disséminés dans les tribus. La culture du palmier est la seule pratiquée ; on compte, dans l’annexe, environ 425,000 palmiers ; élevage : 119,986 moutons, 12,870 chameaux.

 

 

Ouarizan: douar de la commune mixte  de Renault, arr. Mostaganem, dép. Oran, à 8 k. de la gare d’Inkermann ; 2,828 hect. ; 1,552 ind. ; céréales.

 

 

Ouarizan: fraction indigène de la commune  d’Inkermann, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 88 ind.

 

 

Ouarsenis: nom d’une commune mixte, dont le siège de l’administration est au bordj de Beni-Hindel; à 68 k. d’Orléansville et à 232 k. d’Alger; sup. 158,237 hect. ; 168 franc., 150 étrangers, 39,766 ind. : pays montagneux, encore peu livré à la colonisation ; céréales, arbres fruitiers, forêts : élevage : chevaux 839, bœufs 15,506, moutons 43,508, chèvres 77,761 ; mine de zinc à 

Bou-Caïd, à 42 k. Sud 39° Est d’Orléansville.

 

 

Ouarzen: village indigène de la commune mixte du Djurdjura, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger, dans le douar Beni-Menguellet, près de Michelet; hospice spécial pour les ind. fondé par le cardinal Lavigerie; école franc.- kabyle.

 

 

Ouassif: douar de la commune mixte du Djurdjura, arr. Tizi-Ouzou, dèp. Alger ; à 24 k. de Michelet; 1,953 hect. : 6,739 ind. ; écoles dans les villages de Bou-Abderrahmane, de Tassaft-ou-Ouguemoune, de Zoubga ; blé dur, orge, vigne, figuiers, oliviers, orangers et grenadiers; élevage peu important.

 

 

Ouasta: mine de zinc, commune mixte de Souk-Ahras, arr. Batna,. dép. Constantine, à 28 k. Est 20°: Sud de Souk-Ahras ; mine concédée.

 

 

Oued-Addar: douar de la commune mixte  d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; à 3 k. d’El-Milia et à 64 k. de Djidjelli ; 2,741 hect. ; 2,159 ind. ; partie de la forêt de chênes-liège d’El-Hanser, exploitée par l’Etat et particuliers; céréales, sorgho, maïs, millet ; élevage : bœufs, chevaux, mulets,, moutons, chèvres; ruines romaines. 

 

 

 

 

Oued-Amizour (V. Colmar, nom nouveau).

 

 

Oued-Athmenia: chef-lieu de commune et de canton, arr. et dép. Constantine, à 40 k. ; gare la plus proche : Oued-Seguin, à 23 k. ; nos., télégr., jus. de p., hôpital civil ; 225 franc., 5,688 ind. ; céréales, un peu de vigne ; élevage du bétail; source d’eaux thermales simples à Hammam-Grous. 

 

Douars : Djebel-Aougueb, Damber.

 

 

Oued-Berbeck: douar de la commune mixte d’Aïn-Temouehent, à 25 k., arr. et dép. Oran; 28,287 hect. ; 5,646 ind., 37 eur. ; céréales, vigne.

 

 

Oued-Berd: douar de la commune mixte de Takitount, arr. Bougie, dép. Constantine ; 1,883 ind. ; à 35 k. de Périgotville et à 72 k. de la gare de Sétif ; céréales, tabac, arbres fruitiers, oliviers, forêts de chênes-liège; élevage: bœufs et chèvres.

 

 

Oued-Besbès (V. Randon, nom nouveau).

 

 

Oued-Bléta: ferme importante du village de Cères, commune mixte de Maâdid, arr. Sétif; dép. Constantine ; céréales, fourrages, un peu de vigne; élevage du bétail.

 

 

Oued-Boutenache: douar de la commune mixte de Taher, à 30 k., arr. Bougie, dép. Constantine ; 3,460 hect. ; 3,679 ind.; forêt de chênes-liège des Beni-Idder ; contrée montagneuse ; prairies, oliviers ; peu d’élevage.

 

 

Oued-bou-Youssef: douar de la commune mixte de Taher, à 22 k., arr. Bougie, dép. Constantine ; 2,783 hect. ; 1,058 ind. ; contrée peu fertile ; oliviers, chênes-liège, pins maritimes ; élevage des chèvres ; fabrication très développée de la vannerie.

 

 

Oued-Chair: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 25 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 3,860 hect. ; 614 ind.; céréales ; élevage : bœufs, moutons, chèvres:

 

 

Oued-Cham: village de la commune mixte  de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine ; 231 hab.

 

 

Oued-Chellaly: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 20,837 hect.; 553 ind.; ce douar a été réuni au douar des Ouled-Sidi-Tamla pour former le douar M’cif (V. M’cif).

 

 

Oued-Chender: douar de la commune d’Haussonvillers, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; 4,564 hect. ; 5,328 ind., 5 eur.

 

 

Oued-Cherf: nom d’une commune mixte arr. Guelma, dép. Constantine, dont le siège de l’administration est à Aïn-Amara; sup. 72,318 hect.; pop. : 182 franc., 24,076 ind: ; céréales, forêts de chêne-liège; élevage du bétail ; mine d’antimoine, en  exploitation, au Djebel-Taya, à 31 k. Ouest de Guelma; la commune nourrit 33,450 moutons, 9.090 chèvres, 8,790 bœufs, 1 ,728 chevaux, 1,848 mulets.

 

 

Oued-Cherf: hameau de la commune de Clauzel, arr. Guelma, dép. Constantine ; 298 hab.

 

 

Oued-Chouk: station chemin de fer Souk-Ahras à Tébessa, à 14 k. de Souk-Ahras, dép. Constantine.

 

 

Oued-Chouly (V. Chouly).

 

 

Oued-Dardara: douar dont le territoire est reparti : commune de Nechmeya, 1,023 ind. ; commune de Penthièvre, 1,458 ind., 8 eur.

 

 

Oued-Defali:  fraction du douar Tirmitine, commune de Mirabeau, arr. Tizi-Ouzou; dép. Alger ; 581 ind.

 

 

Oued-Deheb: village de la commune de Saint-Arnaud, à 12 k., arr. Sétif, à 25 k., dép. Constantine; gare la plus proche : Saint-Arnaud ; pos.; télégr. à Saint-Arnaud ; 421. hab. ; céréales, un peu de vigne ; moulins.

 

 

Oued-Dekri: village de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, à 5 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Mechta-Chàteaudun, à 15 k. ; pos., télégr. à Châteaudun ; 42 hab. ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Oued-Deurdeur: douar de la commune d’Aïn-Sultan, arr. Miliana, dép. Alger, sur le chemin de Zurich à Le-tourneux ; 5,691 hect. ; 2,450 ind. 

 

 

 

 

Oued-Dhamous (V. Dupleix, nom nouveau).

 

 

Oued-Djedi: grande halte, sur la route de Biskra à Touggourt, à 22 k. de Biskra, dép. Constantine.

 

 

Oued-Djelida: douar de la commune mixte des Braz, arr. Miliana, dép. Alger; à 30k. de Duperré; 8,199 hect. ; 3,052 ind. ; école ; blé, orge, oliviers (2,500 pieds), forêts (1,300 hect.) ; élevage : bœufs, 500, chevaux 200, moutons 2,000.

 

 

Oued-Djellal: oasis du Zab-Guebli, commune indigène de Biskra, à 84 k. Sud de Biskra.

 

 

Oued-Djemâa (V. Ferry, nom nouveau).

 

 

Oued-Djemâa: grande halle, sur la route de Bougie à Sétif, à 20 k. de Bougie.

 

 

Oued-Djemâa: douar de la commune  mixte de Zemmora, à 11 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 5,126 hect.; 2,299 ind. ; céréales ; élevage du bétail.

 

 

Oued-Djenau (ancienne tribu des Ouled-Driss): douar de la commune mixte  d’Aumale; à 20.k., arr. et dép. Alger : 22,000 hect. : 4,032 ind. ; blé, orge ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres.

 

 

Oued-Djer: douar de la commune mixte  d’Hammam-Righa, à 16 k. ; arr. Miliana, dép. Alger ; 9,875 hect. ; 2,843 ind,., 183 eur.; céréales, vigne, géranium, forêt de chênes-liège : élevage du cheval.

 

 

Oued-Djer: fraction de douar de la commune d’El-Affroun, à 9 k., arr. et dép. Alger ; station chemin de fer Alger-Oran ; 1,989 ind., 39 étrangers.

 

 

Oued-Djermane (V. Djermane).

 

 

Oued-Djindjen: douar de la commune mixte de Taher, à 6 k., arr. Bougie, dép. Constantine; 211 hect.: 2,377 ind. : territoire de colonisation ; céréales, vigne, . oliviers, forêt de chênes-liège; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Oued-el-Aâr: douar de la commune mixte d’Oued-Cherf, arr. Guelma, dép. Constantine: à 45 k. d’Aïn-Amara et à 20 k. de Guelma ; 5,575 hect,; 2,697ind.; céréales, oliviers, arbres fruitiers.

 

 

Oued-el-Abd: douar de la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, dép. Oran; à 50 k. de Palikao ; 16,212 hect. ; 2,135 ind. ; céréales ; forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Oued-el-Akoun: caravansérail, auberge, dans le douar Ouled-Hamza, à 10 k. de Boghar,. dép. Alger, sur la route de Téniet-el-
Had à Aumale.

 

 

Oued-el-Alleug: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 48 k.; garés les plus proches : Blida, à 10 k., Boufarik, à 12 k.; pos., télégr., téléph.; 3,884 hab. ; vil. 503 : franc. 847, esp. 235, divers, 29, ind. 2,773 ; terres très fertiles et irrigables ; céréales,
tabac, orangers 24,000, mandariniers 25,800, vigne (1,720 h.), arbres fruitiers; élevage: bœufs,moutons. 

 

 

Oued-el-Aneb: village de la commune d’Aïn-Mokra, à 8 k., arr. Bône, à 24 k., dép. Constantine; gare la plus proche : Aïn-Mokra.; pos., télégr. à Aïn-Mokra ; 122 hab. ; céréales, vigne (110 hect.), forêts de chênes-liège importantes, en active exploitation. 

 

 

Oued-el-Atteuche (V. Ksar-el-Atteuche).

 

 

Oued-el-Berdi: douar de la commune mixte d’Aïn-Bessem, arr. et dép. Alger ; a 25 k. d’Aumale et à 10 k. de Bouïra ; 14,721 hect.; 3,245 ind.; dans ce douar se trouvent 8, sources d’eaux thermales minérales, dites « Hammam-Ksenna », très appréciées des ind.; céréales; forêt (8,000 hect.) de pins d’Alep; élevage: moutons et chèvres.

 

 

Oued-el-Hachem: grande halte, sur la route de Marengo à Cherchel,. à 11 k. de Marengo et à 17 k. de Cherchel.

 

 

Oued-el-Hammam (V. Dublineau, nom nouveau).

 

 

Oued-el-Hamoul: douar de la commune mixte de Zemmora, à 25 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 3,690 hect, ; 745 ind. ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

 

 

Oued-el-Hout: douar de la commune mixte de l’Edough, arr. Bône, dép. Constantine; à 15 k. d’Aïn-Mokra ; 4,895 hect.; 1,086 ind.; céréales, tabac, fourrages; élevage : bœufs, chevaux, moutons et chèvres.

 

 

Oued-el-Kheir: hameau de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, à 25 k., dép. Oran; station chemin de fer Tiaret-Mostaganem ; 87 hab. ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Oued-el-Kseur (V. El-Kseur).

 

 

Oued-el-Mâ: douar de la commune  mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; à 45 k. de Mac-Manon et à 35 k. de. Batna; 15,767 hect. ; 1,795 ind., 45 eur. ; pays forestier peuplé de cèdres ; terres fertiles pour céréales; nombreuses sources.

 

 

Oued-el-Tat: douar de la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, dép. Oran ; à 50 k. de Palikao ; 16,163 hect. ; 1,642 ind., 32 eur. ; céréales, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Oued-Falette: tribu de la commune mixte de Saïda, arr. Mascara, dép. Oran ; à 25 k. de Saïda et à 15 k. de la gare d’Aïn-el-Hadjar ; 52,300 hect. ; 2,485 ind., 334 eur. ; fermes européennes importantes; céréales, vigne (170 hect.): élevage: moutons 18,124, chèvres 4,068.

 

 

Oued-Fergoug: hameau de la commune mixte de Mascara, à 9 k. ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 86 k. d’Oran ; pos., télégr. a Perrégâux, à 11 k. ; 18 hab. ; eau abondante, céréales.

 

 

Oued-Fodda: chef-lieu de commune et de Canton, arr. Orléansville, à 21 k., dép. Alger, à 186 k. ; station chemin de fer Alger-Oran ; pos., télégr., jus. de p. ; 5,069 hab. ; vil. 721 ; franc. 466, étrangers 82, ind. 4,521 : céréales, vigne (35 hect.-) ; élevage du, bétail : bœufs, chevaux ; marché important pour céréales; à 7 k., au Djebel-Soffali, carrière; de marbre gris teinté de rose.

 

Douars de la commune : Fodda, 1,397 ind: ; Tharia, 1,021 ind. : Oum-el-Prôu,- 351 ind. ; Chembel, 1,207 ind.,

 

 

Oued-Frarah: hameau de la commune mixte de Beni-Salah, arr. Bône, dép. Constantine; station chemin de: fer Bône-Tunis ; à 7 k. de Duvivier ; pos. à Mondovi ; 147 hab. ; céréales, un peu de vigne, oliviers, tabac ; fabriques d’huile ; élevage du bétail.

 

 

Oued-Ghoul: fermes de la commune de Téniet-el-Had, arr. Miliana, dép. Alger ; 127 franc. ; culture des céréales, élevage du bétail très développé ; mines de zinc et de plomb.

 

 

Oued-Ghrara (anc. tribu des Zerdezas): constituée en douar, dont le territoire a été reparti : commune de Gastu, 680 ind., 25 franc. ; commune d’Enchir-Saïd, 1,054 ind.

 

 

Oued-Guebli: village indigène de la commune mixte de Collo, à 12 k., arr. Philippeville, dép. Constantine.

 

 

Oued-Haddad: douar de la commune  mixte de Cacherou, arr. Mascara, dép. Oran; à 35 k. de Palikao; gare a Uzès-le-Duc, qui est le centre d’Oued-Haddad; 17,119 hect.; 3,604 ind., 8 eur. : céréales; élevage : moutons, bœufs, chevaux et chèvres.

 

 

Oued-Hammimime: douar de la commune mixte de Sedrata, à 12 k., arr. et dép. Constantine ; 5,233 hect.; 1,468 ind.; céréales, élevage du bétail, commerce de laines.

 

 

Oued-Hammimime: halte du chemin de fer Constantine-Alger; à 4 k. du Khroubs et à 12 k. de Constantine.

 

 

Oued-Hammimine: source d’eaux salines, sulfatées, calciques, dans la commune mixte de Jemmapes, dép. Constantine, à 7 k. Est de Jemmapes; source d’eaux ferrugineuses carbonatées ; source d’eaux sulfureuses calciques; établissement civil très fréquenté.

 

 

Oued-Hounet: douar de la commune mixte de Saïda,à 60 k., arr. Mascara, à 65 k., dép. Oran ; à 22 k. de la gare de Charrier; 16,027 hect. ; 1,570 ind., 25 eur. ; céréales, élevage : chèvres et moutons.

 

 

Oued-Imbert: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran, à 55 k. ; station chemin de fer de Sainte-Barbe-du-Tlélat à Tlemcen ; à 29 k. de Sainte-Barbe-du-Tlélat; pos., télégr.; 377 franc., 603 esp., 145 isr. 2,787 ind. ; terres de bonne qualité, eau abondante ;
céréales, vigne (664 hect,), vin renommé; marché important pour bestiaux, chevaux, mulets; fabriques de crin végétal. 

 

Douar : El-Tenia, 538 ind.

 

 

Oued-Kebarit (V. Kebarit).

 

 

Oued-Khelloug: hameau de la commune de Relizane, arr. Mostaganem, dép. Oran ; station ch. de fer Mostaganem à Tiaret.

 

 

Oued-Khelloug ou Khelloug: douar de la commune mixte de Zemmora, à 30 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 7,664 hect. ; 863 ind. ; céréales, forêts, élevage du bétail.

 

 

Oued-Ksob: douar de la commune de Gastonville, arr. Philippeville, à 25 k., dép. Constantine; 5,649 hect.; 2,419 ind. ; eau en abondance ; forêt et communaux pour l’élevage du bétail ; céréales.

 

 

Oued-Labiod: douar de la commune  mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine ; à 45 k. de Lambèse, chef-lieu de la commune ; 15,171 hect. ; 4,478 ind., 10 eur. ; céréales, peu de jardins ; élevage : chevaux, moutons.

 

 

Oued-Malah (V. Rio-Salado, nom nouveau).

 

 

Oued-Malah: hameau de la commune  mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran : station chemin de fer Alger-Oran, à 17 k. de L’Hillil et à 4 k. de Nouvion ; pos. à Nouvion; céréales, un peu de vigne.

 

 

Oued-Mamora: douar de la commune mixte d’Aumale, à 30 k., arr. et dép. Alger ; 8,597 hect. ; 1,900 ind.; blé, orge ; élevage : bœufs, chevaux, moutons ; marché le vendredi.

 

 

Oued-Marsa: nom d’une commune  mixte, arr. Bougie, dép. Constantine, dont le siège de l’administration est au Cap-Aokas ; sup. 55,349 hect. ; pop. 26,539 hab. ; franc. 226, divers 50, ind. 26,247 ; céréales, tabac, oliviers, caroubiers ; arbres fruitiers : figuiers 41,760, orangers 6,879, mandariniers 1,120, citronniers 1,805, amandiers, noyers; vigne (236 hect.) ; forêts de chênes-
liège; élevage: mulets 1,133,bœufs 4,875, moutons 6,250, chèvres 14,041 ; mine de cuivre du Djebel-Teliouine ; source salée de Beni-Ismaël.

 

 

Oued-Marsa: fermes isolées de la commune mixte d’Oued-Marsa (territoire de colonisation), s’étendant du 7° au 30° k. de la route nationale de Bougie à Sétif ; pop. eur. 205 hab. ; important vignoble ; céréales.

 

 

Oued-Massine: caravansérail sur la route de Miliana à Teniet-el-Had; à 37 k. de Miliana et et à 32 k. de Teniet-el-Had.

 

 

Oued-Mebtoub: douar, dont le territoire a été réparti : commune des Trembles, dép. Oran, 10,124 hect., 1,136 ind. ; commune mixte de Mekerra, 11,607 hect., 1,979 ind., 16 eur.

 

 

Oued-Mebtouh: fermes de la commune mixte de La Mékerra, arr. Sidi-bel-Abbès, à 30 k., dép. Oran ; 123 hab., dont 76 esp. ; céréales, vigne, forêts de pins d’Alep et de chênes faux kermès.

 

 

Oued-Meguesba: douar de la commune de Renier, arr. et dép. Constantine ; 6,923 hect. ; 3,471 ind.

 

 

Oued-Mériel: douar de la commune mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine : à 5 k. de Lambèse ; 8,325 hect. ;’ 1,067 ind. ; céréales, peu de jardins; élevage: chevaux, moutons.

 

 

Oued-Moudjer: fraction indigène du douar des Oued-Ghrara, commune de Gastu, arr. Philippeville, dép. Constantine ; à 30 k. de Jemmapes.

 

 

Oued-Mougras: hameau de la commune mixte de Souk-Ahras, arr. Guelma, dép. Constantine; à 16 k. de Sidi-Bader et de Sidi-el-Hemessi ; station chemin de fer Bône-Tunis ; pos à Souk-Ahras.

 

 

Oued-Nil: douar de la commune mixte  de Taher, à 23 k., arr. Bougie, dép. Constantine ; 2,663 hect. ; 3,925 ind. ; forêt de chênes-liège des Beni-Idder; oliviers, arbres fruitiers, peu de céréales ; élevage des chèvres.

 

 

Oued-Nini: douar de la commune mixte de La Meskiana, arr. et dép. Constantine ; à 50 k. de Meskiana, à 35 k. d’Aïn-Beïda ; 21,784 hect. ; 2,973 ind. ; céréales, forêts (4,004 hect.) ; élevage : moutons, chèvres.

 

 

Oued-Okris: caravansérail sur la route d’Aumale à Bordj-bou-Arréridj, à 32 k. d’Aumale, dép. Alger.

 

 

Oued-Ouaguenay (ancienne tribu  des Ouzaghra): constituée en douar, dont le territoire est réparti : commune de
Duperré, 810 hect, 720 ind. ; commune mixte des Braz, 10,678 hect., 3,959 ind.; à 25 k. de Duperré; blé, orge, forêts (2,200 hect.) ; élevage : bœufs 800, moutons 2,700 têtes.

 

 

Oued-Oughat (ancienne tribu des Righa): constituée en douar, dont le territoire est réparti : commune de Lodi, 3,195 hect., 621 ind. : commune de Médéa, 6,132 hect., 891; ind. ; commune mixte de Berrouaghia, 18,595 hect., 2,762 ind. ; à 35 k. de Berrouaghia ; céréales, vignes, forêts de chênes ; élevage : bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Oued-Ref-Ref: douar de la commune d’El-Arrouch, arr. Philippeville, dép. Constantine; 4,224 hect. ; 1,979 ind.

 

 

Oued-R’ir: vaste région au Sud de Biskra, sur la route de Biskra à Touggourt, qui s’étend sur une longueur de 150 k., depuis
l’oasis d’Ourir, à 98 k. de Biskra, jusqu’à l’oasis de Temacine, et une largeur qui varie de 4 à 14m; pays du palmier-dattier, transformé par le forage de nombreux puits artésiens forés tant par l’Etat que par des Sociétés industrielles, qui ont permis la création de nombreuses oasis. 

Les oasis de l’Oued-R’ir contiennent près d’un million de palmiers-dattiers ; on y cultive aussi des. arbres fruitiers : abricotiers, cerisiers ; la culture des primeurs commence à s’y développer; 136 puits artésiens, débitant plus de 200,000 litres à la minute.

 

 

Oued-Ridan: douar de la commune mixte d’Aumale, à 25 k., arr. et dép. Alger; 8,147 hect.; 1,688 ind.; blé et orge, forêts de chênes verts et de chênes-liège ; élevage : bœufs, chevaux, moutons.

 

 

Oued-Riou (V. Inkermann, nom nouveau).

 

 

Oued-Rouïna (V. Rouïna).

 

 

Oued-Sareg: fraction indigène de la commune de Saint-Arnaud, arr. Sétif, dép. Constantine ; 261 ind.

 

 

Oued-Sba: station chemin de fer Bône-Tunis, à 6 k. de Mondovi et à 19 k. de Bône.

 

 

Oued-Sbikha: douar de la commune de Condé-Smendou, arr. et dép. Constantine ; 3,972 hect. ; 2,896 ind.

 

 

Oued-Sebbah: douar de la commune mixte d’Aïn-Temouchent, à 35 k., arr. et dép. d’Oran ; 23,422 hect. ; 5,672 ind., 32 eur. ; céréales, vigne (400 hect,).

 

 

Oued-Sebseb: gîte d’étape sur la route de Ghardaïa à El-Goléa,à 17 k. de Metlili et à 58 k, de Ghardaïa.

 

 

Oued-Sebt: ancienne tribu des Soumata, constituée en douar, dont le territoire a été réparti : commune de BouMedfa, 1,308 hect., 144 ind.; commune mixte d’Hammam-Righa, 10,883 hect.; 3,663 ind., 22 eur. ; à 30 k. d’Hammam-Righa ; céréales, oliviers ; élevage des chevaux.

 

 

Oued-Sebt: fermes de la commune de Gouraya, dép. Alger ; céréales, vigne.

 

 

Oued-Sedour: caravansérail sur la route de Boghari à Laghouat, à 23 k. de Djelfa.

 

 

Oued-Sefioun: douar, dont le territoire est réparti-: commune de Tenira, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran, 556 hect., 92 ind., 83 eur. ; commune mixte du Télagh, 73,048 hect., 3,225 ind., 401 esp. ; à 55 k. du Télagh ; céréales, forêts; élevage des chevaux et  moutons.

 

 

Oued-Sefloun: fermes de la commune de Tenira, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 23 hab.

 

 

Oued-Seghouan (ancienne tribu des Abid): douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 10 k., arr. Médéa, dép. Alger; 14,942 hect.; 3,146 ind., 8 franc. ; céréales ; élevage de chevaux, bœufs et moutons. 

 

 

Oued-Seguin: chef-lieu de commune, arr. et dép. Constantine, à 35 k.; gare la plus proche : Oued-Seguin-Telergma, à 9 k. ; pos. à Oued-Athménia, télégr. ; 126 franc., 2,347 ind. ; céréales, vigne (65 hect.) ; élevage du bétail. 

 

Douars : Ras-Seguin, Ouled-Arena.

 

 

Oued Seguin - Telergma: station chemin de fer Alger-Constantine; à 23 k. d’El-Guerrah et à 61 k. de Constantine ; céréales, élevage dû bétail ; polygone d’artillerie.

 

 

Oued-Sly (V. Malakoff, nom nouveau).

 

 

Oued-Smar: fermes, à 4 k. de Maison-Blanche, à 5 k. de Maison -Carrée et à 16 k. d’Alger; station chemin de fer Alger -Constantine.

 

 

Oued-Soudan: village de la commune  mixte de Beni-Salah, arr. Bône, dép. Constantine ; à 7 k. de Saint-Joseph; belles forêts de chênes-liège (8,200 hect.), forêt d’oliviers ; élevage du bétail.

 

 

Oued-Soummam: territoire de l’ancienne tribu des Beni-bou-Messaoud constitué en douar, commune mixte de Soummam, arr. Bougie, dép. Constantine ; à 7 k. de Bougie et à 40 k. de Sidi-Aïch ; 3,349 hect. ; 4,202 ind. ; céréales, oliviers, figuiers et  caroubiers.

 

 

Oued-Taga: centre en projet, commune mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine.

 

 

Oued-Tamza: douar de la commune  mixte de Khenehela (V. Tamza).

 

 

Oued-Taourira: douar de la commune mixte du Télagh, à 35 k., arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 127,037 hect.; 3,179 ind., 322 eur.; céréales, forêts; élevage : chevaux et moutons.

 

 

Oued-Taria: village de la commune mixte de Mascara, à 32 k., dép. Oran ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier, sur la route de Mascara à Saïda; télégr. à la gare ; 621 hab.; terres de bonne qualité, en partie irrigables ; céréales, vigne (80 h.).

 

 

Oued-Tarja: halte, chemin de fer Bône-Tunis; à 9 k. de Souk-Ahras, dans le douar Ouïllen, commune mixte de Souk-Ahras; pays très boise.

 

 

Oued -Telbenet: douar de la commune mixte du Djendel, arr. Miliana, dép. Alger; à 13 k. de Lavigerie, à 31 k. de la gare d’Affreville et à 40 k. de Miliana ; 12,529 hect. ; 4,621 ind.; céréales, vigne.

 

 

Oued-Tralimet (V. Tirman, nom nouveau).

 

 

Oued-Zeboudj (V. Changarnier, nom nouveau).

 

 

Oued-Zenati: chef-lieu de commune et de canton, arr. et dép, Constantine, à 53 k. ; station ch, de fer Bône au Khroubs ; pos., télégr.; jus. de p.: 13,063 hab. ; vil. 1,745; franc. 667, étrangers 227, ind. 12,169 : céréales, vigne (95 hect.), excellents pâturages ; élevage du bétail : bœufs et chevaux ; marché très important pour grains et bestiaux ; forêt de Souhalia (chênes-liège).

 

 

Oued-Zergua: carrière de marbre se rapprochant de l’onyx, à 40 k. Sud-Est de Souk-Ahras, dép. Constantine.

 

 

Oued-Zied: station chemin de fer Bône à Mokta-el-Hadid, à 19 k. de Bône, sur le territoire du douar Ouïchaoua, commune mixte de l’Edough, dép. Constantine; forêt de chênes-liège, vigne, belles plantations d’eucalyptus.

 

 

Ouessah: douar de la commune mixte  d’Oum-el-Bouaghi, arr. et dép. de Constantine ; à 24 k. de Canrobert ; 17,641 hect. ; 2,080 ind., 10 eur. ; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ougrina: fraction indigène de la commune d’El-Ouricia, arr. Sétif, dép. Constantine ; pos. à Sétif ; céréales et élevage du bétail.

 

 

Ouïchaoua: douar de la commune mixte  de l’Edough, arr. Bône, dép. Constantine : desservi par les gares Oued-Zied et Aïn-Daliah ; 23,040 hect.; 3,695 ind., 16 eur. ; céréales, tabac, vigne, fourrages, forêts très importantes de chênes-liège, chênes zéens et pins maritimes; en exploitation active ; élevage: chevaux, bœufs, moutons, chèvres ; exploitation minière du Pic de la Lance (cuivre et zinc),

 

 

Ouïder: hameau forestier de la commune d’Aïn-Mokra, arr. Bône, dép. Constantine, sur la route de Bône à Herbillon, à 28 k. : céréales et vigne ; exploitation de forêts de chênes-liège (16,400 hect.).

 

 

Ouïllen: douar de la commune mixte de Souk-Ahras, à 15 k., arr. Guelma, dép. Constantine ; 14,600 hect. ; 4,716 ind., 25 eur, ; les gares de Tarja et de Sidi-Bader sont situées sur son territoire ; céréales ; élevage : bœufs, moutons. 

 

 

Ouïllis: village de la commune de Cassaigne, arr. Mostaganem, dèp. Oran ; gare la plus proche : Aïn-Tédelès, à 18 k. ; distance de la mer 5 k. et du Pont-du-Cheliff, 13 k.; pos. à Bosquet, télégr. ; 187 hab. ; eau abondante ; céréales, vigrre (285 hect.), figuiers et autres arbres fruitiers : grottes très intéressantes à visiter.

 

 

Ouitlane: douar de la commune mixte de M’sila, à 35 k., arr. Sétif, dép. Constantine, formé du douar Hallel-Der et de la fraction Ouitlane ; pop. 1,018 hab. ; pays montagneux coupé de nombreux ravins ; la seule culture, l’orge, et encore de qualité non marchande ; fabrication des meules pour moulins à main : pas d’élevage.

 

 

Ouïzert: fermes européennes de la commune mixte de Saïda, à 42 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Oued-Taria, à 7 k. ; pos., télégr. à Charrier ; 64 hab. ; céréales, vigne (70 hect.).

 

 

Ouïzert: douar de la commune mixte de Saïda, arr. Mascara, dép. Oran ; à 38 k. de Saïda et à 43 k. de Mascara ; gares les plus proches : Oued Taria et Charrier, à 12 k.; 14,815 hect. ; 1,791 ind. ; céréales, vigne ; élevage : moutons, chèvres.

 

 

Oulach: fraction de la tribu des Ahmar-Khaddou, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 268 ind.

 

 

Ouldja: fraction de la tribu du Djebel -Aïcha, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de. Batna), dép. Constantine ; 571 ind.

 

 

Ouled-Abbès (V. Wattignies, nom nouveau).

 

 

Ouled-Abdallah: tribu et caïdat de la commune indigène de Boù-Saàda, annexe de Sidi-Aïssa (sub. Médéa), dép. Alger ; 969 ind.

 

 

Ouled-Abdallah: douar de la commune mixte de Ténès, à 60 k., arr. Orléansville, dép. Alger; 15,000 hect.; 3,955 ind. ; céréales.

 

 

Ouled-Abdallah: douar de la commune mixte de M’sila, à 35 k.,arr. Sétif, dép. Constantine; 15,000 hect,; 312 ind.; pop. nomade ; nombreux troupeaux de chameaux et moutons ; sol fertile et propre aux céréales, dans la partie irriguée.

 

 

Ouled-Abd-el-Hak: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine; 19,124 hect.; 1,350 ind. ; ce douar est réuni aux douars Ouled-Matoug et EI-Bribri, pour former le douar Saïdat (V. Saïdat). 

 

 

Ouled-Abd-el-Kader: tribu et caïdat de la commune indigène d’El-Goléa, annexe de Ghardaïa (sub. Laghouat), dép. Alger ; 2,438 ind.

 

 

Ouled-Abd-el-Kerim: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,612 ind.

 

 

Ouled-Abd-el-Ouhad: douar de la commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 35 k. de Colbert ; 816 h. ; 1,266 ind. ; céréales ; élevage : chevaux, moutons, bœufs. 

 

 

Ouled-Abderrahmane-Kebech: fraction de la tribu des Ahmar-Khaddou, commune indigène et cercle de Biskra (sub.. de Batna), dép. Constantine; 602 ind.

 

 

Ouled-Abderrezaz: fraction du douar des Zellatou, commune indigène de Biskra, cercle et sub. de Batna, dép. Constantine : 2,270 ind.

 

 

Ouled-Abderrezez: section de la commune mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine ; à 21 k. de Lambèse ; 1,736 ind. ; céréales, arbres fruitiers ; élevage du mouton. 

 

 

 

 

Ouled-Achour: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïh, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép.  Constantine ; 1,213 ind.

 

 

Ouled-Achour: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, à 18 k., arr. et dép. Constantine; 12,134 hect.; 2,407 ind.; le vil. d’Aïn-Kercha est englobé dans ce douar ; céréales ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Addadj: fraction indigène de la commune de la Réghaïa, arr. et dép. Alger ; 976 ind.

 

 

Ouled-Addi: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran, à 40 k. de Clinchant ; 6,790 hect. ; 1,949 ind., 11 eur. ; lac salé en active exploitation, relié à la gare d’Oued-Djemaâ, par un chemin de fer Decauville ; production annuelle : 3,600 tonnes ; céréales ; élevage du bétail.

 

 

Ouled-Addi-Guebala: douar de la commune mixte de M’sila, à 30 k., arr. Sétif, dép. Constantine, formé des trois douars : Ouled-Guesinia, Ouled-Ouelha, Braktias; 3,959 hab. ; culture du blé et de l’orge ; élevage des chevaux et des moutons très développé ; plaines immenses des Braktias.

 

 

Ouled-Adouan: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine, à 32 k. de Saint-Arnaud; 1,975 hect. 1,035 ind. ; céréales.

 

 

Ouled-Agla (nom nouveau : Le courbe): village de la commune mixte de Maàdid, arr. Sétif, dép. Constantine ; gare la plus proche : Bôrdj-bou-Arréridj, à 13 k. ; pes., télégr. à Bordj-bou-Arréridj ; 95 hab. ; céréales (1,800 hect,), pâturages (1,950 hect,), vigne (50 hect.) ; élevage du bétail.

 

 

Ouled-Ahmed: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 374 ind.

 

 

Ouled-Ahmed: fraction de la tribu des Achèche, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 2,166 ind.

 

 

Ouled-Ahmed-ben-AIi: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,843 ind.

 

 

Ouled-Ahmed-Recheïga: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar, annexe de Chellala (sub. de Médéa), dép. Alger ; 958 ind.

 

 

Ouled-Ahmed et Ouled-Sidi-Ziane: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger; 3,191 ind.

 

 

Ouled-Aïcha: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle d’El-Goléa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 380 ind.

 

 

Ouled-Aïffa: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger : 4,048 ind.

 

 

Ouled-Aïssa: douar de la commune  de Bois-Sacré, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; 2,809 hect. ; 3,416 ind.

 

 

Ouled-Aïssa: tribu et caïdat de la commune mixte; et du cercle, de Géryville (sub. Aïn-Sefra), dép. Oran ; 720 ind.

 

 

Ouled-Alaâ: douar de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran : à 15 k. de Montagnac ; 14,6S8 hect. ; 2,231 ind., 141 eur. : céréales, vigne ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Ali: hameau de la commune  d’Oued-Imbert, à 5 k., dép. Oran, sur la route d’Oran à Sidi-bel-Abbès ; pos., télégr. à Oued-Imbert ; eau abondante ; céréales, un peu de vigne.

 

 

Ouled-Ali: mine d’antimoine, à 16 k. N.-N.-O. de Guelma, dép. Constantine.

 

 

Ouled-Ali-ben-Ameur: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 800 ind.

 

 

Ouled-Ali-ben-Nasseur: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine; à 30 k. de Saint-Arnaud ; 9,108 hect, ; 3,546 ind. ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Ouled-Allan-Beschich: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar (sub. de Médéa), dép. Alger ; 4,220 ind. 

 

 

 

 

Ouled-Allan-Zekri: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar (sub. de Médéa), dép, Alger; 3,662 ind.

 

 

Ouled-Ali-ben-Daoud: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda, annexe de Sidi-Aïssa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 694 ind.

 

 

Ouled-Ali-ben-M‘hamed: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda, annexe de Sidi-Aïssa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 694 ind.

 

 

 

Ouled-Allouch: tribu et caïdat de la commune indigène d’El-Goléa, annexe de Ghardaïa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 2,464 ind.

 

 

 

Ouled-Amara: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger ; 1,722 ind.

 

 

Ouled-Amboul: village indigène du douar Tigherent, commune mixte de Beni-Mansour, dép. Alger ; gare la plus proche : El-Esnam.

 

 

Ouled-Ameur-Dahra: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. Médéa), dép. Alger ; 3,425 ind.

 

 

 

Ouled-Ameur-Guebala: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger : 1,197 ind.

 

 

Ouled-Amor: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,707 ind.

 

 

Ouled-Amor: fraction de la tribu des Zab-Chergui, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,535 ind.

 

 

Ouled-Amor-ben-Fahdel: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 60 k., dép. Constantine : 11,243 hect.: 1,621 ind.; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Amor et Ouled-Chaïb: fraction de la tribu des Arab-Cheraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 840 ind.

 

 

Ouled-Amran: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran : 514 ind.

 

 

Ouled-Amrane: fraction de douar, commune d’Aïn-Sultan, arr. Miliana, dép. Alger ; 831 ind.

 

 

Ouled-Amrane: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 759 ind.

 

 

Ouled-Amrane: fraction de la tribu des Djebel-Chechar, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép.  Constantine ; 1,095 ind.

 

 

Ouled-Amrane-des-Beni- Mathar: tribu et caïdat de la commune indigène  de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,737 ind.

 

 

Ouled-Angala: section de la commune mixte de l’Aurès (tribu des Ouled-Abdi), arr. Batna, dép. Constantine ; à 22 k. de Lambèse ; 941 ind.; céréales,fruits; élevage du mouton.

 

 

Ouled-Anteur: ancienne tribu, dont le territoire a été réparti : commune de Boghar, 10,953 hect, 996 ind.; commune de Boghari, 21,678 hect., 2,943 ind.; à 26 k. de Boghari ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Aouat: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine : à 5 k. d’El-Milia et à 51 k. de Djidjelli ; 3,240 hect. ; 4,532 ind.; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et des particuliers ; céréales, sorgho, maïs, millet; élevage : bœufs, chevaux, mulets, moutons, chèvres ; maison forestière à Almène.

 

 

Ouled-Aouf: douar de la commune mixte d’Ouled-Soltan, arr. Batna, dép. de Constantine ; 15,085 hect. ; 3,398 ind. ; à 35 k. de N’gaous ; céréales, forêts de chênes ; élevage du mouton.

 

 

Ouled-Aounallah: fraction de la tribu, des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. de  Constantine : 709 ind.

 

 

Ouled-Arema: douar de la commune d’Oued-Seguin, arr. et dép. Constantine; 1,817 hect. ; 397 ind.

 

 

Ouled-Arema: fermes de la commune d’Oued-Seguin, arr. et dép. de Constantine ; 235 hab.

 

 

Ouled-Arksib: douar de la commune  mixte de Collo, arr. Philippeville, dép. de Constantine; 11,382 hect. ; 3,383 ind. ; forêt de chênes-liège des Ouled-el-Hadj. 

 

 

 

 

Ouled-Askeur: douar de la commune  mixte; de Taher, à 53 k., arr. Bougie, dép. Constantine ; 7,915 hect.; 3,605 ind. ; terres fertiles ; forêts de chênes-liège et zéens, oliviers; élevage : mulets, chèvres, moutons. 

 

 

 

 

Ouled-Atmane: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 30 k., dép. de Constantine ; 1,418 hect. ; 808 ind. ; céréales, élevage du mouton ; mines : cuivre et zinc.

 

 

Ouled-Attaf: fraction de Taghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 587 ind. ; pop. nomade.

 

 

Ouled-Attia: fraction de la tribu  des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 480 ind.

 

 

Ouled-Attia: fraction de la commune mixte de l’Edough, arr. Bône, dép. Constantine; à 10 k. d’Aïn-Mokra; 16,010 hect. ; 2,544 ind. : céréales, tabac, forêt de chênes-liège ; élevage : moutons, bœufs, chevaux, chèvres.

 

 

Ouled-Attia-des-Beni-Mathar: tribu et caïdat de la commune indigène de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 1,403 ind.

 

 

Ouled-Aziz: douar de la commune mixte d’Aïn-M’Iila, à 10 k., arr. et dép. Constantine : gare à Aïn-Lehma ; 13,964 hect.; 3,674 ind.; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Aziz: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 1,634 ind.

 

 

Ouled-Azouz: section de la commune mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine (tribu des Ouled-Abdi) ; 663 ind. ; à 20 k. de Lambèse ; céréales, fruits ; élevage du mouton.

 

 

Ouled-Bâali: village indigène du douar Tazmalt, commune mixte d’Akbou, arr. Bougie, dép. Constantine.

 

 

Ouled-Bakta: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 65 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 5,387 hect. ; 966 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, chèvres, moutons.

 

 

Ouled-Barkat: douar de la commune mixte de Zemmora, à 33 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 5,592 hect.; 1,648 ind.; céréales, élevage du bétail.

 

 

Ouled-Bechiah: douar de la commune mixte de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine ; à 25 k. de Laverdure ; 18,103 hect. ; 4,949 ind., 46 eur.; forêt de chênes-liège, céréales.; élevage : moutons et bœufs. 

 

 

Ouled-Belaguet: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, à 3 k., arr. ;et dép. Constantine; 12,980 hect.; 3,249 ind.; céréales; élevage : moutons, chèvres, bœufs, chevaux. 

 

 

Ouled-bel-Aouchat (ancienne tribu des Ouled-Abd-en-Nour): douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 26 k. de Saint-Arnaud ; 22,026 hect. ; 4,198 ind. ; céréales ; élevage du bétail.

 

 

Ouled-bel-Harets: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle  de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,007 ind.

 

 

OuIed-bel-Hoceïn: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. Mascara), dép. Oran ; 870 ind.

 

 

Ouled-bel-Kassem- ben -Ali: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine ; 954 ind.

 

 

Ouled-bel-Kheir (ancienne tribu des Ouled-Abd-en-Nour): douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 36 k. de Saint-Arnaud ; 15,293 hect. : 2,866 ind. ; céréales.

 

 

Ouled-Bellil: douar de la commune de Bouïra, arr. et dép. Alger ; 3,715 hect. ; 1,350 ind.

 

 

Ouled-ben-Affan: douar de la commune mixte de Tiaret, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 23 k. de Tiaret et à 12 k. de la gare de Prévost-Paradol ; 13,853 hect. ; 1,354 ind. ; céréales, forêts; élevage: bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-ben-Alia: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 2,036 ind.

 

 

OuIed-ben-Chaâ: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger; 1,299 ind.

 

 

Ouled-ben-Khellil: fraction de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 474 ind.

 

 

Ouled-Berkane: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 65 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 4,156 hect. ; 1,481 ind. ; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-bou-Abça: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran : à 25 k. de Palikao, près du vil. de Bouguirat : 3,721 hect. ; 2,488 ind., 9 eur. : céréales, vigne ; belles plantations d’oliviers.

 

 

Ouled-bou-AbdalIah: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger; 2,778 ind.

 

 

Ouled-bou-Affif: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dèp. Oran ; 548 ind.

 

 

OuIed-bou-Ali: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran; à 10 k. de Palikao; gares les plus proches: Relizane et Clinchant ; 11,004 hect. : 2,430 ind.; céréales; élevage du bétail.

 

 

Ouled-bou-Ali: village indigène de la commune mixte de Beni-Mansour, arr. et dép. Alger; à 500m du Bordj de Beni-Hindel.

 

 

Ouled-bou-Aoufan: douar de la commune mixte de Chàteaudun-du-Rhumel, à 18 k., arr. et dép. Constantine ; gare la plus proche : Mechta-el-Arbi, à 8 k. ; 17,468 hect.: 3,126 ind. ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Ouled-bou-Arif: douar de la commune mixte d’Aumale, à 15 k., arr. et dép. Alger; 5,030 hect. ; 1,590 ind.; école au village de Dechmya ; forêt de chênes-liège ; blé, orge ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-bou-Bekeur: fraction et caïdat de la commune mixte de Méchéria, cercle et sub. d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; 627 ind.

 

 

Ouled-bou-Derhem: douar de la commune mixte de Khenchela, à 26k., arr. Batna, dép. Constantine; 16,822 hect. ; 4,878 ind. ; céréales, pâturages, forêts de chênes et thuyas ; mine de cuivre ; eaux thermales ; élevage du mouton.

 

 

Ouled-bou-Djemah: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 38 k., dép. Constantine; 3,700 hect. ; 763 ind. ; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-bou-Gheddou: douar de la commune mixte de Tiaret, à 15 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 7,856 hect. ; 1,028 ind., 20 eur. ; fermes eur. ; céréales, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-Bougoussa: fraction de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 2,089 ind.

 

 

Ouled-bou-Hadidja: fraction de la tribu des Zab-Chergui, commune indigène  et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép.  Constantine; 2,015 ind.

 

 

Ouled-bou-Ikni: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 8 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 3,484 hect.; 1,092 ind.; céréales ; élevage: chevaux, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-Boulfaâ: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine; à 15 k. d’El-Milia et à 53 k. de Djidjelli ; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et particuliers ; élevage : bœufs, mulets chevaux, moutons, chèvres ; école.

 

 

Ouled-bou-Rafa: fraction de la tribu des Zab-Chergui, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,105 ind.

 

 

Ouled-bou-Renane: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran; 2,103 ind.

 

 

Ouled-bou-Riah: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 30 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 13,450 hect. ; 3,397 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêts;élevage: chevaux, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-Bouthara: douar de la commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 15 k. de Colbert ; 2,435 hect. ; 750 ind. ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Ouled-bou-Yahia: fraction de la tribu du Djebel-Chechar, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,908 ind. Ouled-Braham, douar de la commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 25 k. de Colbert ;
4,539 hect. ; 2,245 ind. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs et moutons,

 

 

Ouled-Brahim: ancienne tribu des Hassen-ben-Ali, douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 18 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 1,714 hect. ; 1,044 ind.; céréales, pommes de terre, maïs, sorgho, vigne (vins supérieurs), fourrages ; élevage : bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Brahim: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,045 ind.

 

 

Ouled-Chaffa: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 22 k. de Palikao; 3,262 hect. ; 1,734 ind. ; céréales et figuiers. C’est dans ce douar que réside Cheikh ben Tekouk, le grand chef de l’ordre des Snoussya, en Algérie.

 

 

Ouled-Chahmi: tribu et caïdat de la commune mixte de Méchéria, cercle et sub. d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; 295 ind.

 

 

Ouled- Chamok: fraction de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,809 ind.

 

 

Ouled-Chekor: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,173 ind.

 

 

Ouled-Chelih: douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; à 28 k. de Mac-Mahon et à 25 k, de Batna ; 22,747 hect. ; 3,427 ind., 73 eur. : pays très accidenté et très froid; culture des céréales ; belles forêts de cèdres, en exploitation ; carrière de pierre lithographique ; mine de zinc.

 

 

Ouled-Chenina: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ;  1,183 ind,

 

 

Ouled-Chetioui: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 631 ind.

 

 

Ouled-Dahman: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine; à 20k. de Medjana et à 32 k. de Bordj-bou-Arréridj ; 3,736 hect. ; 1,375 ind. ; céréales, forêts de pins ; fabrication du goudron.

 

 

Ouled-Dalim: fermes de la commune  de Rouffach, arr. et dép. Constantine ; 736 hab.

 

 

Ouled-Debab: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; à 1 k. d’El-Milia et à 69 k. de Djidjelli ; 5,408 hect. ; 2,974 ind.; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et particuliers; céréales, sorgho, maïs, millet ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres ; mines de zinc et de plomb.

 

 

Ouled-Deddouche (anc. tribu des Beni-Ouarsous): douar de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran; à 18 k. de Montagnac; 8,051 hect. ; 1,992 ind., 153 eur. ; céréales, arbres fruitiers; forêt de thuyas et chênes-liège ; élevage : chèvres, mulets, bœufs, moutons ; mine de fer en exploitation.

 

 

Ouled-Defelten: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 32 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 14,332 hect. ; 2,856 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêts, vigne ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Ouled-Dehim: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 1,036 hect. ; 688 ind. ; pop. nomade, vivant sous la tente et se livrant à l’élevage des chameaux et moutons ; sol aride sur la plus grande partie du territoire.

 

 

Ouled-Deïd: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 12 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 8,555 héct. ; 1,738 ind. ; céréales ; élevage: chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Derradj: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 35 k., arr. Philippeville, dép. Constantine ; 3,687hect.; 1,228 ind.; école ; céréales, forêts de chênes-liègè oliviers. 

 

 

 

Ouled-Dhia: douar de la commune mixte de Souk-Ahras, à 35 k., arr. Guelma, dép. Constantine; desservi par la gare d’Oued-Mougras ; 15,940 hect. ; 3,098 ind., 97 eur. ; forêt domaniale de Bounesrane (7,500 hect.), chênes-liège et chênes-zéens ; élevage des bœufs. 

 

 

Ouled-Dieb: douar de la commune mixte de Beni-Salah, arr. Bône, dép Constantine ; à 56 k. de Saint-Joseph; 12,491 hect; 1,950 ind.; céréales, arachides, forêt de chênes-liège ; élevage : bœufs, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Djama: douar de la commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine ; à 40 k. de Cheraïa ; 8,755 hect. ; 2,021 ind. ; forêt de chênes-liège.

 

 

Ouled-Djama: fraction de la tribu des Achèche, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 4,088 ind.

 

 

Ouled-Djehieh: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine ; à 10 k. de la gare d’Aïn-M’lila;. 9,230 hect.; 2,617ind.; terres de 1er choix ; céréales ; élevage : chevaux et moutons.

 

 

Ouled-Djellal: tribu et caïdat indépendant de la commune indigène et du cercle de Biskra, à 90 k. Sud-Ouest (sub. de Batna), dép. Constantine ; 3,992 ind.; oasis de 45,000 palmiers; poste militaire.

 

 

Ouled-Djellal: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine.; 1,325 ind.

 

 

Ouled-Djoghlaf: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine; 577 ind.

 

 

Ouled-Doudou: fraction indigène de la commune d’El-Ouricia, arr. Sétif, dép. Constantine ; 245 ind.

 

 

Ouled-Draham: fraction indigène de de la commune de Bizot, arr. et dép. Constantine.

 

 

Ouled-Dreïd: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila,.arr: et dép. Constantine ; à 30 k. d’Aïn-M’lila et à 32 k. de la gare de Taxas ; 8,944 hect.; 2,921 ind.; terres de 1er choix ; céréales ; élevage: bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Driss: fraction de tribu; commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dèp. Constantine ; 1,267 ind. 

 

 

Ouled-Driss: douar de la commune mixte de Souk-Ahras, à 10 k., arr. Guelma, dép. Constantine; 8,940 hect.; 3,644 ind., 13 eur. ; jardins et vergers, culture maraîchère, élevage du bœuf ; source d’eau-sulfureuse d’Hammam-Zaïd.

 

 

OuIed-el-Abbès: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 8 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 2,258 ind. ; céréales, arbres fruitiers; forêts; élevage: bœufs, chevaux et moutons.

 

 

OuIed-el-Aïssaouï: fraction et cheïkhat de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,829ind.

 

 

Ouled-el-Arbi: douar de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, arr. et dép. Constantine ; à proximité de la gare de Saint-Donat et à 30 k. de Châteaudun ; 16,292 hect.; 6,037 ind. ; céréales.

 

 

Ouled-el-Ghouini: tribu et caïdat de la c. ind. de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 4,730 ind., 20 eur.

 

 

Ouled-el-Haïf: douar de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, à 25 k., arr. et dép. Constantine ; gare la plus proche : Saint-Donat, à 5 k.; 14,938 hect..; 1,727 ind.; céréales.

 

 

Ouled-eI-Hani: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 1,325 ind.

 

 

Ouled-el-Haouïli: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de  Constantine ; 421 ind.

 

 

Ouled-el-Meïhr: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 55 k. de Medjana et de Bordj-bou-Arréridj ; 10,130 hect,; 917 ind. ; céréales, alfa, forêts. 

 

 

 

 

Ouled-Embarek: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dèp. Oran; 341 ind.

 

 

OuIed-en-Naceur: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 665 ind.

 

 

Ouled-en-Nehar-Cheraga: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Lalla-Maghrnia (sub. de Tlemcen), dép. Oran; 1,974 ind.

 

 

Ouled-en-Nehar-Gheraba: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Lalla-Maghrnia (sub. de Tlemcen), dép. Oran; 1,533 ind.

 

 

 

Ouled-Ensigha: douar de la commune mixte de Khenchela, à 25 k., arr. Batna, dép. Constantine ; 16,349 hect. ; 3,765 ind., 5 eur. ; céréales, pâturages, forêts de chênes-liège ; élevage du mouton.

 

 

Ouled-Fahdel: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 45 k., dép. Constantine ; 9,235 hect.; 778 ind. ; céréales, alfa; élevage du mouton; ruines romaines.

 

 

Ouled-Farès: douar de la commune mixte du Cheliff, arr. Orléansville, dép. Alger ; à 50 k. de Lamartine et à 17 k. d’Orléansville ; 16,681 hect. ; 5,872 ind. ; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Farès: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 607 ind.

 

 

Ouled-Farès: fraction de la tribu des Zab-Chergui, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,327 ind.

 

 

Ouled-Fathma: douar de la commune mixte d’Oued-Soltan, arr. Batna, dép. de Constantine ; à 30 k. de N’gaous; 5,486 hect. ; 1,715 ind., 6 eur.; céréales ; élevage du mouton.

 

 

Ouled-Fayet: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 15 k. ; sur le chemin de grande communication d’Alger aux Quatre-Chemins ; pos. à Dely-Ibrahim, télégr. ; 942 hab. ; franc. 260, esp. 444, ind. 213, divers 25 ; céréales, fourrages, vigne (426 hect.), culture des primeurs; élevage du bétail ; fabrication de crin végétal.

 

 

Ouled-Ferguem: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 8 k., arr. Médéa, dép. Alger; 5,677 hect. ; 1,631 ind. ; forêts de chênes, céréales : élevage : bœufs et moutons ; eaux sulfureuses 43°

 

 

Ouled-Ferha: douar de la commune mixte d’Aumale, à 10 k., arr. et dép. Alger ; 7,390 hect.: 1,984 ind.; blé, orge, forêts de chênes et chênes-liège ; élevage : bœufs, chevaux, moutons; maison cantonnière de Tagrara.

 

 

Ouled-Ferradj: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle d’El-Golèa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 527 ind.

 

 

Ouled-Gassem: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine ; à 10 k. de la gare d’Aïn-M’lila; 10,650 hect.; l,816 ind.; terres propres à la culture de la vigne; céréales;élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-Gassem: village indigène de la tribu des Beni-ben-Hassen, commune mixte  de Palestro, à 8 k., arr. et dép. Alger.

 

 

Ouled-Ghanem: fraction de la tribu des Arab-Cheraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine; 631 ind.

 

 

Ouled-Ghazzi: douar de la commune de Bonnier, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 3,820 hect. ; 640 ind. ; 118 eur.

 

 

Ouled-Ghenaïm: section de la commune mixte de M’sila, à 30 k., arr. Sétif, dép. Constantine : 936 ind. ; sol plat et couvert de dunes ; pop. nomade vivant sous la tente ; élevage de moutons et chameaux ; quelques jardins, arrosés par un puits artésien, produisent des figues et des abricots.

 

 

Ouled-Gherib: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger ; 2,536 ind.

 

 

Ouled-Ghrara: douar dont le territoire est réparti : commune d’Enchir-Saïd, 1,054 ind. ;. c. de Gastu, 680 ind. 

 

 

 

 

Ouled-Guesmia: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 4,900 hect.; 1,102 ind. Ce douar a été réuni aux douars Ouled-Ouelha et Braktias, pour former le douar Ouled-Addi-Guebala (V. Ouled-Addi-Guebala).

 

 

Ouled-Habeba: douar de la commune mixte de Jemmapes, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 9,639 hect. ; 2,291 ind. ; forêt de chênes-liège des Ouled-Djebana, à 32 k. de Jemmapes; céréales.

 

 

 

Ouled-Hadidan: section de la commune mixte de M’sila, à 35 k., arr. Sétif, dép. Constantine ; 17,000 h. ; 821 ind. ; pop. nomade vivant sous la tente ; sol plat et couvert de dunes ; peu de culture ; élevage : chameaux et moutons.

 

 

Ouled-Haddou: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran : 948 ind.

 

 

Ouled-Hamdan: douar de la commune mixte de Noisy-les-Bains, arr. de Mostaganem, dép. Oran ; 650 ind.

 

 

Ouled-Hamida: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle  de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 891 ind.

 

 

Ouled-Hamidech: douar de la commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine ; à 30 k. de Cheraïa; 2,366 hect.; 3.61 ind. ; forêt de chênes-liège.

 

 

Ouled-Hamza: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 24 k., arr. Philippeville, dép. Constantine ; 2,766 hect. ; 1,440 ind. ; forêt de chênes-liège des Ouled-Djebarra ; céréales.

 

 

Ouled-Hamza: ancienne tribu, dont le territoire a été réparti : commune de Boghar, 1,600 hect., 1,082 ind. ; commune de Boghari, 4,431 hect, 877 ind.

 

 

Ouled-Hellal: douar de la commune mixte de Boghari, à 40 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 20,697 hect. ; 3,009 ind. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs et moutons. 

 

 

OuIed-Haniche: douar de la commune de Bordj-bou-Arréridj, arr. Sétif, dép. Constantine ; 5,752 hect.; 1,110 ind.

 

 

Ouled-Harrats: fraction et cheïkhat de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,031 ind.

 

 

Ouled-Harrid: fraction indigène de la commune de Guelma, dép. Constantine ; 673 ind.

 

 

Ouled-Harrid: douar de la commune mixte d’Oued-Cherf, arr. Guelma, dép. Constantine; à 10k. de Guelma et à 10 k. d’Aïn-Amara ; 4,677 hect.; 1,037 ind.; céréales, oliviers.

 

 

Ouled-lsmeur: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 15 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 6,900 hect; 1,928 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêt communale ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Ouled-Kassem: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; 7,316 hect.; 4,535 ind.; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et particuliers; céréales,, sorgho, maïs, millet ; . élevage : bœufs, chevaux, mulets, moutons, 
chèvres. Le village d’El-Milia est situé dans ce douar.

 

 

Ouled-Kebbeb: douar de la commune mixte de Fedj-M’zala, à 30 k., arr et dép. Constantine; 13,180 hect. ; 8,086 ind.; céréales ; élevage : moutons, bœufs, mulets ; carrière de sel gemme importante.

 

 

Ouled-Khaled: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, à 20 k., arr. et dép. Constantine : gare la plus proche : Sigus ; 9,483 hect. ; 2,936 ind.; céréales; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Khaled: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger : 3,013 ind.

 

 

Ouled-Kharroub: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 2,610 ind.

 

 

Ouled-Kheddache: fermes de la commune de Dellys, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; à 15 k. de Dellys et à 28 k. de Tizi-Ouzou ; gare la plus proche: Rebeval, à 7 k. ; pos. à Rebeval ; 359 hab. ; céréales, vigne, culture maraîchère.

 

 

Ouled-Khelifa-Dahra: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,144 ind.

 

 

 

Ouled-Khelifa-Guebala: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép.  Constantine ; 1,925 ind.

 

 

Ouled-Khenata: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 3,520 ind.

 

 

Ouled-Khessib: village indigène du douar des Ouled-Arksib, commune mixte  de Collo, arr. Philippeville, dép. Constantine ; grande exploitation de forêts de chênes-liège; mine de plomb à Sidi-Kamber, à 43 k. de Collo; céréales, oliviers; élevage: bœufs et chèvres. 

 

 

Ouled-Kiata: fraction de la tribu  des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép.
Constantine ; 1,595 ind.

 

 

Ouled-Lakhred: douar de la commune mixte de Tiaret, à 37 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 28,351 hect. ; 3,519 ind. ; source thermale à Aïn-Sultan; zaouïa importante; céréales ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Lamra: fraction de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 937 ind.

 

 

Ouled-Laouar et El-Mehache: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 4,867 ind., 6 eur. ; école ; élevage : chevaux, chameaux et moutons.

 

 

Ouled-Lazreg: douar de la commune mixte de Zemmora, à 22 k., arr. Mostaganem, dép. d’Oran ; 6,968 hect. ; 1,581 ind. ; céréales, forêts, élevage du bétail.

 

 

Ouled-Maâllah: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,452 ind., 62 eur.

 

 

Ouled-Maâllah: douar de la commune mixte de Cassaigne, à 25 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; gare la plus proche : Aïn-Tédelès, a 50 k. ; 8,672 hect. ; 2,660 ind. ; céréales, figuiers; élevage : chevaux,bœufs, moutons, chèvres; gîtes pétrolifères à Aïn-Zeft.

 

 

Ouled-Maâmar: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de
Constantine ; 605 ind.

 

 

Ouled-Madjoub: fraction du douar Beni-Thour, commune de Dellys, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; 338 ind.

 

 

Ouled-Mahalla: douar de la commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 16 k. de Colbert ; 3,292 hect. ; 984 ind. ; élevage de chevaux, bœufs et moutons. 

 

 

Ouled-Mabeila: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 883 ind.

 

 

Ouled-Maklouf: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar ,arr. Batna, à 40 k., dép. de Constantine ; 10,185 hect.; 886 ind.; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Mansour: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran : 1,419 ind.

 

 

Ouled-Mansour: douar de la commune d’El-Ouricia, arr. Sétif, dép. Constantine; 2,030 hect,; 1,134 ind.

 

 

Ouled-Mansour-ou-Madhi:  tribu de la commune mixte de M’sila, à 30 k., arr. Sétif, dép. Constantine ; 28,000 hect. ; 1,342 ind. ; culture du blé et de l’orge ; abricotiers en grande quantité, donnant lieu à la préparation des abricots secs, dont il se fait un grand commerce.

 

 

Ouled-Mareuf: tribu de la commune mixte de Boghari, à 40 k.; arr. Médéa, dép. Alger: 10,907 hect.; 1,919 ind. ; élevage : chevaux, bœufs et moutons.

 

 

Ouled-Matoug: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine; 10,380 hect.; 1,022 ind. Ce douar est réuni aux douars. Ouled-Abd-el-Hak et El-Bribri, pour former le douar Saïdat. (V. Saïdat).

 

 

Ouled-Mazouz: douar de la commune de Collo, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 425 hect. ; 176 ind. 

 

 

 

 

Ouled-M’barek: douar de la commune mixte d’El-Milia, à 25, k., arr. et dép. Constantine, à 70 k. ; 3,259 hect. ; 1,320 ind. ; forêt de chênes-liège à l’Etat ; céréales, sorgho, maïs, millet; élevage: chevaux, mulets, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-M’barek: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine : 1,028 ind.

 

 

Ouled-Medjkan: douar de la commune mixte de Palestro, à 20 k., arr. et dép. Alger; 2,091 hect.; 1,610 ind. ; fermes; céréales, vigne, oliviers.

 

 

Ouled-Meggane (V. Meggane).

 

 

Ouled-Mehenna: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 35 k., dép Constantine ; 10,338 hect. ; 2,139 ind. ; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Mekencha: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 28 k. de Saint-Arnaud ; 10,113 hect. ; 1,896 ind. ; céréales ; élevage du bétail.

 

 

Ouled-Mellal: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 6 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 1,367 hect.; 714 ïnd. ; céréales, élevage : moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Melouk: douar de la commune  mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 40 k., dép. Constantine ; 7,720 hect., dont 1,830 en forêts ; 786 ind. ; céréales; élevage du mouton ; mines de cuivre et de zinc.

 

 

Ouled-Mendil: village indigène de la commune de Douéra, à 3 k., arr. et dép. Alger ; céréales, vigne.

 

 

Ouled-Merabat: territoire de l’ancienne tribu des Ouled-Ziana, constitué en section de la commune mixte d’Aïn-Touta ; à 50 k. de Mac-Mahon et à 20 k. d’El-Kantara; 2,568 ind.; pop. nomade.

 

 

Ouled-Messabel: fraction de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 574 ind.

 

 

Ouled-Messaoud: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 250 ind.

 

 

Ouled-Messaoud: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 14 k. arr. Philippeville, dép. Constantine ; 5,200 hect. ; 1,485 ind. ; céréales, forêts de chênes-liège.

 

 

Ouled-M’hamed-el-M’barek: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger ; 2,793 ind.

 

 

Ouled-Mimoun: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran; 3,539 ind., 16 eur.

 

 

Ouled-Mimoun: douar de la commune mixte d’Aïn-Fezza, arr. Tlemcen, dép. Oran ; 27,125 hect. ; 4,343 ind.; desservi par 4 gares; Lamorieière, Aïn-Tellout, Descartes et Tatfaman : céréales ; élevage : bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Mimoun: grandes et nombreuses fermes du douar Ouled Mimoun, commune mixte d’Aïn-Fezza, arr. Tlemcen, dép. Oran ; à 15 k. de Lamorieière ; 603 hab. ; céréales ; élevage : bœufs et moutons. 

 

 

Ouled- Mohammed -ben -Feroudj : douar de la commune mixte  d’Aïn-el-Ksar, arr, Batna, à 50 k., dép. de Constantine ; 17,552 hect. ; 2,730 ind. ; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Mokhtar et Abazziz: tribu de la commune mixte de Bogbari, à 15 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 18,000 hect. ; 754 ind.; céréales; élevage: bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Ouled-Mokhtar et Moudaïat-Cheraga: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar (sub. Médéa), dép. Alger ; 1,503 ind.

 

 

Ouled-Mosly (V. Mosly).

 

 

Ouled-Moudjeur: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 10 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 6,223 hect. ; 2,332 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêt communale ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Moulet: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 797 ind. 

 

 

 

 

Ouled-Moumen: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,080 ind.

 

 

Ouled-Moumen: douar de la commune mixte de Souk-Ahras, à 48 k., arr. Guelma, dép. Constantine; desservi par la gare de Sidi-el-Hemessi, qui est sur son territoire; 7,900 hect.; 2,818 ind., 89 eur.; pays très accidenté ; chênes-liège ; élevage du bétail.

 

 

Ouled-Moumen et Ouled-Moussa: fraction de la tribu des Arab-Cheraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 533 ind.

 

 

Ouled-Moussa: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 30 k., dép. de Constantine; 11,680 hect., dont 1,838 en forêts ; 1,572 ind. ; céréales, élevage du mouton ; mines de cuivre, de zinc ; ruines romaines.

 

 

Ouled-Moussa: fraction de douar, commune de Rebeval, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger; 435 ind.

 

 

Ouled-Moussa: fraction de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,258 ind.

 

 

Ouled-M’rahot: douar de la commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine ; à 30 k. de Cheraïa; 4,020 hect. : 1,014 ind. ; forêt de chênes-liège et de sapins ; mines d’Azzam.

 

 

Ouled-M’saâd: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et, dép. Constantine ; à 20 k. d’Aïn-M’lila et à 2 k. de la gare d’Aïn-Kercha ; 7,730 hect. ; 3,274 ind. ; terres très fertiles ; céréales ; élevage : chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-M’sihel: fraction de la tribu du Djebel-Chechar, commune indigène et cercle de Khenchela (sub,. de Batna), dép. Constantine; 970 ind.

 

 

Ouled-Nacer-Laâchèche: fraction de la tribu du Djebel-Chechar, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine ; 601 ind.

 

 

Ouled-Nasseur: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine; à 30k. d’Ain-M’lila et à 5 k. de la gare de Sigus ; 3,810 hect. ; 1,774 ind. ; école ; eau abondante; céréales; élevage: chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Neceur: fraction de la tribu  des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép.
Constantine; 823 ind.

 

 

Ouled-Nouar: douar de la commune de Stora, arr. Philippeville, dép. Constantine ;. 4,728 hect. ; 69.4 ind.

 

 

Ouled-Ouelha: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 16,261 hect.; 2,074 ind. Ce douar a été réuni aux douars Ouled-Guesmia et Braktias pour former le douar Ouled-Addi-Guebala. (V. Ouled-Addi-Guebala).

 

 

Ouled-Oum-el-Akhoua: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 4,995 ind.

 

 

Ouled-Oumhani: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 3,335 ind.

 

 

Ouled-Rafâa: douar de la commune mixte de Zemmora, à 15 k., arr. Mostaganem, dép. Oran : 5,345 hect. ; 790 ind. ; céréales, forêts ; élevage du bétail.

 

 

Ouled-Rebah: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; 7,494 hect. ; 3,238 ind. ; forêts de chênes-liège des Beni-Khettab, exploitées par l’Etat et particuliers; céréales, sorgho,maïs et millet; élevage : bœufs, chevaux,. mulets, moutons, chèvres ; mine de zinc, plomb et autres métaux connexes.

 

 

Ouled-Reggad-Cheraga:  tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 1,800 ind.

 

 

Ouled-Reggad-Gheraba:  tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger; 1,190 ind.

 

 

Ouled-Rhamoun: chef-lieu de commune, arr. et dép. Constantine, à 28 k. ; station chemin de fer Constantine à Alger; gare tête de ligne chemin de fer d’Ouled-Rhamoun à Aïn-Beïda; pos., télégr. ; 230 franc,, 40 étrangers ; 4,080 ind. ; céréales, un peu
de vigne, élevage du bétail ; nombreux moulins.

 

 

Ouled-Riah: douar de la commune  mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran ; à 16 k. de Montagnac ; 4,159 hect.; 1,356 ind., 22 eur. ; céréales; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Riah: douar de la commune de Tessala, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 4,159 hect. ; 456 ind., 32 eur.

 

 

Ouled-Saâd: fraction de la tribu des Allaouna, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,496 ind.

 

 

Ouled-Sabeur: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 25 k., arr. Mostaganem, . dép. Oran ; 4,200 hect. ; 2,160 ind. ; céréales ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Ouled-Sabor: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; 10,381 hect. ; 3,873 ind.; à 16 k. de Saint-Arnaud ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Ouled-Sahbane: fraction de la tribu des Arab-Gheraba, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,213 ind.

 

 

Ouled-Sahel: fraction de la tribu des Arab-Gheraba, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 824 ind.

 

 

Ouled-Saïah: tribu, et caïdat de la commune indigène et du cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine : 1,515 ind.

 

 

Ouled-Saïd: douar, dont le territoire a été réparti : commune de Perrégaux, 3,696 hect., 948′ ind. ; commune mixte de Mascara, 4,831 hect., 1,014 ind., 9 eur. ; à 10 k. de Perrégaux ; céréales, figuiers.

 

 

Ouled-Saïdane: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine: 1,112 ind.

 

 

Ouled-Salah: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger ; 974 ind.

 

 

Ouled-Saoud: fraction de tribu et cheïkhat indépendant, commune indigène et cercle, de Biskra (sub. de Batna), dép.  Constantine ; 745 ind.

 

 

Ouled-Saoula: fraction de la tribu  des Zab-Chergui, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 294 ind.

 

 

Ouled-Sassi: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,189 ind.

 

 

Ouled-Sebah: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine ; à 26 k. d’Aïn-M’lila et à 8 k. .de la gare d’Aïn-Kercha ; 28,682 hect. ; 2,924 ind. ; terrains de parcours ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Sebgag (anc. tri. des Ouled-Ziane): section de la commune mixte  d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; à 70 k. de Mac-Mahon et à 20 k. de Biskra; 1,597 ind. ; pop. nomade.

 

 

Ouled-Sebiaï: fraction de la tribu des Arab-Gheraba, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine : 1,140 ind.

 

 

Ouled-Sekhar: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine; à 25 k. d’Aïn-M’lila et à 1 k. de la gare de Sigus ; 1,795 hect. ; 513 ind. ; céréales ; élevage: chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Ouled-Selama ou Ouled-Slama: douar de la commune mixte de Renault, à 20 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 3,681 hect. ; 1,440 ind; céréales.

 

 

Ouled-Selim: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép.  Constantine; 1,784 fnd.

 

 

Ouled-Sellem: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, arr. et dép. Constantine : à 20 k. d’Aïn-M’lila et à 6 k. de la gare des Lacs ; 19,616 hect.; 3,997 ind. ; céréales ; élevage : chevaux, chameaux, bœufs, moutons ; moulin à vapeur.

 

 

Ouled-Senan: douar de la commune de Millésimo, arr. Guelma, dép. Constantine ; 4,573 hect. ; 1,288 ind. 

 

 

 

 

Ouled-Senane: fraction indigène de la commune de Guelma, dép. Constantine ; 1,049 ind.

 

 

Ouled-Serim: douar de la commune mixte des Beni-Salah, arr. Bône, dép. Constantine ; à 7 k. de Saint-Joseph ; 27,405 hect. ; 1,628 ind.; 4 eur. ; céréales, tabac, oliviers, forêts de chênes-liège ; élevage : bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Ouled-Serour: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran : 842 ind.

 

 

Ouled-Serour: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géry-ville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran : 718 ind.

 

 

Ouled-Si-Abdelkader: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa 3 .086 ind.

 

 

Ouled-Si-Ahmed: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub, de Médéa), dép. Alger ; 4,155 ind.

 

 

Ouled-Si-Ahmed: douar de la commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 10 k. de Colbert; 11,302 hect.; 2,516 ind. ; céréales ; élevage : chevaux et moutons.

 

 

Ouled-Si-Ali: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,758 ind.

 

 

Ouled-Si-Ali-Tahamment: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 38 k., dép. Constantine ; 13,939 hect. ; 2,457 ind. ; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Si-Belkheïr: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 35 k., dép. Constantine: 7,315 hect,; 957 ind. ;céréales, élevage du mouton ; marché le jeudi. Ruines de Timgad.

 

 

Ouled-Sidi-Abdelli: douar de la commune du Pont-de-l’Isser, arr. Tlemcen, dép. Oran ; 9,100 hect. : 3,646 ind., 452 eur,

 

 

Ouled-Sidi-Ahmed-ben-Medjdoub: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 895 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Ahmed-ben-Saïd: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 1,626 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Aïssa: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda, annexe de Sidi-Aïssa (sub. de Médéa), dép. Alger; 6,141 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Aïssa-el-Ouerq: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar, annexe de Chellala (sub. de Médéa), dép. Alger ; 865 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Aïssa-Souagui: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar, annexe de Chellala (sub. de Médéa), dép. Alger; 1,522 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Ali- ben-Chaïb: douar de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran ; à 26 k. de Montagnac; 10,894 hect. ; 2,402 ind., 94 eur. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres ; carrière de marbre dit « Cachemir ».

 

 

Ouled-Sidi-Amor: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 60 k. de Medjana et à 70 k. de Bordj-bou-Arréridj ; 2,305 hect. ; 443 ind. ; céréales.

 

 

Ouled-Sidi-Attallah: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger; 1,189 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Brahim: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran; 1,085 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Brahim: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 45 k. de Palikao et à 34 k. de Mostaganem ; 2,356 hect. ; 1,058 ind., 66 eur.; céréales, élevage du bétail ; gîtes pétrolifères en exploration.

 

 

Ouled-Sidi-Brahim: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger; 1,857 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Cheïkh-Cheraga: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 1,924 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Daho: douar de la commune mixte de Mascara, à 10 k., dép. Oran ; 5,105 hect. ; 2,845 ind., 19 eur. ; céréales, vigne, figuiers. 

 

 

 

 

Ouled-Sidi-Daoud: tribu de la commune mixte de Boghari, à 60 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 35,400 hect. 2,155 ind. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Sidi-el -Hadj-ben -Ameur: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 185 ind.

 

 

Ouled-Sidi-el-Hadj-bou-Haffs: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,027 ind.

 

 

Ouled-Sidi-el-Hadj-Yahia: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle d’El-Goléa .(sub. de. Laghouat), dép. Alger; 376 ind.

 

 

Ouled-Sidi-en-Naceur: tribu  et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran; 1,448 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Hadjerès: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda, annexe de Sidi-Aïssa (sub. de Médéa), dép. Alger; 2,447 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Hamla: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 69,999 hect. : 2,321 ind. ; dans ce douar est situé le Chott-el-Hodna, d’une superficie de 27,654 hect. ; ce douar a été réuni au douar Oued-Chellal, pour former le douar M’cif (V. M’cif).

 

 

Ouled-Sidi-Hamza: tribu et caïdat de la commune indigène deTiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran; 1,050 ind,

 

 

Ouled-Sidi-Khaled-Cheraga: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 3,359 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Khelifa-Cheraga: tribu et caïdat de la commune indigène de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 682 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Khelifa-Gheraba: tribu et caïdat de la commune indigène de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 818 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Moussa: fraction de la tribu des Arab-Cheraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. .Constantine ; 502 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Salah: tribu et cheïkhat indépendant, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine; 915 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Slimane: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger ; 1,082 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Slimane: fraction de la tribu du même nom et cheïkhat indépendant, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 441 ind.

 

 

OuIed-Sidi-SIimane-Taïbine: fraction de la tribu des Ouled-Salah, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 671 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Tifour: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 1,153 ind., 15 eur:

 

 

Ouled-Sidi-Younès et Zenina: tribu et caïdat de la commune  indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger; 2,092 ind.

 

 

Ouled-Sidi-Youssef: douar de la commune mixte de La Mina, arr. de Mostaganem, dép. d’Oran ; à 35 k. de Palikao ; 6,869 hect. ; 1,415 ind.; céréales, forêts, élevage du bétail.

 

 

Ouled-Sidi-Mançar: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 60 k., dép. Constantine ; 10,442 hect., dont 469 en forêts ; 1,495 ind.; céréales, élevage du mouton.

 

 

Ouled-Si-Ounis: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, à 38 k., arr. et dép. Constantine ; à 1 k. de la gare d’Aïn-Fakroun ; 22,184 hect. ; 3,678 ind. ; céréales; élevage: chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Si-Slimane: douar de la commune mixte d’Ouled-Soltan, arr. Batna; dép. Constantine ; à 10 k. de N’gaous; 15,375 hect.; 2,868 ind.; céréales, quelques arbres fruitiers; élevage: chevaux,moutons; source d’eaux chaudes au Hammam.

 

 

Ouled-Si-Tsabet: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub de Batna), dép. Constantine; 780 ind. 

 

 

 

 

Ouled-SIimane: tribu et caïdat de la commune indigène de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger ; 1,107 ind.

 

 

Ouled-Slimane: fraction de la tribu des Brarcha, commune indigène et cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,228 ind.

 

 

Ouled-SIimane- ben-Aïssa: fraction de la tribu des Ahmar-Khaddou, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 417 ind.

 

 

Ouled-Smaïl: fraction de tribu de la commune indigène d’El-Goléa, poste militaire d’Ouargla (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 564 ind.

 

 

 

Ouled-Smir: douar de la commune de Bordj-Menaïel, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger; 7,160 hect; 4,903 ind., 42 eur.

 

 

Ouled-Soltan: nom d’une commune mixte, arr. Batna, à 72 k., dép. Constantine, dont le siège est au village de N’gaous ; sup. 184,165 hect. ; pop. : 30,559 hab. ; franc. 561, étrangers 104, isr. 122, ind. 29,627 ; céréales : élevage du bétail. La c. nourrit
63,645 moutons, 49,809 chèvres, 2,867 chevaux,, 2,168 mulets, 210 chameaux, 2,990 bœufs ; forêts de chênes; forêt de cèdres ; mines de zinc (calaminel).

 

 

Ouled-Soltane: fraction de la tribu des Arab-Gheraba, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ;. 605 ind.

 

 

 

Ouled-Souïd: douar de la commune mixte de Zemmora, à. 12 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 4,421 hect.: 1,804 ind. ; céréales; élevage du bétail.

 

 

Ouled-Soukies: section de la commune mixte de Souk-Ahras, arr. Guelma, dép. Constantine; à 15 k. de. Souk-Ahras et à 15 k. de la gare de Dréa; 3,914 ind. ; céréales dans la partie Nord ; vastes espaces d’alfa, partie Sud.

 

 

Ouled-Tabet-Lachèche: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, commune indigène et cercle de Khenchela (sub.
de Batna), dép. Constantine; 808 ind.

 

 

Ouled-Taïer: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine; à 40 k. de Medjana et à 52 k. de Bordj-bou-Arréridj ; 5,181 hect. ; 1,309 ind. ; céréales, forets.

 

 

Ouled-Tebben: douar de la commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine, à 20 k. de Colbert ; 17,187 hect. ; 3,965 ind. ; céréales, forêts domaniales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres ; bois et charbon; eaux thermales.

 

 

Ouled-Terif: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 15 k., arr. Médéa, dép. Alger; 5,604 hect.; 1,449 ind.; céréales, oliviers; élevage : moutons et chèvres ; bergerie de l’Assistance publique de la Seine.

 

 

Ouled-Thaâne: douar de la commune mixte d’Aumale, à 35 k., arr. et dép. Alger ; 2,762 ind. 10,209 hect.; blé, orge, forêts de chênes-verts ; élevage : chevaux,bœufs, moutons, chèvres.

 

 

Ouled-Tifouragh: fraction de la tribu du Djebel-Chechar, commune indigène et cercle de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,227 ind.

 

 

Ouled-Toaba: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dèp. Alger ; 2,057 ind.

 

 

Ouled-Touati: fraction de la tribu des Ouled-Zekri, commune indigène et cercle de Biskra (sub.de Batna), dép. Constantine; 1,238 ind.

 

 

Ouled-Toumi: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 577 ind.

 

 

Ouled-Tsabet ou Ouled-Thabet: tribu de la commune mixte de Boghari, à 80 k., arr. Médéa, dép. Alger; 27,800 hect. ; 1,738 ind. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Yacoub-Cheraga: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép, Oran ; 1,495 ind.

 

 

Ouled- Yacoub-el-Ghaba: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 1,545 ind. 

 

 

 

 

Ouled-Yacoub-Gheraba: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou, annexe d’Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 1,928 ind.

 

 

Ouled-Yahia: douar de la commune mixtr d’El-Milia, arr. et dép. Constantine ; à 10 k. d’El-Milia et à 78 k. de Djidjelli; 3,719 ind.; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et particuliers : céréales, sorgho, maïs ; élevage : bœufs, chevaux, mulets, moutons, chèvres ; maison forestière.

 

 

Ouled-Yahia-ben-Salem: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger; 1,598 ind.

 

 

Ouled- Yahia-ou-Moussa: fraction de douar, commune mixte de Dra-el-Mizan, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger; à 20 k. de. Dra-el-Mizan et à 16 k. de Bordj-Ménaïel ; 4,701 ind.; oliviers, figuiers.

 

 

Ouled-Yaïch: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 25 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 9,379 hect.; 3,317ind.; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Youb: fraction de la tribu des Ahmar-Khaddou, c. ind. et cer. de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 583 ind.

 

 

Ouled-Youb: douar de la commune mixte de La Calle, à 27 k., arr. Bône, dép.Constantine ; 7,378 hect.; 1,173 ind.; céréales, forêts de chênes-liège.

 

 

Ouled-Youb: fraction de tribu et cheïkhat indépendant, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,106 ind.

 

 

Ouled-Zaïd: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, c. ind. et cer. de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine; 3,428 ind.

 

 

Ouled-Zaïd: douar de la commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, à 28 k., dép. Constantine, ; 1,850 hect.; 740 ind.: céréales; élevage du mouton ; ruines romaines.

 

 

Ouled-Zaïm: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine; à 25 k. de Saint-Arnaud ; 20,831 hect. ; 3,537 ind. ; céréales ; source d’eaux thermales dites « du Sokna », très renommées chez les ind.

 

 

Ouled-Zekri: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 8,443 ind.

 

 

Ouled-Zenina: cheïkhat et fraction de la tribu de Saïd-Otba, commune indigène d’El-Goléa, poste militaire d’Ouargla (sub. de Laghouat), dép. Alger.

 

 

Ouled-Zerga: douar de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, à 14 k., arr. et dép. Constantine ; gare la plus proche : Mechta-el-Arbi,à 24 k.; 6,418 hect.; 3,122 ind.; céréales.

 

 

Ouled-Ziad: douar de la commune mixte du Cheliff, arr. Orléansville, dép. Alger; à 70k. de Lamartine; gare la plus proche : La Merdja, à 12 k. ; 10,224 hect. ; 2,825 ind, ; céréales ; carrières importantes de pierre à bâtir.

 

 

Ouled-Ziad-Cheraga: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 2,061 ind.

 

 

Ouled-Ziad-Gheraba: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 2,012 ind.

 

 

Ouled-Zian: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger ; 616 ind.

 

 

Ouled-Ziane-Cheraga: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran; 845 ind.

 

 

Ouled-Ziane-Gheraba: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 1,763 ind.

 

 

Ouled-Zid: tribu et caïdat de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; 624 ind.

 

 

Ouled-Zid: douar de la commune mixte de Zemmora, à 20 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 5,950 hect. ; 1,049 ind. ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Ouled-Zid: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle d’El-Goléa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 408 ind. 

 

 

 

 

Ouled-Zitoun: fraction de la tribu des Ouled-Rechaïch, c. ind. et cer. de Khenchela (sub. de Batna), dép. Constantine ; 1,079 ind.

 

 

Ouled-Zouaï: douar de la commune mixte d’Aïn-M’lila, à 18 k., arr. et dép. de Constantine ; 18,663 hect. ; 1,784 ind.; salines exploitées par les ind.; la gare des Lacs est située dans le douar ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Ouled-Zouaï: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 1,156 ind.

 

 

Oulhassa-Cheraga: tribu de la commune de Beni-Saf, arr. Tlemcen, dép. Oran ; 2,312 ind.

 

 

Oulmen: douar de la commune d’Aïn-Beïda, arr. et dép. Constantine ; 16,100 hect.; 2,959 ind.

 

 

Oumache: fraction et cheïkhat de I’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; 756 ind. ; oasis, à 13 k. de Biskra, sur la route de Doucen.

 

 

Oumadène: village indigène du douar des Bou-Ghaïb, commune mixte du Haut-Sebaou, arr. de Tizi-Ouzou, dép. Alger.

 

 

Oum-Aghrioum: douar de la commune mixte de Taher, à 40 k., arr. Bougie, dép. Constantine; 4,132 hect.; 2,714 ind. ; forêt de chênes-liège des Beni-Habibi ; contrée accidentée, peu fertile ; oliviers, élevage des chèvres.

 

 

Oumalou (ancienne tribu des Aït-Irdjen): douar de la commune mixte de Fort-National, à 10 k., arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; 4,290 hect. ; 8,075 ind.; écoles dans les villages de Taddert-ou-Fella, Icherridene, Aït-Meraou, El-Missem, Ighil-bou-Hamama, Agou-
ni-Bourar; oliviers, figuiers, vigne, frênes.

 

 

Oumalou: fraction de douar, commune de Mekla, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; 820 ind.

 

 

Oum-ech-Chouk: douar de la commune du Col-des-Oliviers, arr. et dép. de Constantine ; 1,379 hect.; 430 ind.

 

 

Oum-ed-Debab: douar de la commune mixte de Saïda, à 20 k., arr. Mascara, à 50 k., dép. Oran ; 12,011 hect. ; 1,438 ind., 20 eur. ; céréales, un peu de vigne ; élevage : moutons, chèvres.

 

 

Oum-ed-Doud: douar de la commune indigène de Yacoubia, annexe de Saïda (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran, constitué en caïdat sous le nom de : Ouled-Sidi-Khelifa-Cheraga.

 

 

Oum-el-Bouaghi: nom d’une commune mixte, arr. et dép. Constantine, dont le siège de l’administration est au village de Canrobert; sup. 241,061 hect. ; pop. 180 franc., 107 ita., 32,389 ind. ; céréales ; élevage du bétail. La c. nourrit 186,392 mou-tons, 9,267 chèvres, 4,324. bœufs, 574 chameaux, 2,306 chevaux, 2,039 mulets; nombreux moulins, bergerie communale, fabrication de tapis et nattes en alfa ; mine d’antimoine à Hamimatt.

 

 

Oum-el-Djellil: douar de la commune mixte de Boghari, à 15 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 8,052 hect. ; 967 ind.; céréales; élevage . chevaux, bœufs, moutons.

 

 

Oum-el-Drou: douar, dont le territoire a été réparti : commune d’Orléansville, 1,503 ind. ; commune d’Oued-Fodda, 35 ind.

 

 

Oum-el-Ghelaz: douar dont le territoire a été réparti : commune de Sidi-Chami, 218 hect., 355 ind.; communede Mangin, 3,951 hect., 1,033 ind. 40 eur.

 

 

Oum-el-Nehal: douar de la commune mixte de Jemmapes, arr. Philippeville, dép. Constantine ; à 10 k. de Jemmapes, près du village de La Robertsau; 7,389 hect.; 2,123 ind.; forêts de chènes-liège ; céréales.

 

 

Oum-el-Relem: village indigène du douar Elli-Zeggar, commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine.

 

 

Oum-el-Thiour: relais, sur la route de Biskra à Touggourt, à 84 k. de Biskra.

 

 

Oum-er-Rekha: fraction de tribu de la commune mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine ; 1,784 ind.; à 47 k.
de Lambèse ; peu de céréales, surtout des jardins à arbres fruitiers ; élevage du mouton.

 

 

Oum-et-Thiour: village indigène de la tribu des Ouled-Khiar, commune mixte de Souk-Ahras, arr. Guelma, dép. Constantine.

 

 

Ouréah: hameau de la commune de Mazagran, à 7 k., arr. Mostaganem, à 12 k., dép. Oran; pos., télégr. à La Stidia ; 92 hab.; céréales, vigne (65 h.) ; carrière de grès dur.

 

 

Ouréah: fraction indigène de la commune de Mazagran, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 134 ind.

 

 

Ouricia (V. El-Ouricia).

 

 

Ourkis: station chemin de fer d’Ouled-Rhamoun à Aïn-Beïda, dans la commune mixte d’Oum-el-Bouaghi, à 16 k. du village d’Aïn-Fakroun ; pas d’agglomération .

 

 

Ourir (V. El-Ourir).

 

 

Ourlal: fraction de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 646 ind.; oasis, à 34 k. de Biskra.

 

 

Ourlana: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 2,436 ind.

 

 

Ourlana: fraction de la tribu d’Ourlana, c. ind. et cer. de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; 675 ind. : à 149 k. de Biskra ; oasis de 30,000 palmiers ; monument à la mémoire du s.-lieutenant Lehaut, en reconnaissance des nombreux puits artésiens forés dans l’Oued-R’hir ; aux environs de cette oasis indigènes, il a été créé de belles propriétés pour la culture du-palmier, par diverses sociétés industrielles:

 

 

Ourmès: fraction et cheïkhat de la tribu des Ouled-Saoud, c. ind. de Touggourt, annexe d’El-Oued; (sub. de Batna), dép. Constantine ; 860 ind.

 

 

Ourtilane: territoire de l’ancienne tribu des Beni-Ourtilane, constitué en douar de la commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine ; 4,704 ind. ; écoles aux villages d’Ârassa et de Talmat.

 

 

Ousammeur (ancienne tribu des Beni-Iraten): douar de la commune de Fort-National, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger; 3,590 hect. ; 8,723 ind., y compris les fractions d’Aït-Akerma et d’Aït-Irdjen ; forêt de chênes-liège d’Azouza.

 

 

Ouzellaguen: tribu de la commune mixte d’Akbou, arr. Bougie, dép. Constantine ; 4,700 hect. ; 6,420 ind.; point le plus rapproché d’Akbou, à 18 k. ; point le plus éloigné, à 28 k. ; caroubiers, figuiers et surtout oliviers ; élevage du bétail.

 

 

Ouzera: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 35 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 16,251 hect.; 5,180 ind.; céréales, forêts de pins et chênes; élevage : moutons et chèvres.

 

 

Ouzidane: village indigène de la commune de Tlemcen, à 7 k., dép. Oran, remarquable par ses belles eaux et ses cascades.

 

 

Ouzzine: village indigène du douar des Djezia, commune mixte d’Attia, arr. Philippeville, dép. Constantine. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Tapis de Kairouan

15062018

 

 

 

 

 

 

L’art de la tapisserie semble remonter en Tunisie à une époque très lointaine. Déjà, à la fin du IIe/ VIIIe siècle, des tapis figuraient sur la liste de l’impôt en nature payé par les gouverneurs de Kairouan aux califes abbassides. Mais la filiation avec le tapis kairouanais actuel n’est pas attestée. Il semble que l’introduction, à l’époque ottomane, de la technique du point noué et des motifs décoratifs anatoliens ait donné une impulsion nouvelle à cette industrie et Kairouan devint le grand centre du tapis dont la réputation dépasse, depuis des décennies, les frontières de la Tunisie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Tapis de Kairouan  dans Art 1523019424-s-l1600

Artisane tapisserie – Kairouan 1980 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fabrication du tapis kairouanais s’effectue généralement à domicile et constitue une occupation uniquement féminine. On dénombre plus de quatre mille artisanes. Le tapis, qui servait à l’origine essentiellement pour la prière, constituait une pièce maîtresse de la dot de la jeune fille kairouanaise. 

 

Le métier à tisser est très simple : il est fait de deux montants fixés par des cordes qui prennent appui sur le sol et qui sont supportés par deux ensouples en bois d’où émanent les fils de coton torsadés et parallèles séparés par des roseaux. La tisseuse, assise au ras du sol, s’applique à exécuter des nœuds appelés gordes. Cela consiste à faire passer entre deux fils un brin de laine qui les contourne l’un après l’autre et ressort sous la boucle ainsi formée. Le nœud est alors serré et le fil coupé à la longueur désirée. Deux ou trois rangs de fils tissés séparent chaque rang de points noués. Le tapis kairouanais emprunte ses thèmes au répertoire turc : mihrab, formes géométriques, bandes des encadrements séparées par des listels et garnies d’un décor végétal stylisé ; certains tapis kairouanais simples offrent même une grande ressemblance avec les tapis anatoliens.

Selon une tradition bien établie, c’est Kamla, la fille de Mohamed Chaouch (1282/1866), gouverneur d’origine turque de Kairouan sous Ahmed Bey, qui aurait initié les femmes à tisser ce genre de tapis. On retrouve au sein du décor qui orne le tapis kairouanais des motifs rencontrés dans le minbar de la Grande Mosquée de Kairouan, l’empreinte du lion qu’on trouve dans la céramique d’origine andalouse. C’est dire combien le tapis kairouanais constitue une symbiose entre des apports différents qui dénotent d’une tradition bien établie, sans doute avant le passage de Kamla, dont la participation à l’élaboration du tapis kairouanais reste peu claire. La texture du tapis kairouanais authentique était constituée de 40 000 nœuds au m² ; ses couleurs aux somptueuses tonalités étaient polychromes. 

 

Au début du siècle, le service de l’artisanat a décidé, afin de répondre aux goûts de la clientèle, de délaisser les teintes traditionnelles, qui ne sont plus utilisées que pour les tapis de la dot, au profit de tons naturels, blanc, noir, beige, gris et brun ; ce type fut baptisé Agnelle, Alloucha. 

La vogue du tapis de Kairouan a incité certaines régions tunisiennes à tisser des imitations qui, par des transformations de décor ou peut-être par un désir de nouveauté, ont donné naissance à des tapis mixtes, assez originaux, tels que le tapis de Bizerte et, de nos jours, le tapis de Ksiba el-Médiouni.

Actuellement, on fabrique des tapis de différentes textures qui atteignent 90 000, 160 000, voire 250 000 nœuds au m².

A côté du ‘tapis citadin’ existe le gtif, tapis nomade par excellence. Il constituait le mobilier des tentes des tribus Drid, Hmamma, Zlass et Mhedhba. Il était fabriqué par des hommes, les raggams, artisans ambulants qui proposaient leurs services aux plus riches des nomades. La gamme des couleurs du gtif est pratiquement toujours la même : le fond est rouge et les motifs, généralement cernés de coton blanc, sont polychromes. Le poil de chèvre et de chameau est assez long, il peut atteindre plus de 4 cm. Le nombre de points au décimètre carré est assez limité, ne dépassant pas les quarante. Le gtif est divisé en registres rectangulaires ou carrés, généralement quatre, parfois cinq. Ils sont décorés de motifs le plus souvent géométriques – losanges, croix, étoiles à huit branches – , plus rarement figuratifs – personnages et chameaux, palme inscrite dans un losange. 

Il est à remarquer que les techniques et le répertoire décoratif du gtif tunisien se rapprochent de ceux des tribus nomades algériennes et marocaines. 

Indépendamment de tous les genres, les tapis sont vendus sous trois qualités, attestées par une estampille officielle, qui dépendent de la régularité des motifs, de la symétrie des dessins, du serrage des points. On distingue la qualité supérieure, le premier choix, le deuxième choix et une quatrième catégorie qui est constituée par les tapis non estampillés ou refusés à l’estampillage. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 
 
 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘N’

13062018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Naâma: gare fortifiée du chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 30 k. de Méchéria et à 204 k. de Saïda; exploitation de l’alfa. 

 

 

Nador (V. Desaix, nom nouveau). 

 

 

Nador: station chemin de fer Bône à Khroubs ; à 21 k. de Guelma et à 152 k. de Constantine, dans le douar Nador, commune mixte de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine. 

 

 

Nador: douar de la commune mixte de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine; à.25 k. de Laverdure ; 12,041 hect. ; 3,908 ind. ; céréales ; élevage des bœufs et moutons ; desservi par la gare Nador; mine de zinc en exploitation à Hammam-N’bails ; 
carrière de pierre à bâtir. 

 

 

Nador-Chaïr: mine de zinc (blende), exploitée, à 10 k. Ouest 38° Sud de Palestro ; dans le douar de Beni-bel-Hassem, commune mixte de Palestro, dép. Alger. 

 

 

Nadour: fraction indigène de la commune de Rivoli, arr. Mostaganem, dép Oran ; 386 ind. 

 

 

Nadour (vallée du Nadour): quartier de Rivoli, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 266 hab. 

 

 

Nara: section de la commune mixte de l’Aurès, arr. Batna, dép. Constantine ; de la tribu des Ouled-Abdi ; 1,383 ind. ; à.77 k. de Lambèse, chef-lieu de la commune ; peu de céréales, nombreux jardins : fruits et légumes. 

 

 

Navarin (anc. nom : Bir-el-Arch): village de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; station chemin de fer Alger-Constantine ; à 14 k. de Saint-Arnaud ; pos., télégr. à Saint-Arnaud ; 95 franc., 244 ind.; céréales, élevage du bétail ;. fermes importantes. 

 

 

Nechmeya: chef-lieu de commune, arr. Bône, à 43 k., dép. Constantine, gare la plus proche : Guelma, à 21 k. ; télégr. municipal, pos. à Duzerville; pop. 172 franc., 2,715 ind. ; eau abondante ; céréales, vigne (25 hect.), arbres fruitiers; élevage du bétail : carrière de calcaire très étendue pouvant fournir de belles pierres de taille, peu exploitée en raison de son éloignement des centres habités. 

 

Douars : El-Aouara, Oued-Dardara. 

 

 

Nedroma: nom d’une commune mixte  arr. Tlemcen, dép- Oran : sup. : 63,588 hect. ; pop. 30,572 hab. ; 150 franc., 386 isr., 274 marocains, 162. esp., 29,600 ind. ; céréales, arbres fruitiers et un peu de vigne dans quelques douars ; forêts de thuyas et pins ; élevage : moutons 24,680, chèvres 45,060, mulets 595, bœufs 4,242 ; mines de zinc, plomb, au Djebel-Masser ; gisements de phosphates à Aïn-Kebira, à 10 k. Est de Nedroma ; carrière de marbre rose, de taille et d’extraction facile, à 8 k. de Nedroma. 

 

 

Nedroma: village et chef-lieu de la commune du même nom ; à 87 k. de Tlemcen et à 18 k. de Nemours, sur la route de Tlemcen à Nemours ; pos. et télégr. ; pop. agglomérée : 4,923 hab., dont 149 franc., 153 étrang., 4,621 ind. ; céréales, pommes de terre, vigne. 

 

 

Nedroma: douar de la commune mixte de Nedroma, comprenant les fraction  de : Ahl-Souk, Beni-Affane, Beni- Zid et Khaba (V. ces noms). 

 

 

 

Négrier: village de la commune de Tlemcen, à 6 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Tlemcen; pos., télég. à Tlemcen; 197 hab.; céréales, vigne (320 hect.), oliviers ; moulins à huile et à farine. 

 

 

Négrier: faubourg de Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 1,719 hab. dont 1,481 esp. 

 

 

Negrine: ksar et cheïkhat de la commune indigène et du cercle de Tébessa (sub. de Batna), dép. Constantine; 866 ind. ; à 140 k. de Tébessa et à 154 k. de Biskra ; culture du palmier, du figuier, de l’olivier ; un peu de vigne ; poste militaire qui commande au loin le Sahara et les routes suivies par les tri. nomades. 

 

 

Nehed: douar de la commune mixte de La Calle, à 20 k., arr. Bône, dép. Constantine; 7,199 hect.; 1,932 ind.: céréales, forêts de chênes-liège : eaux thermales. 

 

 

Nekmaria: douar de la commune de Cassaigne, arr. Mostaganem, dép. Oran ; sur la route de Mostaganem à Renault, à 30 k. de cette dernière localité et à 31 k. de Cassaigne; 4,665 hect.; 1,307 ind.: céréales, figuiers, forêts ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres. 

 

 

Nemaïcha: douar de la commune de Tessala, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 2,669 hect. ; 787 ind., 67 eur. 

 

 

Nemours: chef-lieu de commune et de canton, arr. Tlemcen, à 103 k., dép. Oran, à 240 k. ; à 34 k. de la frontière du Maroc ; port de mer ; pos., télégr., jus. de p. ; pop. 3,342 hab.: vil. 1,180; franc. 800, étrangers 86, isr. 161, ind. 1,575, divers 20; climat 
excellent, territoire fertile ; céréales, vigne, culture maraîchère ; arbres fruitiers : 3,300 orangers ou mandariniers, 2,600 citronniers et 8,000 amandiers ; commerce d’alfa, de crin végétal, de laines et grains ; station balnéaire très fréquentée ; 
marché important; nombreuses mines de phosphates de chaux aux environs, au Djebel-Toumaï et à Sidi-Syfian ; carrières de pouzzolanes; carrière de marbre onyx à Sidi-Brahim, à 10 k. Sud 4° Ouest de Nemours ; mines de fer à Honaïne, à 19 k. Est 22° Nord ; à Oued-el-Kebir,.à 17 k. Est; à Rar-el-Maden, à 21 k. Est ; mines de zinc au Djebel-Masser, à Fillaoueen, à 22 k. Est 32° Sud de Nemours ; mine de cuivre à Sidna-Oucha, à 6 k. Est de Nemours ; mine de plomb à El-Ary, à 20 k. Est de Nemours ;  nombreuses carrières de marbre. 

 

 

Nesmoth: douar de la commune mixte de Cacherou,. arr. Mascara, dép. Oran; à 12 k. de Palikao ; 11,892 hect. ; 2,845 ind., 19 eur. ; céréales ; forêt de chênes-liège ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, porcs et chèvres. 

 

 

Nezla: fraction de la tribu de Touggourt, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,279 ind. 

 

 

Nezlioua: douar de la commune mixte  de Dra-el-Mizan, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger; à 7 k. de Dra-el-Mizan et 5 k. de la gare d’Aomar ; 12,934 hect. ; 5,924 ind.; céréales, oliviers, figuiers. 

 

 

Nezreg: douar de la commune mixte de Saïda, arr. Mascara, dép. Oran;.à 10 k. de Saïda et à 4 k. de la gare de Nezreg ; 13,556 hect.; 1,389 ind., 408 eur.; céréales, vigne (125 hect.) ; élevage : moutons, chèvres. 

 

 

Nezreg: village de la commune de Saïda, à 5 k., arr. Mascara, dép. Oran; station chemin de fer Arzew à Duveyrier; pos. à Saïda ; 331 franc., 333 étrangers ; école ; culture maraîchère très développée, vigne (135 hect.) 

 

 

N’gaous: village indigène, chef-lieu de la commune mixte d’Ouled-Soltan, arr. Batna, dép. Constantine ; à 65 k. de Batna et à 87 k. de Sétif ; gare la plus proche : Mac-Mahon, à 61 k. ; pop. : 826 hab., dont 89 eur. Les terres de N’gaous, appartenant aux ind., 
sont scrupuleusement respectées par l’Etat, en reconnaissance de la fidélité qu’ils montrèrent pendant l’insurrection de 1871, où seuls, enfermés dans N’gaous, ils soutinrent un siège de 45 jours contre les insurgés montagnards, d’où ils ne furent délivrés que par la colonne si brillamment conduite par le général Saussier. 

Les terres, dans un rayon de 2 k., sont d’une fertilité exceptionnelle. La vigne y réussit à merveille. La source dite Aïn-N’gaous est une des plus abondantes de l’Algérie. N’gaous est relié à Sétif par un chemin de grande communication passant par Mesloug, Ampère et Ras-el-Aïoun. On y remarque des ruines romaines et deux-mosquées, dont l’une renferme les  cendres d’un marabout vénéré, Sidi Kacem. La plus célèbre est celle des Seba R’gout ou Sept Dormants. 

 

 

N’gaous (ancienne tribu des Ouled-Soltan): douar de la commune mixte d’Ouled-Soltan, arr. Batna, dép. Constantine ; à 95 k. de Batna et à 87 k. de Sétif ; 18,536 hect. ; 2,614 ind. ; céréales, arbres fruitiers, un peu de vigne ; élevage : chevaux et moutons. 

 

 

 

N’goussa: tribu, ksar et caïdat de la commune indigène d’El-Goléa, poste militaire d’Ouargla (sub. Laghouat), dép. Alger ; 729 ind. Le ksar est situé sur la route de Touggourt à Ouargla, à 51 k. d’El-Hadjira, à 22 k. d’Ouargla et à 140 k. de Touggourt ; oasis de 50,000 palmiers. 

 

 

Noiseux: hameau sur la route d’Oran à Misserghin, à 3 k. d’Oran ; céréales, vigne, arbres fruitiers. 

 

 

Noisy-les-Bains (anc. nom : Aïn-Nouissy): chef-lieu de commune, arr. de Mostaganem, à 16 k., dép. Oran, à. 104 k. ; gare la plus proche : Mostaganem ; télégr. municipal, pos. à Rivoli ; pop. 2,058 hab. ; vil. 448 ; franc. 445, ind. 1,550, divers 63; céréales, vigne (1,450 hect.); à 1 k. du vil., source d’eau sulfureuse, à 18° 5, près de laquelle on a construit un établissement de bains ; 
carrière de pierre à plâtre. 

 

Douars : Ouled-Hamdan, Dradeb et Béni- Yahyi. 

 

 

Notre-Dame-d’Afrique: à 3 k. d’Alger, sur la montagne qui domine Saint-Eugène; basilique de Notre-Dame-d’Afrique; à coté, le couvent des Carmélites ; restaurants, cafés ; vue magnifique sur la mer. 

 

 

Nouvel-Ambert: petit hameau de la commune d’Hussein-Dey, dép. Alger ; agglomération de, maisons de campagne et villas; beau site: station chemin de fer sur routes d’Alger à Rovigo. 

 

 

Nouvion (anc. nom : EI-Ghomri): village de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 22 k. de L’Hillil et à 36 k. de Mostaganem ; gare la plus proche : Oued-Malah, à 4 k. ; 106 hab. ; céréales, vigne (55 hect.) ; élevage du bétail ; fabrication de balais de sorgho. 

 

 

Novi: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 121 k.; à 7 k. de Cherchel; gare la plus proche : Marengo, à 34 k. ; sur le bord de la mer ; pos., télégr. ; pop. 798 hab. ; vil. 510 ; franc. 310, ind. 394, étrangers 94 ; céréales, vigne (345 hect.), vin très réputé. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Document Guerre d’Algérie: Notion sur le Ramadan (1957)

11062018

à diffuser et commenter aux militaires Français

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Document Guerre d'Algérie: Notion sur le Ramadan (1957) 1522684596-464-001

 

 

Pour voir en taille réelle: clique droit  >> Ouvrir dans un onglet. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘M’

9062018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maâcen: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 80 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 5,344 hect. ; 1,671 ind. ; céréales ; arbres fruitiers ; petite forêt. ; élevage : bœufs,, chevaux, moutons. 

 

 

Maâdid (ancienne commune mixte de Bord-bou-Arréridj): nom d’une commune mixte, arr. Sétif, dép. Constantine, dont le siège de l’administration est à à Bordj-bou-Arréridj ; sup. 192,590 hect; pop. 39,155 ind., 780 franc. ; culture des céréales, principale- 
ment ; vigne (132 hect.); élevage: bœufs 3,978, chevaux 3,378, mulets 2,905, moutons 71,863 et chèvres 48,555 : gisements de phosphates à Bordj-R’dir : source d’eau sulfureuse très réputée chez les ind., au Hammam des Biban, à 45 k. de Bordj-bou-Arréridj ; ruines romaines importantes sur divers points, particulièrement à Lecourbe. 

 

 

Maâdid: tribu de la commune mixte du même nom, arr. Sétif, dép. Constantine : à 40 k. de Bordj-bou-Arré-ridj ; 28,200 hect. ; 4,431 ind. ; élevage des bœufs et moutons. 

 

 

Maâfa: halte du chemin de fer Constantine à Biskra : à 49 k. de Batna et à 17 k. d’EI-Kantara, dans la commune mixte d’Aïn-Touta. 

 

 

Maâlla: tribu de la commune mixte de Palestro, à 17 k., dép. Alger : 5,975 hect. ;.3,988 ind. ; céréales, oliviers ; eau sulfureuse au Gherba-el-Hammam. 

 

 

Maâmra: tribu et caïdat de la commune  indigène et de la subdivision de Laghouat, dép. Alger ; 2,130 ind. ; école. 

 

 

Maâtka: douar de la commune de Tizi-Ouzou, dép. Alger : 5,507 hect. ; 8,350 ind. ; ce douar se compose d’une centaine de petits villages kabyles. 

 

 

Maâtkas: station chemin de fer sur route de Dellys à Boghni, à 11 k. de Boghni, dép. Alger. 

 

 

Macdonald: village de la commune mixte  de Màadid, arr. Sétif, dép. Constantine, sur la route de Constantine à Alger, à 16 k. de Sétif et a 43 k. de Bordj-bou-Arréridj ; pos., télégr. à Sétif ; 71 hab. : école ; céréales, élevage du bétail ; moulins à farine. 

 

 

Mac-Mahon: village et chef-lieu de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; station chemin de fer Constantine à Biskra; à 33 k. de Batna et à 90 k. de Biskra ; pos., télégr.; 185 eur., 220 ind.: céréales. 

 

 

Mac-Mahon: fort (V. Hassi-el-Homeur). 

 

 

Mac-Mahon: banlieue de la ville d’Oran. 

 

 

Macta (La): hameau du village de Saint-Leu, à 14 k., arr. et dép. Oran ; station chemin de fer Arzew à Duveyrier ; distance d’Arzew, 22 k. pos. à Arzew; 45 hab.; céréales, vigne (65 hect.), pâturages. 

 

 

Madala: douar de la commune de Bougie, à 3 k., dép. Constantine ; 1,909 hect. ; 2,324 ind. ; céréales, vigne. 

 

 

Madena: douar de la commune mixte  de Frenda, arr. de Mascara, dép. Oran ; 35,000 hect. ; 460 ind., 12 eur. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Madja: douar de la commune de Kherba, arr. Miliana, dép. Alger ; 645 hect. ; 615 ind. 

 

 

Madjiba: groupe de fermes, à 4 k. du Khroubs, dép. Constantine ; pos. à Constantine; 72 hab. 

 

 

Madrague (La): hameau de la commune d’Aïn-Taya, sur le bord de la mer, près du cap Matifou. 

 

 

Maffrag (La): hameau de la commune  mixte de Beni-Salah, arr. Bône, à 29 k.; sur la route de Bône à La Calle; bac sur la rivière La Maffrag. 

 

 

Magenta: village de la commune mixte du Télagh,à 26 k., arr. Sidi-bel-Abbès, à 63 k., dép. Oran, à 141 k. : station chemin de fer Tabia à Ras-el-Mà ; télégr. à la gare; pos. à Bossuet ; pop. : 79 franc., 64 étrangers; village au milieu des forêts ; céréales, 
vigne ; forêts de pins très étendues ; élevage du bétail. 

 

 

Magra: douar de la commune indigène de Barika (sub. de Batna), dép. Constantine ; 40,920 hect.; 4,711 ind. 

 

 

Magranis: douar de la commune mixte  de Frenda, arr. Mascara, dép. Oran: 10,300 hect. : 1,211 ind., 13 eur. ; céréales ; élevage des chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Magraoua: douar de la commune mixte d’Aïn-Bessem, dép. Alger; à 17 k. d’Aïn-Bessem et à 42 k. de Bouïra : 5,347 hect. ; 1,727 ind. : céréales; élevage: moutons et. chèvres. 

 

 

Mahdid: douar dont le territoire est réparti : commune des Trembles, 2,443 hect., 696 ind., 61 eur. : commune mixte de La Mékerra, 3,462 hect., 509 ind. ; à 10 k. de Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; céréales, vigne. 

 

 

Mahdid: fermes de la commune mixte  de La Mékerra, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 32 hab. 

 

 

Mahelma: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à-31 k. ; gare la plus proche : Boufarik, à 12k.; télégr., téléph., facteur rural de Douera ; pop. : 1,339 hab. ; franc. 295, esp. 276, ind. 743, divers 25 ; céréales, tabacs, vigne (539 hect.). 

 

 

Mahia: douar de la commune mixte de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine ; à 40 k. de Laverdure ; gare la plus proche : Souk-Ahras, à 20 k.; 9,504 hect. ; 3,609 ind. ; céréales ; élevage : chevaux,bœufs, moutons. 

 

 

Mahouan: village de la commune d’El-Ouricia, à 6 k. Ouest, arr. Sétif, à 13 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Sétif ; pos., télégr. à Sétif ; pop. : 89 franc., 792 ind. ; cultures : blé, orge; élevage du bétail. 

 

 

Mahoudia: douar de la commune mixte  de Frenda, arr. Mascara, dép. Oran ; 8,209 hect.; 2,022 ind., 12 eur.; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Mahouna: fraction de la commune de de Guelma, à 6 k. Sud-Ouest dép. Constantine ; carrière de marbre blancs et rouge veiné, de taille facile; culture de la vigne. 

 

 

Maïda: douar de la commune mixte de Sedrata, arr. et dép. Constantine ; 6,534 hect. : 2,900 ind. ; le village de Sedrata, chef-lieu de la commune, est situé dans ce douar ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

Maillot: village de la commune mixte de Beni-Mansour, siège de l’administration de cette c, arr. et dép. Alger ; station chemin de fer Alger-Constantine, à 4 k. du vil. : à 10 k. de la gare de Beni-Mansour et à 162 k. d’Alger ; pop. 368 franc., 112 ind., 20 étrangers ; céréales, un peu de vigne ; belles plantations, oliviers ; fabriques d’huile d’olives : marché important ; eau gazeuse acidulée dans l’Oued-Ouakour. 

 

 

Main (Bordj-des-Rapta): douar de la commune mixte de Ténès, à 24 k., arr. Orléansville, dép. Alger ; 7,706 hect. ; 1,821 ind.; céréales. 

 

 

Maison-Blanche: hameau de la commune de Bou-Kanéfis, arr. Sidi-bel-Abbès, dèp. Oran ; 103 hab. ; école ; céréales, un peu de vigne. 

 

 

Maison-Blanche: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 19 k. : station chemin de fer Alger-Constantine ; télégr. à la gare, pos. à Maison-Carrée ; pop. 1,133 hab. ; franç. 283, esp. 183, ind. 652 ; céréales, tabac, vigne (392 hect.), fourrages ; fermes importantes. 

 

 

Maison-Cantonnière (La): au pied du col de Tirourda, à 1,240m d’altitude, sur la route de Fort-National à Beni-Mansour ; au berge. 

 

 

 

Maison-Carrée: chef-lieu de commune et de canton, arr. et dép. Alger, à 11 k. ; station ch. de fer Alger-Oran, bifurcation pour Constantine, Tizi-Ouzou ; station chemin de fer sur route Alger-Rovigo : pos., télégr., justice de paix : pop. 7,591 hab. ; vil. 4,655 ; franc. 2,988, naturalisés 243, esp. 1,124, ita. 182, ind. 2,879, divers 175 ; céréales, tabac, vigne (1,176 hect.) ; vaste culture marai-chère pour artichauts, petits pois; marché un des plus importants du dép., avec Boufarik : prison de l’Harrach, dépôt de forçats ; industrie développée; minoterie, fabrique d’engrais animalisés, brasserie, fabrique d’acide sulfurique, tuilerie, briqueterie. 

 

 

Makda: douar de la commune mixte de Mascara, dép. Oran, à 10 k. de la gare de Thiersville; 14,059 hect.; 2,945 ind., 8 eur. ; céréales. 

 

 

Makena: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Géryville (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran; 976 ind. 

 

 

 

Makouda: douar de la commune mixte  de Mizrana, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; à 16 k. de’Tigzirt, et à 15 k. de Tizi-Ouzou ; 3,820 hect. ; 6,843 ind. ; école ; céréales, figuiers, oliviers, vigne, orangeries produisant des fruits énormes et exquis. 

 

 

Malah: douar de la commune de Coligny, arr. Sétif, dép. Constantine ; 9,953 hect. ; 2,515 ind., y compris les fermes du même nom. 

 

 

Malah: fermes de la commune de Coligny, arr. Sétif, dép. Constantine ; 258 hab.; céréales. 

 

 

Malakoff (anc. nom : Oued-Sly): village de la commune mixte du Cheliff, arr. Orléansville, à 15 k., dép. Alger ; station chemin de fer Alger-Oran ; télégr. à la gare, pos. à Orléansville ; 249 hab. ; terres irrigables ; grande culture des céréales, un peu de vigne ; grand commerce de céréales; élevage : moutons et bœufs; carrières de pierre tendre et de marbre. 

 

 

Mamra: bordj et caravansérail, à 4 k. Nord-Est de Saint-Donat, commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, dép. Constantine, près des sources du Rhumel. 

 

 

Mangin: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran, à 15 k. ; gare la plus proche : Sidi-Chami, à 4 k. ; pos., télégr. à Oran ; pop. 185 franc., 107 étrangers, 1,154 ind. ; céréales, vigne (302 hect.), vins très estimés ; culture maraîchère, oliviers, forêt de chênes-liège et de pins maritimes ; pépinière de 4 hect. ; élevage du mouton et du porc. Le douar Oum-el-Ghélar, avec une pop. de 1,087 ind., fait partie de la commune.

 

 

Mansoura: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dèp. Constantine ; à 30 k. de Bordj-bou-Arréridj et de.la Medjana ; 14,030 hect. ; 2,461 ind. ; céréales, arbres fruitiers. 

 

 

Mansoura: village indigène de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine; station chemin de fer Alger-Constantine ; à 30 k. de Bordj-bou-Arréridj et à 37 k. de Beni-Mansour ; siège de la justice de paix, télégr. à la gare, pos. à Tazmalt ; 200 hab. ; écoles ; céréales, arbres fruitiers ;. source d’eau sulfureuse. 

 

 

Mansoura: village de la commune de Tlemcen, à 3 k., dép. Oran, sur la route de Tlemcen à Sebdou ; pos., télégr. à Tlemcen : 394 hab., dont 131 étrangers ; céréales, vigne (358 hect.), oliviers, arbres fruitiers. 

 

 

Mansourah: village de la commune de Constantine, à 3 k. ; pos. à Constantine ; 600 hab. 

 

 

 

 

Mansouria: section de la commune  mixte de Tababort (tribu des Beni-Foughal), arr. Bougie, dép. Constantine; 4,986 ind.; à 62 k. de Djidjelli; mine de pyrite de fer, à 39 k. Est 25° Sud de Bougie ; céréales, oliviers, orangers, forêt de chênes-liège ; élevage : bœufs, chevaux, moutons.

 

 

Maoklane: village indigène du douar Alma-Oua-Klane, commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine; pos., télégr. à Aïn-Abessa; à 12 k. de Lafayette; céréales, pommes de terre.

 

 

Maouïa: douar de la commune mixte de Takitount, arr. Bougie, dép. Constantine ; 8,047 hect. ; 4,230 ind. ; à 45 k. de Périgotville et à 22 k. de la gare de Saint-Arnaud ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Maoussa: douar de la commune mixte de Mascara, à 15 k., arr. Mascara, dép. Oran ; 6,129 hect. ; 3,792 ind., 21 eur. ; céréales.

 

 

Maoussa: village de la commune mixte de Mascara, à 11 k., arr. Mascara, dép. Oran ; pos., télégr. à Mascara ; 272 hab.; céréales, vigne (200 hect.) ; vins colorés et de bon goût.

 

 

Marabout-d’Aumale: hameau de la commune de Saint-Ferdinand, dép. Alger ; à 2 k. de Sainte-Amélie et à 24 k. d’Alger ; 42hab.

 

 

Marabtins-d’El-Djorf (ancienne tribu des Ouled-Derradj): douar de la commune mixte de M’sila, a 25 k., arr. Sétif, dép.  Constantine; 2,362 hect.; 508 ind.; pas de plantation ni d’agglomération ; les hab. vivent sous la tente ; pays pauvre,’ pas de culture, si ce n’est dans la partie Nord où on récolte blé et orge.

 

 

Marhot: village de la commune  mixte  de Téniet-el-Had, arr. Miliana, dép. Alger, sur la route de Téniet-el- Had à Affreville ; à 37 k. de la gare d’Aflfreville et. à 22 k. de Téniet-el-Had ; 103 hab. ; céréales, culture de l’olivier, forêt de chênes.

 

 

Marceau: village de la commune mixte de Gouraya, arr. et dép. Alger, à 96 k.; à 24 k. de Cherchel ; gare la plus proche : Marengo, à 22 k. ; télégr. municipal, pos. à Zurich ; 292 hab dont 171 franc. ; pays boisé en chênes-liége ; céréales, vigne (120 h.), orangers, arbres fruitiers; belle pépinière ; élevage du bétail ; marché pour céréales, fruits, chevaux, liège. Aux environs, carrière de sable blanc très pur, propre à la fabrication du verre blanc ; verrerie nouvellement installée.

 

 

Mare-d’Eau (La): hameau de la commune mixte de Saint-Lucien, à 9 k., dép. Oran ; à 14 k. de Sainte-Barbe-du-Tlélat ; station chemin de fer Alger-Oran ; 45 hab.; pays boisé ; céréales, vigne (50 hect.); élevage du bétail.

 

 

Marengo: chef-lieu de commune et de canton, arr. et dép. Alger, à 86 k. ; gare du chemin de fer la plus proche El-Affroun, à 22 k. (ligne d’Alger à Oran). Marengo est gare tête de ligne du cheminde fer sur routes de Marengo à El-Affroun ; pos., télégr.
hôpital, justice de paix; pop. 5,357 hab.; vil. 1,935,; franc. 1,554, esp. 544, ita. 64, ind. 3,004, divers 191 ; eau en abondance ; un barrage sur l’oued Meurad, contenant 2 millions de mètres cubes d’eau, permet l’irrigation de la plaine ; céréales, tabac, culture maraîchère, vigne (1,705 hect.), arbres fruitiers, dont 4,700 amandiers ; marché important ; carrière de marbre brèche au mont Chenouah, à 12 k. Nord de Marengo, sur le bord de la mer.

 

 

Margueritte: village de la commune mixte d’Hammam-Rhira, arr. Miliana, à 10 k., dép. Alger ; gare la plus proche : Miliana-Margueritte, à 4 k. ; pos., télégr. ; pop. 225 franc., 170 étrangers, 20 ind.; terrain montagneux, au .pied du Zaccar ;
céréales, vigne (365 hect.), arbres fruitiers ; fermes importantes ; climat sain et tempéré ; village désormais célèbre par la dernière insurrection d’avril 1901.

 

 

Marhoum: village indigène de la commune  indigène de Yacoubia (sub. Aïn-Sefra),. dép. Oran ; à 52 k. de Raz-el-Mà et à 50 k. de Saïda ; gare terminus de la ligne Modzbah-Sfid (enbranchement de la ligne Arzew à Duveyrier) à Marhoum ; cette ligne sert uniquement au transport de l’alfa ; 89 ind., 105 eur. ; exploitation de l’alfa:

 

 

Marine: section de la commune de Prudon, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 215 hab., dont 192 esp.

 

 

Marioua: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 12 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; 7,150 hect. : 2,293 ind. ; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Markouna: village indigène, à 3 k. de Lambèse, arr. Batna, dép. Constantine ; ferme importante de 600 h.; céréales, vigne (17 hect.) ; élevage du bétail ; forêts, ruines romaines.

 

 

Markounda: douar de la commune mixte d’Ouled-Soltan, arr. Batna, dép. de Constantine; à 25 k. de N’gaous ; 12,865 hect. ; 3,236 ind. ; céréales ; élevage : chevaux et moutons.

 

 

Martimprey: village de création récente, de la commune mixte de Frenda, à 18 k., arr. Mascara, dép. Oran ; nos. à Frenda, télégr. ; 323 hab., dont 305 eur. et 18 ind.; eau abondante ; terres de bonne qualité : céréales, vigne ; forêts ; élevage du mouton.

 

 

Mascara: chef-lieu de commune, de canton et d’arr. du dép. Oran, à 116 k.; gare tête de ligne chemin de fer de Mascara à Tizi (section de la ligne Arzew à Duveyrier); sous-préf., sub., trib. de 1re instance, comice agricole, pos., télégr. ; pop. : 20,992
hab.; ville 18,405; franc. 4,171, naturalisés 202, esp. 3,504, ita. 197, marocains 640, isr. 384, diverses nationalités 2,856, ind. 9,045 ; céréales, tabac, fruits, fourrages, vigne (2,340 hect), vins réputés pour des meilleurs de l’Algérie ; marché important pour laines, fourrages, vins, huiles d’olive, tabac. Mascara, par sa position, a toujours eu une grande importance militaire,  commerciale et agricole.

 

 

Mascara: arr. du dép. Oran. Les montagnes alternent avec des plaines assez vastes, à culture de céréales (Eghris, Traria, Charrier, Nazereg), s’étageant jusqu’aux altitudes des Hauts-Plateaux (Saïda, Frenda), là où commencent les terres de parcours et les steppes d’alfa. Les céréales, la vigne (7,516 hect.), l’élevage et un peu la culture de l’olivier et du caroubier sont les principales ressources de cette région. Forêts d’oliviers, de thuyas, de chênes-verts, de pins, etc. ; exploitation de l’alfa.

 

 

Mascara: nom d’une commune mixte dont le siège est à Mascara (ville) ; sup. 209,856 hect. ; pop. : franc. 2,110, esp. 804, isr. 117, ind. 48,100 ; céréales, vigne (1,625 hect), oliviers, forêts de thuyas, pins, chênes-verts : élevage : 63,833 moutons, 62,826 chèvres, 12,508 bœufs, 4,217 chevaux, 1,857 mulets ; mine de soufre à El-Bordj, à 20 k. Nord-Est de Mascara ; carrière de calcaire hydraulique à Oued-Fergoug, à 17 k. N. de Mascara. On compte, dans la c, 12,400 amandiers, 5,000 figuiers et 16,590 autres arbres,fruitiers.

 

 

 

Masqueray (anc. nom : Aïn-el-Hadid): village de création récente, dans la commune mixte de Frenda, sur la route de Mascara à Frenda, à 25 k. au delà de Tagremaret et à 15 k. avant d’arriver à Frenda; terres propres à la culture des céréales, de la vigne, ainsi qu’au jardinage.

 

Masséna: village de création récente, de la commune mixte du Cheliff, arr. Orléansville, dép. Alger ; à 14 k. de. Malakoff: 201hab. ; terres excellentes, en partie irrigables, céréales, vigne, arbres fruitiers.

 

 

Massine (El-): village à 10 k. du Kroubs, arr. et dép. Constantine ; 616 hab. ; post. à Constantine.

 

 

Matemoré: village de la commune mixte  de Mascara, à 11 k., dép. Oran; pos., télégr. à Mascara; 188 hab. ; céréales, vigne (90 hect.), jardins potagers.

 

 

Matifou: village de la commune d’Aïn-Taya, à 5 k., sur la route d’Alger à Aïn-Tuya ; à 27 k. d’Alger ; gare la plus pioche : Rouïba, à 10 k. ; franc. 110, étrangers 253, ind. 255 ; céréales, tabac, vigne (185 hect.), culture des primeurs, particulièrement asperges, pommes de terre, chasselas; vil. bâti sur les ruines de la ville romaine : Rusgunia.

 

 

Mauchamp: ferme isolée, à 8 k. Sud de Guelma, sur la route de Guelma à Gounod; 45 hab.; blé, orge, avoine, oliviers ; élevage du bœuf. 

 

 

Mazagran: chef-Iieu de commune, arr. Mostaganem, à 4 k., dép. Oran; télégr., pos. à Mostaganem ; pop. : 545 franc:, 140 esp., 1,227 ind.; eau abondante ; céréales, vigne (485 hect.), culture des primeurs, légumes. Colonne de 20 m, commémorative du fameux, siège que soutinrent, du 2 au 6 février 1840/ 123 hommes du bataillon d’Afrique, commandés par le capitaine Lelièvre, contre 15,000 Arabes.

 

 

Mazer: fraction de la tribu d’Ourlana, commune indigène et cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine ; à 43 k. de M’raïer et à 147 k. de Biskra ; 258 ind. ; oasis.

 

 

Mazis: mine de zinc (calamine), à 10 k. Nord 46° Ouest de Lalla-Maghrnia, en exploitation active.

 

 

Mazouna: village indigène de la commune mixte de Renault, à 5 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Inkèrmann, à 24 kil. ; pos., télégr. à Renault; 4,000 ind. ; hôpital pour les ind. ; village très pittoresque ; fabrication de burnous, gandouras, haïks : mine de soufre à 2 k. Sud, en exploitation, et gaz pétrolifères très abondants à Kef-el-Djir.

 

 

Mazuclla (V. Aïn-Mazuella).

 

 

M’chaïa: douar de la commune mixte  de Ténès, arr. Orléansville, dép. Alger ; 8,464 hect. ; 4,782 ind. ; bordj ; à 80 k. de Ténès et à 8 k. de la gare de Charon ; céréales.

 

 

M’chat: douar de la commune mixte d’El-Milia, arr. et dép. Constantine : 5,376 hect. ; 3,129 ind. : à 10 k. d’El-Milia et à 78 k. de Djidjelli ; céréales, sorgho, maïs, millet ; forêts de chênes-liège exploitées par l’Etat et des particuliers; élevage : bœufs, chevaux, mulets, moutons, chèvres ; maison forestière ; école au village Baâbèche.

 

 

M’chedallah: douar de la commune mixte de Beni-Mansour, arr. et dép. Alger ; à 4 k. de la garé de Maillot ; 13,066 hect. ; 4,097 ind. ; oliviers, figuiers ; bois de chauffage et de construction : carrière de pierre à plâtre à Ouled-si-Toumi.

 

 

M’cif: douar de la commune mixte de M’sila, à 25 k., arr. Sétif, dép. de Constantine, formé des deux douars : Oued-Chellal et Ouled-Si-Hamla: 2,874 hab. ; pop. essentiellement nomade et, vivant sous la tente ; peu de culture ; jardins arrosés par des eaux artésiennes: abricotiers, figuiers, grenadiers élevage des chevaux et des moutons.

 

 

M’cil: douar de la commune mixte d’Ouled-Soltan, arr. Batna, dép. Constantine ; à 55 k. de N’gaous et à 25 k. d’Ampère ; 21,502 hect. : 5,050 ind. : céréales ; élevage : chevaux et moutons ; mines de zinc.

 

 

M’chira: fermes de la commune mixte  de Châteaudun-du-Rhumel, dép. Constantine ; à 10 k. de la gare de Telergma et à 12 k. de Mechta-el-Arbi ; céréales.

 

 

M’chounech: douar de la commune indigène et du cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine : 46,189 hect. ; 1,754 ind.; à 30 k. de Biskra oasis importante ; poste optique.

 

 

M’cisna: douar de la commune mixte d’Akbou, arr. Bougie; dép. Constantine; 3,875 hect..; 4,190 ind. ; point le plus rapproché d’Akbou, 22 k. ; point le plus éloigné, 30 k. ; peu de céréales, oliviers, figuiers, caroubiers.

 

 

M’daourouch: douar de la commune mixte de Sedrata, à 35 k., arr. et dép. Constantine; 20,412 hect; 2,760 ind. ; céréales, alfa, élevage du bétail, fabrication de tapis.

 

 

M’daourouch: village de création récente, commune mixte de Sedrata, arr. et dép. Constantine ; station chemin de fer Souk-Ahras à Tébessa ; à 36 k. de Souk-Ahras et à 60 k. de Tébessa; vil. industriel ; exploitation de l’alfa.

 

 

M’doukal: douar de la commune indigène de Barika (sub. de Batna), dép. Constantine: 17,326 hect. ; 1,590 ind. ; gîte d’étape sur la route de Bou-Saàda à Biskra; à 32 k. de Barika et à 73 k. de Biskra; palmiers, arbres fruitiers, jardins potagers.

 

 

Méboudja: mine de fer en exploitation, à 5 k. Sud-Ouest de Bône, dèp. Constantine.

 

 

Méchala: douar de la commune mixte  de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine ; à 35 k. de Laverdure ; 4,933 hect.; 1,766 ind.; céréales, élevage du bœuf. 

 

 

Mechera-Sfa: douar de la commune  mixte de Tiaret, à 30 k., arr. Mostaganem, dép. Oran ; gare la plus proche : Prévost-Paradol ; 7,852 ect. ; 1,348 ind., 30 eur.; céréales ; élevage: chevaux, bœufs, moutons, chèvres.

 

 

Méchera-Sfa (V. Prévost-Paradol, nom nouveau).

 

 

Méchéria: commune mixte militaire, de la sub. d’Aïn-Sefra, dèp. Oran ; sup. 1,150,000 hect. ; pop. : franc. 595, isr. 123, esp. 254, marocains 511, ind. 19,130; pas de. culture; exploitation de l’alfa: élevage du bétail: chevaux 2,194, bœufs 1,185, moutons 210,921, chèvres 18,870, chameaux 10,613.

 

 

Méchéria: chef-lieu de commune, à 102 k. d’Aïn-Sefra, à 181 k. de Saïda et à 376 k. d’Oran ; poste militaire, hôpital militaire, pos., télégr. ; pop. : franc. 280, étrangers 88, ind. 325 ; commerce important de laines.

 

 

Mechta-Châteaudun ( anc. nom : Mechta-el-Arbi): station chemin de fer Alger-Constantine, à 17 k. de Saint-Donat et à 81 k. de Constantine ; le village de Châteaudun est à 9 k. de la gare ; télégr. à la gare.

 

 

Mechta-el-Arbi (,V. Mechta-Châteaudun).

 

 

Mechtras: douar de la commune mixte de Dra-el-Mizan, dép. Alger, à 6 k. de Boghni et à 22 k. de Dra-el-Mizan ; 3,362 ind. ; terres irrigables ; pépinière communale de 6 hect. ; arbres forestiers et fruitiers ; école franc-arabe ; carrières de marbres, de grès meulier et de calcaire.

 

 

Meddouda: douar de la commune mixte  d’Oued-Cherf, arr. Guelma, dép. Constantine, à 45 k. d’Aïn-Amara ; 4,810 hect. ; 2,237 ind. ; céréales, oliviers, arbres fruitiers.

 

 

Médéa: chef-lieu de commune, de canton et d’arr., dép. Alger, à 90 k. ; gare chemin de fer de Blida à Berrouaghia ; sous-préf., sub. militaire, hôpital, collège, pos., télégr., justice de paix ; pop. totale: 15,154 hab. ; ville 4,493 : franc. 1,574, isr. 1398, esp. 139, ita. 124, divers 66, ind. 11,853; céréales, vigne (950 hect.), vins rouges et blancs très réputés ; fruits en abondance : poires, cerises, pommes ; végétation tout eur., grâce à son élévation (920 mètres); massifs considérables de bois : chênes-liège, pins d’Alep ; élevage du bétail ; commerce de grains, bestiaux, laines, vins, huiles ; minoterie, fabrication de pâtes alimentaires très estimées. 

 

Douars : Tamesguida.; Oued-Oughat.

 

 

Médéa (Arr. de): Après la Mitidja, l’Atlas dresse ses chaînes (Beni-Salah, Mouzaïa), jusqu’à Médéa, créant une zone montagneuse bien caractérisée, à laquelle succède,au delà de Boghar, la zone des Hauts-Plateaux. Ce massif épais est cou-
pé de vallées profondes. La région de Médéa est propice aux céréales ; bons pâturages ; arboriculture florissante dans certaines localités, qui ont une végétation à peu près similaire à celle du centre de la France. La vigne (2,957 hect.) prospère très bien aux moyennes altitudes ; rendements moins abondants que dans les plaines, mais qualité supérieure ; élevage assez, développé ; l’arr. nourrit 185,000- moutons, 90,000 chèvres.

 

 

Medfoun: douar de la commune mixte  d’Oum-el-Bouaghi, arr. et dép. Constantine, à 25 k. de Canrobert; 20,739 hect. ; 2,920 ind. ; céréales, élevage des moutons.

 

 

Medinet-Medjadja: douar de la commune mixte du Cheliff, arr. Orléansville, dép. Alger ; à 10 k. d’Orléansville et à 40 k. de Lamartine ; 18,168 hect.; 8,170 ind.; école; grande culture de céréales, un peu de vigne ; élevage : moutons et bœufs. 

 

 

Mediona: fraction indigène de la commune de Rouïna, arr. Miliana, dép. Alger; 514 ind.

 

 

Mediouna: douar de la commune mixte  de Renault, à 20 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 11,123 hect.; 5,510 ind.; céréales; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Medjadja: douar de la commune mixte  de Collo, à 55 k., arr. Philippeville, dép. Constantine ; 8,815 hect. ; 2,370 ind. ; céréales, vigne, forêts de chênes-liège ; élevage : bœufs et chèvres.

 

 

Medjana (La): chef-lieu de la commune mixte des Biban (V. Bordj-Medjana).

 

 

Medjana: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; 14,862 hect. ; 2,652 ind. ; ce douar comprend les centres de La Medjana, Blondel et El-Achir.

 

 

Medjebar: fraction indigène de la commune  d’Oued-el-Alleug, dép. Alger.

 

 

Medjebara: ksar de la commune indigène de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger ; à 30 k. de Djelfa.

 

 

 

Medjeddel: ksar de la commune indigène et du cercle de Bou-Saàda (sub. de Médéa), dép. Alger.

 

 

Medjez-Amar: fraction indigène de la commune de Clauzel, arr. Guelma, dép. Constantine : station chemin de fer Bône au Kroubs; à 13 k. de Guelma et à 118 k. de Constantine ; 141 hab.; céréales, un,peu de vigne.

 

 

Medjez-el-Foukani: caravansérail, sur la route de Bordj-bou-Arréridj à Bou-Saàda, à 29 k. de M’sila et à 30 k. de Bordj-bou-  Arréridj ; carrière importante de calcaire gris foncé pour dalles et pierres de taille.

 

 

Medjez-Sfa: village indigène de la commune de Duvivier, arr. Bône, dép. Constantine ; station ch. de fer Bône-Tunis ; à 12 k. de Duvivier et à 31 k. de Souk-Ahras ; télégr. à la gare; 131 hab. ; céréales, vigne (60 hect).

 

 

Medjounès: douar de la commune mixte  des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 25 k. de Saint-Arnaud ; 5,509 hect. ; 1,567 ind. ; céréales; élevage des moutons et chevaux.

 

 

Medrassen: monument funéraire, à 9 k. Sud d’Aïn-Yagout, commune mixte d’Aïn-el-Ksar, arr. Batna, dép. Constantine. Ce monument rappelle celui du Tombeau de la Chrétienne, dans le dép. d’Alger ; sa forme est celle d’un gros cylindre ou mieux d’une série de cylindres qui décroissent de la base au sommet; le gradin inférieur a 58° de diamètre et le gradin supérieur 11 m; la hauteur est de 12m. La version la plus accréditée est que c’était la sépulture commune de la famille royale de Numidie.

 

 

Medroussa: douar de la commune mixte de Frenda, arr. de Mascara, dép. Oran; 25,706 hect. ; 3,407 ind., 13 eur. ; céréales ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Méfessour (V. Benan, nom nouveau).

 

 

Meftah: douar de la commune de Saint-Maur, arr. et dép. d’Oran ; 14,382 hect. ; 2,684 ind.

 

 

Megane: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran ; 673 ind.

 

 

Meggane: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar, annexe de Chellala (sub. de Médéa), dép. Alger ; 2,706 ind. ;école.

 

 

Meggarine: fraction de la tribu  des Moggar, commune indigène et cercle de Touggourt, à 11 k. (sub. de Batna), dép. Constantine : 893 ind. Le combat de Meggarine, en 1854, amena la soumission des pop. de l’Oued-Righ.

 

 

Meghalsa: douar de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, dép. Constantine, à 15 k. de Châteaudun, à 11 k: de la gare de Mechta-el-Arbi ; 7,068 hect,; 3,447 ind.; céréales.

 

 

Meghaoulia: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Méchéria (sub. d’Aïn-Sefra), dép. Oran, ; 773 ind.

 

 

Meghnine: douar de la commune mixte d’Aumale, à 25 k., arr. et dép. Alger ; 15,377 hect. ; 2,540 ind. ; blé, orge, forêts de pins d’Alep ; élevage : chevaux, bœufs, moutons, chèvres.

 

 

Mekadma: tribu et caïdat de la commune indigène d’El-Goléa, poste militaire d’Ouargla (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 1,659 ind. ; oasis de 35,000 palmiers.

 

 

Mékerra: nom d’une commune mixte,  arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran, dont le siège est à Sidi-bel-Abbès ; sup. 128,222 hect. : pop. 1,600 franc., 2,404 esp., 17,360 ind. ; céréales, vigne (4,767 hect.); forêts de pins d’Alep très étendues : élevage : 2,340 chevaux, 1,364 mulets, 2,047 bœufs, 23,587 moutons; 38,856 chèvres.

 

 

Mekhalia: hameau de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; station ch. de fer Mostaganem a Tiaret ; à 47 k. de Mostaganem.

 

 

Mekhalis: station chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 34 k. d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; gare ouverte à la télégraphie privée ; 17 hab.

 

 

Mekhalif-Djorb: tribu et caïdat de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép. Alger; 522 ind., 6 franc., y compris la fraction des Ouled-Mohammed.

 

 

Mekhalif-Lazereg: tribu de la commune indigène et de la sub. de Laghouat, dép: Alger ; 1,661 ind. ; école.

 

 

Mekla: chef-lieu de commune, arr. Tizi-Ouzou, à 25 k., dép. Alger ; gare la plus proche : Tizi-Ouzou ; télégr. municipal, pos. à Tizi-Ouzou ; pop. 8,520 hab. : franc. 214, ind. 8,299 ; eau abondante ; céréales, sorgho, vigne (47 hect.), tabac, oliviers ; joli centre entouré de village kabyles; fabrication indigène d’objets en bois sculpté. 

 

Douars : Fraoucen et Oumalou.

 

 

Mekla (anc. tri.,des Amraoua): douar de la commune mixte du Haut-Sebaou, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; à 15 k. d’Azazga et à 25 k. de Tizi-Ouzou ; 5,871 hect.; 1,439 ind.: principale culture : les céréales quelques plantations de figuiers.

 

 

Meckmène: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 65 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 11,653 hect.; 1,927 ind.; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Meknessa: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 30 k., arr. Mostaganem, dép. Oran; 14,949 hect,: 4,245 ind. ; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons.

 

 

Melah: village indigène du douar des Damber, commune d’Oued-Athménia, dép. Constantine.

 

 

Melah-el-Ghozlane: village indigène du douar Mellila, commune mixte de Jemmapes, dép. Constantine.

 

 

Melika: ksar, banlieue et oasis, de la commune indigène d’El-Goléa, annexe de Ghardaïa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 2,089 ind. Le ksar est situé à 1 k. Sud-Ouest de Ghardaïa.

 

 

Melilia: douar de la commune d’Hennava, arr. Tlemcen, dép. Oran ; 1,250 hect.; 351 ind.

 

 

Mellagou: section de la commune mixte de Khenchela, à 58 k. (tri. des Beni-Oudjana), arr. Batna, dép. Constantine ; 1,239 ind.; céréales, pâturages, forêts de pins et de cèdres, élevage du bœuf et du mouton. 

 

 

Mellakou (V. Palat, nom nouveau).

 

 

Mellila: douar de la commune mixte  de Jemmapes, à 15 k., arr. Philippeville, dép. Constantine; 13,081 hect. ; 1,612 ind. ; céréales, forêts, de chênes-liège.

 

 

Mellinet: village de la commune de Chanzy, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran; gare la plus proche: Chanzy, à 2 k. ; pos., télégr. à Chanzy ; 107 hab. ; culture des céréales, vigne (80 hect.) ; carrière de marbre et de calcaire.

 

 

Melouza: douar de la commune mixte de M’sila, à 65 k., arr. Sétif, dèp. Constantine ; 16,495 hect. ; 3,052 ind.; orge, blé, maïs ; élevage des chevaux et mulets ; forêt de genévriers à l’Oued-Djelal; exploitation de l’alfa, culture des melons et pastèques; fabrication de sparterie.

 

 

Melr’ir: douar de la commune mixte de Mascara, dép. Oran; à 15 k. de la gare d’Oued-Taria ; 14,254 hect. ; 1,249 ind., 87 eur. ; céréales.

 

 

Menâa: section de la commune mixte  de l’Aurès (tribu des Ouled-Abdi), arr. Batna, dép. Constantine ; 944 ind. ; gare la plus proche : Mac-Mahon ; fabrication importante de chaussures arabes ; peu de céréales; nombreux jardins : fruits et légumes ; élevage du mouton.

 

 

Menalha: fraction et cheïkhat de l’aghalik des Ziban commune indigène et cercle  de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine : 256 ind., y compris Zaouïet-M’lili.

 

 

Menar: douar de la commune mixte de Fedj-M’zala, à 31 k., arr. et dép. Constantine ; 5,465 hect.; 2,731 ind.; élevage du bétail : bœufs, chèvres. 

 

 

Mendez: village de la commune mixte de Zemmora, à 16 k. Sud, arr. Mostaganem, dép. Oran; gare la plus proche : Relizane, à 36 k. ; télégr. municipal, pos. à Zemmora ; pop. 215 eur., 105 ind. ; céréales, un peu de vigne, oliviers ; élevage du bétail.

 

 

Ménerville: chef-lieu de canton et de commune, arr. et dép. Alger, à 54 k. ; gare chemin de fer Alger-Constantine, bifurcation pour la ligne de Tizi-Ouzou ; pos., télégr., hôpital civil, justice de paix ; pop. 8,087 hab. : ville 1,037 ; franc. 1,333, esp. 287, ind.
6,421, divers 46; céréales, vigne (469 hect.), tabac, forêts de chênes-liège de Bou-Arous ; élevage du bétail ; mines de fer oligiste à Aïn-Oudrer, à 6 k. Sud (en exploitation); Bordj-Caïd-Ladi, à 6 k.; à Oued-Keddache, à 3 k. Nord.

 

 

Menkoura: douar de la commune mixte d’Ammi-Moussa, à 20 k., arr. de Mostaganem, dép. d’Oran ; 7,225 hect.; 1,719 ind.; céréales, vigne, arbres fruitiers, forêts ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Mentano: douar de la commune mixte de Takitpunt, arr. de Bougie, dép. Constantine; à 20 k. de Périgotville et à 47 k. de la gare de Sétif ; 2,955. hect. ; 1,862 ind. ; céréales, arbres fruitiers, forêt de chênes-verts ; fabrication de charbon ; élevage : boeufs, moutons et chèvres ; source d’eau minérale.

 

 

Merahba: douar de la commune mixte  des Braz, arr. Miliana, dép. Alger.;, à 45 k. de Duperré et à 15 k. de la gare des Attafs ; 5,429 hect. ; 986 ind.; blé, orge; 1,700 hect. forêt; élevage : moutons, bœufs. 

 

 

Merachda: douar de la commune mixte  de Berrouaghia, à 15 k., arr. de Médéa, dép. Alger ; 5,131 hect. ; 468 ind.; céréales, oliviers ; élevage : moutons et chèvres.

 

 

Meradia: douar de la commune mixte de La Calle, à 50 k., arr. de Bône, dép. Constantine ; 14,483 hect. ; 2,190 ind. ; céréales, forêts de chênes-liège; eau sulfureuse. 

 

 

Mercier-Lacombe: chemin de commune et de canton, arr. Sidi-bel-Abbès, dèp. Oran ; gare la plus proche : Sidi-bel-Abbès, à 38 k. ; pos., télégr., jus. de p. ; pop. : 785 franc., 522 esp., 1,956 ind., 401 marocains; céréales, vigne (1,071 hect.), vin réputé ; stat. de remonte. 

 

Douars : Telioum, Sfisef.

 

 

Merdes: douar de la commune mixte des Beni-Salah, arr. Bône, dép. Constantine ; à 45 k. de Saint-Joseph ; 17,728 hect. ; 2,254 ind. ; céréales, tabac, oliviers, forêts de chênes-liège ; élevage : bœufs, moutons, chèvres.

 

 

Merdja-el-Gargar: douar de la commune d’Inkermann, arr. Mostaganem, dép. Oran ; 6,703 hect.; 1,405 ind.; carrière de grès dur.

 

 

Merdja (La): station chemin de fer Alger à Oran, dans le douar Merdja-el-Gargar, à 11 k. d’Inkermann et à 179 k. d’Orari.

 

 

Merdj-el-Harris: fermes de la commune mixte de Châteaudun-du-Rhumel, à 9 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Saint-Donat, à 8 k. ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

 

 

Merinat: tribu et caïdat de la commune mixte de Méchéria, cercle et subdivision  d’Ain-Sefra, dép. Oran; 451 ind.

 

 

Merioud: douar de la commune mixte des Eulma, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 15 k. de Saint-Arnaud ; 5,117 hect. ; 2,175 ind. ; école ; céréales, élevage des moutons et chevaux.

 

 

Merkella: tribu de la commune de Bouïra, dép. Alger ; 1,000 hect. ; 1,525 ind.

 

 

Merouana: douar de la commune mixte d’Aïn-Touta, arr. Batna, dép. Constantine ; à 35 k. de Mac-Manon ; 2,687 ind. ; 16,608  hect.; bordj communal à Kansaria ; pays forestier ; nombreuses maisons forestières.

 

 

Merouana (V. Corneille, nom nouveau).

 

 

Merouana: village indigène du douar Cheurfa-Fetzara, commune mixte de l’Edoug, arr. Bône, dép. Constantine.

 

 

Mers-el-Kebir: commune de l’arr. et dép. Oran, dont le chef-lieu est au village Saint-André. La commune comprend les villages de Mers-el-Kebir (port), Saint-André, Sainte-Clotilde, Saint-Jérôme, Roseville ; pop. : 3,017 hab.: 446 franc., 1,268 naturalisés, 1,108 esp., 163 ita. ; céréales, vigne (125 hect.) ; culture maraîchère.

 

 

Mers-el-Kebir: village à 8 k. d’Oran, port de mer sûr et d’une grande profondeur ; pos. à Saint-André;. 118 franc., 137 étrangers;
pêcherie importante ; tuilerie et briqueterie.

 

 

Mers-el-Kebir: fort dominant la rade de Mers-el-Kebir ; 87 hab.

 

 

Merthoune-es-Sied: fermes du douar El-Mechtab, commune mixte de La Meskiana, dép. Constantine.

 

 

Meskiana: village, chef-lieu de la commune mixte du même nom, sur la route d’Aïn-Beïda à Tébessa ; gares les plus proches : Aïn-Beïda, à 37 k., Morsott, à 27 k. et Clairfontaine, à 36 k. ; pos., télégr. ; 600 hab. : 160 franc., 121 étrangers, 319 ind.

 

 

Meskiana: nom d’une commune mixte,  arr. et dép. de Constantine : sup. 188,949 hect. ; pop. 19,991 hab. : franc. 160, ind. 19,710, divers 121 ; 26,291 hect. de forêt, de pin; alfa, céréales ; élevage du bétail: 1,123 chevaux, 1,810 bœufs, 1,470 mulets, 
70,217 moutons et 15,878 chèvres. Mines de plomb et de zinc au douar Mesloula ; carrière de calcaire siliceux à Aïn-Laoura, à 9 k. du village de Meskiana (pierres de taille, moellons et pavés) ; 7 moulins, dont 3 à vapeur et 3 hydrauliques, fonctionnent dans la commune ; commerce important de céréales, moutons, laines et peaux.

 

 

Mesloug: village de la commune de Sétif, à 11 k., dép. Constantine ; station chemin de fer Alger-Constantine ; pos., télégr. à Colbert ; 787 hab. ; céréales, culture maraîchère, élevage du bétail.

 

 

Mesloula: douar de la commune mixte de La Meskiana, arr. et dép. Constantine ; à 45 k. de Meskiana et à 15 k. de la gare de Clairfontaine ; 23,886 hect.-; 1,796 ind. ; mines de plomb et de zinc en exploitation, à 48 k. Sud 10° Ouest de Souk-Ahras ; forêts (1,269 hect.) : céréales, oliviers ; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Mesrata: petit village arabe, à 2 k. de Kalaà, commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran ; tapis renommés.

 

 

Messâad: ksar de la commune indigène et du cercle de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger, sur la route de Bou-Saàda à Laghouat, à 13 k. d’El-Bordj et a 88 k. de Djelfa ; oasis ; jardins : fruits et légumes ; fabrication de tissus de laine.

 

 

Messabehia ou El-Messabehia: douar de la commune mixte de La Mina, arr. Mostaganem, dép. Oran, à 1 k. 500 de Clinchant; 3,056 hect.; 1,027 ind. ; culture des céréales et élevage du bétail 

 

 

 

 

Messaoud: hameau indigène de la commune de Coléa, dép. Alger, sur la route de Coléa à Tefeschoun; à 2 k. de Coléa ; 80 hab. ; céréales, vignes (75 hect.).

 

 

Messaoud (V. Aïn-Messaoud).

 

 

Messer: douar de la commune mixte de La Mékerra, arr. Sidi-bel-Abbès, à 20k., dép. Oran; 21,286 hect.; 1,883 ind., 166 eur. ; école ; forêt de Tenira ; céréales, vigne.

 

 

Messida: village indigène du douar Souarakh, commune mixte de La Calle, à 12 k., arr. Bône, dép. Constantine ; 8 hab. ; fonderie où sont traités les minerais d’Oum-Theboul.

 

 

Metidja: station chemin de fer sur routes d’Alger à Coléa ; à 4 k. de Coléa et à 40 k. d’Alger.

 

 

Metkaouak: douar de la commune indigène de Barika (sub. de Batna), dép. Constantine ; 105,860 hect. ; 3,118 ind.

 

 

Metletin: douar de la commune mixte de Tababort, arr. Bougie, dép. Constantine ; à 20 k. de Djidjelli ; 2,822 hect.; 2,214 ind. ; céréales, oliviers, forêt de chênes-liège ; élevage : bœufs, moutons, chevaux et mulets.

 

 

Metlili ou Ksar-Metlili (V. Ksar-Metlili).

 

 

Metlili: caravansérail, auberge, sur la route de Boghari à Laghouat ; à 15k. de cette dernière ville.

 

 

Mettenan: douar de la commune mixte  d’Aïn-Beesem, arr. et dép. Alger; à 20 k. d’Aïn-Bessem et à 25 k. de Bouïra ; 13,562 hect. ; 5,557 ind.; céréales, prairies naturelles, forêts de pins et chênes (2,000 hect.) ; élevage : moutons, chèvres.

 

 

Metz (V. Akbou, anc. nom).

 

 

Meurad: chef-lieu de commune, arr, et dép. Alger ; gare la plus proche : Marengo,à 4 k. ; distance d’Alger, 90 k.; pos. à Marengo, télégr.: pop.: 4,308 hab. ; vil. 170, franc. 291, esp. 372, divers 176, ind. 3,476 disséminés dans les douars Sahel et Beni-Merit ; céréales, vigne (1,120 hect.), arbres fruitiers, amandiers (31,974 pieds), culture du caroubier, massif de chênes-liège ; minoterie, moulins à huile, carrière de calcaire. Un barrage-réservoir de 2 millions de mètres cubes d’eau permet l’irrigation des terres.

 

 

Mexna: village indigène de la commune mixte  de La Calle, arr. Bône, dép. Constantine ; école.

 

 

Mezaourou: douar de la commune mixte du Télagh, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; à 15 k. du Télagh, à 8 k. de Bedeau ; 34,200 hect. ; 1,897 ind., 287 eur.; céréales, forêts; élevage de chevaux et moutons.

 

 

Mezdour: village indigène sur le chemin de Berrouaghia à Bordj-bou-Arrêridj, entre Aumale et Bahira.

 

 

Meziet: douar de la commune mixte de Jemmapes, à 42 k., arr. Philippeville, dép. Constantine; 8,998 hect, ; 1,649 ind. ; céréales, forêts, oliviers.

 

 

Mezrenna: tribu de la commune mixte de Tablât, à 20 k., arr. et dép. Alger ; 7,022 hect. ; 2,144 ind. ; céréales, vignes, oliviers; forêts de pins d’Alep ; élevage : chevaux, mulets, moutons.

 

 

M’fatah: douar de la commune mixte de Boghari, à 25 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 21,935 hect. ; 4,462 ind.; céréales ; élevage : bœufs, chevaux, moutons.

 

 

M’hamid: fraction de douar, commune mixte du Télagh, à 50 k., arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; 2,107 ind., 122 eur. ; céréales, forêts de pins ; élevage : chevaux, moutons.

 

 

M’hamid: douar de la commune mixte de Cacherou, arr. Mascara, dép. Oran; à.18 k. de Palikao ; 51,800 hect. ; 6,750 ind., 41 eur. ; céréales, forêts domaniales et particulières ; élevage : bœufs, chevaux, moutons. 

 

 

Michelet (anc. nom : Aïn-el-Hammam): village de la commune mixte du Djurdjura et siège de l’administration de cette c. ; à 19 k. de Fort-National ; gares les plus proches: Maillot, à 34 k. et Tizi-Ouzou, à 47 k. ; pos., télégr. ; 253 hab.; école manuelle de menuiserie et de charronnage pour les Kabyles , orge, oliviers, figuiers, glands-doux.

 

 

Mihoub (anc. tri. des Cheurfa-du-Sud): douar de la commune mixte de Tablat, à 30 k,, arr. et dép. Alger ; 11,633 hect. ; 5,481 ind.; céréales, vigne, arbres fruitiers, oliviers, forêts de pins d’Alep ; élevage : chevaux, bœufs, mulets. 

 

 

Mila: douar de la commune de Mila, arr. et dép. de Constantine ; 6,719 hect. ; 1,176 ind.

 

 

Mila: chef-lieu de canton et de commune, arr. et dép. Constantine ; gare la plus proche : Constantine, à 52 k.; pos., télégr., hôpital ; pop. 8,023 hab.; vil. 2,517; franc. 353, ind. 7,630, divers 40 ; céréales, vignes (45 hect.), orangers, citronniers;
eau abondante ; marché important ; eaux ferrugineuses, salines, à 10 k. de Mila ; mine de sel gemme.

 

Douar : Mila, 1,176 ind.

 

 

Miliana: chef-lieu de commune, de canton et d’arr, dép. Alger, à 129 k.; gares les plus proches : Affreville et Miliana-Margueritte, chacune à 9 k. ; sous-préf., école normale de filles pour le dép. d’Alger, pos., télégr., justice de paix; pop. totale : 7,863 hab.;
ville 3,714; franc. 1,234, isr. 847, esp. 809, ind. 4,804, divers 169 ; terres d’une grande fertilité ; eau en grande abondance ; céréales, vigne (495 hect.), vins très réputés : tous les arbres fruitiers de la France : cerisiers, pommiers, poiriers, pruniers, amandiers ; pépinières importantes; fourrages; altitude : 740m ; vue splendide sur la plaine du Cheliff ; massifs boisés sur les monts du Zaccar qui dominent la ville.

 

 

Miliana (Arr. de): Cette région, formée par une surface montagneuse, dont le massif du Zaccar représente la partie la plus
élevée, constitue, avec la région montagneuse de Médéa, le seuil qui sépare le bassin du Cheliff de la plaine de la Mitidja. Forêts importantes de cèdres dans la région de Téniet-el-Had ; sol généralement calcaire ou argilo-calcaire ; culture importante des céréales ; vignes (3,607 hect.) ; les vins de cette région sont classés parmi les plus estimés de l’Algérie ; les cultures fruitières sont prospères dans cette région; l’élevage du bétail constitue une des ressources de la région.

 

 

Miliana-Margueritte: nom nouveau donné à la gare d’Adélia (V.Adélia).

 

 

Millésimo: chef-lieu de commune, arr. Guelma, à 4 k., dép. Constantine : station chemin de fer Bône au Kroubs ; télégr., pos. à Petit; pop. 98 franc., 105 étrangers, 3,469 ind.; eau abondante ; céréales, vigne (65 hect.), arbres fruitiers, culture maraîchère
très développée, élevage du bétail.

Douars : Beni-Ourzeddin et Ouled-Senan.

 

 

Mina (La): nom d’une commune mixte, arr. Mostaganem, dép. Oran (anc. c. mix. de L’Hillil), dont le siège de l’administration est au village de Clinchant; sup. 158,895 hect., dont 1,083 plantés en vigne; pop. : 995 eur., 46,815 ind. ; céréales, oliviers
greffés 11,800; arbres, fruitiers : orangers, figuiers, abricotiers, poiriers; forêts: d’En-Nara (675hect.): pins, thuyas, oliviers ; de l’Akroube (2,998 hect.) : pins; chênes, lentisques, oliviers ; de Kalàa (100 hect.) : chênes, thuyas. Elevage du bétail. La c. nourrit 74,020 moutons, 2,290 chevaux, 709 mulets,  43,776 chèvres et 14,067 bœufs. 

 

 

Mina: douar de la commune mixte du même nom ; à 25 k. de Clinchant et à 5 k. de la gare de Bel-Hacel ; 6,842 hect. ; 2,096 ind., 16 eur. ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Mira: village indigène du douar Izerazen, commune mixte d’Azeffoun, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger ; école.

 

 

Mirabeau (anc. nom : Dra-ben-Kedda): chef-lieu de commune, arr. Tizi-Ouzou, à 11 k., dép. Alger, à 97 k. ; station chemin de fer de Ménerville à Tizi-Ouzou ; télégr. à la gare, pos. à Tizi-Ouzou; pop. : 7,638 hab. ; franc. 262, ind. 7,354 : céréales, tabac, fruits, vigne (25 hect.), melon Cavaillon très estimés, oliviers, prairies, élevage. 

 

Douars de la commune : Sidi-Ali-bou-Nab, 816 ind. ; Tirmitine, Tala-Imedrane, Oued-Defali.

 

 

Miribel fort (V. Hassi-Chebaba).

 

 

Misserghin: chef-lieu de commune, arr. et dép. Oran, à 20 k. ; station chemin de fer Oran à Aïn-Temouchent ; pos., télégr.; pop. : 4,351 hab.; vil. 2,100; franc. 1,172, esp. 1,365, ind. 1,814 ; pays riche et prospère ; céréales, vigne (1,566 hect.), culture maraî-chère très développée pour primeurs : haricots verts, petits pois ; arbres fruitiers en abondance : palmiers 2,000, orangers 20,000, citronniers 10,200, mandariniers 30,000, amandiers 15,000, grenadiers 3,000, autres arbres fruitiers 6,000 ; oliviers ; massif de chênes-liège ; commerce important de primeurs : moulin à. farine, distillerie d’asphodèle, fabrique de crin végétal, autrucherie.

 

 

Mitidja (La): La plaine de la Mitidja, qui se développe sur une longueur de 100 k. et une largeur moyenne de 40 k. (soit environ 400 mille hect.), entre le Sahel d’Alger et la chaîne tellienne de l’Atlas, depuis le massif du Zaccar jusqu’aux contreforts des montagnes de la Kabylie, peut être divisée en deux régions assez distinctes : la région de l’Ouest, dont le centre est à Boufarik, et la région de l’Est, dont Rouïba est le centre principal. Longtemps marécageuse et malsaine, elle fut, au début de la conquête, un des foyers de fièvres les plus meurtriers. Aujourd’hui, asséchée et assainie, la Mitidja est devenue la région la plus importante et la plus belle de l’Algérie, grâce à sa situation près d’Alger et à son climat marin. Sa remarquable fertilité lui permet les cultures  les.plus, variées et les plus rémunératrices : vigne, céréales, tabac, pommes de terre, primeurs, fleurs à essences, orangers, mandariniers. L’arboriculture a pris un développement très important.
Les villes et villages principaux situés dans cette région, sont : Blida, Boufarik, Bouïra, Birtouta, Beni-Mered, Maison-Carrée, Arba, Aïn-Taya, Alma.

 

 

Mizrana: nom d’une commune mixte, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger (ancienne commune mixte de Dellys), dont le siège de l’administration est au village de Tigzirt ; sup. 38,765 hect. ; pop. 175 eur., 34,247 ind. ; terres de culture ; forêts d’oliviers, de figuiers et de chênes-liège ; vigne (37 h.), arbres fruitiers; élevage du bétail : 6,019 bœufs, 825 mulets, 5,732 moutons. 

 

 

M’karta: section de la,commune mixte de Màadid (tribu des Ouled-Khelouf), arr. Sétif, dép. Constantine ; à 25 k. de Bordj-bou-Arréridj ; 10,300 hect. 2,895 ind. ; céréales, alfa, élevage de moutons et bœufs. 

 

 

M’Iéta: fermes, sur la route de Sainte-Barbe-du-Tlélat à Er-Rahel ; gare la plus proche : Er-Rahel, à 8 k. ; pos., télégr. à Er-Raliel ; 75 franc., 45 esp.

 

 

M’Iili: fraction de l’aghaiik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 333 ind. ; oasis du Zab-Guebli, à 28 k. Sud de Biskra.

 

 

Mocta-Douz (nom nouveau : Mores): chef-lieu de commune, dép. Oran, à 71 k. ; gare la plus proche : Bou-Henni, à 6 k. ; pos., télégr. à Saint-Denis-du-Sig, à 18 k. ; pop. : 545 eur., 1,485 ind. ; céréales, vigne, lin, sorgho à balais ; élevage du bétail : moutons, porcs : ;marché pour céréales et bestiaux.

 

 

Modzbah-Sfid: gare fortifiée du chemin de fer d’Arzew à Duveyrier: à 13 k. de Kralfallah et à 33 k. du Kreider; embranchement pour Marhoun.

 

 

Moghrar-Foukani: tribu, ksar et caïdat de la commune mixte de Méchéria, cercle et sub. d’Aïn-Sefra, dép. Oran ; 325 ind. : oasis de 17,000 palmiers ; exploitation de l’alfa.

 

 

 

Moghrar-Foukani: gare chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 54 k. d’Aïn-Sefra.

 

 

Moghrar-Tahtani: tribu, ksar et caïdat de la commune mixte de Méchéria, arr. et sub. d’Aïn-Sefra, dép. Oran, à 12 k. du précédent et à 50 k. d’Aïn-Sefra ; oasis de 15,000 palmiers.

 

 

Moknéa: village indigène du douar Beni-Ghobri, commune mixte du Haut-Sebaou, arr. Tizi-Ouzou, dép. Alger : à 27 k. de Fort-National, sur la roule de Bougie ; altitude : 1,050 m; vue étendue de toute la Kabylie.

 

 

Mokta-Deli: gare fortifiée du chemin de fer Arzew à Duveyrier, à 45 k. d’Aïn-Sefra, dép. Oran.

 

 

Mokta-el-Hadid: village industriel (exploitation des mines de fer), à 3 k. d’Aïn-Mokra; gare terminus du chemin de fer de Bône à
Mokta-el-Hadid ; pos. à Bône ; 1,873 hab.-, dont 293 étrangers ; belles plantations d’eucalyptus ; jardins potagers, orangeries.

 

 

Mokta-el-Oust: ksar de la commune indigène de Djelfa, sur la route de Djelfa à Laghouat ; à 10 k. d’Aïn-el-Ibel et à 53 k. de  Djelfa.

 

 

Molière: centre en projet, commune mixte de l’Ouarsenis, arr. Orléans-ville,, dép. Alger, au lieu dit « Bordj-Beni-Hindel », actuellement chef-lieu de la commune mixte de l’Ouarsenis.

 

 

Moudovi: chef-lieu de commune de canton, arr. Bône, à 24 k., dép. Constantine, à 196 k. ; gare chemin de fer Bône-Tunis; pos., télégr., téléph., justice de paix ; pop. 908 franc., 321 ita., 120 divers, 2,026 ind. ; sol fertile, eau abondante ; céréales, vigne (1,390 hect.) ; oliviers, tabac, culture maraîchère ; pépinières de plants de vigne américains ; orangers (10,000), mandariniers (2,000) ;
élevage du bétail ; fermes importantes.

 

 

Mongournou: douar de la commune mixte de Berrouaghia, à 20 k., arr. Médéa, dép. Alger ; 16,244 hect. ; 2,188 ind., 7 eur. ; forêts de pins et de chênes; fabrication de charbon; élevage: moutons, chèvres.

 

 

Montagnac: chef-lieu de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran ; vil. situé à 25 k. de Tlemcen, gare la plus proche, et à 164 k. d’Oran ; pos., télégr., justice de paix; pop. 385 franc., 82 étrangers, 169 ind. ; terres de bonne qualité et
en partie irrigables : céréales, vigne (289 hect.), plantations d’arbres ; fourrages abondants; élevage: bœufs et moutons ; mine de fer aux Beni-Ouarsous.

 

 

Montagne des Lions: fermes de la commune d’Aréole, dép. Oran ; culture de la vigne (175 hect.).

 

 

Montaigne (V. Agadie, anc. nom).

 

 

Montcalm (anc. nom : Temlouka): village de la commune de l’Oued-Zenati, sur la route d’Oued-Zenati à Aïn- Beïda, à 16 k. ; gare la plus proche : Oued-Zenati, à 25 k. ; pos., télégr. à Oued-Zenati ; 187 hab. ; céréales ; élevage du bétail.

 

 

Montebello (anc. nom Sidi-Rached): village de la commune de Marengo, à 13 k., dép. Alger, à 62 k. ; gare la plus proche :  Marengo, à 13 k. ; pos. à Marengo, télégr. ; 263 hab. ; céréales, vigne (300 hect.) ; sa proximité du lac Halloula, lui fait un climat fiévreux. 

 

 

Montenotte: chef-lieu de commune, arr. Orléansville, à 48 k., dép. Alger, sur le chemin d’Orléansville à Ténès, à 7 k. ; garela plus proche : Orléansville, a 48 k. ; pos., télégr. ; pop. 3,788 hab. ; franc, 240, ind. 3,503, divers 45 ; céréales, vigne (125 hect.), arbres fruitiers en abondance : orangers, citronniers, amandiers, abricotiers ; mine de cuivre pyriteux avec galène, à Oued-Allalah.

 

 

Montesquieu: hameau industriel de la commune mixte de Sedrata, arr. et dép. Constantine ; station chemin de fer Souk-Ahras à Tébessa ; télégr. à la gare ; 168 hab. ; marché important pour céréales.

 

 

Montpensier: village de la commune de Blida, à 1,500m ; pos., télégr. à Blida ; pop. : 215 franc., 65 étrangers ; eau abondante ; céréales, tabac, vigne (150 hect.) ; arbres fruitiers de toutes espèces, particulièrement orangers, mandariniers ; éducation des vers à soie.

 

 

Montplaisant: faubourg de la ville d’Oran, dans lequel se trouvent : le Grand Séminaire, l’établissement des petites sœurs des 
pauvres, l’abattoir, ainsi que des tanneries.

 

 

Mores: nom nouveau de Mocta-Douz. (V. Mocta-Douz).

 

 

Morris: chef-lieu de commune et de canton, arr. Bône, à 22 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Randon, à 18 k. ; pos., télégr., jus. de p. ; pop. : 695 franc., 170 étrangers, 2,375 ind. ; céréales, vigne (550 hect.), arbres fruitiers, culture maraîchère : élevage du bétail et des abeilles (miel). 

 

Douar de la commune: Beni-Urdjine.

 

 

Morsott: chef-lieu de commune mixte, arr. et dép. Constantine ; station chemin de fer Souk-Ahras à Tébessa ; à 32 k. de Tébessa; pos. à Tébessa, télégr. à la gare ; pop. : 134 eur. ; centre industriel, commerce de l’alfa. Ruines romaines de Vasampus: thermes, arc-de-triomphe, mausolée.

 

 

Morsott: nom d’une commune mixte, arr. et dép. Constantine, dont le chef-lieu est à Morsott (vil.) ; sup. 256,300 hect. ; pop. : 24,722 hab. ; franc. 623, ita. 877, divers 177, ind. 23,045 ; céréales, vigne (58 hect.) ; exploitation de l’alfa; élevage: chevaux 844, mulets 772, chameaux 360, bœufs 2,560, moutons 67,862, chèvres 43,051 ; mines nombreuses de cuivre, de zinc et de fer ; gisements de phosphates les plus importants de l’Algérie : au Djebel-Dyr, à Aïn-Dibba, à Aïn-Kissa, au Djebel-Kouif; production annuelle: 220,000 tonnes de phosphates.

 

 

Morsott: douar de la commune mixte du même nom; 83,832 hect. ; 5,110 ind., 23 eur. ; traversé par le chemin de fer de Souk-Ahras à Tébessa, desservi par la gare de Morsott : orge et blé, exploitation de l’alfa.

 

 

Mosbaha: douar dont le territoire est réparti : commune de Palestro, 300 hect., 350 ind. ; commune mixte de Palestro, 4,809 hect., 1,162 ind.

 

 

Mosly (ancienne tribu des Ouled-Mosly): douar de la commune mixte de Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 35 k. de Colbert ; 8,780 hect. ; 1,563 ind. ; céréales, élevage des bœufs, chevaux et moutons.

 

 

Mostaganem: chef-lieu de commune, de canton et d’arr., dép. Oran, à 89 k. ; gare terminus du chemin de fer de Tiaret à Mostaganem ; port de mer, sous-préfecture, tribunal de l »instance, chambre de commerce, jus. de p., collège, hôpital militaire, dépôt de remonte ; pop. totale : 18,090 ; ville 17,485 ; franc. 4,162, naturalises 185, esp. 3,275, ita. 285, isr. 766, ind. 9,134, divers 283 ; eau abondante ; céréales, vigne (1,450 hect.), culture maraîchère développée, vergers, figuiers, oliviers ; élevage
du bétail ; commerce de vins, laines, bestiaux, grains, fourrages, figues sèches ; température : 0° hiver, 38° été.

 

 

Mostaganem (Arr. de): Cette région, formée en majeure partie par un vaste plateau, est limitée : à l’Est par le Cheliff, au Nord par la mer, au Sud-Ouest par la région de Perrégaux et au Sud-Est par les plaines de La Mina et dé Relizane. Les principales cultures : céréales, légumes, vigne (18,508 hect.), oliviers ; élevage du bétail : moutons, chèvres; nappes pétrolifères sur plusieurs points de la région, à Sidi-Brahim, à Aïn-Zeft et à Beni-Zenthis ; carrières de gypse à Aïn- Nouissy ; mine de zinc à  Anatra.

 

 

Mouadhi: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle d’El-Goléa (sub. de Laghouat), dép. Alger ; 294 ind.

 

 

Moualid: fraction de la tribu des Arab-Cheraga, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. Constantine ; 831  ind.

 

 

Moudjebara: ksar et cheïkhat du cercle de Djelfa (sub. de Médéa), dép. Alger.

 

 

Moudjebeur: ancienne bergerie nationale, à 13 k. de Boghari, sur la route de Boghari à Aumale ; 30 hab. ; eau et bois en abondance.

 

 

Mouelfa: douar de la commune de Guelaâ-bou-Sba, arr. Guelma, dép. Constantine ; 991 hect. ; 598 ind.

 

 

Mouïadat Gheraba: tribu et caïdat de la commune indigène de Boghar (sub. de Médéa), dép. Alger; 585 ind.

 

 

Mouïla: douar de la commune mixte du Télagh, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; à 35 k. du Télagh et à 15 k. de Bedeau ; 52,376 hect. ; 2,149 ind., 69 eur. : céréales, forêts de pins, élevage, au mouton.

 

 

Moulabert: hameau sur la route de Constantine à Aïn-Beïda; à 11 k. d’Aïn-Fakroun et à 67 k. de Constantine ; pos. à Aïn-Beïda, à
45 k.

 

 

Mouladheïn: douar de la commune mixte de Sedrata, à 20 k., arr. et dép. Constantine ; 21,133 hect. : 3,590 ind. ; école au village de Ras-Aïn-Snob ; céréales, élevage du bétail.

 

 

Moulai-Abd-el-Kader (V. Bordj-Moulaï-Abd-el-Kader).

 

 

Mouley-Abd-el-Kader (V. Boulet, non nouveau).

 

 

Mouley-Ismaïl: forêt de chênes-liégé de la commune de Saint-Louis, arr, et dép. Oran ; 124 hab.

 

 

Mouley-Magoun: fermes de la commune d’Arzew, arr. et dép. Oran ; pos. à Arzew ; céréales, vigne.

 

 

Moulin-Gassiot (V. Coulmiers, nom nouveau).

 

 

Mouqua: douar de la commune mixte  d’Akbou, arr. Bougie, dép. Constantine ; 11,784 hect. ; 5,067 ind. ; école des Pères-Blancs ; point le plus rapproché d’Akbou, 18 k. ; point le plus éloigné, 40 k. ; caroubiers, figuiers et surtout oliviers.

 

 

Mouzaïa: douar, dont le territoire est réparti : commune de La Chiffa, 2,666 ind., 5 étrangers ; commune de Mouzaïaville, 3,259 ind.

 

 

Mouzaïa-les-Mines: village de la commune de Lodi, arr. Médéa, à 14 k., dép. Alger ; station chemin de fer de Blida à Berrouaghia ; pos., télégr. à Médéa ; 220 hab.; céréales, forêts de chênes-liège et de chênes à gland doux ; élevage du bétail ; mine de
cuivre gris argentifère, ancienne exploitation reprise à nouveau ; source d’eau ferrugineuse d’Aïn-Garza, à 2 k. Nord-Est du village, eau comparable à l’eau de Saint-Galmier.

 

 

Mouzaïaville: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, à 61 k. ; station chemin de fer Alger-Oran ; nos., télégr., téléph. ; pop. 4,627 hab. ; vil. 944 ; franc. 1,304, ind. 3,276, divers 47 ; pays boisé ; céréales, vigne (925 hect.); source d’eau minérale: 

Aïn-Messalah. 

 

Douar : Mouzaïa, 3,259 ind.

 

 

Mouzlia: douar de la commune mixte de Fedj-M’zala, à 23 k., arr. et dép. Constantine; 8,240 hect.; 3,378 ind.;. céréales, élevage du bœuf ; eaux sulfureuses ; gisements de calamine, non exploités.

 

 

Mouzoudj: fermes de la commune de Bou-Tlélis, à 15 k., arr. et dép. Oran : pos. à Bou-Tlélis ; 90 hab.

 

 

M’rabot-Moussa: douar de la commune de Duquesne, arr. Bougie, dép. Constantine ; 4,778 hect.; .2,950 ind. et 4 eur.

 

 

M’rabtine – Gheraba: tribu et caïdat de la commune indigène de Tiaret-Aflou (sub. de Mascara), dép. Oran ; 645 ind.

 

 

M’rahna: section de la commune mixte de Souk-Ahras ( tribu des Ouled-Khiar), arr. Guelma, dép. Constantine ; à 28 k. de Souk-Ahras; 1,848 ind., 92 eur,, pop. flottante 205 ; céréales ; ruines romaines importantes d’El-Gouni ; dolmens.

 

 

M’raïer: tribu et caïdat de la commune indigène et du cercle de Touggourt (sub. de Batna), dép. Constantine; 1,467 ind. ; caravansérail, relais de Biskra à Touggourt, à 110 k. de Biskra et à moitié eh. de Touggourt ; oasis de 80,000 palmiers-dattiers.

 

 

M’salla: douar de la commune de Stora, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 5,509 hect. ; 1,456 ind. 

 

 

 

 

M’sid ou M’cid: hameau face Nord du Rocher de Constantine ; source d’eau salines chlorurées sodiqués ; établissement très fréquenté des hab. de Constantine ; beaux jardins, culture maraîchère très développée, arbres fruitiers ; minoterie ; poudrerie de l’Etat.

 

 

M’sila: nom d’une commune mixte, arr. Sétif, dép. Constantine, dont le chef-lieu est au village de M’sila ; sup. 392,255 hect.; pop. 37,589 hab. ; franc. 139, isr. 121, ind. 37,271 ; terres abondamment arrosées; prairies artificielles ; céréales (la seule culture) ; élevage : chevaux 1,507, chèvres 37,941, mulets 1,121, chameaux 566, bœufs 2,245, moutons 76,610.

 

 

M’sila: village, chef-lieu de la commune du même nom ; gare la plus proche : Bordj-bou-Arréridj, à 58 k. ; à 136 k. de Sétif ; altitude : 469m ; pop. 5,070 hab. en y comprenant la tribu de M’sila, qui compte 4,625 ind. ; eau abondante, céréales ; élevage
des chevaux et moutons ; bergerie communale ; à 13 k., le lac salé de Chott-es-M’sila.

 

 

M’sila: tribu rattachée au village et à la commune de M’sila; 15,600 hect, ; 4,625 ind.

 

 

M’sila: forêt de chênes-liège, près du village de Bou-Tlélis, à 30 k. d’Oran, donnant dés. lièges de très belle qualité, utilisés pour les bouchons de Champagne.

 

 

M’sirda: tribu et caïdat de la commune mixte et du cercle de Lalla-Maghrnia (sub. de Tlemcen), dép. Oran ; 8,012 ind.

 

 

M’souna: douar de la commune d’El-Arrouch, arr. Philippeville, dép. Constantine ; 330 hect. ; 1,214 ind., 21 eur.

 

 

M’tarfas: douar de la commune mixte de M’sila, arr. Sétif, dép. Constantine ; 17,225 hect.; 1,605 ind.; pop. nomade, vivant sous la tente et se déplaçant à mesure de la disparition des pâturages; sol caillouteux et aride, à l’exception de la partie qui se rapproche du Chott du Hodna, où on cultive l’orge et le blé ; élevage des chameaux et moutons.

 

 

M’toussa: douar de la commune mixte de Khenchela, à 20 k., arr. Batna, dép. de Constantine ; 11,783 hect. ; 2,005 ind. ; céréales, pâturages ; élevage du mouton ; mine de zinc.

 

 

Muley-Abd-el-Kader: fermes de la commune de Mercier-Lacombe, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; à 9 k. de Mercier-Lacombe et à 35 k. de Sidi-bel-Abbès ; céréales, vigne (105 hect.).

 

 

Munier (anc. nom : Aïn-Kherma): village de la commune mixte, de La Calle, arr. Bône, dép. Constantine ; à 49 k. de La Calle, sur la route de Bône à Tébessa, par Souk-Ahras; pos., télégr. ; 180 hab. ; céréales, forêts de chênes-liège.

 

 

Mustapha: chef-lieu de commune, arr. et dép. Alger, ville limitrophe à Alger, dont elle est, pour ainsi dire, le prolongement; pop. totale : 38,102 hab. : franc, nés en. France 10,301, franc, nés. en Algérie 5,064, naturalisés 12,409, isr. 439, ind. 3,080, esp. 8,997, ita. .1,718, divers 1,090 ; pos,, télégr., téléph. (3 bureaux : à Mustapha-Inférieur, à Mustapha-Palais et à Agha-Supé-
riéur). La ville, admirablement située dans la baie d’Alger, se divise en : Mustapha-Inférieur, Mustapha-Supérieur, Agha,Beleourt, le Hamma. Hôpital civil le plus important de l’Algérie, les Ecoles supèrieures, le Palais d’été du Gouverneur, l’Institut Pasteur, l’Usine à gaz d’Alger, l’Abattoir d’Alger ; arsenal d’Artillerie, cartoucherie, nombreuses casernes ; vaste champ de manœuvres servant d’hippodrome pour les courses ; ville industrielle.

A Mustapha – Supérieur, sur des coteaux, d’où l’on jouit d’une vue splendide, ce ne sont partout que villas plus belles les unes que les autres, très recherchées par les hiverneurs. La principale.culture : légumes pour le marché d’Alger ; dans la plaine, culture de la banane, un peu de vigne sur les coteaux. : A signaler particulièrement, le Jardin-d’Essai, quartier du Hamma, d’une contenance de 80 hect., à la fois promenade, pépinière, jardin botanique et jardin d’acclimatation.

NOTA. — Le chiffre de 13,409, pour les naturalisés, n’est pas le chiffre réel et doit être plus faible : l’erreur proviendrait d’un classement défectueux des recenseurs.

 

 

M’zala: douar de la commune mixte de Soummam, arr; Bougie, dép, Constantine; à 45 k. de Sidi-Aïeh, sur le chemin du littoral de Bougie à Port-Gueydon :. 5,200 hect. ; 6,945 ind.; forêts de chênes-liège ; céréales, figuiers, oliviers, caroubiers. 

 

 

 

 

M’zara: fraction indigène et haouch de la commune Saint-Pierre-Saint-Paul, dép. Alger ; céréales, vigne ; ancienne colonie pénitentiaire. 

 

 

 

 

M’zila: douar de la commune mixte de Cassaigne, arr. Mostaganem, dép. Oran ; à 12 k. de Cassaigne et à 37 k. de la gare d’Aïn-Tedelès ; 13,351 hect ; 4,355 ind. ; céréales, figuiers ; élevage : bœufs, chevaux, moutons, chèvres.

 

 

M’zita: douar de la commune mixte des Biban, arr. Sétif, dép. Constantine ; station chemin de fer Alger-Constantine ; à 42 k. de Bordj-bou-Arréridj et de Medjana; 9,990 hect. : 2,177 ind. ; céréales, alfa; carrière de pierre à plâtre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 



Canon du Ramadan

7062018

 

 

 

 

 

Il est des événements fortuits qui marquent l’histoire.
Par exemple la coutume dans des pays musulmans de signaler quotidiennement la fin du jeûne en période de Ramadan – le moment de l’“iftâr”, premier repas après le coucher du soleil -, par un coup de canon.

 

 

 

 

 

 

 

Les origines de cette pratique restent incertaines, même si les hypothèses nous ramènent toutes en Égypte. La première rattache cette coutume au wâli (gouverneur) mamelouk Khosh Qadam qui avait reçu un canon en cadeau de la part d’une usine allemande. Il voulut l’essayer au moment du coucher du soleil et, par « pure coïncidence » est-il rapporté, il s’agissait du premier jour du mois de Ramadan 869 (26 avril 1465). Le bruit résonna dans le ciel du Caire et les jeûneurs l’interprétèrent comme le signal de fin de jeûne. Le lendemain, ils se rassemblèrent dans l’attente d’un nouveau signal. Pour les satisfaire, le wâli ordonna donc la remise en service du canon au moment du “maghrib” et fit exécuter cette manœuvre chaque jour du mois sacré. 

 

 

 

 

  
 
 
 
 
Un autre récit fait plutôt remonter la coutume à l’époque de Méhémet Ali (XIXe s.). Ce fondateur de l’Égypte moderne avait acheté des canons de fabrication allemande pour équiper l’armée de son pays. Il aurait ordonné un tir de l’une de ces armes au moment du coucher du soleil, un jour de Ramadan. Surprise, la population interpréta le coup de canon comme une nouvelle façon d’être informée du moment de l’”iftâr” et en aurait souhaité le renouvellement régulier. Le pacha aurait donné son accord et, dès lors, le canon résonna deux fois par jour, pour la rupture et la reprise du jeûne.
 
 
 

 

 
 
Une troisième version de cette coutume, semble-t-il la plus populaire, situe son origine sous le règne d’Ismaïl Pacha (fin XIXe s.). L’histoire raconte qu’alors qu’ils nettoyaient leurs armes, les soldats de l’armée du khédive mirent à feu un canon, par erreur, exactement au moment du “maghrib”. Et c’est alors qu’entre en scène une certaine Fatima qui aurait demandé au souverain d’ériger cette fausse manœuvre en pratique régulière chaque jour du mois de Ramadan. 
 
 
 

 

 
 
Quant à l’identité de cette personne, le flou demeure : il s’agirait soit de l’une des filles du pacha, bien placée il est vrai pour faire valoir sa requête, soit d’Al-Hajja Fatima, une dame âgée qui habitait dans le quartier d’Abdine, au centre du Caire, et préparait chaque jour de jeûne l’ “Iftâr” pour l’équipe en charge du canon rituel. Les gens, raconte-t-on, la taquinaient en chemin, lui demandant de se dépêcher pour hâter le moment de la détonation du canon. De là est née la tradition d’appeler cette arme bien pacifique le “canon de Fatima”.
 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Canon du Ramadan  dans Photos 1522499426-egypte-le-coup-de-canon-qui-annonce-le-ramadan-apgm-tempsprsent-03021915-001

Le canon qui sert à annoncer le commencement et la fin du Ramadan à la Citadelle du Caire en décembre 1914.

 

 

 

 

 
 
 
 
1522499671-0b61039e dans Photos 

MARRAKECH - Jardin de la Koutoubia et Canon du Ramadan; début 1900 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522499862-s-l1600

 Rabat Les Canons du Ramadan 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522499984-s-l1600

RABAT – Les Canons du Ramadan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522500130-s-l1600 

GUELMA – Canon du Ramadan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522500342-ramadan-turkish-cannon-1918-00076

Canon ottoman du Ramadan; 1918 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522500469-ramadan-cannon-jun-1918-crop 

le 10 juin 1918 deux soldats britanniques lancent le canon du Ramadan à Jérusalem 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

1522500655-ramadan-cannon-presentation-1945-crop

 Présentation d’un nouveau canon (75mm howitzer) du Ramadan aux habitants de Jérusalem par l’armée britannique 1945

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522501468-53ba19dea61dcc58ff318e911d7ff912

Les canons du Ramadan » – Rabat1930

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

1522501774-canon-ramadan

Ouarzazate – Maroc 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522501882-fb-img-1434653776364 

Sfax – Tunisie 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522502320-iftar-canon 

Coup de canon d’Iftar, Tripoli (Libye)1950  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522502791-cannon-iftar-in-egypt 

 Egypte 

 

 

 

 

 

 

 

 

1522502941-80de18cb951f74ed9850f19b11406fdd

Jérusalem: Deux membres de la famille Sondouqua se préparent pour donner le coup d’Iftar – 1930 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 

 
 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 
 




Les communes d’Algérie 1903 / en ‘L’

5062018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lacroix: village de la commune mixte de La Calle, à 21 .k., arr. Bône, dép. Constantine ; gare la plus proche : Bône ; pos., télégr. ; 264 hab. ; céréales, tabac, sorgho, culture maraîchère, forêts de chênes-liège : élevage du bétail. 

 

 

Lacs (Les): station chemin de fer Constantine à Biskra, à 69 k. de Constantine et à 20 k. d’Aïri-M’lila ; télégr., pos. au ch. de fer ; pays inculte et inhabité ; lacs salés (6,206 hect.), exploités par les ind. l’été, peuplés l’hiver de grandes quantités de canards et de flamants. 

 

 

Lafayette: village de création récente de la commune mixte de Guergour, arr. Bougie, chef-lieu de la commune de Guergour ; à 94 k. de Bougie et à 45 k. de Sétif; pos., télégr., justice de paix; 319 hab.; pays montagneux; céréales, figuiers, oliviers. 

 

 

Laferrière: nouveau nom de Chabet-el-Leham (V. ce nom). 

 

 

Laghouat: chef-lieu de canton et de commune mixte du territoire de commandement, dép. Alger ; à 267 k. de Boghari ; distance d’Alger, 486 k. ; altitude, 750m ; bureau arabe, hôpital militaire, pos., télégr., génie militaire, jus. de p. ; pop. 5,167 hab. ; ville 5,151 : franc. 250, ind. 4,491, isr. 379, divers 47 ; sup. 2,062 hect. en plaine, montagnes . et coteaux : eau abondante ; 5,798 
palmiers-dattiers, figuiers, grenadiers et autres arbres fruitiers ; marché important pour l’échange des produits entre le Nord et. le pays transsaharien ; commerce de dattes, figues, laines ; températures extrêmes, 6° au-dessous de 0 et 45° maxima. 

 

 

Laghouat: nom d’une commune indigène  du territoire de commandement, cercle et subdivision de Laghouat, dép. Alger, dont le siège est à Laghouat (ville) ; sup. 3,511,900 hect.; pop. 15,873 ind., 25 eur. ; culture du blé dur, avoine, bechna et légumineuses; arbres fruitiers : figuiers, grenadiers, abricotiers, pêchers, orangers, palmiers-dattiers (1,245) ; terres de parcours pour le bétail ; élevage : chevaux 574, bœufs 1,009, moutons 119,986, chèvres 32,241, chameaux 14,638. 

 

 

Lalla-Aouda: village indigène de la commune d’Orléansville, dép. Alger. 

 

 

Lalla-Maghrnia: chef-lieu de commune mixte du territoire militaire, dép. Oran ; gare la plus proche : Tlemcen, à 54 k. ; distance de la frontière marocaine, 12 k. ; pos. télégr., jus. de p., hôpital militaire, casernes; 1,937 hab. dont 539 étrangers ; grand commerce de grains, laines ; marché important des bœufs marocains : marché franc. 

 

 

Lalla-Maghrnia: nom d’une commune mixte du territoire militaire de la sub. de Tlemcen, dép. Oran : sup. 133,000 hect. ; pop. 503 franc.; 418 esp., 557 isr., 1,728 marocains, 30,133 ind. ; eau abondante, céréales, fourrages, arbres fruitiers, vigne (85 hect.) ; élevage : 1,034 chevaux, 636 mulets, 4,796 bœufs, 91,738 moutons, 69,239 chèvres, 1,972 chameaux, y compris l’annexe d’El-Aricha ; gisements de phosphorites (teneur 75 à 82 0/0) ; mine de fer à Sidi-Yacoub, mine de zinc à Mazis, mine.de plomb à 
Gar-Rouban ; carrières de marbre onyx de Sidi-Abdallah, à 9 k. de Lalla-Maghrnia. 

 

 

Lallemand (Fort) (V. Hassi-ben-Heïrane). 

 

 

Lamartine: village et chef-lieu de la commune mixte du Cheliff, arr. Orléansville, à 34 k., dép. Alger ; gare la plus proche : Oued-Fodda, à 11 k. ; télégr. municipal, pos. à Oued-Fodda; 355 hab. ; terres de bonne qualité ; céréales, vigne (52 hect), pépinière 
communale ; élevage du bétail ; bergerie communale. 

 

 

Lambèse ou Lambessa: chef-lieu  de commune, arr. Batna, à 11 k., dép. de Constantine, à 131 k. ; gare la plus proche : Batna ; pos., télégr.; pop. 575 franc., 85 étrangers, 1,029 ind.; eau abondante ; céréales, vigne (110 hect.); exploitations forestières, élevage du bétail ; altitude : 1,054m ; ruines romaines importantes : praetorium qui sert de musée, thermes, arc de triomphe. Cette commune renferme le pénitencier de Markouna, où furent déportés les hommes politiques arrêtés au coup d’Etat du 2 décembre 1852. 

 

 

Lambiridi ou El-Biar: hameau de la commune mixte d’Aïn-Touta ; halte du chemin de fer Constantine à Biskra, à 11 k. de Batna; pos., télégr. à Batna. 

 

 

Lamblèche: village de la commune du Khroubs; à 12 k. Est de Constantine: pos. à Constantine ; céréales, pâturages, élevage du bétail. 

 

 

Lamiguier: hameau de la commune du Pont-de-l’Isser, arr. Tlemcen, dép. Oran ; sur la route de Tlemcen à Aïn-Temouchent ; à 25 k. de Tlemcen ; 23 hab. 

 

 

Lamoricière: chef-lieu de canton et de commune, arr. Tlemcen, à 34 k., dép. Oran, à 135 k. ; gare chemin de fer de Sainte-Barbe-du-Tlélat à Tlemcen ; pos., télégr., jus. de p. ; pop. 2,035 hab.; vil. 1,188 ; franc. 498, esp. 709, ind. 747, divers 81 : céréales, 
vigne (75 hect.), belles plantations d’arbres, ormeaux et platanes ; élevage du bétail ; marché important. 

 

Douar : Bourgeois, 416 ind. 

 

 

Lamtar: village de la commune mixte de La Mékerra, arr. Sidi-bel-Abbès, dép. Oran ; à 12 k. de Sidi-bel-Abbès, à 7 k. de Bou-Kanéfis et à 6 k. de Parmentier ; gare la plus proche : Sidi-bel-Abbès ; pos. à Sidi-bel-Abbès, télégr. ; pop. 644 hab., dont 327 franc. ; céréales, vigne (375 hect.). 

 

 

Lanasser: hameau de la commune de Sétif, à 7 k., dép. de Constantine ; pos., télégr. à Sétif; 265 hab.; sources abondantes ; céréales, élevage du bétail. 

 

 

Lannoy (ancien nom : Djendel): village de la commune mixte de Jemmapes, à 7 k., dép. de Constantine ; gare la plus proche : Saint-Charles, à 29 k.; pos., télégr. à Jemmapes; 15 ind., 125 franc. ; céréales, vignes (100 hect.), arbres fruitiers, forêt de chênes-liège. 

 

 

Lapaine: village de création récente, de la commune mixte de l’Oued-Cherf, arr. Guelma, dép. Constantine; sur la route de Guelma à Sedrata, à 17k. de Guelma; pos, à Bled-Gaffar; 69 franc.; céréales, élevage. 

 

 

Lapasset: village de la commune mixte de Cassaigne, à 10 k., dép. Oran ; gare la plus proche : Aïn-Tédelès, à 35 k. ; 311.hab. ; pays boisé ; céréales, vigne (150 hect.). 

 

 

La Pérouse: village de pêcheurs, de la commune d’Aïn-Taya, dép. Alger ; 163 ind., 17 eur. ; atelier de salaisons de poissons. 

 

 

Larbâa: fraction du douar Mosly, commune mixte des Rhira, arr. Sétif, dép. Constantine ; 1,769 ind. ; à 25 k. de Colbert ; céréales ; élevage : moutons, bœufs, chevaux. 

 

 

Larbâa: section de la commune mixte de l’Aurès (tribu des Ouled-Abdi), arr. Batna, dép. Constantine; 1,178 ind.; à 42 k. de Lambèse; céréales, fruits’; élevage peu développé. 

 

 

Lardjem: douar de la commune mixte de l’Ouarsenis, arr. Orléansville, dép. Alger ; 19,116 hect.; 4,177 ind.; à 23 k. de Bordj-Beni-Hindel ; céréales, arbres fruitiers ; marché le dimanche. 

 

 

Larhat: douar de la commune mixte de Gouraya, arr. et, dép. Alger ; à 46 k. de Cherchel : 3,853 hect.; 2,141 ind. ; forêt de chênes-liège ; minerai de fer et carrière de pierre à plâtre. 

 

 

La Robertsau: V. Robertsau (La). 

 

 

 

 

Lassahas: fermes du village de Lannoy, commune mixte de Jemmapes, à 12 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Saint-Charles, à 31 k.; grande culture de la vigne (180 hect.) ; forêts de chênes-liège; arbres fruitiers. 

 

 

Lauriers-Roses (Les): hameau de la commune d’Oued-Imbert, à 13 k., dép. Oran ; station chemin de fer de Sainte-Barbe-du-Tlélat à Ras-el-Mà; pos. à Saint-Lucien ; 91 hab.; céréales, vigne (60 hect.). 

 

 

Lavarande: chef-lieu de commune, arr. Miliana, à 13 k., dép. Alger, à 124 k. ; station ch. de fer Alger-Oran ; pos. à Affreville, télégr. municipal ; pop. : 152 franc, 918 ind. : céréales (1,300 hect.), vigne (87 hect.), oliviers (15,000 pieds environ), belles 
plantations d’arbres; monument à La Tour d’Auvergne ; fermes importantes. 

 

 

Laverdure:  village de la commune mixte de Séfia, arr. Guelma, dép. Constantine ; siège de l’administration de la commune mixte de Séfia ; à 16 k. de Souk-Ahras; station chemin de fer, Bône-Tunis ; pos., télégr.; pop. 396 hab. ; céréales, vigne, culture  maraîchère, forêts ; panorama magnifique. 

 

 

Laveyssière (anc. nom : Sidi-Youssef): village en peuplement de la commune mixte de Remchi, arr. Tlemcen, dép. Oran ; gare la plus proche : Tlemcen, à 25 k. ; à 7 k. de Montagnac et a 12 k. d’Hennaya ; 41 franc. ; terres essentiellement propres à la culture de la vigne ; culture des céréales, un peu de vigne ; élevage : bœufs et moutons. 

 

 

Lavigerie (anc. nom: Djendel): chef-lieu de la commune mixte de Djendel, arr. Miliana, à 28 k., dép. Alger, à 148 k. ; gare la plus proche : Affreville, à 18 k. ; pos. à Affreville, télégr. ; pop. 572 hab., dont 462 eur. ; céréales, vigne (85 hect.), élevage du bétail ; bergerie communale. 

 

 

Lavoisier: village de création récente, commune mixte de Màadid, arr. Sétif, dèp. Constantine, entre Gères et Tocqueville, à 20 k. de l’un et l’autre de ces villages ; gare la plus proche : Tassera, à 4 k. ; 28 hab. ; céréales. 

 

 

Le Barbinais: village de création récente, commune mixte de Maàdid, arr. Sétif, dèp. Constantine ; à 23 k. de Bordj-bou-Arréridj ; gare la plus, proche : Tassera, à 4k. : pos. à Bordj-bou-Arréridj ; école; 105 franc., 17 ind ; céréales. 

 

 

Lecourbe: village de création récente, commune mixte de Maâdid, arr. Sétif, dép. Constantine ; à 13 k. de Bordj-bou-Arréridj, gare la plus proche ; école ; 95 hab. ; terres en partie irrigables: céréales, vigne (40 hect.) ; ruines romaines importantes. 

 

 

Legrand (anc. nom: Assi-ben-Féréah): chef-lieu de commune, dép. Oran, à 24 k. ; gare la plus proche : Saint-Cloud, à 14 k.; pos., télégr. à Saint-Louis : pop. 360 franc., 145 esp., 375 ind. ; eau abondante : céréales, vigne (1,233 hect). 

 

 

Letourneux (anc. nom : Derrag): village de la commune mixte de Téniet- el-Had, à 53 k., dép. Alger ; gares les plus proches : Affreville, à 115 k., Berrouaghia, à 75 k. ; pop. 148 hab.; eau abondante ; céréales, chênes-verts et chênes-liège ; élevage du mouton et du bœuf ; matériaux de construction : bois, chaux, plâtre en abondance. 

 

 

Levacher: village de création récente, commune mixte d’Hammam-Rhira, arr. Miliana, dép. Alger, sur le versant Sud du Zaccar, à 8 k. 500 de Miliana et à 8 k. de Lavarande ; 165 hab., dont 50 eur. ; eau abondante : céréales, arbres fruitiers et vigne. 

 

 

Liana: fraction et cheïkhat de la tribu des Zab-Chergui, commune indigène et cerclede Biskra (sub. de Batna), dép. de  Constantine : 735 ind. ; à 97 k. de Biskra, sur la route de Biskra à Khenchela ; oasis de palmiers. 

 

 

Libérés: ancien nom que portait le village de Pélissier, à 4 k. de Mostaganem. 

 

 

Lichana: fraction et cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sub. de Batna), dép. de Constantine ; à 35 k. Nord de Biskra ; 908 ind. ; oasis du Zab-Dàhraoui. 

 

 

Lioua: fraction et cheïkhat de l’aghalik des Ziban, commune indigène et cercle de Biskra (sud. de Batna), dép. de. Constantine ; 326 ind. ; oasis du Zab-Guebli, à 44 k. Sud de Biskra. 

 

 

Littré (anc. nom, : Les Aribs):  chemin de commune, arr. Miliana, dép. Alger ; gare la plus proche : Affreville, à 14 k. ; télégr. municipal, pos. à Duperré; pop. 1,713 hab.; franc. 175, ind. 1,526; eau abondante; céréales : blé, orge, avoine ; pommes de terre, pois, fèves ; 145 hect. vigne ; élevage du bétail. 

 

Douars de la commune : Aribs, 1,526 ind. ; Bled-Sahari. 

 

 

Lodi: chef-lieu de commune, arr. Médéa, à 4 k., dép. Alger, à 94 k. ; station chemin de fer Blida à Berrouaghia: pos. à Médéa, télégr. à la gare ; 3,429 hab.; vil. 392; franc. 301, étrangers 86, ind. 3,040; céréales, vigne (205 hect.), élevage du bœuf et du mouton. 

 

Douars : Ouamri, Tamesguida, Oued-Oughat. 

 

 

Loverdo: village de la commune mixte de Berrouaghia, arr. de Médéa, dép. Alger ; station ch. de fer Blida à Berrouaghia ; à 22 k. de Berrouaghia et à 9 k. de Médéa ; pos. à Médéa; 164 hab., dont 151 franc.: pays montagneux ; élevage du bétail ; céréales, vigne (450 hect.), vins rouges et blancs très estimés. 

 

 

Loudani: section de la commune mixte  de M’sila, à 40 k. (tribu des Souama), arr. Sétif, dép. Constantine ; 15,000 hect; 622 ind.: pop. nomade; élevage de nombreux troupeaux de chameaux ; culture des céréales dans les parties irrigables. 

 

 

Louhou: douar de la commune mixte de Frenda, arr. Mascara, dép. Oran; 31,085 hect. ; 1.840 ind.; 32 eur. ; céréales; élevage : chevaux, bœufs, moutons. 

 

 

Louta-N’kourt: village indigène du douar Dra-Kebila, commune mixte de Guergour, arr. Bougie, dép. Constantine ; école. 

 

 

Lourmel: chef-lieu de commune et de canton, arr. et dép. Oran, à 47 k. ; station chemin de fer Oran à Aïn-Temouchent; pos., télégr., jus. de p. ; 495 franc., 810 esp., 123 isr., 3,039 ind.; céréales, vigne (744 hect.), exploitation de l’alfa ; fabriques de crin 
végétal : élevage du bétail très développé. 

 

 

Louroud: douar de la commune mixte des Braz, arr. Miliana, dép. Alger ; 3,800 hect. ; 576 ind. ; à 38 k. de Duperré et à 26 k. de la gare de Kherba ; blé (300 hect.), orge (130 hect.), oliviers (1,300 pieds), forêts (1,800 hect.) ; élevage peu important. 

 

 

Louza: fermes de la commune mixte de La Mékerra, arr. Sidi-bel-Abbès, à 20k., dép. Oran; 452 hab., dont 366 esp. ; céréales, vigne, forêt de pins d’Alep. 

 

 

Lucet: village de la commune mixte de Fedj-M’zala, à 6 k., dép. Constantine ; gare la plus proche : Saint-Donat, à 50 k. ; pos., télégr. à Fedj-M’zala ; 155 hab. ; céréales, vigne ; source d’eaux chaudes dites « du Rocher rouge ». 

 

 

Lyra: ancienne tribu des Ouled-Cheïkh, douar de la commune mixte de Téniet-el- Had, à 35 k., arr. Orléansville, dép. Alger; 5,500 hect,; 2,655 ind.; céréales, forêts de chênes ; élevage du bétail, particulièrement, la chèvre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 



La Servante et la Vingt Septième nuit du Ramadan

3062018

Conte arabe de Mauritanie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Servante et la Vingt Septième nuit du Ramadan dans Littérature 1522409652-serviteurs-en-1948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était une fois une esclave, dans les premiers temps. Les esclaves en ce temps-là étaient encore possédés et à portée de main, et les gens en faisaient tout ce qu’ils voulaient, leurs maîtres les écrasaient de travail et les fatiguaient, toute la journée ils les insultaient. Chacun d’eux l’appelait, celui qui voulait de l’eau l’appelait, celui qui voulait qu’on lui donne quelque chose l’appelait, celui qui voulait qu’elle mette de l’eau à chauffer l’appelait. Elle ne pouvait même plus faire son travail. A peine se dirigeait-elle vers un mortier pour piler ou vers une marmite pour la poser sur feu qu’on l’appelait cent fois. Et tout cela la fatiguait. 

 

Et elle a dit…..

 

 

Elle a entendu les gens dire qu’au mois de Ramadan, la vingt-septième nuit, le ciel se déchire au-dessus de chacun et que ce qu’il demande à Dieu. Il le lui donne en entier. Elle s’est dit en elle-même : « Moi, il faut que je reste assise jusqu’à ce que le ciel se déchire au-dessus de moi. Je demanderai à Dieu qu’aucun de mes maîtres ne m’appelle sans qu’il pète* ». 

 

 

 

Elle a continué jusqu’à la vingt septième nuit, qu’elle a passée assise, assise, assise, à veiller, jusqu’à ce qu’arrive ce moment où le ciel se déchire, et il s’est déchiré au-dessus d’elle. Elle a dit qu’elle souhaitait de Dieu que cette histoire arrive, que chaque fois que quelqu’un l’appellerait, dirait son nom, il pète. 

 

Le lendemain, son maître l’a appelée. Il a dit : « Eh ! El- ‘Aviye** ! Eh ! El- ‘Aviye ! » A peine a-t-il dit « Eh ! El- ‘Aviye ! » qu’il a fait prout. Il a pété. Sa femme ne pouvait pas rire, les enfants non plus, ni personne, ils se sont tus. Et lui, il ne pouvait plus l’appeler à nouveau. Il a dit à sa femme : « Appelez-moi cette esclave, qu’elle vienne me voir ». Elle, elle lui a dit : «Eh ! El- ‘Aviye ! » Elle aussi a fait prout. Elle s’est tue. Elle a appelé un de ses enfants et lui a dit : « Appelle-moi El- ‘Aviye ! » 

 

 

 

 

Celui qui l’appelait, il lui arrivait cette histoire, toute la journée. Chaque fois qu’un de ses maîtres l’appelait pour quelque chose, il lui arrivait cette histoire. Jusqu’à ce qu’ils comprennent que ça leur arrivait quand ils disaient son nom. 

Ils ont alors dit qu’ils ne diraient plus son nom. Ils l’ont laissée en paix, elle a fini par être tranquille. Elle faisait sortir le mil, en faisait de la farine, mettait la marmite sur le feu et faisait tout ce qu’elle avait à faire comme travail, allait chercher l’eau. Mais on ne l’appelait pas, elle n’était pas fatiguée et on ne l’appelait pas à tout instant. Elle s’est reposée. C’est la fin de l’histoire. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N.B: 

 

*: La traduction littérale aurait été : « son dos se déchire ». C’est une tournure périphrastique habituelle pour signifier ‘péter’. Il existe un verbe ayant ce sens, (Zrat) mais sa grossièreté en proscrit l’usage, plus encore par un locuteur appartenant à un groupe dominant, ce qui est le cas ici. 

 

 

 

 

 

**: Le prénom de l’esclave, fréquent dans cette catégorie sociale, signifie « paix, tranquillité ». esclave mal nommée, mais qui va, à travers les péripéties du conte, enfin éprouver l’accord de son prénom et de sa vie quotidienne. Ce même prénom, dans son usage de nom commun cette fois, va se retrouver dans le dernier paragraphe, dans « ils l’ont laissée en paix ». (litt. « ils lui ont donné la paix »), expression d’un emploi fréquent lorsque le verbe y est mis à l’impératif. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45