Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 13ème Partie

19102020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

Chapitre Quatrième – Du Verbe

 

 

Les verbes Chaouia, comme les verbes Kabyles; peuvent se diviser en deux classes, les uns exprimant une action, les autres un état, une qualité physique ou morale. Mais, contrairement à ce qui a lieu en Kabyle, la conjugaison de ces deux groupes de verbes, qui ne diffèrent que par le sens, est identique.

 

Cette conjugaison a trois modes, l’indicatif, l’impératif et le participe ; un seul temps, présent, futur ou passé suivant le sens de la phrase, susceptible de se combiner avec la particule ad’, lorsqu’on veut spécialement insister sur le sens du futur.

 

Prenons comme exemple le verbe effer, cacher, qui ne subit aucune modification phonétique dans sa conjugaison.

 

 

 

Impératif

Sing. 2ᵉ pers. c. effer, cache.

Plur. 2ᵉ pers. m. effereth, cachez.

Plur. 2ᵉ pers. f. efferemt, cachez (fém.).

 

 

 

 

Aoriste

Avec le sens présent, futur ou passé                   

Sing. 1er pers. efferer’                                                   

2ᵉ pers. hefferedh                                                           

3ᵉ pers. m. ieffer.                                                           

3ᵉ pers. f. heffer.                                                           

Plur. 1er pers. neffer.                                                   

2ᵉ pers. m. hefferem.                                                   

2ᵉ pers. f. hefferemt.                                                   

3ᵉ pers. m. efferen.                                                     

3ᵉ pers. f. efferent.                                                     

 

 

Avec le sens spécial du futur.

 

Sing. 1er pers. ad’efferer’.

2ᵉ pers.  attefferedh (1).

3ᵉ pers. m. ad’ieffer.

3ᵉ pers. f. atteffer.

Plur. 1er pers. anneffer (2).

2ᵉ pers. m. attefferem.

2ᵉ pers. f. atteferemt.

3ᵉ pers. m. ad’efferen.

3ᵉ pers. f. ad’efferent.

 

 

 

1. Le h de l’aoriste hefferedh n’est qu’un affaiblissement du th primitif (thefferedh). Au futur, on devrait donc savoir ad’theferedh, qui par contraction donne atteferedh.

 

2. Pour ad’neffer.

 

 

 

 

Un grand nombre de verbes d’une syllabe font précéder par le son i les désinences de l’aoriste et terminent en a les 3ᵉ personne singulier et 1re personne pluriel. La conjugaison de l’aoriste avec le sens spécial du futur reste régulière.

 

Ex. : ers, descends.

 

Aoriste.                                                Futur

Sing. 1er pers. ersir’                            ad’erser’.

2ᵉ pers. hersidh                                    attersedh.

3ᵉ pers. m. iersa.                                   ad’iers.

3ᵉ pers. f. hersa.                                    atters.

Plur. 1er pers. nersa.                             anners.

2ᵉ pers. m. hersim.                                attersem.

2ᵉ pers. f. hersimt.                               attersemt.

3ᵉ pers. m. ersin.                                  ad’ersen.

3ᵉ pers. f. ersint.                                  ad’ersent.

 

 

 

De même:

outh, frapper, aor. outhir’.

sel, entendre, aor. selir’.

etch, manger, aor. etchir’.

enr’, tuer, aor. enr’ir’.

esoû, boire, aor. souir’, etc

 

 

 

A ces Verbes peuvent se rattacher ceux qui ont un a final à l’impératif, qui suivent une conjugaison identique.

 

 

 

Ex.:

 

erdja (1), attendre, aor. erdjir’.

ebdha, partager, aor. ebdhir’.

eroua (2), être rassasié, aor. rouir’.

 

 

 

1.Arabe رجى .

2.Arabe روى .

 

 

 

 

Les verbes dont le radical commence par a à l’impératif changent cet a en ou à l’aoriste conjugué sans particule.

 

Ex.:

 

ar’, prendre, aor. our’er’.

azzel, courir, aor. ouzzeler’.

ad’ef, entrer, aor. oud’efer’.

ali, montrer, aor. oulir’.

aχer, voler (dérober), aor. ouχerer’.

 

 

 

 

D’autres verbes, possédant un a encadré dans le radical du mot entre des consonnes, le changent en ou à l’aoriste.

 

Ex.:

 

tchar, remplir, aor. tchourer’.

ellaz, avoir faim, aor. ellouzer’.

 

 

 

Les verbes ili, être, et ini, dire, suivent une conjugaison identique à celle qu’ils possèdent en Kabyle et dans tous les dialectes.

 

ili. aor. 1re pers. ellir’, 3e pers. illa.

ini, — — ennir’ — — inna.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Histoire de Constantine

17102020

 

 

 

 

 

 

 

 

Histoire de Constantine dans Littérature 200626085526142652

Dar oum noun, lieu de naissance d’Ahmed Bey.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici une des histoires contée par les Maures de Constantine.

 

Sous le Bey Manamani*, il y avait, dans la ville, un jeune homme qui se vantait d’avoir beaucoup d’amis, et qui tournait son père en ridicule parce que celui-ci n’en avait qu’un. Le vieillard résolut de lui donner une leçon. Il s’en fut au marché, fit emplette d’un mouton, l’égorgea, le dépouilla et le recouvrit d’une pièce de toile; puis il dit à son fils : J’ai eu le malheur de tuer un homme ; va, cours chez tes amis, demande-leur de nous assister.

Le jeune homme part et frappe à toutes les portes ; il ne trouve que des gens effrayés qui tremblent de se compromettre; il en restait un sur lequel il comptait beaucoup ; ce fut celui qui le trahit. De retour au logis où il revenait tristement, le père lui dit : Mon fils, tes nombreux amis t’abandonnent; essayons donc du mien, envoyons-le chercher. L’ami arrive en toute hâte ; il s’informe, et le père fait son conte : Quoi, dit-il, n’est-ce que cela ? Nous ferons deux parts du cadavre, et chacun en emportera la moitié. Non, dit le père, il vaut mieux l’enterrer sous cette Voûte obscure. Le travail était à peine achevé qu’on frappe à la porte de la maison. C’est un topdji qui vient arrêter le coupable. Le père se laisse emmener sans résistance et comparaît devant le Bey : On t’accuse, dit le prince, d’avoir commis un meurtre : qu’as-tu à répondre?

 

Seigneur, dit le père, excusez-moi, je suis innocent.

Prends – garde, reprend le Bey avec sévérité, d’aggraver ton crime par un mensonge. J’entends que le cadavre soit retrouvé sur-le champ.

 

On le ramène chez lui, et les perquisitions commencent. Le topdji remarque, sous la voûte, un endroit où la terre avait été fraîchement remuée , il l’écarte et découvre un linge ensanglanté. Alors l’ami s’écrie : C’est moi qu’il faut punir, je suis le seul coupable ! Le topdji, embarrassé, les arrête tous les deux, et les mène au palais. On enlève le linceul , et le Bey, surpris, à la vue d’un mouton dépouillé : Que veut dire ceci ? s’écrie-t-il. Seigneur, répond le père, Dieu me garde de commettre un crime ! J’ai Voulu donner une leçon à mon fils, en lui montrant combien les Vrais amis sont rares. Alors il lui raconta tout, et le prince, admirant sa sagesse, le renvoya comblé de présents, tandis que le jeune présomptueux essuyait les railleries des assistants.

 

 

 

 

 

 

* Mohammed-Bey-Malamli , ou Mohammed-Bey-Manamanni de son nom Mohammed-Bey Ben-Khan (en arabe محمد محمدي باي بن خان) calife et caïd-ech-chair, caïd-djebel-el-renem, d’origine turque, est un bey de la province de Constantine, qui règne de décembre 1824, à fin juillet 1826 (1241 de l’Hégire)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 12ème Partie

15102020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre Troisième Adjectifs Qualificatifs.

 

 

Les adjectifs qualificatifs n’existent pas, à proprement parler, en Chaouia, non plus que dans tous les dialectes berbères. On rend l’idée qualificative de deux manières :

 

A l’aide de substantifs. Le nom qualificatif est joint au substantif qualifié par la particule d’ :

Ex. : oufir’ ariaz d’amok’ran, j’ai trouvé un homme, un grand.

 

 

Par les verbes exprimant des qualités physiques ou morales, dits verbes d’état

Ex . : zerir’ iis ibebaâ (1), j’ai vu un cheval, il est vilain (j’ai vu un vilain cheval).

 

 

Souvent même, cette deuxième manière de qualifier existe seule, et les noms qualificatifs sont relativement peu nombreux. En voici quelques-uns : amellal, blanc; azouggar’, rouge; aourar’, jaune; azizaou, gris, vert, bleu; ar’oggal, noir; aberkan, noir; amezzouj, sourd; azeh’h’af (2), boiteux; aderr’al, aveugle, borgne; aziouali (3), pauvre; mizraï. intelligent, rusé; amzouarou, premier; aneggarou, dernier; anemmas, du milieu; dhmadhoun, malade; hemsem, aigre; azirar, long; aniji, d’en haut; handaχt, d’en bas; afousi, de droite; azelmad’, de gauche, etc.

 

 

 

 

 

1. Arabe بشع .

2. Arabe زّحاف .

3. Arabe vulgaire زوالي .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMPARATIF

 

Le comparatif se forme de plusieurs manières :

 

Par le verbe d’état mis au participe indéclinable, précédé de la particule ag et suivi de la préposition r’ef, sur; ou par le nom qualificatif simplement suivi de la préposition r’ef.

Ex. : âlaou inou ag ind’ifen (1) r’ef ouâlaou ennek, mon burnous est plus propre que le tien.

 

 

A l’aide du mot tiré de l’arabe aχthar, plus, suivi de la préposition en, fém. ent.

Ex. : hazrouth aïa hek’k’our aχthar en sâift (2), cette pierre est plus dure que sa voisine.

 

 

A l’aide du mot arabe kheir, meilleur, suivi de la préposition en.

Ex. : ouma kheïr en ioud’an aïa, mon frère est meilleur que ces gens.

 

Quand la préposition en est suivie du pronom oua, celui, ces deux mots se contractent en oumma.

Ex. : iis inou kheïr oummannek (pour en oua ennek), mon cheval est meilleur que le tien.

 

A l’aide du verbe d’état ou de qualité oudjer, être plus grand.

Ex. : ouma ioudjer oumak, mon frère est plus grand que le tien;

lejnan inou aggoujeren (3) oumman neχ, mon jardin est plus grand que le tien.

 

 

 

 

 

 

 

 

l. Arabe نظيف

2. Racine arabe سعف, assister, d’où l’arabe vulgaire سعيف, compagnon.

3. Contraction pour ag ioudjeren.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUPERLATIF

 

Le superlatif s’exprime en plaçant après le mot, verbe ou substantif, qui tient lieu d’adjectif, la locution la bas, très, beaucoup.

Ex. : oultemaχ dhmadhount la bas, ta sœur est très malade.

 

Le superlatif relatif se rend par les mêmes périphrases qu’en Kabyle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Les Premières Campagnes de Fouilles à Sedrata (Ouargla)

13102020

 

 

 

 

 

 

 

Les Premières Campagnes de Fouilles à Sedrata (Ouargla)  dans Archéologie 200629073406535904

Niche, période rostemide, Sedrata (Ouargla) Xe s

 

 

 

 

 

 

 

Quittant leur royaume de Tâhert, vers l’an 909 de notre ère, et sa capitale assiégée par des tribus rivales, les Ibadites fuient dans le désert, sous la conduite de leur saint Imam. «Ils tournent le dos, disent les chroniques arabes, au monde corrompu et affaibli par les divisions intestines et marchent vers le Sud jusqu’à Ouargla. Malgré les fièvres terribles qui y règnent l’été et l’aridité absolue du désert environnant ils décident d’y construire leur ville.» Et le chroniqueur ajoute: «Parce qu’ils y trouvent, à 60 m de profondeur, la mer du déluge, immense nappe artésienne qui rebondit dans toute cette région sur une sorte d’écueil souterrain. C’est là que nos Ibadites s’arrêtent avec la résolution de fertiliser ce sol et de conserver intact, loin des envahisseurs, le dépôt de leur foi. Et les gerbes d’eau d’une puissance incroyable qui s’échappent des puits creusés par les fugitifs font bientôt fleurir tout ce désert.»

 

Ainsi naquit Sedrata. Et, quelque fantaisiste que puisse paraître ce récit, il est plus fidèle qu’on ne pourrait le penser. Les recherches sur le site nous ont fait découvrir un réseau serré de canalisation qui, non seulement arrosaient la vaste zone de cultures située autour de la ville, mais se prolongeaient jusqu’aux palmeraies des oasis de Ouargla et de Rouissat, à plusieurs kilomètres de distance.

 

Sedrata, la capitale ibadite, qui connut une si grande prospérité au Xe et au XIe siècle, eut la vie courte. Vers le milieu du XIIIe (1) siècle, expulsés une deuxième fois, les ibadites furent contraints de se réfugier sur le plateau aride du Mzab, plus facile à défendre et où ils sont restés.

 

 

 

 

 

200629073408197054 dans Archéologie

 

 

 

 

 

 

 

Une fois abandonnée par ses habitants Sedrata fut rapidement reconquise et recouverte par les sables. Ce n’était point la première fois que la ville ensevelie excitait la curiosité des chercheurs. En 1881, un membre de la Commission du Transsaharien, H. Tarry, profita de quelques loisirs pour dégager en partie et avec l’aide d’une nombreuse mains-d’œuvre locale deux ou trois maisons de la ville, une mosquée et quelques salles d’un Palais ou «Mahakma», où il recueillit un grand nombre de fragments d’ornementation en plâtre qu’il rapporta à Alger et à Paris: «deux charges de chameau», dit-il dans les quelques notes qu’il a laissées. Hélas, de tout ce butin il n’est rien resté. Malgré toutes les recherches à Paris et en Algérie il a été impossible de retrouver aucune trace. Une entreprise semblable équivaut à un pillage.

 

En 1898, le prof. Paul Blanchet fit quelques fouilles sur l’emplacement de la ville, mais sa mort prématurée l’empêcha d’en rien publier.

Un petit nombre de relevés sommaires, de notes et de photographies et les fragments du Musée d’Alger, c’était là tout ce qu’on connaissait de Sedrata lorsqu’au mois de mars 1950 Mlle Marguerite Van Berchem arrivait pour la première fois à Ouargla, chargée d’entreprendre le dégagement de l’ancienne capitale ibadite. Deux compagnes de fouilles ont été effectuées la première en 1951 et la deuxième en 1952 précédée d’une mission de reconnaissance en mars-avril 1950.

 

 

Mlle van Berchem rend compte à l’Académie des deux campagnes de fouilles qu’elle a effectuées à Sedrata de Ouargla, dans le Sud Algérien. Ces fouilles, entreprises sous le patronage de la Direction des Antiquités de l’Algérie, à l’aide des crédits mis à sa disposition par la Direction de l’Intérieur et des Beaux-Arts au Gouvernement général, ont été précédées en 1950, d’une mission de reconnaissance au cours de laquelle, grâce au concours de l’aviation militaire en Algérie, une série de vues aériennes du site furent prises.

 

Cette reconnaissance aérienne révéla une ville importante qui s’étendait sur plus de 2 kilomètres de longueur, orientée du Nord-Ouest au Sud-Est. L’extrémité nord de la ville se trouve à environ 8 kilomètres à vol d’oiseau au Sud de Ouargla et la pointe sud à 5 ou 6 kilomètres au Nord de la Gara Krima (2).

 

Retraçant dans ses grandes lignes l’histoire de ces schismatiques musulmans d’origine berbère, les Ibadîtes, Mlle van Berchem à évoqué les circonstances dans lesquelles, quittant en l’an 909 de notre ère leur capitale de Tâhert, l’actuelle Tiaret dans la province d’Oran, alors assiégée par des tribus rivales, ils se sont enfoncés dans le Sahara et ont fondé, à 800 kilomètres au Sud d’Alger, la ville de Sedrata (3), aujourd’hui ensevelie depuis huit siècles dans les sables du désert.

 

Au cours de ces deux campagnes de fouilles, au prix des plus grandes difficultés dues à la situation isolée de ces ruines, perdues en plein désert, à la nature du sol et aux terribles vents de sable qui ravagent constamment cette région, deux maisons importantes ont été mises au jour.

 

La première, dégagée en 1951, est située à la périphérie ouest de la ville et mesure environ 20 mètres de longueur sur 8 mètres de largeur. Sur une cour centrale s’ouvrent, à l’Est et à l’Ouest, plusieurs chambres communicantes, longues et étroites. L’une de ces pièces était divisée en trois par deux arcs, supportés par deux couples de fines colonnettes dont l’une est parfaitement conservée. Elle se terminait par deux petites alcôves ou iwans. La pièce contiguë, peut-être une antisalle, était séparée de la cour par des arcs outrepassés qui reposent sur des piliers carrés cantonnés de colonnettes engagées (4), également bien conservés. De l’autre côté de la cour, dans une pièce utilisée comme magasin à provisions, deux jarres, encastrées dans un massif de maçonnerie et qui servaient pour la conservation des dattes ont été retrouvées intactes (5).

 

Pour protéger cette fouille contre les vents de sable qui gênaient considérablement les travaux, Mlle van Berchem a fait construire une palissade de djérids (branches de palmiers coupées après la récolte des dattes) qui a parfaitement résisté d’une année à l’autre et a réussi à préserver cette maison de l’ensablement. Divers travaux de consolidation ont aussi été effectués.

 

La campagne de fouilles de 1952 a mis au jour une maison située à la périphérie Est de la ville, au centre de la zone d’irrigation. C’est, en effet, le point vers lequel convergent les larges et nombreuses seguia (canalisations à ciel ouvert) aujourd’hui ensablées, que l’on distingue si bien d’avion, mais qu’il est très difficile de suivre sur le sol parce qu’elles disparaissent tour à tour sous les hautes dunes de sable qui se sont accumulées sur les ruines de la ville.

 

Cette maison semble avoir été un véritable palais ; elle était entourée d’une enceinte qui vient d’être partiellement dégagée avec une de ses tours d’angle. Dans la partie qui servait d’habitation les restes d’une splendide décoration murale en plâtre ont été recueillis. Le dégagement entier d’une salle de réception et le transport difficile et mouvementé, par camions, d’une cinquantaine de caisses de cette décoration au Musée d’Alger vont permettre à Mlle van Berchem de reconstituer cette salle dans son ensemble.

 

Autrefois recouverte d’une voûte en berceau, dont quelques parties ont été retrouvées enfouies dans le sable, cette salle mesure 7 m. 50 sur 2 m. 20 et se termine aux deux extrémités par deux iwans, précédés d’un arc soutenu par deux colonnettes rondes dégagées.

 

La décoration murale qui ornait la partie supérieure des parois et les encadrements des portes se composait d’une variété étonnante de motifs profondément sculptés dans le revêtement de plâtre du mur. Ce sont tantôt de grandes rosaces, toujours diverses, d’un dessin ferme et élégant, des semis de fleurs stylisées, des palmettes de tous genres, petites et grandes. Quelques éléments de feuilles d’acanthe et des rinceaux de feuilles de vigne courant en bordure d’un arc trahissent encore leur origine hellénistique. Ailleurs des palmiers stylisés, des enroulements encadrant un autre arc dont l’intrados est orné d’un motif en tuyaux d’orgue, semblable aux fameux modillons à copeaux de la Grande Mosquée de Cordoue (Xe siècle). Comme fond à ces motifs on trouve souvent un réseau serré d’alvéoles creusées en biseau.

 

Au sommet de ces panneaux couraient de larges inscriptions coufiques, d’un style très noble, où ne figure aucune date, mais que leurs caractères permettent de faire remonter à la fin du Xe ou au XIe siècle. L’une de ces inscriptions, qui a pu être partiellement reconstituée, est une formule de bénédiction : « baraka » répétée trois fois, formule courante dès les premiers siècles de l’Hégire sur les monuments comme sur les céramiques, les armes, les ustensiles de ménage, etc.

 

Dans la cour du palais, de belles amphores vernissées, des restes de parures féminines, épingles, pierres de colliers, d’innombrables tessons et morceaux de verre ont été retirés du sable.

 

Une partie de l’enceinte qui entourait cette vaste demeure a été dégagée, avec l’entrée et la rampe à degrés qui y conduisait, en tournant à angle droit. Au-dessous, à l’extérieur, des bassins et des restes de canalisations maçonnées ont été mis au jour.

 

Les murs, dans tous les monuments de Sedrata, sont construits en blocage revêtu de timchent, le plâtre gris du pays encore en usage aujourd’hui.

 

La richesse et la variété de la décoration murale qui vient d’être découverte témoignent d’une civilisation raffinée qu’on ne se serait pas attendu à trouver en plein Sahara.

 

S’il est encore prématuré de se prononcer sur l’origine et sur le caractère de cet étonnant décor on peut toutefois émettre quelques suggestions. A l’aide de projections Mlle van Berchem a montré qu’à côté des survivances hellénistiques qui sont nombreuses dans cet ensemble ornemental, sa parenté avec certains monuments chrétiens d’Afrique ne saurait être niée. On trouvera dans les ornements sculptés exposés au Musée copte du Caire maints éléments qui s’en rapprochent. Mais l’influence orientale, en particulier celle de la Perse et de la Mésopotamie, a aussi été très forte. Ceci n’a rien d’étonnant si l’on tient compte des relations étroites qui existaient au Moyen Age entre les noyaux ibadîtes d’Afrique du Nord et les centres urbains de l’Iran et de l’Irak.

 

L’histoire nous apprend qu’au VIIIe siècle Tahert, où vivaient de nombreux marchands venus de l’Irak et de Perse, rivalisait de splendeur avec Belekh, ville du Khorassan, si bien que les Ibadîtes lui avaient donné le nom de « Belekh de l’Occident ». Lorsque Tahert fut mise à sac et que les Ibadîtes l’abandonnèrent en 909 pour venir fonder Sedrata, ils songeaient sans doute à faire une autre Tahert qui pût à son tour rivaliser avec la Belekh persane. Ainsi s’expliqueraient la richesse et la variété des décors de Sedrata qui sont peut-être en partie l’œuvre d’artisans persans, venus en Afrique du Nord à la suite des émirs rostémides.

 

Mais tandis que Tahert était située non loin du littoral méditerranéen, à Sedrata nous sommes à 800 kilomètres au Sud d’Alger et à 400 kilomètres au Sud du limes romain, au-delà duquel on ne se serait pas attendu à trouver une civilisation aussi raffinée et un centre aussi important.

 

Cette découverte pose de troublants problèmes. Non seulement elle ouvre un chapitre nouveau de l’histoire de l’Art musulman mais, sur un plan plus vaste, elle viendra combler une lacune et permettra de reconstituer un chaînon qui, jusqu’alors, a manqué dans l’histoire des civilisations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. La date de la destruction de la ville est encore incertaine. Les historiens arabes la placent tantôt au XIe tantôt au XIIIe siècle. La seconde de ces dates est la plus vraisemblable.

 

2. Montagne tabulaire qui domine isolée le désert et sur laquelle on trouve des traces d’anciennes habitations ainsi qu’un puits aujourd’hui ensablé.

 

3. Sedrata, en berbère Isedraten, tire son nom d’une ancienne tribu berbère.

 

4. Ces piliers ne sont pas sans analogie avec ceux qu’on voit dans la mosquée d’Ibn Tûlun au Caire (IXe siècle).

 

5. Cette maison a été fouillée en 1881 par Tarry qui en a laissé quelques dessins d’après lesquels on constate qu’elle était alors en beaucoup meilleur état. Les arcs, aujourd’hui détruits, étaient bien conservés. Après avoir été utilisée par les fouilleurs comme habitation elle fut abandonnée ensuite aux déprédations du temps et des hommes sans qu’aucune précaution ait été prise pour sa conservation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 11ème Partie

11102020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

Chapitre Deuxième

 

 

 

6° Pronoms Indéfinis

 

 

Le mot iedj, qui signifie «un», sert à rendre l’expression «quelqu’un», et aussi le pronom «autre»: sing. iedj, un autre; plur. heyedh, d’autres; hicht, une autre; theyedh, d’autres (fém.).

 

 

Combiné avec le mot arabe koll كلّ , il donne le pronom «chacun» koull iedj, fém. koull hicht.

akeliedj, personne (mot à mot: pas même un);

iedj ouah’des, ouah’dennes, un seul, fém. hicht ouah’des , une seule;

oui, quiconque;

ag ellan, quelconque;

aked’k’itch, rien du tout (mot à mot: pas même un peu).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Mission scientifique de Mr Ernest Chantre -1881- (3ème partie)

9102020

Sous-directeur du Museum de Lyon, dans la Haute Mésopotamie, le Kurdistan et le Caucase.

III, Haute Mésopotamie, de Biredjiek à Sowerek / Photographies de Mr le Capitaine Barry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mission scientifique de Mr Ernest Chantre -1881- (3ème partie) dans Photos 200326073429747839

Arméniens, Choulaveri [Shulaveri]

 

 

 

 

 

200326073942533948 dans Photos

Arménien, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

 

 

200326074349389043

Barbier Arménien

 

 

 

 

 

200326074759553173

200326075005507004

Arménien, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

 

 

 

200326075522177421

200326075522324778

Arménien scaphocéphale, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

 

 

200326080308479530

200326080309891585

Arménien, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

 

 

200326081001703851

200326081001417111

Persan, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

 

 

200326090124489422

200326090125668811

Persan scaphocéphale, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

 

200326090512590345

Berceau arménien

 

 

 

 

 

200326091226941296

Arméniennes, Tiflis [Tbilissi]

 

 

 

200326091640387962

200326091641284136

Ossèthe [Ossète], Koban

 

 

 

 

 

200326092236164261

200326092237271296

Ossèthe [Ossète], Koban

 

 

 

 

 

200326095358315532

Ossèthe [Ossète], Koban

 

 

 

 

 

200326095801749254

Ossèthes [Ossètes]

 

 

 

 

 

200326105004869622

Ossèthes [Ossètes], Wladikavkaz [Vladikavkaz]

 

 

 

 

 

200326105341954859

Kabardiens

 

 

 

 

 

200326105655583963

Nobles Géorgiens

 

 

 

 

 

200327072632470019

Kacheti [Kakheti, Géorgie]

 

 

 

 

 

200327073016856440

Femmes Toushines

 

 

 

 

 

200327073314678446

Chewsours

 

 

 

 

 

20032707361822197

Suanets (Goitreux), Tchoukoul

 

 

 

 

 

200327073857846111

Prêtre Gouriel, Ozourgeti [Ozurgeti]

 

 

 

 

 

 

200327074106233254

 

 

 

 

 

 

200327074318731414

Ishaves

 

 

 

 

 

200327074615623674

Chewsours

 

 

 

 

 

200327074858576194

Chewsours en costume de guerre

 

 

 

 

 

200327075301349142

200327075517318575

Mingrelien, Poti

 

 

 

 

 

20032707591925502

200327075920634344

Laze, Batoum

 

 

 

 

 

 

200327081840896932

200327081841255617

Laze, Batoum

 

 

 

 

 

20032708254375115

200327082543551686

Laze, Batoum

 

 

 

 

 

200327083006817624

200327083007317056

Laze, Batoum

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 10ème Partie

7102020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

 Chapitre Deuxième

 

 

 

 5° Pronoms Relatifs.

 

Qui, que, relatifs, n’existent pas en Chaouia. Ils se rendent quelquefois par les pronoms personnels affixes :

Ex. : ariaz zerir’t, l’homme que j’ai vu; mais le plus souvent, ils n’ont pas d’équivalent dans la phrase.

Ex. : iχsan ezzenzer’, les chevaux que j’ai vendus ;

         ised’nan hercheler’, les femmes que j’ai épousées.

 

 

On trouve cependant la forme eddi, corruption de l’arabe vulgaire إلّى ,

 

Ex.: hamet’outh eddousir’(1) netch d’i hierannes,

        la femme avec qui je suis venu. 

 

 

A qui, relatif, se rend par houmi.

 

Ex. : ariaz houmi houchidh lketab,

         l’homme à qui tu as donné le livre.

 

 

Celui qui se rend par le démonstratif oua, fém. tha, qui veut après lui le participe indéclinable.

Ex. : oua iour’in afousi ad’irbah’,

        celui qui prendra ma droite gagnera.

 

 

Pour marquer l’éloignement, on emploie également le pronom ouin, fém. thin, plur. iyin et thiyin.

Ex. : our tezridh cha iyin iâddan ournaoun,

        n’as-tu pas vu ceux qui sont passés derrière vous?

 

 

Ce qui, en parlant des choses, se rend par a et oua.

Ex. : aoui d’oua illan ezzathes, apporte ce qui est devant lui;

ak’k’elt a giâllek’en, regardez ce qui est pendu.

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Contraction pour eddi ousir’.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le «château» en al-Andalus : un problème de terminologie

5102020

Dalliere-Benelhadj Valérie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un des obstacles les plus importants à l’analyse de l’habitat fortifié en al-Andalus est celui du vocabulaire. D’une chronique à une description, des termes comme hisn, qasaba, ribât ou qal’a changent de sens au gré de l’origine, de l’époque et des sources de ceux qui les emploient. Notre tâche sera précisément de dessiner les contours de l’objet qui se cache derrière ces mots, en faisant le moins possible appel à des notions supposées équivalentes en Occident européen, telles que «château-fort», «citadelle», … lesquelles seraient forcément inadéquates parce qu’appartenant à des ordres sociaux et culturels différents.

 

Cette courte étude s’appuie essentiellement sur le 5ème tome du Muqtabas d’Ibn Hayyân : cet auteur andalou (988-1076) est presque contemporain des événements qu’il raconte ; il cite souvent les noms d’auteurs qu’il met à contribution et utilise un matériel documentaire très riche : tels sont les éléments qui ont désigné son œuvre comme base du présent travail (1). Plusieurs compilations ont été également utilisées ainsi que, parmi les textes les plus tardifs, le Bayân al-Mugrib d’Ibn ‘Idârî, et le Rawd al-Mi’tar d’al-Himyarî .

 

Al-hisn, communément traduit par «château», est un terme générique désignant tout ouvrage architectural servant à défendre une portion de territoire quelles que soient sa fonction habituelle et sa taille. C’est ainsi que l’on peut dire : «Ils démolirent le hisn de la citadelle (qal’a) voisine», phrase qui ne voudrait rien dire si l’on traduisait hisn par «château». Utilisé dans un autre sens, le mot hisn ne désigne pas, à Bashtana, un «château», mais plutôt une simple enceinte renfermant un point d’eau et servant de refuge aux habitants de la région. Ce même mot est employé à propos des machines de guerre que le calife fait construire pour surveiller un château ennemi ou lors d’un siège de longue durée. Simples campements de bois, un peu à la manière des camps romains ; ces constructions pouvaient, le cas échéant, se développer en une véritable ville : telles furent les modestes origines de Taldjayra.

 

Ce que protégeait un hisn était en généralement une ville ou un endroit stratégique ; ce pouvait être aussi un site économiquement important, comme à Ovejo (Hisn Ubal), qui renferme une mine de mercure ou à Almada (Hisn al-Ma’dîn), où l’on faisait de l’orpaillage. La fonction économique (et militaire) prime encore quand le hisn est situé au confluent de deux fleuves ou qu’il protège une voie de communication importante, comme Hisn al-Djash, qui protège l’accès à Bobastro .

 

Si le substantif a une portée très générale, le verbe hassana, qui est construit sur la même racine, signifie «fortifier» : construire une enceinte (le plus souvent), mais aussi «garnir de soldats».

 

Le hisn peut désigner une ville entière mais c’est alors pour en souligner l’aspect défensif, comme l’indiquent certains passages où l’on voit une ville être transformée en hisn, ou le contraire. Cependant, ce terme ne désigne jamais un édifice fortifié intégré au tissu urbain : ainsi il n’est jamais confondu avec qasaba, du moins chez Ibn Hayyan. Terme militaire, hisn s’oppose à qarya, qui est plutôt une désignation d’ordre économique (une sorte d’unité agricole) dont les habitants sont toujours al-’imara, alors que la population d’un hisn est généralement désignée par l’expression ahl al-hisn, de portée beaucoup plus vague. La destruction d’un qarya est toujours accompagnée de celle de ses récoltes, de ses arbres, etc., qui n’est jamais mentionnée pour un hisn/château et rarement pour une ville. Hisn et ma’qil sont par ailleurs à peu près synonymes, encore que le second, conformément à son étymologie, évoque davantage l’idée de refuge perché.

 

 

 

Le terme qal’a, apparenté par le sens aux précédents, pose moins de problèmes : il est d’un usage moins fréquent parce que plus spécialisé et désigne une forteresse de grande taille, particulièrement inaccessible, c’est une ville, mais où la fonction militaire prime sur la fonction économique ou culturelle. Elle n’est donc pas réservée à une population militaire, mais se trouve toujours en des points stratégiques : Calatrava (Qal’a Rabah) jalonne la route Cordoue-Tolède et sert de base pour surveiller cette dernière ville ; Qal’a Khatîfa protège un des points de la frontière du nord, de même que Calatayud (Qal’a Ayyûb), Arnedo, etc.

 

Si qal’a et madîna sont parfois confondues (ce qui est fréquent à propos des villes qui viennent d’être citées), le récit de la création (ou de la restauration) de Qal’a Khalifa et Madîna Saktân est assez instructif quant à une comparaison entre les deux termes ; renforcer les fortifications, entasser des réserves de vivres et de munitions, installer des soldats : la seule différence notable entre les deux opérations réside dans le fait que la qal’a n’abrite , momentanément, que des soldats, tandis que la ville est le théâtre d’un déplacement de population autoritaire. Et d’autres passages montrent que, à une époque où l’habitat fortifié tend à devenir la norme (j’entends par «fortification», au minimum, la présence d’un mur ou d’un fossé), la création d’un marché et l’installation d’artisans est une des caractéristiques qui distinguent la ville (madîna).

 

 

 

 

 

Le «château» en al-Andalus : un problème de terminologie dans Architecture & Urbanisme 200625122356120813

Qal’a Ayyûb

 

 

 

 

 

 

Enfin, pour désigner des constructions de plus petites dimensions, nous trouvons encore deux termes : as-sakhra et al-burdj.

 

As-sakhra, qui, à l’origine, signifie «rocher», devient, en termes de fortifications, une sorte de redoute, un réduit défensif : c’est la plus petite unité fortifiée qui existe : cf. le commentaire d’Ibn Hayyân sur l’expédition de Pampelune, en 312 H. (924-925 M.) : «Ils détruisirent les châteaux (husûn) des infidèles qui se trouvaient dans cette région jusqu’à ce qu’il ne reste plus une seule sakhra debout» (p. 191).

 

C’est un édifice qui se rencontre toujours en zone montagneuse, au sommet d’un piton rocheux, et qui sert d’abri temporaire ou saisonnier à une garnison chargée de surveiller un point précis : une route, par exemple celle qui mène à Bobastro ou une ville comme Belda où al-Nâsir fit construire ou renforcer en 306 H./918-919 M., trois sakhra/s pour l’assiéger. Au château d’Unûh Qasbtîl, c’est une sakhra voisine qui sert de refuge à la population chrétienne menacée par al-Nâsir en 325 H. (p. 400) et l’auteur prend la peine de préciser qu’il s’agit d’un édifice séparé du corps du hisn, contrairement à la qasaba, qui fait office de refuge en pareil cas, mais se trouve, elle, toujours à l’intérieur d’un hisn.

 

Le même mot se retrouve, sous une forme figée, dans divers toponymes sous une forme presque totalement dénotée : dans Sakhra al-Qays, dans As-Sukhûr ou dans As-Sukhayra . M. F. Hernandez-Jimenez pense le retrouver, traduit par «pena» ou «penna» dans divers toponymes contemporains : si l’on se réfère au Glossaire du Cange, on voit que le mot a effectivement subi la même évolution que sakhra: de «roc» il prend le sens de citadelle ; néanmoins ce glissement de sens n’a pas été retenu par les dictionnaires modernes.

 

Beaucoup moins fréquent encore est l’emploi de burdj qui est bien une «tour carrée ou ronde attenante à un rempart… et servant de bastion ou de donjon»: quand il s’agit d’une tour isolée, on lui préfère généralement les termes de sakhra ou de qasaba, suivant la fonction de l’ouvrage.

 

Traitons maintenant de l’habitat fortifié urbain. La ville, qui peut, globalement, être désignée comme qal’a ou comme hisn, peut elle-même comprendre deux types de constructions défensives : al-qasr et al-qasaba.

 

Al-Qasr représente une demeure fortifiée à l’usage d’une garnison plus ou moins importante et du gouverneur de la ville ainsi que, à Cordoue à l’émir et à sa famille (d’où vient que, dans les textes plus tardifs, on confondra parfois qasr et munia, qui est plutôt un palais, une résidence d’agrément. C’est ainsi qu’à Seville, al-Nâsir bâtit «l’ancien alcazar appelé Dar al-Imâra». A Tolède, al-qasr, où résidait le représentant de l’émir, était le premier objectif des révoltés ; construit par ‘Amrûs b. Yûsuf en 191 H./806-807 M. , il fut détruit par les Tolédans trente ans plus tard puis reconstruit par al-Nâsir en 320 H./932-933 M. Il se trouvait commander les entrées et les sorties de la ville (à la différence d’une qasaba qui, tout en pouvant également servir de résidence officielle, n’était cependant jamais située en bordure de la ville). On peut également citer l’exemple d’Ecija dont les murailles furent détruites en 300 H./912-913 M., à l’exception du qasr, qui devait servir aux gouverneurs et aux chefs d’armée.

 

Le mot qasr viendrait de castillo, diminutif du latin «castrum» pour donner «forteresse» ou «palais fortifié». Toujours construit à l’intérieur d’une ville, il peut être assez vaste pour contenir les sépultures de tous les émirs umayyades; la seule ville de Cordoue en comptait plusieurs, car chacun des fils du calife al-Nâsir en était pourvu et un qasr pouvait servir de résidence à un hôte de passage. Quatre exemples de qasr/s isolés ne contredisent pas ce qui est dit plus haut : il s’agit de toponymes pré-arabes commençant par un «castellum» latin ou son équivalent en romance, et qui furent ensuite traduits en arabe, comme cela arrivait fréquemment.

 

Un dernier terme enfin, le plus connu, désigne le cœur fortifié de la ville oud’un «château» : al-qasaba, que l’on traduit souvent par «citadelle». Il peut d’ailleurs y en avoir deux dans la même ville, comme à Torrox, Dos Amantes ou Hisn Shâtt.

 

Il s’agit d’un édifice ou d’un quartier situé sur la partie haute de la ville, ou au centre d’un hisn de petite taille ; la qasaba est entourée d’un ou plusieurs murs de pierre et protégée, en outre, par les avantages du terrain (2) : ainsi le comprenaient les auteurs arabes dans l’Occident médiéval, et il a gardé le même sens en espagnol moderne sous la forme alcazaba. La qasaba d’un château peut être considérée comme l’équivalent d’un donjon : même fonction de refuge, de dépôt de vivres et de munitions. Si la qasaba se trouve au centre d’une ville, elle peut également servir de caserne pour le gouverneur et être suffisamment vaste pour contenir une mosquée, comme à Malaga.

 

Au sens figuré, la qasaba devient le cœur, le centre vital, la capitale même d’une région : on parle de qasaba kûra Rayyu, qasaba al-andalus.

 

Si ce rapide exposé nous permet de dégager quelques grands types de «châteaux», selon leurs dimensions, leurs fonctions, leur situation… beaucoup d’éléments manquent encore, non seulement à propos de ces caractéristiques elles mêmes, mais surtout en ce qui concerne les structures sociales qu’ils «ponctuent».

 

 

Seuls quelques éléments se dégagent avec certitude :

 

 

1. Un même individu peut posséder plusieurs hisn/ s. Cette possession n’est régie par aucun droit écrit, mais elle est pleine et entière, c’est-à-dire que son occupant peut en modifier l’architecture à son gré, y installer des troupes sous son commandement et y entreposer armes et nourriture. Ce type de possession dure jusqu’à ce qu’un autre individu le remplace ou lui impose obéissance, à la faveur d’un rapport de force favorable. Certains hisn/ s sont transmissibles de génération en génération comme ceux des Banû Di an-Nûn.

 

 

2. Se retrancher dans un hisn, fortifier un site, c’est projeter dans l’espace le fait de détenir le pouvoir (al-mulk) comme l’indique explicitement ce passage où Ibn Hayyân parle des «husûn qui soutenaient le pouvoir de Umar b. Hafsûn». La construction d’une fortification est alors la première manifestation de la révolte. De là «faire descendre» (d’une hauteur fortifiée) (istanzala) devient synonyme de «réduire à l’obéissance», et «descendre» (nazala) équivaut à se «se rendre». L’idée est nette dans des phrases du type : «II en destitua (istanzala) nombre de ceux qui s’y étaient approprié le pouvoir par vanité» .

 

 

3. Les hisn/s sont rarement isolés les uns des autres. Ils sont organisés en des sortes de ligues (contre le gouvernement central ou ses représentants) ou en lignes défensives (par le gouvernement central, pour protéger la zone frontière, assiéger une ville insoumise, …). Ces groupements sont désignés par le nom du plus important d’entre eux (ex. husûn Bobashtru) ou par celui de leur détenteur (husûn Banî Hudayl). D’autres indices témoignent de l’existence de ces groupes : les expressions indiquant littéralement une union, un nom unique pour désigner un ensemble, comme les husûn al-Bushârat, le fait que le gouvernement d’une ville comprenne également la gestion des hisn/s qui l’entourent, comme à Saragosse ou à Bobastro.

 

 

4.Un hisn est le centre —géographique ou politique— d’un territoire qu’il commande, protège et avec les autres hisn/s duquel il entretient une relation de domination, sans que l’ensemble soit hiérarchisé en une structure apparentée au féodalisme : il s’agit d’un rapport de force dépendant d’éléments naturels (site escarpé, présence d’une mine, passage sur un fleuve, …) et institutionnels (lieu où réside le gouverneur, puissance personnelle du détenteur du hisn, …).

D’autres textes permettront certainement de compléter ces remarques, et surtout ceux qui concerne le IXème siècle, l’époque de la première fitna et qui pourrait avoir connu ce que l’on a appelé, à propos d’autres régions, une «révolution castrale».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1): IBN HAYYAN, al-Muqtabas (T.V.), éd. P. Chalmeta, Madrid, Instituto Hispano-Arabe de Cultura, 1979.

 

(2): Toutes les enceintes n’étaient pas de pierre ; le fait que le chroniqueur précise ce détail, quand il a lieu, doit être un indice de sa rareté. D’autres signes laissent encore supposer une large utilisation du bois : l’abondance des forêts en al-Andalus (qui exportait du bois) attestée par tous les géographes ; la liste des ouvriers «prêtés» par al-Nâsir à Mûsâ b. Abî-l-’Afiyya en 324 H., et qui ne comprend aucun spécialiste du travail de la pierre, bien qu’il s’agisse de construire des hisn/s : cf. Muqtabas, p. 388 ;et surtout, la rapidité d’exécution et de démolition des constructions.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Le Chaouia (dialecte) de l’Ahmar-Khaddou – 9ème Partie

3102020

D’après le minutieux travail de Gustave Mercier

 

 

 

 

Étude Grammaticale

 

 

 

 

 Chapitre Deuxième

 

 

 

 4° Pronoms Interrogatifs.

 

 

 

L’interrogation s’indique par le mot ma, que l’on place au commencement de la phrase, et qui correspond à la fois aux locutions si et est-ce que.

 

Ex. : ma illa r’arek oum aχraren (1) ?

est-ce que il y a chez toi des moutons? (as-tu des moutons‘?),

 

ma khesedh, anrouh’ natch id’ek Himsounin?

si tu veux, nous irons moi avec toi à Mechounech? (veux-tu aller avec moi a Mechounech?) (2).

 

 

Les pronoms interrogatifs sont oui? qui? et mata? que? quoi?

 

Ex. : mata illan? qu’y a-t-il?

        oui s iouchin ? qui lui a donné ?

      efhemedh cha mata aχennir (3)? as-tu compris que je t’ai dit ?

 

 

Dans oui, on retrouve le radical du pronom ou, celui, sans doute combiné avec la particule yi ou i. mata n’est qu’un allongement du radical interrogatif ma.

 

 

 

Le pronom oui s’allonge quelquefois en ouihi, fém. ouiti.

 Ex. : ouihi illan? qui es-tu?

 

 

 

À qui se rend par houmi.

Ex. : houmi houchidh hirichin? à qui as-tu donné les selles?

 

 

Les mots oui et mata se combinent avec des prépositions pour former les diverses interrogations : ouid’ ? avec qui ? oui’r’er? chez qui? smata? avec quoi? d’i mata ? dans quoi ?

 

 

 

Combinés ensemble, les deux radicaux ma et ou servent à rendre le pronom lequel? mamoui? lequel? quel ? manti? laquelle? maniyi ? lesquels ? mantiyi? lesquelles?

 

Ex. : mamoui d’iousin ? lequel est venu?

        mamoui d’ariaz d’iousin? quel homme est venu?

        maniyi d’iχsan isr’a? quels chevaux a-t-il achetés?

 

Tous ces pronoms, comme on le voit par les exemples, veulent après eux le participe indéclinable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. oum aχraren pour em ouχraren, par permutation des voyelles initiales.

 

 

2. Mechounech, nom arabe d’une oasis importante située au pied de l’Ahmar-Khaddou, à 32 kilomètres est de Biskra. Le nom berbère, Himsounin ou Timsounin, se retrouve dans plusieurs localités du Sahara : Temassinin, Temacine, Macina (État Voisin de Tinboktou), etc. La signification de ce radical reste à établir.

 

 

3. Le pronom du datif, 2ᵉ personne du masculin singulier, est prononcé ak; ou indifféremment. On voit par cet exemple que l’interrogation s’exprime aussi quelquefois à l’aide de la particule tirée de l’arabe cha.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Biosphere reserves in Algeria: Chrea – Blida Province

1102020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Geographic locations and surface areas

 

Location: Latitude 36° 19’ to 36° 30’N/ Longitude 02° 38’ to 03° 002’ E

Altitude: 1.450 meters

 Total Area: 36,985 hectares

            -Core Area: 5,706.5 hectares

            – Buffer Zone: 20,807.25 hectares

            - Transition Area: 10,471 hectares

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

Chrea biosphere reserve lies along the northen and southern ridges of the Tell Atlas Mountains. It plays a vital role in the region, notably as a water reservoir for large cities such as Algiers, Blida and Médéa. The natural park of Chrea was established on communal land to protect the emblematic Atlas cedar forests stretching over one thousand (1,000) hectares in 1925.

The area of the Tell Atlas hosts the ski station of Chréa at an altitude of one thousand four hundred and fifty (1,450) meters, one of the few ski stations in Africa. In the city of Blida, the Patrice Lumumba Garden, also known as Bizot Garden, is located by the river bank of Oued Sidi el Kebir. This public garden, established in 1858, extends over twelve thousand (12,000) square meters and hosts old tree species of local origin and others wich are imported from India and America.

 

 

 

 

 

Wildlife

 

Chrea biosphere reserve hosts around one thousand two hundred (1,200) plant and animal spieces. It is home to endemic Atlas cedar (Cedrus atlantica Manetti) and the Barbary macaque (Macaca sylvanus), finding refuge in the grotto of Chiffa. The reserve hosts typical Mediterranean vegetation formations; namely, the thermo-Mediterranean zone populated by the Aleppo pine (Pinus halepensis) and lentisk (Pistacia lentiscus), the Meso-Mediterranean zone occupied by holm oak (Quercus ilex) and cork oak (Q. suber), and the supra-Mediterranean zone covred by the Atlas cedar (Cedrus atlantica Manetti) and obtuse maple (Acer opalus subsp. Obtusatum). The site is home to a variety of bat species such as the common pipistrelle (Pipistrellus pipistrellus), greater horseshoe (Rhinolophus ferrumequinum) and lesser horseshoe (Rhinolophus hipposideros).

 

 

 

 

 

Locals and Chrea biosphere reserve

 

The inhabitants of Chrea bisphere reserve originate from various cultures; namely, Arabs, Andalusian and Berber. Population is made up of mostly farmers and is estimated at one thousand (1,000) people. The reserve is a hub for international and domestic tourists attracting around ten thousand (10,000) visitors per year.

 

 

 

 

 

Research and development

 

Research initiatives have been numerous, focusing on the Atlas cedar. The reserve provides opportunities and long and short-term internships fot students in its research station, while giving them a space for the organization of seminars and workshops. The biosphere reserve offers an eco-museum promoting awareness on biodiversity and providing the place to people to enjoy the wildlife in Algeria.

 

 

 

 

 

 

 

A consulter:  Rapport Technique de la FAO sur Estimation de la valeur économique et sociale des services rendus par les écosystèmes forestiers méditerranéens: Parc National de Chréa – Algérie ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Homeofmovies |
Chezutopie |
Invit7obbi2812important |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Trucs , Astuces et conseils !!
| Bien-Être au quotidien
| Cafedelunioncorbeilles45